• Un beau matin d'été - Laurie Lee

    Un beau matin d'été - Laurie Lee

    « Un beau matin d’été ».  J’aime bien l’été. Les beaux matins surtout. Les matins calmes. Sans vent. Les matins avec un ciel si bleu et si pur qu’aussitôt on croise les doigts pour que la journée reste ainsi. Le soleil n’est pas encore levé mais on imagine déjà que la journée sera exceptionnelle. C’est une période où l’on peut se faire plaisir très tôt. A la fraîche comme on dit. On peut aussi bien se mettre dans un transat à ne rien faire ou bien lire un bon bouquin. C’est cette dernière option que je choisis le plus souvent ou bien je pars pour une petite balade pédestre et en reviens de préférence avant que le cagnard me mette « H.S ». Je n’écoute que rarement la télé car ces beaux matins sont propices à ne pas se prendre la tête pour des fariboles. A la télé, des fariboles, il y en a eu beaucoup cet été. En ce mois d’août 2018, j’aurais pu par exemple consacrer le billet de Mon Journal Mensuel à pousser un coup de gueule comme ceux que je pousse régulièrement. Il y avait matière à le faire. J’aurais pu vous dire ce que je pense de la « république exemplaire » de Macron et Philippe. J’aurais pu vous dire ce que je pense des affaires Benalla ou Kohler et des conflits d’intérêts qui agitent les hautes sphères de l’Etat, et par voie de conséquence, animent plus qu'amplement l’actualité médiatique estivale. Mais à quoi bon ? Ces conflits d’intérêts d’Etat, on sait tous qu’ils existent depuis la nuit des temps. Ils sont aussi vieux que le désir des hommes à avoir du pouvoir et à en user. Avoir du pouvoir, c’est d’abord le démontrer à ceux qui n’en n’ont pas. C'est-à-dire à nous citoyens lambda. Les conflits d’intérêts dénoncés par quelques rares médias impartiaux sont régulièrement les cruelles preuves de ce que veulent nous démontrer ces pouvoirs oligarchiques qui se succèdent les uns après les autres. Et puis les conflits d’intérêts existent à tous les échelons de la société et dans tous les secteurs de l’économie sans que personne ou presque n’y trouvent plus rien à y redire. J’aurais probablement l’occasion de revenir sur le sujet.

    Ce mois-ci par exemple, je préfère vous parler d’un livre dont je viens de terminer la lecture : « Un beau matin d’été » de Laurie Lee. Un titre bien de saison, même si ce n’est pas le titre qui m’a incité à le lire. Non, si tout comme moi, vous aimez les récits de voyage, la marche et la poésie, vous aimerez ce joli bouquin de 262 pages. Il s’agit d’un récit de voyage autobiographique. Il y a du Robert Louis Stevenson dans Laurie Lee, même si la comparaison ne peut guère aller plus loin car les motivations et la manière de voyager sont dissemblables.  Laurie Lee n’est pas l’écrivain anglais le plus connu mais personnellement j’ai adoré ce livre. Il est vrai que son œuvre est assez réduite, quand aux traductions françaises, elles se résument à seulement trois livres, tous parus en livre de poche aux Editions Phébus. Comme l’indique le site Wikipédia, Laurie Lee de son vrai nom Laurence Edward Alan Lee est né le 26 juin 1914 à Stroud et il est mort le 13 mai 1997 à Slad.  Poète, romancier, et scénariste anglais, il a été distingué par l'Ordre de l'Empire britannique pour son œuvre et probablement pour son engagement politique, et notamment pour son adhésion aux Brigades Internationales en décembre 1937 lors de la guerre civile espagnole.

    Dans « Un beau matin d’été », sous titré « Sur les chemins d’Espagne 1935-1936 », Laurie Lee raconte son départ de son village natal situé dans le Gloucestershire vers l’Espagne. Il a 21 ans, il est chômeur et ne connaît pas grand-chose de la vie et de ce qui l’attend. Il sait seulement qu’il part à l’aventure. Quelle aventure ? Il ne le sait pas, mais pour lui, c’est là que réside le piment de ce voyage. Du nord au sud de l’Espagne, le jeune vagabond parcourt à pied des kilomètres sans jamais les compter. Le hasard, les découvertes et les amitiés guident ses pas. Au travers de son récit, il nous fait part de ses innombrables rencontres, de ses regards et sentiments sur l’Espagne de cette période instable, de la terrible misère et de la pauvreté qu’il y règne un peu partout et des décors traversés. Accueilli le plus souvent avec beaucoup de générosité par les plus humbles, il ne survit correctement que grâce à son violon et aux musiques qu’il a apprises pendant son enfance et sa jeunesse. Son violon, dont il joue dans les rues, lui offre l’autonomie indispensable à la continuité de son périple. Finalement, au fil des pages et de son écriture si poétique, on comprend que Laurie Lee tombe amoureux de cette Espagne encore si « moyenâgeuse » et de ce peuple en soumission dont une immense majorité est en quête de beaucoup d’indépendance, de libertés sociales et d’un peu de bonheur. Depuis quelques mois, la révolte gronde. Les fascistes veulent détruire la République en place en s’emparant du pouvoir. Ses « modestes » amis, tous républicains, l’invitent malgré eux dans cette lutte si légitime mais quasiment perdue d’avance. Contraint, il quitte l’Espagne momentanément mais il revient…..Perpignan, Céret, les montagnes du Vallespir. Il veut coûte que coûte franchir la frontière pour retrouver ses amis et les aider à gagner la guerre…… mais ça c’est une autre histoire que je suis entrain de lire…..dans « Instants de guerre 1937-1938 ».  

    Oui, j’ai beaucoup aimé « Un  beau matin d’été » de Laurie Lee….» et j’ai presque oublié tout le reste……

     

    Extrait  où Laurie Lee débarque en Espagne pour la première fois  : « Parce que je ne connaissais encore que les surfaces bien lisses de l'Angleterre, Vigo me fit l'effet d'une véritable apparition. Elle semblait surgir de la mer telle une épave dévorée par la rouille, aussi vieille et blanchie que la roche qui l'entourait. Il n'y avait ni fumées ni mouvements d'aucune sorte autour de ses maisons. On eut dit que, rongé par les bernacles, tout mourait et pourrissait dans l'attente d'un deuxième Déluge. Ce fut dans une ville nimbée par une lumière solaire verte et mouillée que je débarquai, une ville qui sentait le déchet jeté à la mer ».

     

     

    « Mes Belles Randonnées Expliquées sont aussi sur FacebookLe Sentier du Pêcheur depuis Leucate-Village »

  • Commentaires

    1
    Martine
    Dimanche 26 Août à 20:31

    Bonsoir Gilbert,

    Je viens de vous lire et c'est décidé... demain je n'irai pas travailler...

    Je vais m'installer "à la fraîche" dans mon jardin avec un bon bouquin.

    Heu... Pouvez-vous me faire un mot d'excuses pour mon employeur svp ?

    Bien amicalement

    Martine

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :