• Ce diaporama est agrémenté de 4 grands succès du groupe anglo-autralien The Bee Gees. Ils ont pour titre : "Too Much Heaven", "Heartbreaker", "How Deep Is Your Love" et "Alone (version incomplète)"

    Le Chemin des Orrys de Ria à Llugols et le Pi del Rei.

    Le Chemin des Orrys de Ria à Llugols et le Pi del Rei.

    Pour agrandir les photos; cliquez dessus. 2 fois pour un plein écran.


     

    Si je devais m’amuser à recenser tous les villages des Pyrénées-Orientales et le nombre de fois que je les ai traversés lors de mes randonnées pédestres, je suis certain que le minuscule hameau de Llugols ferait partie des tout premiers. Je ne compte plus le nombre de fois où j’y suis passé (*), et de ce fait, je garde de lui de très nombreux souvenirs bien agréables. Pourtant, assez paradoxalement, le sentier au départ de Ria que nous avons emprunté pour cette randonnée et qui apparemment s’intitule « Le Chemin des Orrys », je ne le connaissais pas. En tous cas, c’était la toute première fois que je le cheminais dans son intégralité car j’en avais seulement accompli un tout petit bout lors d’une autre balade que j’avais intitulée « Le Sentier du Pi del Rei depuis Ria et autres découvertes ». Avant de faire cette nouvelle balade vers Llugols (***) et parce que je voulais savoir si ce chemin avait un nom, j’ai tenté de savoir un maximum de choses à son sujet. De fil en aiguille, j’ai donc lu pas mal de textes anciens ou contemporains sur le Net. Finalement, si j’ai appris son nom  de « Chemin des Orrys » et qu’il a été reconnu d’intérêt communautaire ; comme bien d’autres sentiers de randonnées du Conflent ; ce n’est pas les informations les plus significatives que j’ai retenues.  Certes, il s’agit d’un ancien chemin muletier ancestral, certes il est reconnu d’intérêt communautaire, c’est à dire qu’il est désormais géré, aménagé et entretenu par la Communauté de Communes Conflent Canigó, mais ces quelques données ne me disent pas grand-chose de son Histoire passée. C’est donc ce que j’ai lu des événements, des usages et des traditions populaires qui m’a permis de bien mieux comprendre l’origine et l’usage qui était fait jadis de ce sentier.  C’est ainsi que j’ai appris qu’il avait été régulièrement emprunté au fil des siècles pour se rendre en pèlerinage à la vieille chapelle romane Saint-Christophe de Llugols. Dans la bouche des pèlerins catalans qui se réunissent pour l’Aplec de Llugols, il a toujours été le plus souvent « le Cami de Sant Cristofol » et ce, depuis très longtemps. La chapelle datant du 11eme siècle selon les historiens, il est important de savoir que pendant une très longue période, le Conflent ; et toute l’Europe plus globalement ; a subi toute une série de pandémies de pestes. Si l’origine et les causes de ces épidémies à répétition sont longtemps restaient des mystères, il faut savoir qu’elles ont commencé en 1348 puis se sont poursuivies en 1381, 1397, 1410 et 1429. Il y aura une autre peste également très meurtrière en 1652Llugols ; comme de très nombreux hameaux, villages et villes de Catalogne ; n’échappe pas à ces nombreuses périodes calamiteuses. A cette époque, les habitants des villages isolés vivent le plus souvent en  totale autarcie et c’est donc dans ces moments-là que les sentiers comme celui-ci justifient pleinement leurs existences car les routes et les pistes pour les joindre n’existent pas encore. Llugols n’échappe pas à ces règles. Llugols, comme les autres hameaux, est déserté car abandonné par ses quelques habitants. Les villageois redescendent dans la vallée de la Têt ; vers Prades, RiaVillefranche-de-Conflent ou d’autres cités ; par ce sentier qui demeure le plus court chemin quand ils veulent quitter Llugols et ses alentours.  Dès lors que les épidémies disparaissent, le sentier retrouve un autre intérêt, celui des ouailles de la chapelle romane Saint-Christophe qui viennent la visiter lors des pèlerinages. Bien évidemment , il a servi aussi à tous les métiers agro-pastoraux, manuels, sédentaires et ambulants ; et Dieu sait si jadis ces petits métiers étaient nombreux. Voilà pour la « grande Histoire » de ce petit sentier qui aurait peut-être mérité le nom de « Chemin de Saint-Christophe » plutôt que celui « des Orrys », sans doute décerné par des contemporains. Car certes il y a quelques orrys (ou orris (**)) disséminés dans ce secteur mais on n’en découvre pas vraiment au bord du sentier comme on le verra plus loin. A moins, que le terme « orry » ne soit pas seulement la cabane par encorbellement de pierres sèches comme on l’entend le plus souvent de nos jours mais plutôt la jasse pyrénéenne dans sa globalité avec terrains, constructions et clôtures, c’est-à-dire le lieu où se passe l’essentiel de l’estive. Là, le nom se justifie un peu plus car la pierre sèche est partout très présente au bord du sentier.   Il est 8h45, quand nous démarrons du parking de Ria proche de l’église Saint-Vincent. Quelques fleurs au bord de la route, un cactus cierge géant et de nombreux moineaux attirés par des boules de graisse font les frais de premiers clichés. Nous remontons la route D.26 dite de Conat jusqu’à un panonceau précisant  « Llugols 2,6 km et 1h25 et El Pi del Rei 1,5 km et 45 mn ». En ce 23 juin et à cette heure plutôt matinale , ce qui me surprend c’est le bruit que font déjà les cigales. On se croirait en plein mois d’août dans une pinède provençale.  Est-ce une des causes du réchauffement climatique, de la chaleur et de la sécheresse inhabituelles régnant depuis des semaines ? On est en droit de le craindre ! Nous traversons le pont dit de Saint-Sébastien où la rivière Callau et les oiseaux qui la fréquentent m’arrêtent pendant quelques minutes. Je n’y décèle qu’une bergeronnette des ruisseaux occupée à chercher pitance et que je réussis à photographier. Il y a également un Merle noir mais il disparaît à l’abri des regards. Paradoxalement, ce sentier « des Orrys » en direction de Saint-Christophe de Llugols démarre avec un oratoire en hommage à un autre saint. Il s’agit de Saint-Sébastien, martyr qui selon la légende aurait évité que la peste noire se propage à Ria alors qu’elle sévissait partout ailleurs au milieu du 14eme siècle. Notons tout de même qu’au sein de cet oratoire, Saint-Christophe est également en bonne place avec une petite statuette le représentant portant l’enfant Jésus. Alors que le sentier s’élève régulièrement, je suis déjà aux aguets « photographiques » de la flore et de la faune. Mais sur ce sentier, la sécheresse étant déjà passée avant moi, j’ai le sentiment de perdre mon temps. En effet, en ce début de parcours, or mis des cigales très bruyantes mais le plus souvent invisibles, la faune paraît absente. Quant à la flore, elle se résume à de rares Psoralées encore fleuries et à quelques buissons de clématites peu fournis en fleurs pour l’instant. Si je reste aux aguets, de crainte de passer à côté d’une Nature qu’il y aurait à découvrir et à photographier, les paysages et les panoramas qui se dévoilent compensent un peu toutes ces carences. Finalement, le sentier, tout en balcon sur le vallon du Callau est loin d’être désagréable et quand Llugols se présente, si très étonnamment je n’ai pas découvert d’orrys mais seulement les « feixes » d’anciennes cultures et quelques murs ruinés d’anciens petits habitats, le résultat de mes photos naturalistes est somme toute plutôt satisfaisant. En effet, un moineau, la bergeronnette du pont, une libellule et un rapace et plusieurs papillons sont venus s’enregistrer dans la mémoire de mon appareil-photo. Si les cigales et leur bruyante cymbalisation continuent d’emplir l’espace et nos oreilles de leurs frénétiques décibels, elles restent invisibles.  La chance d’en voir une et de la photographier viendra peu après. Dans l’immédiat, Llugols est là et nous pouvons nous consacrer à sa visite car si Dany est déjà venue, elle est loin de tout connaître du hameau.   Après un courte visite dont je lui fais remarquer les maisons en pierres de schistes du cru mais que les géologues appellent « schiste d’Urbanya », je l’emmène d’abord vers l’ancien Couvent des Monges, plus connu dans les textes comme étant la chapelle ruinée de Saint-Sernin d’Eroles. Puis nous revenons sur nos pas pour piqueniquer à la chapelle Saint-Christophe. Au passage, nous observons la Font du Castanyer. Elle doit son nom à la présence d’un gros châtaignier qui lui fait face mais que j’ai toujours vu mort. Par bonheur, des amoureux de la Nature ont eu la belle idée d’en planter un autre. Puis la chapelle Saint-Christophe est là et avec elle l’heure du déjeuner a sonné. Nous y mangeons d’un bon appétit avant de grimper vers le roc qui la domine où se trouvent plusieurs jolies croix gravées qui dateraient du néolithique au même titre que toutes celles très nombreuses qui se trouvent dans ce secteur du Pla de Vallenso. Après presque une heure, nous repartons un peu déçus d’avoir trouvé une fois de plus la chapelle Saint-Christophe fermée. Que faut-il faire pour y entrer ? Venir le jour du fameux pèlerinage du nom d’Aplec qui se tient en général au début du mois de juillet ? Sans doute ! Enfin chaque fois que je suis venu ici, je me suis toujours dit la même chose « quel dommage de la trouver fermer et d’être dans l’impossibilité de voir son beau retable ! » Il est désormais mangé par les termites et a nécessité un traitement insecticide spécial ai-je appris très récemment ! Il faudra que je me décide à venir le jour où se tient l’Aplec ! Après tout Urbanya n’est pas très loin. Parce que Dany commence à avoir mal aux hanches, plutôt que de poursuivre le sentier qui monte vers Montsec et le Pla de Vallenso, je fais le choix de revenir vers le village et d’emprunter la bonne piste qui permet de retrouver un peu plus loin le sentier qui descend vers le Pi del Rei. Ce n’est pas plus long mais c’est bien meilleur en terme de qualité de terrain à cheminer. Si je passe par là, c’est parce que Dany ne connaît pas le Pi del Rei, ce fameux Pin du Roi qui aurait été planté sur les recommandations du ministre des eaux et Forêts de Louis XIV (source Bulletin municipal de Ria-Sirach N°18). Toutefois, dès lors que l’on atteint le panonceau indiquant l’arbre remarquable, les 500 m aller et retour que l’on doit encore cheminé pour aller le voir et les 20 minutes que l’on est censé mettre sont pour elle totalement démoralisateurs. C’est dire si elle souffre à cet instant précis. Il me faut donc la convaincre que ces chiffres sont totalement faux et que c’est bien plus court pour l’atteindre pour qu’elle accepte de venir le voir. En plus c’est vrai ! Elle accepte et je l’accompagne. Quelques photos-souvenirs au pied de l’arbre et je n’insiste pas plus car je vois bien qu’elle languit d’en finir. Bien que je sache que 3 beaux orris à encorbellement sont dans ce secteur et peu éloignés, je ne l’oblige pas à venir les voir. Priorité à la souffrance de Dany me dis-je. Comme toujours en pareil cas, elle terminera cette balade bien avant moi, occupé que je suis à prendre constamment des photos. Pendant qu’elle part vers la voiture, ma dernière découverte et mes dernières photos seront consacrées au puits à glace de Ria, sans doute un des plus beaux du département car remarquablement conservé. Dommage que son accès au milieu des ronces et des orties soit plutôt difficile, qu’il soit bien trop envahi par une dense végétation et que l’on manque de recul pour que l’on s’en fasse une complète idée. Tous ces inconvénients empêchent de le photographier correctement. Enfin, il n’y a pas de glaces à aucun parfum et pour le gourmand que je suis c’est sans doute son pire défaut ! Ah ! Ah ! Ah ! Ainsi se termine cette belle balade. Elle a été de longue de 7,5km telle que décrite ici. Le dénivelé est de 358m entre le point le plus bas à 385m au départ de Ria et le plus haut à 743m à la chapelle Saint-Sernin d’Eroles. Les montées cumulées ont été de 625m. Carte IGN 2348 ET Prades – Saint-Paul-de Fenouillet Top 25.         

    (*) Autres randonnées passant à Llugols ou s'en approchant :             

     

    (**) Orry ou orri ? : Selon les toponymistes, ce mot aurait pour origine le mot latin « Horreum » désignant à l’époque romaine un entrepôt de marchandises au sens large mais le plus souvent un simple grenier à grains. Un bel exemplaire d’Horreum de cette époque dite « antique » est encore visible au centre de Narbonne, ville portuaire et donc ô combien commerciale à cette période. Pourquoi voit-on ce mot « orry » ou « orri » écrit de deux manières différentes ? La question reste entière tout comme l’exacte signification des mots selon les régions pyrénéennes. Lieu aménagé pour un pâturage dans la montagne ou cabane en pierres sèches ? Les deux semblent valables et avoir leurs propres vérités.  Notons toutefois qu’avec le « Y » à la fin, en faisant abstraction du nom de famille et de la commune française d’Orry-la-Ville, on le trouve presque essentiellement dans le département des Pyrénées-Orientales avec 2 pics de l’Orry. Un à 2.561m d’altitude dominant Prats-Balaguer et son refuge de l’Orry dans la vallée de La Ribérole parfois appelée Vallée de l'Orry et l’autre à 2.040 m d’altitude avec sa fontaine, son « planell » (replat) dominant Mantet. Quant aux diverses cabanes en pierres sèches portant ce nom il va sans dire qu’on ne les compte plus. Notons aussi que sur les cartes IGN les plus récentes le nom « Orry » a le plus souvent laissé la place à « orri ». Normal ? Oui, semble-t-il ! C’est ainsi que le géographe Roger Brunet dans son livre « Trésor du terroir. Les noms de lieux de la France » écrit ceci : « L'orri (inutilement enjolivé en orry) a la même fonction, surtout dans le reste des Pyrénées. Un orri comprend terrain, clôtures et constructions ; il peut avoir des formes complexes, avec abris spécialisés pour la traite, les fromages, voire les poules ou le cochon quand chacun montait tous ses biens à l'estive. Le terme orri et son diminutif orriet abondent dans les lieux-dits. » Le nom sans le « Y » mais avec un « I » est finalement confirmé par les plus grands spécialistes de la pierre sèche qui l’écrivent toujours ainsi comme Christian Lassure (Les noms de cabanes en pierres sèches) ou Jean Tosti (Cabanes en pierres sèches dans les Pyrénées-Orientales) pour ne citer que les études les plus accessibles sur Internet. Gardons toutefois le « Y » dans le cas très précis de cette randonnée puisque c’est clairement le nom qui a été donné à ce chemin par la commune de Ria.

    (***) Ria et Llugols : J'aurais bien voulu développer quelques connaissances que j'ai à propos de Ria-Sirach et Llugols mais à quoi bon car un vrai spécialiste de la commune l'a fait avant moi, bien mieux que je n'aurais pu le faire et plus complètement aussi. Il s'agit de Roger Figols dont vous trouverez le remarquable site Internet en cliquant sur ce lien. Tout y est et tout ou presque est dit. Concernant Llugols, un autre lien est très intéressant, c'est celui dédié au hameau dans le site consacrée aux Pyrénées-Orientales. Je vous donne le lien. Enfin et comme complément d'informations, voici ce que j'ai lu dans un article de «L'Indépendant» publié le 9 décembre 2011 sous la signature de Valérie Pons qui rappelle certaines revendications des habitants de Llugols : 

     « Le hameau de Llugols -(mentionné en 979, une chapelle romane y fut construite au XIe siècle et comptait 18 feux en 1222)- se situe sur la commune de Ria; l'accès se fait par une piste muletière praticable seulement à pieds depuis la sortie de Ria sur la route de Conat. Le départ de ce chemin est marqué par une petite chapelle qui, dit-on, signale l'endroit où la peste qui détruisit la population du hameau en 1652 s'arrêtât. Une piste de 4 kms praticable en voiture part depuis le carrefour entre le lycée et l'hôpital sur la route de Catllar. Depuis le fléau de 1652 le hameau était abandonné et les maisons tombèrent en ruine. La chapelle fut rachetée en 1677 par la paroisse de Ria, un ermite était signalé dans ce lieu en 1688 et les premiers aplecs commencèrent en 1841 se célébrant jusqu'à nos jours le 1er samedi de juillet. Le hameau de LLugols a pour protecteur St Christophe et la chapelle lui est dédiée;   à l'intérieur se trouve un superbe retable baroque avec la représentation du saint patron de la chapelle.  Trois statues de la chapelle se trouvent sous bonne protection au Trésor de l'église de Prades (1er étage en vitrine)  et font l'admiration des historiens d'art avec : une vierge romane XIII ième siècle, une vierge gothique XIVe et St Christophe baroque XVIIIe (Jeanne Camps). De 1930 à 1968, le berger André Monells y réside au lieu-dit « la caseta » durant la bonne saison avec son troupeau. Fin des années 1970 de nouveaux arrivants commencent à y vivre et à restaurer les maisons. Actuellement 6 familles occupent le hameau de Llugols (élevage, miel, gîte d'étape,...) soit une vingtaine de personnes. C'est la piste praticable en voiture qui aujourd’hui est l'objet des revendications des habitants. D'une longueur de 3km700, cette piste DFCI (Défense contre l'incendie) traverse les communes de Prades, Catllar et Ria sur sa plus grande partie. Difficilement carrossable elle est entretenue par la Communauté de communes à hauteur de 1000€ par an et la mise aux normes sur une largeur de 6 mètres exige un coût prohibitif que ne peut assumer la mairie de Ria.»

    Il semblerait que depuis la piste a été effectivement agrandie sans doute au bonheur des habitants de LLugols mais au déplaisir de nombreux protecteurs de l'environnement qui se plaignent d'une destruction des paysages. Décidément, c'est bien difficile de satisfaire tout le monde dans notre beau pays ! Si nous pouvions faire en sorte qu'il reste beau tout en rendant tout le monde satisfait ça serait l'idéal ! 

      


    1 commentaire
  • La News vous donne un bref aperçu de la prochaine randonnée qui paraîtra dans la page d'accueil :

    La Boucle autour de Sarrat (Al Sarat) à Urbanya.

    La News : La Boucle autour de Sarrat (Al Sarat) à Urbanya

    La News : La Boucle autour de Sarrat (Al Sarat) à Urbanya

     Pour agrandir les photos, cliquez dessus. 2 fois pour un plein écran

     


    Cette courte balade que j’ai intitulé « La Boucle autour de Sarrat (Al Sarat) à Urbanya » mérite quelques explications car ce nom de « Sarrat », vous ne le trouverez pas sur la carte IGN Top 25 (1:25000) ni sur aucune autre carte sauf comme nom donné à une simple petite ruelle. Cette simple petite ruelle, c’est celle où j’ai ma maison. En effet, à Urbanya, voilà déjà 12 ans que je possède une vieille maison de montagne au sommet d’une ruelle pentue qui s’intitule « Le Chemin de Sarrat ». Alors bien sûr, le mot « chemin » faisant souvent « tilt » dans la tête du randonneur très curieux que je suis, j’ai tenté à diverses reprises de comprendre pourquoi ce nom-là ? Pas simple ? Oui pas simple, car les informations écrites à propos de ce chemin sont inexistantes,  sauf peut-être à aller les chercher dans les vieilles archives du village. J’ignore d’ailleurs où se trouvent ces archives, le village ayant été pendant 10 ans (1973-1983) rattaché à la commune de Ria-Sirach. D’ailleurs, le jeu en vaut-il la chandelle ? Je ne le pense pas car j’ai l’intime conviction que ce nom a sans doute été donné à partir d’une ancestrale tradition orale. De ce fait, il me paraît plus logique de chercher directement dans la linguistique. En effet, et comme j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire à propos d’autres randonnées, on sait très bien ce que signifie le mot catalan « sarrat »......   Pour la suite, patientiez un peu......je reviens......A bientôt ami(e)s blogueuses et blogueurs.....

     

     


    votre commentaire
  •  

    Ce diaporama est agrémenté de plusieurs chansons des Beatles en hommage à John Lennon et George Harrison disparus tous les deux bien trop jeunes. Dans l'ordre de la vidéo, voici leurs titres et leurs interprétes : "Here, There and Everywhere" par un groupe composé de Jeremy Savo (guitare), Rachel Andie (chant) et Sean Youngman (handpan) puis par Orquestra Ouro Preto (instrumental), "This Boy" par le groupe The Brugboys (chant), "Let It Be" par Matt Hylom (chant et guitare), "Something" par Paul McCartney, Eric Clapton et une pléiade d'artistes en live, "For No One" par Mike Massé (chant et piano) et "Blackbird" par Orquestra Ouro Preto (version incomplète).

    La Boucle du Col de Marsac (1.056m) depuis Urbanya (856 m)

    La Boucle du Col de Marsac (1.056m) depuis Urbanya (856 m)

    Pour agrandir les photos, cliquez dessus. 2 fois pour un plein écran.


     

    Cette « Boucle du Col de Marsac (*) depuis Urbanya » est sans doute la randonnée pédestre la plus élémentaire que je connaisse au départ du village. Elle est en tous cas une des plus courtes si l’on veut rester dans le domaine d’une vraie randonnée pédestre. Oui, c’est une véritable randonnée et pas vraiment une promenade de santé. Elle s’adresse donc à tous ceux qui viennent à Urbanya, qui ont le désir de marcher sans pour autant y passer la journée, sans pour autant avoir envie de se lancer dans de longues distances ou dans des dénivelés désespérants. Selon la condition physique de chacun, il ne vous faudra qu’entre 1h30 et 2h30 pour l’accomplir voire plus, si tout comme nous vous flânez à outrance. Ce col de Marsac, à 1.050 m d’altitude, que l’on trouve parfois écrit Marçac (aussi bien en catalan qu’en occitan) sur des panonceaux directionnels, je l’ai déjà évoqué à diverses reprises (**). Normal, car depuis des siècles, il constitue un passage essentiel pour les hommes. A cause de nombreuses roches gravées et des nombreux dolmens retrouvés dans ce secteur, d’éminents archéologues admettent que des lieux de passage existaient déjà au néolithique dans ce secteur de la montagne. Plus tard, le col de Marsac a permis la liaison entre les communes d’Urbanya, de Nohèdes et de Conat. Avant que la route D.26 ne soit créée, c’est par là que passait un sentier muletier reliant les 3 communes. Ce sentier existe toujours même si certains bergers se le sont en partie accaparé (voir ma randonnée intitulée Le Sarrat de Marsac (1.088 m) et les Cortalets depuis Urbanya (856 m)). D’ailleurs, il suffit de regarder une carte IGN pour constater que de nos jours,  le col est situé pile-poil sur la limite administrative séparant les 3 communes. Outre le col, il y a également un roc de Marsac à 20m au-dessus et à 1.056m d’altitude ainsi qu’un serrat, même si ces deux notions ont peu à peu disparu des nouvelles cartes géographiques. Le départ vers le col s’effectue de l’église d’Urbanya où il faut emprunter la piste DFCI C060. Elle s’élève doucement et de manière plutôt rectiligne jusqu’à un large virage en épingles à cheveux. Là, sur le côté gauche, le virage domine un vallon du nom de La Devesa sur la carte IGN. Ce vallon est parcouru par un ruisseau du nom de « Correc de La Coma » et au-dessus et en face vous apercevez un bois d’épicéas et tout autour des forêts de feuillus et de diverses essences.  Si je vous précise tout cela c’est parce que la suite du chemin passe au sein de ce bois d’épicéas que je cite mais qu’il y a 2 manières de l’atteindre. La première est de suivre le balisage jaune qui part du virage de La Devesa même et monte à gauche dans les genêts. J’y galère régulièrement sans doute parce que les genêts s’étoffent en volume et que des débroussaillages réguliers devraient y être faits mais ne le sont pas toujours ! Enfin je pense ! La seconde, celle que je choisis personnellement est de descendre vers le vallon par un petit goulet rocheux que vous n’aurez aucun mal à trouver. Il atterrit sur un sentier herbeux qu’il faut poursuivre jusqu’au ruisseau. En réalité un ru au regard de sa taille. Là, il suffit de remonter ce ru vers la droite jusqu’à atteindre sur la gauche des bas murets en pierres sèches qui l’encadrent  Inévitablement, vous allez tomber soit sur la suite du balisage jaune cité ci-dessus, et qu’il va falloir suivre, soit sur une rampe constituée de pierres sèches montant dans la pessière.  Là,  dans le sombre sous-bois, les marques de peinture jaune du balisage se font plus présentes. Ne les perdez jamais de vue et si c’est le cas revenez jusqu’à la marque jaune précédente. De nombreux cairns s’ajoutent à cette signalétique et viennent faciliter la marche à suivre. Il va en être ainsi jusqu’à atteindre le col de Marsac. Il est donc important d’avancer en gardant à l’esprit que le balisage est très important.  Dans le cas contraire, vous risquez de vous perdre dans ce bois pas toujours facile à cheminer. Peut-être aurez-vous la chance d’apercevoir un cervidé voire plusieurs ou une harde de sangliers, ces animaux fréquentant souvent les lieux, or période de chasse notamment. Moi, s’il m’arrive d’en voir et d’en photographier régulièrement, le plus souvent les oiseaux, les papillons et les fleurs suffisent à combler de bonheur le passionné de Nature et de photos naturalistes que je suis. Au col de Marsac, il ne faut pas hésiter de gravir la petite butte car elle permet de bénéficier d’incroyables panoramas malgré la modeste élévation. Ici à la côte 1.056 de la carte IGN, c’est à 360° que les principaux massifs montagneux environnants se dévoilent : le tout proche et très boisé Mont Coronat bien sûr, le Madres et le Canigou en sont les principaux car les plus hauts en altitude. Ils sont tous entrecoupés d’une géologie étonnante car constituée de ravines, de vallées et de gorges plus ou moins profondes et encaissées, elles-mêmes dominées par des pics un peu moins hauts que ceux cités précédemment :  Serra, Lloset, Moscatosa, Portepas, Torrelles, Torn, RocaterGran et Jornac. Autant de sommets où j'ai pris plaisir à m'élever car avec une Nature sans cesse renouvelée et des panoramas jamais pareils selon les différentes saisons. Une multitude de rus qu’on appelle « correcs », de ruisseaux, de torrents, de rivières canalisent toutes les eaux pluviales, eaux finissant leurs courses tout en bas dans la vallée et dans le fleuve Têt. Pour la suite du parcours, il suffit de prendre la piste qui part vers le nord-ouest, direction le pic de la Serra que l'on a aperçu depuis le roc. Elle longe une clôture se trouvant à main gauche, s’en éloigne un peu vers la droite, continue un peu de monter et parvient à un nouveau collet. Là, à cette intersection de deux pistes, il faut prendre la piste à droite qui redescend un peu.  Celle de gauche étant celle de l’ancien tracé du « Tour du Coronat » permettant d’accomplir la randonnée que j’avais intitulée « Le Circuit de la Matte ». La large piste sur laquelle vous vous trouvez va vous permettre de revenir très facilement à Urbanya, la seule difficulté étant de retrouver la piste DFCI C060 partant à droite à la prochaine intersection. Si vous avez un doute, sachez que cette intersection où il faut prendre à droite est agrémentée d’un panneau estampillé « Forêt domaniale d’Urbanya ». Comme indiqué en préambule, il ne vous faudra guère plus de 2 heures pour accomplir cette jolie boucle très représentative des décors et de la Nature que l’on peut trouver tout autour du vallon d’Urbanya.  A titre d’exemple, le jour de cette balade, nous avons eu la chance d’apercevoir un chevreuil puis lors du retour une biche. Nous avons également observé de très nombreux rapaces mais aussi une couleuvre et un triton dans le Correc de Coma. Quant aux oiseaux, papillons et fleurs, il suffit de regarder ma vidéo pour être convaincu de leur belle présence en cette saison printanière. Au lieu-dit les Llebreres, à la limite du bois d’épicéas et des feuillus, j’ai été agréablement surpris de constater un nombre incroyable de mésanges et quelques rougequeues noirs. Concernant les mésanges, toutes celles que l’on peut trouver ici étaient présentes : charbonnière, huppée, nonnette, longue queue et noire. Plus haut, du col de Marsac et en longeant la clôture montant vers le pic de la Serra beaucoup de fauvettes étaient visibles. Sur la piste du retour, j’ai également aperçu merles, geais, bruants et pinsons, c’est dire si une avifaune était présente , ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas car en France et ici aussi les oiseaux sont en nette régression. Comme expliquée ici, cette balade a été longue de 6,6km pour des montées cumulées de 458m et un dénivelé de 225m. En effet, le point le plus haut n'est pas le roc de Marsac à 1.056m d'altitude mais l'intersection des chemins (GRP Tour du Coronat et la Matte) à 1.081m. Le plus bas est à Urbanya à 856m. Carte IGN 2348 ET Prades – Saint-Paul-de Fenouillet Top 25.

    (*) Marsac : Le toponyme « Marsac » est assez bien connu car assez courant. Plusieurs communes françaises portent ce nom quant aux lieux-dits ils sont légions. En plaisantant, je pourrais presque dire « normal »  puisqu’ une majorité des linguistes toponymistes s’accordent sur le fait que ce mot serait issu des anthroponymes « Martius » ou « Marcius » d’origine romaine et plus tard gallo-romaine. A l’antiquité, ces noms de famille étaient plutôt répandus et pour s’en convaincre il suffit de lire l’article de Wikipédia consacré au nom « Marcii ». Bien évidemment et s’agissant des Romains, ces noms de famille seraient étroitement liés à la mythologie et ici en l’occurrence au dieu Mars.

    (**) Randonnées déjà proposées passant par le col de Marsac :


    1 commentaire

  • Les Américains ont sauvé le « soldat » Tosti.


     

    Tous les internautes qui s’intéressent au Roussillon, à son Histoire, à ses communes, à ses  fleurs et à son anthroponymie connaissent inévitablement le regretté Jean Tosti. Cette renommée va bien au-delà du Roussillon et de la Catalogne car par le biais d’Internet elle s’étend également dans toute la France et les pays francophones et probablement en Europe et dans le monde entier.

    Voilà maintenant un peu plus d’un an que Jean Tosti nous a quitté. C’était le 16 août 2021 à l’âge trop précoce de 75 ans. J’avais seulement 3 ans de moins que lui.  Je ne le connaissais pas personnellement, mais sans forfanterie aucune, je pense que nous avions de nombreux points communs. Si je dis cela c’est bien entendu au regard de tout ce que j’ai pu lire à son propos sur Internet. Son côté « réac » dans le bon sens du terme, à savoir son esprit très prononcé pour une meilleure justice, sociale ou pas, pour l’égalité, pour la liberté d’expression, pour la Nature et l’écologie et l’intérêt général. De ce côté-là, il était bien plus engagé que je ne peux l’être puisqu’il a toujours été une figure emblématique de l’association Attac. Il aimait aussi les fleurs et l’Histoire dont il avait des connaissances bien supérieures aux miennes en ces domaines. C’est beaucoup grâce à lui et à son site sur les « Fleurs du Roussillon » que m’est venue l’idée de photographier les fleurs lors de « Mes Belles Randonnées Expliquées », puis d’essayer de les identifier de mon mieux. C’est donc grâce à lui et beaucoup aussi à l’éminent botaniste Olivier Escuder que j’ai désormais le statut d’ « observateur » de la flore française et plus spécialement de celle des P.O.   Il était également passionné de football, tout comme moi, ai-je lu. Natif de Nice et moi de Marseille, nous étions des méridionaux et bien évidemment nous avions cet « atome crochu » d’être tombés éperdument amoureux du Roussillon et de la Catalogne et ce, grâce à nos sorties respectives dans cette Nature que nous arpentions par amour et goût des découvertes. Il aimait sans doute autant les randonnées pédestres que moi, puisque je sais aussi qu’il organisait des balades axées sur la botanique. Enfin, nous avions également ce point commun d’être curieux de tout, une curiosité presque sans limite qu’il savait mettre en exergue beaucoup mieux que moi sur son site Internet. Oui, nous avions ce point commun-là aussi d’avoir tous les deux un site Internet. Là, s’arrêtent les comparaisons car comment ne pas reconnaître qu’il était bien plus érudit que moi, bien plus spécialiste que moi dans les très nombreux domaines que je viens de citer et quelques autres encore. Ancien professeur de lettres à Ille-sur-Têt, il était d’abord un homme de culture alors que j’ai toujours été un « technicien » dans les domaines moins « gratifiants culturellement »  de la gestion informatique, comptable et financière. J’étais donc en admiration de ses connaissances, de son immense travail et de son engagement pour une meilleure démocratie.

    Si j’écris cet article aujourd’hui, c’est parce que je constate que son site Internet si foisonnant de connaissances et d’informations est très difficilement accessible sur le Web.  C’était pourtant un puits d’Histoire, de sciences naturelles et que sais-je encore. Un puits « national et roussillonnais » qui s’est asséché pour toutes les personnes qui manipulent mal le Net.  Il ne reste de lui sur Internet que quelques hommages amplement mérités liés à sa disparition et des milliers de liens Internet qui ne fonctionnent plus dont ceux notamment de mon propre site. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai cité Jean Tosti dans « Mes Belles Randonnées Expliquées » et le nombre de fois où j’ai mis des liens de mon site vers le sien. Tout ça s’est éteint avec son décès.  Je suis très triste de ces disparitions et de ces dysfonctionnements car pour moi, c’est un peu comme si les recherches d’un immense savant avaient été mises au pilon avant même que de paraître. C’est un peu comme si on avait brûlé tous les livres édités d’un grand historien ou d’un grand érudit. Alors oui, je ne comprends pas comment l’hébergeur de son site ait pu laisser mourir une telle somme de connaissances ? Comment les « autorités publiques » françaises gérant les archives nationales et départementales n’aient pas cru bon de régénérer cette source de connaissances qui s'était tarie en lui donnant une seconde vie ? Oui, j’ai du mal à comprendre cette disparition au regard du succès que son site avait auprès des personnes qui comme moi ont sans cesse soif de culture et de connaissances.

    Oui, je le dis La France aurait dû sauver le « soldat » Tosti en sauvant son site Internet dont je vous rappelle ci-dessous les principaux thèmes :

    Oui, tout ça à disparu des « écrans radars » français et des écrans français tout court et de nos jours, à ma connaissance, seuls les Américains au travers de leur site d’archivage géant « Wayback Machine Internet Archive » ont sauvé le « soldat » Tosti en sauvegardant son site. Du coup, j'ai donné mon obole pour les remercier. 

    Vous pouvez donc retrouver sa page d’accueil et les autres rubriques en cliquant sur le lien suivant :

    https://web.archive.org/web/20121018113055/http://jeantosti.com/roussillon.htm

    Peut-être que certains liens par manque de mises à jour ne fonctionneront plus mais l’essentiel a été sauvé par les Américains ! « C’est reparti comme en 44 » si vous me permettez cette bien connue expression d'après-guerre et un peu d'humour dans cette chronique plutôt "tristounette". 

    Les sites d’archivage Web français, comme Bnf.fr par exemple, ont-ils également fait ce sauvetage ? Je ne sais pas vous répondre car je n’ai rien trouvé de tel concernant Jean Tosti sur la plupart de ces sites-là. Son site n’est-il accessible qu’aux professionnels de Bnf ou d’autres sites d’archivages ? Je ne le  sais pas non plus ! Toujours est-il que retrouver le site de Jean Tosti sur le Web français est devenu impossible. Dommage ! Il aurait mérité beaucoup mieux que cette indifférence française !

    J’espère que le mot « soldat » ne choquera personne car je pense que Jean Tosti a toujours défendu de nobles causes, de celles que j’aime aussi, de celles que nous devrions tous défendre de nos jours,  à savoir la culture, le français, la démocratie, la liberté, la justice et la Nature. Merci Jean pour tout ce que vous avez fait et m’avez appris.


    votre commentaire
  • Ce diaporama est agrémenté des 3 plus gros succès du groupe américain de rock Chicago. Ils ont pour titre "If You Leave Me Now (A)? "Hard to Say I'm Sorry (B) et "Get Away"(C) et sont interprétés ici par divers artistes de grand talent dans leur catégorie.Dans l'ordre d'écoute, Alex Montana (A/saxophone), le groupe russo/ukrainien Léonid and Friends (B et C/ chant) avec la voix admirable de Serge Tiagnyriadno parti combattre au côté de l'Ukraine après l'invasion russe de février 2022, le groupe Flamenco Guitar Masters (A/guitare), Jason Dertlaka (B/chant) et Léonid and Friends (A/ chant)


     

    Parmi tous les sommets couronnant la Vallée d’Urbanya, le Puig del Rocater (*) n’est pas le plus haut et donc pas le plus couru par les randonneurs. En effet, avec ses 1.601 m d’altitude, il n’arrive qu’en 3eme position après les 1.798 m du Pic de Portepas et les 1.632 m du Pic de Tour (ou del Torn), deux sommets également très intéressants à gravir et déjà gravis antérieurement. Par contre, il présente deux particularités que les deux autres n’ont pas : il est de très loin le plus fleuri et le plus rocheux, ces deux caractéristiques étant intimément liées. En effet, le sommet est amplement composé de roches granitiques et donc riches en silice où les genêts purgatifs se complaisent. Au printemps, ces genêts lumineusement fleuris forment de grosses touffes serrées les unes aux autres et de ce fait, le Puig del Rocater est visible de très loin. Il est donc bien visible d’Urbanya et donc de chez moi, les fleurs jaunes contrastant avec les arbres ; feuillus et pins plus sombres ; qui l’entourent. C’est grandement cette vision qui a motivé cette envie d’aller le voir de plus près à cette époque de l’année, même s’il y a déjà pas mal de temps que je ne me suis plus confronté à une telle distance doublée d’un tel dénivelé. En ce 21 mai, il est 7h30 quand je quitte la maison. Dany étant partie à Montauban pour 3 jours voir ma petite-fille qui a une compétition de natation synchronisée, j’ai toute la journée devant moi. D’ailleurs, à l’instant même de démarrer, je suis longuement arrêté par une incroyable quantité de passereaux, lesquels viennent se régaler des cerises déjà bien mûres. Merles, moineaux, fauvettes, pic épeiches, pinsons et geais sont les principaux gloutons à occuper le cerisier d’Alix, ma gentille voisine. Accoudé à une balustrade et appareil-photo en mains, j’ai devant les yeux l’incroyable spectacle d’un va-et-vient quasi-permanent. Au bout d’un quart d’heure et après de nombreuses photos plus ou moins réussies, je démarre vraiment, direction le bas du village puis le chemin de Saint-Jacques. Après les oiseaux, ce sont les fleurs sauvages, de nombreux papillons et de jolis paysages qui viennent s’ajouter à la mémoire de mon appareil-photo. A hauteur du Serrat de l’Homme, je quitte le chemin principal pour un sentier secondaire partant à gauche et s’élevant au-dessus du lieu-dit Coubère (Cubera). Si les paysages se font plus amples et surtout plus aériens, le sentier bien trop embroussaillé ne me laisse que peu d’occasions de les observer à ma guise. Cette dense végétation me gêne également dans mon désir de vouloir photographier convenablement les passereaux qui s’y complaisent, toujours très présents dans ce secteur. Je les vois mais les immortaliser reste très difficile. Je me rattrape avec de plus en plus de fleurs et de jolis papillons qui se régalent à butiner principalement les buissons de thym déjà très fleuris. De ces denses et terribles broussailles où les genêts, ronciers, prunelliers et cistes se livrent une rude bataille, j’en ressors le plus souvent les bras égratignés quand ce n’est pas carrément sanguinolents. Si le pantalon long me protège les jambes, je m’apercevrais bien plus tard qu’il ne m’a pas totalement protégé des nombreuses tiques que l’on rencontre en cette période de l’année. De cette galère broussailleuse, où seules mes photos naturalistes et un chevreuil que je réveille m’apporte un peu d’agrément,  il va en être ainsi jusqu’à atteindre la bonne piste au lieu-dit Serrat de Miralles. Voilà qu’enfin, je peux prendre un peu de repos en profitant d’un panorama grandiose où le Massif du Canigou emplit une bonne partie de l’horizon. Après plusieurs gorgées d’eau, une barre de céréales et quelques fruits secs, le temps est venu de repartir en direction du Col de les Bigues. Comme souvent, et sans que je m’en explique la véritable raison, les papillons virevoltants sont nombreux sur cette piste. Est-ce l’étage montagnard qui leur convient ? Est-ce la diversité des végétaux ? Je ne sais pas ! Si cette fois ils sont nombreux, les différentes espèces ne sont pas d’une grande variété et les plus visibles sont de très loin les Satyres (mâles) ou les Mégères (femelles), en latin « Lasiommata megera ». Après quelques photos de ces derniers, je me consacre uniquement aux autres, ce qui me procure l’avantage d’avancer bien plus vite. Outre les papillons, je consacre les autres arrêts à de très nombreux oiseaux visibles dans le maquis en contrebas. Finalement seuls un rare Torcol fourmilier et un Accenteur mouchet sont immortalisés correctement. Néanmoins, dans cette propension à vouloir à tout prix observer la faune, le clou du spectacle reste un gros sanglier solitaire. A cause de tous ces ralentissements, il est quand même 10h30  quand j’arrive au Col de Les Bigues. Déjà 3 heures que j’ai quitté la maison et malgré la précocité de l’heure mon estomac réclame du solide.  L’heure du déjeuner vient de sonner et une copieuse salade de riz, concoctée par Dany avant son départ, attend au fond du sac à dos que je veuille bien m’occuper d’elle. Alors que je m’installe avec le ravier de salade sur les genoux, je m’aperçois que j’ai oublié les couverts. Seul un « Opinel » inapproprié en la circonstance gît dans une poche. Comment faire ? Je décide de commencer par manger une petite compote de pomme dont le pot me servira de cuillère. Une cuillère plus que rudimentaire, il faut bien le reconnaître. Ce n’est pas une solution top mais ça fonctionne et peu à peu ma salade de riz finit par perdre la moitié de sa quantité originelle. Mon estomac est satisfait. Je range l’autre moitié de la salade de riz, conserve précieusement le petit pot de compote et assis sur un tronc, je me mets à « bayer aux corneilles ». En réalité, la corneille ressemble plutôt à une Buse variable volant très haut. Elle passe au-dessus de moi en effectuant des cercles de plus en plus grands puis disparaît. Devant mon appareil-photo, elle est aussitôt remplacée par une mouche qui elle a une nette préférence pour les vols stationnaires. Finalement la mouche est plus facile à immortaliser que la buse. Je range correctement mon sac à dos car la distance à parcourir est encore longue et il vaut mieux que les aliments restants soient conserver parfaitement pour la suite du parcours. Je repars direction le Col del Torn.  Peu après, j’emprunte à droite un large layon qui s’élève vers la Serrat de la Font de la Barbera (1.549 m). Alors que je passe devant deux bornes délimitant sans doute les communes d’Urbanya et Mosset mais aussi la forêt domaniale ; raison faisant qu’il y en a deux, une à côté de l’autre; j’aperçois un chevreuil qui traverse gentiment le layon. Bien qu'un peu surpris, j’ai quand même le temps de m’accroupir derrière un pin à crochets avant qu'il ne me voit.  En effet, ici c’est habituellement beaucoup plus haut vers le sommet du serrat que j’en ai toujours aperçu. Il ne m’a pas vu mais m’a sans doute entendu car il s’arrête cherchant du regard ma présence. Caché derrière le pin, si je peux le photographier, ma position pour ce faire n’est pas des plus confortables. De plus, j’ai peur qu’il ne me voit car je vois bien que sa tête est un véritable périscope. Quant à la distance qui nous sépare, elle est d’au moins une cinquantaine de mètres voire peut être un peu plus. Finalement, il repart aussi tranquille qu’il est arrivé, retraversant la layon et disparaissant dans le bois. De mon côté, quelques photos ont été prises mais peu géniales car sans doute avec un peu de « tremblote ». Je me remets en route au milieu du layon. Si je connais bien ce layon pour l’avoir emprunté à plusieurs reprises et en diverses saisons , ça reste la partie la plus sévère du parcours que j’ai imaginé. Si la distance d’un peu plus d’un kilomètre reste modeste, la pente moyenne est de 16% mais certains tronçons sont pentus à 46%. A 73 printemps, mon souffle est mis à rude épreuve et mon cœur qui bat la chamade réclame des pauses de plus en plus rapprochées. Finalement, quand j’arrive au sommet, je suis très heureux de retrouver cette clairière verdoyante où j’ai très souvent aperçu des cervidés. Au lieu de me reposer et de penser à mon palpitant, je marche le long des pins, plus enclin à vérifier si cette tradition va se vérifier, ce qui tend à prouver que je ne suis pas trop en souffrance. Mais cette fois-ci, la coutume me fait défaut. Pas de cervidés et seulement quelques jolies fleurs, des papillons et un bruant fou qui viennent s’ajouter à mon inventaire du jour. Quant à l’arrivée au pied du Puig del Rocater, elle pourrait être décevante et surprendre le randonneur ignorant du lieu, mais je connais trop bien l’endroit pour avoir ces états d’âme. Ici, le sommet, dont la base est en grande partie masquée par des arbres semble à priori difficilement accessible car il n'y a plus de chemin. De plus, il est bien moins captivant qu’il ne l’est depuis Urbanya. Pourtant, je sais qu’il suffit de louvoyer au travers de ce petit bois pour se retrouver face aux premiers rochers et à la multitude de genêts purgatifs qui s’y cramponnent joliment. Les innombrables buissons de genêts, tout comme les rochers, ont ici la même forme en boule donnant à cet endroit une espèce de moutonnement végéto-minéral dont l’ondoiement jaune, blanc et vert est un attrait supplémentaire.   Finalement, et même si la prudence est de mise, la courte grimpette jusqu’au sommet s’avère bien moins compliquée qu’on ne l’imagine au départ. Ce sommet est un superbe mirador où seule la vue vers le domaine de Cobazet reste obstruée, les pins à crochets très serrés les uns aux autres formant derrière le pic une barrière quasi-impénétrable. Outre l’alégresse d’être arrivé au sommet et d’avoir les pieds dans ce « jaune flamboyant », je ne me lasse pas de ce spectacle grandiose à plus de 180°.  De droite à gauche et de gauche à droite, et comme un guetteur cherchant un éventuel adversaire,  je scrute du regard tous les paysages et leurs moindres recoins. Cet ample panorama est constitué par les sommets du Canigou, du Coronat, de l'Escoutoude la Pelade et du Madres formant l’horizon, et bien plus près il y a les vallons d’Urbanya et de Nohèdes et tous ses ravins et ses sommets alentours que j'aperçois : MarsacSerra, Lloset, Moscatosa, Torrelles, Portepas, Gran. Tous ces pics, grands ou petits, hauts ou moins hauts, je les ai déjà gravi et pourtant assez paradoxalement, je suis très heureux d'être là au sommet de Puig del Rocater malgré son altitude bien plus modeste que certains autres. L'âge sans doute qui me fait prendre conscience que je monterai beaucoup moins haut désormais. Ce n’est qu’une demi-heure plus tard, que je me décide à quitter ce merveilleux Puig del Rocater, direction le col del Mener (ou Maner) (1.563 m) qui est dans la continuité mais un peu plus bas vers l’ouest. Ici aussi une verdoyante clairière s’entrouvre. De nombreuses mésanges noires y volettent d’un pin à crochets à un autre et comme je tente de les photographier, je cours dans la clairière d’un arbre à un autre sans me rendre compte du ridicule de la situation. Par bonheur, je suis seul à m’apercevoir de cette grotesque course poursuite. L’aspect grotesque disparaît de mes pensées dès lors que cette « chevauchée » finit par s’avérer payante avec une photo quelque peu correcte. Je quitte les lieux en me rappelant que c’est ici dans un four à chaux du Serrat del Mener que les corps des gardes-forestiers Gaudérique Fabre et Jean Serrat ont été découvert le 5 août 1806 (source histoiredemosset.fr) , soit 14 jours après leur assassinat par des braconniers le 21 juillet. La croix d’un calvaire en leur hommage est encore présente un peu plus bas au col del Torn. Les restes du four à chaux restent introuvables malgré les 15 minutes que je passe à le chercher. Ce n’est pas la première fois. Tant de temps a passé ! Et puis les flancs du pic del Torn sont vastes ! Je me remets en route. Un large chemin herbeux et bourré de fleurs descend vers le col del Torn où je m’arrête pour une seconde pause déjeuner. Je profite de cette pause pour analyser le chemin qu’il me reste à accomplir. Finalement, je décide d’abandonner l’idée de redescendre vers Urbanya par la piste la plus classique et choisis un parcours hors sentier qui est censé suivre le Correc du Col del Torn. Je ne le connais pas mais en observant la carte IGN, je m’aperçois qu’il s’agit d’un remarquable raccourci qui rejoint une piste puis un sentier que j’ai emprunté à de multiples reprises permettant d’atteindre le lieu-dit l’Orriet. Cette fois, je range mon sac sans trop d’application, coupe la piste et me voilà lancé dans cette descente inconnue. Finalement, je trouve le Correc du Col del Torn bien plus vite que je ne l’aurais cru. Au début, ce n’est qu’un mince filet d’eau alimenté par une multitude de sources bourbeuses dont il est difficile d’extraire laquelle est la plus capitale et donc la principale. Un coup à gauche, un coup à droite, je longe le ruisselet sans trop de problèmes jusqu’à ce qu’il se creuse bien trop profondément. Là, mais sans le perdre de vue, je choisis de m’en éloigner sur sa rive gauche bien plus praticable. Désormais, or mis de temps à autre quelques caminoles empruntées par des animaux, il n’y a plus vraiment de sentier. Je slalome au sein de genêts et de fougères dont les buissons sont autant de plots qu’il me faut éviter. Dans ce dédale végétal et à cause de leurs épines et de leurs longues tiges, les rosiers sauvages sont les plus diaboliques à esquiver. Parfois, la végétation est si dense et si haute que chaque foulée réussie me procure comme le sentiment d’une extirpation salutaire. Il en sera ainsi jusqu’à atteindre la piste espérée. Entre temps, mes seuls plaisirs auront été de tomber sur quelques superbes Narcisses des poètes, des vestiges d’un agro-pastoralisme d’antan et un orri en très bon état où une colonie de petits rhinolophes a élu domicile.  Là, à droite de la piste,  commence un autre parcours hors des sentiers battus mais celui-ci ne m’est pas étranger. Une fois encore, je reste à gauche du Correc du Col del Torn et je descends en essayant de trouver le sentier le plus souvent emprunté. Mais le printemps a déjà rempli son œuvre d’embroussaillement et trouver l'itinéraire idéal reste peu évident. L’intersection avec le Correc de Gimelles est synonyme de fin définitive de cette bataille pacifique que je mène contre la végétation depuis ce matin. Une bonne sente mi-herbeuse mi-rocheuse démarre en continuant à longer le Correc du Col del Torn mais peu après l’imposante ruine de l’Orriet, il conflue avec la rivière Urbanya. A l’intérieur de la ruine, et alors que je sais que des mésanges charbonnières y nichent régulièrement,  cette fois-ci j’y surprend un mulot mais le temps d’une seule photo puis il disparaît. La rivière étant peu éloignée, j’y descends pour me rafraîchir un peu mais surtout avec l’intention d’y tremper mes pieds dont les plantes commencent à être bien échauffées. Finalement, après avoir ôté chaussures, chaussettes et pantalon, j’opte pour une fraîche et rapide trempette intégrale car dans le plus simple appareil.  Quelques fleurs nouvelles et des papillons viendront compléter les photos naturalistes déjà très nombreuses de cette jolie balade très souvent et trop souvent au plus près de la végétation ! L’arrivée à la maison par le pentu chemin de Sarrat finit de me tétaniser les jambes. Un écureuil sur le cerisier d’Alix m’apporte une dernière joie photographique.  Il est 16h30. Voilà 9h que la Nature me supporte. Cette randonnée a été longue de 12,7km pour un dénivelé de 733m. L’altitude la plus haute est située 1.601 m au Puig del Rocater et la moins haute à 868 m à Urbanya. Malgré des douches journalières, c’est une cinquantaine de tiques minuscules comme des têtes d’épingles dont il me faudra me dépouiller dans les heures et jours suivants. Comme quoi, la randonnée pédestre nécessite constamment que l’on soit méticuleux….au point d’être obligé de « chercher la petite bête ! » En cette saison printanière et jusqu’en novembre, pensez à vous équiper d’un produit répulsif anti-tiques et de vous en appliquer sur la peau y compris sur les parties couvertes par les vêtements (**).   Carte IGN 2348 ET Prades – Saint-Paul-de Fenouillet Top 25.

    (*) Rocater : Après quelques brèves recherches sur Internet, il semble que le mot « rocater » soit un vieux mot catalan rarement employé de nos jours mais que l’on trouve néanmoins dans de rares ouvrages spécifiques à la Catalogne. Si je dis « vieux » c’est parce qu’il apparaît par exemple dans un Capbreu du 10 juillet 1644 et que malgré une traduction en français le mot « rocater » a été conservé tel quel ne trouvant sans doute pas un équivalent français convenable. C’est ainsi que « l’Institut d’Estudis Catalans » conjointement avec « l’Institucio Francesc de Borga Moll » précise dans son « Diccionari català-valencià-balear » que le mot « Rocater » que l’on peut orthographier « roqueter » donne les définitions suivantes « 1. - Era un roqueter sembrat de claps de garrigues », « 2. - Roca petita que surt a un pla de terra » dont les traductions françaises sont « 1. C’est un rocher semé de taches broussailleuses », 2.Petit rocher qui émerge sur un terrain plat ». Il faut bien reconnaître que concernant le Puig del Rocater, ces 2 explications sont on ne peut plus conformes à la réalité que l’on constate sur le terrain. J’ai noté enfin que le mot « rocater » est en catalan aussi bien employé comme nom que comme adjectif. On peut donc le traduire plus simplement en « rocaille ou rocailleux », et en « rocher ou rocheux ». Il s’agit également d’un nom de famille que l’on trouve surtout aux Etats-Unis mais également en Catalogne nord (française et espagnole). Enfin, outre le Puig (pic) del Rocater, le toponyme est également présent à Castelnou (correc/ruisseau), Nohèdes (carrer/rue), Reynes (castell/château).

    (**) Ces conseils que je vous donne, je ne les ai pas suivis et un test à la maladie de Lyme effectué quelques mois plus tard s’est avéré positif (Borréliose). N’ayant pas de signes cliniques de la maladie (enfin pour l’instant), cela signifie que j’ai été en contact avec une Borrelia (tique) mais que la maladie n’est pas devenue active. En l’occurrence,  ce sont les anticorps engendrés lors du contact qui auraient créé cette positivité. Alors méfiance quand même ami(e)s randonneuses et randonneurs !


    1 commentaire
  • Sous-France et souffrances, voyez vous une différence ?

     

    Je ne sais pas vous mais moi, à 73 ans, il m’arrive de plus en plus souvent de ne plus faire de différence entre souffrances et sous-France ?

    La France va mal. Très mal. Dans de très nombreux domaines pour ne pas dire tous  : sécurité, justice, actes de violence et ensauvagement, trafics en tous genres et surtout de drogues et d’armes, éducation, économie, services publics, endettement, fraudes fiscales et sociales, immigration, communautarisme et perte d’identité, énergie maintenant et bien évidemment la santé. Quant au chômage et à l’emploi, Macron et ses acolytes ont une forte tendance à ne citer que les chiffres qui les arrangent oubliant une réalité beaucoup moins avantageuse et en leur défaveur avec 5,659 millions de demandeurs d’emploi dans les catégories A, B et C, sans compter les 1,897 millions de personnes inactives qui souhaitent travailler, mais qui ne sont pas considérées comme étant au chômage, faute de remplir les critères nécessaires. (Source Le Monde du 18 mars 2022). C’est donc 7,556 millions de personnes qui sont à la recherche d’un emploi pérenne soit plus de 10% de la population. Ajoutons les chiffres cataclysmiques de Mayotte souvent exclus de ceux du chômage national est la coupe est encore plus pleine. On est loin des 6 ou 7% dont nos ténors de la politique nous bassinent ! Alors certes, il semblerait que le chiffre de jeunes avec un contrat d’apprentissage qui était de 718.000 fin 2021 ait fortement augmenté et si c’est vrai c’est bien évidemment positif, même s’il faut attendre de voir si ces derniers se transformeront au maximum en contrats de travail. 6 sur 10 selon les chiffres donnés pour l'instant. Dans la réalité, ce chiffre de 718.000 a été sorti de celui donné pour le chômage à fin 2021 par le gouvernement, autre moyen de se faire mousser.

    Si j’affirme depuis quelques années que la France va mal, je ne suis pas le seul à le dire. François Bayrou l’a dit il y a quelques jours lors d’une interview. Il est pourtant bien placé pour le savoir en sa qualité de haut-commissaire au Plan, poste où il a été nommé par le président Macron en 2020 et où il est censé réfléchir à ce qui ne tourne pas rond en France, à trouver des solutions, à les planifier en accord avec le président et son gouvernement. Or, il ne dit pas pourquoi la France va mal, il rajoute qu’elle pourrait aller bien mieux mais sans dire pourquoi et comment non plus. Enfin, tout cela pour vous dire qu’il parle pour ne rien dire comme il l’a toujours fait depuis qu’il est un élu de la République et donc un responsable parmi des tas d’autres qui vivent constamment et comme lui au crochet des contribuables que nous sommes. Ils en vivent grassement, sont responsables de cette chienlit mais n’ont jamais aucune solution pour la résoudre du fait même qu’ils ne savent pas pourquoi nous en sommes là ! Ils ont des œillères, souvent idéologiques c’est un constat ! Au jour où j’écris cet article, la France a encore explosé ses prélèvements obligatoires (fiscaux et sociaux) et devient sans doute le « Number One » de toute l’Europe en la matière. Pourtant, et malgré les vaches à lait que nous sommes, peu de choses fonctionnent correctement alors que bien évidemment ça devrait être logiquement le contraire. C’est également un constat dès plus navrant ! A titre de petit exemple et vous comprendrez pourquoi plus loin, la France a dans ses hôpitaux 34% de personnel administratif de plus que l’Allemagne ; et même 54% si on fait le calcul en temps plein ; et pourtant est-ce que ça marche mieux chez nous ? Laissez-moi en douter ! 

    Enfin tout cela n’est qu’un préambule édifiant mais utile au problème que je vous soumets ci-dessous mais dont je doute être le seul à le rencontrer et sans doute à le dénoncer. En quelques mots, ce problème s’est l’impossibilité de joindre très souvent un docteur, une clinique, un service hospitalier au téléphone !  Certains docteurs refusent désormais des patients et si dans les médias, on parle beaucoup et souvent des déserts médicaux dans la ruralité, je pense qu’il y a des déserts médicaux tout court !

    Voilà des expériences personnelles récentes. Mon épouse Dany souffre depuis plusieurs années de terribles douleurs aux hanches. Ces dernières années, les douleurs n’ont fait qu’empirer au point que parfois elle en pleure et il y a des jours où elle parle même de se flinguer car souffrant le martyr. En avril dernier, elle a passé 3 jours dans une clinique de la région pour toute une batterie d’examens (analyses, radios, scanner, IRM) où il n’a été décelé que de légères tendinites selon la conclusion succincte qu’elle en a eu. Or mis des séances de kiné et une infiltration d’anti-inflammatoires sous scanner qui n’ont pas été d’une grande efficacité dans la durée, aucun traitement médicamenteux de fond ne lui a été préconisé à sa sortie. De ce fait, ses terribles souffrances devenues chroniques demeurent. Sans solution apparente, sa médecin-traitant lui a donc conseillé de prendre un rendez-vous avec un centre anti-douleurs, lui précisant quand même qu’obtenir un rendez-vous rapide est le plus souvent un vrai parcours du combattant. Ce parcours du combattant, nous étions prêts à le réaliser mais sous la condition qu’on veuille bien nous répondre au téléphone, ce qui n’a jamais été le cas pour les 8 centres anti-douleurs que nous avons contacté. Oui, vous lisez bien, sur les 8 centres contactés, un seul a répondu pour nous dire que le numéro n’était pas correct et que nous étions dans un service de soins palliatifs. Les 7 autres n’ont jamais décrochés. Que faire ? Qu’avons-nous mal fait ?

    Dans Google recherche, j’ai tapé « centre anti-douleurs » et j’ai trouvé un site à l’entête conjointe des Ministères de la Santé et de la Prévention et des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes Handicapés. Là, une carte vous permet d’accéder à votre région. En cliquant sur votre région, une page de centres anti-douleurs s‘affichent avec les coordonnées de chacun. Mon épouse a donc téléphoné à 4 centres tous situés dans des Centres Hospitaliers les plus proches de notre domicile. En vain, comme indiqué plus haut. Ces échecs l’ont découragée car je suis certain que  l’on aurait pu laisser le téléphone sonner pendant des heures sans jamais aucune réponse. Le lendemain, j’ai pris sur moi d’en appeler 4 autres sans qu'elle le sache. En vain également. Le parcours du combattant s’est transformé en guerre perdue d’avance ! Pourquoi ? Selon une source bien informée, il semblerait que tous ses services médicaux soient débordés au point que leurs secrétariats aient reçu comme consigne de ne plus répondre au téléphone ! Alors que fait notre ministre pour résoudre cela ? Est-il au courant même ? Pourquoi 34% de personnels administratifs de plus qu’en Allemagne si déjà les secrétaires ne répondent plus au téléphone ?  « Voilà une question qu'elle est bonne » comme aurait dit Coluche.

    Quelques jours plus tard, ayant un soupçon de la Maladie de Lyme, j’ai eu besoin ; sur les recommandations de mon  médecin-traitant ; de téléphoner au Service des Maladies Infectieuses et Tropicales (SMIT) de l’hôpital. Là pareil, j’ai pendant 2 jours tenté de les joindre au téléphone mais en vain. Matin, après-midi et quel que soit l’horaire, jamais personne n’a répondu au téléphone. J’ai donc été contraint de m’y déplacer et bien évidemment j’ai constaté qu’il y avait un secrétariat avec 2 personnes. Une d’entre-elles m’a reçu, elle a fait une photocopie de la lettre de recommandation que j’avais de mon toubib et m’a promis que l’on me recontacterait au téléphone pour un rendez-vous plutôt rapide. Alors comme je veux franc jusqu’au bout, je dois admettre que cet appel est intervenu très vite, de même que le rendez-vous et c’est donc à mettre à leur crédit. Alors pourquoi dans ce cas de figure, les secrétaires ne répondent pas au téléphone ? Je leur ai bien évidemment posé la question puisque j'étais sur place mais en réponse je n'ai eu droit qu'à un petit sourire narquois.  Néanmoins, et parce que je suis à moins d’un quart d’heure de l’hôpital, j’imagine le patient qui habite à l’autre bout du département à une heure voire deux de l’hôpital et je me demande quelle attitude il aura en la circonstance ? Certains se déplaceront et d’autres pas sans doute ! Ces derniers resteront avec leurs souffrances comme mon épouse reste avec les siennes depuis des années.

    Il y a quelques jours, nous avons rencontré une amie dans un supermarché. Elle a presque 90 ans et se plaignait elle aussi de l’impossibilité qu’elle avait parfois de joindre rapidement un docteur, un spécialiste, un service médical pourtant indispensable en raison de son âge et de ses affections. De ce fait, et en l’absence de réponse, elle nous expliquait qu’elle changeait régulièrement de médecin devant les défaillances de plus en plus récurrentes de ceux qu’elle connaissait ou avait connu jadis. Par bonheur, ses enfants l’aident dans les circonstances les plus critiques.

    Oui, il y a un âge où les souffrances et les douleurs sont là et il est très difficile d’y faire face surtout dans la solitude. La France, elle, est entrain de devenir peu à peu un pays sous développé avec ses déserts médicaux comme si sa superficie était celle de la Chine ou de la Russie. Non, avec sa superficie, la France est un tout petit pays et il n’est pas très normal qu’on y trouve des déserts ; qu’ils soient médicaux ou autres. Non, cette situation désastreuse est due à des politiques désastreuses et ce, depuis 50 ans, et ce n’est pas en installant des immigrés dans le milieu rural comme veut le faire le Président Macron que nous résoudrons les problèmes factuels. Et puis, les demandeurs d’asile et autres migrants voudront-ils rester dans nos campagnes où tout a disparu car tout a été supprimé par la volonté de ceux qui nous ont gouverné ? Les cantonner des autres citoyens dans un milieu spécifique, n’est-ce pas une manière de les isoler puis de les exclure ? N'est-ce pas une façon de leur signifier de rester au sein de leurs propres communautés ? Ce que de nombreux font déjà avec les effets si pervers que l’on constate !  De les laisser à l’écart d’une intégration possible et surtout souhaitable pour un vivre-ensemble plus réussi ?

    Oui, la France est en souffrance et je crois qu’il faut se faire à l’idée qu’elle sera de moins en moins apte à s’occuper des nôtres. A moins que…….Je parodie François Bayrou ! Mais rassurez-vous, ça ne va pas plus loin et je n'ai pas l'intention de me présenter à la présidentielle en 2027 ! Je suis juste un râleur ! 


    10 commentaires
  • Ce diaporama est agrémenté de la chanson "Awaken" du groupe de rock britannique "Yes" composé de Jon Anderson (chant) et des musiciens Chris Squire, Rick WakemanSteve Howe et Alan White. Chanson légèrement incomplète extraite d'un concert à Birmingham en 2003.

      Le Chemin du Mas de Les Fonts (Las Founts) depuis Calce

     Le Chemin du Mas de Les Fonts (Las Founts) depuis Calce


     

    Quand en ce 5 mai 2022, nous avons entrepris ce « Chemin du Mas de les Fonts (*) depuis Calce », les principaux sites Internet que j’avais consulté auparavant nous laissaient imaginer que ce lieu historique et inscrit en tant que tel aux Monuments éponymes serait « visitable ». C’est le cas par exemple de la fiche rando édité par Perpignan Méditerranée Tourisme et Agly-Verdouble Pays Touristique ; c’est-à-dire le département ; où il est clairement indiqué qu’ « Une halte s’imposera au Mas de Les Founts, bâtisse médiévale dominant le vignoble ». C’est également le cas du site « IGNRANDO », lequel dans la présentation de cette randonnée écrit « belle découverte du Mas de las Fonts ». C’est enfin le cas aussi sur le site de la commune de Calce où l’on peut lire d’emblée sur la page dédiée « Une magnifique bâtisse communale ... Le Château de Las Fonts... ». Or, qu’elle ne fut pas notre déception d’atteindre ce bien bel endroit perché sur un dôme et joliment entouré de vignobles, de pinèdes, d’oliveraies et de garrigues et d’être contraints de n’en voir qu’une infime partie au travers de lourdes grilles amplement cadenassées. Oui, à quoi ça sert d’imaginer et de proposer un circuit de randonnée en définissant un objectif qui restera invisible aux yeux des marcheurs qui auront fait l’effort d’y parvenir ? Certes le reste de la randonnée reste agréable, et notamment au printemps, mais la déception est grande et il serait bien que les différents acteurs clés cités ci-dessus ; auxquels on peut peut-être rajouter la Fédération Française de Randonnée Pédestre, puisque ce chemin est balisé ; se mettent d’accord et trouvent une solution à cette énorme déficience, et ce d’autant que la commune de Calce est, comme indiquée ci-dessus, propriétaire du domaine depuis 1985, après l’avoir racheté à la famille Bobo, célèbres pharmaciens de Perpignan. Oui, en arrivant chez moi, j’étais si déçu que j’ai téléphoné à la mairie de Calce pour demander quelques explications. Elles furent polies mais on ne peut plus lapidaires et se résumèrent à « le lieu n'est pas ouvert au public » puis « désolé ». Voilà en préambule ce que je voulais dire à propos de cette randonnée en boucle, espérant qu’au plus vite un changement pourra intervenir afin que les prochains randonneurs trouvent un intérêt total à la parcourir. Il est 8h30 quand nous rangeons notre voiture près du centre de Calce à proximité de la mairie. Nous démarrons en remontant la rue qui passe devant le restaurant bistrot de pays Le Presbytère et l’église Saint-Paul et poursuivons le bitume sur la route d’Estagel jusqu’à la sortie du village où un balisage jaune indique de partir à droite. On laisse le monument aux morts sur la gauche et continuons facilement grâce à un panonceau directionnel : « Mas de les Founts – 1h27 - 4,5km ». Or mis les paysages, dont l’inévitable Canigou couronné de gros nuages fait amplement partie, de très nombreuses fleurs et de rares passereaux font les frais de mes premiers clichés. L’itinéraire très bien balisé ne pose aucun problème de cheminement et ne nécessite pas l’utilisation d’un GPS. Il suffit d’être attentif aux marques de peinture jaune. A des endroits très précis, je retrouve certains tronçons empruntés lors d’une longue et superbe balade que j’avais intitulée « Le Circuit des Coumes et sur les pas des bergers ». C’était une version en boucle très personnelle d’une randonnée intitulée « Sur les pas des bergers » dont un panonceau annonce ici la direction. Alors que Calce s’éloigne, les fleurs de garrigue que je recense se font plus nombreuses pendant que les passereaux se font plus discrets. Seuls quelques bruants proyers et de rares fauvettes montrent le bout de leurs becs pendant qu’une buse variable chasse en rase-mottes avant de disparaître dans une dense végétation. A aucun moment, je n’aurais l’occasion de photographier ni une fauvette ni cette buse. Les paysages s’entrouvrent sur de vastes panoramas. Je reconnais Latour-de-France, devine parfois Estagel, pourtant plus près de nous, aperçoit les reconnaissables sites que sont la Tour del Far et Força Réal. Symétriques dans ce champ visuel à 180°, les deux semblent se faire face . Plus loin encore, des Corbières catalanes à la forêt de Boucheville, le pays Fenouillèdes déroule ses décors si diversifiés. Avec cette dernière vision, je ne peux m’empêcher de me remémorer ce Tour pédestre des Fenouillèdes réalisé avec mon fils et en 5 jours. « Mon dieu déjà 11 ans » me dis-je en pensées car sans prononcer aucun mot. Je me contente de dire à Dany « tiens regarde au loin on aperçoit le Bugarach ! ». «  Où ça ? » me répond-elle. « Ce gros bulbe à droite et à l’horizon, dans la continuité des autres collines encore plus à droite ». « Ah oui, je le vois ! » conclut-elle. Mes pensées, elles, continuent de vagabonder comme mes jambes l’avaient fait en 2011, avant de revenir à une réalité plus patente. A nos pieds, torrents, recs et correcs, ont creusé de profondes et longues combes formant ainsi une succession de petits « serrats » plus ou moins hauts. Ici, aussi, j’arrive à retrouver du regard quelques décors déjà arpentés lors du « Circuit des Coumes et sur les pas des bergers ». Voilà déjà presque 2h que nous flânons et nous stoppons sur un petit pré herbeux et face à ces panoramas pour prendre un gros en-cas. Une fois encore et comme très souvent lors de nos balades, le Massif du Canigou enneigé est la principale attraction de ce déjeuner sur l’herbe. Mais aujourd’hui, de gros nuages lui coupent la tête et de ce fait le rendent beaucoup moins captivant. A l’instant de repartir, nous atteignons la route bitumée coupant la D.18 entre les lieux-dits « Serrat d’en Bigorra » et « Coma de la Ginesta ». Nous repartons sur un chemin mi-asphalté et mi-terreux filant vers le Mas de les Fonts. Il est presque rectiligne et agréable à cheminer car en surplomb d’une jolie combe que vignobles et oliveraies se partagent. De très nombreux passereaux et quelques papillons semblent apprécier ce secteur. Comme déjà indiqué, l’arrivée au Mas de les Fonts devant des grilles fermées par des chaînes est très décevante et même énervante. Aucune âme qui vive à l’intérieur de l’enceinte est nous n’avons d’autre choix que de quitter les lieux. Il y a bien un homme qui travaille à la vigne en contrebas des bâtisses côté sud mais il est bien trop occupé et surtout bien trop loin pour que l’on puisse l’interpeller. Alors que nous descendons vers la partie extérieure du hameau où se trouvent quelques maisons, qu’elle n’est pas notre surprise d’apercevoir au sein d’un mur ruiné une chatte accompagnée de quelques minuscules chatons. Si la mère reste impassible, certains chatons s’égayent en nous voyant et d’autres s’enfuient dans leur cache de pierres. Je prends quelques photos de loin mais nous n’approchons pas dans la crainte d’effrayer la mère qui risquerait d’abandonner ses rejetons. Nous poursuivons. Ici, un long et haut mur, espèce de rempart agencé de plusieurs fenêtres, en partie caché par de grands arbres, empêche toute vision à l’intérieur du domaine. Pendant que Dany continue vers les maisons du hameau, je monte vers ce haut mur en quête de quelques photos et d’une éventuelle ouverture. J’y découvre une tour crénelée également fermée d’un haut portail, mais rien de plus car là aussi aucun accès n’est possible. J’abandonne toute idée de visite et retrouve Dany au hameau, désert lui aussi. Assise sur un petit muret, avec une tasse de café dans une main, elle déguste son dessert que nous n’avions pas mangé précédemment. Je fais de même tout en tentant de photographier les nombreux moineaux et étourneaux qui occupent de grands cyprès. Ici, les oiseaux sont nombreux et outre ceux déjà cités, je parviens à photographier une hirondelle et un chardonneret. Moineaux et pinsons échappent à mes stratagèmes. Les hirondelles, elles, vont et viennent en planant jusqu’à se réfugier sous la terrasse ombragée d’un cabanon. Pour mon plus grand plaisir, toute cette avifaune semble apprécier ce lieu si paisible. Nous repartons forcément déçus de n’avoir pas pu visiter ce château du Mas de les Fonts où certaines structures sont inscrites auprès des Monuments Historiques. C’est le cas de la chapelle, du porche d’entrée ainsi que de l’enceinte où une poterne est visible. Est-ce la déception, mais nous poursuivons la route au lieu d’essayer de trouver le balisage de couleur jaune propre à ce P.R. Quand je m’aperçois de notre erreur, c’est bien trop tard pour faire marche arrière. Un coup d’œil sur mon GPS et sur ma carte IGN pour constater que nous avons accompli au moins 500m mais finalement je constate aussi qu’en continuant nous retrouverons le bon itinéraire. Après les vignes du mas, la garrigue reprend totalement ses droits avec des fleurs à recenser et des passereaux véloces et donc difficiles à immortaliser. Si le chemin vers Calce est plutôt rectiligne sur la carte, il ne l’est pas sur le terrain, alternant montées et descentes rocailleuses dans des petites combes creusées par des correcs le plus souvent asséchés. Quant au fond d’un correc, une poche d’eau causée par de récentes pluies se présente, on y découvre quelques papillons en quête de sels minéraux, nutriments essentiels à leur reproduction. Dans ce retour vers l’arrivée, les paysages diffèrent quelque peu de ceux vus précédemment. Belles vues sur le Mas de les Fonts, sur la Plaine du Roussillon puis sur Calce sont les principales attractivités visuelles de cette deuxième partie du parcours. Il faut y ajouter le beau jardin et les œuvres d’un artiste inclassable au sein même du village. Ainsi se termine cette agréable balade en boucle donnée selon les sites pour 7,7km (fiche rando du département66) ou 8,1km (IGNRANDO). Pour être franc, je ne l’ai pas mesurée par le fait même qu’elle était indiquée comme facile. C’est plutôt le cas pour les marcheurs que ces distances-là ne rebutent pas ! Carte IGN 2448 OT Thuir – Ille-sur-Têt Top 25.

    (*) Présentation du mas ou château de Les Fonts : Comme souvent en pareil cas, j’ai essayé de lire un maximum d’informations avant de démarrer cette randonnée. Voilà une synthèse de ce que j’ai trouvé :

    Le Mas de les Fonts, sur la commune de Calce, dans le département français des Pyrénées-Orientales, est un ancien château édifié du xiie siècle au xve siècle. L'église Sainte-Marie de Las Fonts qui se trouve en ce lieu semble dater du xiie siècle. L'ensemble fortifié qui se trouve autour a été construit entre les xiie et xve siècles. Le Mas de les Fonts fait partiellement l'objet d'une inscription des monuments historiques depuis le 29 mars 1993. Les parties protégées sont l'église romane, le porche d'entrée, l'enceinte et sa poterne. (Source Wikipédia). Son existence est attestée dès la fin du IXème siècle. Pour des raisons encore inconnues, cet embryon de village s'est peu développé, devenant dans le courant du XVIème siècle une exploitation agricole. De nos jours, sont encore visibles la base de l'enceinte au nord, un habitat médiéval ainsi que l'église romane dédiée à la Vierge, citée pour la première fois en 1119. Avec sa nef unique et son abside à l'est dotée d'une surélévation défensive, son architecture la rapproche de Saint-Paul-le-Vieux. Des restes de décors peints à fresque sont encore visibles dans l'ébrasement des fenêtres. Deux éléments déposés pourraient provenir de l'église: une ancienne table d'autel en marbre de Baixas, et une cuve baptismale, également en marbre, de forme tronconique d'époque romane (Source Tourisme.pyrénées-orientales.fr). Située sur le territoire de Calce, l'église de Las Fonts est tout ce qui reste d'un hameau autrefois prospère, mais qui ne s'est pas développé pour arriver à l'un de nos villages actuels. Le territoire de Las Fonts n'a pas délivré de vestiges du lointain passé paléolithique, pourtant riche dans la région, ni même du passé plus récent du néolithique. Pourtant il semble normal que les hommes ayant vécus à cette époque aient habité ce site, dont les collines apportaient une relative protection naturelle. Il faudra attendre le moyen-âge pour qu'apparaisse la première mention écrite de Las Fonts, qui est cité en 1119 dans une bulle du pape Gélase II. Cette bulle confirmait la donation de l'église à l'abbaye de Lagrasse, une puissante abbaye située aujourd'hui dans l'Aude et qui possédait déjà quelques autres lieux dans la région. Du hameau de Las Fonts il ne reste plus de nos jours qu'un mas, quelques vestiges et la chapelle Ste Marie, datée du début du XIIe siècle (Source https://www.les-pyrenees-orientales.com/Villages/LasFonts.php) Il s'agit d'une construction ancienne, ce château apparaît dès le XIIIe siècle dans les documents écrits, mais son appareillage prouve qu'il a été construit bien avant, au moins au XIIe. Il est assez monobloc et se compose d'un lourd mur entourant les éléments de vie d'une petite communauté : un moulin, un puit, des maisons, une place forte, etc…. Ce que l'on appelle "château", c'est en fait une motte castrale, de taille modeste. Il mesure à peu près 60m de long par 40 de large. On sait qu'il contenait une citerne de 75000 litres et un four à pain. La plus ancienne référence que l'on ait sur le château de Calce date de 1232, on y lit que le noble Bernard de Calce est chevalier du Temple, à la Commanderie du Mas Deu. On retrouve le château aux mains de Guillem de Canet au XIIIe et XIVe siècle, qui le tient en fief des rois de Majorque. En 1344, le royaume de Majorque chute devant la puissance de son voisin, le royaume d'Aragon. Leurs biens sont redistribués et ce château tombe entre les mains de la famille de So, puissante famille locale à cette époque. Puis, il passe à la famille de Vernet (désignant le quartier Nord de Perpignan, pas la ville du Conflent) et plus tard à la famille du Vivier (jusqu'au XVIIe), pour enfin aboutir à la famille d'Oms, qui le conservera jusqu'à la révolution française (Source site de la Mairie de Calce avec le lien suivant : http://www.calce.fr/fr/salle-municipale/2196/chateau-las-fonts Sur le Dictionnaire de Biographies Roussillonnaises de l’abbé Jean Capeille publié en 1914, on note que ce lieu a appartenu à une famille seigneuriale dès l’an 1266. Le premier cité est Ermengaud, chevalier propriétaire du lieu, frère d’un Guillaume de Les Fonts et décédé en 1276. Il eut un fils du nom de Dalmace, lequel eut lui-même 2 fils, Jaubert et Guillaume. C’est apparemment ce dernier Guillaume qui laissa le plus son nom à la postérité pour son goût des aventures lointaines avec les autres chevaliers roussillonnais et sa proximité avec l’infant Ferran de Majorque, fis de Jacques II et frère du roi Sanche, tous deux rois de Majorque. Vous trouverez le détail de cette « chevaleresque » famille en cliquant sur le lien suivant : https://mediterranees.net/biographies/capeille/CapeilleD.pdf

    De nombreux renseignements sont également présents sur la page dédiée à Calce de l'encyclopédie libre Wikipédia. Je vous laisse les découvrir en cliquant sur le lien suivant : https://fr.wikipedia.org/wiki/Calce Quant à la page qui lui est directement consacrée, elle est moins prolixe et cité en entête de cette rubrique. 

    Enfin, je vous conseille vivement la lecture et le visionnage de la page du P.O.T Rando Club de Perpignan consacrée à cette balade en cliquant sur le lien suivant : https://potrandos.fr/documents/2021-03-14-Le-mas-de-las-Founts.pdf . Une chronologie des plus détaillées retrace l’Histoire et offre quelques photos permettant de se faire une belle idée de ce Mas de Las Founts. En occitan « de les Fonts » ou en catalan « de Las Founts », du latin « fons » et du vieux français « fontis » ou « fondis », on trouve les deux façons de l’écrire signifiant en français « des sources » ou « des fontaines », une étymologie assez courante dans le Midi de la France mais aussi dans les Pyrénées-Orientales et que l’on retrouve par exemple pour les communes de Font-Romeu, Fontpédrouse, Fontrabiouse et St Génis des Fontaines. Enfin et pour terminer, on peut lire sur le site Internet de la mairie de Calce, les courtes présentations suivantes : « Une magnifique bâtisse communale ... Le Château de Las Fonts est une Seigneurie indépendante du XIIIème siècle. Le château se trouve à mi-chemin entre les villages de Baixas et Calce au milieu des vignes et des garrigues, entre mer et montagne. Endroit privilégié réservé aux habitants de Calce où une salle communale a été restaurée récemment ». On peut lire aussi  « Ancien domaine viticole racheté par la mairie de Calce, pour l'aménager en lieu de réunion et d'animation communale » puis «  Il est à noter que, la salle communale du Château de las Fonts est STRICTEMENT réservée aux habitants de la commune ». Avec un tarif de location et de caution, on peut également lire « le Château n'est disponible que pour les habitants de Calce ». Qu’on se le dise, apparemment, l’intention actuelle de la commune n’est pas d’ouvrir ce lieu historique et donc culturel à tous. Ça a l’avantage d’être clair ! Par contre, là aussi un diaporama de quelques photos est visible permettant d’apercevoir un peu l’intérieur du domaine.

    Ce lieu n’étant pas « visitable », j’ai essayé d’être le plus complet possible pour que chacun puisse s’en faire une belle idée avant de partir faire cette randonnée…. pour ne pas le voir !


    1 commentaire
  • Ce diaporama est agrémenté de 3 morceaux interprétés par le "Joscho Stephan Trio". Ils ont pour titres : "Smile" accompagné de Gunther Stephan (guitare) et Max Schaaf (contrebasse) puis "Transatlantic Bolero" accompagné de Sven Jungbeck (guitare) et Volker Kamp (contrebasse) puis "Misty" accompagné de Matthias Strucken (vibraphone), de Sven Jungbeck (guitare) et Volker Kamp (contrebasse).

    Le Circuit des 3 Veïnats de Fuilla

    Le Circuit des 3 Veïnats de Fuilla

    Pour agrandir les photos, cliquez dessus. 2 fois pour un plein écran.


     

    Cette balade pédestre que je vous présente ici et que j’ai intitulée « Le Circuit des 3 Veïnats de Fuilla » n’aurait jamais dû exister telle quelle. Pourtant, je vous la recommande. En effet, en ce matin du 10 avril 2022, si tout c’était déroulé comme prévu, c’est une randonnée (*) beaucoup plus longue que j’avais imaginée. Mais en descendant de la voiture, Dany ayant ressenti de fortes douleurs aux hanches, une question se pose : « Que faisons-nous ? ». « Marche ? » « Pas marche ? » Pour Dany, l’envie de randonner est là, mais pas pour accomplir les 15 kilomètres et le dénivelé initialement prévus. Si je suis plutôt enclin à faire autre chose que marcher, Dany imagine ma déception et ce d’autant qu’elle sait pertinemment que je n’ai rien prévu d’autre. « On ne peut pas faire autre chose de moins long ? » me dit-elle, afin de couper court à tout autre éventualité. Après un coup d’œil sur la carte IGN et parce que j’en avais réalisé une courte partie lors d’un mémorable « Circuit des Minerais » au départ de Villefranche-de-Conflent, voilà comment est née cette petite boucle. 6 à 7 km, c’est moitié moins qu’initialement prévu et Dany se sent prête à les faire malgré ses douleurs. Connaissant sa volonté et son abnégation à résister à la douleur, je la sais capable et n’insiste pas. La marche est d’ailleurs préconisée par tous les docteurs qu’elles consultent et ils sont nombreux. Comme prévu, mais pas dans le même sens, à Fuilla nous démarrons du Veïnat del Mig où nous venons de laisser notre voiture sur un parking ad hoc. Dès le départ, nous sommes vite partagés entre deux sentiments : l’immense quiétude des lieux et malgré ça une vie que l’on imagine sous-jacente. Cette vie, je l’aperçois très vite sous les traits de nombreuses hirondelles venant se blottir dans l’avant-toit d’une maison où se trouvent leurs fragiles nids d’argile. De nombreux moineaux les imitent. Peu après, elle se manifeste bruyamment avec un chien qui vocifère à notre passage. Le silence est totalement rompu car les aboiements de ce chien en entraînent quelques autres. Par bonheur nous avançons et  le calme revient très vite.  Nous empruntons la direction du Veïnat de Baix également dénommé Fuilla d’Avall. Evidemment et pour tous ceux qui ne connaissent rien aux toponymes catalans, ces noms nécessitent quelques explications : Le « Veïnat », en français c’est un « quartier » au sens administratif, voire un « voisinage » au sens le plus commun. « Del Mig » signifie « du milieu », « Baix » c’est le « bas », « Avall » c’est « l’aval » en évoquant un vallon et « d’Amunt » d’en « haut ». Il faut aussi savoir que Fuilla, avec ses 10 km2, est une commune rurale très bizarrement étendue car outre ses 3 quartiers bien distincts déjà cité, il y en a un quatrième avec Sainte-Eulalie que nous ignorons lors de cette balade mais qui peut facilement faire l’objet d’une courte entorse. Une jolie église parfaitement restaurée mais dont l’origine est ancienne y est visible. Peu de gens le savent, mais la gare de Villefranche-de-Conflent, célèbre départ du Petit Train Jaune vers la Cerdagne est en réalité la gare de Fuilla-Sainte-Eulalie car située sur cette commune et au plus près de ce quartier pourtant bien éloigné. Quant à la Serra de Cobartorat que nous allons cheminer située à l’est de Fuilla, cette colline constitue la frontière communale avec Corneilla-de-Conflent. Voilà pour les explications linguistiques, administratives et géographiques. Pourtant, le décor n’est planté qu’à moitié car Fuilla, à cette époque de l’année, a bien d’autres attraits. Au cœur du vallon de la Rotjà que nous allons quelque peu longer, le regard se pose sur des prés verdoyants, sur des vergers fleuris et sur les montagnes environnantes : le Massif du Canigou au sud-est, le Massif des Tres Estelles au sud-ouest, le Massif du Coronat au nord et quelques collines de moindres élévations à gauche avec le Serrat des Garbères et à droite avec la Serra de Cobartorat déjà citée. Le Canigou reste le seigneur des lieux, malgré un soleil  aveuglant au-dessus de lui tentant de lui faire la guerre dans cette lutte de qui sera le plus éblouissant.  Outre ces magnifiques décors qui nous entourent dont les plus hauts sont merveilleusement enneigés, quelques volatiles que je tente de photographier viennent s’ajouter au plaisir de marcher. Moineaux, hirondelles, rougequeues, fauvettes, merles, mésanges, bergeronnettes, geais et j’en oublie, tous les oiseaux vus ne sont pas facilement photographiables mais le nombre et mon obstination finiront par me satisfaire au-delà de mes espérances. Sur ce chemin dit de Villefranche seule la flore manque quelque peu à l’appel de mes passions. Il y a bien des arbres fruitiers fleuris mais souvent difficiles à déterminer car sans feuille. D’autres fleurs plus sauvages arriveront un peu plus tard. Après la sortie de Fuilla d’Avall, nous laissons Sainte-Eulalie et son église sur la gauche pourtant peu éloignées. Il faut dire que Dany a pris pas mal d’avance à cause de mon acharnement à vouloir immortaliser des passereaux. En la circonstance, je ne me vois pas lui demander de faire demi-tour. L’itinéraire nous entraîne sur la D.6 et un petit bout de route bitumée et ce, jusqu’au pont sur la Rotjà où tout devient plus simple peu après. Ici, il faut tourner à droite et prendre l’impasse du Pont, direction le lieu-dit le Pont, petit pâté de 2 ou 3 habitations où un pont a dû jadis marquer les esprits. A-t-il été emporté par une crue de la Rotjà ? L’Histoire ne le dit pas, mais c’est fort probable, la Rotjà, torrent de montagne ayant dû connaître, comme bien d’autres affluents de la Têtl’Aïguat de 1940 et bien d’autres déchaînements diluviens. Une fois passé les maisons, l’impasse se poursuit et devient sentier forestier et ce jusqu’à atteindre une clairière où trône le dolmen de Coberturat ou Cobartorat. Quelques genêts fleuris que j’ai un mal fou à différencier et des papillons qu’on appelle Azurés viennent me distraire dans cette montée parfois très caillouteuse. Dany claudique mais finalement elle arrive avant moi, occupé que je suis à mes photographies. Avec 4 grosses pierres dont la plupart sont de formes arrondies, le dolmen est assez imposant par sa table malgré cette conception plutôt simple. Il dispose d’une seule grosse cupule peu visible, sauf à y monter dessus, ce que je vous déconseille vivement. Le chemin se poursuit à droite, en réalité c’est une large piste forestière le plus souvent argilo-sableuse. L’itinéraire devient  toujours plus simple, car bien balisé direction Vernet-les-Bains et la chapelle ruinée de Saint-Clément de la Serra. Du déjà vu pour moi lors du Circuit des Minerais mais une nouvelle découverte pour Dany, découverte d’autant plus merveilleuse qu’un majestueux Canigou se présente revêtu d’un beau manteau blanc.  Seul un ciel laiteux enlève un contraste rêvé à ce panorama époustouflant mais par bonheur ça ne durera pas. D’ici, de jolies vues s’entrouvrent aussi bien vers la verdoyante vallée de la Rotjà et la commune si étendue de Fuilla que vers la vallée du Cady et Corneilla-de-Conflent, dont la commune est parfois visible au travers des pins. Un peu plus tard, c’est Vernet-les-Bains que nous devinerons. Si la chapelle Saint-Clément est ruinée, elle continue d’être honorée par des fidèles qui n’hésitent pas à la décorer de quelques pieuses reliques. Ici, beaucoup de papillons butinent les fleurs de cistes pendant que d’autres somnolent sur les roches les plus chaudes. Deux ou trois lézards les imitent dans l’attente d’un insecte à croquer plus en adéquation avec leur modeste taille. Oui, le chaud soleil qui tape sur le seuil de la chapelle est pour nous aussi une invitation à se prélasser comme un lézard et à pique-niquer ici. C’est l’heure bienvenue du déjeuner que je mets à profit pour photographier la Nature.  Une pause un peu plus longue que nécessaire, car achevée en somnolence, et le temps de poursuivre arrive par la force des choses. Il est vrai que 2 corbeaux planant au-dessus de nous en croassant continuellement ont tendance à nous sortir de notre léthargie. Le chemin se poursuit toujours aussi rectiligne jusqu’à une intersection de plusieurs directions. En l’absence de tracé dans mon GPS, l’application Iphigénie vient à ma rescousse. Nous ignorons les chemins partant à droite soit vers Corneilla-de-Conflent soit vers Vernet-les-Bains et choisissons de continuer tout droit en direction du col de Vernet. Peu après, nous empruntons la première bifurcation descendant vers Fuilla d’Amont, et ce malgré une barrière grossière constituée de fils barbelés et de branchages, le tout agrémenté d’une pancarte mal écrite interdisant le passage. Nous passons outre l’interdiction et enjambons avec prudence la barrière. Nous n’avons pas d’autres recours pour redescendre vers Fuilla et surtout pas d’autres recours pour amenuiser comme prévu la distance à parcourir. Au bas de la descente, seule une galerie claquemurée  et interdite de passage semble expliquer l’interdiction vue plus haut. Sans doute est-elle le vestige d’une ancienne mine de fer, nombreuses dans tout ce secteur du Conflent. Nous la regardons de loin, voulant respecter ce qui semble être une propriété privée. Finalement tout se passe bien et aucune autre entrave ne vient gâcher cette arrivée au Veïnat d’Amunt. Bien au contraire, l’itinéraire est agréable car très verdoyant, rafraîchissant car traversé par une Rotjà aux eaux limpides où il fait bon s’asperger un peu. Il est agrémenté par quelques surprises patrimoniales comme le domaine de Cercet, beau gîte de charme confidentiel car bien caché hors des grands axes routiers. Pourtant la bâtisse est parée d’échauguettes comme un vrai château et à coup sûr, il doit faire bon passer quelques jours et dans le pire des cas un seul week-end en amoureux dans ce lieu si paisible. Oui, ce lieu est paisible et les habitants bien sympathiques comme nous le constatons en engageant la conversation avec deux gentilles dames. La première aime les couleurs vives comme le prouve son balcon amplement agrémenté  d’une multitude d’objets chatoyants. Elle aime son balcon et apprécie qu’on l’aime aussi au point d'accepter que je l'immortalise. Une vraie « mère à Titi » comme l’aurait chanté Renaud. La seconde, au balcon nettement plus dépouillé, n’est pas moins faconde et pas moins sympathique, elle nous parle de son village avec plein d’amour dans les yeux et dans les mots. Des mots qui à coup sûr font du bien aux maux de Dany. Puis le parking est là. Ainsi se termine cette courte balade imprévue mais dont les centres d’intérêts sont multiples malgré les impasses que nous avons faites volontairement sur certains d’entre eux, la visite des églises et chapelles notamment. Le clocher de l'école communale que nous avons approché était fermé. On peut donc supposer que les autres édifices religieux l’étaient aussi. Pourtant au regard de ce que j’ai pu lire, les églises méritent qu’on s’intéresse à elles. Telle qu’expliquée ici, cette balade a été longue de 6,8 km, pour des montées cumulées de 264 m et un dénivelé de 174 m. Le point le plus bas est à 500 m d’altitude près du pont sur la Rotjà (lieu-dit le Pont) et le plus haut à 674 m juste avant d’amorcer la redescente vers Fuilla d’Amont sur le chemin menant au col de Vernet.  Carte IGN 2349 ET Massif du Canigou Top 25.

    (*) Normalement, nous aurions dû réaliser une randonnée que l'on trouve sur le remarquable site "A pied dans le 66" intitulée "Le Canal et le site minier de Falguerosa" dont voici le lien ci-après : http://apieddansle66.eklablog.com/fuilla-le-canal-et-le-site-minier-de-falguerosa-a212236763

     


    1 commentaire

  • Lâcheté, inégalité, hostilité

    Une fois n’est pas coutume, je n’ai pas écrit la chronique de Mon Journal Mensuel de ce mois de septembre mais j’ai repris textuellement un article de Boulevard Voltaire écrit par le journaliste Marc Baudriller et paru dans le numéro 37 de septembre de « Florilège » . Il s’intitule « Le drame d’Alban Gervaise, révélateur d’une grande lâcheté française ». Je le partage totalement mais je voudrais simplement rajouter que tout le monde a  entendu parler de Samuel Paty, du père Hamel et de Mohammed Merah mais sans doute beaucoup moins d'Alban Gervaise. Ces 3 noms et les histoires dramatiques qui leur sont liées, vous les trouverez très facilement dans la célèbre encyclopédie universelle web « Wikipédia ». Dans l’immédiat, le nom « Alban Gervaise » et son assassinat, vous ne les trouverez dans aucune encyclopédie et je crains qu’ils ne passent jamais à la postérité ! Pourquoi ?  Parce que « l’acte terroriste » n’a pas été retenu. Parce qu’à quelques jours des législatives et avec le bilan « sécuritaire » et « judiciaire » désastreux de Macron et consorts, ce n’était pas le bon moment d’évoquer un attentat terroriste ?  Pourtant, cet homme-là a été tué dans des circonstances quasi-similaires à celles de Samuel Paty et du père Hamel. De plus, comme certaines victimes de Mohammed Merah, il a trouvé la mort devant les portes d’une école ; alors qu’il allait chercher ces enfants ; où il a été sauvagement poignardé par un autre «Mohamed L. » prétendant agir « au nom de Dieu ». Vous voyez une différence avec bien d'autres attentats ? Moi non ! Du coup, il n’a eu droit qu’à un simple hommage militaire puisqu’il était médecin dans l’armée et rien de plus ? Pas de cour des Invalides et pas de cérémonie présidée par Emmanuel Macron ! Un simple fait divers ! Affligeant !

    Oui, je partage l’article du journaliste Marc Baudriller (sauf que je mettrais sa seconde raison en exergue avant la première) que voici ci-après et que vous pouvez retrouver sur le site de Boulevard Voltaire avec ce lien ou bien un résumé sur cette vidéo.

    « Alban Gervaise a été inhumé très discrètement, mardi 7 juin à Marseille, dans le cadre de la stricte intimité familiale. Le sort de ce médecin militaire, père de famille, catholique, égorgé devant deux de ses enfants de 3 et 7 ans, n’a pas ému les médias. CNewsLe FigaroBoulevard Voltaire, sous la plume de Gabrielle CluzelValeurs actuellesCauseurTribune juive, entre autres, en ont parlé, mais ce drame indicible n’a pas atteint nos grandes chaînes. Et très peu de responsables politiques se sont exprimés. Cette discrétion, ce silence médiatico-politique tranchent avec la mobilisation générale qu’avait soulevé l’assassinat du père Hamel à Saint-Étienne-du-Rouvray, près de Rouen, ou de Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine. Certes, le mobile terroriste n'a pas été retenu par la police et la justice pour le meurtre du médecin militaire : restent tout de même le couteau, les mots religieux prononcés par le tueur, les circonstances du meurtre. Rien à dire de tout cela ? Il y a donc meurtre et meurtre, victime et victime.

    Ce silence a de quoi surprendre. Il tient à au moins trois (mauvaises) raisons. D’abord, jusqu’ici, on a fait des victimes de l’islamisme des symboles. Le père Hamel fut le symbole de l’Église et de l’homme de Dieu défiés, Samuel Paty celui de la laïcité et de l’enseignement. Les victimes des attentats de Toulouse et de Montauban ont symbolisé l’armée et la communauté juive. Tous les médias s’étaient alors émus de la sauvagerie qui frappait la France.

    Cette fois, on peine à trouver les symboles pour parler de ce crime odieux. Le crime est nu. Alban Gervaise appartenait certes à la grande muette, mais il était venu incognito chercher ses enfants à l’école, comme d’innombrables parents le font chaque jour. C’est évident : le sort d’Alban Gervaise peut ainsi rattraper n’importe quel Français, aujourd’hui, demain, n’importe où dans l’Hexagone et n’importe quand. Le constat a de quoi angoisser et pourtant, la vérité s’impose. Le couteau du tueur frappe au hasard. Toutes ces victimes étaient innocentes, mais désormais, les symboles manquent : Alban Gervaise était au mauvais endroit, au mauvais moment. Qui sera à sa place demain ?

    Deuxième mauvaise raison de cet insupportable silence, la période. Ce n’est pas le moment, pour nos médias, « d’agiter les peurs », comme ils disent. Ce n’est pas non plus le moment, à quelques jours des législatives, de regarder en face le terrible bilan sécuritaire de nos politiques. On craint des conséquences sur le vote. Et si jamais ce drame faisait « le jeu » de l’extrême droite ! Mais le métier de nos responsables politiques est de gérer la France, de garantir la sécurité des Français. Celui de nos médias consiste à informer, pas à cacher l’information, pas non plus à calculer le meilleur moment pour informer en fonction des intérêts de telle ou telle liste. Cette deuxième raison en dit long sur une faillite française et sur ses complices, un refus de regarder en face les défis du pays. Troisième mauvaise raison du silence, et c’est sans doute la pire : l’accoutumance. Quelle est la part de renoncement dans le silence qui accompagne la dépouille d’Alban Gervaise ? Nous nous sommes habitués, nous tolérons ce mensonge par omission. Le même drame aurait occupé tous les médias des semaines durant, voilà dix ans. Nos médias ont préféré verser dans la polémique déclenchée par la phrase insensée de Mélenchon qui aura un jour sa statue parmi les démolisseurs du pays : « la police tue ». L’inconséquence et le mensonge tuent bien davantage.

    Ce meurtre porte pourtant lui aussi un symbole : celui de l’immense lâcheté de la France, de ses responsables politiques, de ses élus et de ses médias vis à vis de cette menace. Il faut croire que ce symbole-là gène aux entournures... »

    Oui, je crois qu’il est temps de changer notre devise républicaine « Liberté, égalité, fraternité » sur tous les frontons de nos bâtiments pour la changer en « Lâcheté, inégalité, hostilité ». D’ailleurs, sommes-nous toujours une république ?


    votre commentaire
  • Ce diaporama est agrémenté de 4 chansons interprétées par la jolie et délicieuse chanteuse vietnamienne Trang Tooc. Elles ont pout titre : "Chiều vắng" (Après-midi vide) accompagné à la guitare par Khoa Le"Close To You" accompagné par le pianiste Pham Quang Hoc"That Old School Love" accompagné du pianiste Thien Tran plus un petit bout de "Tìm Một Người Như Thế" (Trouver Quelqu'un Comme ça) avec Khoa Le. 

    Autour de la Réserve Naturelle du Mas Larrieu à Argelès-Plage

    Autour de la Réserve Naturelle du Mas Larrieu à Argelès-Plage

    Pour agrandir les photos, cliquez dessus.  2 fois pour un plein écran.


     

    Voilà comment est née puis s’est déroulée cette balade que j’ai intitulée « Autour de la Réserve Naturelle du Mas Larrieu » En ce dimanche 27 mars, si l’envie de marcher est bien là, aussi bien pour Dany que pour moi, la météo n’est guère propice à une longue escapade pédestre. Alors que faire ? Voilà déjà longtemps que l’envie d’aller découvrir la Réserve Naturelle Nationale du Mas Larrieu tout près d’Argelès-Plage me trotte dans la tête. Cette envie est essentiellement motivée par ma passion pour la Nature et ce désir permanent de tenter d’aller la photographier. Un ciel grisâtre n’est pas idéal pour des photos mais l’idée a germé et peu de choses ; sauf la pluie ; peut l’empêcher de grandir. Sur Internet, je me mets à lire presque tout ce qui concerne cette réserve. Bien que d’inégales valeurs, il y a abondance de sites à son sujet et je finis mes lectures avec l’envie décuplée d’y aller. Géoportail m’aide à composer une petite boucle tout autour et ma décision est prise : « cet après-midi, nous irons marcher autour de la Réserve Naturelle du Mas Larrieu » dis-je à Dany. Je ne sais pas si elle sait de quoi je parle, mais elle acquiesce et sa seule question guidée par ses douleurs récurrentes aux hanches est « combien de kilomètres ? ». Je lui réponds  « Au bas mot,  4,2 km selon mes calculs ». Avec un sourire, elle hoche la tête en signe d’approbation et de satisfaction. Pour le reste et comme le plus souvent, elle me fait confiance mais je lui décris quand même les lieux et le fait qu’il nous faudra marcher quelque peu sur le sable de la plage. Elle est d’accord. Au regard de mes lectures et des cartes et vues aériennes de Géoportail, j’enregistre la boucle envisagée dans mon GPS, tout en espérant qu’elle sera réalisable sans trop d’encombres. Je ne connais pas du tout l’endroit.  Nous avons déjeuné sur le pouce et il est 12h30 quand nous garons la voiture en bordure d’une piste cyclable et pédestre, parallèle à la route principale D.81. Nous sommes tout près du Mas Larrieu, ancien corps de ferme, que nous apercevons au travers de quelques arbres. Bien qu’une large piste terreuse parte vers la gauche, je fais le choix de poursuivre la piste cyclable et pédestre bitumée, direction Argelès. Ici, les fleurs à photographier sont si présentes que j’oublie vite le bitume et ce d’autant que quelques oiseaux sont également visibles. Au premier carrefour, nous tournons à gauche et entrons dans une zone où campings étoilés et espaces de loisirs se partagent l’espace. Si les signalétiques « Sentier Littoral » et « Réserve naturelle » n’étaient pas si présentes, on pourrait facilement imaginer que ce n’est pas le bon chemin permettant d’atteindre un lieu protégé. Mais non, très rapidement, et à hauteur d’un passage à gué sur la Riberette, on quitte ce monde « civilisé » pour des environnements sauvages plus en adéquation avec l’idée que l’on se fait d’une Réserve Naturelle.  Fleurs et avifaune constituent l’essentiel de mes photos avant même d’arriver au bord de la plage. Il en sera ainsi jusqu’à l’arrivée même si un lézard, des papillons saisonniers et un lapin de garenne constitueront de bien jolies surprises. Dans l’immédiat, l’itinéraire longe d’un côté une zone humide et boisée du nom de « Gorg dels Oms » et de l’autre la plage à bonne distance, direction l’embouchure du Tech. Ici cette embouchure, tout le monde a pour habitude de l’appeler le « bocal » mais ne me demandait pas pourquoi ! J’ai essayé de savoir pourquoi on l’appelle ainsi mais je n’ai rien trouvé sur le Net. J’imagine que de temps à autre, l’embouchure a tendance à s’ensabler puis à s’obturer formant un bouchon et par là-même un delta en forme de profond bocal. C'est mon idée. « Un vieil ami qui s’appelait Emile ; aujourd’hui disparu ; et qui avait pour habitude de venir pêcher ici m’avait dit « on l’appelle bocal car certaines personnes y conservent le fruit défendu pour le manger ! ». Régulièrement enquiquiné par ces personnes, il me disait ça en plaisantant, rajoutant qu’il ne mangeait pas de ce fruit-là ayant une charmante épouse qui l’attendait à la maison ! Aujourd’hui, le bocal est essentiellement occupé par un rassemblement très important de goélands. Quand je m’approche d’eux pour les photographier, ils s’envolent au-dessus des flots gris-blancs car impétueux et écumeux. Puis ils reviennent sur le sable de la plage dès lors que je m’éloigne. A cause des fortes pluies des jours précédents, s’immiscer un peu plus près du centre de la réserve est chose impossible, alors on se contente de quelques rares sentes encore praticables sur quelques mètres seulement. La large piste parallèle au Tech est elle aussi amplement inondée nous obligeant à zigzaguer entre de vastes flaques, ce qui ne m’empêche nullement de continuer mes observations florales et fauniques. Moi qui pensais qu’on ne trouvait des lupins qu’en montagne ou tout du moins à une certaine hauteur, je suis surpris de découvrir un Lupin bleu à l’altitude zéro ! C’est le Lupin à feuilles étroites. Quant aux oiseaux, et après les goélands en grand nombre de la plage, ici dans cette partie boisée, les étourneaux sansonnets sont de très loin les plus présents. A un degré moindre mais le plus souvent au sol, des cochevis peu craintifs sont bien visibles. Il me faudra analyser plus en détail mes quelques photos pour savoir s’il s’agit du Cochevis huppé ou du Cochevis de Thékla, tous les deux étant très ressemblants et sans doute présents dans ces différents biotopes ? Après plus de 2 heures d’une flânerie intentionnelle et des photos « naturalistes » suffisantes car bien au-delà de ce que j’avais pu espérer, ainsi se termine cette découverte « Autour de la Réserve Naturelle du Mas Larrieu ». Si vous aimez la Nature, allez-y, ça vous plaira ! Carte IGN 2549 OT Banyuls-sur-Mer – Côte Vermeille – Col du Perthus Top 25.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires