• La Boucle du Cau de la Guilla (col de la Guille) depuis Notre-Dame du Coral

     Ce diaporama est agrémenté de plusieurs musiques d'Ennio Morricone extraites de la bande originale du film "Le Casse" d'Henri Verneuil avec Jean-Paul Belmondo, Omar Sharif, Robert Hossein et Nicole Calfan. Elles ont pour titre "Thème d'amour", "Pour Zacharia", "A Melachrino", "Ciao Mantovani" et "Le Casse (générique)". 

    La Boucle du Cau de la Guilla (col de la Guille) depuis Notre-Dame du Coral

    La Boucle du Cau de la Guilla (col de la Guille) depuis Notre-Dame du Coral

    Cliquez sur les photos pour les agrandir. 2 fois pour un plein écran.


     

    Cette balade, et si cela avait été un peu plus parlant,  j’aurais pu l’appeler « Une famille formidable ! » parodiant ainsi la célèbre série télévisée. Mais quand on tient un blog « randos », il faut, je pense, être le précis possible. Alors, en intitulant cette petite randonnée « La Boucle du Cau de la Guilla (*) depuis Notre-Dame du Coral (**) », j’ai voulu rendre à César ce qui était à César. En effet, c’est en lisant un article sur Internet que j’ai appris que le col de la Guille, lieu situé sur la route D.115 entre Prats-de-Mollo et le col d’Arès,  n’était peut-être pas une appellation correcte mais une erreur toponymique des ingénieurs de l’Institut National Géographique (I.G.N). En effet, selon l’auteur de ce texte, le renommé Jean Becat ; pour ceux qui s’intéresse à l’onomastique et à la géographie ; des erreurs de ce type, il y en aurait beaucoup sur toutes les cartes I.G.N. Ainsi dans la commune de Baho, cette erreur « col de la Guille » a été signalée et les habitants de la commune ont demandé à ce que la bonne toponymie soit corrigée en « Cau de la Guilla ». Il est donc fort probable qu'il en soit de même ici sur la D.115 mais que la correction n’est jamais eue lieu. Enfin, ça c’est ce que je pense ! Alors voilà comment ce catalan « Cau de la Guilla » ; en français le « terrier du renard » ; serait devenu par erreur et sans doute « le col de la Guille ». Au-delà de cette petite précision que je souhaitais apporter, voilà  ci-après comment m’est venue l’idée de cette petite balade depuis Notre-Dame du Coral. Sur mon Journal Mensuel de juin dernier, j’ai longuement évoqué pourquoi j’avais voulu souffler mes 70 bougies dans ce lieu si insolite mais si beau qu’est l’ermitage de Notre-Dame de Coral. J’avais intitulé cet article « Quand un rêve et un vœu deviennent réalité ». Tout un programme ! Néanmoins, dans ce programme « anniversaire » du samedi 8 et du dimanche 9 juin, que j’avais imaginé de A à Z, et auquel j’avais convié toute ma famille la plus proche ; épouse, petits-enfants, enfants, conjoints et amis et enfants de ces derniers ; une crainte subsistait dans ma tête : que tout ce jeune et joli monde s’ennuie, ici, au milieu de nulle part ! Bien sûr, j’aurais pu organiser un concours de pétanque, voire de badminton, prévoir de jouer aux cartes, au scrabble ou à d’autres jeux de société, j’aurais pu imaginer que tous ces jeunes gens seraient pendus, comme ils le sont très souvent, à leur smartphone ou à leur tablette, mais le but était d’abord d’être réunis et le plus souvent ensemble. Vision sans doute un peu égoïste ; mais quoi de plus normal dans ce lourd  investissement qu’avait été ce long projet d’anniversaire ; et puis surtout toutes ces activités-là étaient parfaitement réalisables ailleurs que dans un cadre aussi inaccoutumé que Notre-Dame de Coral. De surcroît, une balade permettait une « belle » visite du secteur avec ses forêts, ses ruisseaux, ses habitats et ses paysages. Voilà quelles étaient mes pensées à l’instant d’affiner mon projet dont cette petite balade allait faire partie. En effet, parmi les 11 personnes que nous étions, seule Dany mon épouse connaissait Notre-Dame du Coral et je savais qu’elle l’appréciait. Tous les autres n’avaient jamais mis les pieds ici. Mais apprécier ne veut pas dire se divertir ! Moi-même, en 2009, lors du Tour du Vallespir, et après la très éprouvante étape de la veille, j’avais beaucoup apprécié l’ermitage mais j’avais réussi à éviter l’oisiveté en me reposant avec une sieste opportune et bienvenue, en bouquinant, en discutant longuement avec une gentille randonneuse et avec les jeunes aubergistes, puis le soir venu en écrivant quelques poésies. Cette crainte était bien sûr alimentée par le fait que Notre-Dame avait été longuement un ermitage, c’est-à-dire un lieu plutôt austère où des personnes venaient y chercher la quiétude, la méditation, la solitude mais la claustration et l’enfermement aussi. Enfermement intérieur certes mais enfermement physique aussi. Oui, Notre-Dame du Coral pouvait être à la fois une prison intérieure mais extérieure aussi. Pour aucun motif,  je ne voulais qu’elle le devienne pour le moindre membre de ma famille. Belle prison végétale certes, mais prison tout de même ! Voilà ce que je pensais que pouvait être ce lieu, raison de mon appréhension et de mon idée à trouver une solution la moins contraignante pour le plus grand nombre d’entre nous. Alors bien sûr, c’est tout naturellement que l’idée d’une petite randonnée à la portée de tous est venue à moi pour combler une belle partie de cette après-midi du 8 juin. Après mûres réflexions, c’est cette randonnée au « col de la Guille », que je vais vous raconter ci-après, que j’ai imaginée.  Si j’en connaissais déjà tout le détail, c’était un détail scindé en trois parties. La première démarrait bien sûr de Notre-Dame du Coral et allait jusqu’au lieu-dit « la Coste de Dalt ». Cette ferme est bien connue des visiteurs et des randonneurs venant dans ce secteur du Haut-Vallespir car certes il s’agit d’abord d’une ferme, mais faisant partie des réseaux « Bienvenue à la ferme » et des « Gîtes de France ». Avec Dany, nous avions déjà réalisé ce tronçon lors d’une boucle à partir du col d’Arès, balade que j’avais tout naturellement intitulée « Notre-Dame du Coral en boucle depuis le col d’Arès ». Le deuxième tronçon jusqu’au col de la Guille serait la route départementale D.115. Je ne le connaissais qu’en voiture et si je ne l’avais jamais accompli à pieds, j’en imaginais aisément les nécessaires obligations et les grandes lignes à éviter, c’est-à-dire être extrêmement prudent surtout quand on a des enfants avec soi, surtout dans les virages et ne pas être ni dans l’amusement permanent ni dans l’étourderie. Cette route du col d’Arès est peu fréquentée mais un accident est si vite arrivé ! La dernière partie, du col de la Guille avec retour à l’ermitage, allait être pour moi la plus délicieuse car je savais par avance qu’elle allait me faire réaliser un bond en arrière de presque 10 ans. En effet, elle avait constitué une belle fraction de la 4eme étape de Mon Tour du Vallespir au départ de Prats-de-Mollo. C’était le 20 août 2009.

    Il n’est pas encore 13h quand nous arrivons à l’ermitage. Le temps de faire les présentations avec le sympathique Franck, de visiter un peu les lieux et la jolie chapelle, de nous installer dans les chambres et les dortoirs et tout le monde dit être partant pour la petite balade programmée. J’en suis comblé. Au préalable, et  avant d’arriver jusqu’ici, j’ai tenté de montrer à toute ma famille ce qu’était un peu le Vallespir. Un peu bien sûr, car comment aurais-je pu en 2 jours leur faire découvrir cette région si vaste, que moi-même, je n’ai jamais réussi à arpenter dans sa globalité et ce, malgré un tour pédestre de 6 jours, de très nombreuses balades et mon envie constante d’y parvenir ? Si depuis Perpignan, la route leur a donné une ample idée de ce qu’était la Vallée du Tech, merveilleusement boisée et donc très verdoyante, j’ai tenu à ce que l’on s’arrête à hauteur de ce lieu chargé d’Histoire qui s’appelle l’Avellanosa. Au bord de la route, quelques panneaux expliquent le drame qui s’est joué ici en octobre 1940.  Après des pluies diluviennes pendant plusieurs jours, un pan de la montagne, encore bien visible, est tombé dans le fleuve Tech créant un barrage naturel dont la rupture a ensuite tout emporté dans  la furie des hautes eaux ainsi créées. Cet épisode pluvieux, et par bonheur jamais reproduit depuis, est bien connu des catalans sous le nom « d’aiguat ». C’est ici dans la Vallée du Tech que ses effets ont été les plus meurtriers, et notamment à Amélie-les-Bains et à Arles-sur-Tech où de nombreuses victimes ont été à déplorer. Quelques minutes après ce bref retour sur l’Histoire, nous traversons Prats-de-Mollo, sans nous arrêter. Le temps nous manque et nous empruntons cette magnifique route D.115 qui file jusqu’au col d’Ares, frontière avec l’Espagne. Il n’est pas encore midi et je sais que des tables de pique-nique nous y attendent. Cette superbe route, c’est d’un côté le massif du Canigou qui étire sa magnifique et longue croupe et de l’autre, le Vallespir qui descend sans cesse dans une succession de vallons et de montagnes russes et ce, depuis le pic de Costabonne, impressionnante pyramide, jusqu’au premier contrefort des Albères. Oui, quand le temps est clair, l’on peut voir tout ça ! Il l’est aujourd’hui et j’espère que tout le monde peut profiter de cette magnificence ! Puis le col d’Ares arrive, lieu chargé d’Histoire également mais autant l’avouer, aujourd’hui, nous ne sommes pas là pour ça ! Même si j’ai acquis la conviction que les jeunes ne s’intéressent pas suffisamment à cette matière qu’est l’Histoire, souvent trop scolaire pour eux, je n’impose rien à personne et chacun pourra y prendre ce qu’il veut.  Quelques panneaux, des stèles et des statues allégoriques racontent la Retirada, chemin de l’exil pour des centaines de milliers de républicains espagnols fuyant le franquisme. Alors, nous pique-niquons, toujours dans la bonne humeur, mais sans trop s’attarder, ni sur l’Histoire, ni sur les grandioses panoramas s’offrant à nous, côté espagnol et côté français. Notre-Dame du Coral nous attend, alors nous redescendons côté français pour emprunter la longue piste qui y file.

    Nous y sommes. Il est 13h30 quand nous démarrons cette boucle qui doit nous mener au col de la Guille et retour. Il n’y a aucune défection, tout le monde est bien là comme promis. J’en suis ravi même si j’avais mis les choses au point en précisant que cette balade n’avait aucun caractère obligatoire. Je remercie tout spécialement Emma et ma petite-fille Valentine car je sais que la randonnée pédestre, ce n’est pas leur tassé de thé ! Nous empruntons le P.R.12, sentier qui démarre devant l’ermitage (va jusqu’à Prats-de-Mollo) et file dans l’immédiat vers la Font del Coral. Cette fontaine a probablement été captée et aménagée en 1948 comme l’indique un linteau dédiée à la Vierge Marie mais source sans doute bien connue des pèlerins depuis des siècles. Si le chemin est bien visible, il file dans une forêt d’épicéas et de pins dont les branches les plus basses sont sèches et nécessitent un peu d’attention. Très souvent, certaines branches cassées encombrent le sentier. Ce dernier est assez inégal quand à son revêtement, avec des portions planes, parfois caillouteuses ou carrément rocheuses auxquels il faut très souvent ajouter les ramilles glissantes et les pommes de pin « casse-pipes », car roulantes sous les pieds. Son cheminement ne s’en trouve pas facilité. J’ouvre la marche et écarte tout ce qui pourrait l’entraver. Le chemin descend et parvient en surplomb d’un ravin où s’écoule un ruisseau. C’est le Correc du Vall d’Aquers (Quers) dont la confluence immédiate avec le Correc du col d’Ares devient un peu plus en aval et toujours dans ce même ravin, le Torrent du Coral. Cette rivière, nous la retrouverons au retour. Pour finir cette descente vers le Correc du Vall d’Aquers, le sentier devient difficile et nécessite qu’on se tienne à une grosse corde qui a était scellée aux rochers. Avec plus ou moins de dextérité, tout le monde réussit à passer sans encombre cette petite difficulté. J’en suis ravi. A l’aide de quelques grosses pierres bien placées au sein du lit du ruisseau, nous l’enjambons sans problème mais avec toujours cette petit crainte que quelqu’un glisse et tombe dans l’eau tout habillé. Nous poursuivons le petit sentier qui débouche devant une clôture et une piste qui se trouve de l’autre côté. Il faut donc franchir la clôture. Avec quelques sinuosités, cette piste s’élève désormais vers La Coste de Dalt et se termine encadrés de petites falaises dès lors qu’on y parvient. Un ru boueux coule au milieu du chemin. C’est le Correc del Xabric, lui-même petit affluent de la rivière del Coral. La zone de pacages est là et la ferme et ses dépendances juste au dessus. On les aperçoit en arrivant et le chemin se poursuit vers la gauche puis remonte à droite vers des enclos et des hangars. Bien évidemment, inutile de préciser qu’il faut respecter le lieu (qui est privé), les personnes qui l’habitent et les animaux qui sont là dans leur espace naturel et habituel. Il va sans dire qu’il ne faut pas toucher les clôtures souvent électrifiées, qu’il faut refermer les barrières derrière soi, s’écarter du troupeau si il est formé, des vaches dont les veaux ne sont pas encore sevrés et des taureaux. Voilà quelques règles de bon sens et de prudence que vous aurez sans doute à appliquer si vous passez et/ou venez à la Coste de Dalt ! En tous cas, deux fois nous y sommes venus, et deux fois, nous y avons été confrontés. La suite, et comme indiqué plus avant, c’est la route bitumée D.115, direction le Pla de l’Espinasse comme indiqué sur un panonceau. Si l’asphalte n’est jamais trop plaisant pour les randonneurs en général, ici l’avantage premier est que nous allons cheminer la partie la plus haute de cette courte boucle. Alors bien sûr qui dit hauteur, dit panoramas et vues lointaines. Ici, ce n’est pas très haut alors bien sûr, il n’y a rien d’exceptionnel et seulement quelques vues sur des prés verdoyants et des forêts qui ne le sont pas moins. On aperçoit néanmoins Notre-Dame du Coral, mais un peu trop engloutie sous son écrin de verdure pour en avoir une vision parfaite. Finalement, le col de la Guille est là et se matérialise sous les traits d’un portail blanc sur lequel est forgée la mention « Can Moulins ». Pas de « Cau de la Guilla » c'est-à-dire de « terrier de renard » en vue mais sans doute a-t-il existé ? Depuis mon Tour du Vallespir, je connais bien le lieu et je sais qu’il suffit de pousser le portail et de poursuivre le chemin herbeux qui continue derrière. Si depuis 2009, l’itinéraire a quelque peu changé, car entre autres raisons, il s’est mué en GRT 83 (**)  balisé blanc et rouge, les décors, eux, merveilleusement verdoyants, sont quasiment restés les mêmes. Manque juste à l’appel la baignoire servant d’abreuvoir où j’avais, avec félicité, trempé mon bob et mouillé mes multiples rougeurs et blessures d’une journée précédente restée dans les annales de ma mémoire. Ici, l’itinéraire descend en permanence au sein d’une très belle forêt de feuillus, et sur de larges chemins herbeux en direction de Can Moulins. A l’instant où l’on évite la ferme, un petit sentier prend le relais, toujours en forêt, et ce, jusqu’à la rivière del Coral et le lieu-dit « Costa de Baix ». Si en août 2009, j’avais trouvé la rivière quasiment asséchée, aujourd’hui c’est un bon petit débit torrentiel qui coule sous la petite passerelle de bois. Alors que notre petit groupe avait fini par s’étirer en une courte file indienne, ici le lieu semble propice à un « regroupement familial ». Attirance pour l’eau ? « Faire un pont pour de bon » comme le chanter Dick Rivers ? Besoin de se ressourcer ou de reprendre son souffle avant la remontée finale vers Notre-Dame ? En tous cas, la bonne humeur n’a jamais été autant de mise. Photos-souvenirs de groupe, selfies personnelles, et concours de grimaces, tout le monde joue le jeu ! S’ils savaient combien tout ça me rend heureux ! En observant toute ma petite famille aussi joyeuse et même si la partie la plus escarpée reste à accomplir, je me dis que cette petite excursion est déjà une belle réussite. Assurément, je me dis que ce Col de la « Guille » a rendu tout le monde « guillerets » et j’en suis à me demander si il y a un rapport entre les deux mots ? « Il faudra que je vérifie la toponymie (*) » me dis-je. Nous repartons, dans des décors qui changent assez peu mais avec peut-être un plus de conifères car nous sommes sur le versant ubac du ravin. La montée vers l’ermitage est gravie au rythme ou au physique de chacun. Les plus forts physiquement devant et les autres soit à la remorque voire à la traîne. Finalement, la Nostra Senyora del Corral, comme indiqué régulièrement sur des panonceaux, est là et si l’arrivée s’effectue dans un joli désordre, le rassemblement que j’avais tant espéré se reforme presque naturellement devant une nouvelle et dernière photo de groupe. Moi qui ne suis pas croyant mais qui ait vécu ici des instants si forts, une nouvelle fois je m’interroge. J’en suis à me demander « et si c’était vrai que la Vierge Marie avait ce pouvoir de réunir les gens et plus particulièrement ceux qui s’aiment ? » Désormais, c’est quartier libre pour tous ! Robin et son père ont prévu de jouer un peu avec leur drone muni d’une caméra, histoire d’avoir un regard tout autre de l’ermitage. Ensuite, tout le monde mettra à profit ce délai pour se laver, se pomponner pour les femmes et « s’endimancher » pour fêter dignement mon anniversaire. A partir de 20h, et à la Colometa ; c’est ainsi que s’appelle l’auberge ; il y a en perspective un très gros apéro puis le repas avec entrée, zarzuela et très gros framboisier arrivera. Le tout accompagné d’excellents vins et champagnes que j’ai pris soin d’amener moi-même. Cette balade est finie. Il est 18h. Oui, j’en suis désormais convaincu, cet anniversaire va être une réussite et je suis certain qu’il restera à jamais gravé dans ma mémoire ! Oui, je dois reconnaître que j’ai la chance d’avoir « une famille formidable » ! Alors un immense merci à tous : Dany, Jérôme, Isabelle, Carole, Valentine, Robin, Eulalie, Emma et Stéphane et J.C (Jean-Christophe et pas Jésus-Christ, ce dernier n’a pas pu venir mais certains croyants pensent qu’il était là avec nous auprès de sa mère Marie !). Il est vrai que le lieu se prête à ses présences divines ! Cette balade a été longue de 7,7 km pour des montées cumulées de 694 m et un dénivelé de 313 m entre le point le plus haut situé à 1.257 m sur la D.115 au dessus du lieu-dit « le Cortal de Can Moulins » et le plus bas à 944 m sur la passerelle enjambant le « torrent du Coral ». Pour éviter au maximum le bitume de la D.115, certaines variantes peuvent être imaginées et notamment celle consistant à monter jusqu’au sommet du Puig Ferréol (1.314 m). Carte I.G.N 2349 ET Massif du Canigou Top 25.

    (*) Le col de la Guille ou le Cau de la Guilla ? : Extrait des pages 10 et 11 de « La correction toponymique du cadastre et des cartes au 1:25.000 de l'Institut Géographique National dans l'aire catalane (Pyrénées-Orientales). Bilan 1983-2006 - Jean Bécat - Nouvelle revue d'onomastique - Année 2007 »  

     « Pour la petite histoire, c'est justice de souligner que tout a commencé par une demande des services du cadastre. En effet, la première correction ne fut pas le résultat d'une action ou une revendication de militants ni d'associations culturelles, mais une demande d'avis technique adressée par l'ingénieur du cadastre aux Études Catalanes de l'université de Perpignan. Il s'agissait d'obtenir une graphie correcte pour le nouveau cadastre de Baho, révisé en décembre 1983.

    Tout a commencé par le Cau de la Guilla («terrier du renard »). Le nouveau plan cadastral, plus précis et détaillé, comportait davantage de feuilles : plutôt que de répéter les mêmes noms sur plusieurs feuilles, l'ingénieur, M. BORDIGNON, demanda au maire, M. Guy CASADEVALL, et à sa commission s'il avait d'autres noms à proposer. Comme partout, il n'en manquait pas, mais l'ingénieur s'entendit dire : «Décidez vous-même, vous êtes le cadastre ». Il expliqua alors que les noms appartenaient aux habitants et aux usagers, qu'ils représentaient en tant qu'élus, et qu'ils devaient les proposer, eux. Ce qui fut fait, et entrèrent dans le nouveau plan cadastral : la Salzerada, Sani Vicenç , la Font del Porquer , les Horts dels Pardals, la Vernosa, la Font de Santa Llúcia, la Rescloseta et le Camp dels Closals. Au premier nom, l'ingénieur demanda : «Comment ça s'écrit en catalan ?». Et la commission découvrit que l'on pouvait corriger les noms de lieux. On signala des erreurs et surtout une, qui choquait les gens : le « Col de la Guille » n'existait pas, c'était un faux col, car il s'agissait du Cau de la Guilla. La liste fut établie et M. BORDIGNON se chargea de demander l'expertise de l'université. Depuis cette date, nous sommes toujours invités par les services des impôts (ce qui me vaut à chaque fois une émotion quand je reçois une enveloppe officielle de la Direction des Impôts) et par les maires, deux à trois fois par an, à chaque chantier cadastral.

    J'insiste sur le fait, constatable sur la liste en annexe, qu'il y a eu une grande adhésion, sans arrière-pensées partisanes ou politiques. Quelle que soit leur appartenance philosophique ou leur couleur politique, tous les maires ont accepté et voulu la correction des toponymes catalans. Tous y ont vu un élément essentiel d'un patrimoine à conserver et à améliorer. C'est le signe aussi du consensus qui existe dans la population autour de ce thème qui touche les gens de près, car c'est leur environnement immédiat et leur espace vécu ».

    (**) Notre-Dame du Coral : Il existe plusieurs sites Internet évoquant Notre-Dame de Coral et vous n’aurez aucun mal à les trouver sur Google recherche par exemple. Plus rares sont les livres évoquant le lieu et le vieil ermitage. Je les avais déjà tous cités à la fin de mon récit lors de la randonnée intitulée « Notre-Dame du Coral en boucle depuis le col d’Ares ». Le 8 juin, lors de mon anniversaire, j’ai eu la chance de pouvoir acheter le livre (plutôt rare) de l’abbé Joseph Gibrat et bien évidemment je le conseille à tous ceux qui souhaitent en savoir beaucoup plus sur cet endroit si magnifique. Je sais que la reproduction est interdite et je ne suis pas croyant mais je ne peux pas résister à vous offrir ce poème que l’abbé a joliment écrit à propos de Marie, reine du Coral.

    • A Marie, Reine du Coral
    • Je vous offre, ô Marie, aimable souveraine,
    • Avec ce petit livre et mon âme et mon cœur,
    • Vous êtes du Coral la sainte châtelaine,
    • Vous êtes de ces monts l’étoile du bonheur,
    • Des merveilles sans nombre ornent votre domaine
    • Que chantent les oiseaux, que la neige blanchit,
    • N’êtes-vous pas, Marie, une immortelle reine
    • Que tout mortel invoque et que l’ange bénit ?
    • Sur ce pic élevé vous êtes une Mère
    • Que, parmi les blancheurs, tout fidèle vénère,
    • Là-haut, votre sourire est plus divin, plus doux !
    • Pour notre Vallespir, pour notre France aimée,
    • Pour tous les cœurs meurtris, pour toute âme éplorée,
    • Ô Reine du Coral, je vous prie à genoux.

     

    (***) Le G.R.T 83 : Encore trop peu connu, le G.R.T.83 est un chemin de Grande Randonnée Transfrontalière 83 allant de Prades (Pyrénées-Orientales) à Mataró (province de Barcelone-Espagne). Comme tous les G.R, il est balisé de couleurs blanches et rouges. Sa distance est de 212 km et il est réalisable en 10 ou 15 étapes. Dans ce secteur de Notre-Dame du Coral, il passe successivement à Prats-de-Mollo puis à Lamanère, dernière commune française traversée car la plus au sud de l’hexagone. Dans l’immédiat, je n’ai pas connaissance qu’il y ait un topo-guide de ce chemin.

    « La crème à bronzer n'a plus aucun avenir.Les Cabanes de Goutets (1.463 m) depuis La Foulie (947 m) (Commune de Le Port-Ariège) »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 16 Octobre 2019 à 16:29

    Salut ami randonneur,
    J'allais dire, comme d'habitude, de jolies photos et un bon récit bien détaillé de cette randonnée en font un blog très attractif et certainement très consulté ?
    Je reçois toujours bien tes notifications m'indiquant qu'un petit poucet et passé par chez toi et a semé des cailloux blancs le long du chemin (rires) j'ai recommencé également la nouvelle saison, mais ce jeudi je ne randonnerai pas, c'est un coin que j'ai déjà parcouru des tas de fois et je tiens à me faire plaisir aussi, y a pas de mal à se faire du bien, n'est-ce pas ???
    Je t'adresse mes compliments pour cette belle publication
    Amicalement
    Jean-Claude...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :