• Découragements dans les commissariats.

    Découragements dans les commissariats.


     

    Je ne sais pas vous, mais moi le travail des policiers me tient à cœur et quand je les vois manifester comme cela fut le cas le 19 mai dernier, j’avoue que je suis partagé entre deux sentiments majeurs : les soutenir encore plus fort et la peur de l’avenir.

    Pourquoi la peur de l’avenir me direz-vous peut-être ?

    Connectez-vous à Internet et amusez-vous à taper « Découragements dans les commissariats » dans Google recherche et regardez le premier résultat qui apparaît. Vous avez le même résultat si vous recherchez dans Bing. Oui, vous avez bien vu ! Il s’agit d’un article du journal Libération.fr du 23 octobre 2001 signé Jacky Durand, c’est-à-dire qu’il y  a au bas mot 20 ans que nos policiers français partent bosser « en traînant la jambe ». Oui, ce découragement est devenu chronique. Incurable ? Rien n’a changé et si vous lisez-bien l’article jusqu’au bout, vous constaterez qu’il se termine par la volonté de plusieurs officiers de police d’aller manifester le jour même devant le tribunal de Grande Instance de Créteil en hommage à deux gardiens de la paix abattus quelques jours auparavant au Plessis-Trévise. A l’époque, s’ils manifestent, ce n’est pas qu’ils soient inconscients des risques de leur métier. Non, ils manifestent à cause du laxisme de la justice, de l’immobilisme des gouvernants et d’un manque de moyens comme on peut le lire dans d’autres journaux. (Le Parisien, Le Monde, etc….). En  2002 et suite à ces moments terribles, la Documentation Française avait cru bon sortir un excellent numéro spécial intitulé "Le Malaise policier"

    Je vous rappelle qu’à l’époque c’est Jacques Chirac qui est président de la République, puis il y a eu SarkosyHollande et Macron soit 4 présidents aux couleurs bien différentes et pourtant rien n’a jamais changé pour nos policiers en terme de reconnaissance de leur métier.

    C’est fou comme les évènements de 2001 nous rappellent ceux que nous venons de vivre avec l’assassinat du brigadier Éric Masson le 5 mai 2021 et la manifestation qui s’en est suivie devant l’Assemblée Nationale le 19 mai.

    • Des policiers qui se font descendre par des voyous multirécidivistes, multirécidivistes que l’on a relâché à cause de lois bienveillantes à l’égard des assassins.
    • Des policiers qui en ont plus qu’assez d’interpeller et d’arrêter constamment les mêmes individus.
    • Des policiers qui manifestent à cause du laxisme de la justice et de la culture de l’excuse des juges.
    • Un manque manifeste de moyens, des places de prison toujours nettement insuffisantes,
    • Des gouvernants qui promettent mais ne font rien si ce n’est diminué les effectifs, vider les prisons par idéologie ou peur de mutineries, rendre les prisons et leurs cellules de plus en plus accueillantes pour les détenus et enfin promulguer des lois qui sont mal ou pas appliquées, voire de plus en plus permissives pour les criminels et oubliant les victimes….
    • Le pire avant tout est que les gouvernants oublient encore et toujours le travail colossal et difficile des policiers, policiers auxquels l'Etat demande des tâches procédurales de plus en plus lourdes, la société demande de surcroît des missions et des compétences constamment supplémentaires car les aspects sociaux se sont eux aussi démultipliés avec l’augmentation massive d’une immigration non choisie et/ou qui ne s’intègre pas.

     

    Oui, voilà à quoi sont confrontés les policiers et les gendarmes chaque jour que Dieu fait. Oui, rien n’a changé en 20 ans et il faut sans doute multiplier allégrement ce chiffre par deux ou trois pour être au plus près de la progression de l’insécurité.

     

    Oui, au fil des années, la situation n’a fait qu’empirer. La France est devenue une poudrière avec une immigration exponentielle ayant engendré une démultiplication des zones mal famées (sensibles dit la bien-pensance) et par voie de conséquence des problèmes de sécurité et sociaux qui vont avec.

     

    Dans ces zones, les trafics de drogue (et en tous genres) sont devenus la première entreprise de France en terme de nombre de personnes qu’elle emploie soit 240.000 environ, nettement devant la SNCF et la Poste qui elles ont vu leurs effectifs nettement diminuer ces dernières années. Ce chiffre à lui seul étant sensiblement le même que les effectifs de la Police Nationale (149.000) et de la Gendarmerie Nationale (102.000), chiffres auxquels il faut soustraire les personnels administratifs et techniques. On voit bien déjà la difficulté de cette seule tâche.

      

    Je comprends leur découragement quand on sait les autres missions et responsabilités qui sont aussi les leurs : https://www.concours-policier-municipal.fr/quelles-sont-les-missions-de-la-police-nationale/

     

    Quel artisan, quel commerçant, quel patron, quel établissement accepteraient que chaque jour son travail soit inutile ou ne soit pas reconnu, soit bafoué et même foulé du pied par d’autres personnes ? Aucun ! Découragés, ils ne tarderaient pas « à mettre la clé sous le paillasson » pour aller pointer à Pôle Emploi ou déposer le bilan ! ». Pourtant, les policiers continuent de bosser tous les jours mais le découragement est là et ça peut se comprendre.

    Certains ne le supportent plus et trop fragiles vont jusqu’à se  suicider, quelques-uns, bien  rares en ont assez de bosser pour des clopinettes et se laissent corrompre, d’autres démissionnent et préfèrent choisir d’autres voies professionnelles mais la grande majorité continue à bosser sans pour autant voir une solution pour sortir de cette impasse. Car c’est bien dans une impasse qu’ils bossent chaque jour ! Puisque paradoxalement et parmi les personnes aussi diverses qui foulent du pied leur boulot, on peut bien sûr y trouver des voyous de droit commun, des trafiquants, des criminels, des assassins, des terroristes mais aussi des avocats, des magistrats, des ministres et on peut même y rajouter parfois les membres du Conseil Constitutionnel et du Conseil d’Etat. Pris en tenaille entre tous ces responsables ; des injustices d’un côté, de la Justice de l’autre ; ils sont comme enfermés dans un soufflet entre deux parties rigides, pour ne pas dire ankylosées et donc comme inébranlables. Oui, ils ont ce sentiment d’être ballotés dans un étouffoir et que tout un système inflexible se ligue contre eux.

     

    Ajoutons à tout ça le fait que ceux qui rentrent dans la police de nos jours n'ont pas toujours le niveau nécessaire voire la formation dédiée comme c'était le cas dans le passé est la coupe est déjà bien pleine. 

     

    Si rien ne change, si rien n’est fait, seul le soufflet se déchirera, la police tombera au plus bas  et la France sera en grand danger !

     

    Oui, je soutiens nos policiers et nos gendarmes, la survie de la France en dépend.

    « Le Circuit de la Goutine depuis Gruissan (chemin communal 3 des Auzils)Le Sentier de Découvertes et d'agrément de Néfiach »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    2
    mdn
    Mercredi 9 Juin à 19:39

    ....j'ai oublié l'importance du passé  , mais !! c'était une autre époque  en 1968 voici ce que disait un cdt de police  avant manifestation ""  en face de vous vous avez des citoyens qui ne sont pas contents et dont l'état n'apporte aucune solution  , ce ne sont pas vos ennemis  ce sont vos frères  , mère , père , sœur, vos  amis .....ne les combattez pas , ne rentrez pas en conflit car toutes blessures et handicap  nous tous les payerons....  nous sommes chargés d'être des murs de pierre sans réactions  alors ignorez les parlez entre vous  du tiercé  de votre dernière sortie  même des femmes qui baisent ou tout autres discutions de bistrot ne vous intéressez pas à eux  tout en vous protégeant  et ceux qui seront recouverts de crachats je leur payerais le pressing ........UN TOUT AUTRE ETAT D 'ESPRIT !!!!

    1
    mdn
    Mercredi 9 Juin à 19:19

    ....l'ami GILBERT .......je ne te suivrais pas sur ton article ((

    Découragements dans les commissariats.))

     qui doit être fait de mansuétude de fausses compréhension et de pardon !!!!.....depuis que j'en ais côtoyés ( 1969 ) et plus radicalement depuis   les gilets jaunes cette population là me fait vomir !!  en style court et télégraphique je vais t'énoncer mes réflexions et ma pensé qui n'est pas reptilienne ni vengeresse  1/ on les recrutent dans les poubelles des inaptes de toutes les autres institutions et administrations  ( examen rabaissé à 5/20 pour avoir un semblant de quota, ils n'ont même pas besoin de monter à la corde ceux là ni de savoir faire les 4 opérations   ) ils sont tellement nuls qui ne leur viens pas à l'idée de se cultiver pour s'échapper du parcage. leur lucidité est le suicide ..je te dis cela parce que j'ai vue des trucs horribles avec ces mecs là ( mensonges , vols , comportement de meute ,violence pour assouvir leurs intérêts, intimidation des plus faible par l'uniforme et l'idée que l'on se fait d'un gardien de la paix qui ne sont que des fouteurs de merde  et les plus gradés par cupidité   la répression étatique léchée  dans l'échelle des valeurs ils sont sous les bandits politiques  et si mes propos te paraissent exagérés  regarde  you tube dans la rubrique gilet jaune ( les yeux mentent moins que les oreilles ) tu y verra  la jubilation , la jouissance , la hargne ........toutes ces belles qualités de fauves prédateurs , tu y verra que les hommes peuvent encore faire Auschwitz Birkenau....j'en rage de l'avoir vue , j'enrage de te l'écrire alors pas pour moi une larme sur des mouches à merde que l'on devrait de son pousse écraser  

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :