•  

    Ce diaporama est agrémenté de 4 chansons des Beatles composées par John Lennon et Paul McCartney. Elles sont jouées successivement par Chris de Burgh (The Long And Winding Road), par Rufus Wainwright (Across the Universe), par The Analogues (The Fool On The Hill et Good Night)

    La Serre de Monfort (1.141 m) depuis Montfort-sur-Boulzane (720 m)

    La Serre de Monfort (1.141 m) depuis Montfort-sur-Boulzane (720 m)

    Pour agrandir les photos, cliquez dessus. 2 fois pour un plein écran.


     

    Au printemps 2017, et au départ de Montfort-sur-Boulzane, j’étais parti en solitaire découvrir la Crabixa, montagne ô combien riche dans sa biodiversité selon l’INPN, c'est-à-dire l’Inventaire National du Patrimoine Naturel. Si le sommet de la montagne, à 1.595 m d’altitude s’était dérobé à moi ; bien trop boisé là où j’avais voulu le défier ; autant l’avouer, j’avais été immensément enchanté de tout le reste. Cols de la Couillade, de l’Hommenadel et de l’Hommenet puis Bois de l’Orri et Vallon des Escoumeilles, grâce aux incroyables panoramas aperçus, grâce à une faune si présente et à une flore si luxuriante, cette randonnée est très longtemps restée dans ma tête.  En réalité, elle n’est jamais complètement sortie de ma mémoire puisque l’envie de retourner dans ce secteur est encore là en ce 10 juillet 2019. Il faut dire que j’avais également gardé en tête, mais également en photo, ce grand panneau de bois aperçu à l’instant même où j’en avais terminé.  « Serre de Montfort », il y avait écrit dessus. Et plus bas 8,5 km et 2h30, c'est-à-dire des critères très modestes dont j’avais la conviction qu’ils seraient facilement réalisables par Dany, souvent dans le doute depuis son opération du genou quand il s’agit de randonner. Là, et après les 2 randonnées ariègeoises (Cabanes du Goutets et Tuc de Montcalivert) qui s’étaient formidablement passées, j’étais très confiant. Seule, sur l’instant, la notion de dénivelé m’avait laissé perplexe car le panneau indiquait 720 m pour le plus faible d’entre eux, mais depuis j’avais acquis la certitude qu’il s’agissait de l’altitude au départ de Montfort. En ce 10 juillet, le ciel est bleu, le soleil brille de tous ses feux, tout est donc parfait et surtout cette balade est dans les cordes de Dany. De plus, je connais ses goûts, je sais qu’elle va aimer cette marche en forêt et ces clairières lumineuses qui ne manqueront pas de s’ouvrir sur des panoramas lointains. Dans cette journée qui s’annonce exceptionnelle, seul mon appareil-photo tout nouveau me tracasse un peu. Ne pas réussir à prendre de jolies photos reviendrait à me gâcher cette balade et peut être même la journée. Résidant à Urbanya, ce matin nous nous sommes levés plus tôt qu’à l’habitude. Ria, Cattlar, le col de Roque Jalère, Sournia, Rabouillet, le col d’Aussières, la route est longue et sinueuse depuis Urbanya, mais ô combien magnifique. À elle seule, elle est déjà un merveilleux voyage pour les yeux et les arrêts se multiplient au moins quand il s’agit d’admirer le Canigou et bien d’autres montagnes ou vallées. De plus, une grande partie de ce secteur me ramène 5 ans en arrière et à un fabuleux Tour du Fenouillèdes réalisé avec mon fils. 5 Jours à gambader dans ces paysages que nous traversons, de la Serre de Sournia à la forêt de Boucheville en passant par les Terres Noires. Après ce long périple routier en Conflent et Fenouillèdes, il est 10h15 quand nous garons la voiture à Montfort-sur-Boulzane. Au même endroit que le jour de la Crabixa, tout près de cette ancestrale faneuse en bois à la sortie nord du village. Connaissant la suite jusqu’au lieu-dit la Couillade, j’ai bien l’intention de ne rien changer à mes habitudes, c'est-à-dire flâner et photographier ce que la Nature voudra bien m’offrir. Nous démarrons tranquillement, passons devant le monument aux morts, empruntons les mêmes ruelles qu’il y a 2 ans et le même chemin essentiellement forestier s’élevant longuement vers le lieu-dit.  Tout est quasiment pareil sauf que je ne marche plus tout seul. La différence est de taille, et ce d’autant que si Dany ne court pas, elle ne me laisse guère le temps de photographier la Nature comme j’avais pu le faire précédemment. Alors, je reste néanmoins aux aguets et quand un sujet se présente ; fleur, oiseau ou papillon ; je me laisse distancer sachant que c’est au train que je vais regagner le terrain perdu. Ce chemin longeant en grande partie le Ruisseau de Rambergue est agréable. Il s’élève certes en permanence mais la déclivité est si modeste qu’elle n’est pas vraiment une contrainte. Si les oiseaux et les papillons sont rares dans ces sous-bois ; je n’ai photographié qu’un seul rossignol et trois papillons différents ; de nombreuses fleurs viennent à mon secours dans cette envie permanente d’immortaliser la Nature. Par bonheur, un écureuil roux et espiègle est venu dès le départ égayer notre mise en jambes.  Depuis ce divertissant épisode, je sens bien que Dany n’a pas sa facilité habituelle. Elle ne se plaint jamais mais m’attend souvent dès lors que je prends un peu de retard avec mes photographies. A l’approche de La Couillade, mais sans réellement se plaindre, elle finit par me demander « la montée est encore longue ? ».  En réalité, je lui dis que je n’en sais trop rien. Ce large chemin montant vers la Couillade est quasiment rectiligne et tous les abords se ressemblent. Seule ma montre est là pour m’aider un peu. Je lui dis « nous y serons dans 10 minutes maxi ». En réalité, il n’en faut que la moitié, et quand un grand pan de ciel bleu s’ouvre au-dessus de nos têtes, je lui dis « je crois que nous y sommes ! « Sans doute a-t-elle un peu souffert dans cette longue montée, car immédiatement elle éprouve le besoin de se poser puis même de rallonger cette halte pour entamer son pique-nique. Il faut dire qu’il est déjà 12h10. Moi, et avant même de déjeuner, je mets tout en œuvre pour tenter de photographier la Nature. Comme je le fais depuis quelques temps déjà, et quand la balade s’y prête, je dépose une grosse poignée de graines dans un endroit tranquille mais bien visible afin d’attirer des oiseaux. Sandwich dans une main et appeau dans l’autre, j’alterne les bouchées et les chants d’oiseaux. Dans l’immédiat, et or mis un pinson et une mésange charbonnière qui se sont un peu approchés, aucun passereau ne veut de mes graines et ne répond vraiment à mes sifflets. Même en changeant d’appeau, rien n’y fait. Aussi, le pique-nique terminé et Dany s’étant allongée sur l’herbe, je file photographier des fleurs et des papillons très nombreux ici dans ce secteur. Il faut dire que tout se prête à la présence d’une faune diversifiée dont les insectes sont de loin les plus présents et les plus visibles. Ici, les nombreux feuillus se mélangent aux conifères. Il y a aussi de grands prés donc un avec un enclos recevant de temps à autre quelques troupeaux et leurs déjections.  Il y aussi des clairières et les ruines d’une vieille bergerie. Quelques sources, dont celle de Rambergue, ne sont pas loin. Alors je reste confiant pour enregistrer quelques belles photos même si je ne maitrise pas totalement mon appareil. Dans l’immédiat, et Dany s’étant quelque peu assoupie, j’en profite pour prospecter toutes les prairies et les bois alentours. Au bout d’un quart d’heure, quelle n’est pas ma surprise de voir un jeune chevreuil immergé d’une fougeraie, non loin du pré où j’avais pu en photographier un autre voilà deux ans. A 50 mètres de moi, il s’éloigne sans vraiment détaler alors je tente plusieurs rapprochés quasiment au jugé mais néanmoins dans une précipitation qui ne présage rien de bon. « Enfin, je verrais bien » me dis-je.  A l’instant où je reviens vers Dany, je constate que quelques oiseaux ont déjà repéré le petit tas de graines. Des mésanges notamment. Bleues, nonnettes, huppées et charbonnières sont les plus présentes mais les plus fugaces aussi. J’ai également aperçu deux pinsons, un rouge-gorge, un rougequeue noir et une sitelle. Je suis ravi car je ne m’attendais pas à une telle affluence en si peu de temps. Il est vrai que nous sommes-là depuis plus d’une heure. Dany s’étant réveillée, je lui demande de patienter le temps que je m’essaie à quelques photos ornithologiques. Elle accepte et part ramasser des fraises sauvages, plutôt nombreuses dans le coin. Moi, je pars me cacher mais avec vue sur le petit tas de graines. Finalement, un mur de la bergerie en ruines toute proche est la cache la plus sûre, même si au passage il me faut écraser de nombreux épineux pour créer un poste de guet dépourvu de cuisantes échardes.  Finalement, je vais réussir trois ou quatre photos d’oiseaux bien au-delà de mes espérances. Il est temps de se remettre en route, direction cette fois la "Serre de Montfort" que je ne connais pas. Le sentier continue de s’élever très modestement dans une forêt où les feuillus et les résineux, tous très beaux, se partagent l’espace. Un nouveau petit collet est atteint puis le chemin bascule avec une vue superbe sur une vaste prairie de fauche mais également sur les contreforts plus ou moins boisés du Pic Dourmidou, du Pech Pedré et de la Montagne de Crabixa. La prairie, elle, a été récemment fauchée et plusieurs bottes bien rondes de paille sont là soigneusement rangées à son extrémité. Voilà donc la partie la plus visible de la Serre de Montfort, même si je sais qu’elle se poursuit plus loin sur la gauche, c’est-à-dire vers l’est. Avant de venir, j’ai longuement analysé une vue aérienne sur Géoportail, et je sais, qu’outre le nôtre, d’autres chemins y circulent. Sans Dany avec moi, j’aurais sans doute tenté l’aventure de les emprunter, mais aujourd’hui je préfère me cantonner au circuit choisi. L’aventure m’aurait d’autant plus tentée, qu’outre ces chemins ; il y a paraît-il les ruines d’un ou deux vieux castrums médiévaux, mais les quelques renseignements que j’ai pu trouver sur Internet sont nettement insuffisants pour se lancer dans une recherche opportune.  D’ailleurs, et si j’en crois ce que j’ai lu de l’Histoire de Monfort, il y aurait eu plusieurs forts, tours défensives ou châteaux protégeant le village et ses alentours, dont un fort originel qui aurait donné son nom latin de « Montis fortis in valle alba », que l’on peut traduire en « Montfort dans la vallée blanche ». Ce Castrum de Montefortis, lié au système défensif du château tout proche de Puilaurens, et avec lui la partie la plus ancienne du village, seraient situés sur le Roc d’al Castiellas. Ce lieu-dit, je ne l’ai jamais trouvé sur aucune carte.  Toutefois, et selon les quelques renseignements lus, il est clairement indiqué comme étant à l’ouest du village actuel, et donc on peut raisonnablement supposer qu’il n’est pas très loin de la Serre de Montfort. L’ensemble, castrum et hameau, aurait été détruit lors de la guerre entre la France et l'Aragon en 1496.  Un autre castellum, dont il ne resterait que quelques moellons, aurait existé aussi sur un autre roc tout proche de la bergerie des Escoumeilles, et c’est en premier lieu celui qui m’aurait intéressé puisque cette bergerie est bien connue et parfaitement située, et surtout non loin du tracé d’aujourd’hui. Enfin, un manoir féodal, ancienne demeure seigneuriale au Moyen-Âge, existe encore dans le village actuel mais ses divers remaniements lui ont fait perdre son caractère primitif. Il serait occupé par la mairie. Enfin, il faut noter que la seigneurie de Montfort a été longtemps la propriété de la famille du Vivier que j’ai longuement eu l’occasion d’évoquer lors d’une autre balade intitulée « le Cami del Viver depuis Saint-Martin de Fenouillet ».  Voilà ce que j’ai pu lire sur Internet sur un remarquable site appartenant à un dénommé Jean Alain Monfort. Si vous voulez en savoir plus sur Montfort-sur-Boulzane et tous les Montfort en général, je ne peux que vous conseiller la lecture de ce site, sans doute le plus complet sur ce patronyme. Alors qui sait, peut-être que ces vestiges et leur Histoire seront l’occasion rêvée de revenir ici pour une nouvelle balade ? Dans l’immédiat, et alors que je tente encore de photographier la multitude de papillons qui occupent cette prairie ; et que Dany est partie loin devant moi ; quelle n’est pas notre surprise d’entendre d’abord, puis d’apercevoir ensuite, une vieille « guimbarde » toute pétaradante remonter la piste et venir vers nous. Au delà du bruit que fait la voiture ; la vue de deux molosses courant derrière elle est bien plus angoissante. En courant, j’ai rattrapé Dany et désormais les deux chiens qui nous ont aperçus, nous vocifèrent dessus à seulement quelques mètres de nos jambes respectives. Nous rangeons nos bâtons télescopiques dans nos sacs à dos. La voiture arrive et un homme en descend. Il nous salue très brièvement et nous indique que ses deux chiens sont plus aboyeurs que méchants, surtout quand il est là précise-t-il. Les chiens continuant à courir autour de nous, et toujours en vociférant, babines bien moussantes, nous ne sommes qu’à moitié rassurés, surtout qu’il ressort de leurs gesticulations incessantes, un spectaculaire dynamisme et une incroyable force. L’homme se met à nous expliquer qu’il habite tout près d’ici, dans un mas isolé au milieu de la forêt, et qu’il a ressenti le besoin de dresser plusieurs chiens depuis qu’il y a quelques années des hommes sont venus le torturer pour tenter de le détrousser. Il rajoute qu’il ne vit que très modestement avec ses chiens, et si sa vieille guimbarde est déjà là pour justifier ses dires, sa très mauvaise dentition pleine de chicots en parachève leurs authenticités. Après cette troublante conversation, nous le saluons et reprenons notre chemin. Sa voiture ne redémarrant pas, nous lui proposons de la pousser mais il refuse notre aide. Après maints et maints essais infructueux, la voiture redémarre et disparaît bruyamment dans la prairie que nous venons de traverser. Ouf ! Les chiens disparaissent aussi. Le chemin emprunte désormais une bonne piste forestière et descend encadré d’immenses arbres. Un bout de la toiture de la maison de « l’homme aux chiens » apparaît au dessus de la canopée. Ainsi cerné par une haute végétation, le chemin devient forcément plus monotone et ce, malgré des fleurs et des papillons qui restent bien présents et que je continue de recenser photographiquement parlant. Un panonceau « point de vue » propose un allere retour au col de l’Hommenet. Nous en faisons l’impasse.  Les panoramas, eux, ont quasiment disparus et chaque petite fenêtre qui s’ouvre est l’occasion de s’arrêter pour observer celui qui se présente. Ce n’est que bien des décamètres plus bas et dès lors que nous enjambons puis dominons le Ruisseau des Escoumeilles qu’ils reviennent. La Serre de Montfort et son pinacle terminal sont désormais sur notre gauche. A l’aide de mon appareil-photo et en zoomant, j’essaie de voir si les ruines d’un château sont visibles mais la colline est bien trop éloignée pour acquérir des certitudes. Je ne vois que des bois ou bien quelques rares pierriers mais rien de suffisamment précis m’indiquant la présence de vieilles ruines médiévales. L’itinéraire zigzague un peu et longe désormais le Ruisseau des Escoumeilles se trouvant sur notre droite. Moi, sur cette piste presque rectiligne, je continue ma moisson de photos. Fleurs et papillons sont toujours bien présents.  Grâce à la présence du petit torrent, les oiseaux qui avaient quelque peu disparus refont surface. A cause de l’exubérance de la végétation, les photographier reste un difficile challenge. Patience et beaucoup de chance sont nécessaires. En général, la chance de photographier une oiseau se présente sur des branches mortes ou encore peu feuillues. Dans cette longue piste vers l’arrivée, seule la bergerie des Escoumeilles nous arrête quelques minutes. Plus loin, de nombreux chiens de chasse enfermés dans des enclos grillagés arrêtent Dany beaucoup plus longtemps. Au travers des grilles, elle tente d’offrir des caresses à tous les chiens « accessibles », lesquels en guise de suppliques, ne s’arrêtent pas d’aboyer. Il suffit de leur toucher le bout du museau pour qu’ils cessent.  Je suis certain que si Dany en avait la possibilité, elle leur ouvrirait les portes en grand pour qu’ils partent gambader. Dès lors que l’itinéraire tourne à gauche, suivant ainsi la courbe du ruisseau des Escoumeilles, je sais que Montfort n’est plus très loin. Quelques toitures apparaissent et le village est vite là. Nous le traversons tels deux lambins, tant il est joli à découvrir et que l’envie d’en terminer n’est pas encore totalement présente. Tout est prétexte à s’arrêter : une séculaire fontaine, un vieux lavoir, l’église, une tuile peinte, des hirondelles et des moineaux nichant sous les toits, des gros bouquets d’hortensias et quelques trépidants rougequeues noirs. Finalement, la vue du grand panneau en bois esquissant cette balade met fin à cette flânerie. La voiture est là. Cette balade telle qu’expliquée ici a été longue de 9,6 km. Les montées cumulées ont été de 730 m. Le dénivelé est de 414 m entre le point le bas à 726 m au départ de Montfort et le plus haut à 1.140 m au niveau du collet avant de descendre vers la Serre de Montfort. Carte IGN 2348 ET Prades – Saint-Paul de Fenouillet Top 25.


    2 commentaires
  • Ce diaporama est agrémenté de 4 chansons de Laurent Voulzy dont les titres sont "Oiseau malin" composée et chantée avec Alain Souchon, "Jésus", "C'était déjà toi" et "Derrière les mots" composée et chantée avec Alain Souchon.

    Le Tuc de Montcalivert (677 m) depuis Saint-Lizier (419 m) - Ariège

    Le Tuc de Montcalivert (677 m) depuis Saint-Lizier (419 m) - Ariège 

    Pour agrandir les photos, cliquez dessus,2 fois pour un plein écran.


     

    Ce matin, en quittant Le Port pour Saint-Lizier, voilà déjà 5 jours que nous sommes en vacances en Ariège et nous n’avons qu’une seule randonnée à notre actif. Celle aux Cabanes de Goutets depuis La Foulie.  Il est vrai que nous avons beaucoup privilégié les longues sorties en voiture et les découvertes environnantes : la grotte de Niaux, l’incroyable et « baba cool » marché de Saint-Girons, l’étang et le port de Lers, Aulus-les-Bains, Ercé, Cominac et ses "fameuses" grangesOust, Seix, le col de la Core (où nous avions baladé voilà déjà 10 ans !) et presque toutes les montagnes et campagnes aux alentours de Massat. Et dieu si il y en a de belles de campagnes et de montagnes ! Idem pour les villages et les petits hameaux, tous plus beaux et pittoresques les uns que les autres. Ces sorties, nous les avons agrémentées soit de quelques pique-niques organisés soit de restos inopinés mais jamais décevants quelque soit le niveau du standing. De la très belle auberge aux magnifiques produits du terroir au petit snack sans prétention, tout le monde a été super accueillant et avec de surcroît, une cuisine saine, digeste et de qualité. Aujourd’hui, pas de resto au menu de la journée mais tout est programmé avec une nouvelle randonnée au « Tuc de Montcalivert depuis Saint-Lizier ». Enfin, selon les cartes, vous trouverez « Montcalivert » ou « Montcalibert », toponymies (*) que j’ai tenté de découvrir et de comprendre mais sans aucune prétention car je n’ai trouvé qu’aucun élément concret sur le Net. Comme l’avait été notre première balade aux « Cabanes de Goutets », j’ai également trouvé celle-ci sur un guide touristique. Si en lisant l’article, j’ai noté que le Tuc de Montcalivert était, par grand beau temps, le plus remarquable belvédère du Couserans, en analysant le parcours, j’ai également observé que cette petite randonnée pouvait avoir bien d’autres atouts : possibilité de visiter Saint-Lizier mais également Montjoie-en-Couserans et puis surtout, elle est suffisamment courte et facile, pour que l’on puisse prendre son temps, c’est-à-dire flâner et pique-niquer, sans que ça remette en question l’ensemble du programme de la journée. Après l’achat des éléments nécessaires à un pique-nique dans un supermarché de Saint-Girons, il est 9h45 quand nous rangeons notre voiture sur le vaste parking du Palais des Evêques de Saint-Lizier. La visite du palais et plus globalement de Saint-Lizier est prévue cet après-midi au retour de la balade. Dans l’immédiat, un panonceau est là indiquant « Montcalivert 3h30 ». Nous démarrons sous les yeux inquisiteurs d’un vieux couple qui nous regarde passer comme si nous arrivions d’une autre planète. Moins dérangeants mais presque aussi curieux, de nombreux rouge-queues noirs jouent sur les murets encadrant le chemin herbeux servant de ligne de départ. Bien balisé en jaune, ce dernier tourne à droite, file dans un sous-bois et se dirige en montant vers un petit pré où un calvaire a été érigé en son centre. C’est la croix dite de Pouterolles où paraît-il  les évêques avaient pris pour habitude de venir méditer. Méditer nous aimons ça aussi mais ce n’est pas au programme, alors nous quittons le pré et sa croix, descendons un talus par un escalier fait de rondins et retrouvons une large piste forestière. Cette piste, parallèle à de vieux remparts ; dont j’ai lu qu’ils étaient gallo-romains ; passe devant l’entrée du cimetière de Saint-Lizier, longe ce dernier, en offre une vue aérienne, puis continue toujours à monter en sous-bois. Sous-bois, prairies de fauche, re-sous-bois et ainsi de suite, pas de doute nous sommes sortis de la vieille cité épiscopale. Seuls des portillons qu’il nous faut pousser, un espace boisé, espèce de circuit gymkhana abandonné et fermé, indiquent que la ruralité n’est pas totale. Pourtant, nous continuons à zigzaguer au sein d’un cadre magnifiquement verdoyant où de nombreux aspects nous rappellent constamment que nous sommes à la campagne : ancienne bergerie, engins agricoles inactifs, bovins, ovins, corvidés et autres oiseaux très nombreux, papillons qui le sont encore plus, nous prenons plaisir à marcher. Si les zigzags presque continuels nous interpellent car nous perdons peu à peu le sens de l'orientation, une clairière offrant une vue plongeante sur Saint-Lizier stoppe nos interrogations et permet d’évaluer le chemin déjà parcouru.  Chemin des Gabats ou de Montcalivert,  d’autres panonceaux directionnels balisés de jaune se présentent évitant toutes confusions ou égarements. Nouveau sous-bois rectiligne puis une ferme est là en surplomb sur notre droite. Nous sommes au Gaïrard d’en Haut comme l’indique un panneau signalétique. Poules, coqs et canards en liberté nous rappellent que la vie à la ferme n’est jamais totalement végétarienne. De très nombreux moineaux s’envolent d’une mare et vont s’immobiliser sur un fil téléphonique. Je lève la tête vers eux mais dans la continuité du ciel un corbeau coursant une buse détourne mon regard. A moins que ce ne soit la buse qui course le corbeau ? Difficile d’affirmer telle ou telle hypothèse, tant la bagarre est faite de pirouettes très rapprochées. Les volatiles « querelleurs » s’éloignent puis disparaissent de ma vue sans que je sache qui est sorti vainqueur ?  Au Gaïrard d’en Haut, l’asphalte ayant pris le relais des chemins souples et herbeux, cette portion est moins agréable à arpenter. Le Tuc de Montcalivert est là, droit devant, avec une belle et grande croix blanche à son sommet. Sur la droite, le village de Maubresc est à ses pieds. Hier soir, quand nous avons pris la décision de faire cette randonnée, j’ai lu sur Internet tout ce que l’on pouvait  lire à propos du Tuc de Montcalivert et j’avoue avoir été scotché par tous les méfaits dont cette croix blanche est régulièrement la victime. Ça va de la personne de passage qui veut la voir supprimer et qui a porté plainte pour arriver à ses fins, à des tags fréquents que la municipalité est continuellement  obligée d’effacer. Mais dans quel pays vivons-nous ? Mais quel est ce pays où une simple croix au sommet d’une colline peut provoquer une frénésie de réactions aussi dingues ? Mais quel est ce pays où la tolérance et le respect de l’autre sont constamment bafoués ? Je ne comprends pas tous ces sacrilèges et pourtant je ne suis pas croyant ! Je tente de ne plus penser à ça, voulant profiter au maximum de cette superbe journée. Le balisage indique de descendre vers Maubresc. Au sol et sur l’asphalte, de grandes flèches ont été tracées, facilitant bougrement la direction à suivre dans les différentes ruelles de ce village. Guère plus loin, les panonceaux directionnels continuent d’être bien présents. Après quelques jolies villas, un large chemin rectiligne et herbeux file vers le lieu-dit Trignan et nous éloigne définitivement de Maubresc. Après le dernier bâti de Trignan, que le chemin laisse sur la droite, un étroit sentier prend le relais. Il s’élève en quelques menus lacets, et donc plutôt en douceur, en direction du sommet. Alors que je suis très occupé à tenter de photographier de très nombreux papillons, Dany marche à un bon rythme vers ce « sacro-saint » pinacle. Il est vrai que contrariés par une bonne brise, les papillons ne tiennent guère en place. Les photographier dans ces conditions devient vite galère et ce, d’autant que mon appareil-photo continue à faire des siennes. Tout en montant, je peste car la plupart de mes clichés n’ont pas la qualité que je suis en droit d’espérer d’un tel appareil que je viens d'acheter si récemment. Il « délire » continuellement. J’ai beau constamment le paramétrer avec les valeurs par défaut, rien n’y fait, les photos ne sont jamais nettes et en tous cas rarement parfaites. Si ces petits malheurs me mettent en rogne, par bonheur, l’itinéraire qui s’élève offre suffisamment de panoramas admirables pour les relativiser. Finalement, et comme le sentier se raidit encore un peu plus sur la fin, Dany arrive bien avant moi auprès de la croix qui est à 677 m d’altitude. Quand j’y parviens à mon tour, elle a déjà copieusement entamé la salade de son pique-nique. Nous restons au sommet presque une heure à tout observer, soit directement de visu, soit en profitant des deux tables d’orientation qui ont été dressées à bon escient. D’ici, nous constatons que les Pyrénées sont encore bien plus enneigées que nos différentes sorties nous les avaient laissé imaginer. Puis pendant que Dany se repose un peu, profitant d’un chaud soleil, je repars vers quelques « captures » photographiques des papillons et de la flore présente.  A l’instant de repartir, je note qu’ici, sur la table d’orientation, il est écrit « Montcalibert » et non pas « Montcalivert », chose que je n’avais pas remarqué précédemment. Erreur ou bien le toponyme peut-il s’écrire des deux façons, sachant que dans de nombreuses langues et dialectes, le « b » et le « v » ne font qu’un ? Je me fais la promesse de regarder et même d’analyser la toponymie (*), si je la trouve sur Internet. Alors que je pensais réemprunter le même itinéraire qu’à l’aller, au moins jusqu’à Maubresc, Dany fait le choix d’un autre sentier qui part à gauche et entre presque aussitôt dans un sous-bois. Je ne sais pas où il va ; elle non plus ; mais comme il est balisé en jaune, je ne m’y oppose pas. Ce sentier constamment en forêt n’est pas facile et nécessite attention et prudence. Quelquefois rocheux,  souvent humide voire boueux, je constate qu’il descend constamment sur le versant sud-est de la colline.  Au regard de l’analyse que j’ai faite hier soir d’un tracé I.G.N, je me persuade qu’il va dans la bonne direction, c’est-à-dire vers Bergerat. Finalement, et outre les précautions presque constantes que nécessite ce sentier, le plus gros souci arrive dès lors qu’il se termine devant une haute clôture électrifiée. Que faire ? Or mis de faire demi-tour, solution difficilement acceptable, nous ne pouvons qu’envisager d’enjamber cette clôture. Nous y parvenons sans l’abîmer et surtout sans prendre de « châtaigne » et poursuivons en direction d’une ferme qui est là à quelques mètres seulement. Bien qu’un peu surprise de nous voir arriver par-là, une dame occupée à son jardin nous accueille avec beaucoup de gentillesse, allant même jusqu’à nous indiquer la suite du parcours. Elle nous explique que si la clôture électrifiée peut ennuyer les randonneurs, elle est surtout là à cause du bétail qu’avec son époux ils élèvent. Nous la remercions, la laissons à ses magnifiques rosiers et continuons vers Bergerat, car effectivement c’est bien là que nous sommes. Le petit hameau est vite traversé et l’itinéraire aboutit sur la D.627 à hauteur d’un bel oratoire dédiée à la Vierge Marie. En observant cet imposant oratoire, et sur la base de toutes les croix christiques que j'ai vues depuis le départ, je suis contraint d'admettre que ce secteur de l'Ariège est probablement celui où la présence d'une foi chrétienne est la plus manifeste. Juste après l'oratoire, nous suivons les indications de la gentille éleveuse, traversons la route et empruntons immédiatement un chemin qui tourne à droite. Ce chemin retrouve très rapidement la départementale 627 qu’il nous faut désormais emprunter pour arriver jusqu’à Montjoie. Montjoie-en-Couserans, dont hier soir, j’ai lu sur Internet quelle était une des plus petites bastides de France voire la plus petite. Alors, bien sûr, pour le provençal que je suis, une bastide c’est d’abord une grande et belle bâtisse, et de ce fait, je ne comprenais pas pourquoi cette petitesse était mise en avant comme si c’était une méritoire vertu. J’ai donc lu tout ce que je trouvais sur Internet concernant Montjoie en particulier et les bastides en général, c’est-à-dire ces villes « neuves » construites entre 1222 et 1373, avec des architectures parfois différentes mais toujours innovantes pour l’époque, des caractéristiques bien particulières (contrat de paréage, droits spéciaux, noms, etc…), leur octroyant une spécificité et leur permettant d’accéder à cette dénomination spéciale de « bastides ». Si l’Histoire des bastides m’a énormément intéressé, j’étais surtout ravi que le fait de « ne pas marcher idiot » continue à rester mon leitmotiv ! En définitive, Montjoie étant en effet une toute petite commune, très jolie et très pittoresque certes, mais « petite bastide » comme je l’avais lu, nous n’y passons guère plus d'une heure, et encore parce que nous en profitons pour faire des pauses. Pause-pipi dans les latrines de la commune et pause-café tiré d’un thermo. La suite et la fin de la marche vers Saint-Lizier et sur le célèbre Chemin de Compostelle sont plutôt « tristounettes », pour ne pas dire affligeantes, car essentiellement sur l’asphalte. En tous cas, cette très courte portion bitumée du célèbre chemin vers Saint-Jacques ; assez incompréhensible dans un secteur aussi campagnard ; ne donne guère envie d’aller jusqu’en Espagne à pieds ! Comme prévu dès le départ, nous consacrons une belle partie de l’après-midi à la visite de Saint-Lizier. La vieille cité, la seule à avoir eue deux cathédrales, mérite bien ce long intérêt. Outre sa magnifique cathédrale dédiée à Saint-Lizier et datant du XIeme siècle ; le seul édifice dont nous visitons l’intérieur ; il y a aussi le Palais des Evêques, son musée et la cathédrale Notre-Dame de la Sède fermée au public ce jour-là. Il y a aussi une étonnante pharmacie du XVIIIeme siècle et tout autour de la cité, des remparts gallo-romains formant une belle enceinte au sein de laquelle de nombreuses ruelles, quelques placettes et des maisons à colombages combleront les curieux et les passionnés de vieilles pierres et d’Histoire.   Il est 17 heures, cette balade au Tuc de Montcalivert ; mais pas que ; se termine. Nous rentrons au Port. Enfin, non à Le Port ! Cette balade a été longue de 10,8 km, visites inclues de Montjoie et Saint-Lizier, pour des montées cumulées de 480 m et un dénivelé de 267 m, point le plus bas à  410 m à Saint-Lizier et le plus haut à 677 m au sommet du tuc. Carte IGN 2047 OT Saint-Girons – Couserans Top 25.

    (*) Toponymie du Tuc de Montcalivert ? : Je précise que sur Internet, je n’ai rien trouvé de particulier concernant cette toponymie. Tout ce que j’écris ici est donc strictement personnel  et n’avance que moi. Comme le précise le site Wikipédia, un tuc est « une hauteur, en général une butte, une colline ou une simple dune ». On peut donc raisonnablement affirmer que le mot « Tuc » suivi immédiatement du mot « Mont » est un toponyme pléonastique. Si on sait tous ce qu’est un « mont », reste à savoir quelle est la signification du toponyme « Calivert » ou « Calibert », puisqu’il y a 2 manières de l’écrire. Concernant « Montcalivert », je note sur les cartes les plus récentes (IGN et cadastrales) qu’il s’agit d’un hameau ou d’un tout petit lieu-dit constitué seulement de deux ou trois habitations. La randonnée expliquée plus haut n’y passant pas, je ne peux rien vous en dire de plus or mis ce que j’en trouve sur Internet, c’est-à-dire rien ! Je constate simplement sur le site Géoportail que ce lieu-dit est situé sur le versant nord-ouest du tuc, près d’un autre lieu-dit du nom de « Biouandé ». On peut raisonnablement penser que c’est la présence toute proche du mont qui a donné son nom au lieu-dit et pas l’inverse. Enfin, je pense que c’est logique. Très boisé, la photo aérienne de ce hameau, et du secteur en général, n’apporte aucun élément concret supplémentaire à mes recherches. Toutes les autres cartes que l’on peut trouver sur Internet (Mappy, ViaMichelin, Google, etc…) ne mentionnent pas ces deux lieux-dits. Sauf que l’on peut aisément imaginer que la terminaison « bert » signifiant « vert » en gascon n’est peut-être pas si innocente dans un lieu aussi verdoyant.  Alors faudrait-il pour obtenir un début d’explication couper en deux le nom « calibert » et en faire un « cali bert » voir un « cal bert » ? Peut-être ? Je vais m’y essayer ! Tous les étymologistes sont d’accord pour affirmer que le préfixe indo-européen « kal ou cal », c’est la « pierre ». Toutefois, ce préfixe a tellement fourni  d’autres mots qu’il est presque impossible de les énumérer tous et de s‘orienter vers une unique explication. Notons toutefois qu’en de très nombreuses circonstances (calade, cale d’un port), une « cale » est  un plan incliné même si la notion de « pierres » reste présente dans les cas cités. Ainsi, les mots « cale » ou « calle » ou encore « cala » sont selon certaines langages régionales, mais toutes issues de la « langue d’oc », soit un terrain en pente (Alpes) soit un champ en terrasses (Rouergue), explications présentant l’avantage de correspondre au cas qui nous intéresse, puisque le « Tuc de Montcalivert » est d’abord une colline, colline dont il ne fait aucun doute qu’elle ait été exploitée de manière agricole et pastorale au temps jadis.  Alors le « Montcalivert » serait-il un « terrain en pente vert » ? Voilà déjà une première éventualité que l’on ne peut pas écarter !

    Confirmant le découpage cité plus haut, je note sur Internet que le mot s’écrit de diverses manières et parfois tout attaché soit en deux mots « Mont Calivert », les 2 mots séparés quelquefois par un trait d’union « Mont-Calivert ». Comme sur la table d’orientation située au sommet, on le trouve également sur Internet écrit « Tuc de Montcalibert » avec un « b » au lieu d’un « v », ici aussi écrit parfois en un seul mot ou en deux « Mont Calibert ». Rien de surprenant concernant ces multiples façons d’écrire ce toponyme. Comme on l’a vu plus haut, la mention « tuc », pléonasme de « mont » ne se justifiait pas et d’ailleurs, elle ne figure que sur les cartes les plus modernes (IGN et cadastrales). Cette mention « tuc » a sans doute été rajoutée afin de différencier le « mont » du hameau tout proche. Enfin et pour expliquer les autres façons d’écrire le patronyme « Montcalivert », cette colline étant située sur l’ancienne province de Gascogne et la lettre « V » n’existant pas en « gascon », on peut raisonnablement envisager que « Montcalibert » est la vieille version « gasconne » et « Montcalivert » la plus moderne, ç’est à dire la version « française ».  Cette hypothèse est d’ailleurs largement confirmée par l’analyse des cartes proposées par le site Géoportail et selon leur ancienneté. En effet, les cartes les plus récentes,  c’est-à-dire  les différentes cartes IGN (Institut Géographique National) mentionnent le « Tuc de Montcalivert » alors que les cartes cadastrales mentionnent le « Tuc de Montcalibert ». Il en va de même pour la carte de 1950 avec « Montecalibert » et les cartes Cassini « Moncalibert ».

     

    Si on a vu plus haut qu’un « terrain en pente » et la couleur « verte » pouvait être une explication plausible, elle n’est peut-être pas ni la seule à imaginer ni la bonne ? Alors, il est peut-être intéressant de continuer les recherches ? Malheureusement, et comme on va le voir, les statistiques à partir de Google Recherche n’apportent que peu d’éléments indubitables :

    En effet, quand j’ai tapé les différents noms dans Google recherche, j’ai obtenu en un minimum de secondes les résultats suivants :

    -Montcalivert : 1.580 résultats.

    -Mont Calivert : 935 résultats.

    -Calivert : 4.280 résultats

    -Montcalibert : 1.430 résultats

    -Mont Calibert : 2.590 résultats.

    -Calibert : 15.700 résultats. Toutefois,  il faut noter que dans ce dernier cas, il s’agit d’un nom propre un peu plus répandu que « Calivert » tant en nom de familles qu’en nom de lieux. Ainsi, sur le site de généalogie Filae, le nom « Calivert » n’apparaît jamais alors que le nom « Calibert » apparaît 233. Idem sur Généanet où le patronyme « Calibert » obtient 63 résultats alors que « Calivert » en obtient seulement 6. Par contre, le site Généanet n’évoque aucune toponymie prétextant que ce dernier a évolué au fil des siècles comme de nombreux autres patronymes, ce dont on ne peut pas douter ! Plus intéressant, mes recherches me précisent que le mot « Calibert » serait le nom patois du fruit de l’églantier ou cynorhodon, très souvent appelé « gratte-cul ». Le « calibertier » serait l’églantier lui-même. Ici, il s’agit du patois vellavien, c’est-à-dire du Velay dont l’origine est l’occitan tout comme le gascon, même si cette assertion est encore largement discutée, à juste titre, par de très nombreux linguistes. Alors bien évidemment, on pourrait presque affirmer que le « Montcalibert » serait le « mont des églantiers », solution toute trouvée et qui paraît plausible dans la mesure où cet arbuste est présent dans le secteur comme dans tout le département de l’Ariège. Voilà une deuxième possibilité !

    Faut-il pour autant arrêter les recherches ici ? Je ne le pense pas. En effet, et comme le précise le site Généanet, les noms « Calibert » ou « Calivert » ont évolué au fil des siècles. Ainsi, si au nom « Calivert », on enlève le « i », on obtient « Calvert » dont l’étymologie en « calvaire » ne semble guère faire de doute pour les spécialistes de ce site en généalogie. Alors dans ce cas, le  « Mont Calivert » deviendrait le « Mont du Calvaire », ce qu’il est aujourd’hui et depuis les années 1933/34 où la grande croix blanche a été érigée dans le cadre d’une mission catholique. Cette croix a-t-elle été érigée pour remplacer un précédent calvaire qui aurait disparu ? Je n’ai rien trouvé sur Internet à ce sujet mais peut-être que des historiens du cru pourraient me renseigner ? Dans le département du Lot, à Floressas exactement, il existe un « Pech Calvert » et là, de manière assez surprenante, les toponymistes pensent que le nom « pourrait venir du mot occitan "calvet" signifiant chauveUne colline au sommet dépourvu d'arbres (un Mont Chauve) », citation extraite du site « https://floressas.jimdo.com/la-commune/les-lieux-dits/ ». Alors pourrait-on imaginer que le « Montcalivert » soit également un « mont chauve ? ». Un peu boisé, il n’est pas totalement « chauve » de nos jours, mais l’a-t-il été dans un passé bien antérieur ? Difficile de le savoir ? S’il est évident que les noms propres (toponymes, patronymes) ont évolué au fil des temps, au travers des langues et dialectes, selon leur phonétique, selon les accents et les prononciations avec lesquels ils étaient formulés, il est également évident qu’à force de leur ôter des lettres,  « calivert, calvert puis calvet » on peut en obtenir des significations bien différentes.

    Alors comme on le voit ci-dessus les explications concernant le « Montcalivert » peuvent être nombreuses, raison pour laquelle j’ai mis un point d’interrogation au titre de ce paragraphe. Est-il :

    1. Un mont verdoyant ?
    2. Un mont où poussent des églantiers ?
    3. Un mont ayant possédé un calvaire ?
    4. Un mont chauve ?

     

    Si  vous possédez la bonne solution voire une autre explication, sachez que je suis preneur !

     

    En octobre 2010, et alors que la croix était en cours de restauration, voilà ce que l’on pouvait lire dans la Dépêche.fr : « Patrimoine laissé par nos anciens, cette croix s'érigeait entre 1933 et 1934 dans le cadre d'une mission catholique et l'histoire dit que le chantier terminé les outils furent enfouis dans le socle. Quelques mesures pour ce « corcovado couserannais » : premier socle, 2,20 m x 3,70 m ; deuxième socle, 1,60 m x 2,10 m ; bras de la croix, 3,40 m ; hauteur de la croix, 10 m. L'été dernier, les plaques commémoratives rénovées, dont les inscriptions retracent sa construction et l'historique, reprenaient place sur le gros socle et son sommet se coiffait d'un chapeau de protection. Pour l'admirer, il suffit de partir de Saint-Lizier ou Montjoie et emprunter les itinéraires piétonniers balisés menant au sommet du tuc du Montcalivert. A 677 m d'altitude, au pied de la croix entourée de deux tables d'orientation, ce belvédère panoramique à 360° embrasse une vue splendide sur les sommets de la chaîne pyrénéenne du pic du Midi au Montcalm, en passant par l'emblématique mont Valier ».

     


    1 commentaire
  • Ce diaporama est agrémenté de la très belle musique de Michel Legrand "The Summer Knows" paroles de la chanson d'Alan et Marilyn Bergman, musique du film de Robert Mulligan "Summer of 42" (Un Eté 42) avec Jennifer O'Neill. Ici, elle jouait successivement par Michel Legrand (piano), Toots Thielemans (harmonica) et Jackie Evancho (chant).

    Les Cabanes de Goutets (1.463 m) depuis La Foulie (947 m) (Commune de Le Port-Ariège)

    Les Cabanes de Goutets (1.463 m) depuis La Foulie (947 m) (Commune de Le Port-Ariège)

    Pour agrandir les photos, cliquez dessus. 2 Fois pour un plein écran

     


     

    Les Cabanes de Goutets (*), vous connaissez ? Si vous n’habitez pas l’Ariège voire mieux ce canton qu’on appelle plus précisément le Massatois (commune de Massat), situé dans le Couserans, il est fort probable que non ! Je vous rassure, avant d’y aller moi-même, je ne connaissais pas l’endroit. D’ailleurs, et pour être franc, la toute première fois où j’ai vu cet intitulé dans un guide touristique ariégeois et sans même avoir lu l’article, j’ai immédiatement pensé à un lieu propice à accueillir des enfants et dans lequel des cabanes auraient été construites afin qu’ils viennent y goûter. Prendre leur « quatre-heures » comme nous le disions jadis, mais également goûter aux joies diverses de récréations campagnardes. Alors bien sûr, j’avais tout faux, et d’ailleurs, j’aurais dû m’en apercevoir car « Goutets » s’écrit avec « ts » à la fin et non pas avec un « r » ou « rs » ! Non, le site de Goutets (*) est une zone pastorale dont certains historiens s’avancent à dire qu’elle était déjà là au 14eme siècle. Minuscule hameau presque essentiellement constitué de ce que l’on appelle très communément des « orris », ici des « courtals », c’est-à-dire des petites cabanes en pierres sèches, la zone en question a été réhabilitée et vit désormais une nouvelle vie depuis 1974. Dorénavant protégé, cet espace agropastoral, qu’ici on appelle « bourdaou (**) » est situé à une altitude moyenne de 1.400 mètres dans un cirque magnifique au pied du Pic des Trois Seigneurs. Si le site continue d’être une zone d’estives ; après une très longue période de déprise agricole ; il présente l’avantage d’être ouvert à la randonnée pédestre. C’est donc pour ce dernier motif que nous sommes en ce jeudi matin du 13 juin 2019 au hameau de La Foulie.  En vacances pour 8 jours dans le petit village de Le Port, cette balade donnée pour 3h30 présente tous les avantages que nous nous sommes fixés. Une distance et un dénivelé de 560 mètres raisonnables, un cadre magnifiquement montagnard correspondant à ce que nous sommes venus chercher en choisissant l’Ariège pour nous dépayser et en plus, un départ depuis La Foulie, hameau peu éloigné de notre lieu de villégiature. Il est 8h30 quand nous garons notre voiture sur le petit parking de La Foulie. Comme le temps est plutôt agréable ; même si de gros nuages blancs très mobiles dominent parfois le cirque ; on pourrait presque dire que l’on va sans doute aimer tout ce qui nous attend, un peu, beaucoup, passionnément, à la Foulie ! D’ailleurs, si nous n’étions pas des êtres respectueux de la Nature, nous pourrions presque dire ça en effeuillant une des grandes marguerites poussant au bord même du parking. Mais non, même pour cause d’Amour avec un grand « A », écarteler une fleur pour ne garder que son cœur n’est pas dans nos principes ! Dès le départ, les indications sont précises et le balisage très bon. D’ailleurs, les gens du cru ont fait des efforts ; efforts humoristiques de surcroît ; pour rendre cette balade encore plus agréable, en accrochant une plaque « Chemin des randonneurs », puis un peu plus loin, avec un panonceau « par ici la rando ». Le parcours vers les Cabanes de Goutets porte le numéro 16 et on se dit déjà qu’on va faire en sorte d’y faire confiance au maximum, même si beaucoup plus tard et lors du retour, à un endroit bien précis; mais un seul ; il sera la cause d’une bonne galère !  Dans l’immédiat, un étroit sentier très herbeux nous entraîne vers le hameau Le Carol que l’on aperçoit juste au-dessus.  A cause d’un petit ruisseau qu’il faut enjamber, de nombreux ruissellements et donc d’une herbe très grasse et glissante, la montée vers Le Carol nécessite dès le départ un peu d’attention, ce qui ne m’empêche nullement de me vautrer dans la gadoue après une jolie « gamelle » dans la partie la plus boueuse. Mon appareil-photo est intact et c’est déjà un bon point, même si l’objectif est mouillé de gouttelettes et que je ne m’en aperçois pas immédiatement. Une végétation luxuriante, pas mal de fleurs des prés, des granges typiquement ariégeoises avec leur toiture typique à redents, un vieux lavoir, une minuscule source coulant au sein d’une dense fougeraie, des ânes en quantité qui s’y prélassent et y trouvent pitance, voilà  les découvertes de nos premières foulées. Le Carol arrive. Il s’agit d’un tout petit hameau suspendu à flanc de montagne avec une très belle vue sur le vallon, vallon se terminant au loin par le cirque glaciaire des Trois Seigneurs. Le village semble recroquevillé sur lui-même, avec des maisons très près les unes des autres. Est-ce pour se réchauffer lors des hivers très rigoureux ? Rien ne le dit mais cette chaleur est déjà bien présente dans le cœur des gens qui habitent le hameau. Alors que la conversation vient à peine de s’engager avec un couple très gentil, à propos de la beauté de leur village, ces derniers nous invitent à visiter leur jolie maison.  Ils vont jusqu’à nous proposer un café. Nous les remercions de leur accueil mais refusons le café car leurs bagages sur le perron de la porte  et des fleurs en godets dans des cartons nous laissent supposer une arrivée imminente. C’est bien le cas. La maison étant pour eux une résidence secondaire, ils nous confirment être en vacances et viennent effectivement d’arriver. Nous les saluons une dernière fois et les laissons à leurs affaires courantes et à leur installation, dont on connaît parfaitement l’importance pour être souvent dans le même cas.  Le sentier continue à s’élever en longeant quelques jolies maisons, parfois très fleuries,  puis on sort très vite du hameau à hauteur d’un vieux et grand lavoir. Une chèvre curieuse puis un chat très câlin stoppent notre élan et nous divertissent de longues minutes. Un bois est là, le plus souvent constituée de divers feuillus mais presque jamais vide d’un très riche patrimoine bâti. Granges à la pelle qui jalonnent le chemin, parfois en ruines, parfois mal en point et quelquefois magnifiquement restaurées en lieu d’habitation ou de villégiature. Toutes ces granges ont ces pignons à gradins ou à échelons qu’on appelle « redents » ou « à pas d’oiseau » et dont les dalles qui les constituent sont ici appelées « peyrous ». Des étables, des bergeries et des terrasses sont bien présentent elles aussi et prouvent,  si nécessaire qu’il y a eu ici une occupation agricole montagnarde très conséquente. Devant une très belle grange rénovée, un jeune couple ; d’origine étrangère à cause de leur accent ; travaille durement à défricher leur terrain envahi par de grands genêts en fleurs. Estivants eux aussi, ils nous confirment que le débroussaillage est indispensable chaque année. Surtout les genêts, les fougères et les ronciers qui ont un pouvoir incroyable  à se développer car ici ils trouvent un terreau et une humidité à leur parfaite convenance. Ayant une maison à Urbanya, dans le Haut-Conflent, on leur confirme savoir tout ça et être logés à la même enseigne de ce défrichage annuel inéluctable ! On laisse les jeunes défricheurs à leur dur labeur mais dès lors, les bois de divers feuillus et les broussailles laissent la place à une très belle et sombre forêt. Des arbres immenses et sans doute séculaires dressent leur tronc vigoureux et leurs amples ramures très haut dans le ciel. Des hêtres presque essentiellement. De nombreux vestiges d’habitats sont encore là. Parfois une clairière s’entrouvre laissant apparaître à l’horizon la pyramide tronquée et trapézoïdale du Mont-Valier ou bien encore bien plus près la longue crête du Massif des Trois Seigneurs. Légèrement saupoudrées de plaques de neige éparses, nous avions initialement prévus de monter à son pic situé à 2.199m d’altitude, à partir du Port de Lers. Ça, c’était au début de nos vacances, mais avec l’arrivée d’une couche de neige inattendue dès le premier jour, la météo a contrarié nos plans. Nous n’étions pas vraiment équipés pour marcher dans la neige et sur des névés,  alors on a changé notre fusil d’épaule essayant de chercher d’autres randonnées beaucoup plus dans nos cordes que celles de gravir de hauts sommets très nombreux ici en Ariège.  Mais qu’à cela ne tienne car ce département est un tel réservoir de belles randonnées qu’il faut vraiment le vouloir pour ne pas en trouver quelques-unes à son goût ! Cette randonnée aux « Cabanes de Goutets » est venue remplacer celle prévue au pic des Trois Seigneurs. On ne saura jamais si on a gagné ou perdu au change ? Après le franchissement d’un petit ruisseau, le sentier sort de la forêt et aboutit sur une piste forestière. Pour quelques minutes et une centaine de mètres seulement, car juste après le balisage jaune indique qu’il faut reprendre un autre sentier forestier montant de nouveau à gauche. Ici aussi pour quelques minutes seulement, car peu après, la forêt se termine laissant la place à un ample amphithéâtre presque essentiellement herbeux. C’est le début du cirque. Les premières cabanes en pierres sèches sont là, certaines en ruines et d’autres à encorbellements encore bien debout. Cette architecture-là serait-elle plus solide que l'élévation traditionnelle ? On peut raisonnablement se poser la question. Le sentier toujours bien balisé en jaune circule au sein de ces ruines et orris. Dany qui a la fringale décide d’arrêter là au milieu des cabanes pour déjeuner et se reposer un peu. Je mets à profit cet arrêt avec une double occupation : déjeuner tout en tentant de photographier la Nature : oiseaux, fleurs et papillons essentiellement. Ici, nous sommes au lieu-dit Les Pradals et le regard porte à la fois vers le cirque des Trois Seigneurs et le vallon que nous venons de longer en balcon. Tout le reste n’est que « verdure » sous toutes ces formes ou bien alors « minéralité » à partir d’une certaine altitude.  Dany qui a l’œil bien plus perçant que moi a aperçu un chevreuil. Elle m’appelle et me le montre du doigt. Il est assez loin dans la prairie se trouvant en contrebas, mais suffisamment visible pour un rapproché photographique. Nous allons l’observer de très longues minutes avant qu’il ne disparaisse derrière un dôme herbeux. Nous repartons en essayant de ne pas perdre de vue le balisage jaune.  Pourtant, c’est très vite peine perdue dès lors que les premières mouillères se présentent.  Ici, prêter attention à ne pas mettre les pieds dans l’eau ou la gadoue, tenter de les poser correctement sur des mottes de laîches sans se tordre les chevilles et regarder en même temps si le balisage jaune est présent sont des besognes quasiment incompatibles dès lors que les trois sont à faire en même temps. Parfois, le sentier ressemble à un ru mais quoi qu’il advienne le balisage jaune est définitivement perdu. Ici, de nombreuses grives sautillent sur l’herbe fraîche de la prairie. Je réussis à les photographier avant qu’elles ne s’envolent en éventail. Pendant que Dany traverse les tourbières un peu plus bas, je grimpe jusqu’à l’orée d’un bois où finalement je retrouve un semblant de sentier et le balisage jaune à l’instant d’enjamber un tout petit torrent. Il s’agit du ruisseau de Pistoulet, affluent de la rivière l’Arac, principale grande rivière du secteur.  Dany me rejoint et désormais un bon sentier herbeux file vers les Cabanes de Goutets, enfin vers celles qui sont quasiment toutes en bon état et regroupées en un petit lotissement. On imagine aisément qu’il s’agit des cabanes restaurées dont il est fait mention dans le dépliant que nous avons trouvé à notre location. Les cabanes sont là avec des styles architecturaux bien différents mais toutes en pierres sèches et avec d’énormes ardoises de lauzes dès lors que les toits sont pointus. Certaines cabanes, style maison ou grange, ont seul un toit pointu, d’autres en ont deux, d’autres ont la couverture volontairement herbeuse et moussue grâce à une bonne épaisseur de terre engazonnée. Elles sont recouvertes de « gispet » ; cette herbe que l’on trouve très souvent dans les pelouses d’altitude est là pour assurer l’étanchéité. Ces dernières ont le  plus souvent leurs toitures arrondies et ressemblent aux orris traditionnels tels qu’on les rencontre sur l’ensemble du massif pyrénéen. Certains orris sont petits et carrés, d’autres plus grands et rectangulaires, certains ont des enclos et d’autres pas. Ici, on trouve un peu de tout, techniques de constructions à encorbellements ou plus traditionnelles « à joints vifs », quoi qu’il en soit la pierre sèche reste le principal élément de construction même si désormais les portes en bois sont sans doute plus nombreuses qu’au temps jadis. De ce fait et à chaque instant, on s’attend à voir apparaître un « hobbit » ou un « schtroumpf ». Après une photo-souvenir devant une cabane, je propose à Dany de partir tous les visiter. En définitive, il n’y en a pas tant que ça ouvertes et la visite est plutôt rapide. Si les façades servent de repaires à une quantité incroyable de lézards, qu’elle n’est pas ma surprise de trouver quelques brebis à l’intérieur d’une cabane dont la porte est fermée. La première brebis a envie de sortir mais par crainte que cette envie ne se transforme en « mouton de Panurge » et que les autres ne suivent, je fais en sorte de la repousser vers l’intérieur. A regrets, mais par respect à l’égard du berger, je referme la porte derrière moi. Ici, dans ce bel amphithéâtre naturel qu’est le cirque des Trois Seigneurs, tous les animaux, ovins, caprins et bovins,  vivant en cheptel sont les bienvenus. Ils trouvent à rassasier leur insatiable appétit. Il ne manque que des chevaux mais nous en verrons un peu plus bas au lieu-dit La Plagne !  A l’aide du balisage jaune, toujours bien présent, le parcours se poursuit en direction de l’habitation du berger. Cette dernière et quelques enclos sont posés là, sur un mamelon à la fois rocheux et herbeux dominant le vallon. Très vite, une piste forestière prend le relais du sentier et descend à gauche de l’habitation du berger. Si ce n’est un bref égarement un peu plus bas,  et à cause d’un curieux panonceau « numéro 16 » mal placé, cette large piste se termine très facilement à la Foulie. Pour l’instant, la belle et ample vallée descendant jusqu’au hameau est à nos pieds et elle s’entrouvre magnifiquement. Cet amplement panorama nous laisse entrevoir le chemin déjà réalisé et celui restant à faire. Alors que nous sommes en contemplation depuis de longues minutes, deux vautours fauves viennent tournoyer au-dessus de nous. Je les regarde planer autour de nous, parfois dessus, parfois devant nous, à gauche ou droite, tout en me demandant ce que nous représentons pour eux ? Sommes-nous une simple curiosité ou ont-ils un regard purement alimentaire qui les fait s’approcher de nous de plus en plus près ? Je me dis que si c’est ce dernier cas qui prédomine, c’est plutôt vexant d’être considéré comme de la viande alors qu’il y a ici de jeunes veaux, des cabris et des agneaux une grande partie de l’année ! Finalement et à bien y réfléchir, ce ne sont que des oiseaux, avec des cervelles d’oiseaux……oiseaux qui ont probablement faim et cherchent pitance ! Ils repartent et vont rejoindre leurs congénères qui eux s’éclatent beaucoup plus haut près des cimes d’altitude. Si la piste forestière est plus astreignante que n’importe quel sentier, elle est plus roulante et en même temps elle est pour moi, plus adaptée aux photos de la  Nature que j’ai constamment envie de prendre. Oiseaux, papillons et fleurs sont plus pratiques à photographier dès lors qu’il n’est pas nécessaire de regarder en permanence où l’on met les pieds ! Ici, les oiseaux sont compliqués à prendre en photo car la végétation est presque constamment exubérante des deux côtés de la piste. Il faut donc de la patience et surtout de la chance. Le meilleur moyen de les repérer reste leurs chants. Enfin, quand ils daignent chanter ! Les fleurs sont nombreuses et bien évidemment par les mêmes que celles d’altitude. Quand aux papillons, une petite brise les empêche de tenir en place mais néanmoins quelques jolis spécimens s’enregistrent dans mon numérique. Quand la Foulie se présente, Dany et moi sommes surpris que cette balade se termine déjà. Oui, on a bien aimé cette randonnée qui est allé crescendo.  Sauf à être un peu balourd dans mes propos, je pourrais presque dire qu’on l’a bien aimé au début, puis ensuite beaucoup, puis passionnément en arrivant aux Cabanes de Goutets et enfin à La Foulie ! J’ai rencontré pas mal de problèmes avec mon appareil-photo dont le paramétrage par défaut s’est déréglé en permanence, mais malgré  ça et dans l’ensemble, quand je visionne mes photos, je suis plutôt satisfait du résultat. Quand à mon GPS, il n’a pas fonctionné correctement non plus, à cause des piles très vite vides, et de ce fait,  je n’ai pas pu enregistrer le parcours effectué. Sur les différents dépliants que j’ai pu lire seuls le temps et le dénivelé cumulé positif sont donnés pour respectivement 3h30 aller et retour et 560 mètres. Ici, à la Foulie, la distance est donnée pour 9 km. J’ai donc virtuellement tracé le parcours effectué sur mon logiciel CartoExplorer et je trouve une distance réalisée d’environ 10,5 km pour des montées cumulées de 811 m et un dénivelé de 516m. Le point le plus bas est La Foulie à 947 m d’altitude et le plus haut à 1.463 m au premier hameau de Goutets. Malgré quelques différences dans les chiffres, vous disposez de tous les éléments pour y aller. Alors n’oubliez pas, ce sont les Cabanes du Goutets, Goutets avec « ts » à la fin ! Carte IGN 2047 ET Massat – Pic des Trois Seigneurs – PNR des Pyrénées Ariégeoises Top 25.

    (*) Les Cabanes de Goutets : Avant même de lire le livre de Jean-Louis LOUBET (**) et après avoir tenté de lire tout ce qu’il était possible de lire à propos du lieu-dit de Goutets et de ses cabanes, il m’a semblé bon d’en faire une récapitulation la plus complète possible. La voici ci-après. Attention, je tiens à préciser que la plupart du temps je n’affirme rien et que je ne fais que reprendre des informations que j’ai trouvées (en italique) soit sur des guides ou dépliants touristiques soit sur Internet. Concernant l’origine de « Goutet » tout d’abord, il semble que la plupart des toponymistes soient d’accord pour dire que ce nom a incontestablement un rapport avec l’eau, ce qui n’est pas illogique quand on connaît le lieu et surtout quand on sait qu’il y a un ruisseau éponyme. C’est ainsi que le latin « gutta », mot signifiant « goutte » se retrouve en « gota » dans de très nombreuses langues et dialectes romans comme l’espagnol, le portugais, le catalan et l’occitan bien sûr. Ce « Goutet » ariégeois (on en trouve ailleurs aussi !) aurait donc pour origine le latin « gutta » puis l’occitan « gota ». Soyons néanmoins conscients qu’ici nous sommes désormais très loin de la « goutte originelle » et qu’il s’agit plutôt « d’une source ou d’une rigole d’écoulement des eaux dans un champ » (Source extraite du site ariégeois de M. Philippe Cabau de Fauronne). L’historien Jean Tosti, dans son site consacré aux noms de famille, confirme le diminutif de « goutte » et le toponyme désignant une source dans le Massif Central. Dans le Vercors, un rocher où jaillit une source est également appelé « Goutet » et on pourrait ainsi multiplier plusieurs autres exemples un peu partout en France. Le « Goutet » serait donc la source et son ruisseau, et si ici le nom a été mis au pluriel avec un « S » à la fin, on peut sans crainte imaginer qu’il y avait plusieurs sources et plusieurs ruisseaux ou mieux peut-être se référer au nombre de hameaux distincts qui étaient de 4. Ici, on les appelle des « bourdaous » (**). A ces explications qui paraissant les plus plausibles, on peut y ajouter celles extraites du livre « Souvenirs wisigothiques dans la toponymie méridionale » de Pierre-Henri Billy, livre intégralement consultable sur Internet.

    Pour le reste, et tiré d’un dépliant intitulé « le Hameau d’estives de Goutets en pays de Massat »,  on apprend que « le site protégé (depuis 1998) est inclus dans une Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager (ZPPAUP) (1994) et qu’il est caractérisé par une architecture originale, associant granges et cabanes en pierres sèches, découlant du système des « bourdaous » (des groupes de granges relevaient d’un mode d’exploitation particulier qui associait prés de fauche individuels et pâturages communautaires). Un programme de restauration du Bâti a été confié à l’A.A.P.R.E (Association Ariégeoise pour Personnes en Recherche d’Emploi) sous la conduite d’un architecte. Ici, le Massif des Trois Seigneurs offre des paysages d’estives portant l’empreinte caractéristique des glaciers : abrupt d’un verrou, fond de cirque sont autant de lieux naturels de pacage pour les troupeaux. Le secteur de Goulurs-Goutets est marqué par une tradition agropastorale très ancienne, qui forge l’identité des montagnes du pays de Massat. Après une déprise importante, les estives ont fait l’objet dès 1974, d’aménagements pastoraux sous l’égide d’une Association Foncière Pastorale. Cette démarche se poursuit aujourd’hui avec succès grâce au soutien de la Fédération Pastorale de l’Ariège : un vacher et un berger gardent désormais près de deux cent bovins et trois cent ovins, renouant ainsi avec une activité qui est la vocation première du site. Labellisé par la F.M.P.S (Fédération Méridionale de la Pierre Sèche), le sentier de découverte et d’interprétation de l’Estive de Goutets, étape du Tour du Massif des Trois Seigneurs, est le fruit de la collaboration entre Syndicat des Montagnes de Massat – Le Port, Association Montagne et Patrimoine, Communauté des Communes du Massatois, O.N.F, Association de Développement du Couserans, Fédération Pastorale et Conseil Général de l’Ariège, DIREN Midi-Pyrénées, Association I.S.C.RA. Vous trouverez en vente à l’Office de Tourisme du Couserans, à l’Office de Tourisme de Massat et dans les mairies du Port et de Massat, un carnet qui vous aidera dans votre démarche d’interprétation. Les bornes disposées (?) tout au long de l’itinéraire, depuis le hameau du Carol, renvoient à un chapitre donné (architecture, paysage, pastoralisme). Au cœur d’une zone protégée, le sentier traverse un espace pastoral dont il importe de respecter la quiétude et la sécurité ! Vous devez donc, au cours de la visite, refermer les portes, tenir vos chiens en laisse (à cause des troupeaux et des chiens de protection) et penser à ramener vos déchets ». Voici ce que l’on peut lire sur ce dépliant que j’ai pu me procurer. De quand date-t-il et est-il toujours d’actualités pour l’ensemble des informations qui y sont données ? Je ne saurais pas vous le dire, mais je n’ai pas vu les « fameuses » bornes dont il est fait référence !

    Dans d’autres textes, on apprend que le site de Goutets est là depuis la fin du 18 siècle ou le début du 19eme, certains pensent même à une petite présence dès le 14eme siècle. A l’origine, le motif de cet intérêt soudain aurait été la forte croissance démographique du 18eme siècle. Peu de personnes le savent mais jusqu’à 1795, la France ; avec 28,5 millions d’habitants cette année-là ; est le 3eme pays derrière la Chine et l’Inde pour sa population totale. Il y a nécessité à nourrir toutes ces bouches et les ressources alimentaires jamais suffisantes entraînent les populations des vallées vers des zones plus hautes non encore exploitées et plus particulièrement dans des lieux où l’eau est abondante une grande partie de l’année. Ici aux Goutets, il y avait quatre villages distincts avec une vie communautaire, lesquels de juin à septembre accueillaient les bergers et leurs bêtes. Le plus haut des quatre était à l’altitude de 1.463m non loin de l’endroit où le ruisseau éponyme prend sa source. Les sources et plus généralement les eaux de ruissellements y sont nombreuses. On dénombrerait sur l’ensemble du site plus de 200 constructions en pierres sèches. Outre le travail pastoral consistant à garder les troupeaux, à traire les vaches et les brebis,  à fabriquait du beurre et des fromages, on défrichait et on déforestait pour agrandir les surfaces de fauches et les pâtures, pour y planter des cultures vivrières, on y élevait des lapins, des poules et des cochons pour nourrir les familles présentes. La vie s’organisait autour des « bourdaous », système de « remues » saisonnières impliquant la nécessité de changer de place et d’habitat selon les ressources disponibles pour les gens et les bêtes et selon les saisons.

    Comme dans tous les milieux ruraux, le site de Goutets a connu des phénomènes de déprises agricoles et donc de déclins, déclin amplifié par la révolution industrielle et l’exode rural ou plus simplement car l’agriculture et l’élevage de montagne étaient des plus contraignants.  Il faut savoir que pendant très longtemps, ici en Ariège, mais ailleurs aussi, ceux qui exploitaient les terres le faisaient sous l’autorité d’un seigneur, d’un richissime bourgeois ou d’ecclésiastiques qui en étaient les seuls vrais propriétaires. Si le servage avait été aboli, le fermage avait pris sa place, mais en réalité peu de choses avaient changé pour ceux qui travaillaient à la campagne ou à la montagne. Pour tous ces gens-là, la vie ne s’était guère améliorée. Aussi, quand la révolution industrielle engendra ses premiers effets et emplois, les paysans, surtout les hommes, s’empressèrent, pour améliorer l’ordinaire, d’aller chercher un travail ailleurs. Forgeron, charbonnier, colporteur, mineur, porteur de glaces, montreur d’ours, etc., les métiers étaient très nombreux et d’une extrême variété. Au début, il s’agissait de le faire aux périodes agricoles creuses, puis de plus en plus ils laissèrent leurs femmes s’occuper de tout le reste. La vie de cette paysanne déjà très rude se transforma souvent et très vite en de véritables enfers, car elle était doublée de celle de mère au foyer, la plupart du temps, au sein d’une famille très nombreuse où les multiples enfants qu’il fallait nourrir et éduquer venaient s’ajouter aux grands-parents qu’elle devait soutenir jusqu’à leur dernier souffle. Le temps eut vite raison de ces difficultés insoutenables et il est fort probable que le site de Goutets n’échappa pas à cette règle.

    Enfin, si toutes les cabanes sont en pierres sèches, il est important de signaler qu’elles sont parfois bien différentes et pour cause, puisqu’elles avaient des destinations qui l’étaient aussi. Ainsi, si au début, les premières constructions furent de simples abris ou murs sous roches, très vite, l’Homme acquit les techniques permettant des élévations plus abouties. C’est pourquoi, on trouve des « orris », dont le mot correspondait plutôt au site d’exploitation, c'est-à-dire à « la jasse », surface bâtie d’une ou plusieurs cabanes et clôturée parfois de murets également en pierres sèches que le berger occupait quotidiennement. Si pour l’œil non averti, ces cabanes pouvaient être ressemblantes, le connaisseur y décelait des « mazucs », minuscules cabanes semi-enterrés où l’on entreposait le beurre et les fromages pour les affiner et les amener jusqu’à maturation.  Le « courtal » était une cabane plus ample et un peu plus confortable, à laquelle un enclos était adjoint qu’on appelait « parec », parec dans lequel le bétail passait les nuits à l’abri des éventuels prédateurs. Le « parec » était parfois relié à l’habitation par une « marga », couloir pratique permettant d’amener les brebis plus facilement pour la traite. Le « cabanat » était un orri de quarantaine destiné essentiellement aux animaux malades ou bien prêts à mettre bas. Le « besau » ou « canaleta » était un petit canal d’arrosage permettant d’amener de l’eau, depuis une source ou un ruisseau, jusqu’à l’orri désiré. Certaines cabanes servaient de granges ou de fenils, d’autres de greniers, d’étables ou de bergeries. Il y en avait bien sûr qui servaient d’habitations, plus ou moins grandes et diverses dans leur conception et leur nombre de pièces. Le plus souvent, elles étaient agrémentées d’une porte en bois,  et à l’intérieur, on pouvait y trouvait une grande dalle servant de table, d’autres plus petites servant de sièges, quelques niches permettant de menus rangements et quelquefois un rudimentaire foyer ou un simple orifice servant de cheminée. A l’extérieur, on y trouvait souvent des bancs et une table, voire des escaliers le tout en pierres sèches ou fait de rondins. Le « parsou », « penh » ou « porcatiéra »  servaient de porcherie. D’autres petites cabanes faisaient office de poulailler ou de niche pour les chiens. Toutes ces architectures, formées d’un bâti sans aucun mortier et dressées avec essentiellement des pierres extraites à proximité, étaient le fruit d’un savoir-faire ancestral mais également d’une main d’œuvre souvent importante. Ces techniques se transmettaient de génération en génération. Certaines cabanes étaient des constructions dites « en tas de charge » ou « à encorbellements » constituées d’une voûte élevée de manière successive et concentrique, avec des pierres sèches et une ou plusieurs dalles finales. Certaines cabanes étaient construites de façon plus traditionnelle,  Les minerais utilisés étaient du cru et pour l’essentiel soit du schiste soit du granit. Ainsi, si on avait la certitude qu’il y avait des spécialistes, maçons, bâtisseurs professionnels et parfois même, maîtres émérites de la pierre sèche, il arrivait souvent que d’autres métiers soient capables par contrainte d’élever des cabanes quasi similaires sinon quelquefois aussi parfaites. C’était le cas de certains bergers, paysans, agriculteurs, éleveurs, vignerons, essartiers et défricheurs, chasseurs, braconniers, cantonniers, carriers, puisatiers dont la nécessité de leurs travaux était de savoir travailler et élever la pierre sèche.  Ici, aux Cabanes de Goutets, il est fort probable que de nombreux métiers aient participé à ces élévations ou à leur restauration au fil des décennies.

    (**) Le livre de Jean-Louis LOUBET : Jean-Louis Loubet, dont le métier était professeur de géographie, est un ancien maire de la commune ariégeoise de Le Port (1978-2005). Après des études et des recherches sur le site de Goutets, il a participé activement à sa rénovation puis à sa conservation. En 2010,  il a écrit un livre paru aux Editions Lacour qui est une véritable référence quant à ce site montagnard agropastoral. Ce livre qu’il faut lire pour tout connaître de Goutets a pour titre : « Un site remarquable dans le Haut-Couserans, Goutets - Contribution à une connaissance du milieu montagnard et de son organisation pastorale ».

     Les Cabanes de Goutets (1.463 m) depuis La Foulie (947 m) (Commune de Le Port-Ariège)Les Cabanes de Goutets (1.463 m) depuis La Foulie (947 m) (Commune de Le Port-Ariège)


    2 commentaires
  • Ce diaporama est agrémenté de la musique "Benedictus" du compositeur et musicien gallois Karl Jenkins, jouée ici et successivement, d'abord par La Concordia de Fribourg sous la direction de Jean-Claude Kolly et 7 choeurs fribourgeois, puis par 2Cellos, c'est à dire les violoncellistes Luka Sulic et Stjepan Hauser accompagnés du Zagreb Philharmonic Orchestra..

    VLe Sentier du Berger depuis Leucate-Village

    Le Sentier du Berger depuis Leucate-Village

    Pour agrandir les photos, cliquez dessus. 2 fois pour un plein écran


     

    Quand à quelques jours de son opération du genou ; prothèse totale du genou droit ; Dany m’a annoncé qu’elle voulait faire une petite balade pédestre, j’ai d’abord été étonné, puis, le choix de ce « Sentier du Berger à Leucate » est venu à moi comme une évidence. Il est vrai que les agréables et récents « Sentier du Guetteur », puis celui « du Pêcheur », que je venais d’effectuer ici même, étaient encore tout frais dans ma mémoire. Je lui ai soumis l’idée, lui précisant simplement qu’il faudrait qu’elle fasse attention car ce sentier est parfois caillouteux voire rocheux par endroits. Elle acquiesça. Mais afin qu’elle prenne pleinement conscience de ce qui l’attendait, j’ai même rajouté qu’il serait un peu idiot qu’elle se fasse une entorse du genou avant même que la chirurgie ait le temps de lui en poser un tout neuf. Elle accepta l’idée de ce « Sentier du Berger » et comme la journée du lendemain s’annonçait très belle, il ne restait plus qu’à préparer un pique-nique et nos sacs à dos. Si ma venue sur la falaise de Leucate était relativement récente, je me demandais depuis combien de temps Dany n’y était plus venue ? Je me souvenais d’un temps où nous venions régulièrement avec les enfants. Pour eux, le plateau de Leucate était un terrain de jeu presque illimité. Les seules limites réelles étaient les murets en pierres sèches mais notre curiosité et notre vitalité nous les faisaient très souvent enjamber ou contourner. Nous ne nous approchions du bord de la falaise que pour aller pêcher ou se baigner à la Plagette et le reste du temps nous prenions la précaution de rester bien à l’intérieur du plateau. C’est d’ailleurs là que nous avons commencé à cueillir des amandes douces et à ramasser des asperges sauvages. Pour nous, c’était devenu un agréable passe-temps et pour les enfants, un jeu ludique. Pour les amandes, la difficulté résidait à trouver les bons arbres aux amandes douces au milieu de cette profusion d’arbres aux amandes amères. A la fin, nous connaissions trois ou quatre « bons » amandiers et là, le challenge était de venir cueillir les amandes avant que d’autres cueilleurs ne soient passés avant nous. Autant vous dire que ce n’était jamais gagné d’avance, car les gens du coin connaissaient les bons arbres encore bien mieux que nous, mais une petite poignée d’amandes douces suffisaient très souvent à notre bonheur. Elles finissaient très souvent dans la frangipane d'une galette, même quand la période des rois était passée. Avec Dany, ils nous arrivaient aussi de venir seuls. Après une soirée au resto, nous venions au bord de la falaise en voiture. Assis, le nez levé vers les étoiles et face à l’immensité du ciel et de la mer, nous papotions de tout et de rien. C’était l’occasion de se retrouver sans les enfants, en tête à tête, dans un cadre majestueux et idyllique.  Quand la nuit était complètement noire, seules les lumières de la Franqui et des autres stations balnéaires audoises les plus proches nous apportaient un semblant de clarté. Grâce à ces lumières, le golfe du Lion dessinait sa courbe parfaite jusqu’à disparaître dans un insondable horizon. Nous nous bécotions un peu et plus d’une fois, la voiture terminait sa course dans un chemin abandonné. Nous étions jeunes, un peu « dingos » à vrai dire, et ces récréations amoureuses mettaient du piquant dans nos vies, qui sans cela, auraient été probablement trop routinières. En tous cas et pour rien au monde, serrés l’un contre l’autre, nous n’aurions changé l’exiguïté de l’habitacle de la voiture contre un lit de trois mètres de large dans le plus grand et le plus beau des palaces. Oui, à cette époque, il fallait que nous soyons un peu fous pour passer une partie de la nuit sur ce plateau de Leucate ! Voilà les souvenirs fabuleux que je me remémorais de cet endroit où nous allions déambuler dès demain. De ce « Sentier du Berger » que nous allions réaliser, nous n’en connaissions pas les contours, mais la plupart des chemins du plateau n’avaient plus aucun secret pour nous, tant nous les avions arpenter à la recherche d’amandes, d’asperges ou de tranquillité. A l’époque, ce sentier balisé existait-il d’ailleurs ? Rien n’est moins sûr ! Nous n’avions jamais vu ni aucun berger ni aucun mouton. A l’époque, le seul « berger » à avoir de l’intérêt à nos yeux était celui de l’étoile. Quand la nuit était noire, l’étoile du Berger fixait nos regards et nous rendait la pareille de son œil scintillant sur nos ardeurs de jeunesse. Rien n’a vraiment changé de nos jours, les murets et les amandiers sont toujours là et nous aussi, sauf que nous avons pris 30, 35, 40 ans de mieux. Je suppose que si nous sommes encore là après toutes ces années, c’est que les sentiments très forts que nous avons toujours partagés sont encore là eux aussi ? Le lendemain 17 mars. 10h30. Nous voilà sur le parking Pierre Gonzales et devant l’office du tourisme, prêts à démarrer. La place, elle, est bien jolie car c’est la toute première fois que je la vois lancer ses jets d’eau en rafraîchissantes arabesques. Près du point d’information, un panonceau annonce la couleur : « Sentier du Berger – 7 km ». Aujourd'hui, je n’ai rien préparé ou si peu. Je n’ai lu qu’un petit dépliant trouvé sur le Net. Ce qu’il dit du sentier est très succinct : «  Cette boucle dans les sillons du berger permet de comprendre la vocation pastorale du plateau et de rejoindre un point de vue remarquable sur le littoral », mais il est néanmoins très intéressant car truffé d’informations sur les découvertes à y faire. Des plaques commentées jalonnent le parcours, apprend-t-on en sus. Je connais bien le démarrage car c’est exactement le même que pour le « Sentier du Guetteur ». Descente de l’avenue Francis Vals puis direction Le Foyer. Là, je retrouve l’amusant panonceau du « sentier de randonnées pour les Nuls ». On se dirige ensuite vers le chemin Neuf et son moulin où j’aperçois un magnifique couple de huppes fasciées. Posées une sur l’autre, la situation laisse apparemment supposer qu’elles n’attendent pas la nuit étoilée pour se lancer dans leurs ébats amoureux. Elles n’ont pas de voiture mais un grand cyprès semble avoir la même destination. Dany qui ne s’intéresse pas autant que moi à l’avifaune, et qui de ce fait, ne flâne pas autant que moi, les fait s’enfuir. Je peste sur l’instant car la photo d’un tel accouplement aurait été inédite pour moi,  mais grâce à cette fuite, je réussis à les photographier séparément. Nous laissons les dernières maisons derrière nous et descendons dans le vallon où se trouve la Fontaine du Loin. Seule ressource en eau potable du village pendant très longtemps, elle tire son nom de la distance qu’il fallait accomplir pour aller chercher son eau. L’itinéraire remonte sur le plateau et c’est là qu’il diffère avec celui du Guetteur. Les fameuse plaques « commentées » ne le sont pas vraiment, mais on finit par comprendre que chaque relief de plâtre représente une activité du temps jadis voire une perspective paysagère. Celle représentant une roue de charrette venant en complément du balisage jaune qu’il nous faut suivre. Les chemins encadrés de murets circulent entre de petites parcelles plantées de vignes, d’amandiers ou d’oliviers. Plus rares sont celles en jachère. Chaque petite parcelle ou presque dispose de son casot ou de son petit cabanon, ce dernier est le plus souvent planqué dans le lieu le plus ombragé. Les amandiers sont déjà en fleurs et de nombreuses fauvettes semblent s’y complaire. C’est l’occasion rêvée pour les photographier car avec elles, et le reste du temps, une photo n’est jamais facile. Ce qu’il y a de bien dans ces parcelles, c’est que la plupart sont encore amplement cernées de haies sauvages, de taillis, de boqueteaux et parfois même de petites pinèdes. Cet environnement si particulier retient une faune sédentaire et en attire une autre plus voyageuse. Les deux créent une biodiversité remarquable dont le plateau peut s’enorgueillir. On regrette simplement l’asphalte des chemins, plus adapté aux pneus des voitures qu’à nos chaussures de randonneurs. Mais ne soyons pas étroits d’esprit, car comme on l’a vu, la voiture a parfois son utilité. Gisant sur la route avec la tête écrasée, une couleuvre de Montpellier l’a traversé au mauvais moment. Finalement, au lieu-dit « Les Breisses » (les sorcières), le macadam disparaît et laisse la place à un vrai sentier pédestre. Ce dernier, plutôt pierreux, file et parvient à la ruine d’une ancienne bergerie. Enfin, c’est ce que signale une nouvelle balise de plâtre et ce que prétend mon bout de carte I.G.N. La bergerie pourrait ressembler à une vraie demeure si sa toiture était encore là et si une ou deux fenêtres avaient trouvé grâce aux yeux de ceux qui l’ont édifiée. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Pourtant, son pignon présente une belle entrée en arceau et son intérieur est composé deux grandes pièces distinctes. Or mis la porte, on note comme seules ouvertures sur l’extérieur, de petites embrasures dont certaines ressemblent plus à des meurtrières militaires qu’à de vraies fenêtres permettant à l’air de circuler. Sans doute, était-ce suffisant pour l’aération et priorité était donnée à la sécurité du troupeau ? Cette absence d’ouverture n’aurait-elle pas un rapport avec cette légende qui prétend que les nuits de pleine lune, des sorcières, assises sur leur balai, rodaient en ces lieux ? Il se dit que nos anciens croyaient parfois en ces sornettes ? Il est vrai qu’à bien y réfléchir, à quoi aurait pu servir un balai dans un endroit aussi impossible à balayer sinon qu’à planer ? La suite du sentier devient plus caillouteuse et nous emmène au lieu-dit « Pelat » où le « Sentier du Vigneron », jusqu’à présent commun avec celui du « Berger », part dans une autre direction. J’imagine que la toponymie « Pelat » a une relation probable avec la tonsure des moutons, c'est-à-dire la « pelade », à moins qu’il s’agisse d’un lieu plus « pelé » parmi les autres ? Quoi qu’il en soit, il définit quelque chose de « chauve », de « dénudé ». Au bout d’une longue et vaste vigne se terminant à la lisière d’une pinède, on entrevoit enfin ce qu’est le pastoralisme sur ce plateau. Cris d’un berger, aboiements de chiens, sons des clochettes et quelques furtives chèvres sont les signes d’une pastoralité vraisemblablement renaissante. Pas de moutons apparemment, mais la scène se passe loin de nous. Une  biquette égarée erre sur la route et les cris parvenant jusqu’à nous sont probablement ceux du chevrier dans le but d’un rassemblement escompté, mais sans doute très difficile, tant ce plateau est un dédale à tout point de vue. Labyrinthes de murets, de chemins et de végétation, tout ici converge à un égarement presque inévitable. Les chèvres ne font pas exception. Si le berger ou le chevrier doit connaître tout ça par cœur, les chèvres, guidées par leur désir de brouter, n’ont sans doute que faire de cette savante expérience de leur mentor. On se désintéresse de la chèvre pour regarder vers le ciel car à l’instant même un joli rassemblement d’oiseaux noirs à la tête claire le traverse, direction nord-est, c'est-à-dire vers la mer. Oies sauvages, grues ou grands cormorans ? Ici difficile de dire de quelle espèce il s’agit, tant les oiseaux volent haut en altitude. Avec leur vol plutôt lourd, fait d’incessants battements d’ailes, je parierais plutôt pour de grands cormorans. Les oiseaux volent en « V », en plusieurs même, mais ces « V » se disloquent peu à peu et quand ils s’éloignent, le rassemblement équivaut à un désordre sans nom que ma fille n’aurait pas renié. Ils disparaissent de notre vue et on poursuit le sentier devenant de plus en plus caillouteux. J’ai lu sur le dépliant que le Cap des Trois Frères était un repère pour les oiseaux migrateurs et en voilà une jolie et éclatante démonstration. Un nouveau carreau de plâtre stylisé de pierres trouées et de vagues annonce la proximité de la falaise.  Elle est là et le Cap des Trois Frères pas très loin sur notre gauche. C’est d’ailleurs à gauche qu’il faut poursuivre le « Sentier du Berger » comme l’indique un panonceau directionnel. 3,7 km mentionne-t-il en sus. C’est la distance qu’il nous reste à parcourir. On se dit qu’on a tout le temps de flâner et c’est ce que l’on fait d’ailleurs. Sauf qu’il faut prendre garde à d’autres personnes qui ne pensent pas comme nous. C’est le cas de deux vététistes qui déboulent et nous évitent d’extrême justesse et par je ne sais quel miracle. On les voit s’arrêter plus loin à hauteur du rocher de la Sorcière. Apparemment, ils sont intrigués par la témérité de deux hommes juchés dessus. Les deux hommes se photographient mutuellement, ensemble et parfois seul avec une perche à selfies. J’ai toujours entendu dire que cet endroit, comme bien d’autres ici, était dangereux car des éboulements y survenaient et il est vrai que le bas de la falaise atteste de ces derniers. Mais depuis combien de temps cette falaise était-elle rongée par l’érosion, la pluie, la mer, le vent et le temps ? Véritable mille feuilles comme on peut le voir du bas de la falaise, de la côte ou de la mer, elle daterait du Pliocène, c'est-à-dire entre 2 et 5 millions d’années. Alors il a du en débouler des rochers depuis !   Non, cette falaise est tout simplement dangereuse car elle est haute de 30 mètres et qu’un moindre faux-pas peut être fatal, surtout les jours de très forte tramontane où il n’est pas recommandé de trop s’approcher du bord. Alors ces hommes sont-ils téméraires, inconscients du danger ou sûr d’eux ? Je me souviens d’un temps où je descendais derrière ce rocher et à flanc de falaises pour aller pêcher au Cap des Trois Frères ou à l’Anse du Paradis qui se trouvent en contrebas. Pêche de jour parfois, mais pêche de nuit très souvent aussi. Je n’ai jamais vu aucun rocher tomber, mais oui, j’étais à la fois téméraire et inconscient, et aujourd’hui, je ne vais pas reprocher à d’autres ce que je faisais moi-même étant bien plus jeune. Je n’ai jamais pensé à l’idée de faire un faux-pas, c’est aussi simple que ça. Aujourd’hui, point de pêcheurs à la canne à la pointe du Cap des Trois Frères, mais d’autres pêcheurs hors pairs que sont des cormorans et des goélands Je les prends en photos. Dany, elle, s’affaire à trouver un coin pour pique-niquer, suffisamment loin du bord de la falaise dont elle a peur, mais néanmoins confortable. Les sous-bois de la pinède tapissés de ramilles feraient bien son affaire mais la plupart servent de W.C aux nombreux visiteurs de passage. Du coup, cette quête se transforme à poursuivre le « Sentier du Berger » jusqu’à hauteur de l’Anse du Paradis où l’itinéraire quitte la falaise et amorce le retour vers Leucate Village. Par chance, cet éloignement de la falaise offre d’autres possibilités de pique-nique et Dany finit par trouver l’alcôve idéale avec ramilles et ombrages sous un pin que les vents du nord ont sévèrement couché. J’y découvre de nombreuses ophrys, minuscules orchidées parmi lesquelles je crois savoir qu’il y a une qui est très rare, car endémique à la Catalogne et aux Corbières, la bien nommée Ophrys de Catalogne. J’ignore si c’est celle-ci, mais je suppose qu’il me faudrait beaucoup de chance pour qu’il en soit ainsi. En tous cas, pendant que Dany se repose, je profite de cette découverte pour partir voir si d’autres fleurs sont présentes aux alentours. C’est comme cela que je découvre quelques iris nains blottis dans une espèce de pelouse caillouteuse se trouvant derrière un vieux casot ruiné. Mauves, jaunes et blancs, ils sont disséminés mais poussent toujours entre les interstices de rochers. Après ces nouvelles photos, je retourne pique-niquer en essayant de retrouver au mieux le parcours que j’ai emprunté pour arriver jusqu’ici. Pas si évident, car si l’éloignement est modeste, tous les décors se ressemblent mais finalement j’y parviens, après la brève inquiétude d’un égarement redouté. Couchée sur une feuille de papier-bulles avec le sac à dos en guise d’oreiller, Dany s’est assoupie. Je la laisse à ses songes et décider de l’instant où il faudra redémarrer. Nous repartons. Alors que nous avons accompli seulement quelques dizaines de mètres, voilà de nouvelles fleurs très belles avec la présence sur un vaste périmètre de Narcisses douteux. Blanches avec un port bien dressé, elles attirent quelques papillons et notamment des Piérides du Réséda qu’on appelle plus communément les « Marbré de vert ». Le sentier alterne bonnes portions ombragées sous les pineraies et parties plus caillouteuses avec toujours l’omniprésence de ces pierres trouées propres à ce plateau. Certaines très lourdes et plutôt hautes sont plantées dans le sol comme de petit menhirs. Bien que très modeste, la faible élévation finit par offrir de magnifiques vues à presque 360 degrés. C’est ainsi qu’apparaissent au loin le phare, la tour météo et le sémaphore puis l’étang de Salses-Leucate avec pour toile de fond les Albères et les Corbières maritimes. Au delà, un ciel voilé de blanc et parfois même nuageux empêche de voir plus loin. L’arrivée sur le village est superbement progressive et aérienne. J’y photographie magnifiquement un couple de coucous geais, migrateurs précoces, mais oiseaux peu craintifs que j’aperçois régulièrement au cours de mes balades pédestres, et ce depuis quelques années. Cet oiseau est assez bruyant et notamment en période d’accouplement et c’est ainsi qu’il se fait remarquer. Quand à son côté peu craintif, il est probablement en relation avec son origine migratrice africaine, qui est le sud du Sahara, où il n’a sans doute que peu de prédateurs. Ici, son aire de répartition principale est la Plaine du Roussillon mais il semble s’adapter à d’autres reliefs un peu plus hauts comme le piémont des Corbières, des Albères, des Aspres, du Bas-Conflent ou du pays Fenouillèdes. Il se dit que sa présence, parfois prématurée, serait directement liée aux développements des chenilles et notamment des chenilles processionnaires. Autre particularité de ce très bel oiseau, la femelle est un redoutable parasite pour les pies bavardes dont elle squatte temporairement les nids pour y déposer ses propres oeufs. Elle se décharge ainsi de la contrainte de la couvaison. La balade se termine avec ces belles images et celles de nombreux rouges-queues noirs et étourneaux peu farouches eux aussi. Jolis oiseaux, de belles fleurs, quelques papillons et des criquets, ce plateau de Leucate réserve de bien belles trouvailles pour qui sait les observer ou les découvrir. Le photographe averti, lui, n’aura aucun mal à appréhender ces richesses. Le printemps n’est plus très loin et la Nature s’éveille déjà à l’aube d’une nouvelle saison. Les premières ruelles de Leucate sont là et descendent en direction du centre-ville. Je propose à Dany une rapide visite de ce dernier ainsi qu’un détour par les ruines du château, mais pour aujourd’hui le « Sentier du Berger » semble suffire à son bonheur. Elle refuse. Occasion rêvée sans doute pour revenir une autre fois à Leucate, histoire de se remémorer une fois encore les agréables souvenirs d’un temps où nous étions plus jeunes. Une jeunesse parfois turbulente, quand nous venions avec les enfants, parfois empreinte d’un peu de folie quand nous venions seuls, mais toujours riche en émotions. Erasme qui s’y connaissait en folie a écrit « C’est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous » Aujourd’hui a été une journée de pire folie ! Nous avons été très sages !  Cette balade telle qu’expliquée ici a été longue de 7,8 km, errements photographiques non inclus. Dénivelé insignifiant et montées cumulées 140 m. Carte I.G.N 2547 OT Durban – Corbières – Leucate – Plages du Roussillon Top 25.

     


    1 commentaire

  • Diaporama sur la musique "Where I Am From"  de Topher Mohr and Alex Elena (free music)

    La Boucle de La Palme depuis La Palme (Aude)

    La Boucle de La Palme depuis La Palme (Aude)

    Pour agrandir les photos, cliquez dessus. 2 fois pour un plein écran


     

    Cette « Boucle de La Palme », balade pédestre audoise dont je vous fais le récit ci-après, je l’avais découverte par hasard sur un site Internet. C’était au tout début du mois de septembre 2014. A l’époque, j’étais à la recherche de renseignements sur le « Sentier du Golfe Antique », randonnée de 75 kilomètres autour des étangs de Bages-Sigean que finalement j’avais réalisée en 3 jours quelques jours plus tard. Je l’avais donc inscrite sur mes tablettes et en ce début avril 2016, j’ai pensé qu’il était temps d’y aller. Un seul regret après cette décision : j’ai bien enregistré un tracé trouvé sur le Net dans mon G.P.S mais je n’ai pas suffisamment préparé cette sortie et notamment la découverte de la commune elle-même dont j’ignorais qu’elle puisse être historiquement si riche. Ce n’est qu’après coup que j’ai pris conscience de ma méprise. A la balade, peut-être aurait-il fallu y adjoindre une visite guidée de La Palme ? En effet, cette Boucle de La Palme est assez paradoxale car les intérêts que l’on peut trouver à la réaliser sont aussi nombreux dans la commune qu’au cours de la boucle elle-même. Enfin, je dis ça à condition bien sûr que l’on soit curieux de tout comme je peux l’être et que la randonnée ne se résume pas au seul aspect sportif. Richesses patrimoniales, architecturales et historiques dans la cité, vestiges agropastoraux, panoramas sur la mer et les étangs, flore et faune de la garrigue méditerranéenne lors de la boucle sont au programme de cette jolie randonnée. Il faut rajouter à tout ça le parc éolien que l’on traverse mais là, je ne sais pas s’il faut être heureux ou pas car je ne suis pas suffisamment calé sur les bienfaits ou les méfaits engendrés par ces installations énergétiques. Une chose est certaine, ma préférence ira toujours à l’éolien par rapport au nucléaire.  A cause de ces nombreuses éoliennes sans doute, cette boucle m’a rappelé la dernière étape du Sentier du Golfe Antique, entre Portel-des-Corbières et Port-la-Nouvelle, que j’évoque plus haut. Il faut dire que les deux itinéraires ne passent qu’à quelques décamètres l’un de l’autre. Un petit bonheur nostalgique et supplémentaire pour moi à cause des agréables souvenirs que j’en conservais. Le jour J, nous sommes le 1er avril; mais n’y voyez aucun malice; je laisse ma voiture à La Palme sur la bien nommée place des Palmiers. Là, je pars à la recherche de la vraie ligne de départ dont je ne connais que le nom : « Chemin des Caveaux ». Cette quête me permet de découvrir la beauté du village et une « bonne » partie de son centre historique. Voilà 40 ans que j’habite le Roussillon et je m’aperçois que j’ignore tout de La Palme, pourtant seulement distante d’une trentaine de kilomètres de mon domicile. Cette découverte imprévue de La Palme se résume à déambuler dans les ruelles, à regarder les monuments, Tour de l'Horloge, ancien pont-levis de Barbacane notamment, puis à les photographier mais j’imagine qu’une visite guidée de la commune aurait été préférable. Je suppose qu’elle existe. Tout en flânant dans la cité, je découvre quelques traits de peinture jaune sur certains murs mais aucun panonceau et aucune indication quand à la balade que je veux réaliser. Alors comment savoir s’il faut les suivre ? Finalement, les quelques indications que j’ai récupérées sur le Net plus le tracé urbain bien que très imprécis enregistré dans mon G.P.S me permettent de m’orienter et de m’y retrouver assez facilement. Je sors de la ville à droite de l’imposante église dédiée à Saint-Jean, d’abord par la rue Lamartine qui se poursuit sur un chemin gravillonneux encadré de cyprès. Les cyprès laissent la place à des vignobles. La vue s’entrouvre sur des paysages de garrigue. Une intersection se présente. Le Chemin des Caveaux est là, à droite comme l’indique une plaque signalétique. Le chemin file toujours entre des vignobles. Sur la droite, une petite colline où s’accrochent de superbes villas les domine. Très vite, les vignes disparaissent et un maquis typiquement méditerranéen prend le relais. Je laisse mon G.P.S allumé car l’itinéraire, au milieu d’autres sentiers possibles, devient moins évident. Le printemps est là et les fleurs de la garrigue me le font savoir. La plupart sont communes mais quelques inconnues viennent se rajouter à mon herbier photographique. Je les fige toutes dans mon numérique. Une cabane en pierres sèches est là, au milieu d’un champ amplement épierré. Je pars la découvrir mais une porte en bois en obture l’entrée. Devant la porte close, la cabane ressemble au « casot » d’un vigneron. Pourtant, il n’y a pas de vigne et les seules plantations domestiques se résument à de jeunes oliviers et à quelques cyprès. Malgré la désolation évidente du lieu, ici la vie a cours même si elle n’est que temporaire. Toutefois, une question reste en suspens : quelle activité peut-on trouver à y faire alors qu’il n’y a rien ? Du farniente ? Je ne trouve que cette explication, laquelle, il est vrai, me convient à merveilles. Je suis parti très tard et midi a déjà sonné depuis trois quarts d’heures. Une table et un banc, tous deux élevés avec d’énormes pierres, le tout bien à l’abri d’un cers rafraîchissant soufflant en direction de la mer, voilà l’endroit rêvé pour pique-niquer. Entre deux éoliennes, une buse plane dans le ciel et j’ai le vague sentiment qu’elle prend de gros risques à flirter ainsi avec les pâles. Elle vient un instant vers moi puis disparaît à jamais derrière une petite pinède. Après le casse-croûte, je prends tout mon temps et m’amuse avec mes appeaux, essayant de faire venir vers moi quelques fauvettes jouant dans les bosquets tout proches. Je repars. Le chemin passe au milieu d’incroyables amoncellements de pierres. Certains ont la forme de grands rectangles et je me demande à quoi pouvaient-ils bien servir ? Enclos à troupeaux ? Anciennes parcelles cultivées ? Le chemin s’élève régulièrement. Les panoramas commencent à se dévoiler derrière moi. À mes pieds, La Palme, si vous me permettez l’expression. Plus loin, un fragment d’étang et quelques petits bouts des Corbières, enfin rien de vraiment folichon dans un ciel devenant trop laiteux vers le sud. Beaucoup plus intéressant, ce semblant de hameau tout en pierres sèches que je viens d’apercevoir sur ma droite. J’y file sans hésiter, enjambant les buissons les plus bas et évitant les ligneux et les épineux les plus agressifs. Dans cet incroyable dédale de caillasses, je regarde constamment où je mets les pieds. Je pénètre à l’intérieur d’une cabane en pierres sèches. Oui, incroyable, ahurissant, inconcevable, monumental sont les adjectifs les plus justes pour qualifier la quantité de pierres que l’on a pu sortir de terre et entasser ici pour élever une simple petit abri d’un mètre carré tout au plus. Des murets d’une longueur invraisemblable, des tas de pierres rangées sur des mètres de haut et de large avec la précision d’un horloger, comme si de cette méticulosité dépendait la survie de ceux qui ont vécu ici. En tous cas, on ne peut être qu’émerveillé par cette architecture à la fois si colossale mais si rustique et donc l’utilité est loin d’être évidente pour le promeneur que je suis. La « capitelle » contraste bougrement avec les deux éoliennes moulinant dans son dos. J’en prends quelques photos. On dirait deux énormes sèche-cheveux et dans ce décor déjà si sec et si âpre, on aurait presque envie de crier « arrêtez de tourner ! Tout est déjà si asséché et si aride ici ! ». Après cette surprenante découverte, la suite devient plus monotone. Seules quelques fleurs nouvelles à photographier et deux pancartes de bois directionnelles balisées en jaune, les toutes premières depuis le départ, retiennent mon attention. Un joli lézard vert somnole au sommet d’un petit amas pierreux. Il détale quand je m’approche. Très vite une intersection se présente et au regard des panoramas qui s’entrouvrent, j’ai le sentiment d’en avoir terminé avec l’essentiel de la déclivité. De nombreux panonceaux de randonnées sont cloués à un poteau coiffé de la mention « Cambouisset ». Parmi tous ces panonceaux, je ne retiens que celui indiquant vers la droite : « La Palme – 6,2 km ». Un coup d’œil sur mon bout de carte au format A4 où j’ai imprimé le tracé pour constater que la large piste que j’emprunte file sur le bien nommé Plat des Graniers. C’est sur ce plateau qu’on était dressé un grand nombre d’éoliennes dans une rectitude à faire pâlir un comanche ou un apache, organisateurs d’une file indienne. Le Plat des Graniers est presque plat, il est en tous cas bien reposant. Je traverse la rangée d’éoliennes et après un virage à 90°, l’itinéraire descend vers les lieux-dits « Chante-Perdrix » et les « Trois Jasses ». Un « Chante-Perdrix » de plus si j’ose dire, après le long examen toponymique et étymologique que j’avais réalisé sur cette appellation lors de ma récente balade à « Canto Perdrix » au départ de Portel-des-Corbières. Ici, je retrouve quelques vignes mais mon attention est surtout captivée par une quantité incroyable d’iris nains de toutes les couleurs. Il y en a des bleus, des jaunes et des blancs, et à ce parterre déjà bien coloré, viennent s’ajouter de nombreuses tulipes sauvages orangées et de minuscules ophrys. Je laisse sur ma gauche une carrière aux monceaux de minerais chamarrés eux aussi. Désormais la descente s’accentue avec de jolies vues en balcon sur la mer, les salins et l’Etang de La Palme. Debout sur leurs planches, quelques fans de glisse « kitesurfent » sur une eau d’un bleu grisâtre. Un panonceau directionnel me stoppe net dans cette descente pourtant rectiligne et m’indique de partir à droite. J’observe mon G.P.S et c’est également la direction à prendre. Je sors mon bout de carte pour constater que le tracé fait le tour d’une modeste colline intitulée « Les Cortals d’Aval ». Comme je le fais le plus souvent, je ne déroge pas à la randonnée proposée et au tracé enregistré dans mon G.P.S me disant qu’il y a sans doute un intérêt à rallonger le parcours en passant par là. En réalité et or mis un petit circuit de gymkhana et de moto-cross sans grand intérêt, la seule importance que je trouve à cette boucle autour des Cortals d’Aval se sont les belles vues plongeantes sur La Palme. Je pense d’ailleurs que cet itinéraire un peu plus long ne sert qu’à ça : voir La Palme dans sa globalité. Depuis le chemin, on embrasse toute la cité mais dans le ciel blafard qui prédomine, cette succession et ce déploiement d’habitations et de bâtiments n’ont sans doute pas le même attrait que sous un ciel bleu et pur. Un peu plus loin encore, je retrouve les belles vues sur l’étang et les quelques kitesurfs glissant dans le vent. Bien trop loin pour être photographié convenablement, un groupe de flamands roses a trouvé refuge dans le petit bassin paisible d’un grau. J’ajuste mes jumelles pour les voir plonger sans cesse et jusqu’au cou leur long bec dans l’eau trouble et la vase à la recherche d’un peu de nourriture. Plus près de moi, deux gros oiseaux s’envolent en poussant des jacassements aigus et vont se poser dans un petit bosquet de pins tout proche. En zoomant avec mon numérique, je reconnais des coucous geai déjà observés lors d’autres randonnées. Après cette jolie découverte et sans trop m’en rendre compte, j’ai atteint le quartier Saint-Vincent. J’y découvre une croix au pied de laquelle claudique un étonnant cormoran. Ce matin, j’avais déjà été surpris de voir un goéland en plein centre ville mais là, je l’avoue, cette nouvelle présence ornithologique me surprend encore plus. Avec sa démarche oscillante et nonchalante, j’ai le sentiment que l’animal est blessé et je tente de m’en approcher. Mais non, il s’envole sans problème alors que je suis à moins d’un mètre de lui. Une fois sur le Chemin de Saint-Vincent, je comprends mieux cette présence que j’ai pensé singulière sur l’instant. Ici s’écoule un petit ruisseau où barbotent de nombreux colverts. J’y découvre même une Aigrette garzette bien occupée à chercher pitance et apparemment peu inquiète de ma présence. Le ruisseau alimente de vieux lavoirs puis son chenal se poursuit vers l’étang. Le Chemin du Lavoir m’amène vers le magnifique Square Désiré Pech. Avec son joli étang et son vieux moulin de la Peïssero, c’est bien plus qu’un simple square ou qu’un simple jardin public. J’en fais le tour et profite de sa quiétude pour finir les restes de mon casse-croûte assis sur un banc. Quelques colverts ont déjà trouvé un intérêt à s’approcher de moi mais ils arrivent trop tard, je n’ai vraiment plus rien à leur donner à manger. Il est 16h30. Je laisse les palmipèdes de La Palme à leur fringale. De coup, ils repartent palmer. Peut-être est-il temps de rejoindre ma voiture ? Mais où est-elle au juste ? Une fois encore mes pérégrinations dans les ruelles m’entraînent vers le centre-ville où je retrouve tous les monuments découverts ce matin plus quelques autres comme l'église Saint-Jean et le château. Décidément, j’aime bien La Palme et cette cité mérite une visite plus approfondie. Et puis quand on est randonneur, comment ne pas aimer une commune où il existe un « Chemin des Poutous » ? Des poutous, en voilà justement ! Un couple de tourterelles s’embrasse à pleine bouche. Enfin, plutôt à plein bec ! Pas de doute, le printemps s’installe ! Concernant mes connaissances de la ville, je me dis que dans l’immédiat je me rattraperais en compulsant la riche documentation que je trouverais probablement sur Internet même si je reste persuadé que le faire au préalable aurait été plus judicieux. Finalement, ma voiture est là sur le parking de la place des Palmiers. Palmiers, La Palme, une cité pleine de palmipèdes, y aurait-il un quelconque rapport toponymique (*) ? Je me dis qu’en rentrant à la maison, il faudra que je pense à vérifier tout cela aussi. Telle qu’expliquée ici et incluant toutes les « sorties de piste » et mes divagations dans les ruelles, cette Boucle de La Palme a été longue de 11,460 km pour un dénivelé de 101 mètres. Les montées cumulées ont été de 253 mètres. Sur la plupart des sites Internet et certains topo-guides, elle est donnée pour une distance de 9,5 km et réalisable en 2h30. Comme toujours, j’en ai mis presque le double mais alors que de jolies choses entrevues ! Carte 2547 OT Durban – Corbières – Leucate – Plages du Roussillon Top 25.

    (*) Toponymie de La Palme : le nom daterait du 4eme ou 5eme siècle et aurait pour origine le retour de pèlerins en provenance de Jérusalem. Ces derniers avaient pris l’habitude de revenir de la Terre Sainte avec une branche de palmiers à la main. Cette palme dite « palme de Jéricho » était la preuve la plus éclatante et la plus glorieuse de leur pèlerinage et bien évidemment ils étaient fiers de la mettre en exergue auprès de ceux qui étaient restés au pays. La meilleure manière de se prévaloir de cette fierté était de déposer « la palme » sur l’autel de la paroisse lors d’une cérémonie religieuse ou d’une procession. De cette coutume qui ne concernait que quelques personnes, les pèlerins revenant d’Orient,  la population autochtone se serait mise à les appeler les « Paulmiers » ou les « Paumiers », le nom variant selon les régions. S’installant et faisant souche dans ce secteur de l’Aude, cette appellation aurait fini par donner le nom de « Palman » à un embryon de cité, cité qui par la suite serait devenue « La Palme » au fil du temps.

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique