• Le Puig del Pam (2.470 m) depuis les Angles


     puigdelpam

    A l’automne dernier, je vous avais présenté une jolie balade de quelques heures à la Balmette, petit étang bleuté, étincelant de beauté car blotti dans un bel écrin de verdure entouré d’impressionnantes arêtes rocheuses. Située à quelques kilomètres de la charmante station des Angles, cette courte randonnée avait pour but essentiel d’organiser un agréable pique-nique dans un cadre rafraichissant, paisible et bucolique à souhait. C’est encore à partir des Angles et toujours en direction de la Balmette que je vous propose une nouvelle randonnée, cette fois, beaucoup plus longue et un peu plus difficile avec cette ascension du superbe et débonnaire Puig del Pam (2.470 m). Superbe, car de son sommet complètement dénudé qui est un véritable mirador à 360°, les panoramas de tous côtés sont tout simplement époustouflants. Le démarrage et le début sont donc strictement identiques à la balade de la Balmette c'est-à-dire qu’on monte vers les hauts des Angles en direction des chalets de la Serra, puis on emprunte la rue des Sorbiers ou bien celle de la Piste Verte pour se diriger vers les locaux techniques de la station de ski près desquels on laisse son véhicule sur le parking à proximité de la large piste forestière qui file vers la Font Grosse. On prend ensuite le sentier qui monte à La Balmette. D’ailleurs, depuis notre dernière venue, un panonceau indiquant clairement la direction d’un P.R ou sentier de pays a été dressé au départ : « Sentier les Angles N°7 La Balmette ». On va bien évidemment suivre le balisage jaune qui, à partir de cette piste, laisse entrevoir de belles vues plongeantes sur le Bac de Balcère (ou Vallserra) et son joli petit lac qu’on aura l’occasion de côtoyer lors du retour de cette longue balade. A la Font Grosse, on quitte la piste mais on continue à suivre le balisage jaune qui longe le Rec de Vallserra puis nous amène à travers le défilé des Balmetes vers l’étang puis plus haut vers la cabane éponyme où il rejoint l’itinéraire du Tour du Capcir. A cette intersection où l’on va tourner à droite en direction du Refuge des Camporeils, on remarque le balisage jaune et rouge propre aux G.R. de Pays. Ici dans ce paradis pour équidés et bovins, le sentier s’élève rapidement et laisse entrevoir de magnifiques vues vers le splendide lac outremer des Bouillouses, vers la Massif du Carlit, vers les Camporeils et les deux superbes Péric, gigantesques pyramides roussâtres que de nombreux randonneurs courageux partent escalader en cette journée d’août caniculaire. On suit quelques piquets peints en jaune et rouge et au troisième ou quatrième petit poteau, on fait le choix de délaisser le Tour du Capcir, pour partir à droite vers le sommet de notre objectif du jour. Ici, avec sa pente régulière toute en douceur et ses pelouses rases, on comprend mieux pourquoi le Puig del Palm est presque aussi prisé en hiver par les raquetteurs qu’aux autres saisons par les randonneurs pédestres. Pour ceux qui s’intéressent à la toponymie, étude du nom des lieux, le sentier prend des airs d’Orient puisqu’on monte par la Serra dels Alarbs soit la Crête des Arabes, avec néanmoins paraît-il une connotation particulière et péjorative signifiant « pillards » (Lieux et légendes du Roussillon et des Pyrénées Catalanes - J.Abelanet-). Alors, marche-t-on ici dans les traces d’anciens envahisseurs que Roland a combattus à Roncevaux et que Charles Martel a arrêtés plus au nord à Poitiers ? On peut le penser, car on constate sur la carte qu’il y a aussi lors du retour près de l’étang de Vallserra, un Roc dels Moros dont la traduction en « Rocher des Maures » ne laisse aucune équivoque. Quand au mot « pam », qui signifie en catalan empan (mesure de la main ouverte), il vient de l’occitan « palm » qui signifie « main » mais aussi « palme » « palmier ». Alors personnellement, je ne suis pas en mesure de vous dire si le Puig del Pam signifie le Pic du Palmier et si lui aussi est un lointain souvenir des conquêtes arabes. De loin, cette montagne paraît arrondie et dénudée, alors quand on y grimpe si son côté débonnaire est une vraie réalité, le sol de ses versants, lui, est loin d’être essentiellement aride et caillouteux. En effet, outre quelques pins chétifs de-ci delà, quand on  y regarde de plus près, ses pelouses sont jonchées d’une flore minuscule et fluette mais riche et extraordinaire : asters, joubarbes, campanules, trèfles, jasiones, raiponces, gentianes, euphraises, anthyllides, céraistes, vesses de loup, etc.…. Mais au fur et à mesure que l’on monte, la végétation se fait plus rare et les cailloux plus nombreux. D’ailleurs, les quelques bergers qui fréquentent les flancs de cette montagne n’ont pas eu de mal à trouver les matériaux pour construire leurs abris de fortune ou leurs cabanes de pierres sèches. Quand à la cime ou plutôt les cimes, elles sont au nombre de trois, sont sensiblement aussi hautes les unes que les autres et sont de vastes tumulus naturels surmontés de gros cairns empierrés.  Alors, si on ne possède pas un GPS suffisamment précis,  il est difficile de savoir quel est le vrai sommet du Puig del Pam pour prendre l'inévitable cliché souvenir au faite de son pinacle. Ici les vues à 360° sont à couper le souffle : Canigou, Pelade, Madres, Mortiers, Péric, Carlit, Cambre d’Aze, pour ne citer que les sommets les plus renommés ou les plus identifiables mais en réalité, c’est une immense partie de la chaîne des Pyrénées-Orientales qui est visible. Puis tout autour, il y a aussi les superbes et verdoyantes forêts communales et domaniales, les magnifiques et vastes taches bleutées des lacs des Bouillouses, de Matemale ou de Puyvalador, celles beaucoup plus petites des étangs des Camporeils et à nos pieds, le Mont Llaret et le Roc d’Aude dont les jolies crêtes peuvent faire l’objet d’une autre randonnée quasiment symétrique et similaire à celle d’aujourd’hui. La descente du Puig del Pam est à la fois simple si le temps est clair mais plus délicate en cas de brouillard, car il faut descendre tout schuss dans la pelouse et parfois les hautes herbes en suivant de petits cairns à gauche du pierrier de la Costa del Pam puis du Roc des Isards.  Cet itinéraire nous amène sans problème à une cabane de bergers près de la source des Tres Fonts. Là devant la cabane, démarre un large et mauvais chemin défoncé et caillouteux que seuls les 4x4 et les randonneurs pédestres sont susceptibles d’emprunter. On passe à côté de la minuscule Cabane dels Pastos, espèce de refuge qui semble avoir été spécialement construit pour accueillir un couple de schtroumfs ou de lilliputiens puis plus bas, au milieu des sapins ravagés par les tempêtes successives, on tombe sur un drôle de pylône surmonté semble-t-il d’un brûleur et ressemblant à une torchère, vestige sans doute d’une industrie montagnarde aujourd’hui disparue. Le large chemin parfois très exécrable parfois herbeux et agréable descend vers les Ganyades. Quelquefois, il ne faut pas hésiter à quitter le chemin pour avoir quelques belles vues aériennes sur le Bac de Vallserra et son joli lac verdâtre que l’on doit rejoindre pour terminer cette boucle. On finit par tomber sur un panonceau « Sentier Les Angles N°3 Les Ganyades Retour Lac de Balcère » et là, on quitte le large chemin pour un raccourci plus étroit. Ce sentier atterrit très rapidement sur une large route forestière terreuse et blanche qui par la droite nous emmène directement en bordure du lac. Après une marche très silencieuse de plusieurs heures, ici on se sent comme véritablement assailli par la foule d’estivants et son brouhaha ambiant. Il faut dire que le site de Balcère, accessible en voiture, est, avec son restaurant, sa buvette, ses autorisations de pêche à la journée, ses aires de pique-nique, un lieu idéal pour les touristes et les visiteurs en tous genres. Randonneurs, pêcheurs, vacanciers, promeneurs, vététistes ou simples pique-niqueurs, tout ce petit monde se retrouve sur les rives ombragées et rafraîchissantes de ce beau lac de montagne. Alors après une rapide découverte et une boisson bien fraîche, moi, je ne me suis pas éternisé et pour rejoindre la voiture, j’ai choisi « le sentier les Angles N°5 Rocatells ». Alors, autant vous le dire, après les vingt kilomètres déjà accomplis, avec son sentier glissant en bordure du torrent, ses tourbières et ses passages difficiles et sinueux, cet itinéraire est loin d’être le chemin le plus recommandable pour terminer cette très belle randonnée. Ce sentier de pays des Rocatells se suffit sans doute à lui-même, alors en la circonstance, je ne vous le recommande pas et à partir du lac de Balcère, je vous conseille d’emprunter de préférence la piste forestière qui rejoint La Serra ou mieux le bon sentier qui débouche directement près des locaux techniques de la piste verte où l’on retrouve sa voiture. Cette randonnée s’adresse aux bons marcheurs accoutumés aux longues distances (20 km) car même si les flancs du Puig del Pam ne sont pas très pentus, la boucle est longue et le dénivelé cumulé (1.300 m) non négligeable. Carte IGN 2249 ET Font-Romeu – Capcir Top 25.

    Enregistrer

    « Un Tour du BonheurA Travers les âges et le parcours d'eau à partir de Bélesta de la Frontière. »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :