• La Chapelle Saint-Jacques-de-Calahons (531 m) depuis Catllar (331 m)


    LA CHAPELLE SAINT JACQUES DE CALAHONS....... par jullie68

    Diaporama mis en musique sur 3 chansons interprétées par Tevin Campbell :

    "Always in my heart", "Everything you are" (featuring Coko) et "Infant child".

    La Chapelle Saint-Jacques-de-Calahons (531 m) depuis Catllar (331 m)

    La Chapelle Saint-Jacques-de-Calahons (531 m) depuis Catllar (331 m)


    Après la Serre du Bosc del Prior, c'est-à-dire la crête du Bois du Prieur, restons sur le thème de la prière avec cette fois-ci tout un prieuré ! Celui de Saint-Jacques de Calahons. Combien de fois mes randonnées m’ont-elles amené à découvrir de vieilles chapelles ? Parfois irrémédiablement oubliées et ruinées voire en piteux états mais quelquefois très bien restaurées. Ces dernières sont le plus souvent fermées car malheureusement les associations les ayant rénovées ont désormais la crainte de les voir dégradées voire vandalisées quand elles contiennent quelques richesses ou plus simplement quelques objets de piété. De nos jours, les pires déprédations viennent même se nicher aux tréfonds de nos montagnes, j’en ai fait l’amère expérience plusieurs fois et cela, quelque soit le type de patrimoine. Bien sûr, l’Histoire est pleine d’agressions envers des édifices religieux et très souvent si les chapelles ont été oubliées, la raison première en était l’insécurité. Les anachorètes qui vivaient retirés du monde étaient très souvent des proies faciles pour les pilleurs de toutes sortes ceci expliquant leur quasi disparition et l’abandon de très nombreux ermitages. A cette insécurité est venue s’ajouter une désaffection des pèlerins, une carence des fidèles et le coût pour entretenir tous nos édifices religieux parfois très éloignés des principales voies de communication. On pourrait penser que les temps ont changé et que l’ont vit dans une époque bien plus civilisée mais non, pas vraiment. Les guerres inter religions ou contre les religions ont pris d’autres visages, d’autres dimensions mais elles sont encore là, bien présentes. Le conflit de Daesh arrivant jusqu’à nous en est un parfait exemple. De nos jours, les chrétiens qu’ils soient d’Europe ou d’Orient continuent à être persécutés comme ils l’ont été depuis des lustres. Quand j’ai appris que dans une chapelle de notre beau département, la vie érémitique existait encore, j’ai voulu aller voir et là je l‘avoue ma déception fut grande quand une fois de plus, j’ai découvert une chapelle fermée. Cette chapelle, c’était celle de Saint-Etienne de Pomers au dessus de Clara dont je vous ai conté la visite en décembre 2012. Oh non, mon idée première n’était pas d’aller ennuyer l’ermite Cassien mais surtout d’aller découvrir dans quel décor, dans quel cadre, cette vie ascétique pouvait encore subsister. J’avais appris qu’il avait lui-même restauré la chapelle au prix d’indescriptibles efforts et j’avais le sentiment que d’aller lui rendre visite, c’était en quelque sorte lui rendre hommage, d’autant que j’avais lu qu’il accueillait les randonneurs toujours de bonne grâce. Malheureusement, l’ermite Cassien n’était plus là. Alors, la question qui m’est venue aussitôt à l’esprit c’est de me demander s’il existait d’autres chapelles avec une vie érémitique ? Eh bien oui mais je ne l’ai su que récemment ! A la chapelle Saint-Jacques de Calahons exactement, située dans une combe au dessus de Catllar. Alors bien évidemment, aller la découvrir lors d’une balade pédestre est devenu un objectif avec toujours la même idée : de nos jours, dans quel cadre cette vie solitaire se réalise-t-elle ? Au moment où je prends la décision d’y aller, Dany et moi nous sommes à Urbanya et sur la carte I.G.N, je constate qu’à vol d’oiseau, Catllar est à moins de 10 km. 9,7 km exactement. Mais nous ne sommes pas des oiseaux, alors nous prenons la voiture et la route en début d’après-midi car la balade programmée est relativement courte et facile : moins de 8 km et 225 mètres de dénivelé seulement. 13H45, nous voilà à Catllar sur la ligne de départ et devant un panneau signalétique on ne peut plus explicite : «Cami de Sant Jaume de Calahons » et dessous un panonceau de randonnée indiquant un « Chemin de St Jacques ». D’emblée, nous démarrons sur une rampe plutôt raide et chaude car bétonnée depuis peu. Son nom est « Cul de sac de San Jaume de Calahons ». J’espère que ce n’est pas le cas car j’ai prévu de faire une boucle. Seuls, devant nous, un couple de merles semblent disposés à nous accompagner, mais non, ils s’envolent et je reste planté là à m’évertuer à vouloir les photographier correctement. Immédiatement, l’élévation offre d’amples tableaux sur Catllar, la Vallée de la Têt et le Massif du Canigou. Sur la droite, le Pla de Balençou n’a pas son aspect habituel. En général plutôt oblong, d’ici il paraît très ramassé. Le parcours tourne le dos à tous ces beaux paysages mais comme le regard est constamment attiré, les demi-tours sont incessants. Ils le sont d’autant plus, qu’ici, contempler les panoramas et reprendre son souffle, ça va de pair. Quand la rampe cimentée se termine, on enjambe un étroit canal et là, un nouveau panneau « Chapelle St Jacques de Calahons » nous invite à prendre un étroit sentier se faufilant dans la garrigue. Nous voilà, sur le bon chemin, celui de Saint-Jacques, mais seulement de Calahons et rien avoir avec celui de Compostelle si j’en crois le remarquable site Internet de Monsieur Yvan Marquié. D’ailleurs, en observant la carte I.G.N, on remarque que ce sentier est appelé « Cami del Llenguadoc ». Inutile de traduire. De toute manière, peu importe le nom du sentier car nous voilà définitivement partis pour plus de deux heures hors de la modernité et c’est aussi pour cette raison que nous sommes là et que nous aimons marcher dans des coins comme celui-ci, un peu oublié de tout et de tous. D’ailleurs, à y regarder de plus près, on se demande pourquoi la chapelle est dédiée à Jacques et pas à Pierre, car les pierres c’est ce qui captive d’abord le regard. Elles sont omniprésentes et sous diverses apparences et tailles : Sous nos pieds avec les sempiternels cailloux que l’on tente en vain d’éviter, mais aussi sous la forme de gros magmas rocheux où l’itinéraire se transforme en anguille pour les esquiver. A gauche et à droite du sentier, elles nous cernent sur la forme de longs et hauts murets en pierres sèches. Elles sont également présentes dans l’élévation de vieux enclos jadis destinés à la culture de la vigne, culture aujourd’hui totalement disparue de cette colline. Elles jalonnent le chemin dans la formation de quelques cairns balisant la parcours, dans celle de quelques cabanes ou orris dont la visite est proposée, dans divers amoncellements dus aux épierrements successifs, dans la vision d’une ancienne carrière de kaolin, et bien sûr dans l’édification des rares monuments présents ici : oratoires et chapelle finale incluse. Sous cet aspect pierreux, cet itinéraire me rappelle un peu celui de la « Tourèze mystérieuse », balade au départ de Latour-de-France et déjà contée dans mon blog. En m’intéressant à l’Histoire de Saint-Jacques de Calahons, j’ai même appris que « depuis des temps immémoriaux, chaque famille catllanaise possède son coin aménagé sous les arbres, avec des pierres qui servent de table et de sièges ». A cet inventaire et dans un secteur un peu plus vaste, viennent s’ajouter divers dolmens et même une « pierre tombale » dite de l’ermite, c’est dire si dans ce petit bout de collines, la pierre est une dominante essentielle à la vie et à la mort de tout un chacun. Tout en flânant et en ponctuant de quelques arrêts ce dédale pierreux, mais heureusement un peu végétal aussi, nous mettons, depuis le canal,  une heure pour atteindre la chapelle. Là, après les traditionnelles photos souvenirs et la signature d’un livre d’or, nous prenons le temps d’une visite minutieuse car l’église d’une grande sobriété est superbement rénovée avec par exemple de très jolis petits vitraux. Quand à l’ermite, il nous fait le plaisir de venir nous saluer au sein même de son petit jardin potager, mais peut être est-il surtout inquiet de savoir qui nous sommes et a-t-il la crainte de nous voir piétiner ses jolies plates-bandes ? Après cette brève entrevue, et la fin de cette découverte étonnante et studieuse qu’est la chapelle et ses extérieurs, nous la quittons définitivement. Cette fois, direction une aire de pique-nique près d’une belle fontaine à l’eau non potable mais de toute manière asséchée à cette époque de l’année. Heureusement que nous avons notre eau et en quantité suffisante car le temps est lourd et bien trop chaud pour un 13 novembre. Elle vient à la fois rafraîchir nos nuques brûlantes et nous aider à avaler le petit en-cas que nous avons pris soin d’emporter. Après ce dernier intermède, nous prenons le petit sentier qui au fond et à droite de l’esplanade se poursuit vers la crête de Les Illes. Cette crête descend ensuite vers les lieux-dits Gratallops (gratte-loups) et l’Argentiner. Au préalable, le sentier suit et domine très longtemps le ravin du Correc de Les Illes et de ce fait, offre très souvent de belles vues lointaines et quelquefois à 360°. Le Canigou n’étant pas encore enneigé et se détachant derrière un halo d’un bleu gris, la vue la plus remarquable reste celle que l’on a du village de Eus et de son imposante église Saint-Vincent-d’En-Haut. Je regarde le village avec un brin de nostalgie et le souvenir d’un merveilleux Tour du Pays Fenouillèdes réalisé avec mon fils. C’était il y a quatre ans déjà. Sur la crête de Les Illes puis dans sa descente, on prend soin de toujours rester sur l’itinéraire le plus évident bien balisé de cairns et de quelques marques de peinture jaune, en évitant d’abord les petites sentes partant à droite ou à gauche et les diverses pistes qui se présentent à la fin de cette longue inclinaison. Là, au lieu-dit l’Argentiner, on retrouve la route départementale D.24, celle-là même qui nous a vu démarrer de Catllar. Il suffit de l’emprunter vers la droite sur moins de 2 km pour retrouver la ligne de départ. Quelques raccourcis paraissent éviter le bitume mais comme nous les avons que peu ou pas empruntés, je ne saurais trop vous les conseiller. Tout inclus, cette balade a duré 2h40 et comme nous avons encore beaucoup de temps devant nous, nous décidons d’aller visiter Catllar que nous ne connaissons pas le moins du monde. Là, l’église dédiée à Saint-André est ouverte et une visite guidée est en cours. Après la fin de non-recevoir essuyée à Corneilla-de-Conflent lors de la précédente randonnée à la Serre du Bosc del Prior et dans des conditions similaires, nous redoutons un nouveau refus. Mais non,  la guide est charmante et compréhensible et accepte très gentiment que l’on déambule dans l’église mais silencieusement. Quelle chance nous avons car cette église d’architecture romane est magnifique avec un majestueux maître-autel central enjolivé d’un superbe et monumental retable. En réalité, nous décomptons 7 autres petites nefs avec d’autres retables et décorums tous plus beaux les uns que les autres. Quand aux autres œuvres, elles sont nombreuses et souvent très intéressantes. Grâce à la guide qui veut bien nous accompagner de longues minutes, nous apprenons beaucoup de choses sur leurs fondements ou leurs origines et sur Catllar aussi. Je tiens donc à remercier cette aimable personne au travers de ce récit. Bonnes chaussures de marches à tiges hautes et eau en quantité suffisante sont conseillées sur ce parcours. Telle qu’expliquée ici, visite de Catllar et de son église incluse, la balade est longue de 8 km. Le dénivelé entre le point le moins élevé (309 m) et le plus haut (536 m), juste avant le sanctuaire (531 m), est de 227 m quand aux montées cumulées, elles sont de 440 m environ. Tous ces chiffres rendent ce parcours plutôt facile et réalisable en toutes saisons.  Carte IGN 2348 ET Prades – Saint-Paul-de-Fenouillet Top 25.

     

    « La Serre du Bosc del Prior (828 m) depuis Corneilla-de-Conflent (548 m)Le Château de Salveterra (400 m) depuis Opoul (côte 207 sur le D.9) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :