• Le Circuit de l'Entour de Siou-Blanc (825 m).

     
    Circuit de l'Entour de Siou-Blanc par jullie68

    Le Siou-Blanc est un vaste plateau calcaire et un massif karstique varois bordé de chaque côté par d’autres massifs bien plus connus : Au nord-ouest, il y a celui de la Sainte-Baume, à l’est celui des Maures et au sud les mont toulonnais que sont le Mont-Faron et le Mont-Caume. Le point le plus élevé est la « Colle de Fède » culminant à 825 mètres d’altitude. Située au nord-ouest de Siou-Blanc, la commune la plus proche est Signes traversée par le Canal de Provence. Au sud-est, nous avons depuis Fréjus, traversé les communes de Solliès-Pont puis de Solliès-Toucas pour parvenir au Siou-Blanc par une « bonne » route forestière. En effet, si la partie centrale de Siou-Blanc est assez peu boisée, sa partie orientale est grandement occupée par la magnifique forêt domaniale de Morières-Montrieux. Les possibilités de randonnées y sont nombreuses avec pas moins de 9 circuits parfaitement balisés par le Conseil Général du Var. Les balisages de couleurs différentes et un nombre incalculable de panonceaux indicatifs facilitent grandement chaque itinéraire et permettent même d’inventer d’autres circuits. A vrai dire, les poteaux fléchés sont présents à chaque intersection et comme le Siou-Blanc est un vrai labyrinthe de voies carrossables, de  pistes, de chemins et de sentiers, toutes les indications qui y sont mentionnées sont inévitablement d’une grande utilité. Elles sont utiles pour les randonneurs pédestres mais aussi pour les cavaliers, les vététistes et en général pour tous les amoureux de la nature qui sont amenés à parcourir ce vaste plateau. Sans doute passionnés mais pas vraiment affectueux pour la nature et en particulier pour la faune, j’exclus volontairement les chasseurs de cette liste, bien que malheureusement, ils arpentent eux aussi le Siou-Blanc. Alors, bien sûr soyez prudents si vous cheminez sur ce plateau à l’époque de la chasse à la plume ou d’une battue aux sangliers c'est-à-dire de septembre à février. Chaque poteau indique le nom du lieu-dit et sa position géographique, longitude et latitude. En outre, tous les poteaux sont agrémentés de panonceaux directionnels précisant le nom de la boucle, sa longueur totale et la distance le séparant du panonceau suivant. Mon fils Jérôme, dans un souci de me faire découvrir un maximum de choses avait fait le choix de la boucle la plus longue que l’on appelle le circuit de « l’Entour ».  Ce nom commun masculin de vieux français plus souvent mis au pluriel ou précédé de la préposition « à » signifie simplement « tour » ou « boucle » dans le sens d’ «environs », de « voisinages » et en un mot d’« alentours ». Quand au nom « Siou », certains prétendent sur le Net qu’il signifierait « source » ou « petite mare » ou « creux rempli d’eau », c’est le cas par exemple dans le remarquable site consacré à la toponymie de la commune de Signes que vous pouvez consulter en cliquant ici.. Après être allé sur les lieux, j’avoue que cette explication a ma préférence car je suppose que quant il pleut des cordes, les « cloaques » naturels y sont très nombreux. Toutefois, d’autres personnes pensent qu’il s’agit d’une « cîme », le  « Siou-Blanc » étant les « cimes blanches » en relation avec la couleur des roches calcaires. D’autres disent que Frédéric Mistral aurait coupé court à toutes supputations toponymiques en écrivant dans son « Lou trésor dóu Felibrige » ou «Dictionnaire provençal-français » qu’il signifierait « sillon » eu égard aux nombreuses dolines qu’on trouve dans le massif. J’ai donc fait mes propres recherches dans ce livre et je serais moins catégorique d’abord parce que les mots provençaux signifiant « sillon » s’écrivent « sihoun », « silhou », « selhou » ou  «suelhou » et jamais « sillou » comme une certaine logique aurait pu le dicter.  Ensuite parce que Mistral écrit très clairement que « siou » est un « seau à traire » ou encore la conjugaison du verbe « être » à différentes personnes comme par exemple « je suis », « qu’ils soient » ou « sien ». Enfin, il n’est pas impossible non plus que « siou » soit un « signe » ce qui bien entendu expliquerait peut-être « Signes » le nom de la commune la plus proche et peut-être même si on y rajoute l’adjectif « blanc » tout simplement un « blanc-seing ». Enfin dans son « Dictionnaire provencal-francais ou dictionnaire de la langue d’oc », le lexicographe Simon Jude Honnorat ne mentionne le mot « siou » qu’en relation avec le verbe « être » et précise que dans le Béarn, il est la traduction de la préposition « sur », c'est-à-dire « au dessus »..  Alors le « Siou-Blanc » est-ce la « mare blanche », le « sillon blanc », le « dessus blanc » c'est-à-dire des « cimes blanches », comme certains le pensent ou bien un « seau blanc » ou bien a-t-on signé dans ce lieu un « blanc-seing » important ? Au regard de ces différentes hypothèses, la discussion reste ouverte mais notons toute de même que selon Frédéric Mistral, le mot « soui », notez la nuance, c'est une « petite mare » ou une « fondrière ». Entre « mare » et « sillon », la vérité n’est plus très loin, en tous cas on chauffe !  Enfin, le Siou-Blanc et ses proches alentours ont été pendant la guerre de 39/45, des hauts lieux de la résistance. Quelques stèles prouvent l’âpreté des combats en rendant hommage à tous ces combattants tombés pour la France et la liberté. C’est sans doute grâce eux que le Siou-Blanc est aujourd’hui un havre de paix où il fait bon marcher. Dommage que 6 mois dans l’année, les détonations des fusils continuent à se faire entendre. En ce 17 avril, deux jours après notre courte balade au Rocher de Roquebrune, nous voilà partit cette fois pour une longue boucle. Jérôme estime la distance à 19 km mais les panonceaux sur le terrain indiquent 19,5 km au départ puis un peu plus loin 22,5 km et sur le Net, elle est mentionnée comme difficile. A vrai dire, personnellement, je ne l’ai pas trouvé très difficile et je pense que tous les randonneurs rodés aux longues distances auront le même avis que moi car les montées cumulées sont de 1.050 mètres environ et idem pour les descentes, et le dénivelé d’environ 400 mètres entre le point le plus bas et le plus haut reste tout de même modeste. Personnellement, j’ai trouvé le circuit un peu long au regard des quelques découvertes qui jalonnent le parcours c'est-à-dire principalement l’Eléphant de pierre, la Colle de Fède, les Aiguilles de Valbelle et l’abri de Siou-Blanc. Il est vrai que ces découvertes sont plutôt distantes les unes des autres et que rien n’interdit de faire plusieurs randonnées plus courtes pour les découvrir.  Il est vrai aussi qu’en raison de la distance et en marchant avec mon fils, c'est-à-dire d’une allure plutôt rapide, je n’ai pas pu flâner ou m’arrêter comme je le fais d’habitude en solitaire. En raison de cette vélocité, je n’ai pas non plus pu pratiquer mon dada favori à savoir prendre le temps nécessaire pour mes observations et photographies de la flore et de la faune. Bien sûr, j’ai pris le temps de quelques photos mais en bien moins grand nombre que je ne peux le faire d’habitude mais une fois encore la chance a été avec moi. Le plateau calcaire de Siou-Blanc est truffé d’avens est pourtant je n’en ai guère aperçu. Deux ou trois seulement entourés de barrières de sécurité. Il est vrai que ces cavités sont le royaume des spéléos et c’est sans doute mieux ainsi. D’ordinaire, j’ai pour habitude d’expliquer ma balade et de décrire le circuit effectué mais cette fois-ci, je vais déroger à cette règle car j’estime que ce serait faire affront au travail remarquable du Conseil Général du Var qui a édité un superbe topo-guide dans lequel les 9 circuits sont magnifiquement expliqués. Ce topo-guide est accessible sur Internet, téléchargeable au format  PDF et donc imprimable. Vous y trouverez bien sûr le Circuit de l’Entour de Siou-Blanc avec de nombreuses références à la flore, à la faune et aux découvertes que l’on peut y faire tant sur le plan paysager que patrimonial. Vous trouverez aussi tous les conseils, contacts utiles et informations pratiques pour réaliser votre randonnée dans les meilleures conditions. Je n’ai donc rien d’autre à rajouter si ce n’est que le circuit en question nécessite l’équipement du parfait randonneur et il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une belle et bonne randonnée sur le plateau de Siou-Blanc. Je vous communique pour cela le lien qui vous permettra d’accéder au topo-guide où se trouvent les 9 randonnées :

    http://www.var.fr/c/document_library/get_file?uuid=267df77f-19b2-4e37-899a-61736f0462a4&groupId=35004

    Carte IGN 3544 OT Rocher de Roquebrune Top 25.

    « Pensées et réflexions d'été....ou la France aux deux visages....Le Circuit du Jardin Ensoleillé depuis Saint-Martin de Fenouillet »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 19 Février à 20:43

    bonjour

    j'aime bien votre recherche de l'ethymologie de Siou blanc, si les références à Mistral sont souvent bienvenues, elles ne sont pas toujours bonnes car les noms donnés aux lieux peuvent être bien antérieurs à notre Félibrige.;

    par contre, comparer le plateau du Siou blanc à un cloaque quand il pleut est une grosse erreur, même s'il peut y avoir par ci par là quelque peu de boue, le nombre incalculable d'avens de gouffres de grottes en font un plateau où l'eau n'y est pas retenue, à tel point que lorsque un minuscule étang se forme, il est tout de suite noté, ( l'aigue qui est notée sur le livret du CG83) je pense que ce mot Siou est a rapprocher de réservoir, réserve, fondrière est pas mal, le réseau hydraulique souterrain est énorme, et si vous n'avez vu que deux ou trois avens, c'est que vous n'avez pas eu le temps, justement, de regarder, il y en a plus de mille recensés par les spéléos, plus les autres, trop petits ou sans intérêt pour eux) .

    Le plateau du Siou Blanc est un trésor de sentiers non balisés, non tracés sur les cartes...pour chercheurs avides de nouvelles choses et méfiants vis à vis des avens cachés sous les feuilles amassées, (merci la chute de plusieurs mètres dans un gouffre, sans gravité mais belle frayeur)

    Quand à blanc, oui pour le blanc du calcaire... ou de la neige abondante en hiver. http://les-cahiers-du-sud.eklablog.com/siou-blanc-la-sente-de-l-elephant-a128068096

    amistousamen

    jluc.

    2
    JPV.
    Jeudi 9 Mars à 17:07

    En effet, magnifique  et vaste endroit que le plateau de Siou Blanc que je pratique depuis plus d'une quarantaine d'année.

    A moins d'une trentaine de Km de l'agglomération de Toulon et pourtant si  loin de tout. Je pense connaître la grande majorité de ses sentiers et pourtant je me surprends encore à aimer m'y perdre. J'ai bien apprécié votre recherche de l'origine du toponyme, je m'y étais intéressé il y a longtemps et la  discussion avec un vieil habitant de Soliès Toucas rejoint l’hypothèse du siou = forme d'être et donnerait tout simplement Siou Blanc = je suis blanc, ce qui pour un massif de calcaire lui va très bien et  à moi aussi !

    Cordialement, JPV.

    3
    Jeudi 9 Mars à 17:58

    En effet Gilbert, je reviens du grand Cap, la pyramide de Cassini et la citerne de monsieur Etienne, jamais le "je suis blanc" n'aura été mieux porté ! 

    au plaisir

    jluc

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :