• Le Puig Saint-Pierre (1.791 m) et le Puig de l'Estelle (1.778 m) depuis Batère.


    Séjour en Couserans oblige, j’avais, dans ce blog, délaissé les randonnées dans les Pyrénées-Orientales au profit de quelques belles balades en Ariège. Je rectifie donc le tir en vous offrant deux sommets pour le prix d’une seule randonnée avec ce magnifique mais court circuit au Puig Saint-Pierre (1.791 m) et au Puig de l’Estelle (1.778 m) à partir de Batère où plus précisément à partir du Col de la Descarga (1.393 m). Ce col constituant le point de départ où il est pratique de laisser son véhicule. Cette boucle d’une grande simplicité peut-être décomposée en 3 parties distinctes qu’il suffira de suivre à la lettre pour ne pas s’égarer et respecter le parcours expliqué ici. 1ere partie : Au départ du Col de la Descarga, continuez la route goudronnée qui passe devant le gîte d’étape. Vous êtes devant un très imposant bâtiment : c’est un des vestiges de ce qui reste de la plus importante mine de fer du Roussillon : celle de Batère. Vous aurez au cours de cette randonnée l’occasion de côtoyer où d’apercevoir bien d’autres preuves de cette exploitation minière considérable qui fût pendant très longtemps la richesse principale du Vallespir. Je précise que sur cette route, on est déjà sur le célèbre GR.10 et qu’il suffit de suivre le fameux balisage blanc et rouge jusqu’au col de la Cirère (1.731 m) pour rester dans le droit chemin. Ici à ce col, quand on quitte le GR.10 débute notre 2eme partie :  Sans être compliqué, ce tronçon est des trois le moins facile non pas en terme de dénivelés car comme vous le constatez les Puigs Saint-Pierre et de l’Estelle ne sont respectivement plus hauts que de 60 et 47 mètres par rapport au col de Cirère, mais parce qu’il n’y a pas de balisage évident, où si peu (quelques caïrns) qu’il n’est même pas utile de les évoquer.(quelques traces rouges trop irrégulières et trop imprécises pour que l'on en parle longuement ici). Au col de Cirère, quittez le GR.10 par la droite et prenez le chemin du milieu, le plus large, celui qui monte au sommet du mamelon que vous apercevez d’en bas et délaissez les autres à gauche et à droite qui ne sont que des passages d’animaux. Arrivés au sommet de cette butte, vous apercevez légèrement sur votre droite un gros caïrn au sommet d’une autre croupe, il s’agit déjà du Puig Saint-Pierre. De ce pic, comme vous le constatez, la suite n’est qu’une succession de creux et de bosses débonnaires où déjà le Puig de l’Estelle domine le paysage devant vous. Il suffit de marcher dans ces agréables et vertes pelouses rases en restant de préférence sur le plus haut des crêtes afin de bénéficier des beaux paysages qui se dévoilent à 360° : derrière vous, le Pel de Ca (2.112m), le Cincreus (2.266m), le Galinasse (2.461 m) et le Canigou (2.784m), à votre gauche, le vallon de le Lentilla du côté de Valmanya et des vues plus lointaines vers le Roussillon, à votre droite une immense et belle portion du Vallespir. Que l’absence de balisage ne vous perturbe pas dans la contemplation de tous ces superbes panoramas car seul un brouillard très épais pourrait être très gênant et compliquer sérieusement le fil de cette savoureuse balade. Ces prairies étant le royaume des vaches, chevaux, chèvres et autres moutons, quand vous les traverserez, évitez de trop déranger ces animaux qui vivent en parfaite harmonie. Ici ils retrouvent leur liberté et un peu de leur instinct originel surtout quand ils viennent de vêler et ont encore leurs progénitures à s’occuper. Pour les éviter, écartez-vous ou zigzaguez s’il le faut à travers les quelques rochers qui parsèment l’itinéraire et que vous allez retrouver en plus grand nombre au pied du Puig de l’Estelle. Avec ses 60 mètres de déclivité du Collet de Pey jusqu’au pinacle, l’ascension du Puig n’est qu’une formalité et en plus, le point du vue est garanti comme les cartes IGN ne manque pas de le souligner. Par temps clair, une vue splendide et remarquable porte sur les Aspres à vos pieds, mais aussi sur tout le Roussillon jusqu’à la mer.  Sans vous en doutez, vous êtes juchés au sommet d’un véritable morceau de gruyère, car le sous-sol de ce massif  est truffé de galeries minières : il y avait celles de Batère bien sûr, mais aussi celles des Indis, des Roques Nègres, de La Pinouse, de Rapaloum et des Manerots. Poursuivez la crête qui file d’abord sud-est puis descend franchement à l’est. Vous marchez sur ce qu’on appelle le Canal del Boulet dont les sentes multiples réalisées par les animaux vous mènent quoiqu’il arrive à la Tour de Batère, à condition que vous restiez un peu sur les hauteurs. A la vieille tour à signaux, démarre notre 3eme et dernière partie : il s’agit de la large piste qui retourne au col de la Descarga. Comptez au gros maximum 4 heures de marche arrêt pique-nique inclus pour effectuer cette boucle d’une dizaine de kilomètres. Sur la 2eme partie qui n’est pas balisée, restez prudents par temps de brume ou de brouillard épais, rebroussez chemin si nécessaire et sachez qu’il existe aussi un chemin plus direct qui descend du Collet de Pey jusqu’à Batère parfaitement indiqué sur les cartes. Carte IGN 2349 ET Massif du Canigou Top 25.

    Enregistrer

    « Le Col de Nédé (1.289 m) depuis Bencarrech (975 m)La Tour des Géographes (878 m) et le Pech de Fraysse (917 m) depuis Padern »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :