• Le Château des Maures et le viaduc de l'Escargot depuis Caudiès-de-Fenouillèdes


    Ayant intitulé cette jolie randonnée le « Château des Maures », autant être honnête de suite, le château en question, ce n’est ni Chambord, encore moins Versailles et pour dire vrai, en terme d’esthétique, il n’arrive même pas à la cheville de celui de Salses ! Non, ce « Château des Maures »,  ce ne sont que quelques ruines, quelques vieilles pierres d’enceintes ou de fortifications d’un bastion du XIIème siècle dont l’historien Jean Tosti dit de lui qu’il aurait été destiné à défendre le Razès, petite région audoise, des attaques venant du sud et qu’il n’aurait de « Maures » que le nom. D’autres historiens disent qu’il s’agirait d’un château wisigoth.  Alors peu importe l’origine et la splendeur passée de ce château, objectif de notre journée, car il y a sur ce circuit bien d’autres jolies choses à voir et notamment le Viaduc de l’Escargot qui lui est contigu. Le départ s’effectue depuis Caudiès-de-Fenouillèdes où on peut laisser sa voiture sur l’esplanade aux Monuments aux Morts. Sur cette place, qui se trouve sur la droite de la D.117 en venant de Perpignan et en face du Syndicat d’Initiative, il y a quelques places de parking. De là, il faut prendre la direction de l’église puis l’avenue du Col Saint-Louis. Vous aurez certainement aperçu divers balisages et surtout les marques blanches et rouges propres à un G.R. Ici, vous êtes sur le G.R.36 qui est commun avec le trop méconnu Tour des Fenouillèdes et un petit P.R connu des randonneurs du coin qui s’appelle le « Chemin du Facteur ». On sort du village en suivant le balisage, on enjambe la rivière Boulzane et on poursuit la D.9 direction le col Saint-Louis, jusqu’à un poste transformateur EDF qui se trouve sur la gauche près d’une croix et à un embranchement. A ce croisement, on tourne à gauche, on passe devant le transfo et on continue cette jolie petite route de campagne qui longe le Boulzane, coupe son affluent l’Adoutx, petit ruisseau qui prend sa source non loin du château des Maures. Au bout de deux kilomètres environ, au lieu-dit la Muscatière, la route traverse cette propriété privée. Ici on quitte la route rectiligne par la droite pour un large chemin en terre qui se rétrécie rapidement en entrant dans la forêt. Le sentier désormais balisé en jaune tourne en épingle à cheveux en atteignant le hameau en ruines de Borde de Rivière. Ici, sur un sentier tout en sous-bois, caillouteux et très souvent raviné ou labouré par les sangliers démarre l’essentiel des 370 mètres de dénivelés qui vont nous mener jusqu’au château des Maures. Dans cette progression toujours en forêt, d’abord sous de petits chênes verts et lièges puis sous des grands chênes pubescents, quelques hêtres et conifères, il faut profiter de chaque trouée et de chaque fenêtre que dessinent les branches pour découvrir les paysages qui s’offrent à notre regard. Dans notre dos, les vues portent loin vers la vallée de la Boulzane, vers Caudiès, Fenouillet et ses châteaux et sur la droite, on aperçoit la forêt du Bach, la Serre de la Quière, le Pic d’Estable et sa splendide forêt domaniale d’En Malo, Puilaurens et son château dressé sur son piton rocheux, Lapradelle et son superbe viaduc construit en 1900 lors de la création de la ligne de chemins de fer. Au lieu-dit Rabasteins, vieil hameau en ruines dont on ne distingue que peu de vestiges depuis le chemin, le sentier s’arrête de grimper et on entre dans une petite clairière gazonnée entourée de hauts buis. Ici au milieu de la pelouse, on découvre avec surprise ce qui semble être une vieille Peugeot 203. Elle est bleue, rouillée mais surtout trouée comme une passoire. En l’approchant, on s’attend à tout moment à voir tomber par ses portières quelques cadavres de gangsters comme au bon vieux temps de la prohibition mais en réalité ce sont des chasseurs en manque de gibiers qui se sont amusés à faire des  « cartons ». On prend le chemin le plus large toujours balisé en jaune qui descend légèrement et quelques minutes plus tard on aboutit sur la D.9 où les vues splendides s’entrouvrent sur l’ample ravin de l’Adoutx et le joli viaduc de l’Escargot. On tourne à droite en évitant le goudron de la route par des raccourcis évidents qui coupent les virages et on rejoint très rapidement le viaduc en colimaçon et le château des Maures qui se trouve juste en contrebas. Ce viaduc présente la particularité d’être un des premiers ouvrages à péages construit après la Révolution. Il faut savoir qu’en 1839, le duc Ferdinand-Philippe d’Orléans, prince royal de France, passant par le Col Saint-Louis,  en route pour Port-Vendres où il devait embarquer pour se rendre à Alger voir le Dey, eut les pires difficultés à franchir cette route escarpée où il était nécessaire de débâter les chevaux et de transporter les chargements à bras d’hommes. Ce pénible épisode le contraint à pique-niquer ici en rase campagne. Gardant en mémoire ce désagréable souvenir, il fit voter dès son retour en France un texte autorisant la construction d’un ouvrage à péages à ce passage. L’histoire prétend que le viaduc en colimaçon aurait été  construit à l’aide des pierres du château. Après ces belles découvertes, on continue à descendre la D.9 tout en prêtant attention à ne pas oublier la stèle dédiée au célèbre pique-nique du 15 septembre 1839 du Duc d’Orléans. Elle se trouve sur le bas-côté gauche de la route juste après une petite grotte. On poursuit jusqu’au prochain virage et là, à main gauche, on quitte la route pour une large piste en terre qui s’élève en zigzaguant et depuis laquelle s’entrouvrent de superbes panoramas sur le viaduc, le ravin de l’Adoutx jusqu’à Caudiès et bien plus loin encore vers la forêt de Boucheville et toute une vaste étendue des Hautes-Fenouillèdes. Cette piste terreuse va peu à peu se transformer en un agréable chemin verdoyant qui va filer d’abord en balcon puis en forêt pour se terminer en une draille herbeuse et parfois boueuse au beau milieu d’une vaste prairie d’estives au hameau abandonné de Malabrac. Cet agréable chemin laisse entrevoir quelques jolis sommets : plutôt lointains pour ce qui concerne le Canigou et les pics ariégeois enneigés et bien plus proche pour celui arrondi du Pech de Bugarach.  Juste après la traversée du hameau, on prend garde à bien emprunter le G.R.36 qui part à droite et qui redescend par une sente raide et très escarpée vers Caudiès-de-Fenouillèdes. D’ailleurs, la descente est l’occasion de vues aériennes sublimes sur le village et tous ses environs.  Au pied de cette falaise abrupte que l’on vient de descendre, on retrouve le bitume de la D.9 et un peu plus tard celui des ruelles du village. Si après cette quinzaine de kilomètres, il vous reste encore un peu de vaillance, n’hésitez pas à partir à la découverte du village, vous y découvrirez encore quelques merveilles : son quartier moyenâgeux avec les vestiges de son fort et de ses remparts, ses vieilles maisons à colombages et à encorbellements ; sa tour du Viguier, sa belle église paroissiale du XVIème siècle, sa jolie mairie qui date de 1656 et bien d’autres choses encore. Je vous l’avais dit au début de cet article : il y a une multitude de jolies choses à voir sur ce circuit et le château n’est vraiment qu’un prétexte. Alors ne faites pas les « Maures » et venez-y marcher ! Carte IGN 2348 ET Prades – Saint-Paul-de-Fenouillet et 2347 OT Quillan – Alet-les-Bains Top 25.

    Enregistrer

    « La Chapelle Sant Marti de la Roca (518 m) depuis Camélas (314 m)Plus le temps passe et plus je vieillis.....Hommage à mon ami Gilou.... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    serge
    Jeudi 14 Juillet 2016 à 13:31

    êtes vous sûr de la date du pique-nique...15 JUILLET 1839...Le Prince ne trouvait-il pas en SEPTEMBRE à Caudiès?

    un mois et demi pour aller du col Saint Louis jusqu'à Caudiès

    merci pour la réponse!

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :