• Le Hameau et le château de Cuxous depuis Latour-de-France

     

    Ce diaporama est agrémenté de la musique "Maléna" de Ennio Morricone composée tout spécialement pour le film éponyme, oeuvre du réalisateur Giuseppe Tornatore avec comme acteurs principaux Monica Bellucci et Giuseppe Sulfaro

     Le Hameau et le château de Cuxous depuis Latour-de-France

    Le Hameau et le château de Cuxous depuis Latour-de-France

    Pour agrandir les photos, cliquez dessus. 2 fois pour un plein écran. 


     

    7 décembre 2018. Pour Dany et moi, en effectuant cette courte randonnée vers « le Hameau et le château de Cuxous (*) à partir de Latour-de-France », nous en sommes à vérifier si une marche pédestre d’une dizaine de kilomètres est toujours dans nos cordes. Elle, à cause de sa prothèse au genou droit, et moi en raison de problèmes dorsaux aléatoires mais bien trop récurrents à mon goût. C’est donc presque sur un coup de tête qu’en ce vendredi nous sommes partis réaliser cette balade quasiment « thérapeutique ». Idéaux pour les « convalescents » que nous sommes, un chaud soleil et un grand ciel bleu sont de la partie. Nous avons quelques heures à tuer. Il est presque 15 heures quand Latour-de-France nous accueille. Le départ s’effectue indifféremment de la terminaison du Boulevard du Lieutenant Pruneta ou de la rue de la Fontaine. La fontaine est là, à l’endroit même où nous garons notre voiture sous un immense eucalyptus. Fontaine ou source captée ou peut-être les deux, allez savoir ? En tous cas, le lieu est assez étonnant car la fontaine est à semi enfouie et agrémentée à ce qui ressemble à deux fenêtres. Un linteau de marbre en indique probablement son ancienneté : 1841. Bien qu’il suffise de poursuivre à pied le chemin de Roucatille qui est le prolongement des rues citées plus haut, j’analyse par précaution le tracé que j’ai enregistré dans mon G.P.S. Le départ est bien là et le parcours aussi, assez simple mais asphalté sur sa partie première sur une longueur que j’estimerais à moins de 2 km. Pendant que j’indique à Dany la route à suivre, je file photographier un oratoire que je viens d’apercevoir un peu plus haut. Composé de cayroux et de pierres de schistes, si l’oratoire est plutôt joli dans ce décor de vignobles presque à perte de vue, l’absence de toute mention et sa niche vide le rendent sans grand intérêt pour le curieux que je suis. En tous cas, on ne sait pas à quel saint ou à quelle sainte il est dédié, ce qui n’empêche en rien une éventuelle prière. Je file retrouver Dany qui a déjà pris pas mal avance. Apparemment l’élévation et l’asphalte de la route ne semblent pas être des freins au rythme plutôt soutenu qu’elle a choisi en ce début de balade. Son genou a l’air de fonctionner convenablement mais je croise les doigts et attends la suite. Moi, et à cause des passereaux très nombreux que je tente de photographier, j’ai déjà oublié qu’il y avait une route, une montée et de l’asphalte. Pinsons, chardonnerets, verdiers et bruants en très grand nombre et quelques fauvettes, je fais constamment le yoyo entre mon envie d’immortaliser les oiseaux et celui de ne pas me laisser distancer. Finalement, en arrivant en haut de la côte, fin de la principale mais modeste déclivité, c’est le soleil qui a raison de tous mes desseins, mettant fin à ce choix cornélien. Ses puissants rayons dans les yeux m’enlèvent toutes possibilités raisonnables de photographier correctement les oiseaux. Alors, je me rabats sur les paysages qui ne sont pas moins attrayants, loin s’en faut. Il y a Latour-de-France d’abord, comme sortie d’un puits de lumière, puis tout autour des horizons que je commence à bien connaître : la Tourèze dont on a dit qu’elle était mystérieuse, plus loin la Tour del Far, les carrières comme autant de cicatrices faites aux paysages, les collines dominant Estagel ; Monts d’Estagel, Cimetière des Maures, Coumes de Calce, Serrat d’en Bouguadé et Força Réal. A ces décors bien connus pour les avoir cheminés voire approchés, viennent se rajouter toutes ses étonnantes élévations en pierres qu’il y a au bord du chemin : murets simples ou démesurés, capitelles, cabanes, casots ou simples amoncellements anarchiques, ici la pierre sèche a toujours été le matériau de construction le plus usité mais aussi le mauvais caillou dans la chaussure du paysan laboureur. Le bitume se termine et on délaisse la route qui part à gauche au profit d’un étroit sentier filant tout droit et dans un corridor de garrigue. La Tuilerie Vieille indique mon bout de carte IGN, mais rien ne vient étayer cette appellation. Il faudrait peut-être chercher mais le temps nous manque. Ici, le maquis et les vignes sont les souverains végétaux et les oiseaux que je me suis remis à photographier semblent en être les seuls serviteurs. Pour se servir, ils se servent ! Toujours en de très grands rassemblements, ils « grapillonnent » aussi bien les raisins secs que toutes les baies comestibles sauvages qu’ils ont à se mettre sous le bec. Les pinsons sont de très loin les plus nombreux mais il y a aussi des petits groupes de chardonnerets et de serins. La plus jolie des surprises est une magnifique huppe fasciée dont j’ai lu récemment qu’elle aussi était entrain de devenir sédentaire dans notre belle et chaude région. Le grand nombre de volatiles, réjouissant de surcroît, démultiplie la difficulté de les approcher pour les photographier. L’étroit sentier laisse la place à un chemin plus large puis carrément à une piste terreuse dès lors que Cuxous apparaît. En arrivant dans le hameau, et malgré la présence d’une voiture et les portes ouvertes d’un mas, j’ai comme le vague sentiment d’arriver dans un lieu abandonné. Il est vrai que le premier bâti rencontré et visité est un vieux petit local professionnel ouvert à tous les vents dont la fonction exacte, mais sans doute agricole, m’échappe un peu. Ce n’est pas le seul ! On y découvre des plans de travail carrelés de blanc, des éviers, des bidons, des télécopies et beaucoup de poussière et de feuilles mortes. Un peu comme si la vie s’était arrêtée, sans prévenir, à cause d’un fléau foudroyant et inattendu.  Le reste du village dans lequel on flâne est presque du même acabit avec des volets clos et une horloge que ne fonctionne plus depuis très longtemps. Oui, le temps semble s’être arrêté et le lieu complètement désertique prend des allures de petit hameau fantôme. La chapelle fermée, dédiée à Saint-Cyprien et Sainte-Corneille elle aussi est plutôt simple d’aspect. J’y note, outre le fait quelle a perdu ses cloches, un petit pin poussant dans son clocher. L’histoire d’un arbre poussant au sommet d’une église se répète comme à Mosset, à Estagel ou à Sournia. Alors que reste-t-il quand les vivants ne sont plus là ? Les morts bien sûr ! Eux nous parlent au moins ! Enfin, leurs sépultures nous parlent. Le minuscule cimetière est presque bien plus parlant qu’un guide touristique. Il y a certes des tombes toutes simples, mais toujours fleuries, petits carrés remplis de graviers, mais on y découvre surtout les pierres tombales de baronnes, d’un marquis et d’un chevalier, et l’on peut, sans trop de risques, imaginer qu’il s’agit des châtelains du hameau. M’intéressant un peu à l’Histoire, un seul nom de famille me parle celui de « Villaret de Joyeuse (**) ». Maréchal, général ou amiral, je ne me souviens plus très bien ? Etant parti faire cette balade sans rien préparer, je suppose que s’agissant d’une famille de la noblesse française, je n’aurais aucun mal à découvrir un arbre généalogique sur Internet et quelques informations sur le château. Si le château ne paraît pas fermé, mais tout de même privé dans son accès, nous y sommes accueilli par trois magnifiques chiens noirs venant vers nous en vociférant. Si ce ne sont pas vraiment des molosses, la puissance qu’ils dégagent, leurs aboiements répétés, leurs regards pleins de méfiance et surtout leurs babines écumeuses redoutablement dentées les rendent terriblement effrayants. On en mène pas large ! Finalement et par bonheur, ils s’arrêtent à deux mètres de nous, s’arrêtent d’aboyer aussi et sur les trois, il y en a même un qui vient se laisser caresser. Quelques minutes à observer le château presque autant que les chiens qui continuent de nous regarder, et nous voilà rapidement hors du hameau sur la petite D.17. C’est le moment que choisit une buse pour venir se faire tirer le portrait avant de se raviser. Un coup d’oeil sur mon G.P.S et ma carte, un tracé quelque peu sinueux que nous ne trouvons pas et un col de l’Arque déjà là nous laisse quelque peu songeurs.  Ne serions-nous pas allés trop loin ? Seul les paysages grandioses vers le pays Fenouillèdes et les Corbières nous retiennent quelques instants. Nous rebroussons chemin et le tracé enregistré dans mon G.P.S nous remet sur le bon itinéraire. Des passereaux toujours en grand nombre, quelques rares papillons, des casots ruinés, une vieille borne et un vieux puits et surtout de biens jolis capitelles à encorbellements ; pas toutes solides d’ailleurs, alors attention ;  la suite du parcours est agréable et très intéressante. Intéressante, elle l’est d’autant plus que la chapelle Saint-Martin se présente. Nous la connaissons bien cette chapelle ruinée, pour y être venus plusieurs fois et notamment en 2010, mais c’est la toute première fois que nous l’abordons par le haut et de ce côté. Si la chapelle romane ruinée est à bien des égards intéressante, par sa taille imposante, sa toiture en tuiles rouges et sa construction en pierres de schistes pas trop bien équarries, le plus surprenant reste ce porche médiéval ouvert aux quatre vents. En réalité, on observera que la chapelle était entourée d’une enceinte et que ce porche était probablement la seule issue pour y pénétrer. Alors cette chapelle a-t-elle eu un usage militaire ? On peut logiquement l’imaginer. Par la force des choses, la fin du parcours très rectiligne et sans nouvelle vraie trouvaille est un peu plus lassante. Si lassante que Dany finit même par prendre un petit bouledogue noir pour un marcassin. Heureusement quelques très beaux panoramas sont toujours là pour nous sortir d’une évidente torpeur qui a tendance à nous gagner. Sans nécessité d’accélérer les foulées, Latour-de-France se rapproche à grands pas. Eclairé par les derniers rayons du soleil, son clocher opalin se dresse tel un phare au milieu de tous les remparts couleur brique qui l’entourent. Il est 18h quand nous retrouvons notre voiture près de la fontaine. Petits handicaps et donc flânerie oblige, nous avons mis 3 heures, haltes et visites incluses, pour accomplir cette courte mais agréable et enrichissante balade de 9,8 km pour un dénivelé de 227 m et des montées cumulées de 336 m. Enfin tout va bien à l’arrivée et c’est bien là l’essentiel. Il faut noter qu'il existe une version un peu plus longue consistant à partir de la chapelle Saint-Martin à descendre vers le fleuve Agly et à revenir en longeant sa rive droite. Carte IGN 2448 OT Thuir – Ille-sur-Têt Top 25.

     

    (*) Cuxous :  Que dire du hameau et du château du Cuxous qui n'ait été déjà dit et surtout écrit ? Le hameau dépend de la commune de Cassagnes. Le nom Cuxous, que l'on peut aussi écrire "Cuchoux", "Cuchous" ou encore "Cuxus" est cité pour la première fois en l'an 845. Un site a écrit l'an 84, mais je pense qu'il s'agit d'une erreur. Sa chapelle est alors une possession de l'abbaye de Lagrasse (Aude). Le château, lui, daterait peut être du XIIIeme siècle. Les deux édifices seraient désormais des biens privés, lesquels malheureusement ne se visitent pas. Je vous donne quelques liens bien plus parlants que ce que je pourrais en dire : 

    http://jeantosti.com/villages/cassagnes.htm

    http://cassagnes66.pagesperso-orange.fr/village/general.html

    https://www.les-pyrenees-orientales.com/Villages/Cuxous.php

    http://messor-capitatus-histoire.blogspot.com/2017/04/cuxous-chapelle-saint-cyprien.html

    http://autourde.over-blog.com/article-le-chateau-de-cuchous-cuchoux-cuixos-cuxus-86369799.html

    http://jctruffet.com/Consultation/Consult_chateau_formulaire.asp?Nom_chateau=Cuxous_Cuchous

    https://monumentum.fr/chateau-de-cuxous-pa66000002.html

    (**) Noms mentionnés sur les pierres tombales de Cuxous : Parmi tous les noms mentionnés sur les pierres tombales du cimetière de Cuxous, celui de Villaret de Joyeuse est de loin le plus connu dans l'Histoire de France. Idem dans les sites généalogiques où 45.193 données sont par exemple présentes sur le site MyHeritage. C'est ainsi que Wikipédia nous rappelle aux bons souvenirs de Louis Thomas Villaret de Joyeuse (1747 ou 48-1812), vice-amiral français de son état et de son frère Jean-Marie de Villaret-Joyeuse (1757-1847) qui lui était général de la Révolution française et de l'Empire. Notons que les deux frères sont côte à côte dans le conflit qui oppose la France et l'Angleterre pour la possession de la Martinique après la Révolution française. Après différents soubresauts, cet épisode martiniquais se termine bien pour eux. Notons aussi que le nom de Villaret n'aurait rien d'aristocratique et que le rajout "de Joyeuse" aurait été usurpé par leur père (source Wikipédia). Si les Villaret ont été des serviteurs de la France, la famille de Lorgeril n'est pas en reste. Il suffit de compulser la longue liste familiale présente sur le site Wikipédia pour en être convaincu. Si les "de Boixo" ne sont pas des inconnus, le destin de cette famille apparaît comme plus régionale. On retrouve cette famille sur Wikipédia dans "les Familles subsistantes de la noblesse française" sous le patronyme "de Boixo de Méritens" comme sur la pierre tombale de la baronne Symmone de Lorgeril (1889-1965) aperçu à Cuxous. De fil en aiguille et depuis le site Wikipédia, un lien permet de les retrouver dans le "Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXeme siècle". On peut y lire : "la famille de Boixo appartient à la noblesse du Roussillon. Elle a été inscrite en effet en 1712 au nombre des familles des bourgeois de matricule de la ville de Perpignan qui jouissaient des privilèges nobiliaires. Ignace de Boixo et Dominique de Boixo de Noell prirent part en 1789 aux assemblées de la noblesse du Roussillon." . Enfin la famille d'Alexandry d'Orengiani n'est pas inconnue non plus. Originaire du Piémont italien, puis installé en Savoie au XVIIeme siècle, le plus connu d'entre-eux est le baron Frédéric (1829-1894), homme politique, fervent défenseur d'une Savoie française puis maire de Chambéry. Bien évidemment, ayant axé mes recherches généalogiques sur les noms aperçus sur les tombes de Cuxous, j'ai retrouvé la plupart des personnages sur les sites dédiés (Généanet, Filae, Myheritage). J'ai noté que certaines dates des décès n'avaient pas fait l'objet de mises à jour. Comme pour toutes les familles aristocratiques qui se respectent, on retrouve assez facilement leurs blasons sur le Net. Pour les hommes gisant à Cuxous, leurs principaux états de service sont déjà inscrits sur leurs pierres tombales. Il faut néanmoins noter que certains membres de la famille de Boixo ont été des hommes politiques de renom quand d'autres ont oeuvré dans les domaines de la mer ou de l'agriculture. Certainement qu'ils étaient tous des héritiers du château de Cuxous.

     

     

     

     

    « Tous les voyants sont au rouge.Le Circuit des Bornes frontière de 1258 depuis Montalba-le-Château »

  • Commentaires

    2
    Jeudi 7 Mars à 07:13

    Bonjour Gilbert

    C'est une randonnée qui m'avait bien plu quand nous l'avions faite ...  avec ses magnifiques paysages et les capitelles ! Nous aussi nous avons trouvé le hameau de Cuxous bien tristounet et abandonné . Le retour par le bord de la rivière est tout aussi monotone que le chemin que vous avez pris pour le retour . Pour vous deux une balade agréable qui s'est bien passée pour tester votre santé .

    Amicalement et bonne journée ... Patricia

    1
    Mardi 5 Mars à 17:05

    Salut l'ami randonneur,
    Que voilà une bien belle randonnée bien expliquée, bravo à l'auteur de ce reportage !
    Amicalement...
    JC

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :