• Cette fois c'est sûr, voilà une randonnée à la portée du plus grand nombre et en à faire en famille. Seule la distance de 15 kilomètres environ pourra effaroucher les moins audacieux et les enfants trop jeunes. A part ça, ce circuit ne présente aucune difficulté. Le balisage peint en jaune (PR) est très clair, l'itinéraire aisé car il suit, pour la majeure partie, de larges pistes d'exploitation. Par contre, je recommande vivement d'accomplir cette boucle sur une période allant de l'automne au début du printemps par beau temps de préférence, l'horizon avec les Pyrénées enneigées y est sublime. En outre, l'été n'est pas à préconiser car le « cagnard » règne en maître sur ces crêtes calcaires et on risque de vous y retrouver desséché comme l'Homme de Tautavel découvert non loin de là !  Vous laisserez votre voiture sur le grand parking qui fait face à la cave vinicole de Paziols. Là, direction Estagel par la D.611. Vous enjambez le pont de la Coume et après une centaine de mètres, un large chemin monte sur votre droite. Un panonceau indique « Sentier pédestre ». Rapidement, le chemin s'élève dans des sites typiquement méditerranéens de garrigues et de « serres ». Un large panorama laisse entrevoir la longue montagne de Tauch avec son Pech de Fraysse, sa Tour des Géographes et ses blanches éoliennes qui tournent dans un ciel azur. En dessous, les toitures rouges de Paziols, plus loin celles de Tuchan et le château d'Aguilar perché tout en haut de son promontoire. Après 20 minutes d'une douce ascension, le chemin coupe une autre piste qu'il faut continuer par la droite. Ici, un autre spectacle commence. Ce spectacle enchanteur, les Cathares l'ont bien connus, c'est celui de la blanche chaîne des Pyrénées qui dessine une longue perspective des contreforts des Albères jusqu'aux lointains sommets ariégeois. Et comme toujours, le magnifique Canigou fait son « intéressant » !  Sont aussi visibles, les vallées du Verdouble, plus éloignées celles de l'Agly et de la Boulzane, encadrées de multiples serres, pechs et autres collines (photo). La Tour del Far pointe son téton. La piste devient rectiligne aux milieux de belles vignes amoureusement entretenues, puis zigzague dans les garrigues faites de cistes, de romarins, de genévriers, de chênes kermès, de buis et de lentisques. De temps en temps, un amandier en fleurs vient mettre une touche d'opaline dans cette verte toison. Vous aurez plaisir à marcher dans ces paysages sans cesse renouvelés qui défilent. Les kilomètres et le temps défilent aussi ! Vous atteignez les Rocs Nègres. Il est l'heure du pique-nique que vous organiserez au col d'Hiéro où une grande table et des bancs sont dressés bien à l'ombre d'un bel abri en bois. Après, ce repas et ce repos, si le coeur vous en dit, vous pourrez pousser jusqu'au Pech de la Couronne (524 m) distant de 300 mètres. Mais autant le dire tout de suite, son ascension reste compliquée car il n'y a pas vraiment de sentier et pour l'atteindre, il faut se frayer un chemin à travers une dense végétation faites parfois d'épineux. Sinon, vous pourrez redescendre dans le pittoresque vallon du Bac de la Coume. Là vous retrouverez de jolies vignes et quelques champs bien sillonnés. A l'approche de Paziols, le vallon devient défilé aux gorges asséchées, puis un simple ru où coule parfois un frêle filet d'eau. Les ruines d'un vieux moulin évoquerait-il des temps anciens où l'eau coulait à flot ? Vous retrouvez le hameau cher au coeur de Nougaro et votre voiture. Fin du voyage pour l'homo erectus que vous êtes vraiment devenu ! Carte IGN 2447 OT Tuchan-Massif des Corbières Top 25.


    votre commentaire

  • Une fois n'est pas coutume, je vous emmène jouer dans la neige sur la frontière entre Aude et Pyrénées-Orientales. C'est la saison ! Direction Prades, puis par l'agréable D.14, vous traversez successivement la belle station thermale de  Molitg-les-Bains, le superbe village de  Mosset et sa Tour des Parfums pour arriver après maints virages au Col de Jau à 1.506 mètres où vous laissez votre véhicule sur le vaste parking.  Le Dourmidou (1.843m) est ce dôme rondelet qui se trouve sur votre droite quand vous arrivez de Mosset. Chaussez vos raquettes et  s'il fait beau, vous êtes partis pour une splendide journée dans un cadre prodigieux. Au col, la D.14 devient D.84. Suivez-la quelques instants puis sur la droite de la route, enjambez une clôture et dirigez-vous vers une large piste qui s'élève, parallèle à la départementale, au mileu des sapins. Au bout d'une dizaine de  minutes, vous arrivez à l'extrémité de cette piste, quittez-la en progressant vers le haut vers une zone intitulée Lapazeuil sur la carte IGN. Lapazeuil est un replat désertique, comme l'ensemble du Dourmidou d'ailleurs !  La suite vous l'accomplirez avec logique car le  sommet est là devant vous, à quelques traces de raquettes, du moins le croirez-vous au début !  A partir du replat, vous repartirez sur votre droite et dans le sens inverse du chemin initialement pris. Vous aurez le parking du Col de Jau dans votre champ de vision. La suite est une simple formalité malgré un dénivelé qui s'accentue progressivement. A plusieurs reprises, vous aurez l'impression d'avoir atteint le sommet, mais ce n'est qu'une illusion et il vous faudra poursuivre « tout schuss » en suivant une longue clôture. Alternant de rudes montées et des zones plus planes,  ce fil d'Ariane « barbelé » vous guidera jusqu'au pinacle.  Dans la montée, les paysages sont déjà grandioses car pas un arbre, pas un rocher, rien ne vient altérer le spectacle. Mais que dire du sommet avec son panorama à 360° ! Géant !!!  Tous les grands sommets régionaux sont visibles : Canigou (photo), Madres, hauts pics ariégeois, etc... Pour le retour, il suffit, à nouveau, de suivre la clôture, cette fois jusqu'au parking. Attention, soyez prudents, la fin, très pentue, est peu évidente en raquettes, raison pour laquelle, je l'évite à la montée ! Carte IGN 2249 ET Font-Romeu et 2248 ET Axat-Quérigut Top 25.

    1 commentaire

  • Si vous ne connaissez pas le village de Bouisse, vous pesterez déjà pour le trouver! Combien de virages aurez-vous emprunté sur des départementales étroites pour  l'atteindre ? Et quand vous l'aurez trouvé, vous vous direz : «  où est-il ce sommet à gravir, ce Milobre connu de nombreux marcheurs ? ». En réalité, il s'agit d'une modeste croupe culminant néanmoins à 878 mètres !  Bon, 230 mètres de dénivelé, ce n'est pas le Carlit,  mais croyez-moi, si vous aimez marcher, vous ne regretterez pas son ascension ! Vous laisserez votre voiture sur le parking de l'imposante église et partirai vers le nord en direction du « Camin de Mielobre ».  C'est  la ruelle qui démarre à gauche du manoir.  L'asphalte laisse rapidement la place à un large chemin de terre. Continuez tout droit et au bout de quelques minutes délaissez un autre sentier qui part sur la droite (vous reviendrez par là !).  Malgré le silence ambiant et même si vous marchez en toute discrétion, votre passage fera s'époumoner les chiens des élevages tout proches. Il s'agit en général d'une belle race de braques que l'on appelle : devinez comment ! Eh oui le Milobre de Bouisse ! Mais bon, les chiens aboient et vous, comme la caravane vous ne faites que passer ! A chacun de vos pas, la quiétude que vous appréciez tant se réinstalle.  Le sentier se faufile au milieu de hauts buis alors qu'une ronde et verte colline se dessine dans le panorama. Il va vous falloir quelques minutes pour l'atteindre sur un chemin parfois difficile car souvent empli d'ornières. En réalité, vous arrivez à un collet devant un enclos à bestiaux et il vous faut prendre vers la droite une sente bien visible.  Après quelques zigzags au milieu des buis, vous arrivez sur un replat au pied d'un vaste mamelon. C'est le Milobre ! Les paysages s'exposent et le village apparaît bien loin maintenant. Les Pyrénées enneigées surgissent de l'écran que forme l'horizon avec comme acteur principal cet incontournable et fantastique Canigou (photo). Mais au fur et mesure que vous grimperez, bien d'autres images s'imposeront dans ce riche casting : les Pyrénées ariégeoises, l'identifiable Montagne de Tauch, de profondes vallées, de belles  forêts de feuillus, des falaises de calcaires blanches, et de tous côtés, de verdoyants bocages et des pâturages d'un vert intense.  Même si vous n'avez pas un grand sens de l'orientation, vous n'aurez aucun mal à rallier le sommet car de nombreuses sentes s'y dirigent dont une balisée en jaune (GR de pays). Par jour de grande tramontane, accrochez-vous à votre bâton de marche, les bourrasques y sont renversantes !  Pour le retour, plusieurs possibilités s'offriront à vous car le village est là à vos pieds ! Je vous propose de rejoindre le replat par lequel vous êtes arrivés. Là, vous descendez tout « schuss » vers Bouisse par un large chemin herbeux. Vous passez près d'une bergerie en ruines et retrouvez un peu plus bas un bon chemin qui se coule au milieu de grands bosquets de houx.  Souvent ces luisants buissons sont chargés de leurs belles boules rouges et sans les saccager, coupez en quelques branches, il paraît que ça porte bonheur !  Carte IGN 2447 OT Tuchan-Massif des Corbières Top 25


    1 commentaire
  •        
    LE ROC PARADET par jullie68

    Il existe "x" versions pour accéder à ce roc. De Prugnanes situé dans les P.O, mais aussi de Camps-sur l'Agly, agréable village audois.J'ai un faible pour un circuit qui part de ce beau petit hameau dont le château date de la Croisade contre les Albigeois (1208-1229). Quand on tourne le dos à l'église, un massif boisé et oblong (photo) les Pradasses et la Serre s'étire jusqu'au Pech de Bugarach. Notre objectif est là! On prend le chemin qui descend dans le vallon, coupe un ru et monte vers la Bergerie de Mondy. Avant les Mathibets, grande bâtisse en ruines, la piste fait un angle droit. Si vous prêtez attention, vous observez sur la gauche une sente qui descend et aboutit ici. Ce soir, notre boucle se refermera là! Pour l'heure, il suffit de suivre tout droit cette piste. Ne la quittez plus! Belle vue sur Camps qui s'éloigne. Suivez le panneau Péchines et Campeau. Peu à peu le sentier s'élève en sous-bois, les paysages changent, on se faufile au milieu d'énormes buis, enfin il s'élargit à l'approche du Col et des ruines de Péchines. Les fléches oranges inversées vous dirigent droit vers le Bugarach. Mais gardez un oeil sur votre gauche car très vite il vous faut descendre vers les évidentes ruines du hameau oublié de Campeau. Là, vous coupez le GR.36 dont il ne reste qu'à suivre les fameuses traces blanches et rouges. Communes au Sentier Cathare et au Tour du Fenouillèdes, elles vous ménent sans souci au Roc Paradet. Ce modeste rocher s'avère être un très beau mirador. La douce descente vous conduit à la bergerie en ruines du Pla de Lagal. Là, quittez le GR.36 et poursuivez ! Camps est dans votre ligne de mire. Descendez! La boucle se referme avec de belles images plein la tête! Carte IGN 2347 Quillan & 2447 Tuchan Top 25.

    votre commentaire

  • Il y a des randonnées qui vous réconcilient une fois pour toute avec la nature. La boucle que je vous propose avec la découverte de l'étrange source d'eau salée de la Sals en fait partie. Cette source salée qui jaillit au beau milieu de la forêt domaniale du même nom a connu son heure de gloire au temps de la gabelle. Aujourd'hui, l'association Salicorne met son " grain de sel" avec pour objectif le développement économique de cette vallée. Elle organise chaque début juillet une "Marche du Sel" où tout le monde est le bienvenu. De mon côté, je vous propose cette modeste boucle, à faire de préférence au printemps, qui démarre sur la D.74 peu après Sougraigne et le lieu-dit "les Clamencis". Laissez la voiture à proximité de deux panneaux indiquant la forêt domaniale et la Sals, Source Salée. A la droite de la route, une piste grimpe dans la forêt, alternant terre et bitûme. Rapidement, vous croisez la Sals qui se faufile à travers les bois et les champs. Il suffit de suivre les indications, elles vous ménent sans problème jusqu'à la source. Un gros bouillon blanchâtre jaillit de dessous un rocher et l'eau qui dégouline de tous côtés cherche son chemin dans les prés (photo). Profitez de ce cadre bucolique pour faire un pause pique-nique. Au pied de la source, par un petit pont de rondins, la sente balisée en jaune grimpe à travers les prairies. Au printemps, vous marchez dans un Eden de fleurs multicolores et sur une herbe tendre qui ne demande qu'à être couchée. N'hésitez pas à le faire et si vous fermez les yeux, vous vous croirez au "Paradis"! Si le chant des oiseaux vous réveille, repartez pour atteindre la forêt où vous croisez un GR de pays. Prenez le à gauche et poursuivez, il vous méne au Col de la Fage et à la D.74 que vous descendez par la gauche. Bien sûr, la route qui vous ramène à votre voiture est moins idyllique mais oubliez  l'asphalte et regardez autour de vous!  Les paysages sont encore magnifiques! Carte IGN 2347OT Quillan Top 25.

    1 commentaire

  • LA CARRIERE DE MARBRE ROUGE DU CORONAT par jullie68


    C'est du pittoresque village de Jujols que démarre cette boucle permettant la découverte de la carrière de marbre du Coronat. Les hautes falaises roses se dressent au dessus du hameau. Elles sont faites d'un calcaire marmoréen dont les couleurs changent selon l'heure et la lumière du jour. Ces teintes surprenantes parfois roses, parfois rouges ou oranges contrastent avec la sombre et verdoyante forêt environnante. Si vous suivez cet itinéraire, vous êtes partis pour 20 kms et un dénivelé de 1.000 m environ. Dans des paysages fortement dissemblables, il vous faudra environ 6 à 7 heures de marche effective. De Jujols, il suffit de suivre la piste qui monte dans la "solana" en direction du Col Diagre. Des raccourcis balisés en jaune et d'autrefois en bleu permettent de couper les nombreux virages. Après le bassin qu'alimente l'ancestral canal, vous quitterez la piste par la droite à un panonceau jaune indiquant "sentier des bergeries". Vous délaisserez à droite le "sentier géologique" et poursuivrez à gauche la sente qui suit le canal dont on entend le chant mélodieux sous les lloses. Le chemin monte au milieu de quelques cortals en ruines jusqu'à la ferme Aparicio, grand bâtiment blanc que l'on aperçoit de très loin. Là, vous êtes au Col Diagre à 1.471 m d'altitude et un large panneau de bois sculpté vous indique clairement la marche à suivre "Refuge de Roque Fumade 3k3-Carrières de marbre 4k". En réalité, en suivant mon itinéraire et le balisage jaune fraîchement peint la distance sera plus importante mais les paysages traversés et les panoramas beaucoup plus beaux et plus grandioses. Tout en cheminant l'agréable et large piste forestière, comme souvent dans notre belle région, le Canigou est le "maître de l'horizon"(photo). Mais une chaîne presque sans fin de hauts sommets pyrénéens est au programme du spectacle. Vous délaisserez un panneau jaune "Jujols" (raccourcis possibles) et tout en zigzaguant vous continuerez à grimper dans cette splendide forêt. Vous ne vous lasserez pas des décors entraperçus, du cadre enchanteur dans lequel vous évoluerez ! Avec un peu de chance, peut-être apercevrez-vous un cerf, une biche, un chevreuil ou un isard, les cervidés sont plutôt nombreux dans ce massif ! Vous passerez devant les bergeries en ruines de Peyro et poursuivrez jusqu'à atteindre par deux fois la crête sommitale : la Collada (1.755 m) puis le Roc Rouge de Serre Pelade (1.671 m). De cette crête , la vue porte très loin sur le ténébreux Mont-Coronat bien sûr, mais aussi sur l'autre versant du massif: Madres, Dourmidou, Pla de Balençou, vallons de Nohédes et d'Urbanya, forêts domaniales, etc... Captivés par ces beaux panoramas, vous quitterez la crête à regrets et c'est en poursuivant la piste que vous tomberez nez à nez sur la carrière de marbre rose dite du "Roc Vermeil". Vous découvrirez la mine grâce à une profonde saignée taillée dans la roche rouge. De nombreux vestiges demeurent : rails, chariots, câbles, blocs de marbre burinés, terrils, etc... Après cette visite, il suffira de poursuivre et vous arriverez à un carrefour de chemins. Dans votre dos, à 350 m, le refuge de Roque Fumade, sur votre droite, un sentier qui repart vers le Col Diagre (raccourci envisageable à l'aller) et une bonne piste qui file vers Jujols et Joncet dans une interminable descente aux multiples méandres. Vous serez sur le sentier du "Tour du Coronat" et il vous suffira d'une bonne dose de patience pour rejoindre Jujols, les mollets endoloris mais la tête pleine de belles images ! Cartes IGN 2348 ET Prades et 2249 ET Font-Romeu-Capcir Top 25.

    votre commentaire

  • LE SENTIER NATURE DE NEBIAS par jullie68


    Voilà une randonnée à la portée du plus grand nombre dans une nature génèreuse, merveilleuse et étrange. Toutefois, le terrain varié et glissant par endroits nécessite de bonnes chaussures. En effet, vous marcherez tour à tour dans la garrigue, dans des prairies, dans des bois, sur des chemins secs ou boueux, dans des dolines karstifiés. Vous découvrirez un moulin restauré, un ancien fortin allemand, de nombreuses ruines, les vestiges de pierres sèches de Lourpinel et le lac privé de Cavirac. Vous enjamberez le ruisseau de Picharèlo. Vous grimperez au Belvédère de Brézilhou. Vous longerez les crêtes de cette falaise de calcaire où un très beau panorama s'étendra à vos pieds (photo). Vous vous perdrez dans un dédale minéral (Clos des Encantados et Grand Lapiaz) et dans un labyrinthe végétal (Labyrinthe Vert et Cami Salvatge). Vous observerez des arbres insolites tels le "Chêne Gros", le " Sapin-Harpe" ou le " Chêne Poulpe".  Du sympathique village de Nébias, prenez la rue qui monte au Moulin à Vent. Suivez le sentier Nature puis laissez vous guider par les panneaux S-N et les traces de couleur "vert fluo". La suite est d'une grande simplicité et après 3 heures de magiques découvertes vous serez de retour au village. A Nébias, pensez à visiter le ludique musée de la flore et de la faune régionale et laissez-vous surprendre par les étonnants insectes métalliques d'un artiste sculpteur. Carte IGN 2247 OT Lavelanet-Montségur et 2347 OT Quillan Top 25.


    votre commentaire

  • Le départ s'effectue à partir de Fenouillet, village pittoresque avec une Histoire très riche.  Pour preuve, les ruines séculaires des châteaux Castel Sabarda et Saint-Pierre. Le circuit démarre en direction des Nautès, emprunte une portion du Tour du Fenouillèdes jusqu'au Col de Tulla. Suivez le balisage jaune. En montant les senteurs de cistes laissent peu à peu la place aux parfums de résineux. Au col, suivez le panneau Aigues-Bonnes. Très vite, un étroit sentier grimpe à droite dans le bois en direction du Pech. Sans le savoir, vous jouez les équilibristes sur le fil de la frontière qui sépare l'Aude des Pyrénées-Orientales. Si vous avez la chance d'arriver au sommet par grand beau temps, un splendide panorama à 360° s'offre à vous. A l'ouest, les premiers sommets pyrénéens, Mont Coronat, Madres, Dourmidou. Vers l'est, le Pech de Bugarach, vers le sud, les vastes et longues vallées de la Boulzane et de l'Agly. A vos pieds, d'un côté et de l'autre, les épaisses forêts domaniales de Boucheville et d'Aigues-Bonnes (photo). Après, cette escapade jusqu'au blanc calcaire du pech, il suffit de redescendre la verte piste forestière qui zigzague au milieu des sapins, pins sylvestres, hêtres et autres feuillus. Vous finissez par atteindre un vallon paradisiaque et le sentier cathare. Laissez Aigues-Bonnes à gauche et après 4 bonnes heures de marche vous retrouverez Fenouillet. Carte IGN Prades-St Paul de Fenouillet 2348ET Top 25.

    Enregistrer


    votre commentaire
  • Voir taille réelle


    Cette randonnée d'un niveau facile part du Col Palomère (1036 mètres) qui se situe peu après le village de Valmanya dans les Pyrénées Orientales. Au col, en venant de Valmanya, il vous faut prendre une rampe cimentée qui part sur votre droite. Le ciment laisse rapidement la place à un bon chemin qui monte dans une hêtraie. Sur fond de Canigou, cet agréable sentier vous ménera dans un lieu chargé de terribles histoires et d'histoire avec un grand "H". Vous découvrirez les anciennes mines de fer de la Pinouse qui ont été exploitées de 1904 à 1931 et le village (photo) désormais fantôme où vécurent des centaines de mineurs. Douze d'entre eux perdirent la vie en 1917 dans une terrible avalanche. En outre, ce village constitue un haut-lieu de la résistance. Julien Panchot, chef du réseau Henri Barbusse y fut fusillé par les Allemands le 2 août 1944. Une plaque de marbre en sa mémoire y est scellée sur le mur d'un bâtiment. Je vous conseille de découvrir ce chemin en automne, par beau temps de préférence, les couleurs y sont merveilleuses ! Surtout si le majestueux Canigou qui vous fait face est un peu enneigé. Avec un denivelé de 350 m, comptez environ 1h 30 de marche pour parvenir au village. Le retour s'effectue par le même chemin qu'à l'aller. Carte IGN Massif du Canigou 2349 ET, Top 25.

    Enregistrer


    votre commentaire

  • Saint-Laurent-de-Cerdans, berceau de l'espadrille est le point de départ de cette belle balade au Mont Capell. Avec 500 m de dénivelé en douceur, l'accés à ce sommet ne présente aucune difficulté, d'autant que le sentier est parfaitement balisé tout le long. Après le porche de l'usine d'espadrilles, on gare la voiture au parking et on suit le balisage bleu et jaune. En montant vers le quartier Puig Sec, les rues deviennent venelles au sein de ces belles maisons typiques aux jardins très fleuris. A la Font del Paré,on quitte le bitume pour une agréable sente qui se transforme en un  tapis moelleux de feuilles sous de grands châtaigniers. Arrivés au panneau "Couloumé via Coustouges",on continue tout droit le chemin désormais balisé en bleu. On ne quittera plus ces traces jusqu'à l'arrivée. A la Serra de Provadona,les châtaigniers font place aux genêts et aux bruyères puis les sous-bois de noisetiers prennent le relais et font une haie ombragée jusqu'au Coll de Pedra Dreta. Après un rude dénivelé pour atteindre ce col,le mont Capell est soudain tout proche et bien visible. Un panneau de bois (photo) est d'ailleurs là pour avertir les randonneurs étourdis. La fin est une coriace et caillouteuse montée sous les pins puis le mont, point géodésique est atteint.Superbes panoramas à 360°, les regards sont attirés de tous côtés.A nos pieds, hormis les toits rouges et les façades blanches de Saint-Laurent tout est vert, prairies, vallons, forêts.Du nord au sud, s'étirent les crêtes du Vallespir, à l'est l'inévitable Canigou domine le paysage, alors qu'à l'opposé la plaine de la Catalogne espagnole s'étale dans une brûme laiteuse. La descente sur l'autre versant n'est qu'une formalité. Toutefois, prenez garde à ne pas glisser sur une surface souvent sableuse ! Après 4h de marche effective, visiterez-vous St.Laurent? Et pourtant ce bourg le mérite ! Carte IGN Céret 2449 OT Top 25.

    Enregistrer


    votre commentaire