• Le Roc Redoun (328 m) et les Coumos de la Quirro depuis Baixas


    Après les fêtes de fin d’année et quand le mois de janvier démarre, je ne sais pas vous, mais moi, j’ai à la fois des fourmis dans les jambes tant la marche commence à me manquer et à la fois la flemme de partir loin pour me dégourdir les jambes surtout si la météo d’hiver n’est pas très propice à la  randonnée pédestre. Alors que faire ? D’un côté, j’ai envie de marcher et de tenter de perdre les quelques kilos de trop que m’ont fait prendre le foie gras, les chocolats et autres riches victuailles des réveillons, et de l’autre, je n’ai pas vraiment le désir, sous un ciel incertain,  de me « taper » trois à quatre heures de voiture pour faire une balade en montagne de quatre à cinq heures. Alors, il m’est venu une idée : regarder la carte IGN de Perpignan et déceler la balade balisée la plus proche autour de chez moi, avec si possible un « bon petit » dénivelé. Et bien sûr, j’ai trouvé ! Il s’agit du Roc Redoun (328 m) qui signifie rocher rond, situé à 12 kilomètres à vol d’oiseau de Perpignan et que l’on peut gravir depuis divers points de départ. Ce n’est bien sûr, ni le Canigou ni le Carlit mais j’ai trouvé un joli circuit qui part du beau village de Baixas, emprunte le chemin dit « des Coumos ou Coumes », passe par le non moins joli hameau de Calce (dérivé du mot « cal » signifiant « rocher », ce nom à la même origine que les mots  « calcaire, chaux », et ça parait une évidence au regard de la géologie du coin !) et grimpe au roc avec une multitude de découvertes que je ne soupçonnais pas. Personnellement, connaissant déjà le village de Baixas, j’ai démarré sous un ciel maussade et une redoutable tramontane depuis un carrefour qui se situe 250 mètres juste après la chapelle Sainte-Catherine (déjà décrite dans ce blog avec Notre-Dame de Pène). Là, il suffit de suivre le balisage jaune qui emprunte une voie carrossable et  bitumée qui file sans détour vers Calce. Le Roc Redoun plus connu des vététistes et des chasseurs (à ne pas confondre avec le pic Redoun (2.677 m) dans le Haut-Conflent, qui lui domine le GR.10 et les gorges de la Carança) est en surplomb sur votre droite. Bien qu’en grande partie asphalté, ce chemin entre vignes et collines, bordé de nombreux amandiers et de quelques oliviers sauvages, n’est pas lassant car il s’élève doucement laissant découvrir derrière soi et dans ce vallon qui s’entrouvre de jolis panoramas vers Baixas et Perpignan, et bien plus loin encore, vers la Méditerranée et les Albères. Seul dans ce décor dépouillé, ce jour-là, mon attention a été mise en éveil par d’innombrables passereaux et ma progression s’effectue au même rythme que celles de plusieurs étourneaux, grives, alouettes et autres chardonnerets qui s’envolent à tire d’ailes au fur et à mesure que j’avance sur ce parcours. En ce jour de janvier plutôt terne, or mis l’ocre de la terre et les différents verts de la végétation, les seules vraies touches de couleurs sont offertes par quelques jaunes ajoncs ou de bleus romarins en fleurs. Au moment où le chemin se stabilise puis redescend régulièrement vers la Serre de Calce, sur la gauche, le Canigou et les autres sommets pyrénéens surgissent à l’horizon. Au passage, on remarque une multitude de constructions de pierres sèches dont plusieurs casots, puits, orris ou autres cabanes dont celle magnifiquement restaurée dite de « Las Coumes ».  Quand le large chemin des Coumos se termine avec la fin de ce petit vallon que je viens d’arpenter, il n’y a rien de plus normal quand on sait que les mots « coume, coumes, coumos » ont la même étymologie que le mot « combe ».  Alors une coume, c’est une combe, un vallon ou une petite ravine. A ce carrefour, deux solutions sont offertes : soit, on ne connaît pas Calce qui se trouve sur la gauche et  je conseille vivement d’aller découvrir ce joli hameau soit on poursuit à droite en suivant les indications on ne peut plus claires d’un petit panonceau jaune précisant le Roc Redoun. Calce est à moins de 500 mètres et avec ses jolies ruelles anciennes, son église avec son beau clocher et son vieux château du XIIeme siècle, il est évident qu’on ne regrette pas cet agréable petit détour, d’autant qu’un Bistrot du Pays « Le Presbytère » peut accueillir le visiteur tout au long de l’année pour un sympathique déjeuner ou plus simplement pour étancher sa soif. Pour le Roc Redoun, il faut ensuite revenir sur ses pas et grimper vers cette longue colline aride que l’on a longée depuis le départ. Cette colline, elle s’appelle « les Coumos de la Quirro » et on peut fort légitimement la traduire en « Combe des rochers » tant il y a de pierres ici. Une fois à cheval sur cette croupe rocailleuse qui s’intitule La Cresse, les paysages se dévoilent de toutes parts : sur l’autre versant vers la Vallée de l’Agly, vers la Tour del Far, la montagne de Tauch et plus globalement les Corbières où l’on peut distinguer les châteaux cathares de Quéribus et Peyrepertuse et encore un peu plus loin, le Puig du Bugarach et les premiers sommets ariégeois enneigés. A l’horizon, toujours cette longue chaîne de montagnes qui s’étire des Albères aux Pyrénées en passant par les pics vallespiriens, le Massif du Canigou, celui du Coronat et du Madres et tout en s’élevant dans ce paysage presque quasi lunaire jusqu’aux pylônes du Roc Redoun, c’est peu à peu, toute la vaste Plaine du Roussillon que va se dérouler comme un tapis devant nos pieds. Au regard de la modeste altitude de ce roc, on peut s’étonner de la beauté du spectacle entrevu sur cette multitude de panoramas aperçus mais en y réfléchissant, n’est-on pas à la même hauteur que le sommet de la Tour Eiffel ? D’ailleurs, en installant leurs antennes hertziennes au sommet de ce roc, les sociétés de télévision et les radios ne s’y sont pas trompées et elles savaient que rien n’arrêterait leurs ondes, leurs images et leurs musiques. Moi, avant de redescendre vers ma voiture sur un sentier toujours aussi pierreux, la seule mélodie que j’ai entendue, c’est celle d’une violente tramontane soufflant à 100 km/heure et qui sifflait stridente et métallique dans les câbles et les haubans de ces immenses antennes et pylônes d’acier. Cette musique, sortit tout droit d’une espèce de hard rock « heavy metal », ici  on aurait pu très justement l’appeler le « rock Redoun ». Plusieurs chemins sont proposés pour descendre vers Baixas mais personnellement, j’ai choisi le plus simple et le plus court qui traverse en son milieu le Pla de la Vila par une agréable petite pinède. On rejoint la piste où se trouve l’ancienne carrière de marbre bleu et il suffit de poursuivre pour retrouver l’ermitage de Sainte-Catherine. Dans ce secteur, il faut néanmoins faire attention car en cette saison, il est amplement fréquenté par les chasseurs à plumes et c’est sous un déluge de détonations de tirs que j’ai rejoint ma voiture. Ce circuit peut être réaliser en moins de 3 heures et un peu plus selon le temps qu’on aura consacré à la visite de Calce. Un peu plus aussi, si on décide de partir de la cité de Baixas et de la visiter également. Les deux villages méritent vraiment qu’on s’y attarde. Cartes IGN 2548 OT Perpignan-Plages du Roussillon et 2448 OT Thuir-Ille-sur-Têt Top 25.

    Enregistrer

    « Ma mère est un numéro ?La Chapelle Sant Marti de la Roca (518 m) depuis Camélas (314 m) »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :