• 1969 - 1986 Mon onde informatique.

    1969 - 1986 Mon onde informatique.

    L'ordinateur Gamma 10 de chez Bull et son imprimante tel qu'on pouvait les voir dans n'importe quel atelier d'informatique dans les année 1960/70. A lui tout seul, il nécessitait au moins 20m2 auquel il fallait ajouté la place pour les trieuses, les interclasseuses et les grands bacs servant à entreposer et à classer les cartes perforées, en réalité les fichiers, les données et les programmes (logiciels). Les ateliers que j'ai connus occupaient un espace de 200 à 400 m2. A lui tout seul son poids total, imprimante incluse était de 1.350 kg. L'ensemble était assourdissant mais à l'époque il n'existait pas de réglementations en la matière. Pas plus d'ailleurs pour le poids que nous soulevions à longueur de journée. Un carton contenant 3000 cartes vierges pesait 6,7 kg et un bac métallique plus du doubleJ'y ai bossé dessus pendant 10 ans du 23 avril 1971 jusqu'en mai 1981. 

    1969 - 1986 Mon onde informatique :

    Il y a quelques jours, j’ai rêvé d’un temps où je bossais sur un ordinateur Gamma 10. Sans doute, ce nom ne vous dira-t-il rien et pour cause ? Vous ne serez pas seul(e) dans ce cas, car le Gamma 10 était un ordinateur à cartes perforées de chez Bull qui avait vu le jour en 1963 et sur lequel j’ai commencé à bosser au retour de mon service militaire en avril 1971. Ensuite, une fois éveillé, et de fil en aiguille, ce rêve se transforma en une pensée qui fit son chemin dans ma tête et ce, pendant quelques jours. Ce cheminement, loin d’être simple, fut une longue quête personnelle au cours de laquelle j’essayais de me souvenir de tout ce qui avait pu se passer depuis, dans ce monde incroyable que l’on définit désormais sous le vocable générique d’ « informatique ». En 1971, autant l’avouer ce mot « informatique » n’avait pas du tout la même résonance que de nos jours. Je l’employais certes mais seulement du bout des lèvres car avant tout je considérais qu’il était l’affaire d’ingénieurs spécialisés dans le traitement automatisé de l’information. Je débutais et je n’avais donc pas cette prétention.

    1969 - 1986 Mon onde informatique.1969 - 1986 Mon onde informatique.

    Portes ouvertes, le dos du Gamma 10 à droite et à gauche sa partie faciale avec le lecteur de cartes. Le logiciel ou programme était enregistré dans la mémoire de l'ordinateur au moyen d'un jeu de cartes, auquel venait parfois s'ajoutait des plots que l'on enfichait ou pas dans un tableau de connexion qu'on appelait le sélecteur d'indices. 

    Alors bien sûr, avec cette envie d’écrire qui prend de plus en plus d’ampleur au fil de mon vieillissement, ce désir de laisser quelques petits pans de ma vie, je me suis dit « il faut que tu couches tout ça sur papier ! ». Enfin quand je dis « papier », il faut entendre « ordinateur », « blog » et plus spécialement « Mon Journal Mensuel », ici présent. En effet, je ne garde aucun mauvais souvenir de cette période, qui commence en 1969 et se termine en 1986, même, et vous le verrez, si j’ai connu des périodes très difficiles au cours de mon parcours professionnel. Ces souvenirs, les voici tels qu’ils se sont enchaînés dans ma mémoire il y a quelques jours :

     

    Abstraction faite de tout aspect affectif, si je devais retenir deux ou trois mots du dictionnaire ayant marqué ma vie professionnelle, je choisirais incontestablement les mots « informatique, ordinateur et gestion ». Oui l’informatique dite de gestion et les ordinateurs ont accompagné ma vie et je pourrais presque dire bercée. Ma vie professionnelle bien évidemment, mais par voie de conséquence ma vie personnelle également. Si je devais imager cette pensée, je dirais que l’informatique a été une onde sur laquelle j’ai surfé et continue de le faire encore aujourd’hui. Attention, quand je dis « onde », n’y voyait pas une violente vague déferlante qui finalement m’aurait jeté sur les récifs du désenchantement. Non, cette onde serait plutôt un petit mascaret sur lequel je me suis laissé porté, en bossant beaucoup certes, mais selon les opportunités qui se sont présentées au cours de ma vie professionnelle, vie professionnelle quelque peu mouvementée dans la mesure où j’ai changé 16 fois d’employeurs. Ici, dans ce récit, vous ne trouverez que les 5 ou 6 premiers.

     1969 - 1986 Mon onde informatique.

    Quand ces mots « informatique et ordinateur » sont-ils  venus à mes oreilles pour la première fois ? Je ne m’en souviens plus exactement mais c’était probablement dans les années 1966 à 1968. Où les aurais-je entendu ? Au lycée, où je commençais à apprendre les techniques quantitatives de gestion, préparatoires au « fameux » bac G2 que je devais passer et échouer piteusement en 1969, après mai 68, année fatale pour de nombreux candidats bacheliers ? Auprès de mon frère qui bossait déjà  sur des tabulatrices ; ancêtres des premiers ordinateurs ; dans un bureau marseillais de mécanographie ?  Auprès de mon père, comptable dans une entreprise d’électricité commençant à s’équiper en matériel informatique et où j’avais fait quelques stages d’été ? Je ne sais plus ! La seule chose dont je me souvienne est de m’être inscrit dans une école spécialisée en informatique juste après mon échec au bac. Elle s’appelait B.I.M pour Bureau d’Information pour la Mécanographie. Comme on le voit, le mot « informatique » était là aussi absent même si B.I.M voulait imiter l’immense Big Blue, c'est-à-dire I.B.M au moins dans son sigle. Là, j’ai commencé à m’initier à l’informatique et à un langage de programmation qui s’appelait COBOL (Common Business Oriented Language), langage applicable sur les premiers ordinateurs de la série IBM 360. Cette courte formation attestée par un diplôme de fin d’études allait être le tout premier étrier de ma future vie professionnelle. Il y en a eu bien d’autres ensuite. Nous sommes en novembre 1969. Encouragé par cette première réussite, dans cette discipline d’avenir, je n’avais qu’une seule  idée en tête, m’y engouffrer et m’y accrocher de toutes mes forces. Après des études plutôt ratées, je devais bien ça à mes parents ! Dans l’attente de mon appel sous les drapeaux, je bosse de nuit dans une usine, non pas en informatique, mais directement devant une presse qui fabrique des jouets. C’est l’entreprise Van Ruymbeke. En avril 1970, service militaire oblige, et alors que je devais être pistonner pour partir bosser dans un centre de mécanographie de l’armée de l’air à Aix-Les Milles, première déception car je me retrouve à Solenzara et dans un bureau à remplir des autorisations de permissions pour tous les bidasses. Dans cette base aérienne corse, ni la mécanographie, ni l’informatique ne sont arrivées jusqu’ici et j’en suis réduit à utiliser un stylo Bic le matin et à « glandouiller » le reste du temps. Heureusement, qui dit Solenzara dit soleil, qui dit soleil dit vacances, qui dit vacances dit permissions. La boucle est bouclée car pour moi m’accorder un maximum de permissions est devenu un jeu. Ce jeu dont j’ai pipé les dés se terminera par un blâme directement octroyé par le colonel de la base, colonel qui ne comprendra jamais comment sur 12 mois de service, j’ai pu cumuler plus de 4 mois de permissions ! Heureusement la quille est là et je rejoins mes pénates marseillais. Au final, cette année de service aura été une année perdue même s’il faut bien admettre que j’ai pris du bon temps et que le vie en société, même avec une discipline militaire, reste une expérience bien utile, ne serait-ce qu’au regard de ce qui va m’attendre après. Bien décidé à rattraper ce temps perdu, le 31 mars 1971, je quitte Solenzara avec néanmoins un certificat de bonne conduite qui satisfait mes parents. Pour eux, ce certificat, ajouté à mes fiançailles avec Dany sont les preuves que j’ai mis du plomb dans ma tête. Ils n’ont pas vraiment tort.  

    Ci-dessus, photo du diplôme BIM obtenu en novembre 1969. C'est mon premier vrai contact avec le monde de l'informatique et donc l'instant où tout a commencé pour moi.

    1969 - 1986 Mon onde informatique.

     

    Moins d’un mois plus tard,  le 23 avril exactement, jour de mon anniversaire, (alors je m’en souviens !), me voilà déjà devant mon premier ordinateur entrain de bosser. Le fameux Gamma 10 dont je viens de rêver 47 ans plus tard ! C’est une société d’import-export marseillaise, la société Jean-Pierre Abitbol qui le possède et qui vient de m’embaucher au salaire « mirifique » de 950 francs par mois. Je suis opérateur, ravi de cette position mais bien décidé à tout apprendre de cet ordinateur en un minimum de temps. Je suis d’autant plus ravi qu’or mis le chef d’atelier, je suis le seul homme au milieu de dizaines de jeunes femmes qui font des trous dans des cartes. Opératrices de saisie, c’est leur nom. Je m’entends super bien avec elles. Entre midi et deux nous allons nous baigner sur la jetée près du Fort Saint-Jean ou bien nous nous retrouvons dans un snack tout proche. La vie est belle et j’ai toujours adoré travaillé avec et au milieu de femmes. Côté boulot, ces fameuses cartes perforées vont rythmer mes premières années d’informatique et quand je dis rythmer ce n’est pas un vain mot. En effet, une carte perforée c’est quoi au juste sinon qu’un bout de papier troué qui se déchire au premier tracas venu. Or les risques de tracas, ce n’est pas ce qu’il manque quand à longueur de journée, on utilise de grosses machines dont la principale caractéristique est d’être très mécanique. Perforatrices de cartes ou de saisie, trieuses, interclasseuses puis ordinateur, le parcours d’une carte perforée est semée d’embûches et quand l’embûche arrive c’est bibi qui doit les refaire intégralement à l’aide d’une petite machine manuelle qui s’appelle la P80, "P" pour poinçonneuse et 80 car la carte perforée dispose de 80 colonnes. Quand un gros bourrage se produit, on passe un temps infini à refaire des cartes et ce temps perdu rallonge d’autant les journées de boulot déjà bien trop longues. Ces cartes perforées, le commun des mortels les retrouve plus régulièrement dans les péages autoroutiers jusqu’en 1982.

    Ci-dessus, des cartes perforées 80 colonnes telles qu'on les manipulait à l'époque.

    Ci-dessous, la fameuse P80 de chez Bull, permettant de refaire les cartes déchirées suite aux nombreux bourrages qui ne manquaient pas de survenir dans le parcours semé d'embûches d'une carte perforée. Cette machine peut se vanter d'avoir été ma complice de nombreuses heures de travail et la souffre-douleur de petites crises d'emportements.

     

    1969 - 1986 Mon onde informatique.

    Au bout de quelques mois chez Abitbol, et ayant apparemment donné entière satisfaction à tous ceux qui me connaissent, et notamment aux techniciens de chez Bull, devenu Honeywell-Bull depuis peu, ces responsables de la maintenance du Gamma 10 m'informent qu'une société aixoise recherche un pupitreur ayant mon profil pour le mois de juillet. Je leur dis que je suis disposé à bosser sous condition de travailler au noir car je n'ai pas envie d'avoir des soucis avec Jean-Pierre Abitbol. Ils contactent la société en question qui me propose de bosser un mois à ces conditions-là. Il s'agit d'une société de services en informatique qui s’appelle Delta Informatique. Elle est affiliée à un groupe plus important qui s'appelle CASECS, sis à Bordeaux si je me souviens bien. Nous sommes en juillet 1971, j'accepte le job et l'accomplis à la satisfaction de mon employeur car je m'aperçois que l'enveloppe perçue est une peu plus conséquente que celle prévue initialement. Il m'a été octroyé une prime. Pendant plus d'un an, je reste sans nouvelle de Delta Informatique. Chez Abitbol, le job en lui-même n'évolue guère mais la charge de travail s'est nettement amplifiée depuis mon embauche. Après avoir constaté que le chef d'atelier Martinez se repose de plus en plus sur moi, je finis pas râler et obtiens l'embauche d'un autre opérateur pour m'aider. Poggioli, c'est son nom et malheureusement après quelques semaines, il n'est pas confirmé à son poste. Je me retrouve de nouveau seul, bosse énormément sans qu'il n'y ait de véritable carotte au bout. Jean-Pierre Abitbol tient l'ensemble du personnel avec des primes qu'il distribue selon son bon vouloir et ses affinités et selon que l'on a été sympa avec lui ou pas. Sympa avec lui, je n'ai jamais trouvé une seule raison de l'être plus que mon naturel m'y conviait. S'il m'arrivait d'avoir des modestes primes, je les devais uniquement à mon travail mais par contre, celles de certaines filles du service de saisie me laissaient pantois, un peu découragé et beaucoup en colère. Ces primes-là n'étaient pas en rapport avec le travail qu'elles accomplissaient. Depuis mon embauche chez lui, j'avais bouquiné tout ce qu’il était possible à propos du Gamma 10 et si je n'avais pas la prétention de tout connaître, j'avais un double sentiment : celui d'être le dindon de la farce du service informatique, c'est à dire celui qui se tape tout mais n'en tire pas les marrons du feu et celui de végéter. Par bonheur, je suis toujours dans les bons petits papiers des responsables de chez Bull, et mon expérience aussi rapide soit-elle, et mon implication dans le boulot me portent chance. Bingo si j’ose dire ! Apparemment contents de moi, pour le travail fourni en juillet 71, Thibault le chef d’atelier puis Philippe le patron de Delta Informatique me rappellent pour me proposer un job à plein temps comme opérateur - pupitreur. Ils me proposent d’augmenter mon salaire de 50% par rapport à celui que j’ai chez Abitbol et rajoutent les frais de déplacement Marseille - Vauvenargues. A cet agréable salaire vient s’ajouter un job beaucoup plus intéressant sur le plan de la gestion, un cadre de travail agréable car blotti dans une pinède et une équipe bien plus réduite que chez Abitbol me permettant une plus grande autonomie dans mon travail quotidien et dans les décisions à prendre. J’accepte et pars bosser définitivement chez Delta Informatique toujours sur Gamma 10. Je bosse beaucoup, parfois jusqu’à 16 heures par jour mais j’apprends beaucoup aussi, tant en informatique où je me perfectionne au langage de programmation Autocode du Gamma 10, espèce d'Assembleur, qu’en comptabilité et en gestion. J'en profite pour m'initier plus profondément au langage Assembleur de chez IBM. Ici, je m’épanouis dans mon job et pour rien au monde, je n’échangerais ma place. En juin 1973, une querelle pour cause d’incompatibilité d’humeur entre le patron Philippe et le chef d’atelier Thibault entraîne le départ de ce dernier et me voilà propulser au rôle de chef d’exploitation auquel je n’aurais jamais pensé, en tous cas, jamais aussi vite. Mon salaire est revu à la hausse et à 24 ans, voilà déjà que je cotise aux cadres. La clientèle s’étoffe et avec elle mon équipe. Nouveau pupitreur que je forme moi-même, nouvelles opératrices de saisie, nouveau commercial, nouvelle secrétaire, tout ce petit monde fonctionne très bien et je ne trouve que du bonheur dans ce travail informatique de gestion pour lequel je semble fait. En septembre 74, je déménage avec femme et enfant du centre-ville de Marseille à Aix. Nous n'y perdons pas au change entre un appartement pourri au dernier étage dans un vieil immeuble du centre-ville de Marseille pour un appartement coquet et de grand standing dans un beau quartier tranquille d'Aix-en-Provence. L’activité de Delta Informatique ? Réaliser sur ordinateur des comptabilités, des paies et des statistiques en tout genre à partir des informations que nous fournissent des clients c'est-à-dire des cabinets d’expertise comptable, des entreprises et des collectivités. Les nombreux contacts avec les clients me forgent une nouvelle expérience qui me sera très utile bien plus vite que je ne l’aurais pensé au départ.

    1969 - 1986 Mon onde informatique. 

    Une opératrice de saisie sur une perforatrice de cartes perforées telle que j'en ai vu des dizaines et des dizaines dans tous les ateliers d'informatique où j'ai bossé. 

    Début 1975, patatras ! Tout s’effondre d’un coup quand Philippe venant de perdre son père perçoit un gros héritage. C’est ce qu’il nous annonce. Il décide de vivre de ses rentes, de tout balancer et veut rapidement liquider l’entreprise. Etant le plus ancien des salariés, je discutaille ferme avec lui mes conditions de départ. De ces discussions, émerge le deal suivant : il me promet de chercher un repreneur pour sa clientèle et si repreneur il y a, il s’engage à obtenir mon embauche dans le cadre du contrat de cette cession. Je l’aide dans ses recherches, trouve un repreneur mais comme il est très fort commercialement je le laisse négocier. La plupart des clients sont contents, moi aussi et Philippe s’enlève une grosse épine du pied vis-à-vis du syndic chargé de la liquidation de son entreprise. C’est ainsi que de juillet à septembre 1975, je me retrouve dans une nouvelle société de services en informatique qui s’appelle SETECS. Je ne connaîtrais jamais rien de cette société nîmoise, ni les dirigeants, ni les locaux pas plus que la définition de son sigle. Le deal prend néanmoins effet car je bosse dans une autre société qui s’appelle la « Nationale de Traitements Informatiques ou N.T.I, filiale d’un groupe plus important du nom de Natel ». Grosse coïncidence, et alors que mon domicile est désormais à Aix-en-Provence, je me retrouve à travailler à quelques dizaines de mètres de chez Abitbol, c'est-à-dire Quai du Lazaret à Marseille où se trouvent les deux entreprises. J’y retrouve parfois quelques anciennes copines dans le snack de mes débuts. Je bosse là quelques mois mais ma destinée se trouve déjà ailleurs. En effet, dans le deal que m’a proposé N.T.I, il y a une mutation obligée et là j’ai le choix entre Paris, Lille ou Perpignan. Sans hésiter et pour ne pas me retrouver dans la grisaille nordique, je fais le choix de Perpignan et ce, malgré un salaire qui va être moindre. Je m’en fous car je sais déjà que je vais travailler au sein d’une petite équipe sympa ; équipe à laquelle je suis déjà parti rendre visite ; et pas au sein d’un pôle informatique très important comme cela aurait été le cas à Paris ou à Lille.

    1969 - 1986 Mon onde informatique. 

    La trieuse de chez Bull. Très bruyante, elle permettait de trier les cartes perforées selon un ordre souhaité. Plusieurs passages des mêmes cartes étaient nécessaires avant d'obtenir le classement voulu. On aperçoit à droite le petit tableau permettant de programmer les ordres à donner à la machine. Le tri était binaire puisqu'il s'effectuait selon la présence ou pas du trou dans la carte, les trous étant disposés à des endroits précis sur des lignes et des colonnes de la carte.

    Dès juillet 1975, ma petite famille s’installe dans un appartement à Perpignan et moi je n’y débarque qu’au mois d’octobre. C’est le laps de temps qu’il me faut pour basculer la clientèle de Delta Informatique sur d’autres gestionnaires de chez N.T.I Marseille. Ici, à Perpignan, je continue de bosser sur Gamma 10 mais comme analyste - programmeur et beaucoup moins comme opérateur - pupitreur. Le boulot est encore plus gratifiant que chez Delta Informatique car il m’appartient désormais de trouver des solutions informatiques pour de nombreux clients et leur gestion. Et quels clients ! De très gros parfois comme les Poupées Bella, les chaussettes Punto Blanco, la compagnie aérienne Europe Aéro Service, les anchois Papa Falcone, le Groupement Interproducteurs du Cru de Banyuls et bien d’autres caves coopératives vinicoles pour les apports des coopérateurs, des banques, des mairies pour lesquelles nous établissons les listes électorales, des syndics immobiliers pour leurs décomptes de copropriété, j’en passe et j’en oublie. Ces entreprises aux activités si diversifiées sont pour moi le début d’une nouvelle évolution, évolution toujours dans la gestion mais avec des ouvertures évidentes vers de nouveaux horizons qui m’étaient jusque là inconnus. Désormais, je me complais dans un travail d’analyse et de programmation logicielle qui m’était jusque là inconnu lui aussi.

    1969 - 1986 Mon onde informatique.

    L'interclasseuse de chez Bull. Aussi bruyante, sinon plus que la trieuse, elle permet d'interclasser des jeux de cartes pour parfaire le classement définitif et en faire des paquets lisibles et donc compréhensibles par le programme et l'unité centrale de l'ordinateur. 

    Les années passent mais la clientèle et notamment les grosses entreprises commencent à s’équiper avec leur propre matériel informatique. L’agence de Perpignan végète puis régresse en perdant du chiffre d’affaires au fil des ans. Notre vieux commercial Michel-Ange, pas suffisamment formé, est dépassé par les nouvelles techniques et technologies informatiques. N.T.I a disparu depuis longtemps et le Groupe Natel, filiale de la Banque Nationale de Paris, est devenu seul maître à bord de la petite agence perpignanaise. En 1979, on apprend que le Générale de Service Informatique (G.S.I) a fait main basse sur Natel mais les deux entités subsistent pendant quelques années avant leur fusion puis la disparition de Natel dans le milieu des années 80. Dans l'immédiat, les audits et le ingénieurs marseillais se succèdent pour analyser ce qui ne fonctionne pas ici à Perpignan mais le constat est toujours le même : c’est la partie commerciale qui pose problème et non pas la partie technique. Nous sommes au début des années 80 et l’informatique vit ces premières années de grandes accélérations technologiques. Peu à peu, le Gamma 10, grand concurrent de l’IBM 1401 au départ, puis de l’IBM 360 ensuite, devient obsolète. Travailler directement sur du matériel IBM, il me faudra attendre presque 10 ans de plus et ce, malgré deux ou trois stages chez Big Blue à la Défense. 

    1969 - 1986 Mon onde informatique. 

    En 1981, après la disparition du Gamma 10, me voilà obligé de m'adapter à un ordinateur de nouvelle génération. Le Northern Télecom NT 585. Contrairement au Gamma 10, j'avoue ne pas en garder des souvenirs impérissables, d'abord parce qu'un rôle de chef d'agence et de commercial m'est dévolu, ensuite parce que le travail sur écran et clavier n'a plus rien à voir avec la manipulation des cartes perforées et enfin et surtout parce que l'évolution de l'informatique est telle que l'on passe d'un ordinateur à un autre sans trop de contraintes car piloter un ordinateur c'est comme piloter une voiture.  Finalité : Quand on en a conduit une, on les a toutes conduites y compris quand il s'agit d'une Formule 1 ! 

    En 1981, l’agence de Perpignan est d’abord rattachée à celle de Nîmes et non plus à celle de Marseille puis quelques mois plus tard, l’agence de Nîmes est elle-même cédée par le Groupe Natel à son principal client nîmois la Compagnie d'Aménagement du Bas-Rhône et du Languedoc. En juin 1981, Nîmes et Perpignan deviennent le Groupement Informatique du Languedoc (G.I.L SA). Notre équipe est complètement dissoute et mon bien aimé Gamma 10, mes trieuses, mes interclasseuses et autres perforatrices finissent leur vie complètement démantelées seulement bonnes pour un ferrailleur. Au fond de mon jardin, je garde le souvenir de ce démantèlement grâce au socle d'une des trieuses, gros bloc d'acier très épais, qui m'a servi de support à la confection d'un barbecue. En 1981, fini les cartes perforées et adieu à mes ami(e)s Michèle, Christiane(s), Jeannot, Michel-Ange et consorts, tout le monde est licencié sauf mon alter ego René, opérateur – pupitreur, et moi, qui par la même occasion, endosse deux poids supplémentaires, ceux de chef d’agence puis de commercial un an plus tard.  Nouveau job, déménagement dans un nouveau local plus petit, nouvelle gentille secrétaire Christiane, qui malheureusement décédera quelques mois plus tard d’un cancer foudroyant, nouvel ordinateur plus puissant et d’une autre technologie, celle d’un Northern Telecom 585 mais sur lequel il nous faut nous former le plus rapidement possible. Les stages de formation vont se succéder et ça ne va jamais plus s’arrêter tant l’informatique évolue à la vitesse grand « V ». Les journées sont plutôt de 12 à 14 heures que de 8.

    1969 - 1986 Mon onde informatique.

    Voilà le premier ordinateur personnel qui est entré dans ma maison en 1983. Le Victor 9000 commercialisé parfois sous le nom de Sirius 1. Il m'aide dans mon travail quotidien, dans mes tâches plus personnelles et me sera d'une grande utilité en 1986 dès lors que que je me retrouve sans emploi et contraint de travailler au noir pour quelques clients qui me sont restés fidèles pas nécessité. D'autres P.C suivront après, mais mes enfants se sont initiés au clavier et à l'écran grâce à ce Victor-là !

    En 4 ou 5 ans, tout s’emballe dans l’informatique et par voie de conséquence pour moi et mes collègues. Les nouveaux ordinateurs possèdent des écrans et des claviers et fonctionnent avec des performances qui n'ont plus rien à voir avec celles du bon vieux Gamma 10. Unités centrales avec de nouveaux processeurs, mémoires, systèmes d'exploitation, lecteurs de supports magnétiques, tout va toujours plus vite et avec des puissances et des capacités de mémorisation démultipliées. Peu de temps après suivent les ordinateurs personnels avec écran aussi qu’on appele P.C pour Personal Computer puis suivront les micro-ordinateurs. De nombreux langages de programmation ont vu le jour depuis l’Assembleur et le COBOL que j’ai appris à mes débuts, les premières liaisons Transpac que l’on appelle « commutation ou liaison Caducée » permettent les échanges de données par paquets et ce, malgré les kilomètres d’éloignement entre deux ordinateurs, les premiers grands réseaux internes entre ordinateurs se constituent, les premiers ordinateurs spécialisés dans les traitements de texte et les tableurs arrivent aussi et sont très rapidement à la mode, mode que ma hiérarchie n’a pas vu arriver, tout comme les ordinateurs personnels d’ailleurs. Malgré ce gros retard pris au démarrage, la nouvelle mission qui m’est confié par ma hiérarchie nîmoise est d’arriver à vendre un maximum de ces ordinateurs personnels car le travail à façon décline au fil des mois. Les clients s’équipent et la concurrence est très rude. Le retard pris ne se rattrapera jamais. Vendre, je n’aime pas ça ! D’abord on ne s’improvise pas commercial et puis en informatique ça n’a jamais été mon job ! Mes patrons essaient de se donner bonne conscience en m’envoyant faire un petit stage de ventes au Florian Mantione Institut. Je m'en souviens très bien car à l'époque c'était le sympathique Florian Mantione lui même qui assurait la formation. Malgré cela, force est d’avouer que je ne retrouve plus les tâches techniques et les activités que j’ai tant aimées dans ce milieu « informatique ». Le premier ordinateur personnel, un Victor,  entre dans ma maison en 1983 et au fil des ans quelques modèles vont se succéder. Femme et enfants adorent car les premiers jeux ; ping-pong, mur de briques, Vur et j’en passe ; les initient à l’informatique, à l’écran, au clavier et quelques temps plus tard aux premières imprimantes. Je me charge de les initier à tout le reste. Quand je repense à mon boulot de cette période, quelques noms reviennent dans ma tête agréablement. Mon ami René Ciano bien sûr, le plus fidèle de mes acolytes, parti l’an dernier et bien trop jeune à l’âge de 71 ans. Ma gentille secrétaire Françoise avec laquelle je m’entendais si bien. Et puis des noms de marques d’ordinateurs ou de géants de l’informatique comme IBM, Bull bien sûr, mais également Data 100, Sirius, Northern Télécom, Tandy, Texas Instruments, Victor, Hewlett-Packard, Olivetti, Wang, Nixdorf. Des noms de systèmes d’exploitation ou de langages comme MS/DOSBasic, UnixFortran ou Multilog, ce dernier ayant l'avantage énorme de s'écrire en français, des noms de produits ou de logiciels que j’ai vendu ou utilisé comme Sciram, Codim, Sycomore, Sylve, Magie, P1 pour les paies et C1 pour les comptabilités et parmi tous ces noms, j’en oublie certes encore beaucoup. En 1986, tout s’effondre une nouvelle fois. L’agence de Perpignan ferme sans que René et moi soyons licenciés. Nous apprenons qu’un contrat de rattachement a été conclu entre nos deux derniers employeurs et qu’ils se renvoient la balle dans cette obligation qu’ils auraient de nous licencier immédiatement pour raison économique. Là, débute un imbroglio judiciaire de plus de 2 ans entre Natel, G.I.L et nous et la période la plus noire de ma vie professionnelle. Elle se commence d’abord aux prud’hommes (on gagne !), se poursuit devant la cour d’appel (on perd un peu de ce que nous avions gagné !) et se termine à quelques mois de la cour de Cassation quand Natel baisse les bras devant nos demandes d’indemnités, sommes toutes raisonnables. C’était bien Natel notre employeur ! Gros problèmes pour René et moi pendant ces années-là, car sans le prononcé d’un licenciement, nous n’aurons jamais droit de nous inscrire au chômage et donc pas d'indemnités ! Pire, retrouver un autre employeur équivaudrait à une démission selon la législation française ! Les Assedic m’accorde néanmoins 3.000 francs que je dois impérativement utiliser au titre d’une formation. Je fais le choix de cours d’anglais et de comptabilité par correspondance auprès du C.N.E.D. Je vis mal cette période si difficile de mon existence mais ayant une femme qui ne travaille que partiellement et deux enfants à élever et à nourrir, il n’est pas question pour moi de m’apitoyer sur mon sort. Quoi qu’il advienne et quelque que soit les difficultés de la situation, je dois retrousser les manches ! Au début, je vis difficilement de mes quelques économies mais ensuite de beaucoup de « black » en dépannant des clients qui me sont restés fidèles par nécessité. Là, après cette période noire, se termine ma vie professionnelle dans des sociétés de services en informatique mais je vais néanmoins resté accroché comme une patelle à mes premières amours, c’est à dire à l’informatique de gestion et à la gestion de l’informatique. Là, commence une autre histoire, une autre vie professionnelle que je vous conterais peut être un jour. Elle est beaucoup plus tournée vers la comptabilité, la finance, le social, le fiscal, en un mot vers la « gestion » des entreprises, c'est-à-dire vers tout ce j’ai appris au fil de ces 17 années qui se sont si vite écoulées de 1969 à 1986. Malgré ce changement, l’informatique y demeure omniprésente et c’est ça qui me plaît. Je vais continuer à surfer sur mon onde. Le petit mascaret est devenu une vague gigantesque qui a tout emporté sur son passage mais je reste debout sur ma planche. Peu de personnes arrivent à se soustraire à cette vague, et pour cause ! Elle est entrée dans les usages, dans les habitudes, dans les mœurs de tous… Mais avant de vous raconter un jour cette nouvelle histoire, laissez-moi d’abord la rêver !

     

    « Le Fajàs d'en Baillette depuis Le VivierLe Sentier d'Arletes et autres hameaux perdus depuis Conat »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :