• L'Île de Sainte-Lucie à Port-la-Nouvelle


    ILE-SAINTE-LUCIE
    SAINTELUCIEIGN

    Au mois de février dernier, Dany a cassé sa tirelire et m’a offert pour notre anniversaire de mariage, (40 ans, ça se marque !) un superbe appareil photo numérique avec un zoom qui grossit 16 fois. Quand depuis ma terrasse à Urbanya, je zoome le Massif du Canigou, ce dernier devient quasiment ma balustrade et le pic, un morceau de mon balcon ! Pour ceux que la technique intéresse, il s’agit d’un Sony Cyber-shot Digital Still Camera Modèle DSC-HX9V permettant de faire de superbes photos mais également des vidéos d’une incroyable qualité. Alors bien sûr, finit l’utilisation de mon petit Canon Powershot A590 acheté 79 euros chez Darty et dont le zoom était 4 fois moins performant et le capteur deux fois inférieur en pixels à celui du Sony. Bon, je ne vais pas massacrer ce petit Canon qui m’a offert pendant quelques années de bien belles photos et comme il ne méritait pas de finir sa vie au fond d’un tiroir, je l’ai finalement offert à ma petite-fille qui n’en demandait pas tant.  En randonnée, désormais, le Sony ne me quitte plus ! A vrai dire, Dany m’a acheté ce numérique car elle connaît ma passion pour la photo et mon envie toujours plus grande de photographier la nature sous tous ses aspects et la faune tout particulièrement.  Alors, bien sûr, ce petit numérique n’ayant pas de viseur, il n’est pas vraiment adapté à ce type de photos mais je me suis dit « tant pis, je ferais avec et on verra bien ! ». Mais une fois ce « super » numérique en mains, le moment est venu où je me suis posé la question suivante : « Dans quel endroit pourrais-je aller randonner avec un maximum de chances d’y rencontrer une belle quantité d’animaux et de fleurs avant même l’arrivée des premiers beaux jours ? ». Et je ne sais pas pourquoi, mais la réponse est venu à mon esprit presque comme une lapalissade et, cette évidence, c’était l’Île de Sainte-Lucie(*) près de Port-la-Nouvelle où ça faisait des années que je n’étais plus allé marcher. La dernière fois que j’y étais venu, c’était pour « faire » un aller-retour jusqu’à Narbonne en VTT par le superbe Canal de la Robine que j’ai d’ailleurs raconté dans ce blog. En balade pédestre, j’ai finalement oublié le nombre d’années sans y venir mais je me souviens d’un temps où nous partions faire le tour de l’île avec les enfants pour aller voir des oiseaux et ramasser aux pieds des falaises de beaux fossiles de coquillages.  Depuis septembre 2009, le site a été classé en Réserve Naturelle Régionale et même si désormais, sortir des chemins balisés n’est plus autorisé, je peux vous garantir que ça reste une bien belle balade. D’ailleurs, depuis ce temps-là, finalement peu de choses ont changé hors mis peut-être la belle forêt de pins d’Alep qui a terriblement souffert de la tempête Klaus de janvier 2009. Certains arbres étaient centenaires et c’est triste de voir que sur le terrain, il n’en reste que quelques copeaux racornis. Malgré ce désastre imprévisible, la carte mémoire de mon Sony s’est remplie, ce jour-là, d’une jolie petite iconographie animalière bien au delà de mes espérances quant à la flore, je me suis contenté d’alimenter mon herbier photographique des quelques plantes fleuries dont il faut bien reconnaître qu’elles n’étaient pas très nombreuses en cette fin du mois de mars. Pour se rendre au point de départ, il faut prendre la N.139, direction le port de Port-la-Nouvelle puis suivre le Canal de la Robine jusqu’à l’écluse de Sainte-Lucie où on peut laisser sa voiture selon l’affluence. Enfin je suppose car moi, j’en étais resté à des temps plus anciens où j’étais contraint de garer ma voiture 400 ou 500 mètres avant l’écluse en bordure des salins.  Si vous faites comme moi, après cette petite mise en jambes, l’itinéraire de la randonnée est d’une simplicité absolue et il suffit de suivre au départ la direction du Roc Saint-Antoine indiquée sur un panonceau jaune en enjambant le petit pont métallique de l’écluse. Il faut dire que les poteaux, pancartes, panneaux et panonceaux en tous genres ce n’est pas ce qu’il manque ici : certains sont là pour indiquer la « marche à suivre » des sentiers, d’autres vantent les vertus de la Réserve Naturelle, quelques-uns informent les visiteurs sur les recommandations à respecter et les consignes d’usages, plusieurs exposent la biodiversité de ce site naturel protégé, etc… Tout ça est absolument parfait et personnellement j’adore. Je trouve qu’il n’y a jamais trop d’informations et notamment dans des lieux comme ici où l’empreinte de l’Homme est partout présente ! J’ai toujours envie d’en savoir plus sur l’Histoire et les histoires des hommes qui ont vécu ou travaillé là. Ce matin-là, il est tout juste 9h et en enjambant le canal, ce lien ténu mais plus tout à fait unique car il y a bras de terre qui fait de Sainte-Lucie, non plus une île mais une presqu’île, j’avais l’impression d’être une espèce de Robinson Crusoé des temps modernes. Personne ! Le silence le plus absolu ! Même les mouettes qui s’amusaient à glisser l’aile dans une brise légère, le faisaient en silence ! Seul un chat est venu se faire cajoler et il devait tellement languir le premier venu qu’il n’a rien trouvé de mieux que de me sauter sur l’épaule au moment même, où agenouillé, je m’apprêtais à le photographier. Sans le vouloir, j’ai fait, « les yeux dans les yeux », la photo la plus « étonnante » de la journée ! J’avoue que pour photographier la nature, cette solitude et ce silence, ça m’arrangeait bougrement ! J’ai pris la direction de la Cantine et j’ai dessiné un « 8 » avec il est vrai quelques petites verrues et notamment un aller-retour vers le Domaine de Sainte-Lucie car j’en gardais de très bons souvenirs. D’emblée, en quittant le canal, on entre dans un biotope fait d’écosystèmes bien différents : une petite zone humide avec des laîches à profusion laisse rapidement la place à des arbres et arbustes où les pins d’Alep et les chênes verts règnent en maîtres. Mais à y regarder de plus près, il y a une quantité d’autres plantes et essences souvent typiques d’une végétation méditerranéenne : cyprès, pistachiers lentisques, chênes kermès, cistes cotonneux ou de Montpellier, etc… D’ailleurs, la garrigue parfumée ne tarde pas à apparaître et ici, elle a largement envahi quelques vestiges de béton : de nombreux piliers soutenant des portails et des murs invisibles, l’ancienne Cantine bien sûr, dont l’Histoire raconte qu’elle servait de réfectoire pour les ouvriers travaillant aux salins. En tous cas, au regard de la paille présente et des petits enclos de ciment, elle devait sans aucun doute servir d’étable, il y a encore peu de temps. Mais le jour de ma venue, point d’animaux de basse-cour mais une extraordinaire nuée de moineaux qui, dans un vacarme assourdissant de piaillements, s’est envolée des combles dès que j’ai mis un pied à l’intérieur. Après cette première découverte, j’ai poursuivi l’itinéraire et en m’approchant d’un pilier, espèce de petit obélisque perdu au milieu du maquis mais visible depuis le chemin, quelle ne fut pas ma surprise d’entendre des caquètements lointains et en m’approchant encore un peu, j’eus le bonheur d’apercevoir dans un petit étang, des flamands roses et une multitude d’autres oiseaux limicoles. Mon numérique s’était déjà rempli de quelques belles fleurs (iris nains, euphorbes, narcisses douteux, romarins, orchis, etc…) mais surtout de plusieurs jolis oiseaux quand, en arrivant à un carrefour, coup sur coup deux lézards vinrent jouer les trouble-fêtes. Le premier se faisant dorer au soleil sur un muret de pierres sèches avait une queue immense, il était plutôt brun et orné de deux lignes jaunâtres sur ses flancs. A mon retour, j’appris sur Internet qu’il s’agissait d’un Psammodrome algire. Quand au second, il était vert et largement moucheté d’ocelles jaunes et de quelques unes bleues. Sa présence près d’une vieille souche de pin aurait pu me faire penser à un Lézard des souches mais non ce dernier étant parait-il absent de Midi de la France, avec ces ocelles bleues, il s’agissait sans aucun doute du plutôt rare et protégé Lézard ocellé. C’es deux magnifiques reptiles enregistrés dans mon numérique, c’est ravi que j’ai quitté ce carrefour pour les Voies Ornières dont à vrai dire, il ne reste plus rien et en tous cas, les fameuses ornières fréquentées par les chariots chargés de calcaires marins ou de sel ont définitivement disparues. Avant ce nouveau carrefour, un petit sentier partant à droite me permit d’avoir de jolies vues sur un petit marais et le canal de la Robine, et là, mon numérique s’enrichit de quelques oiseaux inédits, colverts et foulques macroules notamment. Après tous ces arrêts agréables mais excessifs, il était temps de me remettre en route mais là encore, je fus attiré par l’anse de Cauquenne qu’un poteau indiqué droit devant et ça tombait d’autant mieux qu’un étroit sentier semblait y mener directement. Là, hors mis quelques papillons, je fis « chou blanc » ou plutôt « céleri sauvage », plusieurs plants rencontrés y ressemblant terriblement. En réalité, après enquête sur le Net, il s’agissait du Maceron, plante semble-t-il très commune dans certaines garrigues du pourtour méditerranéen. En bordure de cette anse du nom de Siffleur sur les cartes IGN et en l’absence de toute faune photographiable, je fis rapidement demi-tour. Sur le Net, j’avais lu que ce nom de « Cauquenne » était l’ancien nom de l’île et signifiait « port » en Ibère et c’est paraît-il ici au fond de cette anse que les Romains avaient choisi, en guise de port de commerce, d’ériger un débarcadère bien abrité des vents. C’était au temps où l’île n’était pas encore une presqu’île. Cette promenade prenant des allures de flânerie exagérée, je choisis de partir vers la Vigie et le Roc Saint-Antoine, en accélérant un peu le pas. Cette fois, seul un petit écureuil bien trop craintif et une Mésange charbonnière bien docile acceptèrent les photos et freinèrent quelques minutes cette ardeur soudaine. Mais je dois le reconnaître la chance fut vraiment avec moi car étrangeté de cette vision, ils étaient sur le même pin et c’est le chant de la mésange qui me permit d’apercevoir l’écureuil dont malheureusement je ne pus prendre que deux photos seulement avant qu’il ne disparaisse. Ici, depuis le chemin, de belles vues plus lointaines s’entrouvraient enfin : sur l’étonnante voie ferrée comme posée sur les eaux entre les étangs du Siffleur et celui de Bages-Sigean balayé ce jour-là par une «bonne » tramontane, sur Port-la-Nouvelle, sur les Corbières et bien plus loin encore vers le Massif du Canigou. En arrivant près de la Vigie, ancienne cabane de douaniers surveillant la récolte du sel à l’époque napoléonienne, les panoramas se firent encore plus beaux mais c’est sans contexte depuis le Roc Saint-Antoine à 39 mètres d’altitude que le spectacle sur cet extraordinaire territoire devint réellement somptueux. Ici, le regard embrasse des paysages divers très colorés : au loin sur les blanches Pyrénées enneigées, sur les lagunes et ces langues de terre et d’eau que sont la voie ferrée et le Canal de la Robine, sur les roselières au pied de la falaise mais aussi sur l’immensité de la Méditerranée et les étangs bleutés jusqu’à Narbonne et Gruissan si le temps est très clair. Depuis ce joli belvédère, le zoom grossissant de mon numérique fut grandement mis à contribution tant il y avait d’oiseaux dans les roseaux et les nombreux bras des marais mais je l’avoue, le résultat ne fut pas à la hauteur de mes convoitises. Tout en gardant un œil observateur vers l’étang de l’Ayrolle, je pris la direction des bâtiments des anciennes Caves (transformées en porcheries après la deuxième guerre mondiale) puis vers la Bergerie. Après ces découvertes, les vues sur le Domaine de Sainte-Lucie, sa Maison des Etangs et le canal de la Robine ainsi que le petit sentier des Moines qui y descendait entre falaises de lumachelles furent bien trop attirants. Je me souvenais de ce temps où dans ce domaine, on y réparait de belles barques catalanes et au hasard de mes pérégrinations, j’avais découvert tous ces fossiles de coquillages en tous genres incrustés dans les falaises. L’envie de les photographier avec mon nouvel appareil fut comme un appel irrésistible. Je pris le petit sentier encore balisé par endroits et je n’eus pas à le regretter tant les plaisirs furent nombreux. Outre, les lumachelles d’huîtres, de moules et de coquilles Saint-Jacques toujours présentes dans les sédiments et les roches de la falaise, j’eus l’agréable surprise de tomber nez à nez avec deux gros ragondins qui se laissaient glisser dans les eaux calmes du canal. Peu de temps après, ce fut un couple de colverts qui se laissa photographier sans crainte. Quelques sternes s’envolèrent emportées par la tramontane. Au Domaine, la construction et la réparation navale étaient toujours de mises. Deux pêcheurs accostèrent leur embarcation et nous engagèrent une courte conversation faite de banales amabilités. Je poursuivis quelque peu le route carrossable qui file vers l’Ardillon en passant sous le Roc Saint-Antoine sans trop savoir si c’était autorisé. Deux voitures me croisèrent sans s’arrêter. En arrivant près de la voie ferrée et estimant avoir redécouverts tous mes vieux souvenirs, je pris conscience qu’il était temps de faire demi-tour. Au retour, quelques aigrettes et une touchante femelle colvert accompagnée de ses rejetons vinrent compléter mon bestiaire photographique. L’heure de fermer cette merveilleuse boucle était venue et ce fut chose faite en longeant les murets de pierres sèches de la Vigne Longue puis les anciennes Carrières de molasse marine. Une superbe Pie bavarde et quelques passereaux pas toujours évidents à photographier s’ajoutèrent à mon album. Il était presque 15 heures quand je franchis la passerelle de l’écluse en retrouvant le gentil chat de ce matin. Il acceptât de nouveaux câlins. Pour une boucle à faire en 2 heures et demi, j’étais resté presque 6 heures sur les chemins et les sentiers de Sainte-Lucie, c’est dire, si tout au long de cette magnifique journée, j’avais flâné, erré et photographié cette nature que j’étais venu somme toute chercher ! Je vous indique ici l’itinéraire emprunté y compris les petits écarts non recommandés mais que ma curiosité naturelle et ma solitude ont irrémédiablement entraînés. Ne faites pas comme moi et respectez les consignes qui prévoient de rester sur les parcours balisés ou mieux renseignez-vous auprès de la Maison éclusière qui désormais accueille le public pour le compte de la Réserve Naturelle. Carte IGN 2546 OT Narbonne Top 25.

    (*) A toutes les personnes qui ont aimé l'île de Sainte-Lucie et qui veulent en savoir plus sur son histoire, je conseille vivement la lecture d'un petit ouvrage qui s'intitule "Souvenirs de l'île de Sainte-Lucie" édité par la Réserve Naturelle de l'île avec la collaboration du Parc Naturel Régional de la Narbonnaise en Méditérranée, la commune de Port-la-Nouvelle, le Conseil Général de l'Aude, la région Languedoc-Roussillon et le Conservatoire du Littoral. Cet ouvrage collectif reprend de magnifiques textes écrits par Marthe Bonnafoux, Michel Duret et Jean-Pirre Piniès avec des superbes aquarelles d'Isabelle Mallet du Lac. Vous le trouverez dans toutes les bonnes librairies audoises au tarif modique de 3 euros.

     

    « Le Pic del Rosselló (1.314 m) depuis Mosset (700 m)Mon grand-père Gabriel, ce héros... »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :