• Le Pic des Tres Estelles (2.099 m) en 2 jours

    depuis le Pas de Grau (1.190m) (Nyer/Escaro)

    1ere étape : Le Pas de Grau - Mantet

    « Ce sont les étoiles, les étoiles tout là-haut qui gouvernent notre existence »

    Le Roi Lear-William Shakespeare


     
    LE PIC DES TRES ESTELLES EN 2 JOURS par jullie68

    pic-des-tres-estelles-1

    pictresestellesign1pictresestellesign2

    Vous avez peut-être eu l'occasion de lire sur mon site perso ou bien en vous connectant sur mon blog "Mes belles randonnées expliquées"  l'étrange histoire d'un égarement en montagne que nous avions vécu au début du mois de mai 2004 au Pic des Tres Estelles et que j'avais intitulé "Un cauchemar pour trois étoiles". Dans ce récit, je racontai avec force détails, cette expérience que Dany et moi avions endurée lors d'une randonnée qui avait pour objectif de gravir ce superbe pic situé à 2.099 mètres d’altitude en deux étapes à partir du Pas de Grau. Ce jour là, ou plutôt le deuxième jour, le 2 mai pour être exact, à cause de très hautes congères de neige obstruant le chemin sur le flanc nord du pic, nous nous sommes égarés et après une nuit passée à la belle étoile au fond d'un immense ravin, ce sont deux vaillants gendarmes du Peloton de Haute-Montagne d'Osséja qui sont venus nous chercher. Grâce à ces deux gendarmes et à tous ces hommes qui étaient venus nous porter secours, nous avons pu rentrer à la maison sains et saufs comme l’écrivait L’Indépendant du lendemain. Mais quand on y resonge que ce fut difficile de nous sortir de ce « mauvais pas » et de ce profond ravin et ce ne fut possible que grâce au professionnalisme de ces deux gendarmes et de bien d’autres secouristes comme ceux de la Sécurité Civile. Comment ne pas se souvenir de ces deux jours, perdus au fond de cette abysse, puis de ces heures qui ont suivi où après nous avoir miraculeusement retrouvés, nous avons été contraints d’effectuer une très longue, laborieuse et mémorable descente de l’escarpé et fougueux torrent de l’Orry en canyoning puis épuisés et transis par plus de deux heures d’effort passées dans une eau glacée ce fut un périlleux hélitreuillage au milieu d’un impressionnant magma rocheux avec bien évidemment au bout de celui-ci, cette délivrance et cette liberté retrouvée. De ce fait, ce cauchemar est resté très longtemps gravé dans nos mémoires. L’année suivante, en 2005, nous sommes remontés au Pic des Tres Estelles depuis le col de Mantet, histoire de ne pas rester sur cet échec, mais pour Dany l’évènement était bien trop frais et une fois au sommet, elle n’a pas eu la force de se rendre jusqu’au bord de ce « maudit » précipice où l’Orry prend sa source quelques centaines de mètres plus bas. D’autant que ce jour-là, quelques plaques de neige en travers du sentier avaient oublier de fondre, histoire de lui rappeler que tout avait commencé ici près d’un large névé, « abominable théâtre de nos exploits » où après une longue glissade, les fesses bien au frais, nous avions fini par atterrir dans cette ravine presque sans issue. Mais vaincre ce signe indien et éliminer de nos têtes cette pénible épreuve que nous avions vécue était important à nos yeux car c’était l’assurance de poursuivre à l’avenir et sereinement la randonnée pédestre, cette activité que nous aimons tant tous les deux. Alors, nous n’avons pas jugé utile d’attendre plusieurs années et en mai 2006, cette extraordinaire (le mot n’est pas trop faible !) randonnée nous l'avons refaite avec notre fils et cette fois-ci, tout c’est superbement passé et c'est cette belle histoire que je vous raconte ici. J’avoue qu’à partir du moment ou j’ai décidé de l’inscrire dans mon blog, j’ai eu un mal fou devant la page blanche car les souvenirs que j’avais enfouis depuis quelques années remontaient sans cesse en surface mais cette randonnée de 2006 fut si merveilleuse que j’ai fini par me convaincre qu’il fallait la faire découvrir à ceux qui ne la connaissaient pas. Outre cette beauté, le bonheur de la refaire en famille avait été si grand, les souvenirs y avaient été tellement nombreux qu’il me fut très compliqué de dépeindre ce plaisir tel que je l’avais si formidablement vécu. Alors oui, vous constaterez que je reviens sans cesse sur le passé, mais pour décrire le présent, j’ai quand même tenté de faire simple et de rester dans une description de cette longue randonnée la plus sommaire possible. Y suis-je parvenu ? Sans doute pas mais je me suis dit qu’après tout, il y aurait comme d’habitude, un diaporama de mes photos pour se faire une excellente idée de la subliminale beauté des lieux traversés ; et puis, je sais qu’il n’y a pas que des randonneurs qui viennent sur mon blog « mes belles randonnées expliquées », beaucoup de gens qui ne peuvent plus ou pas marcher y viennent aussi ! Comme je l’ai dit plus haut, nous avons démarré du Pas de Grau, petit collet situé au sud-est de Nyer et au sud-ouest d’Escaro qu’on rejoint par des pistes forestières plus ou moins carrossables. Si vous n’avez pas un véhicule adapté à la pratique de ces pistes et que vous souhaitez démarrer à partir d’un de ces villages, en raison du « bon » dénivelé, comptez une grosse heure et demi de plus depuis Nyer et peut-être un peu moins à partir d’Escaro. Au Pas de Grau, on ignore l’itinéraire commun à la piste qui monte directement au Pic des Tres Estelles (on reviendra par là !) et on emprunte le sentier balisé en jaune qui longe et enjambe un canal d’irrigation, Le canal, on s’en éloigne très rapidement pour monter dans une forêt de pins. Le dénivelé est plutôt rude mais on finit par atteindre le sommet de la Serrat de la Taillade où de merveilleuses vues se dévoilent vers le nord et l’ouest. Vers le nord, la vallée de la Têt, les Garrotxes, les Massifs du Madres et du Coronat et à nos pieds, le minuscule village de Nyer, un peu perdu dans une verdoyante végétation. Vers l’Ouest, de hauts sommets plus ou moins proches où parfois quelques blancs névés colorent encore les flancs. Ces sommets ont pour noms : Roc de Trépassats (2.039 m), Roc dels Cimbells (2.284 m), Pic de la Costa Llisa (2.326 m), Pic de l’Orry (2.040 m), Pic de Rives Blanques (2.445 m) pour ne citer que les plus proches que nous apercevons de l’autre côté de l’immense ravin du torrent Mantet. Mais dans cette formidable Réserve Naturelle de Nyer, ce qui m’a toujours le plus stupéfié, c’est ce fantastique moutonnement végétal arborant en ce joli printemps, l’ensemble des nuances de verts et contrastant terriblement avec ce versant ensoleillé au dessus duquel nous venons d’aboutir. Après la sombre forêt de pins à crochets, nous voilà désormais en plein soleil sur la bien nommée Sola de la Mare de Déu, face à ces merveilleux paysages verdoyants et en surplomb d’un colossal pierrier qu’il nous faut traverser et qui descend dans les étroites Gorges de Nyer. Le chemin descend difficilement dans les caillasses de schistes et dans une flore essentiellement composée de petits genêts aux fleurs d’un jaune intense. On atteint les ruines d’un ancienne et vaste cabane de pierres de sèches puis le chemin repart parallèle en surplomb du canal d’irrigation que l’on aperçoit un peu plus bas. Ici, avec de nombreux murets, de nombreuses cabanes et quelques orris, les empreintes du pastoralisme sont légions et comme tout n’est pas que ruines, vestiges ou décombres, je suppose que parfois certains bergers ou chevriers du coin y amènent encore leurs troupeaux. D’ailleurs, en 2004, nous avions été très surpris d’apercevoir au fond de ce ravin, et dans ce décor pierreux, deux chevaux très maigres et qui semblaient un peu déboussolés. On quitte la « solana » et le sentier finit par s’engouffrer dans une épaisse forêt de feuillus tout en s’élevant sur un bon dénivelé. Ces feuillus, on ne va plus les quitter pendant quelques heures mais le sentier n’en est pas pour autant lassant car, à l’occasion, d’un surplomb, d’un promontoire herbeux, d’un gros rocher ou d’un collet comme ceux de la Pargonneille ou du Bernat, de jolies vues se dévoilent sur tous ses merveilleux panoramas environnants en amont et en aval de l’étranglement de la profonde ravine où rugit l’écumeux torrent Mantet. De temps à autre, de petits terre-pleins parsemés de pelouses et plantés de roses rhododendrons et de jaunes genêts sont des aires de pique-nique ou de repos idéales pour une halte rafraîchissante et bucolique. Si dans ces lieux, on y rencontre surtout de nombreux papillons ou insectes voltigeurs, je garde en mémoire ce fabuleux souvenir de 2004 quand un petit marcassin était venu à notre rencontre me tamponnant le dos en grognant alors que nous faisions une pause café. Après m’avoir glissé entre les doigts, je me suis toujours demandé ce qu’il avait bien pu devenir ce « fragile » marcassin curieux des hommes : a-t-il été dévoré par sa mère car je l’avais touché, est-il devenu un robuste sanglier solitaire et si oui, a-t-il pu échapper aux nombreuses battues ? A l’approche de Mantet, on sort définitivement de la forêt et un hallucinant spectacle visuel s’entrouvre sur des pelouses et des prairies verdoyantes où quelques gentils chevaux s’empiffrent d’une herbe bien grasse. Ici c’est le pays des chevaux mais aussi des chevriers, des terrasses en espaliers mais également d’impressionnants magmas rocheux. Quelquefois quand on regarde ces énormes blocs de gneiss, espèce de mégalithes naturels en équilibre précaire, on se demande ce qui les retient de ne pas débouler plus profondément au fond du vallon. De tout ce spectacle naturel, on ne se lasse jamais et quand, après plus de 7 heures sur les sentiers, on parvient à Mantet et devant cette incroyable et verdoyante vallée de l’Alemany, on est presque déçus d’être déjà arrivés et d’être obligés de rejoindre notre gîte. Nous, nous avions réservé à la Girada et je le dis sans ambages, ce fut le « top » à tous points de vue. Nous fûmes accueillis par Guy et Erica très chaleureusement mais aussi avec cette gentillesse et cette discrétion toute en légèreté qui permettent d’être aussi à l’aise que si nous avions été chez nous. Confort assuré, agréable soirée, excellents repas et p’tit déj' et tarifs corrects dans un cadre montagnard comme on en rêve quand on part faire une randonnée comme celle-là. Je dis tout ça sans aucune équivoque car c’était la première fois que nous y venions et je le dis d’autant plus aisément que je connais bien mieux l’Auberge du Bouf'tic et que là aussi, nous y avons toujours été accueillis formidablement par Odile Guinel, la maire du village. Pour le gîte et le couvert, à Mantet, petit village du bout du monde pyrénéen, vous aurez donc l’embarras du choix même si bien sûr, il est plus prudent de réserver à l’avance. Cette étape terminée, vous partirez sans doute visiter le village et les plus proches alentours comme nous l’avons fait nous-mêmes, histoire de marcher encore un peu….mais après le souper, les jambes un peu lourdes ou tétanisées par le dénivelé accompli, vous languirez certainement le petit lit douillet qui vous attend et vous vous endormirez la tête pleine de toutes ces belles images qui ont jalonnées cette première étape. Cette étape est longue d’une douzaine de kilomètres environ pour un dénivelé cumulé de 1.785 mètres. L’effort y est donc quasiment constant. On démarre du Pas de Grau situé à 1.190 mètres d’altitude pour atteindre le point culminant de cette étape au Col de Bernat à 1.670 mètres. Carte IGN 2249 ET Font-Romeu- Capcir et 2250 ET Bourg-Madame – Mont-Louis – Col de la Perche Top 25.


    2eme étape : Mantet - Pic des Tres Estelles - Pas de Grau
     
    pic-des-tres-estelles-2

    Quand on va à pied et qu’on démarre de Mantet (1.540m) direction le col éponyme (1.760m), le G.R.10 est la solution la plus directe. Mais comme en général, on sort du petit déjeuner et qu’on est encore froid, les jambes ne sont pas vraiment préparées à cette rude déclivité de 220 mètres de dénivelés pour à peine plus d’un kilomètre, alors autant le dire « Mon Dieu qu’il est dur ce démarrage ! » Je l’avoue, moi qui suis plutôt  un « moteur diesel », la mise en route a ici toujours été très difficile. Quant à Dany, cette ascension reste un très mauvais souvenir, non pas à cause de notre égarement de 2004 mais plutôt en raison de cette montée forcée qu’elle avait été contrainte de faire, les plantes des pieds remplies de cloques, lors de notre semaine sur le G.R.10 en 2001 depuis Mérens-les-Vals. Cette année-là, à cause de ses pieds endoloris, notre belle flânerie sur le G.R.10 prévue jusqu’à Vernet-les-Bains s’était arrêtée là sur cette portion du sentier qui croise la D.6. Cette fois, nous sommes montés à notre rythme et sans problème et une fois le col de Mantet atteint, nous avons eu largement le temps de reprendre notre souffle en admirant sous un ciel radieux et cristallin, le minuscule village et cette fabuleuse montagne qui nous faisait face. Jérôme lui était déjà parti photographier les petits moutons de pierres qui décorent joliment la pelouse où a été élevée la stèle de granit en hommage au naturaliste Georges Bassouls. Le temps de quelques photos et nous voilà déjà sur l'étroit sentier qui monte régulièrement vers notre objectif le Pic des Tres Estelles. Malgré le mauvais souvenir de 2004 qui pourrait plomber un peu cette ascension car à l’époque, nous y avions rencontré très rapidement après le col de la Mente, d’importantes et épaisses plaques de neige, cette fois-ci, j’y monte sans aucune appréhension car j’ai étudié le parcours et je le sais très praticable en cette fin du mois de mai. De plus, j’ai toujours adoré cette courte ascension vers le sommet car le dénivelé y est constant mais surtout, il s’y passe toujours quelque chose et je ne vous parle pas ici que des panoramas grandioses que l’on y distingue. En effet, j’y ai vu des isards, des marmottes, des perdrix grises des Pyrénées, des passereaux en grand nombre, de nombreux rapaces, des vaches qui, affolées, descendaient à tout berzingue le flanc abrupt au risque de se rompre l’échine, un cheval affamé qui nous coursait et qui voulait dévorer notre pan-bagnat pour nous piquer sans doute les feuilles de salade qui dépassaient, etc.…. Mais bien sûr, or mis ces spectacles fauniques, il faut le reconnaître, par grand beau temps, cette montée tout en balcon et à flanc du versant sud, avec des vues toujours dégagées sur les Réserves Naturelles de Mantet et de Py, sur le Massif du Canigou, sur les Esquerdes et le Vallon de la Rotja, j’en passe et j’en oublie, est tout simplement prodigieuse. Cette fois-ci, nous n’avons pas dérogé à la règle et de nombreux chevaux sauvages étaient encore là après le Col de la Mente pour agrémenter cette superbe grimpette mais ils ont tous été gentils et aucun n’est venu nous quémander notre déjeuner tant l’herbe des prairies était verte et fraîche et les laîches ponctuées craquantes sous leurs mandibules. Quand on est arrivé au sommet, enfin au collet, car le Pic des Tres Estelles, lui, est le mamelon le plus haut, situé le plus au nord de cette large croupe herbeuse composée de trois grosses bosses, même si je n’étais pas vraiment inquiet, j’ai poussé un « ouf » de soulagement car contrairement à 2004 et 2005, il n’y avait, cette fois-ci, aucune plaque de neige. Définitivement rassurés, nous avons suivi Jérôme qui lui était déjà à mi-chemin du pic et quand nous sommes arrivés au sommet, il était entrain de tourner en rond, appareil photos en mains, pour figer dans son numérique, les extraordinaires vues panoramiques que l’on aperçoit ici à 360°. De tous côtés et vers tous les horizons, ce ne sont que successions de pics dénudés, de sommets rocheux, de barres granitiques, de vastes pelouses, de petits replats, de larges prairies, de sombres ou claires forêts composant une véritable ronde de montagnes verdâtres dont les flancs sont veinés de nombreuses ravines qui plongent dans des vallons non moins verdoyants. Après les inévitables photos souvenirs prises au sommet avec bien en évidence, le fameux mat orné des trois étoiles, il était temps de redescendre et je l’avoue, j’étais un peu anxieux et j’attendais de voir comment Dany aborderait la partie du sentier où nous avions rencontré les hautes congères de neige deux ans auparavant. Mais à vrai dire, il fut assez difficile de reconnaître le lieu exact où nous avions commencé notre terrible galère, il fut assez compliqué de retrouver l’endroit exact où se trouvait le grand névé que nous avions descendu sur le cul, car à l’évidence, cette fois-ci, aucun flocon n’était tombé depuis fort longtemps. Il faut dire que nous sommes passés sans trop nous éterniser et je n’ai pas trop insisté afin que Dany ne se remémore pas ces pénibles souvenirs. Néanmoins, j’aperçus avec un petit serrement au cœur, l’immense pierrier et l’abyssal ravin avec vue sur Escaro où nous avions atterris après notre longue glissade. Le névé était sans doute là me suis-je dit ! Cet éboulis de gros rochers était là pour me rappeler que notre « descente aux enfers » avait commencé ici au bord de cet insondable ravin de l’Orry. Ce ravin, je ne pus m’empêcher de le photographier comme si en gardant cette image de lui vu d’en haut, je voulais définitivement l’exorciser. Mais en continuant à marcher, ces mauvaises pensées furent vite oubliées et avec Dany, nous avons pris plaisir à poursuivre cette partie du chemin que la fatalité nous avait empêché d’accomplir deux ans plus tôt. Il faut dire que cette descente est très contrastée. Elle alterne une partie très caillouteuse où les genêts fleuris colorent et embaument le sentier avec un court tronçon où on ne sait pas pourquoi de nombreux grands résineux sont morts sur pieds. Puis la forêt reprend ses droits, d’abord les conifères puis de nombreuses autres essences où parfois les feuillus prédominent.  Nous pique-niquâmes avec là aussi, quelques belvédères laissant entrevoir de jolies vues vers Escaro. Cette vue aérienne d’Escaro, j’avais l’impression de la connaître presque par cœur tant j’avais pu l’observer de notre piton rocheux où nous avions trouvé refuge lors de notre égarement en 2004. Et quand par de courts raccourcis, notre itinéraire se mit à couper plusieurs fois la piste forestière, je ne pus m’empêcher de me souvenir à nouveau de 2004 et de ce petit morceau de carte IGN où j’apercevais celle-ci à moins de 800 mètres à vol d’oiseau de notre lieu de perdition. Sur ce petit bout de carte que je regardais sans cesse, nous étions à la fois si près de cette piste forestière mais en même temps si loin car entourés de hautes barres rocheuses infranchissables et donc dans l’incapacité de l’atteindre depuis l’endroit où nous étions perdus. Plus tard, en regardant à nouveau ma carte IGN, je ne pus m’empêcher de sourire car non loin du Pas de Grau, là même où dans le temps, près d’Escaro, on exploitait des minerais, cet endroit s’appelle « Les Panades », mais il y a aussi non loin du pré où l’hélicoptère nous avait déposés, un autre site du nom de « Le Petit Bonheur ». Alors oui, en 2004 pendant plus de 24 heures, nous avons été dans la « panade » puis les secours nous ont retrouvés au fond de ce ravin pour nous amener vers le « petit bonheur ». Ça ne s’invente pas, mais l'incommensurable bonheur fut celui de retrouver nos enfants ! Cette fois-ci, le retour au Pas de Grau se fit sans problème et avec l’immense satisfaction d’avoir accompli ce magnifique périple, on mit définitivement fin à ce cauchemar que nous avions vécu en 2004 pour atteindre ce modeste sommet qu’on appelle les Tres Estelles ou les Trois Etoiles. Depuis ce triste épisode, j’en étais presque venu à me dire que conquérir ces « Trois Etoiles » était bien plus difficile que d’atteindre n’importe quel autre sommet terrestre aussi haut soit-il. Cette nouvelle expérience me prouva le contraire mais je fis mienne cette citation de William Shakespeare, extraite du Roi Lear : « Ce sont les étoiles, les étoiles tout là-haut qui gouvernent notre existence ». Bien que l’élévation soit plus importante car le Pic de Tres Estelles est situé à 2.099 mètres d’altitude, cette deuxième étape d’une dizaine de kilomètres seulement est sans doute plus facile que la première car les montées cumulées sont moindres (1.020 m) et une fois le sommet atteint, il n’y plus que des descentes. L’équipement du parfait randonneur est obligatoire sur l’ensemble de ce circuit. Carte IGN 2249 ET Font-Romeu- Capcir et 2250 ET Bourg-Madame – Mont-Louis – Col de la Perche et 2349 ET Massif du Canigou Top 25.

    Enregistrer


    votre commentaire
  • Cliquez sur le lien suivant :

    http://gilbertjullien.kazeo.com/6-bouches-du-rhone-4/cassis-marseille-en-2-jours-un-balcon-sur-la-mediterranee-les-2-etapes,a2254849.html

    et revivez cette traversée du Massif des Calanques entre Cassis et Callelongue aux paysages époustouflants.

    rando-cassis-callelongue


    votre commentaire

  • En décembre dernier, j’ai reçu dans ma boîte aux lettres et gratuitement pendant quelques jours, le journal le Figaro. N’étant pas vraiment du même bord, j’avoue très honnêtement que ce n’est pas mon quotidien préféré. C’est ainsi que j’ai reçu aussi, tous les magazines,  les suppléments spéciaux ainsi qu’une fois par semaine la traduction des meilleurs articles du journal américain « The New York Times ». Si je reproche au Figaro d’être trop à droite et surtout son côté excessivement « bling-bling » et « jet-set » de certaines de ses chroniques et de ses pages publicitaires, je reconnais aussi que certains reportages ou articles plus généraux, économiques ou culturels m’ont particulièrement intéressé.

    Parmi ces articles, il y en a un dans le New York Times du 2 décembre qui m’a particulièrement interpellé et dont le titre était « L’humanité se bonifie avec le temps ». Vous pouvez lire cet article en agrandissant la photo jointe au bas de cette page.

    Evidemment, dans le monde de violences qui nous vivons chaque jour au travers des médias télévisés, il est logique que ce titre m’ait heurté de prime abord.

    Dans cet article, le journaliste grand reporter Nicolas D.Kristof  y commentait le livre « The Better Angels of Our Nature » (Les Meilleurs Anges de Notre Nature) de Steven Pinker, professeur de psychologie à Harvard. Bien sûr,  Steven Pinker reconnaît lui-même que l’on peut être crédule, sceptique voire en colère aux thèses qu’il avance mais si j’en crois Kristof, Pinker se serait appuyé sur des éléments statistiques chiffrés pour la soutenir et c’est ainsi qu’il semble affirmer que le  20eme siècle aurait été moins violent que de nombreux autres siècles antérieurs. Je vous donne quelques exemples de ces statistiques dans l’ordre où ils sont cités par Kristof dans son article :

    • 3 % de l’humanité seulement aurait disparu au 20eme siècle au cours des différents affrontements, guerres ou autres génocides.
    • 13 % des amérindiens appartenant à des tribus de chasseurs-cueilleurs seraient décédés de traumatismes selon une étude sur des squelettes retrouvés. (Aucune époque n’est précisée mais je suppose que Pinker se réfère à des résultats de recherches paléontologiques sur des ossements vieux de 10.000 ans ou plus.)
    • Au 17eme siècle, lors de la guerre de Trente Ans, un tiers de la population allemande aurait été anéanti.
    • En Grande-Bretagne, la proportion d’homicides aurait chuté de plus de 90% depuis le 14eme siècle.

    Ne sachant pas si c’est Kristof qui écrit ou si ce dernier cite Pinker, je passe sur les quelques exemples de violences du temps de l’Europe féodale du style « un jeu constituait à rivaliser pour tuer à coups de tête un chat cloué à un poteau, etc.… » ou bien concernant la brutalité dans d’autres cultures « quand j’ai appris le chinois, j’ai été surpris de tomber sur des idéogrammes comme celui d’un couteau à côté d’un nez : il se prononce ‘Yi’ et signifie ‘couper le nez en guise de punition’. Ce caractère n’est plus étudié ».

    C’est quelques exemples de violences peuvent presque prêtés à sourire au regard de ce que nous voyons, lisons ou entendons quotidiennement dans les divers médias.

    Bien évidemment, je n’ai pas lu le livre de Pinker mais si j’ai bien compris, ce dernier en sa qualité de psychologue, explique que c’est dans la nature de l’homme d’imaginer qu’il vit dans un monde de plus en plus violent et cette perception serait encore plus vraie aujourd’hui par l’amplification que les médias donne à ce type d’événements que sont les guerres, les révolutions, les attentats, les massacres de civils, les homicides, etc.… Il insiste sur le fait que l’humanité serait globalement plus gentille grâce à  une accélération du progrès moral. Bon, je veux bien croire à tous les arguments de Pinker mais j’ose espérer qu’il y ait dans son livre d’autres exemples statistiques bien plus crédibles ou avérés que ceux cités par Kristof car peut-on raisonnablement comparer quelques os brisés d’Amérindiens et les chiffres jamais confirmés des morts de la Guerre de Trente Ans, vieille de 4 siècles avec les deux conflits planétaires qu’ont été la 1ere guerre mondiale qui a duré 5 ans et qui a fait 9 millions de victimes puis quelques année plus tard, la seconde qui a duré 6 ans et qui a fait selon  les historiens 62 millions de morts tous camps confondus. Si l’on fusionne tous les conflits, le 20eme siècle aurait fait plus de 100 millions de morts si j’en crois les statisticiens de l’Histoire alors bien sûr selon le regard très sensible ou purement comptable que l’on porte à ce nombre, on peut considérer qu’il s’agit d’une abominable horreur ou bien estimer au contraire qu’il s’agit d’un moindre mal au regard des quelques milliards d’individus qu’il y avait sur Terre au siècle précédent.

    Après la lecture de cet article de quelques lignes, je ne voulais surtout pas me faire de fausses idées au sujet de ce livre que je me procurerai sans doute dans sa version française si elle existe un jour. C’est donc naturellement que  je suis allé sur le Net, voir si d’autres personnes avaient sensiblement le même point de vue que moi à savoir un avis un peu contradictoire à celui de Steven Pinker et à vrai dire, la plupart des commentaires que j’ai trouvé sont assez partagés. Parmi ces avis, j’ai bien aimé celui du philosophe Michel André dans Books. Comme moi, Michel André et bien d’autres personnes continuent à s’interroger sur ce monde que Pinker décrit comme bien meilleur aujourd’hui et depuis quelques temps déjà.

    S’il est vrai qu’il n’y a plus eu d’antagonismes mondiaux depuis plus de 60 ans, il est évident que les deux guerres mondiales sont encore ancrées dans nombre de mémoires, il est évident aussi que de nombreuses civilisations ont fait incontestablement de remarquables avancées mais je crois surtout que cela tient au fait que certains pays détiennent le feu nucléaire dont on a vu les effets terriblement dévastateurs lors du conflit américano-japonais en 1945. La bombe atomique fait peur et son côté fortement dissuasif est sans doute pour beaucoup dans la relative tranquillité que nous vivons depuis quelques décennies dans les pays dits occidentaux. Pour autant, cette paix mondiale est-elle éternelle ?  On peut clairement répondre non car il faut reconnaître que les guerres entre de nombreux  pays belligérants n’ont jamais cessé depuis 1945. Quand aux autres types de violences, il ne se passe pas un jour dans le monde sans qu’il y ait depuis le début du 21eme siècle, qui a commencé avec le terrible 11 septembre 2001, des rivalités religieuses sanglantes, des attentats très meurtriers, des meurtres en série ou pas, des tueries de toutes sortes comme celle que vient de vivre Oslo, il y a quelques mois.

    Alors oui c’est vrai, je n’ai jamais de mon existence été confronté à la même peur et à la même barbarie que celles que mon grand-père paternel a connu dans les tranchées de 14-18, je n’ai jamais connu de privations identiques à celles que  mes parents ont vécu dans les années 40 mais pour autant faut-il dire que les violences que nous vivons de nos jours sont moins traumatisantes. Difficile de répondre à cette question car les violences ne sont plus de même nature en tous cas pour nous occidentaux  mais d’un autre côté, les incivilités sont plus récurrentes, le stress de la vie quotidienne et dans nos jobs notamment dure parfois bien plus longtemps que les 5 à 6 ans qu’ont duré les guerres mondiales quant aux cruautés et aux souffrances vécues par les autres, nous y sommes confrontés à chaque journal télévisé et donc bien plus souvent que tous nos ancêtres qui ne vivaient évidemment que leurs propres brutalités.

    Au-delà des chiffres et de ces querelles de savoir si notre monde est plus ou moins violent qu’au cours des siècles précédents,  il faut en tous cas espérer mais rien n’est moins sûr que l’Homme devienne au fil du temps plus ange que démon. Alors l’Homme, futur ange ou futur démon ?  La gentillesse est-elle l’avenir de l’Homme ? C’est en tous cas, le meilleur vœu que nous puissions faire pour nos générations futures….

     

    Pour prendre connaissance de cet article, cliquez sur taille réelle puis sur la photo pour l'agrandir au maximum

    votre commentaire

  • la-serre-du-scorpion

    serrescorpionign

    Il y a au moins une vingtaine d’années que je n’avais plus réalisé cette jolie boucle à la Serre du Scorpion ou sur certaines cartes, Serrat de l’Escorpiu en catalan. A l’époque, j’avais découvert cette balade au départ de Fitou sur un magazine dont le titre « Une randonnée qui décoiffe » m’avait interpellé. Bien sûr, le chroniqueur faisait allusion à la tramontane ou au cers qui soufflent souvent très fort sur ces hauteurs pourtant très modestes qui dominent magnifiquement les étangs de Leucate et de Salses. Depuis peu et à cause de ces deux vents violents venant du Nord, certaines sociétés de production d’énergie n’ont rien trouvé de mieux que d’installer un vaste parc éolien planté d’immenses « sèche-cheveux ». Alors si toutefois, ils vous prenaient l’envie de partir randonner avec les cheveux mouillés, ici au dessus de Fitou, croyez-moi, d’une manière ou d’une autre, ils sécheront très vite. Quand à vous Mesdames, il n’est pas recommandé d’y venir avec une « mise en plis tendance» ou une « permanente fashion victim » car vous risqueriez d’en revenir bien ébouriffées et faire cette randonnée de manière échevelée, ce n’est pas ce qu’il y a de mieux. En réalité et blague à part, dans cette garrigue parfumée aux senteurs de romarins, de thyms et de lavandes, cette randonnée à la Serre du Scorpion décoiffe toujours autant et quand ce n’est pas le cers, la tramontane ou même la marinade, ce sont désormais les éoliennes fraîchement installées qui se chargent de la ventilation dès le départ. Le départ de cette balade s’effectue non loin du lieu-dit « Cortal Marty ». Pour atteindre ce départ, on traverse Fitou par la D.50, direction Treilles puis peu de temps après avoir quitté Fitou, au carrefour Feuilla-Treilles-Opoul, on emprunte sur quelques dizaines de mètres l’étroite D.9 qui file à gauche vers Opoul. Le départ est là, sur la gauche presque en face d’une jolie capitelle qui se trouve un peu plus loin, sur le bas-côté droit de la route. Un petit terre-plein au départ du parcours permet de garer quelques véhicules sans gêner la circulation. On emprunte la piste déjà balisée en jaune qui monte en épingle à cheveux par rapport à la D.9. Ici, dès la première intersection de plusieurs chemins, si le randonneur a l’esprit autant imaginatif que Don Quichotte, il va croire qu’il voit lui aussi des géants à la place des immenses moulins blancs qui brassent l’espace et s’emparent du paysage de tous côtés. En effet, ici les éoliennes pullulent sur toutes les collines et j’avoue que je ne les trouve pas si moches que ça au regard  de l’horreur et du risque qu’aurait pu représenté l’installation d’une centrale nucléaire que je n’ose imaginer. En tous cas, ces éoliennes si proches ont pour effet d’attirer les regards. Mais si le regard est attiré par les éoliennes, il l’est également par deux panonceaux indicatifs de randonnées aux intitulés un peu trop « bateaux » à mon goût : « De la garrigue au vignoble » et « A la découverte d’un pays ». Bien que ces deux P.R ne correspondent pas exactement à ma balade, dans l’immédiat, on va suivre très longtemps le second et finir bizarrement par les deux car leur itinéraire devient commun de Fitou jusqu’ici. Le chemin monte à droite vers Les Courtiels en direction du parc éolien le plus proche et d’une petite bâtisse toute en hauteur dont on peut penser qu’il s’agit d’un vieux poste de transformation électrique comme on en construisait au siècle précèdent. Un peu plus haut derrière les éoliennes, on remarque un haut pylône surmonté d’une plate-forme sommitale et selon l’Histoire de Fitou, il s’agirait d’un vieux phare de jalonnement aéronautique construit en 1927 qui, la nuit, guidait les avions de l’Aéropostale dans leur mission d’acheminement du courrier de Toulouse jusqu’à Dakar. Ici, le chemin passe entre deux impressionnantes éoliennes et sans vraiment sans douter, à 162 mètres d’altitude, on a déjà atteint le point culminant de notre balade. Au milieu d’une végétation rare et rase, les points de vues sont légions et ils dévoilent de magnifiques panoramas sur l’Etang de Leucate et son parc ostréicole. Au loin, c’est la Méditerranée qui agitent quelques reflets d’argent derrière la langue de terre que constituent les plages qui vont du Barcarès à Leucate. Un nouveau panonceau en partie arraché par les vents indique la marche à suivre en direction du Plat des Lugunals. Le sentier s’aplanit. La végétation formée d’arbustes et de plantes de type méditerranéen, toujours aussi basse devient plus fournie. Etonnamment, on y trouve quelques pieds de graminées comme certains « carex » dont les graines ont du être emportées depuis la rive des étangs. Mais l’essentiel de la flore, ce sont toutes les plantes habituelles de la garrigue comme le chêne vert, le chêne kermès, l’amandier, le roncier, le genêt scorpion, le buis, le thym, le ciste, la lavande, le buplèvre ligneux, le pistachier lentisque, le genévrier, la camélée, le nerprun alaterne, le fenouil, l’oléastre ou olivier sauvage, etc.… ; mais en marchant ce que l’on remarque surtout, ce sont les nombreux romarins bleus ou blancs dont la deuxième floraison annuelle et automnale délivre la seule vraie touche de couleur dans cette flore plutôt uniforme et terne. Le chemin lui aussi se colore et devient parfois ocre ou parfois très rouge au moment même où le seigneur Canigou esquisse son haut sommet couleur de neiges dans un horizon grisâtre et incertain en ce doux mois de décembre. Sur la gauche, les Albères plongent leur longue chaîne bleutée dans une mer aux reflets dorés. Témoins d’un pastoralisme oublié et d’une agriculture disparue, de nombreux murets, des amoncellements de pierres sèches et plusieurs jolies capitelles qui n’ont rien à envier à celles que j’avais découvertes dans la « Tourèze  Mystérieuse » ponctuent l’itinéraire. Il y aurait paraît-il plus de 200 capitelles sur le territoire de Fitou. En atteignant quelques vieux enclos puis un grand mas où quelques chiens bons gardiens mais pas vraiment méchants accueillent en aboyant le randonneur pédestre, ce dernier, s’il est insouciant ne saura pas qu’il vient en même temps d’atteindre notre objectif du jour « La Serre du Scorpion », et de franchir une frontière, celle qui sépare les départements de l’Aude et des Pyrénées-Orientales. Il faut dire qu’ici rien ne laisse présager une telle démarcation. Quand à la ligne de crêtes ou de collines escomptées que l’on peut imaginer en pensant à une « serre », ici tout est si plat et le vent souffle si fort qu’on en est même à se demander si ce n’est pas lui qui a fini par tout éroder et aplanir. Alors, sans doute, vous demanderez-vous pourquoi on appelle ce lieu la Serre du Scorpion ? En réalité, il s’agit bien d’une petite colline dont le sommet est un vaste plateau culminant à 137 mètres d’altitude et on en sera convaincu en amorçant un peu plus loin la longue descente qui petit à petit nous ramènera quasiment vers le niveau de la mer et un peu plus tard vers Fitou. Quand à l’intitulé de « scorpion », le lieu est connu pour abriter quelques Buthus Occitanus plus connus sous le nom de Scorpions Languedociens ou Scorpions Jaunes. Comme, il y a en France peu d’espèces de scorpions, celui-ci bien plus clair (jaune en général mais allant du clair très pâle presque blanc jusqu’à l’ocre) et surtout bien plus gros à la taille adulte (entre 6 et 10 cm de long des pinces à l’extrémité de la queue) ne pourra pas être confondu avec le petit scorpion noir (Euscorpius flavicaudis) que nous avons l’habitude de voir sur les murs de certaines de nos maisons du Midi. Son cousin, le Scorpion Languedocien lui ne vit pratiquement qu’au milieu de la garrigue et de préférence dans un environnement très rocailleux où il pourra très facilement vivre et se cacher sous un pierre plate où il creuse dans un sol meuble et plus ou moins profondément une tanière selon la saison. Comme il a une activité essentiellement printanière puis estivale et nocturne, pour le trouver, il vous faudra soit randonner la nuit et aux beaux jours de préférence soit avoir beaucoup de chance ou bien encore avoir l’oeil d’un véritable expert car en général, le Scorpion Languedocien vit dans un biotope particulier situé sur le versant ensoleillé de terrains favorables à son habitat où l’entrée de son terrier est très souvent soigneusement nettoyée de tout caillou et de tout déchet. C’est de cette manière que vous aurez le plus de chance d’en trouver en plein jour alors ne perdez pas de temps à le chercher en soulevant des pierres car vous risqueriez d’en lever quelques tonnes pour un piètre résultat. Si malgré ces recommandations et par curiosité, il vous prenait néanmoins l’envie de redresser quelques pierres plates, faites très attention et sachez que son habitat est sensiblement le même que celui des vipères aspic. Quant à la piqûre d’un Buthus Occitanus même si elle n’est pas mortelle, elle peut s’avérer très sérieuse tant son venin est toxique. Mais dans cette « serre » plutôt agréable à cheminer, laissons tranquille les quelques scorpions dont l’espèce est désormais menacée dans certaines régions par la raréfaction de son domaine et revenons-en à notre chemin. Il se met à zigzaguer tantôt vers l’ouest tantôt vers le sud et laisse sur la droite les vestiges d’un vieux mas délabré avec vues sur un petit vignoble lui aussi anéanti où quelques ceps desséchés finissent de se racornir au soleil. Peu après l’ombrage d’une jolie pinède, l’itinéraire fait un angle droit et part vers le nord-est, c'est-à-dire vers la gauche sur la piste DFCI C34Bis. Quasiment rectiligne et avec de jolies vues sur les éoliennes et le prélude des Corbières, cette piste nous amène au milieu de nouvelles pinèdes sur un plateau qui va peu à peu nous laisser entrevoir de jolies panoramas sur les étangs et la Méditerranée. Nous sommes au Plat de la Coum Servi que l’on va quitter rapidement en amorçant la descente décrite précédemment. Ici, le regard porte très loin vers Leucate, Port-la-Nouvelle et parfois bien plus loin encore vers Sète et son Mont Saint-Clair quand le temps est parait-il suffisamment lumineux pour cela. Parfois dans la descente, d’autres murets et d’autres capitelles bordent le parcours et on finit par atteindre un chemin plat devant une belle propriété au lieu-dit bien nommé « le Cortal des Garrigues ». On poursuit tout droit l’itinéraire qui coupe une route asphaltée et peu de temps après, on remarque sur la droite au sein même de la pinède que l’on longe, une étrange borne qui ressemble à s’y méprendre à celles découvertes près de Bélesta sur le P.R que j’avais eu l’occasion de décrire dans ce blog et qui s’intitule « A travers les âges ». Que fait-elle là ? J’avoue avoir trouvé peu de renseignements hors mis le fait qu’il s’agirait d’une borne militaire et que le nom de Fitou aurait pour origine le mot « fita » qui en latin signifierait « borne ».  Toutefois et comme à Bélesta, il semble qu’ici aussi la frontière définie en 1258 par le Traité de Corbeil entre royaumes d’Aragon et de France soit très longtemps passée par là.  Mais cette borne est d’autant plus surprenante qu’elle n’est pas la seule et pour en voir d’autres, il faut ici modifier quelque peu l’itinéraire original et monter à droite vers le Pech des Teissonières tout proche. Outre une borne cubique et deux autres bornes en forme d’obus presque similaires à celle de la pinède bien que plus petites, on découvre depuis ce Pech, de magnifiques panoramas de tous côtés : sur Fitou, Port Fitou, la côte audoise, les étangs, la mer, les Albères et plus banalement l’autoroute tout proche dont la circulation passe à nos pieds. Si vous aimez les grandes fresques murales faites de graffitis ici vous serez enchantés car un immense mur ayant sans doute servi autrefois à vanter les mérites du vignoble fitounais a été taggués pas deux artistes doués qui auraient pour noms Permy et Espry si j’en crois leurs originales signatures. En tous cas, de ces quelques lettres en blocs, je n’ai trouvé aucune signification et j’ai imaginé qu’ici, on aurait pu appeler cet art le « graf’fitou ». Après ces quelques trouvailles, on longe le haut du Pech puis le grillage qui le sépare par sécurité de l’espace autoroutier pour retrouver plus bas près d’un gros cairn le parcours préalablement abandonné. Peu après, on laisse sur la droite le « parcours sportif » et on poursuit le bitume jusqu’à Fitou que l’on aborde par le quartier des Fontanilles. Contrairement au tracé commun aux deux P.R « De la garrigue au vignoble » et « A la découverte d’un pays » qui file en direction du Pech Maurel au dessus du village parallèle au « Travers de la Roque », il m’a paru nettement préférable de traverser le village pour que les randonneurs qui ne le connaissent pas puissent en faire sa visite. Cet itinéraire me semble d’autant mieux qu’il ne perd aucune miette des autres panoramas à percevoir depuis l’autre chemin comme on le verra plus loin. Fitou recèle quelques découvertes très intéressantes esthétiquement et gastronomiquement parlant : tout d’abord son château du XIIeme siècle à l’Histoire très riche désormais transformé en musée et en tables d’hôtes, sa jolie chapelle Saint-Joseph avec son étonnante tour crénelée, son église Saint-Julien et Sainte-Basilisse magnifiquement restaurée, quelques restaurants estimés sans parler de toutes ses caves vinicoles particulières où le randonneur amateur de bons vins y trouvera son bonheur et l’embarras du choix. Notre visite de Fitou se terminant par l’Eglise Saint-Julien et Sainte-Basilisse, on emprunte sur quelques mètres la petite route asphaltée qui passe derrière le cimetière tout en prêtant attention à une sente qui file à main gauche et rejoint plus haut la piste qui monte vers le Pech Maurel. On retrouve nos deux P.R et une fois encore de magnifiques panoramas lointains se dévoilent de tous côtés mais ici ce qui surprend le plus, ce sont toutes ces murailles et ces amas de pierres sèches qui sillonnent le paysage en tous sens. On n’ose imaginer le travail d’épierrement et de défrichage que ces tas de cailloux ont du engendrer. Le Pech Maurel (145 m) et sa jolie table d’orientation sont vite atteints puis le chemin redescend en zigzaguant vers le Cortal Marty où on finit par retrouver son véhicule au bord de la D.9. Comptez environ 16 kilomètres pour cette balade sans réelle difficulté en incluant mes quelques variantes et la visite de Fitou qui emprunte de nombreuses et jolies petites ruelles. Au fait, moi je ne suis jamais revenu décoiffé de cette balade et savez-vous pourquoi ? Gel fixant ou calvitie ? Je vous laisse deviner ! Hi ! Hi ! Hi ! Carte IGN 2547 OT Durban – Corbières- Leucate – Plages du Roussillon Top 25.


    votre commentaire

  • aux-portes-de-boucheville

    auxportesbouchevilleign

    Vous allez certainement vous dire que je ne quitte plus le pays Fenouillèdes car après l'époustouflant Pic de Vergès, le retour dans le temps à la Tour de Lansac, me voilà désormais au ravissant hameau de Vira pour une petite balade qui s'appelle "Aux portes de Boucheville". Autant le reconnaître, ce jour-là, Dany et moi, nous n'étions pas vraiment partis  là-bas dans cette grandiose et superbe forêt de Boucheville pour faire une véritable randonnée car notre objectif principal était d’abord d'aller cueillir du houx pour préparer le marché de Noël de notre village. Le résultat de cette agréable cueillette étant de constituer de jolis bouquets au profit de l'Association des Chats d'Oc de Saint-Estève, association qui avec beaucoup de persévérance et de courage vient en aide à nos animaux de compagnie depuis de nombreuses années. Le temps très doux de ce joli jour de décembre et l’occasion faisant le larron, nous avons donc joint l'utile à l'agréable. Et quand, je dis agréable, cet aspect-là des choses n'a pas consisté seulement à marcher, à pique-niquer et à ramasser du houx car il y a eu d'autres moments bien délicieux au cours de cette petite balade. En premier lieu, quand nous avons laissé notre véhicule à l’entrée du hameau, un gentil chien est venu d’emblée nous faire des fêtes. Allez savoir pourquoi, nous l’avons presque immédiatement appelé « Virus ». Sans doute, à cause du nom du village « Vira » mais aussi peut-être parce qu’il était collant et aussi difficile à se débarrasser qu’une maladie virale. Virus a commencé par nous suivre jusqu’à la place principale où, depuis que j’avais effectué une jolie boucle à la « Source des Verriers », je savais à l’avance que je trouverais d’autres panonceaux de randonnées. Effectivement, trois panneaux sont là pour donner le départ vers la Source des Verriers, le Sentier botanique de Vira et enfin notre randonnée du jour : « Aux Portes de Boucheville – 5,3 km – 1h50 – dénivelé 230 m ». Bizarrement et avant même que l’on emprunte le bon itinéraire, notre ami Virus, à la fois canin et câlin est déjà là à attendre dans la bonne direction comme s’il savait déjà quelle balade nous avons choisie. En tous cas, lui est bien décidé à venir en balade avec nous et quant on passe devant « La Claire Fontaine » en empruntant le « Chemin des Pradillets », Virus a déjà pris 20 mètres d’avance et il nous attends assis sagement sur son arrière-train avec un petit air qui semble vouloir dire : « Eh les amis, il faudrait voir à accélérer un peu le pas ! » Arrivé près d’un bel oratoire, il a déjà tourné à droite et il va en être ainsi tout au long du parcours car s’il y a une réelle évidence, c’est celle de constater que Virus connaît pas cœur cet itinéraire « Aux Portes de Boucheville ». Il faut reconnaître qu’en suivant Virus, Dany et moi ne trouvons pas utile de suivre les marques peintes en jaune pourtant parfaitement présentes et visibles. Virus, lui, suit son propre balisage jaune, celui de ses traces d’urine qu’il laisse à tous bouts de champ et à intervalles réguliers en levant la patte. Le chemin s’élève bien vite et laisse entrevoir des vues magnifiques sur Vira mais aussi bien plus loin, vers les blanches Corbières et les 1.230 mètres de son point culminant le Pech de Bugarach, véritable mastodonte de calcaire vu d’ici. Mais étonnamment, c’est un autre sommet, le Sarrat Naout qui semble bien moins haut qui attire nos regards. Pourtant, point culminant lui aussi mais des Fenouillèdes cette fois, avec ses 1.310 mètres de hauteur, le Sarrat Naout n’a rien à envier au Bugarach et il domine remarquablement le paysage de son dôme roussâtre qui se dévoile au bout du sentier. Plus loin, c’est le Pech de Fraissinet qui découvre sa protubérance pelée telle une grande baleine à bosse qui flotterait sur un immense océan végétal. Après les pluies torrentielles des derniers jours, les abords du chemin sont de véritables champignonnières naturelles mais dommage car la plupart des champignons sont soit déjà véreux soit dangereux et inconsommables. Avec deux gros lactaires délicieux et deux gros bolets dont un excellent « bleuissant » trouvés dans la forêt, nous aurons plus de chance en début d’après-midi mais l’heure du pique-nique est déjà venue au grand dam de Virus qui se demande bien pourquoi tout à coup on s’arrête. Lui qui sans cesse marche avec 20 ou 30 mètres d’avance mais reviens aussitôt vers nous quand il nous perd de vue, accomplissant ainsi plusieurs fois le parcours, cette fois, il ne comprend pas cette halte impromptue. Il aboie, part en courant puis revient, dodeline de la tête comme pour nous dire : « eh que faites-vous, il faut y aller, c’est par là ! ». Puis il s’arrête et nous regarde de son air désabusé, surpris de nous voir nous installer sur la pelouse d’une clairière ensoleillée. Mais quand on sort les casse-croûtes, Virus n’est pas si bête que ça  et il comprend vite que s’il veut sa part de la collation, il a tout intérêt à venir s’allonger entre nous deux. Mais Virus, même en jouant les mendiants avec ses faux airs de chien battu, est bien difficile à contenter car quand on lui tend un morceau de notre sandwich, il délaisse le pain et préfère sans contestation aucune le jambon, le saucisson et le pâté. L’après-midi, nous reprenons la piste forestière qui zigzague dans une belle hêtraie où les vestiges de quelques cortals finissent de tomber en ruines. Si les hêtres déjà bien dégarnis de leurs feuilles sont les plus nombreux, quelques derniers feuillages d’autres essences luttent encore pour le titre de la plus belle couleur d’automne. Quand aux quelques pins et autres conifères, ils sont parfois les terrains de jeux de quelques écureuils joueurs, malicieux et très difficiles à photographier. Pour trouver du houx aux superbes boules rouges que nous sommes venus chercher, il nous faudra néanmoins sortir un peu des sentiers battus. Virus, lui, continue à nous montrer la route et s’agace de nos volte-face incessantes quand on se met en quête de chercher des champignons ou bien du houx ou quand je cours avec mon numérique derrière un écureuil. Puis, Virus repart de la plus belle des manières et semble apprécier quand on retrouve le parcours dont il connaît l’itinéraire aussi bien que le bout de sa « truffe ». A l’approche d’un joli chalet de bois, Virus part dans le pré comme s’il connaissait très bien les lieux mais ce dernier étant vide de tout occupant, il se ravise et reprend la course en avant de sa « folle » chevauchée dans la descente qui mène directement vers l’aire de pique-nique et le sentier botanique tout proche. Situé à moins de 200 mètres, on peut aisément coupler la découverte du sentier botanique de Vira à cette courte randonnée. A cette intersection de plusieurs chemins et après avoir retrouver le bitume sur quelques centaines de mètres, on va très rapidement le délaisser à nouveau en s’élevant parallèlement à la route forestière qui arrive directement de la Source des Verriers et descend vers le village. Nous, du village, on va en avoir une ultime et magnifique vue aérienne sur ce dernier tronçon du parcours qui, au travers d’un chemin parfois haut ou parfois creux, encadré qu’il est de terrasses de pierres sèches, nous emmène illico à Vira. Au village, Virus retrouve un petit dogue, bon pote à lui semble-t-il et ils vont finir ensemble et sans problèmes nos restes de casse-croûtes.  Mais quand l’heure de reprendre la route a sonné, c’est avec un petit pincement au cœur que nous regardons Virus courir derrière notre voiture en aboyant comme s’il voulait nous dire : « Revenez, ne partez pas, revenez !!! ». Ah, si nous n’avions pas tant de chats et si tu n’avais pas un gentil maître qui te laisse tout le loisir de gambader, nous aurions bien aimé t’adopter affectueux et attachant Virus ! Et puis Virus, il faudra bien que tu continues à montrer le chemin à tous ces futurs randonneurs qui viendront effectuer cette jolie randonnée qui figure en bonne place dans le guide « 34 randonnées en Agly-Verdouble » ? Pause pique-nique et recherches incluses, nous avons mis trois heures pour accomplir cet agréable circuit « Aux Portes de Boucheville ». Il s’adresse à tout le monde et peut-être l’occasion d’une agréable sortie familiale où jeunes et moins jeunes y trouveront leur compte. Carte IGN 2348 ET Prades - Saint-Paul-de-Fenouillet Top 25.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires