• Ça n’arrive qu’à moi ?

    Ça n’arrive qu’à moi ?

    Depuis que les gilets jaunes ont lancé leurs mouvements, nos gouvernants nous rabattent les oreilles avec les services publics, faisant constamment un parallèle entre ces derniers, leurs qualités et les coûts qu’ils représentent. A les écouter, la qualité des services serait directement proportionnelle au prix que nous serions disposés à y mettre. Or, on sait tous que c’est faux. On croit donc comprendre que pour avoir des services de bien meilleure qualité, il faudrait payer encore plus d’impôts, de taxes et de cotisations sociales alors que nous sommes déjà le pays à avoir le taux des prélèvements obligatoires le plus élevé d’Europe et même du monde quand on le compare aux autres pays de l’OCDE. Avec 48,4% du PIB (2017), nous sommes 8,4 points au-dessus de la moyenne des autres pays européens.  Alors selon eux ; il faudrait diminuer le nombre de fonctionnaires et accepter dans le même temps que les services publics soient encore moins nombreux et moins performants qu’ils ne le sont aujourd’hui. Or, force est de reconnaître qu’en France ce n’est déjà pas la panacée, loin s’en faut.

    Je ne sais pas si ça n’arrive qu’à moi, mais quand je m’adresse à l’Administration ou plus globalement quand j’ai besoin d’un service, il m’arrive très souvent des « mouises ». Dans d’autres articles précédents, j’avais déjà commenté quelques soucis dont certains liés à des services publics. J’avais par exemple décrit de gravissimes anomalies dans « La France, pays de merde ? Ou pays le plus beau du monde ? », j’avais évoqué un véritable racket public dans « Voyage au centre du monde » et j’avais déjà donné quelques exemples dans « Dieu n’aime pas les fonctionnaires, moi non plus ? ». Je pourrais citer d’autres articles où les services publics sont cités en marge voire sont directement concernés.

    Depuis rien n’a vraiment changé et mes relations difficiles voire nulles avec les administrations continuent de la plus belle des manières.

    A titre d’exemple, courant 2018, toutes mes déclarations fiscales (impôts sur le revenu et taxes d’habitation) que je gère depuis quelques années sur Internet ont vu mon adresse postale changer sans que je ne sois ni intervenu ni était prévenu. Oui, vous avez bien lu, mon domicile où je vis depuis 40 ans a été changé sans que j’aie eu à intervenir et surtout sans qu’aucune explication concrète n’ai pu m’être apportée par cette administration. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé de comprendre, en téléphonant, en envoyant divers mails puis finalement en me déplaçant auprès d’un conseiller du Centre des Impôts. Que nenni ! Il m’a fallu élaborer ma propre enquête pour finalement comprendre « pourquoi j’avais soudain déménagé fiscalement » !!! Sidérant même si j’ai fini par comprendre que le fisc n’était pas directement concerné par cet étonnant changement !

    Il y a quelques mois, j’ai écrit à l’Urssaf en posant diverses questions précises pour l’association dont je m’occupe. Je n’ai jamais obtenu de réponse. Je pensais pourtant que les administrations avaient une obligation de réponse. Il y a un peu plus d’un an, j’avais écrit à la ministre du Travail et à celle de la Santé avec le même résultat. Pas de réponse.

    Plus récemment, une autre péripétie m’est arrivée. En voici, le détail.

    En décembre 2015, suite à 3 anévrismes sur l’aorte et les deux artères iliaques, on m’a posé une endoprothèse. Il s’agit d’une petite tuyauterie que l’on vous passe dans les artères pour résorber les anévrismes. Comme ce n’est pas une intervention bénigne, chaque année, je passe un doppler permettant de voir si tout va bien car j’ai cru comprendre que le recul sur ce type d’intervention n’étant pas suffisamment long, on craint certains risques et notamment des fuites entre l’endoprothèse et les artères concernées. Cette année, j’ai passé le doppler à l’hôpital le 26 février. Tout s’est bien passé et l’angiologue m’a dit très succinctement que tout allait bien. Tout va bien sauf que le traitement médicamenteux que j’absorbe chaque jour me pose un tas de problèmes annexes. Alors cette année, j’ai décidé de revoir le chirurgien qui m’avait opéré car parmi les médicaments, il y en a un à base de statine qui m’a été prescrit par ses soins. Comme je ne veux pas aller le voir sans la certitude d’avoir le compte-rendu du doppler, je demande au secrétariat de l’angiologue « combien de temps faut-il pour l’avoir ? ». On me répond, votre médecin traitant l’aura probablement d’ici une quinzaine de jours.  Je prends donc rendez-vous avec le chirurgien pour le 27 mars, me disant qu’avec une marge d’un mois c’est amplement suffisant ! Les jours s’écoulent et je commence à m’intéresser au compte-rendu une quinzaine de jours avant le 27 mars. Le 12 mars, je file chez mon médecin-traitant car j’ai un rendez-vous mais je constate qu’il n’a toujours rien reçu. Je téléphone au secrétariat de l’angiologue et là j’apprends que le compte-rendu n’a toujours pas été rédigé. Je rappelle quelques jours plus tard et là j’apprends que l’angiologue est partie 15 jours en congés et donc impossible de l’avoir pour le 27 mars. Je file à l’hôpital pour annuler mon rendez-vous et en obtenir un autre plus lointain. On me propose le 10 avril. J’accepte. Le lundi 2 avril, j’appelle de nouveau le secrétariat de l’angiologue pour savoir où en est le compte-rendu et on me répond que mon médecin-traitant l’aura très rapidement. Le lendemain 3 avril, j’appelle le secrétariat de mon médecin-traitant pour savoir s’il l’a reçu ? Comme il s’agit d’un centre d’appels, on m’indique qu’on va se charger de lui poser la question et que je dois rappeler l’après-midi vers 15h. A 15h, nouvel appel. Là, on me répond que le docteur veut me voir. « Un peu inquiétant quand on attend des résultats !!! ». Comme il ne reçoit pas sur rendez-vous, on me précise de venir le lendemain jeudi 4 avril après-midi mais en consultation libre. Le lendemain, quand j’arrive un quart d’heures avant le début des consultations, il y a déjà une dizaine de personnes devant moi. Je patiente. Une heure. Une heure et demi. La salle d’attente ne cesse de se remplir avec des gens dont on voit bien qu’ils ont la crève. Tout en patientant, je me dis « le comble serait d’attraper la crève alors que je viens chercher un simple papier ! ». Deux heures et quart plus tard, mon docteur me reçoit et d’emblée me demande pourquoi je viens ? Je lui dis « vous plaisantez j’espère ? ». Il me dit « non ! » Alors là, un peu furax, je lui explique ce qui s’est passé avec son secrétariat, ce qui m’a été dit et la raison de ma visite. Il cherche dans mon dossier mais ne trouve pas le compte-rendu en question. Il se propose d’appeler le secrétariat de l’angiologue et leur explique la situation tout en leur précisant que j’ai rendez-vous le 10 avril avec le chirurgien. On lui répond que le nécessaire sera fait et que le compte-rendu sera disponible pour le chirurgien sur l’informatique Intranet de l’hôpital. On lui confirme que je peux aller tranquille à mon rendez-vous. Je me dis que tout s’arrange sauf que je n’avais pas prévu d’attraper une méchante angine. 2 jours plus tard, j’ai la gorge complètement encombrée. Impossibilité de déglutir, nez qui coule sans cesse et petites courbatures, voilà ce que j’ai récupéré des deux heures et quart passées chez mon toubib. Pour un simple compte-rendu, je me rends surtout compte que j’ai chopé la crève. J’ai tellement « les boules » que je n’ai même plus envie de retourner chez mon toubib pour me soigner. Je fais par moi-même avec ce que j’ai dans la pharmacie. Par bonheur, le 10 avril, jour du rendez-vous l’angine s’est quelque peu arrangée. Le chirurgien a bien le compte-rendu en ligne sur son ordinateur et je peux enfin savoir si tout va pour le mieux. J’expose mes problèmes que je pense liés à la prise de médicaments et il prend la décision d’arrêter la « statine » qu’il m’avait prescrite après l’intervention de décembre 2015. On verra bien dans 2 mois me dit-il. Je sors de l’hôpital un peu rassuré de ma conversation avec le chirurgien mais quand je repense aux difficultés qu’il m’a fallu pour en arriver là, force est de reconnaître que la qualité des services qu’ils soient publics ou pas sont plus que médiocres…et quand je dis médiocres c’est un mot plutôt faible et même très gentil :

    • 26 février – 10 avril soit 43 jours pour avoir le simple résultat d’un examen.
    • Des secrétariats et des centres d’appel qui ne font pas leur boulot ou le font mal.
    • Un toubib qui ne sait pas pourquoi on vient le voir malgré 2 appels téléphoniques et des messages laissés à son secrétariat.
    • Et pour couronner le tout, on sort malade de sa salle d’attente.

     

    Qui aurait le culot de me dire qu’en payant plus d’impôts et de taxes, ces problèmes-là pourraient s’arranger ?

    Qui aurait le culot de me dire qu’en réduisant le nombre de fonctionnaires, en réduisant le budget de la Santé, ces problèmes-là pourraient s’arranger ?

    Personne bien sûr !

    Je ne sais pas si ça n’arrive qu’à moi ?….Mais alors j’en ai des « merdes » avec les services….qu’ils soient publics ou pas…….Pas avec tous fort heureusement ! A titre d’exemple, le premier jour où j’ai téléphoné au secrétariat de l’angiologue, je suis d’abord tombé sur une standardiste du service en question. Elle était super gentille et je voyais bien qu’elle faisait tout ce qui était en son pouvoir pour me rendre le meilleur service. Elle se décarcassait pour avoir un maximum d’informations et je l’ai même senti attristée quand il a fallu qu’elle me dise que le compte-rendu que j’attendais n’avait pas été encore rédigé. Elle était désolée et je l'ai remerciée chaleureusement pour sa gentillesse et son professionnalisme. Oui, c’est si rare que je voulais le souligner.

    En contrepartie, d’autres « mouises » sont apparues depuis…..La dernière en date…..avec ma mutuelle….mais ça s’est une autre histoire…..que je vous raconterais peut-être un jour si elle continue de m’emmerder…..

    Franchement, répondez-moi : ça n'arrive qu'à moi ou pas ?

    « C'est la News (prochaine randonnée de la page d'accueil) : Le Chemin des Amandiers sauvages -St-Estève-Baixas-Peyrestortes.Le Circuit de la Montagne brûlée depuis Rodès (le Sentier des Carrières et du village médiéval de Ropidera) »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 21 Avril à 14:25

    Pauvre de nous, et encore, tu as eu de la chance qu'il ne te demande pas un dépassement d'honoraires qui semble être devenu un sport national chez les spécialistes et c'est à celui qui se gavera le plus, en tous cas dans notre région sans que personne ne lève le petit doigt et on veut nous faire croire à un reste à charge zéro dans certaines discipline, on croit rêver...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :