• La Boucle de Port-Mahon depuis Sigean

    Ce diaporama est agrémenté de la chanson "What a Wonderful World" des compositeurs Bob Thiele et George David Weiss. Elle est successivement jouée ou chantée ici par "Malin" Villagran (guitare) et son orchestre, Michael Bublé (chant), Stacey Kent (chant), Sounds Orchestral (orchestre), Hinterland Jazz Orchestra (chant) et enfin par le maître Louis Armstrong accompagné de Kenny G (saxo). 

    La Boucle de Port-Mahon depuis Sigean

    La Boucle de Port-Mahon depuis Sigean

    Pour agrandir les photos, cliquez dessus. 2 fois pour un plein écran 


     

    Le 1er décembre dernier, en roulant vers Sigean, lieu de départ de cette randonnée pédestre intitulée « Boucle de Port-Mahon », j’en suis à me demander depuis quand je ne suis plus venu randonner dans ce secteur. Je me souviens de diverses balades effectuées en 2016 dans l’Aude, et notamment celles non loin de là intitulées la « Boucle de Canto-Perdrix depuis Portel-des-Corbières » ou la « Boucle de La Palme », je me souviens bien évidemment d’un mémorable mais « énervant » tour sur le « Sentier du Golfe Antique (*) », effectué en 3 jours et en septembre, mais l’année de ce passage à Sigean lors de la dernière étape de ce tour continue de m’échapper. Ce n’est pas en 2013, année d’un inoubliable Tour du Capcir avec mon fils.  2014 ou 2015 restent donc en balance ? Je ne sais plus exactement ! Je finis par arrêter de me poser la question en me disant « Le temps passe si vite pour le retraité que je suis ! ». En arrivant à Sigean et sachant que le départ pour Port-Mahon n’est pas très loin du centre-ville, je réussis par chance à garer ma voiture à proximité. Là, déambulant à la recherche de la ligne de départ, je retrouve le bistrot où je m’étais attablé en terrasse pour y manger un énorme pan-bagnat agrémenté d’une non moins volumineuse chope de bière. Très affamé ce jour-là et un peu lassé de boire l’eau de ma gourde, j’avais rêvé de tout ça et ce menu était tombé à pic ! Mais c’était en quelle année au juste ? Allez savoir pourquoi, mais cette question continue de me tarauder la tête ?  De ce Sentier du Golfe Antique, je me souviens de beaucoup de choses pourtant, mais cette question d’année, dont la réponse est forcément bien inutile, reste constamment en suspens. Alors je rentre dans le bistrot pour prendre un café et là les souvenirs resurgissent comme un diable sortant de sa boîte. 2014 bien sûr ! D’un seul coup, en regardant ce petit coin du comptoir où les gens viennent tenter leur chance, je me souviens de cette grille du Loto que j’avais faite, jeu plutôt inhabituel chez moi et pourtant si spontané ce jour-là. Même les numéros reviennent à ma mémoire. C’était les numéros 25-26-27,  jours de ma balade sur le sentier du Golfe Antique auxquels j’avais ajouté le 9 de septembre, plus le 29, jour de naissance de Dany et enfin j’avais joué le 1 et le 4 en numéros de chance pour l’année 2014 soit une grille à 4 euros. Je me souviens qu’en rentrant à la maison, je m’étais aperçu que j’avais gagné 5 à 6 fois plus que ma mise. Ce n’était pas le gros lot certes mais j’avais eu 3 bons numéros. Voilà ce dont je me souviens tout à coup en regardant ce coin du comptoir où j’avais joué mon jeu voilà 4 ans. Je bois mon café, rejoue une grille identique à celle de 2014 et démarre ma balade.  C’est sans doute idiot, mais en sortant du bar, je prends la direction de l’église Saint-Félix avec le cœur léger et un peu comme si j’avais du poids en moins dans mon sac à dos. Ce problème d’année sur le Sentier du Golfe Antique est définitivement sorti de ma tête. L’esprit tranquille, je peux me consacrer à cette « Boucle de Port-Mahon ».  Après des photos de l’église, de quelques oiseaux qui l’occupent, de l’étonnante demeure où ont séjourné les rois Louis XIII et Louis XIV, je trouve aisément le départ c’est à dire la rue de la Barbecanne (ou Barbacane), le panonceau directionnel de ma balade puis la rue des Abattoirs. Voilà, je suis déjà sur le bon chemin et mon G.P.S que j’ai pris soin d’allumer me le confirme. Je l’éteins car comme tout bon P.R, l’itinéraire est bien balisé de jaune. Malgré un départ sous un ciel voilé, mais parfois carrément laiteux ou bleu plus loin, selon le point cardinal vers lequel je me tourne et regarde, malgré le bitume de la route et des décors peu folichons car trop industriels, je reste néanmoins optimiste car je sais que mes véritables cibles sont beaucoup plus loin. J’entends par « cibles », les paysages palustres que je dois cheminer, c'est-à-dire les salins et les étangs, et bien évidemment les « cibles photographiques », avec les oiseaux qui les occupent généralement. Outre celui de retrouver le goût de la marche après quelques problèmes de dos, voilà quels sont mes objectifs principaux. Les petits passereaux étant déjà très présents, je flâne plus qu’il ne faut. Après tout peu importe car j’ai tout mon temps et au moins quelques heures devant moi largement suffisantes pour effectuer les 13 km annoncé. De rares fleurs, des rouges-queues noirs et des tariers pâtres en grand nombre plus quelques autres passereaux joueurs qui ont envie de me distraire, je mets 40 minutes pour atteindre le Grand Salin, à l’endroit même où des vestiges ; transformateur, réseau hydraulique et vannes ; sont les témoins de l’ancienne production du sel. Là, juché sur un ponton bétonné situé derrière le transfo, je photographie des flamants roses. Il y en des roses pales, de très roses et même certains presque rouges. Ils dorment en groupe, la tête enfouie dans leur plumage et perchés semble-t-il sur une seule patte. Un peu à l’écart de ce groupe de « couche-tôt », d’autres flamants, le popotin en l’air,  en sont déjà à l’heure du déjeuner. Tout en avançant comme une armée de soldats roses, ils se balancent comme des culbutos perpétuels plongeant leur gros bec sous la surface et dressant leur postérieur vers le ciel. Ce manège se répète inlassablement et quand par hasard, ils sont plusieurs à le faire en même temps, ça ressemble à une jolie chorégraphie aquatique. Peu après, je quitte enfin le bitume au profit d’un chemin boueux entamant le tour du salin direction le lieu-dit Le Mourillon. C’est l’instant que choisissent deux fauvettes pour me faire courir alors que je suis en quête de leur tirer le portrait. Course bien inutile car je ne parviens pas vraiment à les photographier correctement. Finalement, le chemin s’éloigne très vite du bord du marais et c’est le moment où un faucon crécerelle se lance dans un vol stationnaire parfaitement maîtrisé. Que lorgne t-il au juste ? Un petit rongeur ? Un oisillon ? Un batracien ? Un petit reptile ? Ici, tout est possible dans ce décor étrange où les paysages lagunaires et humides se mélangent si rapidement à la sécheresse du maquis et de la garrigue et aux verdoyantes pineraies. Un chevalier, au bec droit et pointu comme une aiguille, s’égaye dans une mare. Le large chemin que je poursuis se faufile au milieu de ce milieu si variable, mais également au sein de vignobles où chaque pied de vigne affiche des feuilles aux jolies nuances automnales. Jaunes et vertes, vertes et oranges, rouge et parfois même carrément écarlates, les vignes apportent une touche de couleur sous un ciel indécis mais le plus souvent lactescent. Un oiseau jaune sort de son bain tout ébouriffé, se perche en boule sur une branche et se laisse gentiment photographier. Un bruant zizi peut-être ? Bruants, pinsons, chardonnerets, verdiers et bien d’autres passereaux semblent se complaire dans ces décors paysagers si variés. S’ils sont parfois reconnaissables, les photographier reste bien compliqué. Paradoxalement, leur grand nombre m’offre néanmoins de multiples possibilités mais complique parfois la tache. Le large chemin débouche sur une nouvelle route asphaltée, et si le lieu-dit les Cabanes n’est pas très loin selon moi, je juge qu’il est temps d'examiner mon bout de carte IGN car je trouve le macadam bien trop présent en ce début de circuit. Avant de venir, et pour avoir analyser les lieux sur Géoportail et les itinéraires d’autres randonneurs, je sais que d’autres parcours plus lagunaires sont possibles pour atteindre Les Cabanes. Après la lecture de ma carte, je fais le choix de couper à travers champs et vignobles pour me rapprocher au plus près du salin Grimaud. Chemins herbeux mais parfois boueux, sentier dans les roselières puis grande bâtisse à l’abandon cachée dans une pinède; dont je me demande pourquoi elle est dans cet état et quelle était sa véritable fonction ? ; je prends beaucoup de plaisir à marcher dans ces décors bien différents car les oiseaux sont encore très nombreux. Finalement, ce plaisir trouve sa plénitude dès lors que je traverse le Salin Grimaud sur les deux terre-pleins qui le coupent de parts en parts. Si un panneau du Conservatoire du Littoral préconise la tranquillité des oiseaux, je sais que début décembre n’est pas, ni la période de reproduction, ni celle de la nidification des oiseaux dans ce secteur mais elle est parfois celle de la migration. Et puis, je ne fais que passer ! Un petit groupe de tournepierres colorés que j’aperçois sur la berge, et donc je réussis tant bien que mal à photographier un exemplaire, est la preuve évidente de cette migration.  Ici aussi, beaucoup de flamands roses, mais également des goélands, des aigrettes, des hérons et toujours ces passereaux qui ne tiennent pas en place. Tout au bout, le chemin devient presque plage dès lors que je longe l’étang de Bages-Sigean. Sur ma droite, l’île de Sainte-Lucie et derrière moi, Port-la-Nouvelle et son complexe industriel qui s’éloigne. Dans mon envie de marcher toujours plus près de l’eau ; pour ne pas dire obsession ; je finis par me retrouver à patauger sur un chemin herbeux de plus en plus humide car de plus en plus envahi par les eaux et donc de plus en plus profond. Encadré de hauts joncs formant une haie naturelle mais infranchissable, il est temps pour moi de trouver une autre solution que celle qui consisterait à ôter mon « futal » et mes godillots de marche. Je rebrousse un peu chemin, et retrouve un sentier plus sec filant vers un champ en jachères puis des vignes. Là, j’enjambe une clôture, traverse la vigne en question, saute un muret et comme par enchantement, me voilà près de cabanons de pêcheurs. Voilà les véritables cabanes faites de planches ! Quelques minutes plus tard, je débouche sur une vaste esplanade, de nouveau en bordure de l’étang que dans mon entêtement j’avais l’intention de suivre. Un bon chemin se dirigeant vers le hameau des Cabanes en est la continuité naturelle. Un tronc d’arbre planté droit dans une petite barque, tel un gros crucifix, démontre l’originalité et un sens de l’humour très prononcé des gens du cru. Le village que je traverse est calme et très tranquille et si ce n’étaient les piaillements de nombreux moineaux, les cris de quelques étourneaux, le pleur enfantin mais déchirant d’un goéland que je fais fuir à tire d’ailes et le clapotis de l’eau sous la coque des bateaux au mouillage, le silence y serait des plus complets. Je traverse le hameau et son minuscule port de pêche sans presque m’arrêter et poursuis l’étang toujours au plus près de l’eau. Seuls les oiseaux ont réussi à m’arrêter mais il faut dire aussi qu’ils sont les seuls êtres vivants aperçus. Tamaris, prés en jachères, chemin herbeux et toujours des oiseaux à profusion auxquels viennent s’ajouter quelques papillons, criquets et libellules, je n’avance pas très vite dans ce bord du rivage devant me mener vers Port-Mahon. Peu après le très beau domaine de Saint-Michel, je m’arrête pour déjeuner sous les pins et près d’une stèle surmontée d’une croix en fer. En réalité, cette stèle en forme d’obus ressemble très étrangement à ces bornes frontière telles que l’ont peut en voir du côté de Bélesta-la-Frontière ou de Fitou. Sachant que Sigean a également été concerné par cette frontière entre royaume de France et d’Aragon, formalisée par le Traité de Corbeil de 1258, j’en suis à me demander s’il ne s’agit pas d’une borne frontière à laquelle on aurait donné une autre destination en y rajoutant une croix ? Ici, face à l’étang, déjeuner est un réel plaisir. Pas de vent, la surface de l’eau lisse comme un miroir, des petits passereaux que le silence laisse venir gentiment vers moi, un essaim de mouettes rieuses qui viennent doucement se poser avant de se raviser en me voyant, un héron cendré que ma présence ne perturbe pas plus que ça car je le vois simplement hésitant à venir se mouiller les pattes ou bien à aller se percher sur un grand pin puis en définitive il choisis de faire les deux, et enfin un cormoran très noir planant en rase-mottes et venant vers moi comme un oiseau de mauvaise augure avant de repartir. La Nature à l’état brut comme j’aime l’observer ! Or mis quelques pinsons jouant dans les pins, une grande aigrette au bec jaune et un chevalier guignette picorant les algues de la rive, la suite vers Port-Mahon est forcément moins divertissante. D’abord parce que les oiseaux finissent par disparaître ou presque, ensuite parce qu’une brise du nord se fait légèrement sentir mais surtout à cause de la base nautique à laquelle je parviens. Bien qu’elle soit déserte, elle me ramène, avec son centre de voile, ses pontons et ses bateaux, à un début de civilisation que j’avais fini par oublier. Par bonheur, le sentier s’élève dans les pins en direction d’une falaise crayeuse où se trouve une table d’orientation. Si la table en elle-même, avec ses quatre supports cimentés, n’a rien d'insolite, les vues, elles, sur l’étang de Bages-Sigean, ses presqu’îles et ses îlots, sont vraiment superbes. En regardant plus loin, on distingue les Corbières maritimes sur la gauche, plantées quelles sont d’innombrables éoliennes, et sur la droite le Massif de la Clape. En dessous, pointé vers le large et vers l’île de l’Aute, j’observe ce qui ressemble à un terre-plein, voire aux vestiges d’un très vieux débarcadère. Ce terre-plein que l’on appelle le Clamadou s’avance sur quelques mètres puis disparaît dans les eaux, terre-plein sur lequel les chercheurs semblent en désaccord quand à son origine que certains disent antique, d’autre médiévale ou bien encore carrément moderne car supposant que sa fonction unique était de décharger du sel. Certains historiens vont plus loin et prétendent que ce débarcadère serait le dernier vestige d’un port aujourd’hui disparu, celui de Port-Mahon, mais sans pour autant être d’accord sur son ancienneté, qui elle demeure apparemment incertaine autant que sa toponymie (**). La suite, sans consulter mon G.P.S, et ayant perdu le balisage, se transforme en un égarement non souhaité mais pas pour autant désagréable. La falaise vu d’en bas, avec ses strates marneuses et blanches, car calcaires, permet de se faire une meilleure idée de sa géologie. Elle ressemble bien sûr à toutes les falaises du secteur et notamment à celles que l’on trouve à Sainte-Lucie ou bien à la Franqui. Après ce petit entracte involontaire, je me ravise, remonte la falaise dans sa partie la plus accessible et retrouve le tracé balisé de jaune un peu plus haut. Ici, commence une toute autre balade, plus loin des salins et des étangs, mais où les pinèdes et les vignobles se partagent l’espace de manière alternée. Saint-Joseph et Saint-Michel sont les noms des lieux que je lis sur des panonceaux. Les saints semblent souverains sur cette petite péninsule de Port-Mahon car je découvre aussi un oratoire en bordure d’un mas. Malgré quelques mas, des murets en pierres sèches et un chemin qui se mue en un parcours sportif, les décors restent plutôt sauvages. Les passereaux continuent d’être présents mais presque essentiellement dès lors qu’il y a des clairières et des vignobles. Finalement, au lieu-dit Caussagues, un chemin dominant le Grand Salin descend vers le bien nommé Domaine de Bellevue. Il s’agit d’une grande bâtisse, mi-bastide provençale, mi-maison de maître aux volets clos et donc on peut raisonnablement penser qu’elle est en réalité une résidence essentiellement secondaire. Un peu par erreur mais voulant m’approcher pour la voir de plus près, j’emprunte un chemin qui file vers elle mais les très hauts buissons ardents qui font office de clôtures m’empêchent de la voir. Je fais demi-tour et poursuis la route passant devant la belle bâtisse puis l’itinéraire tourne à droite en direction du lieu-dit Les Cavettes. Un panonceau « retour village » valide l’itinéraire à emprunter.  Ce chemin rectiligne est le repaire de très nombreux petits groupes d’étourneaux qui apparemment attendent que le soir tombe pour se rassembler et partir vers la ville. On sent déjà chez eux une certaine effervescence dès lors que je tente de les photographier. Ils s’envolent, se lancent dans des arabesques aériennes avant de se reposer comme un seul homme dans le premier arbre venu. Ce secteur semble également propice aux bruants zizi et aux pouillots véloces. A partir des Cavettes, commence la partie la plus astreignante de cette « Boucle de Port-Mahon », astreignante car définitivement bitumée jusqu’à la ligne d’arrivée. Pour moi, si la longueur du bitume peut parfois être contraignante pour mes pieds, ici les décors bien variés, avec l’étang des Estagnols ou du Lagunage, le Pech de la Ginestelle, les vignobles de Chante-Perdrix et de Las Combetos, auxquels viennent s’ajouter les oiseaux qui fréquentent tout ces lieux, sont autant de moyens d’oublier les contraintes. A l’intersection du lieu-dit la Croix Blanche, une belle et ample vue de Sigean est synonyme d’arrivée toute proche. Par contre, les dates ; 17/08/1861-03/03/1878 ; inscrites au pied de cette croix gardent tout leur mystère. Dans cette approche finale de Sigean, une fois encore ce sont des oiseaux qui ont ma préférence. Ils se présentent sous la silhouette grise et soyeuse d’un nombre incalculable de tourterelles turques. Il y en a partout. Sur le sol mais aussi sur de très hauts cyprès, sur des grands pins ou bien encore sur des grands arbres effeuillés. C’est bien la toute première fois que j’envoie autant. C’est simple mais celles qui volent et veulent se poser sont parfois contraintes de redécoller au dernier instant par manque de places. Quelques photos des doux volatiles et me voilà déjà à l’entrée de Sigean au lieu-dit la « Clauze » où un panonceau indique la touche finale à suivre. Rue de Sérignan, rue de la Vieille Fontaine, Grand-rue puis le centre-ville est déjà là. Il est 16h30 et sur un panneau lumineux, Sigean me souhaite la bienvenue. Je retrouve ma voiture. En septembre 2014, j’avais réalisé le Sentier du Golfe Antique, sentier dont j’étais sorti ravi à cause des décors arpentés et des nombreux oiseaux que j’avais vu et parfois photographier mais un peu déçu par tout ce bitume que parfois par contrainte j’avais été obligé de cheminer. En 2018, l’histoire se répète avec cette « Boucle de Port-Mahon » où mes yeux ont vu énormément d’oiseaux mais mes pieds beaucoup trop de bitume. Malgré tout, cette balade donnée pour 13 km mérite d’être accomplie. Il y a sans doute des variantes moins asphaltées et celle qui m’a conduit à faire une entorse au milieu du Salin Grimaud en est déjà un exemple. Elle a rallongé d’un ou deux kilomètres l’itinéraire originel mais je ne l’ai pas regretté. Errements volontaires et égarements inclus, mon GPS a totalisé 16,2 km pour un dénivelé de 50 m maxi et des montées cumulées de 250 m. Le point culminant se situe au lieu-dit Caussagues juste avant d’arriver à Bellevue à 50 m d’altitude. Carte I.G.N 2546 OT Narbonne Top 25.

    (*) Le Sentier du Golfe Antique : les 25, 26 et 27 septembre 2014, j’ai réalisé ce tour pédestre qui s’intitule le Sentier du Golfe Antique (non encore disponible sur mon blog mais à paraître). Il s’agit d’un G.R.P (Grande Randonnées de Pays). Long de 75 km environ, j’ai démarré de Port-la-Nouvelle, direction Narbonne en suivant d’abord le canal de la Robine puis l’étang de Bages-Sigean le premier jour. Le deuxième jour, toujours en longeant une partie de cet étang, j’ai finalement atterri à Portel-des-Corbières après être passé à Bages puis à Peyriac. La dernière étape m’a amené de Portel à Port-la-Nouvelle en passant pas Sigean. Que dire de ce sentier ? D’abord qu’il m’a été très difficile de trouver un couchage pour seulement deux soirs sans être contraint d’aller jusqu’à Narbonne ou de payer excessivement cher et ce malgré que la saison estivale ne battait plus son plein. L’absence de couchage à un prix raisonnable voire bon marché m’a bien entendu contraint à changer mes plans quand à l’organisation que j’avais initialement envisagée, à modifier les étapes initialement prévues au nombre de 4 et de ce fait à rallonger les distances de marche. Si ces distances ne m’ont pas permis de flâner et d’observer la Nature, et notamment les oiseaux, comme je l’aurais voulu, ce Sentier du Golfe Antique, sans gros dénivelé, est pour autant facilement réalisable en 3 jours. Il faut noter que ce tour de l’étang de Bages-Sigean comporte pas mal de portions bitumées, portions que j’ai toujours essayé d’éviter dès lors que je le pouvais. Il est donc plus propice aux vététistes qu’aux randonneurs pédestres. Tout ça pour vous dire que si un topo-guide a existé dans son temps, épuisé et donc quasiment introuvable de nos jours (moi, je ne l’ai jamais trouvé !), il ne propose pas au prima abord d’effectuer ce tour tel que je l’ai effectué moi-même. Apparemment, il s’agit de 7 petits P.R distincts les uns des autres même si une liaison entre eux reste toujours envisageable. En résumé, l’organisation de ce Sentier du Golfe Antique a été plutôt compliquée, les portions d’asphalte y sont trop nombreuses à mon goût et ce d’autant que les alternatives existent, les explications quand à sa dénomination de « golfe » et d’ « antique » sont totalement et donc tristement absentes, quand au topo-guide, j’attends de voir ce qu’il propose au juste car depuis des années, j’entends dire, mais en vain,  qu’il va être réédité. Vous pouvez en trouver quelques explications sur les 3 sites suivants :

    http://www.parc-naturel-narbonnaise.fr/decouvrir/nature-et-patrimoine/activites-pleine-nature/randonnees/reseau-de-sentiers-golfe-antique

    http://www.auderando.fr/grp/grp-sentier-du-golfe-antique/

    http://www.ot-portlanouvelle.com/pages/19,36,25,88/le_sentier_du_golfe_antique.html

     

    (**) La toponymie de Port-Mahon : J’ai beaucoup cherché sur le Net d’où pouvait venir cette appellation de « Port-Mahon » et force est d’avouer que j’ai fait quasiment « choux blanc », même si j’ai beaucoup appris. Rappelons d’abord qu’il y a sur notre terre deux « Port-Mahon » et que celui de Sigean n’est pas le plus connu, loin s’en faut. Notons aussi qu’il s’agit essentiellement de toponymes traduits en français et que la notion de « port » disparaît dès lors que l’on évoque le plus connu d’entre-eux, c'est-à-dire cette commune espagnole située à Minorque, île de l’archipel des Baléares dont elle est la capitale et la ville la plus importante avec ses 29.000 habitants. Là, si la toponymie est donnée par le site encyclopédique Wikipédia, il faut noter que la notion de port disparaît dans la dénomination castillane qui est « Mahón », dans la catalane aussi avec «Maó » et pour ne pas qu’il y ait de jaloux, en espagnol elle s’appelle tout simplement «Maó-Mahón » depuis 2012.  Malgré ça, le site Wikipédia, allant sans doute dans le sens de quelques historiens, affirme que la ville tiendrait son nom de celui de Magon Barca, l'un des frères d'Hannibal, qui aurait fondée celle-ci (Portus Magonis)  en 206 av. J.C. Notons que cette thèse est réfutée par l’immense linguiste et toponymiste catalan Joan Coromines dans son ouvrage « Onomasticon Cataloniae »  qui écrit que cette hypothèse manque de base phonétique et historique, même s’il admet que l’histoire de Magon Barca est globalement bien connue et admise.  En effet, il trouve trop simpliste qu’avec le désir de trouver des toponymes plausibles, l’on rapproche trop facilement les noms romains voire grecs de personnages connus pour émettre des hypothèses. C’est ainsi que l’on a commis l’erreur de penser que Bàrcino, c'est-à-dire Barcelone aurait été fondée par Amílcar Barca, père d’Hannibal, Rome par Romulus, Olissipo, c'est-à-dire Lisbonne, par Ulysse ou Paris par Pâris. Juan Ramón Goitia Blanco, toponymiste basque amateur pense plus simplement que le mot « Mahon » aurait pour origine la racine « MA » signifiant « pierre calcaire », « O », ce qui est excellent et « NA » ce qui est plat. A partir de là, il pense que le mot « MAONA » aurait pour origine les falaises plates et calcaires que l’on aperçoit de Minorque quand on s’approche depuis un bateau.  Au fil des temps, le mot aurait perdu son « A » final donnant « MAON » puis sans doute « MAHON ». Il souligne que dans les anciennes mers tropicales, un calcaire du miocène est appelé « MAO » (il est vrai que l’on retrouve ce préfixe dans le mot « maori »). Enfin, il conclut en disant que son opinion est la plus plausible car le nom du lieu « MAO », "le grand mur de calcaire", a l’avantage de se présenter avec la grande probabilité d’une affirmation certaine car c'est ce qui est visible encore aujourd’hui alors que toutes les autres versions ne sont que des occurrences. Alors bien entendu, si je laisse Juan Ramón Goitia Blanco seul juge de ses opinions car bien évidemment tous les toponymes ne sont plus ou moins que des éventualités, il faut reconnaître que cette idée de « mur de calcaire » est loin d’être idiote puisqu’on trouve le même mur de calcaire ici au Port-Mahon de Sigean. Toutefois, il n’est pas interdit de penser que ce Port-Mahon serait un deuxième « Portus Magonis » que l’on devrait au cadet des Barcides. En effet, Hannibal et son frère Magon sont passés tout près de Sigean lors de leur campagne vers l’Italie en 218 av.J.C, puisque l’Histoire admet un passage entre le  col du Perthus et Narbonne lors de la 2eme guerre punique. Alors peut-on imaginer une toponymie identique à celle de la capitale minorquine ? Oui on peut l’imaginer, sauf qu’aucun élément concret ; texte historique ou vestige, ne vient étayer cette thèse. Henri Rouzaud, découvreur du site archéologique de l’Oppidum du Pech Maho en 1913, en conteste même l’idée dans son ouvrage de 1914 « Notes sur les ports antiques ». Voici ce qu’il écrit « Port Mahon lui-même m'apparaît comme une malencontreuse traduction française du roman « Port mau », qui doit avoir réellement existé jadis comme « Pech mau » (Pech Maho), éminence voisine, dont j'aurai à parler longuement un jour prochain. Un de nos savants, bien connu parmi nous et encore regretté, M. le président Cauvet, a cru que ce nom de « Pech mau » signifiait « puy mauvais », en souvenir des carnages de la bataille de la Berre (734), dont il a traité longuement dans sa substantielle Étude historique sur l'établissement des Espagnols dans la Septimanie (Montpellier 1898). Je croirais volontiers que cette désignation, aussi bien que celle de « Port mau » pourrait venir simplement du nom même de « Mahomet », qui a laissé des traces assez nombreuses dans la toponymie des cantons de la France du sud où passèrent les Sarrazins. « Mahumet » (prononcé Mahoumet), « Mahou » sous la graphie « Mau », par confusion ou assimilation à « mau » (= mauvais), peuvent très bien expliquer ces curieux noms de lieu, sur le point même de notre territoire où les mahométans furent réellement vaincus sur terre et sur eau »  Puis il rajoute : « Enfin, en admettant même que la graphie Port-Mahon fût la bonne, et il faudrait pour cela la trouver dans des actes du XVe ou du XVIe siècles, je croirais encore qu'on devrait y voir simplement une allusion ou une trace du commerce récent des gens de Mahon, qui venaient nous apporter leurs citrons et poncires, plutôt qu'un nom rappelant véritablement de vieilles incursions puniques ». Alors comme on le voit le mystère reste entier. Port-Mahon est-ce le « Portus Magonis » des Carthaginois ? Est-ce le port mauvais ? Est-ce le port à la falaise calcaire blanche et plate bien présente ici aussi ? Est-ce le port Mahomet ? Aurait-on donné le même nom à cause des Mahonnais de Minorque qui venaient y décharger leurs agrumes au Moyen-Âge ? Si on sait pertinemment ce qu’est un port, toutes ces éventualités-là restent possibles. On pourrait même en rajouter quelques autres quand on sait que le mot « Mahon » a bien d’autres interprétations selon les lieux et les dialectes. C’est ainsi que dans l’Oise, on lui donne ce nom pour désigner un coquelicot voire une fleur rouge, qu’en Normandie, il était un pot à beurre de forme cylindrique ou bien encore ailleurs un métal rouge comme le cuivre, qu’en botanique c’était aussi le nom de la Mélampyre des champs et que dès lors qu’on lui rajoute l’adverbe « par » il devient une injure. « Par Mahon ! » en évoquant Mahomet signifie « c’est grand pitié d’elle ! ». Il ne faut pas oublier qu’il est également un nom propre que l’on retrouve dans le monde entier tant comme nom de famille que prénom que comme nom de lieux. Enfin, et parce qu’après toutes ces vaines recherches, la moutarde me monte au nez, il se dit que la mayonnaise ou mahonnaise tirerait son nom de « Mahon » également. Voilà ce que l’on peut dire de Port-Mahon et de Mahon mais tout reste encore ouvert et permis.

     

     

     

     

    « Hommage à Adèle ma grand-mère paternelle....1893 - 1980.Tous les voyants sont au rouge. »

  • Commentaires

    1
    Samedi 23 Février à 17:14

    Bonjour Gilbert

    Une promenade tranquille en bord de mer qui change de la montagne ... autres paysage , faune et flore ! Quand j'ai vu le titre cela m'a fait repenser à un autre endroit où j'aimais bien aller quand j'habitais les Hauts de France ...  : Fort-Mahon station balnéaire de la côte picarde avec son immense plage , ses belles dunes et surtout à quelques pas le parc ornithologique du Marquenterre ... un régal d'y passer la journée !

    Bon weekend à toi et Dany en souhaitant que tes douleurs se calment pour reprendre tes balades en montagne cet été

    Amicalement , Patricia

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :