• Le Sentier des Trabucayres (1.333 m) depuis Las Illas (540 m)


    En Catalogne Nord, tout le monde a entendu parler des Trabucayres, ces terribles bandits de grands chemins issus des troupes carlistes (partisans de Carlos V de Bourbon) qui armaient de « trabucs » (tromblons en français) ont semé la terreur des années 1840 à 1846 et dont le procès à Perpignan fut si  retentissant. Par contre, peu de catalans connaissent l’existence du sentier de randonnée qui leur a été consacré et dont le départ est situé dans le village même où ils avaient installés leur quartier général, c’est à dire le bel hameau de Las Illas (altitude 540 m). Je ne vais pas ici vous relater l’histoire de ces Trabucayres car il existe une multitude d’ouvrages sur le sujet et vous pourrez également en retrouver un court résumé sur l’excellent site Internet suivant : http://culturel.tresvents.fr/fr/trabucayres.php. Toutefois, il faut savoir que ces chemins qui filent à cheval sur la frontière entre la belle région française du Vallespir et le non moins joli comté espagnol de l’Alt Emporda constitue le théâtre même de ces hauts faits historiques. En effet, pour les Trabucayres, le choix de Las Illas n’était pas innocent. La première raison était qu’après la défaite de 1839, de nombreux carlistes avaient trouvé refuge en France mais la principal motif pour « nos Trabucayres » était que ce haut lieu de la contrebande présentait l’avantage d’être tout proche de la crête frontière et au cœur même d’une multitude de montagnes alambiquées et d’épaisses et obscures forêts. Pour ces diverses raisons, cette région recélait un nombre incalculable de planques et de caches et notamment quelques grottes que nos lascars connaissaient à merveille. C’est donc dans ce cadre remarquable entre France et Espagne que nous allons cheminer cet illustre sentier avec des vues sur des sites que nos célèbres brigands ont du inévitablement contempler eux aussi.  A Las Illas, il faut emprunter le petit sentier qui file droit en direction du Col de Lli (715m) et qui démarre derrière la jolie auberge de l’« Hostal des Trabucayres ». Un nom bien choisit pour une excellente publicité me direz-vous ? Non, pas vraiment,  mais plutôt un nom prédestiné puisque c’est dans cette auberge que les Trabucayres se réunissaient pour préparer leurs attaques de diligences en particulier et tous leurs mauvais coups en général. A l’époque, l’auberge appartenait à un certain Vincent Justafré, contrebandier à ses heures et très impliqué lui-même dans le groupe des hors-la-loi. Près de ce gîte, un petit panonceau jaune est là indiquant la boucle. En seulement quelques minutes et moins de 2 kilomètres plus loin, on atteint le col de Lli qui se trouve exactement sur la ligne frontière. Ici, comme souvent en Espagne, le balisage est irréprochable et de nombreux petits panonceaux métalliques indiquent parfaitement la direction à prendre. Pour cette boucle, l’itinéraire qui nous intéresse part à droite sur une large piste balisée de marques rouges et jaunes en direction du « Santuari des Salines ». Sur un bon dénivelé qui monte régulièrement à travers des landes, des forêts de chênes-lièges mais aussi quelques hêtres, quelques châtaigniers, de jolies sapinières et de vertes pinèdes, cette piste mène sans souci le promeneur jusqu’à ce magnifique sanctuaire qu’est l’Ermitage de Notre-Dame des Salines (1.070 m). Au préalable et au passage du col de la Biga (834 m), vous n’aurez pas hésité à vous écarter du chemin pour découvrir les ruines du vieux château de Cabrera (854 m). Situées sur un impressionnant promontoire rocheux, les ruines de cet ancien château du XIeme siècle ne présentent en elles-mêmes rien de prodigieux mais elles sont un superbe et extraordinaire belvédère sur l’Emporda et bien plus loin encore sur une immense partie de la province de Gérone, surtout si le temps est très clair. En dessous, se déploie l’olivâtre toison de la forêt de Maçanet de Cabrenys où contraste quelques prés d’un vert plus clair et surtout le ravissant lac bleuté du barrage de Boadella. Après l’ermitage de Notre-Dame des Salines, le sentier des Trabucayres continuent soit en direction du col du Puits de la Neige, du nom d’un ancien puits à glace (Pou de la Neu), soit il est possible de prendre en face de l’ermitage, un minuscule sentier très escarpé qui monte de manière très abrupte au Pic des Salines. Si vous avez choisi d’aller vers le col du Puits de la neige, tracé conseillé par la carte IGN, à ce col, le vrai sentier des Trabucayres délaisse la piste, bifurque à droite et emprunte une étroite sente qui monte également vers le rocailleux Pic des Salines. L’ascension de ce pic, que j’ai déjà décrit dans ce blog, mais dans le sens contraire, est un itinéraire de toute beauté car depuis son sommet apparaissent des panoramas à 360 ° époustouflants : sur l’Espagne bien sûr, mais aussi sur le Massif du Canigou, sur une ample étendue du Vallespir  et sur un vaste horizon qui s’étend des Corbières jusqu’au proches Albères en passant par la Plaine du Roussillon et les rives de la Méditerranée. Toutefois, si vous jugez cette ascension du Pic des Salines  trop pénible, il faut savoir qu’il existe deux autres itinéraires pour éviter cette grimpette soit en empruntant le célèbre GR.10 qui le contourne par le nord  (non loin de là, il y a la grotte des Trabucayres) soit en prenant directement un petit sentier non tracé sur les cartes qui part derrière l’ermitage de Notre-Dame des Salines et contourne le pic par le sud. Dans tous les cas, les trois itinéraires cités se rejoignent au col dels Cirerers (cerisiers) où l’on retrouve le G.R.10 (balisage blanc et rouge) qui devient commun avec notre sentier. Bien que sinueuse et essentiellement en sous-bois, la descente du G.R.10 vers la départementale D.13f ne présente pas de réelles difficultés. Ce n’est qu’une fois la route asphaltée atteinte près du lieu-dit La Selva où l’on peut découvrir la jolie chapelle Notre-Dame du Remède que commence la partie la plus ennuyeuse de cet agréable circuit. En effet, ce n’est pas moins de 4,5 kilomètres de bitume qu’il faut parcourir pour retrouver Las Illas et le parking de l’Hostal des Trabucayres où l’on a laissé son véhicule. Néanmoins, si vous n’avez pas été détroussé par des bandits de grands chemins, ce que j’ose espérer bien évidemment, vous garderez sans doute un maximum de bons souvenirs de ce sentier des Trabucayres. Bien qu’arrêts non inclus, la boucle soit donnée pour 4h30 à 5h , il sera préférable de consacrer une journée entière à cette superbe balade d’une vingtaine de kilomètres pour un peu moins de 800 mètres de dénivelé de Las Illas (540 m) au Pic des Salines (1.333 m). Bonnes chaussures de marche et équipement complet du parfait randonneur sont vivement conseillés sur ce parcours. Cartes IGN 2449 OT Céret-Amélie-les-Bains-Palalda-Vallée du Tech Top 25.

    Enregistrer

    « Le Puig d'Escoutou (2.292 m) et la Llabanère (2.052m) : à l'écoute des cervidés...Ma mère est un numéro ? »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :