• L'Ermitage Saint-Ferréol (300 m) depuis Céret (144 m)


    Si les balades pédestres autour de Céret sont multiples et variées, celle qui consiste à partir, depuis le légendaire Pont du Diable vers la paradisiaque chapelle Saint-Ferréol est sans doute, et de très loin, la plus prisée. Plusieurs raisons à cela : la beauté de l’objectif et la sérénité que l’on peut y trouver, les panoramas que l’on peut y découvrir par temps clair et pur qui vont de la Méditerranée jusqu’au Massif du Canigou et enfin son approche et sa distance qui en font une balade quasiment ouverte à tous. D’ailleurs, qualifiée de « familiale », c’est bien ainsi que cette balade est cataloguée dans le petit topo-guide intitulé « Randonnées en Bas-Vallespir » édité par la Communauté des communes du Vallespir et le Conseil Général. Je précise au passage que ce topo-guide est très facilement téléchargeable sur Internet depuis la page de l’Office de Tourisme du site de la commune de Céret ou directement sur la page d’accueil de la Communauté des communes du Vallespir. Quand on aime la randonnée comme je peux l’aimer, je trouve cette initiative plutôt « géniale » et puis je me dis que tout le monde n’a pas 10 à 15 euros à mettre dans un topo-guide. Enfin, pour ceux qui ont les moyens, sachez que l’on retrouve cette « incontournable » dans d’autres guides de randonnées et notamment dans celui intitulé « Les Pyrénées-Orientales…à pied » édité par la fédération. Quand on arrive du Boulou, le départ s’effectue depuis le petit parking du Pont du Diable qui se trouve à l’entrée de la ville, à droite, juste avant le pont. Là, des panonceaux explicites nous indiquent clairement la marche à suivre et il va en être ainsi tout au long de ce circuit de 9 kilomètres environ, selon mon propre relevé. On emprunte la D.615 passant sous la voie ferrée et on tourne immédiatement à droite en suivant le chemin de Vivès qui traverse les jolies villas du quartier  « la Porte du Vallespir ». Pas à pas, l’itinéraire zigzague dans les rues et nous entraîne hors de la cité puis au milieu des cerisaies qui ont fait,  à juste titre, la réputation de Céret. A l’intersection du Cami de Sant Fariol et à moins d’être complètement aveugle ou idiot voire les deux en même temps, un « casot » amplement tagué et une multitude d’indications nous indiquent la direction de l’ermitage. On poursuit toujours sur l’asphalte en suivant le balisage jaune et les nombreux panonceaux directionnels bien présents à chaque intersection. C’est donc sans aucune difficulté que l’on quitte d’abord le bitume au profit d’une piste terreuse puis, peu de temps après, on délaisse cette même piste au bénéfice d’un étroit sentier qui entre dans un sous-bois de chênes en traversant au préalable le petit « correc » de Saint-Ferréol asséché. Après une bonne grimpette sur un sentier parfois transformé en une large et unique ornière, on accède à un large chemin près d’un calvaire surmonté d’une croix de fer. Ici, un premier palier est atteint et des vues superbes commencent à apparaître : sur l’ermitage bien sûr mais aussi sur les chaudes couleurs automnales de la végétation des serrats avoisinantes et enfin, beaucoup plus loin à l’horizon, sur les cimes magnifiquement enneigées de notre fabuleux « Canigò ». On délaisse le large chemin et l’on poursuit toujours tout droit l’itinéraire qui file dans des sous-bois où chênes verts et chênes lièges se disputent l’espace. Cette sente finit par rejoindre une nouvelle piste sous d’immenses platanes et près d’un grande fontaine mais il faut encore s’élever de quelques centaines de mètres pour conquérir l’ermitage. Seuls au monde et dans un silence de cathédrale,  nous allons y rester plus d’une heure goûtant à la fois à la douce découverte de ce lieu si serein et au bonheur d’un pique-nique champêtre animé pas un couple de rouges-queues noirs peu farouches. Peu farouches, avant qu’un groupe de randonneurs, bien trop bruyants à leur goût et au notre, nous oblige tous à déguerpir vers d’autres cieux plus paisibles. Il faut dire que l’ermitage est fermé et qu’il est encore bien trop tôt pour attendre la première heure d’ouverture qui est 14h30. Nous reviendrons c’est sûr mais en voiture sans doute. Or mis cette petite déception que nous comblerons certainement un peu plus tard, nous repartons avec le regret qu’un brouillard bien trop bas et bien trop épais ait obstrué toutes les vues proches ou lointaines sur les Aspres, les Albères et la plaine du Roussillon. Seul le Canigou et une petite partie du Vallespir restent visibles et c’est déjà pas mal pour la saison. Dans l’immédiat, il nous faut poursuivre l’itinéraire qui passe au pied des dépendances et descend en direction du parking de l’ermitage. Là, il suffit de poursuivre la petite route qui va rejoindre la D.615. Dès le virage, il faut noter une différence entre le balisage indiqué sur les différents topo-guides et la réalité sur le terrain, En effet, plutôt que de poursuivre le bitume de la D.615, le balisage nous indique une variante par un étroit sentier qui monte à droite dans un petit bois filant vers le lieu-dit « Bigne de la Gouardy ». En effet, en atteignant une petite crête bien dégagée, les panoramas sont assez exceptionnels et une fois encore, on regrette qu’un brouillard assez dense occulte les vues les plus lointaines. On retrouve le balisage qui, une nouvelle fois, nous emmène sur la D.615 puis sur le chemin dit « du Roc Blanc ». Toujours rectiligne et très agréable car le plus souvent en balcon sur le plus haut de la colline du Serrat de l’Albitre, ce chemin rejoint un peu plus bas le chemin de l’Oratori puis un étroit sentier offrant de jolies points de vue sur Céret et le Vallespir. Ce sentier se termine au sommet d’un escalier très abrupt que l’on descend pour rejoindre la cité et le parking du Pont du Diable. Ainsi se termine cette jolie boucle que l’on pourra compléter par une autre balade cérétane, celle de la cité elle-même qui possède de nombreux autres attraits historiques et paysagers. Si j’ai volontairement omis de vous parler de l’histoire de l’ermitage Saint Ferréol, c’est parce que les topo-guides indiqués plus haut en font un bref mais très intéressant résumé. En outre et comme toujours, je vous renvoie vers l’excellent site de l’Histoire du Roussillon sur lequel vous trouverez une description plus précise et plus complète de ce haut-lieu du pèlerinage et du recueillement. Carte IGN 2449 OT Céret – Amélie-les-Bains- Palalda- Vallée du Tech Top 25.

    Enregistrer

    « Le Pic Garrabet (794 m) et Terre Majou (842 m) depuis Sournia (497 m)Naissance et vie d'un pseudo..... »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :