• Le Sentier des Dolmens en Fenouillèdes depuis Ansignan (pont sur l'Agly)


    LE SENTIER DES DOLMENS EN FENOUILLEDES depuis... par jullie68

    Diaporama sur la musique "Lifelong Fiction" d'Aphilas

    Le Sentier des Dolmens en Fenouillèdes depuis Ansignan (pont sur l'Agly)

    Le Sentier des Dolmens en Fenouillèdes depuis Ansignan (pont sur l'Agly)

    Cliquez sur les photos pour les agrandir - 2 fois pour un image plein écran


     

    « Le Sentier des Dolmens en Fenouillèdes vous permettra de partir sur les traces de nos ancêtres préhistoriques ». Voilà la toute première description que vous trouverez de cette randonnée sur le panneau se trouvant sur la ligne de départ située à proximité du paisible village d’Ansignan.  Alors, attention, ne partez pas avec l’idée que vous marcherez dans les pas ou les empreintes de l’Homme de Cro-Magnon ou de celui de Tautavel. Non ! Ici le mot « traces », ce sont tout simplement les dolmens eux-mêmes et pas grand-chose de plus, c'est-à-dire les manifestations d’une existence humaine antérieure à l’écriture que les historiens appellent « préhistoire ». Les archéologues tentent d’être plus précis et pour eux, pas de doute, les dolmens ou mégalithes seraient les annales de morts annoncées entre la fin du Ve millénaire av. J.-C. et la fin du IIIe millénaire av. J.-C. Selon eux, les dolmens seraient tout simplement les ouvrages encore debout de nos « croque-morts » les plus anciens.  Oui, pour eux, les dolmens seraient des tombeaux, des tombes, des caveaux, des mausolées, des sépultures, en deux mots, des « pierres tombales » dressées par nos ancêtres. Ils en ont l’aspect. D’un autre côté, n’allez pas imaginer que cette balade est un cortège funéraire voire une procession funèbre. Non, il y a bien d’autres choses à découvrir tant sur le plan paysager, floristique ou faunique, enfin c’est comme ça que je l’ai vécu personnellement et cette balade n’a rien de mortifère, bien au contraire.  La ligne de départ est située après le pont qui enjambe l’Agly, à l’endroit même où la rivière se jette dans le lac de barrage de Caramany, soit  2 km environ avant d’arriver à Ansignan quand on vient de Rasiguères. Un petit parking est là où l’on peut aisément laissé plusieurs voitures. Une large piste démarre en face du parking et grimpe d’emblée dans un décor de garrigues. Ce décor a pour noms, Clot de Tury sur la droite de la piste et Taupels sur la gauche. Attention, prenez la piste la plus à droite et non pas celle qui file en bordure du lac. C’est la piste DFCI F66. Très vite, et tout en montant, une multitude de vues se dévoilent : sur le lac, sur Ansignan et son superbe aqueduc romain, sur le pic Lazerou, sur la Serre de Vergès et en face sur celle de Lansac. Pour moi, tous ces panoramas sont synonymes de mémorables et merveilleux souvenirs : ceux de quelques précédentes jolies balades mais surtout celle d’un inoubliable Tour des Fenouillèdes réalisé en 2011 avec mon fils. Et il en sera ainsi tout au long de cette journée. Pour atteindre le premier dolmen, nous allons mettre 45 minutes, il est vrai dans un rythme à rendre envieux le randonneur « corse » le plus nonchalant. Après tout, rien ne presse puisque nous allons voir des morts ? Non, blague à part, la contemplation des paysages, les fleurs, les oiseaux, les papillons, et les photographies à prendre de tout ça, sont autant d’excellentes raisons à cette agréable mais excessive lenteur, pour ne pas dire paresse.  Sous un ciel bleu azur et un chaud soleil printanier, cette douce musardise est pour moi un vrai bonheur. Un peu moins pour Dany dont la cadence est en général plus soutenue que la mienne. Normal, elle ne prend pas de photos. Ce premier dolmen a pour nom « Las Colombinos », traduction de « la colombine » sans doute plutôt que de la « colombienne » mais ne me demandez pas pourquoi. Probablement, faut-il y voir un rapport avec des oiseaux de la famille des colombidés.  On le trouve parfois sous la dénomination de « dolmen de Taupels », nom du lieu-dit où il se trouve. Je ne vous en fais pas la description détaillée car des personnes bien plus calés que moi l’ont déjà fait et les proposent sur leurs sites Internet. Sur place, un panneau le décrit et montre la manière dont il aurait été élevé. Il présente la particularité d’avoir deux gravures sur les quelques pierres subsistantes de son tumulus, raison pour laquelle on parle généralement d’ « art rupestre » pour définir ce type d’œuvres. Après ce premier dolmen, l’itinéraire continue son chemin en zigzaguant au milieu d’une grande prairie en jachères. Ici, la végétation de la garrigue laisse la place aux graminées et à quelques fleurs à hautes tiges du type chardons ou sauges, mais ça ne dure pas. On retrouve très vite les maîtres des lieux que sont les chênes verts et kermès ainsi que les cistes, les genêts, les bruyères arborescentes, les filaires et les oléastres. Dans cette épaisse verdure, paradis des insectes et notamment des papillons seuls apparaissent quelques vestiges d’un agropastoralisme d’antan, sous la forme de murets ou de cabanes en pierres sèches. Il va en être ainsi jusqu’à rejoindre le Rec de la Llèbre, étroit ruisseau où ne s’écoule plus qu’un mince filet d’eau.  Ce « Llèbre », « lièvre » en français, on le retrouvera lors du retour où il nous servira de fil conducteur. Dans l’immédiat, le lièvre et les deux tortues, ça pourrait être le titre d’une fable fabuleuse ! Pour l’instant, on ne fait que traverser ce ruisseau pour rejoindre Trilla, village déjà tout proche dont l'accès s’effectue par des chemins divers et variés mais au sein de quelques jardins potagers pour finir. Trilla est là et voilà qu’enfin, je vais pouvoir satisfaire à un dessein tant de fois remis à plus tard, celui de monter vers sa jolie table d’orientation. « Balcon de la Pêche », « Foun del Loup » et première et dernière étape du Tour du Fenouillèdes, voilà les différentes fois où j’ai repoussé l’idée d’y monter pour aller la voir. J’avais toujours une excuse, bonne quelquefois, mauvaise parfois : manque de temps, mauvaise météo, éloignement, pas sur l’itinéraire, pourtant la grimpette est courte pour l’atteindre et ne réclame que quelques minutes. Cette fois, c’est la bonne et Dany qui me précède comme souvent, a trouvé le balisage et le bon panonceau  «table d’orientation ». Elle me montre le chemin. En réalité, il s’agit de trois belles tables agrémentées de plusieurs carrelages peints. Ces carreaux coloriés décrivent les panoramas avoisinants les plus visibles et les horizons les plus lointains ainsi que la faune présente dans le secteur. Assis au pied des tables, nous retrouvons un couple de randonneurs, lesquels n’ont eu aucun problème à nous dépasser puis à nous distancer tant nous flânions Dany et moi. Les conversations avec ce couple sont fort intéressantes avec des sujets aussi variés que l’emploi, la retraite, le coût de l’immobilier dans le département ou les activités culturelles ou sportives dans nos communes respectives. Une seule « pierre d’achoppement » ou de discorde mais sans gravité porte sur les « troisième et quatrième dolmens ». J’ai beau leur dire qu’à ma connaissance et selon le panneau que j’ai lu au départ, il n’y aurait que deux dolmens sur ce « Sentier des Dolmens », rien ne semble les détourner de leur idée d’en découvrir un ou deux autres. J’ai beau leur dire qu’il y en a bien deux autres, mais du côté d’Ansignan et de Felluns, carte I.G.N à l’appui, rien ne semble les dissuader de leur projet d’en découvrir d’autres par ici.  Quand ils quittent les lieux, j’avoue les voir s’éloigner avec un sentiment oscillant entre envie de les voir disparaître car ils m’ont agacé et le découragement de n’avoir pas réussi à les convaincre. Dany et moi continuons à déjeuner dans le silence retrouvé. Nous profitons des belles vues panoramiques et plus ou moins lointaines et quand nos regards n’observent plus les horizons, c’est pour mieux apprécier les jeux amoureux de plusieurs papillons ou la besogne étonnante d’une guêpe fouisseuse creusant un trou dans la terre pour y dissimuler son futur repas. Le printemps est là et cette faune microcosmique n’est pas la moins intéressante quand elle se donne en spectacle. Nous repartons par un étroit sentier continuant de monter vers le sud et le point culminant de cette balade à 466 m.  Sur notre gauche, c’est une longue ravine qui serpente en descendant du Sarrat de l’Espinet puis plus loin, nous retrouvons la jonction avec le GRP du Tour du Fenouillèdes, synonyme pour moi de tant d’heureux souvenirs. Nous regagnons Trilla au milieu de champs tout roses car amplement garnis de bouquets de thym en fleurs.  Sa jolie église Notre-Dame de l’Assomption est déjà là avec sa belle mairie mitoyenne construite dans un style très «majorquin » que nous aimons beaucoup, moellons rouges et galets de rivière. Le balisage continue d’être très bon avec toujours les marques de peinture jaunes et les panonceaux toujours bien présents comme depuis le départ. Dany m’attend pendant que j’effectue un rapide aller retour vers le cimetière pour aller découvrir une minuscule chapelle dédiée à Sainte-Colombe et à la Vierge. Le petit cimetière est propret et bien ordonné et force est de reconnaître que depuis la préhistoire et l’époque des dolmens, il y a eu des avancées architecturales en matière mortuaire et que l’on gère mieux nos défunts, enfin tout du moins pour ceux qui reposent paisiblement ici. On poursuit notre parcours en direction du deuxième dolmen sous le regard interrogateur d’un âne à la robe blanche. Il vient nous voir et pointe ses longues oreilles par-dessus une large haie. Une haie bien trop large pour qu’on puisse lui consentir une offrande. Ici, l’itinéraire alterne route asphaltée, piste sableuse et chemin herbeux au sein de parcelles non cultivées ou plantées de vignes. A l’approche de la D.9b, le balisage semble disparaître et en tous cas, on ne le trouve plus. Le chemin devient plus incertain. On choisit l’option de poursuivre la route départementale et, 200 à 300 mètres plus loin, nous constatons avoir fait le bon choix car un panonceau « dolmen » nous oriente vers notre prochain objectif.  La suite devient plus claire et file en balcon, avec sur la gauche une légère déclinaison très verdoyante du terrain. Ce lieu-dit a pour nom « Camp del Prat », dont la traduction française le « Terrain du Pré » ou « Champ du Pré » est un toponyme pléonastique comme il en existe de très nombreux un peu partout. Le « Dolmen Los Apostados » que nous découvrons au dessus du chemin est également connu sous le nom de « Dolmen du Camp del Prat ». Un grand panneau en explique brièvement et imparfaitement l’origine mais donne la signification catalane du mot « apostados », c'est-à-dire « construit avec des pierres disposées les unes sur les autres ». Je note simplement que la traduction française du même adjectif espagnol signifie  « posté », « positionné », « stationné » en parlant par exemple de soldats. Le lieu se prête effectivement à une éventuelle surveillance militaire. Alors ? Ce panneau présente un deuxième intérêt qui est celui d’expliquer que le dolmen monumental, que l’on voit aujourd’hui, était en réalité sa partie la moins visible car à l’origine complètement recouverte de son tumulus, un peu comme si nous creusions autour de nos fosses tombales actuelles. Quelques photos et nous repartons cette fois vers l’arrivée, en prenant le plus grand soin à suivre un balisage jaune pas toujours évident. Il nous fait traverser un gros muret effondré, le longe, côtoie un abri pastoral rudimentaire et se poursuit vers l’est entre garrigues et vignobles. Finalement, on quitte ce plateau panoramique par un sentier qui descend en direction du ravin du Rec de la Llèbre mais sans jamais l’atteindre. Très souvent en sous-bois et pas toujours facile à cheminer, ce sentier offre peu d’ouvertures et donc peu de paysages, lesquels ne s’entrouvrent vraiment qu’au départ et à l’approche de sa terminaison sur la D.9b. Si je vous précise qu’il n’est pas facile c’est parce qu’à quelques secondes d’intervalles, Dany et moi avons chuté, heureusement sans aucune gravité. Composé de terre, de loess et de marnes gréseuses, le sentier est suffisamment abrupt par endroits pour que les petites billes de sables dures se transforment sous les godillots en autant de minuscules roulettes prêtes à faire tomber n’importe quel randonneur, y compris le plus prudent. Quand les paysages se dévoilent enfin sur la Serre de Vergès et la vallée de l’Agly, force est de constater que le Llèbre a profondément creusé son ravin. Le sentier se termine dans des champs au lieu-dit « la Payssère de la Figuerasse », ancien verger planté de figuiers sans doute et de nos jours amplement fréquentés par des passereaux car la terre y semble très fertile. Elle est composée de sables et d’argiles alluvionnaires où nos pieds ont la fâcheuse tendance à s’y engluer quand nous décidons de traverser le pré. Il faut dire que c’est ici que la rivière Désix, tant évoquée dans certaines balades précédentes, se jettent dans l’Agly et quand on sait que la Désix vient elle-même de récupérer les eaux de La Matassa et de bien d’autres « recs », c’est dire si ici les rivières ont amplement formaté les paysages et ont eu leur importance économique pour le pays. Les Romains ne s’y sont pas trompés, eux, qui ont construit à quelques encablures, le magnifique pont-aqueduc d’Ansignan, fonctionnant encore, malgré 17 siècles d’écoulement dans ses différents chenaux. Quand à nos ingénieurs modernes, ils ont rapidement compris que cette vallée était un vrai joyau aquifère et l’idée d’y construire un barrage avait germé depuis longtemps dans leurs têtes. En tous cas, si les rivières ont toujours eu de l’importance pour les hommes, ici les oiseaux ne sont pas hostiles à une cohabitation. Ils sont légions et nous en profitons pour faire une longue pause. Pour Dany, cette pause est consacrée à finir les restes de notre casse-croûte et pour moi à tenter de photographier quelques-uns de ces volatiles. J’ai appris qu’un Sentier des Oiseaux avait été crée ici à Ansignan. Après cette dernière halte culino-ornithologique, il est temps de rejoindre notre voiture. Elle est là toute proche à moins d’un kilomètre mais sur l’asphalte de la départementale, on pourrait presque penser qu’il y en a le double voire le triple à parcourir. Non, cette balade très vivante ; un paradoxe par rapport à ses objectifs initiaux que sont les sépultures dolmeniques ; a été longue de 11 km, pour un dénivelé de 285 m et des montées cumulées de 667 m, chiffres selon le tracé accompli et expliqué ici. Carte I.G.N 2348 ET Prades – Saint-Paul-de Fenouillet Top 25.

    « Le Circuit des Ponts Romains depuis SourniaLe Mont Helena (776 m) depuis Caixas (363 m) »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :