• La Boucle de La Palme depuis La Palme (Aude)


    LA BOUCLE DE LA PALME.......depuis La Palme (Aude) par jullie68

    Diaporama sur la musique "Where I Am From"  de Topher Mohr and Alex Elena (free music)

    La Boucle de La Palme depuis La Palme (Aude)

    La Boucle de La Palme depuis La Palme (Aude)


     

    Cette « Boucle de La Palme », balade pédestre audoise dont je vous fais le récit ci-après, je l’avais découverte par hasard sur un site Internet. C’était au tout début du mois de septembre 2014. A l’époque, j’étais à la recherche de renseignements sur le « Sentier du Golfe Antique », randonnée de 75 kilomètres autour des étangs de Bages-Sigean que finalement j’avais réalisée en 3 jours quelques jours plus tard. Je l’avais donc inscrite sur mes tablettes et en ce début avril 2016, j’ai pensé qu’il était temps d’y aller. Un seul regret après cette décision : j’ai bien enregistré un tracé trouvé sur le Net dans mon G.P.S mais je n’ai pas suffisamment préparé cette sortie et notamment la découverte de la commune elle-même dont j’ignorais qu’elle puisse être historiquement si riche. Ce n’est qu’après coup que j’ai pris conscience de ma méprise. A la balade, peut-être aurait-il fallu y adjoindre une visite guidée de La Palme ? En effet, cette Boucle de La Palme est assez paradoxale car les intérêts que l’on peut trouver à la réaliser sont aussi nombreux dans la commune qu’au cours de la boucle elle-même. Enfin, je dis ça à condition bien sûr que l’on soit curieux de tout comme je peux l’être et que la randonnée ne se résume pas au seul aspect sportif. Richesses patrimoniales, architecturales et historiques dans la cité, vestiges agropastoraux, panoramas sur la mer et les étangs, flore et faune de la garrigue méditerranéenne lors de la boucle sont au programme de cette jolie randonnée. Il faut rajouter à tout ça le parc éolien que l’on traverse mais là, je ne sais pas s’il faut être heureux ou pas car je ne suis pas suffisamment calé sur les bienfaits ou les méfaits engendrés par ces installations énergétiques. Une chose est certaine, ma préférence ira toujours à l’éolien par rapport au nucléaire.  A cause de ces nombreuses éoliennes sans doute, cette boucle m’a rappelé la dernière étape du Sentier du Golfe Antique, entre Portel-des-Corbières et Port-la-Nouvelle, que j’évoque plus haut. Il faut dire que les deux itinéraires ne passent qu’à quelques décamètres l’un de l’autre. Un petit bonheur nostalgique et supplémentaire pour moi à cause des agréables souvenirs que j’en conservais. Le jour J, nous sommes le 1er avril; mais n’y voyez aucun malice; je laisse ma voiture à La Palme sur la bien nommée place des Palmiers. Là, je pars à la recherche de la vraie ligne de départ dont je ne connais que le nom : « Chemin des Caveaux ». Cette quête me permet de découvrir la beauté du village et une « bonne » partie de son centre historique. Voilà 40 ans que j’habite le Roussillon et je m’aperçois que j’ignore tout de La Palme, pourtant seulement distante d’une trentaine de kilomètres de mon domicile. Cette découverte imprévue de La Palme se résume à déambuler dans les ruelles, à regarder les monuments, Tour de l'Horloge, ancien pont-levis de Barbacane notamment, puis à les photographier mais j’imagine qu’une visite guidée de la commune aurait été préférable. Je suppose qu’elle existe. Tout en flânant dans la cité, je découvre quelques traits de peinture jaune sur certains murs mais aucun panonceau et aucune indication quand à la balade que je veux réaliser. Alors comment savoir s’il faut les suivre ? Finalement, les quelques indications que j’ai récupérées sur le Net plus le tracé urbain bien que très imprécis enregistré dans mon G.P.S me permettent de m’orienter et de m’y retrouver assez facilement. Je sors de la ville à droite de l’imposante église dédiée à Saint-Jean, d’abord par la rue Lamartine qui se poursuit sur un chemin gravillonneux encadré de cyprès. Les cyprès laissent la place à des vignobles. La vue s’entrouvre sur des paysages de garrigue. Une intersection se présente. Le Chemin des Caveaux est là, à droite comme l’indique une plaque signalétique. Le chemin file toujours entre des vignobles. Sur la droite, une petite colline où s’accrochent de superbes villas les domine. Très vite, les vignes disparaissent et un maquis typiquement méditerranéen prend le relais. Je laisse mon G.P.S allumé car l’itinéraire, au milieu d’autres sentiers possibles, devient moins évident. Le printemps est là et les fleurs de la garrigue me le font savoir. La plupart sont communes mais quelques inconnues viennent se rajouter à mon herbier photographique. Je les fige toutes dans mon numérique. Une cabane en pierres sèches est là, au milieu d’un champ amplement épierré. Je pars la découvrir mais une porte en bois en obture l’entrée. Devant la porte close, la cabane ressemble au « casot » d’un vigneron. Pourtant, il n’y a pas de vigne et les seules plantations domestiques se résument à de jeunes oliviers et à quelques cyprès. Malgré la désolation évidente du lieu, ici la vie a cours même si elle n’est que temporaire. Toutefois, une question reste en suspens : quelle activité peut-on trouver à y faire alors qu’il n’y a rien ? Du farniente ? Je ne trouve que cette explication, laquelle, il est vrai, me convient à merveilles. Je suis parti très tard et midi a déjà sonné depuis trois quarts d’heures. Une table et un banc, tous deux élevés avec d’énormes pierres, le tout bien à l’abri d’un cers rafraîchissant soufflant en direction de la mer, voilà l’endroit rêvé pour pique-niquer. Entre deux éoliennes, une buse plane dans le ciel et j’ai le vague sentiment qu’elle prend de gros risques à flirter ainsi avec les pâles. Elle vient un instant vers moi puis disparaît à jamais derrière une petite pinède. Après le casse-croûte, je prends tout mon temps et m’amuse avec mes appeaux, essayant de faire venir vers moi quelques fauvettes jouant dans les bosquets tout proches. Je repars. Le chemin passe au milieu d’incroyables amoncellements de pierres. Certains ont la forme de grands rectangles et je me demande à quoi pouvaient-ils bien servir ? Enclos à troupeaux ? Anciennes parcelles cultivées ? Le chemin s’élève régulièrement. Les panoramas commencent à se dévoiler derrière moi. À mes pieds, La Palme, si vous me permettez l’expression. Plus loin, un fragment d’étang et quelques petits bouts des Corbières, enfin rien de vraiment folichon dans un ciel devenant trop laiteux vers le sud. Beaucoup plus intéressant, ce semblant de hameau tout en pierres sèches que je viens d’apercevoir sur ma droite. J’y file sans hésiter, enjambant les buissons les plus bas et évitant les ligneux et les épineux les plus agressifs. Dans cet incroyable dédale de caillasses, je regarde constamment où je mets les pieds. Je pénètre à l’intérieur d’une cabane en pierres sèches. Oui, incroyable, ahurissant, inconcevable, monumental sont les adjectifs les plus justes pour qualifier la quantité de pierres que l’on a pu sortir de terre et entasser ici pour élever une simple petit abri d’un mètre carré tout au plus. Des murets d’une longueur invraisemblable, des tas de pierres rangées sur des mètres de haut et de large avec la précision d’un horloger, comme si de cette méticulosité dépendait la survie de ceux qui ont vécu ici. En tous cas, on ne peut être qu’émerveillé par cette architecture à la fois si colossale mais si rustique et donc l’utilité est loin d’être évidente pour le promeneur que je suis. La « capitelle » contraste bougrement avec les deux éoliennes moulinant dans son dos. J’en prends quelques photos. On dirait deux énormes sèche-cheveux et dans ce décor déjà si sec et si âpre, on aurait presque envie de crier « arrêtez de tourner ! Tout est déjà si asséché et si aride ici ! ». Après cette surprenante découverte, la suite devient plus monotone. Seules quelques fleurs nouvelles à photographier et deux pancartes de bois directionnelles balisées en jaune, les toutes premières depuis le départ, retiennent mon attention. Un joli lézard vert somnole au sommet d’un petit amas pierreux. Il détale quand je m’approche. Très vite une intersection se présente et au regard des panoramas qui s’entrouvrent, j’ai le sentiment d’en avoir terminé avec l’essentiel de la déclivité. De nombreux panonceaux de randonnées sont cloués à un poteau coiffé de la mention « Cambouisset ». Parmi tous ces panonceaux, je ne retiens que celui indiquant vers la droite : « La Palme – 6,2 km ». Un coup d’œil sur mon bout de carte au format A4 où j’ai imprimé le tracé pour constater que la large piste que j’emprunte file sur le bien nommé Plat des Graniers. C’est sur ce plateau qu’on était dressé un grand nombre d’éoliennes dans une rectitude à faire pâlir un comanche ou un apache, organisateurs d’une file indienne. Le Plat des Graniers est presque plat, il est en tous cas bien reposant. Je traverse la rangée d’éoliennes et après un virage à 90°, l’itinéraire descend vers les lieux-dits « Chante-Perdrix » et les « Trois Jasses ». Un « Chante-Perdrix » de plus si j’ose dire, après le long examen toponymique et étymologique que j’avais réalisé sur cette appellation lors de ma récente balade à « Canto Perdrix » au départ de Portel-des-Corbières. Ici, je retrouve quelques vignes mais mon attention est surtout captivée par une quantité incroyable d’iris nains de toutes les couleurs. Il y en a des bleus, des jaunes et des blancs, et à ce parterre déjà bien coloré, viennent s’ajouter de nombreuses tulipes sauvages orangées et de minuscules ophrys. Je laisse sur ma gauche une carrière aux monceaux de minerais chamarrés eux aussi. Désormais la descente s’accentue avec de jolies vues en balcon sur la mer, les salins et l’Etang de La Palme. Debout sur leurs planches, quelques fans de glisse « kitesurfent » sur une eau d’un bleu grisâtre. Un panonceau directionnel me stoppe net dans cette descente pourtant rectiligne et m’indique de partir à droite. J’observe mon G.P.S et c’est également la direction à prendre. Je sors mon bout de carte pour constater que le tracé fait le tour d’une modeste colline intitulée « Les Cortals d’Aval ». Comme je le fais le plus souvent, je ne déroge pas à la randonnée proposée et au tracé enregistré dans mon G.P.S me disant qu’il y a sans doute un intérêt à rallonger le parcours en passant par là. En réalité et or mis un petit circuit de gymkhana et de moto-cross sans grand intérêt, la seule importance que je trouve à cette boucle autour des Cortals d’Aval se sont les belles vues plongeantes sur La Palme. Je pense d’ailleurs que cet itinéraire un peu plus long ne sert qu’à ça : voir La Palme dans sa globalité. Depuis le chemin, on embrasse toute la cité mais dans le ciel blafard qui prédomine, cette succession et ce déploiement d’habitations et de bâtiments n’ont sans doute pas le même attrait que sous un ciel bleu et pur. Un peu plus loin encore, je retrouve les belles vues sur l’étang et les quelques kitesurfs glissant dans le vent. Bien trop loin pour être photographié convenablement, un groupe de flamands roses a trouvé refuge dans le petit bassin paisible d’un grau. J’ajuste mes jumelles pour les voir plonger sans cesse et jusqu’au cou leur long bec dans l’eau trouble et la vase à la recherche d’un peu de nourriture. Plus près de moi, deux gros oiseaux s’envolent en poussant des jacassements aigus et vont se poser dans un petit bosquet de pins tout proche. En zoomant avec mon numérique, je reconnais des coucous geai déjà observés lors d’autres randonnées. Après cette jolie découverte et sans trop m’en rendre compte, j’ai atteint le quartier Saint-Vincent. J’y découvre une croix au pied de laquelle claudique un étonnant cormoran. Ce matin, j’avais déjà été surpris de voir un goéland en plein centre ville mais là, je l’avoue, cette nouvelle présence ornithologique me surprend encore plus. Avec sa démarche oscillante et nonchalante, j’ai le sentiment que l’animal est blessé et je tente de m’en approcher. Mais non, il s’envole sans problème alors que je suis à moins d’un mètre de lui. Une fois sur le Chemin de Saint-Vincent, je comprends mieux cette présence que j’ai pensé singulière sur l’instant. Ici s’écoule un petit ruisseau où barbotent de nombreux colverts. J’y découvre même une Aigrette garzette bien occupée à chercher pitance et apparemment peu inquiète de ma présence. Le ruisseau alimente de vieux lavoirs puis son chenal se poursuit vers l’étang. Le Chemin du Lavoir m’amène vers le magnifique Square Désiré Pech. Avec son joli étang et son vieux moulin de la Peïssero, c’est bien plus qu’un simple square ou qu’un simple jardin public. J’en fais le tour et profite de sa quiétude pour finir les restes de mon casse-croûte assis sur un banc. Quelques colverts ont déjà trouvé un intérêt à s’approcher de moi mais ils arrivent trop tard, je n’ai vraiment plus rien à leur donner à manger. Il est 16h30. Je laisse les palmipèdes de La Palme à leur fringale. De coup, ils repartent palmer. Peut-être est-il temps de rejoindre ma voiture ? Mais où est-elle au juste ? Une fois encore mes pérégrinations dans les ruelles m’entraînent vers le centre-ville où je retrouve tous les monuments découverts ce matin plus quelques autres comme l'église Saint-Jean et le château. Décidément, j’aime bien La Palme et cette cité mérite une visite plus approfondie. Et puis quand on est randonneur, comment ne pas aimer une commune où il existe un « Chemin des Poutous » ? Des poutous, en voilà justement ! Un couple de tourterelles s’embrasse à pleine bouche. Enfin, plutôt à plein bec ! Pas de doute, le printemps s’installe ! Concernant mes connaissances de la ville, je me dis que dans l’immédiat je me rattraperais en compulsant la riche documentation que je trouverais probablement sur Internet même si je reste persuadé que le faire au préalable aurait été plus judicieux. Finalement, ma voiture est là sur le parking de la place des Palmiers. Palmiers, La Palme, une cité pleine de palmipèdes, y aurait-il un quelconque rapport toponymique (*) ? Je me dis qu’en rentrant à la maison, il faudra que je pense à vérifier tout cela aussi. Telle qu’expliquée ici et incluant toutes les « sorties de piste » et mes divagations dans les ruelles, cette Boucle de La Palme a été longue de 11,460 km pour un dénivelé de 101 mètres. Les montées cumulées ont été de 253 mètres. Sur la plupart des sites Internet et certains topo-guides, elle est donnée pour une distance de 9,5 km et réalisable en 2h30. Comme toujours, j’en ai mis presque le double mais alors que de jolies choses entrevues ! Carte 2547 OT Durban – Corbières – Leucate – Plages du Roussillon Top 25.

    (*) Toponymie de La Palme : le nom daterait du 4eme ou 5eme siècle et aurait pour origine le retour de pèlerins en provenance de Jérusalem. Ces derniers avaient pris l’habitude de revenir de la Terre Sainte avec une branche de palmiers à la main. Cette palme dite « palme de Jéricho » était la preuve la plus éclatante et la plus glorieuse de leur pèlerinage et bien évidemment ils étaient fiers de la mettre en exergue auprès de ceux qui étaient restés au pays. La meilleure manière de se prévaloir de cette fierté était de déposer « la palme » sur l’autel de la paroisse lors d’une cérémonie religieuse ou d’une procession. De cette coutume qui ne concernait que quelques personnes, les pèlerins revenant d’Orient,  la population autochtone se serait mise à les appeler les « Paulmiers » ou les « Paumiers », le nom variant selon les régions. S’installant et faisant souche dans ce secteur de l’Aude, cette appellation aurait fini par donner le nom de « Palman » à un embryon de cité, cité qui par la suite serait devenue « La Palme » au fil du temps.

     

     

     

     

    « Itsi bitsi petit burkiniLa Batterie (887 m) et la chapelle Santa Engracia depuis Arles-sur-Tech (270 m) »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :