• A Travers les âges et le parcours d'eau à partir de Bélesta de la Frontière.


     

    Qui n’a pas rêvé de remonter le temps et de  revenir en arrière. Personne ! Il y en a même, comme l’écrivain anglais H.G. Wells, qui ont imaginé des machines pour cela. Or de l’imagination, c’est ce qu’il faut nécessairement, peut-être plus que des jambes aujourd’hui, pour faire cette ludique et courte randonnée « A travers les âges » à partir du pittoresque village de Bélesta de la Frontière. En effet, ce sentier de pays qui serpente dans la garrigue, mais pas uniquement, et que j’ai très légèrement modifié par convenance et curiosité personnelle, nous emmène de découvertes en découvertes  à travers l’histoire. Une histoire, certes, qui est loin d’être chronologique, mais qui n’en est pas moins intéressante car c’est avant tout l’histoire de nos ancêtres qui nous est contée. Car, ici c’est bien de ça qu’il s’agit, randonner bien évidemment, découvrir des vestiges historiques bien sûr, mais avoir une imagination suffisamment fertile pour tenter de deviner comment ont vécus nos aïeux plus ou moins anciens. Alors, si vous connaissez un peu Bélesta, vous savez, que la commune a été au cours de sa riche histoire, un village frontière à cheval entre les royaumes de France et d’Aragon de 1258, date du traité de Corbeil, jusqu’à 1659, année de la signature du traité des Pyrénées qui, outre la paix entre les royaumes de France et d’Espagne, a permis de modifier la position de la frontière entre les deux pays suite à divers échanges et annexions de territoires dont notamment celui du Comté du Roussillon.  Alors si la commune a des fondements très anciens comme le prouve son château fortifié par Louis IX, la présence de l’homme est encore bien plus ancienne comme le démontre la découverte en 1983 d’une grotte préhistorique exceptionnelle intitulée « la Cauna de Bélesta ». Alors avec cette randonnée « A travers les âges », nous allons bien sûr faire un grand écart de plusieurs siècles mais qui va encore s’amplifier avec la découverte d’autres vestiges bien plus contemporains. Le démarrage se fait au pied du château, devant la superbe cave coopérative vinicole qui, depuis peu, a été magnifiquement restaurée et aménagée en un hôtel restaurant haut de gamme. Vous remarquez sur le mur de la rue, un panneau jaune de randonnée indiquant la direction de notre balade du jour : « A travers les âges – 8,5 km– 2h30- dénivelé 260 m ».  On suit cette rue qui rapidement va nous faire sortir du village en se transformant d’abord en une chaussée carrossable mi-terreuse mi-bitumée puis en une voie bétonnée qui enfin devient un  vrai chemin pédestre.  Plus haut, ce chemin rejoint un carrefour sur les D.17 et D.21 où plusieurs panonceaux indiquent la direction à suivre.  On emprunte sur quelques dizaines de mètres la départementale en direction de Montalba et Caramany puis on la quitte par la gauche au bénéfice d’un large chemin qu’un panneau nous décrit comme un « Sentier d’Emilie » avec les mentions suivantes : « le Grotte de Bélesta – 1h AR ».  Ce sentier s’élève doucement dans la colline dénommée à juste titre « La Caune » avec de très belles vues sur les Fenouillèdes, sur les Corbières, sur le lac et le barrage sur l’Agly, puis, il redescend dans le maquis sur l’autre versant et effectivement peu de temps après, on se retrouve devant l’imposante entrée d’une grotte condamnée par une grille fermement cadenassée. Alors, comme la grotte est inaccessible et même si on peut imaginer que des hommes aient vécu ici pendant des millénaires car on y a découvert à la fois une tombe collective de plus de 5000 ans mais aussi les preuves plus récentes de la présence de bergers et de paysans, pour en savoir un peu plus sur cette « Cauna de Bélesta », il faudra impérativement visiter le musée où une reconstitution de la grotte et de nombreuses trouvailles y sont présentées.  Depuis l’entrée de la grotte, les panoramas lointains sur le Roussillon, le Canigou  et le début des Pyrénées ou plus proches sur les forêts du Bosc Negro sont splendides.  Au milieu des chardons fleuris, des prunelliers sauvages, des buplèvres, des fenouils et des lavandes sauvages, le sentier continue de descendre dans une petite ravine plantée de quelques vignes où l’on va slalomer avant de rejoindre une large piste près du ruisseau de la Crabayrisse  ou « Rivières des Chèvres ».  Quelques mètres plus loin, on tombe sur notre deuxième découverte historique de la journée sous la forme d’un ancestral et monumental puits à glace dont la présence ici, dans ce pays pas spécialement propice aux précipitations neigeuses, nous fait imaginer sans peine le courage et la volonté qu’il fallait à ces porteurs de froid pour aller chercher, le plus souvent la nuit, à dos de mulets ou en charrettes, de la neige ou de la glace de nos montagnes qu’ils devaient ensuite entasser convenablement pour que le résultat de leur labeur se conservent le plus longtemps possible dans cette vaste citerne de pierres. Ici on abandonne l’itinéraire principal car la rivière Crabayrisse et sa ripisylve vont devenir, sous le nom de « Parcours d’eau », les fils conducteurs ombragés et rafraîchissants de notre belle balade. Si dans son temps, l’eau a coulé au point d’être en mesure de faire tourner le « Moulin d’En Gateu », que l’on va découvrir 600 mètres plus loin, en cet été 2011, le lit de la rivière est excessivement bas au point que quelques minuscules poissons, alevins et têtards ont été pris au piège dans des poches asséchées. Je vais faire ma B.A. de la journée et réussir à sauver quelques dizaines de ces minuscules amphibiens en les jetant dans des trous d’eau bien plus profonds mais pour la plupart, le soleil et la sécheresse ont accomplis leurs méfaits et il est déjà bien trop tard. On suit le sentier toujours parallèle au ruisseau et l’on tombe sur un premier panneau d’informations présentant en détail ce « parcours d’eau ». Quelques mètres plus loin, les premiers vestiges sont visibles sous la forme d’une prise d’eau en béton qui alimentait un canal d’irrigation dont le tracé se perd désormais dans les roches et la végétation. Parfois, le vieux canal de pierres devient lui-même sentier. Le lit s’élargit dans ce qui était sans doute d’anciens potagers emportés par le terrible « Aïguat de 1940 » et on finit par retrouver la large piste forestière près d’un panonceau précisant la direction de nos deux randonnées jumelées du jour : « A travers les âges- Bélesta – 6 km– 2h » et « Parcours d’eau – Ancien canal d’irrigation et moulin – 700 m- 15mn AR ». On poursuit l’itinéraire du « parcours d’eau », sachant déjà qu’il nous faudra revenir à ce panonceau pour continuer à marcher « À travers les âges ».  Le sentier qui suit le lit de la Crabayrisse devient soudain plus difficile en rencontrant quelques gros magmas rocheux puis il le quitte et s’élève au dessus de la rivière dans ce qui était sans doute au siècle précédent d’anciens champs ou jardins cultivés. On finit par arriver au « Moulin d’En Gateu » qui domine du haut de ses pans de murs ruinés, un ample méandre granitique de la rivière. Ici, grâce à deux grands panneaux explicatifs, le système d’irrigation passé de Bélesta et le fonctionnement d’un moulin à eau n’auront plus de secrets pour vous. Avant de rebrousser chemin et dans un étrange silence ambiant où même la rivière ne chante plus, on ne peut s’empêcher de penser à l’âpreté de la vie de nos ancêtres qui travaillaient ou vivaient au bord de cette rivière capricieuse, une vie suffisamment dure par elle-même sans que les inondations successives et les saisons de grande sécheresse en rajoutent et finissent par décourager même les plus vaillants.  Il est temps de rebrousser chemin et de retourner « A travers les âges » pour nos dernières découvertes, celles des remarquables « bornes frontières de 1258 ». On quitte définitivement le « parcours d’eau » par une piste qui grimpe et rejoint plus haut, près d’une citerne DFCI à demi enfouie, celle du circuit initial. Ici, comme je l’ai dit au début, j’ai, par curiosité personnelle, fait une légère entorse aux circuits proposés en me rendant au sommet du Pilou d’En Gil (422 m) pour découvrir une borne frontière supplémentaire. J’ai, pour cela, emprunté une partie d’un itinéraire intitulé « Circuit des Tours » et la piste DFCI F187 pour un aller-retour qui, outre, la découverte de la vieille borne, offre, à partir de ce point culminant de la journée, des vues imprenables sur une immense partie du Roussillon et de la plaine de la Têt. Au retour, on récupère notre boucle près de la citerne enfouie pour la découverte des deux dernières bornes frontières dont l’histoire de Bélesta nous dit qu’elles auraient servies de jalons au cadastre parcellaire napoléonien. Si on peut comprendre que Napoléon, grand instigateur et utilisateur de la cartographie, dont celle d’Etat-major notamment, ait voulu répartir équitablement l’impôt en instaurant un cadastre, on ne peut éviter de se demander quel intérêt les maçons de ces bornes avaient eu à en ériger deux pratiquement similaires aussi près l’une de l’autre. Alors, une a-t-elle été édifiée par les Français et l’autre par les Aragonais ?  La croix pattée, symbole des rois d’Aragon, sculptée au pied de l’une et pas de l’autre, peut le laisser supposer. Mais, il faut bien le reconnaître, de nombreuses questions concernant ces bornes n’ont jamais été élucidées et le mystère reste entier !  En tous cas, placées au sommet de la Fount de la Selvio, ces bornes dominent idéalement le val de la Crabayrisse et étaient sans doute toutes visibles à une époque où la végétation était plus basse et moins dense. On ne termine pas cette jolie balade sans un petit détour près d’un casot en ruines qui va nous permettre de découvrir de splendides et centenaires genévriers dont un est tout particulièrement « remarquable » avec son tronc très noueux et très dénudé. Dans la garrigue, c’est la dernière découverte de la journée avant le retour dans le vieux village. On descend une dernière fois vers la Crabayrisse que l’on enjambe aisément car quasiment asséchée ici aussi et la suite du circuit va nous ramener au point de départ essentiellement par de larges pistes terreuses qui zigzaguent dans le maquis et finissent par devenir des routes asphaltées à l’approche du village. On y entre par le « Chemin de la Cruz » près d’un oratoire, on passe sous les ancestrales portes cochères, on longe les séculaires enceintes et on termine en flânant dans les vieilles ruelles jusqu’à retrouver l’antique église, le vieux château qui abrite désormais le « fameux » musée de la préhistoire dont la visite est recommandée. La boucle se referme devant la cave coopérative dont on pourra remarquer, sur le fronton de sa façade, la célèbre devise des Trois mousquetaires « Un pour tous, tous pour un » mais cette fois inversée et transformée en ce que l’on pourrait croire être une étonnante erreur « Tous pour un, un pour tous ». Non en réalité, ce n’est pas une erreur et il faut savoir que c’est la tradition qui se trompe car dans le célèbre roman c’est bien sous cette forme que la devise a été écrite par Alexandre Dumas Père. De nombreux autres vestiges historiques sont présents sur le territoire de Bélesta mais pour les voir, il vous faudra faire d’autres randonnées. La marche c’est comme l’Histoire, c’est sans fin…et revenir en arrière est souvent très difficile. Carte Ign  2448 OT Thuir - Ille-sur Têt Top 25.

    « Le Puig del Pam (2.470 m) depuis les AnglesLe Pic de Costabonne (2.465 m) et la Coma del Tech depuis la Preste (1.107 m) »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :