• Le Rêve Etait Moche


     

    J’espère que ça ne vous arrivera jamais !

    Il y a quelques jours, je sors de chez moi pour partir promener. Une fois sur le trottoir, je suis indécis. Où vais-je partir ? A gauche, il n’y a franchement rien d’intéressant et en plus le quartier est peu sûr car il y a des insoumis, des anarchistes et parfois même des casseurs très violents. D’un autre côté et une fois passé cette partie, je sais que tout est vert. J’aime bien le vert. Mais là aussi, j’ai un peu d’appréhension car une fois ou deux je m’y suis risqué et j’ai pris une petite « volée ». De bois vert bien sûr ! A droite, plusieurs rues sont possibles, mais là aussi il y a souvent des rassemblements toujours au même carrefour. Rassemblements républicains ou nationaux d’après ce qu’ils disent d’eux. Pour avoir dialogué avec les plus aimables d’entre eux, je sais que ces personnes ont souvent des idées quasi similaires mais pourtant elles se font constamment face avec des regards pleins d’animosité, comme si elles allaient se battre entre elles. De ce côté-là ; les casseurs sont présents également, aussi violents que ceux de gauche. Comme j’ai du mal à comprendre toutes ces attitudes, ces personnes me font peur aussi. Au milieu, devant moi, il y a un long et haut mur avec quatre portes et des noms écrits sur des petites plaques dorées. Une porte est complètement dorée aussi, bien dissemblable des autres, et sur celle-ci, il y a écrit « Macron ». Alors, bien sûr, impossible d’aller par-là, sauf à prendre le risque d’essayer de pousser l’une des quatre portes. Des trois autres portes, un peu moins luxueuses que celle de Macron, j’ai déjà aperçu les propriétaires et je sais pour avoir lu les différentes plaques qu’ils s’appellent Bayrou, Lagarde et Morin. Parfois, mais assez peu souvent, ces trois personnes parlent entre-elles assises sur des chaises. Mais je ne sais pas pourquoi, elles sont toujours assises le cul entre deux chaises. Drôles de postures pour des personnes qui sont censées apprécier le centre des choses, d’après ce que je crois savoir ! « Enfin, ça les regarde ! » me dis-je. Ces portes-là ne m’intéressent guère et puis surtout le peu que j’ai vu de l’intérieur me paraît « fadasse ».

     Alors que faire ? Seule la porte « Macron » me reste inconnue.  Je me dis : « tant pis, aujourd’hui je vais tenter d’ouvrir la porte « Macron » et qui sait peut-être que derrière ça sera bien ? ». Je traverse la rue, pousse la porte après beaucoup d’hésitation et suis presque prêt à me mettre en marche mais d’abord j’observe. Il y a un très beau couloir devant moi, luxueux même, avec un plafond de verre très bas et des murs de chaque côté, bien roses au début, puis peu à peu tout devient de plus en plus sombre et au fond c’est le noir le plus total. Non, pas vraiment le noir total car si mes yeux cherchent à s’habituer à l’obscurité, mais ce n’est pas facile, il me semble voir un palais très luxueux dans la faible lumière finale ? Je n’ai pas encore fait trois pas que déjà il me vient une pensée unique. Que fais-je là ? Oui, que fais-je là au début de ce couloir qui va automatiquement m’envoyer dans le noir au fur et à mesure que je vais marcher. « Non, je n’ai rien à faire ici ! » me dis-je. « Atteindre un palais ? me dis-je aussi. « Mais que pourrais-je y faire ? ».  Je fais demi-tour, tente de pousser la porte mais elle paraît fermée. J’insiste. Rien. Il y a un bouton sur la porte que je n’avais pas vu sur l’instant. Dessous, il est écrit : LREM. Je suis hésitant à appuyer sur le bouton mais je n’ai pas d’autre choix car la porte résiste malgré mes coups de boutoir. A contrecœur, j’appuie sur le bouton et là aussitôt, une trappe s’ouvre sous mes pieds et je tombe dans un puits tout noir. Quand j’atterris ; indemne, par je ne sais quelle chance ? ; une lumière très diffuse revient. Autour de moi, il y a des grilles avec de gros barreaux, séparées par des piliers sur lesquels des panneaux sont scellés. Sur les panneaux, il y a 4 lettres : LREM. Plusieurs personnes sont là, assises ou couchées à terre, la plupart à gémir « je veux des sous », « je veux de la reconnaissance », « je veux un travail ». Certaines ont des gilets jaunes fluo mais j’ignore pourquoi ? Je m’assieds. Je tente d’engager la conservation avec mon voisin de gauche mais ne sachant pas quoi lui dire, je lui demande simplement : « ça fait longtemps que vous êtes là ? ». Il me répond d’un laconique « oui ! ». Je comprends vite qu’il n’a guère envie de me parler. Alors j’insiste quand même et lui demande « ça veut dire quoi LREM ? » Il me répond toujours laconique « je ne sais pas et je m’en fous ! » Je pose la même question à mon voisin de droite, mais là au lieu de me répondre, il lance à la cantonade « eh les gars, ça veut dire quoi LREM ? » Pas de réponse. Apparemment personne ne semble savoir. Mais dans un coin de la pièce, un très vieil homme qui semblait dormir lève le doigt et s’avance à dire très doucement « je crois savoir moi ». Alors tout le monde se tourne vers lui et comme un seul homme « alors accouches ! » Je crois que c’est « La République En Marche ! » dit-t-il d’une voix fluette. Un autre se met à crier « mais non, pas du tout c’est La République Est Mauvaise ! ». Non « pas mauvaise mais méprisable ! crie celui qui m’avait dit qu'il s’en foutait. Un autre s’avance à dire « non, pas méprisable mais maudite ! ». « Non, vous n'y êtes pas du tout, M c’est malhonnête » dit un autre. « Pas du tout, c’est médiocre » dit son voisin. « Non, ici le M ça veut dire misérable ». Et ainsi de suite, tout le monde y va de son adjectif commençant pas « M ». Personne n’est jamais d’accord mais une chose est sûre, je me dis que nous sommes tous au fond de cette même prison sans savoir pourquoi, alors est-ce si important de savoir ce que veulent dire ces 4 lettres LREM ? Toutes les propositions que je viens d’entendre semblent convenir pour définir ce trou à rats si moche.  Oui, c’est ça LREM c’est sans doute « La République Est Moche » ? Mais je garde cette réflexion pour moi ! Au bout d’un moment, et de l’autre côté des barreaux, des femmes en tailleur et talons aiguilles et des hommes en costumes et cravates vont et viennent, apparemment indifférents à nos destins. Ils ont des badges accrochés au revers de leurs vestes. Il y a leurs noms et dessous il est écrit député, sénateur, ministre. Un homme jeune et mince s’arrête. Il a gros un trousseau de clés dans les mains. Il joue avec et les clés tintent entre-elles comme s’il jouait d’un triangle musical.  Il continue de nous observer avec un petit sourire carnassier. Apparemment, et malgré tous ces va et vient, c’est bien le seul qui semble détenir les clés de notre sort. Je le reconnais, c’est Macron, mon voisin d’en face. Il nous lance à la cantonade « eh les gaulois récalcitrants, ça ira mieux demain ! » et il disparaît. De fatigue, je m’endors. Combien de temps ? Je ne sais pas, mais un mauvais cauchemar me réveille.  Je suis tout en sueur, le souffle court mais par bonheur allongé dans mon lit douillet. J’ai du mal à retrouver mes esprits. Je me lève, mais qu’au bout de longues minutes et comme un peu groggy. Je file prendre une douche, m’habille et pars me promener. Je suis sur le trottoir et encore indécis……Où vais-je aller ? J’ai encore ce cauchemar tout frais au fond de ma tête. Lequel au juste ? Je ne sais plus ! Je ne me souviens que d’une chose : « Le Rêve Était Moche ! ».

    (Toute ressemblance avec des personnes existantes, ayant existé ou se reconnaissant dans cette nouvelle est purement fortuite).

     

     


    votre commentaire
  •  

    Ce diaporama est agrémenté de 4 chansons des Beatles composées par John Lennon et Paul McCartney. Elles sont jouées successivement par Chris de Burgh (The Long And Winding Road), par Rufus Wainwright (Across the Universe), par The Analogues (The Fool On The Hill et Good Night)

    La Serre de Monfort (1.141 m) depuis Montfort-sur-Boulzane (720 m)

    La Serre de Monfort (1.141 m) depuis Montfort-sur-Boulzane (720 m)

    Pour agrandir les photos, cliquez dessus. 2 fois pour un plein écran.


     

    Au printemps 2017, et au départ de Montfort-sur-Boulzane, j’étais parti en solitaire découvrir la Crabixa, montagne ô combien riche dans sa biodiversité selon l’INPN, c'est-à-dire l’Inventaire National du Patrimoine Naturel. Si le sommet de la montagne, à 1.595 m d’altitude s’était dérobé à moi ; bien trop boisé là où j’avais voulu le défier ; autant l’avouer, j’avais été immensément enchanté de tout le reste. Cols de la Couillade, de l’Hommenadel et de l’Hommenet puis Bois de l’Orri et Vallon des Escoumeilles, grâce aux incroyables panoramas aperçus, grâce à une faune si présente et à une flore si luxuriante, cette randonnée est très longtemps restée dans ma tête.  En réalité, elle n’est jamais complètement sortie de ma mémoire puisque l’envie de retourner dans ce secteur est encore là en ce 10 juillet 2019. Il faut dire que j’avais également gardé en tête, mais également en photo, ce grand panneau de bois aperçu à l’instant même où j’en avais terminé.  « Serre de Montfort », il y avait écrit dessus. Et plus bas 8,5 km et 2h30, c'est-à-dire des critères très modestes dont j’avais la conviction qu’ils seraient facilement réalisables par Dany, souvent dans le doute depuis son opération du genou quand il s’agit de randonner. Là, et après les 2 randonnées ariègeoises (Cabanes du Goutets et Tuc de Montcalivert) qui s’étaient formidablement passées, j’étais très confiant. Seule, sur l’instant, la notion de dénivelé m’avait laissé perplexe car le panneau indiquait 720 m pour le plus faible d’entre eux, mais depuis j’avais acquis la certitude qu’il s’agissait de l’altitude au départ de Montfort. En ce 10 juillet, le ciel est bleu, le soleil brille de tous ses feux, tout est donc parfait et surtout cette balade est dans les cordes de Dany. De plus, je connais ses goûts, je sais qu’elle va aimer cette marche en forêt et ces clairières lumineuses qui ne manqueront pas de s’ouvrir sur des panoramas lointains. Dans cette journée qui s’annonce exceptionnelle, seul mon appareil-photo tout nouveau me tracasse un peu. Ne pas réussir à prendre de jolies photos reviendrait à me gâcher cette balade et peut être même la journée. Résidant à Urbanya, ce matin nous nous sommes levés plus tôt qu’à l’habitude. Ria, Cattlar, le col de Roque Jalère, Sournia, Rabouillet, le col d’Aussières, la route est longue et sinueuse depuis Urbanya, mais ô combien magnifique. À elle seule, elle est déjà un merveilleux voyage pour les yeux et les arrêts se multiplient au moins quand il s’agit d’admirer le Canigou et bien d’autres montagnes ou vallées. De plus, une grande partie de ce secteur me ramène 5 ans en arrière et à un fabuleux Tour du Fenouillèdes réalisé avec mon fils. 5 Jours à gambader dans ces paysages que nous traversons, de la Serre de Sournia à la forêt de Boucheville en passant par les Terres Noires. Après ce long périple routier en Conflent et Fenouillèdes, il est 10h15 quand nous garons la voiture à Montfort-sur-Boulzane. Au même endroit que le jour de la Crabixa, tout près de cette ancestrale faneuse en bois à la sortie nord du village. Connaissant la suite jusqu’au lieu-dit la Couillade, j’ai bien l’intention de ne rien changer à mes habitudes, c'est-à-dire flâner et photographier ce que la Nature voudra bien m’offrir. Nous démarrons tranquillement, passons devant le monument aux morts, empruntons les mêmes ruelles qu’il y a 2 ans et le même chemin essentiellement forestier s’élevant longuement vers le lieu-dit.  Tout est quasiment pareil sauf que je ne marche plus tout seul. La différence est de taille, et ce d’autant que si Dany ne court pas, elle ne me laisse guère le temps de photographier la Nature comme j’avais pu le faire précédemment. Alors, je reste néanmoins aux aguets et quand un sujet se présente ; fleur, oiseau ou papillon ; je me laisse distancer sachant que c’est au train que je vais regagner le terrain perdu. Ce chemin longeant en grande partie le Ruisseau de Rambergue est agréable. Il s’élève certes en permanence mais la déclivité est si modeste qu’elle n’est pas vraiment une contrainte. Si les oiseaux et les papillons sont rares dans ces sous-bois ; je n’ai photographié qu’un seul rossignol et trois papillons différents ; de nombreuses fleurs viennent à mon secours dans cette envie permanente d’immortaliser la Nature. Par bonheur, un écureuil roux et espiègle est venu dès le départ égayer notre mise en jambes.  Depuis ce divertissant épisode, je sens bien que Dany n’a pas sa facilité habituelle. Elle ne se plaint jamais mais m’attend souvent dès lors que je prends un peu de retard avec mes photographies. A l’approche de La Couillade, mais sans réellement se plaindre, elle finit par me demander « la montée est encore longue ? ».  En réalité, je lui dis que je n’en sais trop rien. Ce large chemin montant vers la Couillade est quasiment rectiligne et tous les abords se ressemblent. Seule ma montre est là pour m’aider un peu. Je lui dis « nous y serons dans 10 minutes maxi ». En réalité, il n’en faut que la moitié, et quand un grand pan de ciel bleu s’ouvre au-dessus de nos têtes, je lui dis « je crois que nous y sommes ! « Sans doute a-t-elle un peu souffert dans cette longue montée, car immédiatement elle éprouve le besoin de se poser puis même de rallonger cette halte pour entamer son pique-nique. Il faut dire qu’il est déjà 12h10. Moi, et avant même de déjeuner, je mets tout en œuvre pour tenter de photographier la Nature. Comme je le fais depuis quelques temps déjà, et quand la balade s’y prête, je dépose une grosse poignée de graines dans un endroit tranquille mais bien visible afin d’attirer des oiseaux. Sandwich dans une main et appeau dans l’autre, j’alterne les bouchées et les chants d’oiseaux. Dans l’immédiat, et or mis un pinson et une mésange charbonnière qui se sont un peu approchés, aucun passereau ne veut de mes graines et ne répond vraiment à mes sifflets. Même en changeant d’appeau, rien n’y fait. Aussi, le pique-nique terminé et Dany s’étant allongée sur l’herbe, je file photographier des fleurs et des papillons très nombreux ici dans ce secteur. Il faut dire que tout se prête à la présence d’une faune diversifiée dont les insectes sont de loin les plus présents et les plus visibles. Ici, les nombreux feuillus se mélangent aux conifères. Il y a aussi de grands prés donc un avec un enclos recevant de temps à autre quelques troupeaux et leurs déjections.  Il y aussi des clairières et les ruines d’une vieille bergerie. Quelques sources, dont celle de Rambergue, ne sont pas loin. Alors je reste confiant pour enregistrer quelques belles photos même si je ne maitrise pas totalement mon appareil. Dans l’immédiat, et Dany s’étant quelque peu assoupie, j’en profite pour prospecter toutes les prairies et les bois alentours. Au bout d’un quart d’heure, quelle n’est pas ma surprise de voir un jeune chevreuil immergé d’une fougeraie, non loin du pré où j’avais pu en photographier un autre voilà deux ans. A 50 mètres de moi, il s’éloigne sans vraiment détaler alors je tente plusieurs rapprochés quasiment au jugé mais néanmoins dans une précipitation qui ne présage rien de bon. « Enfin, je verrais bien » me dis-je.  A l’instant où je reviens vers Dany, je constate que quelques oiseaux ont déjà repéré le petit tas de graines. Des mésanges notamment. Bleues, nonnettes, huppées et charbonnières sont les plus présentes mais les plus fugaces aussi. J’ai également aperçu deux pinsons, un rouge-gorge, un rougequeue noir et une sitelle. Je suis ravi car je ne m’attendais pas à une telle affluence en si peu de temps. Il est vrai que nous sommes-là depuis plus d’une heure. Dany s’étant réveillée, je lui demande de patienter le temps que je m’essaie à quelques photos ornithologiques. Elle accepte et part ramasser des fraises sauvages, plutôt nombreuses dans le coin. Moi, je pars me cacher mais avec vue sur le petit tas de graines. Finalement, un mur de la bergerie en ruines toute proche est la cache la plus sûre, même si au passage il me faut écraser de nombreux épineux pour créer un poste de guet dépourvu de cuisantes échardes.  Finalement, je vais réussir trois ou quatre photos d’oiseaux bien au-delà de mes espérances. Il est temps de se remettre en route, direction cette fois la "Serre de Montfort" que je ne connais pas. Le sentier continue de s’élever très modestement dans une forêt où les feuillus et les résineux, tous très beaux, se partagent l’espace. Un nouveau petit collet est atteint puis le chemin bascule avec une vue superbe sur une vaste prairie de fauche mais également sur les contreforts plus ou moins boisés du Pic Dourmidou, du Pech Pedré et de la Montagne de Crabixa. La prairie, elle, a été récemment fauchée et plusieurs bottes bien rondes de paille sont là soigneusement rangées à son extrémité. Voilà donc la partie la plus visible de la Serre de Montfort, même si je sais qu’elle se poursuit plus loin sur la gauche, c’est-à-dire vers l’est. Avant de venir, j’ai longuement analysé une vue aérienne sur Géoportail, et je sais, qu’outre le nôtre, d’autres chemins y circulent. Sans Dany avec moi, j’aurais sans doute tenté l’aventure de les emprunter, mais aujourd’hui je préfère me cantonner au circuit choisi. L’aventure m’aurait d’autant plus tentée, qu’outre ces chemins ; il y a paraît-il les ruines d’un ou deux vieux castrums médiévaux, mais les quelques renseignements que j’ai pu trouver sur Internet sont nettement insuffisants pour se lancer dans une recherche opportune.  D’ailleurs, et si j’en crois ce que j’ai lu de l’Histoire de Monfort, il y aurait eu plusieurs forts, tours défensives ou châteaux protégeant le village et ses alentours, dont un fort originel qui aurait donné son nom latin de « Montis fortis in valle alba », que l’on peut traduire en « Montfort dans la vallée blanche ». Ce Castrum de Montefortis, lié au système défensif du château tout proche de Puilaurens, et avec lui la partie la plus ancienne du village, seraient situés sur le Roc d’al Castiellas. Ce lieu-dit, je ne l’ai jamais trouvé sur aucune carte.  Toutefois, et selon les quelques renseignements lus, il est clairement indiqué comme étant à l’ouest du village actuel, et donc on peut raisonnablement supposer qu’il n’est pas très loin de la Serre de Montfort. L’ensemble, castrum et hameau, aurait été détruit lors de la guerre entre la France et l'Aragon en 1496.  Un autre castellum, dont il ne resterait que quelques moellons, aurait existé aussi sur un autre roc tout proche de la bergerie des Escoumeilles, et c’est en premier lieu celui qui m’aurait intéressé puisque cette bergerie est bien connue et parfaitement située, et surtout non loin du tracé d’aujourd’hui. Enfin, un manoir féodal, ancienne demeure seigneuriale au Moyen-Âge, existe encore dans le village actuel mais ses divers remaniements lui ont fait perdre son caractère primitif. Il serait occupé par la mairie. Enfin, il faut noter que la seigneurie de Montfort a été longtemps la propriété de la famille du Vivier que j’ai longuement eu l’occasion d’évoquer lors d’une autre balade intitulée « le Cami del Viver depuis Saint-Martin de Fenouillet ».  Voilà ce que j’ai pu lire sur Internet sur un remarquable site appartenant à un dénommé Jean Alain Monfort. Si vous voulez en savoir plus sur Montfort-sur-Boulzane et tous les Montfort en général, je ne peux que vous conseiller la lecture de ce site, sans doute le plus complet sur ce patronyme. Alors qui sait, peut-être que ces vestiges et leur Histoire seront l’occasion rêvée de revenir ici pour une nouvelle balade ? Dans l’immédiat, et alors que je tente encore de photographier la multitude de papillons qui occupent cette prairie ; et que Dany est partie loin devant moi ; quelle n’est pas notre surprise d’entendre d’abord, puis d’apercevoir ensuite, une vieille « guimbarde » toute pétaradante remonter la piste et venir vers nous. Au delà du bruit que fait la voiture ; la vue de deux molosses courant derrière elle est bien plus angoissante. En courant, j’ai rattrapé Dany et désormais les deux chiens qui nous ont aperçus, nous vocifèrent dessus à seulement quelques mètres de nos jambes respectives. Nous rangeons nos bâtons télescopiques dans nos sacs à dos. La voiture arrive et un homme en descend. Il nous salue très brièvement et nous indique que ses deux chiens sont plus aboyeurs que méchants, surtout quand il est là précise-t-il. Les chiens continuant à courir autour de nous, et toujours en vociférant, babines bien moussantes, nous ne sommes qu’à moitié rassurés, surtout qu’il ressort de leurs gesticulations incessantes, un spectaculaire dynamisme et une incroyable force. L’homme se met à nous expliquer qu’il habite tout près d’ici, dans un mas isolé au milieu de la forêt, et qu’il a ressenti le besoin de dresser plusieurs chiens depuis qu’il y a quelques années des hommes sont venus le torturer pour tenter de le détrousser. Il rajoute qu’il ne vit que très modestement avec ses chiens, et si sa vieille guimbarde est déjà là pour justifier ses dires, sa très mauvaise dentition pleine de chicots en parachève leurs authenticités. Après cette troublante conversation, nous le saluons et reprenons notre chemin. Sa voiture ne redémarrant pas, nous lui proposons de la pousser mais il refuse notre aide. Après maints et maints essais infructueux, la voiture redémarre et disparaît bruyamment dans la prairie que nous venons de traverser. Ouf ! Les chiens disparaissent aussi. Le chemin emprunte désormais une bonne piste forestière et descend encadré d’immenses arbres. Un bout de la toiture de la maison de « l’homme aux chiens » apparaît au dessus de la canopée. Ainsi cerné par une haute végétation, le chemin devient forcément plus monotone et ce, malgré des fleurs et des papillons qui restent bien présents et que je continue de recenser photographiquement parlant. Un panonceau « point de vue » propose un allere retour au col de l’Hommenet. Nous en faisons l’impasse.  Les panoramas, eux, ont quasiment disparus et chaque petite fenêtre qui s’ouvre est l’occasion de s’arrêter pour observer celui qui se présente. Ce n’est que bien des décamètres plus bas et dès lors que nous enjambons puis dominons le Ruisseau des Escoumeilles qu’ils reviennent. La Serre de Montfort et son pinacle terminal sont désormais sur notre gauche. A l’aide de mon appareil-photo et en zoomant, j’essaie de voir si les ruines d’un château sont visibles mais la colline est bien trop éloignée pour acquérir des certitudes. Je ne vois que des bois ou bien quelques rares pierriers mais rien de suffisamment précis m’indiquant la présence de vieilles ruines médiévales. L’itinéraire zigzague un peu et longe désormais le Ruisseau des Escoumeilles se trouvant sur notre droite. Moi, sur cette piste presque rectiligne, je continue ma moisson de photos. Fleurs et papillons sont toujours bien présents.  Grâce à la présence du petit torrent, les oiseaux qui avaient quelque peu disparus refont surface. A cause de l’exubérance de la végétation, les photographier reste un difficile challenge. Patience et beaucoup de chance sont nécessaires. En général, la chance de photographier une oiseau se présente sur des branches mortes ou encore peu feuillues. Dans cette longue piste vers l’arrivée, seule la bergerie des Escoumeilles nous arrête quelques minutes. Plus loin, de nombreux chiens de chasse enfermés dans des enclos grillagés arrêtent Dany beaucoup plus longtemps. Au travers des grilles, elle tente d’offrir des caresses à tous les chiens « accessibles », lesquels en guise de suppliques, ne s’arrêtent pas d’aboyer. Il suffit de leur toucher le bout du museau pour qu’ils cessent.  Je suis certain que si Dany en avait la possibilité, elle leur ouvrirait les portes en grand pour qu’ils partent gambader. Dès lors que l’itinéraire tourne à gauche, suivant ainsi la courbe du ruisseau des Escoumeilles, je sais que Montfort n’est plus très loin. Quelques toitures apparaissent et le village est vite là. Nous le traversons tels deux lambins, tant il est joli à découvrir et que l’envie d’en terminer n’est pas encore totalement présente. Tout est prétexte à s’arrêter : une séculaire fontaine, un vieux lavoir, l’église, une tuile peinte, des hirondelles et des moineaux nichant sous les toits, des gros bouquets d’hortensias et quelques trépidants rougequeues noirs. Finalement, la vue du grand panneau en bois esquissant cette balade met fin à cette flânerie. La voiture est là. Cette balade telle qu’expliquée ici a été longue de 9,6 km. Les montées cumulées ont été de 730 m. Le dénivelé est de 414 m entre le point le bas à 726 m au départ de Montfort et le plus haut à 1.140 m au niveau du collet avant de descendre vers la Serre de Montfort. Carte IGN 2348 ET Prades – Saint-Paul de Fenouillet Top 25.


    2 commentaires
  • Nous sommes tous des arbres avec des racines.

     

    Plus je vieillis et plus j’adore la langue française. Je la trouve belle, pratique mais en même temps, il faut bien reconnaître qu’elle est complexe. Règles grammaticales, orthographe, syntaxes, exceptions, ponctuations, définitions, il faut vraiment y passer du temps pour l’apprendre correctement et encore. Toute la bonne volonté ne permettra jamais de tout connaître. D’ailleurs et de nos jours, on constate que tout est fait pour la faire évoluer défavorablement, et malheureusement je le crains, pour la faire dépérir. Au delà de cette complexité que l’on peut toujours travailler, il y a des locutions qu’on ne peut plus prononcer ou écrire sans qu’elles ne fassent polémiques. « Français de souche » en fait partie. « Racisme anti-blanc » aussi. Alors pourquoi autant de haine et de querelles autour de ces quelques mots si banals ? Je ne suis ni biologiste et encore moins généticien mais j’essaie d’être logique et pragmatique. Nous sommes tous des arbres avec des racines. Racines sensiblement identiques pour certains et bien différentes pour d’autres. Il suffit de regarder la Nature autour de nous, pour constater qu’il y a des arbres bien différents, certains petits, d’autres immenses, avec des essences, des couleurs, des feuillages, des fleurs, des bourgeons, des graines et des racines bien différentes aussi. Certaines racines sont bien plantées dans la terre, d’autres sont plus aériennes, d’autres arrivent à vivre et à se développer dans des milieux quasiment secs et presque sans eau, pendant que d’autres ne subsistent que dans des milieux aquatiques.  Alors bien sûr, on peut toujours imaginer, ou supposer, qu’après le bing bang, il y a eu au départ une cellule végétale. Vivant dans un milieu aquatique, elle est probablement devenue une algue marine, algue qui a probablement évolué en plante lacustre, plante qui a pris pied sur terre, se transformant peu à peu en plante terrestre, puis en arbuste et finalement en arbre. Je schématise mais c’est grosso-modo ce que les scientifiques échafaudent.  A partir de là, il faut bien admettre que l’évolution a peu à peu créé d’évidentes différences. L’environnement en étant la principale clé. Enfin, c'est l'affirmation d'une immense majorité de spécialistes. Certains archéologues, parce qu’ils ont trouvé de nombreux vestiges, voudraient nous faire croire qu’un premier et unique arbre du nom d’Archaeopteris aurait apparu tout seul et bien avant les autres, espèce d’immense Adam végétal de 30 à 40 m de hauteur qui peuplait nos forêts, il y a environ 370 millions d’années avant Jésus-Christ. Je ne suis pas paléobotaniste, mais on peut aisément supposer que si on trouve de nombreux fossiles de cet arbre, c’est justement parce qu’il était très imposant et peuplait nos forêts, mais cela ne signifie en rien qu’il était le seul et qu’autour de lui il n’y avait pas d’autres végétaux ! Les autres étaient peut être moins nombreux et plus petits et n’ont laissé que peu de traces voire pas du tout. C’est un peu comme si l’on affirmait que Lucy était la première femme hominidé parce qu’elle est la plus ancienne jamais retrouvée. En réalité, les scientifiques ne savent trop rien de tout cela car les mécanismes des évolutions restent la plupart du temps de grands mystères même si des progrès certains se font jour.  

    Alors quand j’entends l’expression « français de souche », je me dis « après tout pourquoi pas ? » Si les frontières de la France ont quelque peu bougées au fil des siècles, elles ont en grande partie conservé le cadre territorial qui était celui que les historiens ont appelé la Gaule. Alors pourquoi tant de polémiques autour de cette simple locution de « français de souche » ? Est-il complètement absurde de dire que notre évolution au sein de ce territoire ne peut pas avoir été la même que celle d’un africain, d’un asiatique ou d’un polynésien. Qu’il y a-t-il de choquant à dire cela ? Nous avons vécu, évolué et grandi dans des milieux naturels bien différents, milieux qu’on appelle de nos jours « écosystèmes ». D’ailleurs, l’Histoire n’est-elle pas là pour nous rappeler que nous sommes aussi, et en plus de l’environnement, les résultats d’évolutions successives aussi complexes que mystérieuses ? Prenons le cas de l’Europe par exemple. A l’école, on a tous appris que de multiples invasions avaient déferlé de l’est vers l’ouest, du nord vers le sud et vice-versa et ce, pendant des siècles et des siècles. Prenons le temps de citer la plupart de ces « peuples invasifs européens occidentaux » : les Celtes, les Romains, les Huns, les Alains, les Goths, les Visigoths, les Ostrogoths, les Vandales, les Suèves, les Burgondes, les Francs, les Vikings, les Alamans, les Bavarois, les Lombards, les Saxons, les Bretons et peut être aussi les Pictes, les Scots, les Angles mais la liste pourrait être encore très longue si on y ajoute les peuples et petites peuplades étant plutôt restés à l’est de l’Europe et ceux venus du Moyen-Orient et d’Afrique comme les Khazars, les Avars, les Hérules, les Tartares, les Egyptiens, les Phéniciens, les Carthaginois, les Perses, les Mongols, les Omeyyades, les Maures, les Sarrazins, les Slaves, j’en passe, j'en oublie, des meilleurs et des pires. Tous ces peuples-là, sont venus, sont passés ou se sont installés en Europe et donc obligatoirement, et plus ou moins volontairement ou pas (les viols étant nombreux !), ils se sont croisés avec des populations déjà résidentes, sédentaires ou déjà de passage ! Voilà nos véritables racines avec de grands mystères qui demeurent, comme nos langues par exemple qui sont si différentes malgré des invasions commises parfois par des peuplades si similaires. Des langues qui parfois ont pourtant des origines identiques. Alors, autant vous dire que si vous cherchez vos racines, elles risquent d’être aussi nombreuses et profondes que celle d’un séquoia géant !

     

    Sans remonter aux calendes grecques, si je prends mon seul cas, remontant à quatre générations, j’ai la quasi certitude,  que coulant dans mes veines, j’ai du sang « français (Jullien, Darbousset, Demongeot comme Mylène) », « italien (Bourrely, Duretto, Pizard et ma mère née Perrotto) » et même « allemand (Miard, Oustric comme le célèbre banquier fraudeur, Reynord, Graf comme SteffiFrancfort comme une saucisse, et ma grand-mère paternelle née Dauenhauer) ».  Je ne trouve pas ni d’anglais, ni d’espagnols, encore que si j’analyse mon nom de famille Jullien, voici tout ce que l’historien Jean Tosti en dit :  

    « Julien, Jullien : Voir Julia pour l'explication. On trouve les Julien un peu partout, mais notamment dans les Bouches-du-Rhône et l'Aveyron. Quant aux Jullien, outre la région marseillaise, on les trouve dans la Drôme et l'Isère. Variante : Julhien (43, 15)

    Julia : Equivalent catalan du français Julien. Le nom vient du latin Julianus, lui-même dérivé de Julius. On connaît plusieurs saints portant le nom de Julien. Le plus célèbre dans les P-O est saint Julien, époux de Baselice : tous deux ont refusé de consommer leur mariage, et sont partis évangéliser les païens, ce qui a valu à Julien de mourir dans d'affreuses tortures. En Normandie, on connaît aussi saint Julien l'Hospitalier, popularisé par un conte de Flaubert. Le patronyme Julia est très courant dans le Sud et le Sud-Ouest (81, 82, 31, 66). Variantes : Jullia (07, 82), Julhia (46, 82, 40).
    Julian, Jullian :   Variantes de Julien (voir Julia) portées surtout dans le Gard. Formes voisines : Julhan (48), Julhian, Julians, Juliant, Julliand (74), Julliant. Formes latinisées : Juliany, Julianus, Julianny »

     

    Alors comme on le voit, pas suffisant que j’ai des origines « romaines » ; tout comme la salade au cœur ferme et à la tête robuste si feuillue ; encore faut-il peut-être que je descende d’un saint à la fois catalan, puceau et finalement martyrisé ! Maintenant, je comprends mieux pourquoi en dressant mon arbre généalogique, j’ai constaté que mon arrière grand-père était né de père inconnu ! Bâtard en plus ! Un envahisseur a-t-il violé mon arrière-arrière grand-mère ou était-elle consentante ? Je  vous l’ai dit : « il y a des mystères ! » Celui-ci est le plus gênant dans mon parcours, car il m’empêche d’aller plus loin dans ma généalogie et ainsi de continuer à remonter le temps.

     

    Alors, même si je connais très mal l’Histoire de l’Afriquede l’Asie ou de la Polynésie, je suppose que les peuples de ces continents-là ont du avoir la bougeotte eux aussi, étant envahis eux-mêmes par d’autres peuplades, et donc à leur manière, ils ont eux aussi leurs propres souches et leurs propres racines, aussi complexes et mystérieuses que les nôtres. Et que la mienne !  

     

    Oui, je n’ai aucun scrupule à le dire,  je suis né à Marseille et donc dans le périmètre de ce qui est la France, je me considère avant tout citoyen français. Je ne dirais pas "fier de l’être" car je n'ai pas choisi, mais tout simplement patriote, non pas au sens "guerrier" du terme car je suis foncièrement pacifiste, mais j'aime mon pays, ses traditions, ses valeurs et ses paysages. La France est ma « souche ». Je suis « français de souche », même si je suis conscient  que mes racines viennent probablement d'horizons lointains et différents ! Tous ceux qui contesteraient cette idée, seraient considérés comme faisant du « racisme ». « Racisme anti-blanc ? » Je vous laisse seul juge mais je suis blanc et ça je ne l’ai pas choisi non plus, tout comme mon nom et mes ancêtres.  

     

    Bon, je ne veux plus créer de polémiques ! Alors, il est peut-être bon de rappeler ce qu’est une souche selon le Larousse. Cela peut être :

     

    • Soit la partie inférieure du tronc d'un arbre, située au-dessous du collet et d'où partent les racines.
    • Soit la partie d'un arbre qui reste en terre quand l'arbre a été coupé au ras du sol ; cette même partie arrachée.
    • Soit une personne ou un animal de qui sort une suite de descendants : Chien de bonne souche.
    • Soit l’origine de quelqu'un : Être de souche paysanne.
    • Soit la source, origine, principe d'un ensemble ethnique, d'une famille linguistique : Mot de souche francique.
    • ….etc….etc…..voir le lien si vous le souhaitez !

     

    Je vous l’avais bien dit en préambule que la langue française était complexe….et si en plus, elle doit désormais faire polémique pour un oui ou un non (nom), l’avenir risque d’être une grosse souche impossible à sortir de son trou ! Allez, je vous laisse, je pars continuer à faire le mien....et ça, il faut bien reconnaître que ce n'est jamais facile pour personne !

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Ce diaporama est agrémenté de 4 chansons de Laurent Voulzy dont les titres sont "Oiseau malin" composée et chantée avec Alain Souchon, "Jésus", "C'était déjà toi" et "Derrière les mots" composée et chantée avec Alain Souchon.

    Le Tuc de Montcalivert (677 m) depuis Saint-Lizier (419 m) - Ariège

    Le Tuc de Montcalivert (677 m) depuis Saint-Lizier (419 m) - Ariège 

    Pour agrandir les photos, cliquez dessus,2 fois pour un plein écran.


     

    Ce matin, en quittant Le Port pour Saint-Lizier, voilà déjà 5 jours que nous sommes en vacances en Ariège et nous n’avons qu’une seule randonnée à notre actif. Celle aux Cabanes de Goutets depuis La Foulie.  Il est vrai que nous avons beaucoup privilégié les longues sorties en voiture et les découvertes environnantes : la grotte de Niaux, l’incroyable et « baba cool » marché de Saint-Girons, l’étang et le port de Lers, Aulus-les-Bains, Ercé, Cominac et ses "fameuses" grangesOust, Seix, le col de la Core (où nous avions baladé voilà déjà 10 ans !) et presque toutes les montagnes et campagnes aux alentours de Massat. Et dieu si il y en a de belles de campagnes et de montagnes ! Idem pour les villages et les petits hameaux, tous plus beaux et pittoresques les uns que les autres. Ces sorties, nous les avons agrémentées soit de quelques pique-niques organisés soit de restos inopinés mais jamais décevants quelque soit le niveau du standing. De la très belle auberge aux magnifiques produits du terroir au petit snack sans prétention, tout le monde a été super accueillant et avec de surcroît, une cuisine saine, digeste et de qualité. Aujourd’hui, pas de resto au menu de la journée mais tout est programmé avec une nouvelle randonnée au « Tuc de Montcalivert depuis Saint-Lizier ». Enfin, selon les cartes, vous trouverez « Montcalivert » ou « Montcalibert », toponymies (*) que j’ai tenté de découvrir et de comprendre mais sans aucune prétention car je n’ai trouvé qu’aucun élément concret sur le Net. Comme l’avait été notre première balade aux « Cabanes de Goutets », j’ai également trouvé celle-ci sur un guide touristique. Si en lisant l’article, j’ai noté que le Tuc de Montcalivert était, par grand beau temps, le plus remarquable belvédère du Couserans, en analysant le parcours, j’ai également observé que cette petite randonnée pouvait avoir bien d’autres atouts : possibilité de visiter Saint-Lizier mais également Montjoie-en-Couserans et puis surtout, elle est suffisamment courte et facile, pour que l’on puisse prendre son temps, c’est-à-dire flâner et pique-niquer, sans que ça remette en question l’ensemble du programme de la journée. Après l’achat des éléments nécessaires à un pique-nique dans un supermarché de Saint-Girons, il est 9h45 quand nous rangeons notre voiture sur le vaste parking du Palais des Evêques de Saint-Lizier. La visite du palais et plus globalement de Saint-Lizier est prévue cet après-midi au retour de la balade. Dans l’immédiat, un panonceau est là indiquant « Montcalivert 3h30 ». Nous démarrons sous les yeux inquisiteurs d’un vieux couple qui nous regarde passer comme si nous arrivions d’une autre planète. Moins dérangeants mais presque aussi curieux, de nombreux rouge-queues noirs jouent sur les murets encadrant le chemin herbeux servant de ligne de départ. Bien balisé en jaune, ce dernier tourne à droite, file dans un sous-bois et se dirige en montant vers un petit pré où un calvaire a été érigé en son centre. C’est la croix dite de Pouterolles où paraît-il  les évêques avaient pris pour habitude de venir méditer. Méditer nous aimons ça aussi mais ce n’est pas au programme, alors nous quittons le pré et sa croix, descendons un talus par un escalier fait de rondins et retrouvons une large piste forestière. Cette piste, parallèle à de vieux remparts ; dont j’ai lu qu’ils étaient gallo-romains ; passe devant l’entrée du cimetière de Saint-Lizier, longe ce dernier, en offre une vue aérienne, puis continue toujours à monter en sous-bois. Sous-bois, prairies de fauche, re-sous-bois et ainsi de suite, pas de doute nous sommes sortis de la vieille cité épiscopale. Seuls des portillons qu’il nous faut pousser, un espace boisé, espèce de circuit gymkhana abandonné et fermé, indiquent que la ruralité n’est pas totale. Pourtant, nous continuons à zigzaguer au sein d’un cadre magnifiquement verdoyant où de nombreux aspects nous rappellent constamment que nous sommes à la campagne : ancienne bergerie, engins agricoles inactifs, bovins, ovins, corvidés et autres oiseaux très nombreux, papillons qui le sont encore plus, nous prenons plaisir à marcher. Si les zigzags presque continuels nous interpellent car nous perdons peu à peu le sens de l'orientation, une clairière offrant une vue plongeante sur Saint-Lizier stoppe nos interrogations et permet d’évaluer le chemin déjà parcouru.  Chemin des Gabats ou de Montcalivert,  d’autres panonceaux directionnels balisés de jaune se présentent évitant toutes confusions ou égarements. Nouveau sous-bois rectiligne puis une ferme est là en surplomb sur notre droite. Nous sommes au Gaïrard d’en Haut comme l’indique un panneau signalétique. Poules, coqs et canards en liberté nous rappellent que la vie à la ferme n’est jamais totalement végétarienne. De très nombreux moineaux s’envolent d’une mare et vont s’immobiliser sur un fil téléphonique. Je lève la tête vers eux mais dans la continuité du ciel un corbeau coursant une buse détourne mon regard. A moins que ce ne soit la buse qui course le corbeau ? Difficile d’affirmer telle ou telle hypothèse, tant la bagarre est faite de pirouettes très rapprochées. Les volatiles « querelleurs » s’éloignent puis disparaissent de ma vue sans que je sache qui est sorti vainqueur ?  Au Gaïrard d’en Haut, l’asphalte ayant pris le relais des chemins souples et herbeux, cette portion est moins agréable à arpenter. Le Tuc de Montcalivert est là, droit devant, avec une belle et grande croix blanche à son sommet. Sur la droite, le village de Maubresc est à ses pieds. Hier soir, quand nous avons pris la décision de faire cette randonnée, j’ai lu sur Internet tout ce que l’on pouvait  lire à propos du Tuc de Montcalivert et j’avoue avoir été scotché par tous les méfaits dont cette croix blanche est régulièrement la victime. Ça va de la personne de passage qui veut la voir supprimer et qui a porté plainte pour arriver à ses fins, à des tags fréquents que la municipalité est continuellement  obligée d’effacer. Mais dans quel pays vivons-nous ? Mais quel est ce pays où une simple croix au sommet d’une colline peut provoquer une frénésie de réactions aussi dingues ? Mais quel est ce pays où la tolérance et le respect de l’autre sont constamment bafoués ? Je ne comprends pas tous ces sacrilèges et pourtant je ne suis pas croyant ! Je tente de ne plus penser à ça, voulant profiter au maximum de cette superbe journée. Le balisage indique de descendre vers Maubresc. Au sol et sur l’asphalte, de grandes flèches ont été tracées, facilitant bougrement la direction à suivre dans les différentes ruelles de ce village. Guère plus loin, les panonceaux directionnels continuent d’être bien présents. Après quelques jolies villas, un large chemin rectiligne et herbeux file vers le lieu-dit Trignan et nous éloigne définitivement de Maubresc. Après le dernier bâti de Trignan, que le chemin laisse sur la droite, un étroit sentier prend le relais. Il s’élève en quelques menus lacets, et donc plutôt en douceur, en direction du sommet. Alors que je suis très occupé à tenter de photographier de très nombreux papillons, Dany marche à un bon rythme vers ce « sacro-saint » pinacle. Il est vrai que contrariés par une bonne brise, les papillons ne tiennent guère en place. Les photographier dans ces conditions devient vite galère et ce, d’autant que mon appareil-photo continue à faire des siennes. Tout en montant, je peste car la plupart de mes clichés n’ont pas la qualité que je suis en droit d’espérer d’un tel appareil que je viens d'acheter si récemment. Il « délire » continuellement. J’ai beau constamment le paramétrer avec les valeurs par défaut, rien n’y fait, les photos ne sont jamais nettes et en tous cas rarement parfaites. Si ces petits malheurs me mettent en rogne, par bonheur, l’itinéraire qui s’élève offre suffisamment de panoramas admirables pour les relativiser. Finalement, et comme le sentier se raidit encore un peu plus sur la fin, Dany arrive bien avant moi auprès de la croix qui est à 677 m d’altitude. Quand j’y parviens à mon tour, elle a déjà copieusement entamé la salade de son pique-nique. Nous restons au sommet presque une heure à tout observer, soit directement de visu, soit en profitant des deux tables d’orientation qui ont été dressées à bon escient. D’ici, nous constatons que les Pyrénées sont encore bien plus enneigées que nos différentes sorties nous les avaient laissé imaginer. Puis pendant que Dany se repose un peu, profitant d’un chaud soleil, je repars vers quelques « captures » photographiques des papillons et de la flore présente.  A l’instant de repartir, je note qu’ici, sur la table d’orientation, il est écrit « Montcalibert » et non pas « Montcalivert », chose que je n’avais pas remarqué précédemment. Erreur ou bien le toponyme peut-il s’écrire des deux façons, sachant que dans de nombreuses langues et dialectes, le « b » et le « v » ne font qu’un ? Je me fais la promesse de regarder et même d’analyser la toponymie (*), si je la trouve sur Internet. Alors que je pensais réemprunter le même itinéraire qu’à l’aller, au moins jusqu’à Maubresc, Dany fait le choix d’un autre sentier qui part à gauche et entre presque aussitôt dans un sous-bois. Je ne sais pas où il va ; elle non plus ; mais comme il est balisé en jaune, je ne m’y oppose pas. Ce sentier constamment en forêt n’est pas facile et nécessite attention et prudence. Quelquefois rocheux,  souvent humide voire boueux, je constate qu’il descend constamment sur le versant sud-est de la colline.  Au regard de l’analyse que j’ai faite hier soir d’un tracé I.G.N, je me persuade qu’il va dans la bonne direction, c’est-à-dire vers Bergerat. Finalement, et outre les précautions presque constantes que nécessite ce sentier, le plus gros souci arrive dès lors qu’il se termine devant une haute clôture électrifiée. Que faire ? Or mis de faire demi-tour, solution difficilement acceptable, nous ne pouvons qu’envisager d’enjamber cette clôture. Nous y parvenons sans l’abîmer et surtout sans prendre de « châtaigne » et poursuivons en direction d’une ferme qui est là à quelques mètres seulement. Bien qu’un peu surprise de nous voir arriver par-là, une dame occupée à son jardin nous accueille avec beaucoup de gentillesse, allant même jusqu’à nous indiquer la suite du parcours. Elle nous explique que si la clôture électrifiée peut ennuyer les randonneurs, elle est surtout là à cause du bétail qu’avec son époux ils élèvent. Nous la remercions, la laissons à ses magnifiques rosiers et continuons vers Bergerat, car effectivement c’est bien là que nous sommes. Le petit hameau est vite traversé et l’itinéraire aboutit sur la D.627 à hauteur d’un bel oratoire dédiée à la Vierge Marie. En observant cet imposant oratoire, et sur la base de toutes les croix christiques que j'ai vues depuis le départ, je suis contraint d'admettre que ce secteur de l'Ariège est probablement celui où la présence d'une foi chrétienne est la plus manifeste. Juste après l'oratoire, nous suivons les indications de la gentille éleveuse, traversons la route et empruntons immédiatement un chemin qui tourne à droite. Ce chemin retrouve très rapidement la départementale 627 qu’il nous faut désormais emprunter pour arriver jusqu’à Montjoie. Montjoie-en-Couserans, dont hier soir, j’ai lu sur Internet quelle était une des plus petites bastides de France voire la plus petite. Alors, bien sûr, pour le provençal que je suis, une bastide c’est d’abord une grande et belle bâtisse, et de ce fait, je ne comprenais pas pourquoi cette petitesse était mise en avant comme si c’était une méritoire vertu. J’ai donc lu tout ce que je trouvais sur Internet concernant Montjoie en particulier et les bastides en général, c’est-à-dire ces villes « neuves » construites entre 1222 et 1373, avec des architectures parfois différentes mais toujours innovantes pour l’époque, des caractéristiques bien particulières (contrat de paréage, droits spéciaux, noms, etc…), leur octroyant une spécificité et leur permettant d’accéder à cette dénomination spéciale de « bastides ». Si l’Histoire des bastides m’a énormément intéressé, j’étais surtout ravi que le fait de « ne pas marcher idiot » continue à rester mon leitmotiv ! En définitive, Montjoie étant en effet une toute petite commune, très jolie et très pittoresque certes, mais « petite bastide » comme je l’avais lu, nous n’y passons guère plus d'une heure, et encore parce que nous en profitons pour faire des pauses. Pause-pipi dans les latrines de la commune et pause-café tiré d’un thermo. La suite et la fin de la marche vers Saint-Lizier et sur le célèbre Chemin de Compostelle sont plutôt « tristounettes », pour ne pas dire affligeantes, car essentiellement sur l’asphalte. En tous cas, cette très courte portion bitumée du célèbre chemin vers Saint-Jacques ; assez incompréhensible dans un secteur aussi campagnard ; ne donne guère envie d’aller jusqu’en Espagne à pieds ! Comme prévu dès le départ, nous consacrons une belle partie de l’après-midi à la visite de Saint-Lizier. La vieille cité, la seule à avoir eue deux cathédrales, mérite bien ce long intérêt. Outre sa magnifique cathédrale dédiée à Saint-Lizier et datant du XIeme siècle ; le seul édifice dont nous visitons l’intérieur ; il y a aussi le Palais des Evêques, son musée et la cathédrale Notre-Dame de la Sède fermée au public ce jour-là. Il y a aussi une étonnante pharmacie du XVIIIeme siècle et tout autour de la cité, des remparts gallo-romains formant une belle enceinte au sein de laquelle de nombreuses ruelles, quelques placettes et des maisons à colombages combleront les curieux et les passionnés de vieilles pierres et d’Histoire.   Il est 17 heures, cette balade au Tuc de Montcalivert ; mais pas que ; se termine. Nous rentrons au Port. Enfin, non à Le Port ! Cette balade a été longue de 10,8 km, visites inclues de Montjoie et Saint-Lizier, pour des montées cumulées de 480 m et un dénivelé de 267 m, point le plus bas à  410 m à Saint-Lizier et le plus haut à 677 m au sommet du tuc. Carte IGN 2047 OT Saint-Girons – Couserans Top 25.

    (*) Toponymie du Tuc de Montcalivert ? : Je précise que sur Internet, je n’ai rien trouvé de particulier concernant cette toponymie. Tout ce que j’écris ici est donc strictement personnel  et n’avance que moi. Comme le précise le site Wikipédia, un tuc est « une hauteur, en général une butte, une colline ou une simple dune ». On peut donc raisonnablement affirmer que le mot « Tuc » suivi immédiatement du mot « Mont » est un toponyme pléonastique. Si on sait tous ce qu’est un « mont », reste à savoir quelle est la signification du toponyme « Calivert » ou « Calibert », puisqu’il y a 2 manières de l’écrire. Concernant « Montcalivert », je note sur les cartes les plus récentes (IGN et cadastrales) qu’il s’agit d’un hameau ou d’un tout petit lieu-dit constitué seulement de deux ou trois habitations. La randonnée expliquée plus haut n’y passant pas, je ne peux rien vous en dire de plus or mis ce que j’en trouve sur Internet, c’est-à-dire rien ! Je constate simplement sur le site Géoportail que ce lieu-dit est situé sur le versant nord-ouest du tuc, près d’un autre lieu-dit du nom de « Biouandé ». On peut raisonnablement penser que c’est la présence toute proche du mont qui a donné son nom au lieu-dit et pas l’inverse. Enfin, je pense que c’est logique. Très boisé, la photo aérienne de ce hameau, et du secteur en général, n’apporte aucun élément concret supplémentaire à mes recherches. Toutes les autres cartes que l’on peut trouver sur Internet (Mappy, ViaMichelin, Google, etc…) ne mentionnent pas ces deux lieux-dits. Sauf que l’on peut aisément imaginer que la terminaison « bert » signifiant « vert » en gascon n’est peut-être pas si innocente dans un lieu aussi verdoyant.  Alors faudrait-il pour obtenir un début d’explication couper en deux le nom « calibert » et en faire un « cali bert » voir un « cal bert » ? Peut-être ? Je vais m’y essayer ! Tous les étymologistes sont d’accord pour affirmer que le préfixe indo-européen « kal ou cal », c’est la « pierre ». Toutefois, ce préfixe a tellement fourni  d’autres mots qu’il est presque impossible de les énumérer tous et de s‘orienter vers une unique explication. Notons toutefois qu’en de très nombreuses circonstances (calade, cale d’un port), une « cale » est  un plan incliné même si la notion de « pierres » reste présente dans les cas cités. Ainsi, les mots « cale » ou « calle » ou encore « cala » sont selon certaines langages régionales, mais toutes issues de la « langue d’oc », soit un terrain en pente (Alpes) soit un champ en terrasses (Rouergue), explications présentant l’avantage de correspondre au cas qui nous intéresse, puisque le « Tuc de Montcalivert » est d’abord une colline, colline dont il ne fait aucun doute qu’elle ait été exploitée de manière agricole et pastorale au temps jadis.  Alors le « Montcalivert » serait-il un « terrain en pente vert » ? Voilà déjà une première éventualité que l’on ne peut pas écarter !

    Confirmant le découpage cité plus haut, je note sur Internet que le mot s’écrit de diverses manières et parfois tout attaché soit en deux mots « Mont Calivert », les 2 mots séparés quelquefois par un trait d’union « Mont-Calivert ». Comme sur la table d’orientation située au sommet, on le trouve également sur Internet écrit « Tuc de Montcalibert » avec un « b » au lieu d’un « v », ici aussi écrit parfois en un seul mot ou en deux « Mont Calibert ». Rien de surprenant concernant ces multiples façons d’écrire ce toponyme. Comme on l’a vu plus haut, la mention « tuc », pléonasme de « mont » ne se justifiait pas et d’ailleurs, elle ne figure que sur les cartes les plus modernes (IGN et cadastrales). Cette mention « tuc » a sans doute été rajoutée afin de différencier le « mont » du hameau tout proche. Enfin et pour expliquer les autres façons d’écrire le patronyme « Montcalivert », cette colline étant située sur l’ancienne province de Gascogne et la lettre « V » n’existant pas en « gascon », on peut raisonnablement envisager que « Montcalibert » est la vieille version « gasconne » et « Montcalivert » la plus moderne, ç’est à dire la version « française ».  Cette hypothèse est d’ailleurs largement confirmée par l’analyse des cartes proposées par le site Géoportail et selon leur ancienneté. En effet, les cartes les plus récentes,  c’est-à-dire  les différentes cartes IGN (Institut Géographique National) mentionnent le « Tuc de Montcalivert » alors que les cartes cadastrales mentionnent le « Tuc de Montcalibert ». Il en va de même pour la carte de 1950 avec « Montecalibert » et les cartes Cassini « Moncalibert ».

     

    Si on a vu plus haut qu’un « terrain en pente » et la couleur « verte » pouvait être une explication plausible, elle n’est peut-être pas ni la seule à imaginer ni la bonne ? Alors, il est peut-être intéressant de continuer les recherches ? Malheureusement, et comme on va le voir, les statistiques à partir de Google Recherche n’apportent que peu d’éléments indubitables :

    En effet, quand j’ai tapé les différents noms dans Google recherche, j’ai obtenu en un minimum de secondes les résultats suivants :

    -Montcalivert : 1.580 résultats.

    -Mont Calivert : 935 résultats.

    -Calivert : 4.280 résultats

    -Montcalibert : 1.430 résultats

    -Mont Calibert : 2.590 résultats.

    -Calibert : 15.700 résultats. Toutefois,  il faut noter que dans ce dernier cas, il s’agit d’un nom propre un peu plus répandu que « Calivert » tant en nom de familles qu’en nom de lieux. Ainsi, sur le site de généalogie Filae, le nom « Calivert » n’apparaît jamais alors que le nom « Calibert » apparaît 233. Idem sur Généanet où le patronyme « Calibert » obtient 63 résultats alors que « Calivert » en obtient seulement 6. Par contre, le site Généanet n’évoque aucune toponymie prétextant que ce dernier a évolué au fil des siècles comme de nombreux autres patronymes, ce dont on ne peut pas douter ! Plus intéressant, mes recherches me précisent que le mot « Calibert » serait le nom patois du fruit de l’églantier ou cynorhodon, très souvent appelé « gratte-cul ». Le « calibertier » serait l’églantier lui-même. Ici, il s’agit du patois vellavien, c’est-à-dire du Velay dont l’origine est l’occitan tout comme le gascon, même si cette assertion est encore largement discutée, à juste titre, par de très nombreux linguistes. Alors bien évidemment, on pourrait presque affirmer que le « Montcalibert » serait le « mont des églantiers », solution toute trouvée et qui paraît plausible dans la mesure où cet arbuste est présent dans le secteur comme dans tout le département de l’Ariège. Voilà une deuxième possibilité !

    Faut-il pour autant arrêter les recherches ici ? Je ne le pense pas. En effet, et comme le précise le site Généanet, les noms « Calibert » ou « Calivert » ont évolué au fil des siècles. Ainsi, si au nom « Calivert », on enlève le « i », on obtient « Calvert » dont l’étymologie en « calvaire » ne semble guère faire de doute pour les spécialistes de ce site en généalogie. Alors dans ce cas, le  « Mont Calivert » deviendrait le « Mont du Calvaire », ce qu’il est aujourd’hui et depuis les années 1933/34 où la grande croix blanche a été érigée dans le cadre d’une mission catholique. Cette croix a-t-elle été érigée pour remplacer un précédent calvaire qui aurait disparu ? Je n’ai rien trouvé sur Internet à ce sujet mais peut-être que des historiens du cru pourraient me renseigner ? Dans le département du Lot, à Floressas exactement, il existe un « Pech Calvert » et là, de manière assez surprenante, les toponymistes pensent que le nom « pourrait venir du mot occitan "calvet" signifiant chauveUne colline au sommet dépourvu d'arbres (un Mont Chauve) », citation extraite du site « https://floressas.jimdo.com/la-commune/les-lieux-dits/ ». Alors pourrait-on imaginer que le « Montcalivert » soit également un « mont chauve ? ». Un peu boisé, il n’est pas totalement « chauve » de nos jours, mais l’a-t-il été dans un passé bien antérieur ? Difficile de le savoir ? S’il est évident que les noms propres (toponymes, patronymes) ont évolué au fil des temps, au travers des langues et dialectes, selon leur phonétique, selon les accents et les prononciations avec lesquels ils étaient formulés, il est également évident qu’à force de leur ôter des lettres,  « calivert, calvert puis calvet » on peut en obtenir des significations bien différentes.

    Alors comme on le voit ci-dessus les explications concernant le « Montcalivert » peuvent être nombreuses, raison pour laquelle j’ai mis un point d’interrogation au titre de ce paragraphe. Est-il :

    1. Un mont verdoyant ?
    2. Un mont où poussent des églantiers ?
    3. Un mont ayant possédé un calvaire ?
    4. Un mont chauve ?

     

    Si  vous possédez la bonne solution voire une autre explication, sachez que je suis preneur !

     

    En octobre 2010, et alors que la croix était en cours de restauration, voilà ce que l’on pouvait lire dans la Dépêche.fr : « Patrimoine laissé par nos anciens, cette croix s'érigeait entre 1933 et 1934 dans le cadre d'une mission catholique et l'histoire dit que le chantier terminé les outils furent enfouis dans le socle. Quelques mesures pour ce « corcovado couserannais » : premier socle, 2,20 m x 3,70 m ; deuxième socle, 1,60 m x 2,10 m ; bras de la croix, 3,40 m ; hauteur de la croix, 10 m. L'été dernier, les plaques commémoratives rénovées, dont les inscriptions retracent sa construction et l'historique, reprenaient place sur le gros socle et son sommet se coiffait d'un chapeau de protection. Pour l'admirer, il suffit de partir de Saint-Lizier ou Montjoie et emprunter les itinéraires piétonniers balisés menant au sommet du tuc du Montcalivert. A 677 m d'altitude, au pied de la croix entourée de deux tables d'orientation, ce belvédère panoramique à 360° embrasse une vue splendide sur les sommets de la chaîne pyrénéenne du pic du Midi au Montcalm, en passant par l'emblématique mont Valier ».

     


    1 commentaire
  • Ce diaporama est agrémenté de la très belle musique de Michel Legrand "The Summer Knows" paroles de la chanson d'Alan et Marilyn Bergman, musique du film de Robert Mulligan "Summer of 42" (Un Eté 42) avec Jennifer O'Neill. Ici, elle jouait successivement par Michel Legrand (piano), Toots Thielemans (harmonica) et Jackie Evancho (chant).

    Les Cabanes de Goutets (1.463 m) depuis La Foulie (947 m) (Commune de Le Port-Ariège)

    Les Cabanes de Goutets (1.463 m) depuis La Foulie (947 m) (Commune de Le Port-Ariège)

    Pour agrandir les photos, cliquez dessus. 2 Fois pour un plein écran

     


     

    Les Cabanes de Goutets (*), vous connaissez ? Si vous n’habitez pas l’Ariège voire mieux ce canton qu’on appelle plus précisément le Massatois (commune de Massat), situé dans le Couserans, il est fort probable que non ! Je vous rassure, avant d’y aller moi-même, je ne connaissais pas l’endroit. D’ailleurs, et pour être franc, la toute première fois où j’ai vu cet intitulé dans un guide touristique ariégeois et sans même avoir lu l’article, j’ai immédiatement pensé à un lieu propice à accueillir des enfants et dans lequel des cabanes auraient été construites afin qu’ils viennent y goûter. Prendre leur « quatre-heures » comme nous le disions jadis, mais également goûter aux joies diverses de récréations campagnardes. Alors bien sûr, j’avais tout faux, et d’ailleurs, j’aurais dû m’en apercevoir car « Goutets » s’écrit avec « ts » à la fin et non pas avec un « r » ou « rs » ! Non, le site de Goutets (*) est une zone pastorale dont certains historiens s’avancent à dire qu’elle était déjà là au 14eme siècle. Minuscule hameau presque essentiellement constitué de ce que l’on appelle très communément des « orris », ici des « courtals », c’est-à-dire des petites cabanes en pierres sèches, la zone en question a été réhabilitée et vit désormais une nouvelle vie depuis 1974. Dorénavant protégé, cet espace agropastoral, qu’ici on appelle « bourdaou (**) » est situé à une altitude moyenne de 1.400 mètres dans un cirque magnifique au pied du Pic des Trois Seigneurs. Si le site continue d’être une zone d’estives ; après une très longue période de déprise agricole ; il présente l’avantage d’être ouvert à la randonnée pédestre. C’est donc pour ce dernier motif que nous sommes en ce jeudi matin du 13 juin 2019 au hameau de La Foulie.  En vacances pour 8 jours dans le petit village de Le Port, cette balade donnée pour 3h30 présente tous les avantages que nous nous sommes fixés. Une distance et un dénivelé de 560 mètres raisonnables, un cadre magnifiquement montagnard correspondant à ce que nous sommes venus chercher en choisissant l’Ariège pour nous dépayser et en plus, un départ depuis La Foulie, hameau peu éloigné de notre lieu de villégiature. Il est 8h30 quand nous garons notre voiture sur le petit parking de La Foulie. Comme le temps est plutôt agréable ; même si de gros nuages blancs très mobiles dominent parfois le cirque ; on pourrait presque dire que l’on va sans doute aimer tout ce qui nous attend, un peu, beaucoup, passionnément, à la Foulie ! D’ailleurs, si nous n’étions pas des êtres respectueux de la Nature, nous pourrions presque dire ça en effeuillant une des grandes marguerites poussant au bord même du parking. Mais non, même pour cause d’Amour avec un grand « A », écarteler une fleur pour ne garder que son cœur n’est pas dans nos principes ! Dès le départ, les indications sont précises et le balisage très bon. D’ailleurs, les gens du cru ont fait des efforts ; efforts humoristiques de surcroît ; pour rendre cette balade encore plus agréable, en accrochant une plaque « Chemin des randonneurs », puis un peu plus loin, avec un panonceau « par ici la rando ». Le parcours vers les Cabanes de Goutets porte le numéro 16 et on se dit déjà qu’on va faire en sorte d’y faire confiance au maximum, même si beaucoup plus tard et lors du retour, à un endroit bien précis; mais un seul ; il sera la cause d’une bonne galère !  Dans l’immédiat, un étroit sentier très herbeux nous entraîne vers le hameau Le Carol que l’on aperçoit juste au-dessus.  A cause d’un petit ruisseau qu’il faut enjamber, de nombreux ruissellements et donc d’une herbe très grasse et glissante, la montée vers Le Carol nécessite dès le départ un peu d’attention, ce qui ne m’empêche nullement de me vautrer dans la gadoue après une jolie « gamelle » dans la partie la plus boueuse. Mon appareil-photo est intact et c’est déjà un bon point, même si l’objectif est mouillé de gouttelettes et que je ne m’en aperçois pas immédiatement. Une végétation luxuriante, pas mal de fleurs des prés, des granges typiquement ariégeoises avec leur toiture typique à redents, un vieux lavoir, une minuscule source coulant au sein d’une dense fougeraie, des ânes en quantité qui s’y prélassent et y trouvent pitance, voilà  les découvertes de nos premières foulées. Le Carol arrive. Il s’agit d’un tout petit hameau suspendu à flanc de montagne avec une très belle vue sur le vallon, vallon se terminant au loin par le cirque glaciaire des Trois Seigneurs. Le village semble recroquevillé sur lui-même, avec des maisons très près les unes des autres. Est-ce pour se réchauffer lors des hivers très rigoureux ? Rien ne le dit mais cette chaleur est déjà bien présente dans le cœur des gens qui habitent le hameau. Alors que la conversation vient à peine de s’engager avec un couple très gentil, à propos de la beauté de leur village, ces derniers nous invitent à visiter leur jolie maison.  Ils vont jusqu’à nous proposer un café. Nous les remercions de leur accueil mais refusons le café car leurs bagages sur le perron de la porte  et des fleurs en godets dans des cartons nous laissent supposer une arrivée imminente. C’est bien le cas. La maison étant pour eux une résidence secondaire, ils nous confirment être en vacances et viennent effectivement d’arriver. Nous les saluons une dernière fois et les laissons à leurs affaires courantes et à leur installation, dont on connaît parfaitement l’importance pour être souvent dans le même cas.  Le sentier continue à s’élever en longeant quelques jolies maisons, parfois très fleuries,  puis on sort très vite du hameau à hauteur d’un vieux et grand lavoir. Une chèvre curieuse puis un chat très câlin stoppent notre élan et nous divertissent de longues minutes. Un bois est là, le plus souvent constituée de divers feuillus mais presque jamais vide d’un très riche patrimoine bâti. Granges à la pelle qui jalonnent le chemin, parfois en ruines, parfois mal en point et quelquefois magnifiquement restaurées en lieu d’habitation ou de villégiature. Toutes ces granges ont ces pignons à gradins ou à échelons qu’on appelle « redents » ou « à pas d’oiseau » et dont les dalles qui les constituent sont ici appelées « peyrous ». Des étables, des bergeries et des terrasses sont bien présentent elles aussi et prouvent,  si nécessaire qu’il y a eu ici une occupation agricole montagnarde très conséquente. Devant une très belle grange rénovée, un jeune couple ; d’origine étrangère à cause de leur accent ; travaille durement à défricher leur terrain envahi par de grands genêts en fleurs. Estivants eux aussi, ils nous confirment que le débroussaillage est indispensable chaque année. Surtout les genêts, les fougères et les ronciers qui ont un pouvoir incroyable  à se développer car ici ils trouvent un terreau et une humidité à leur parfaite convenance. Ayant une maison à Urbanya, dans le Haut-Conflent, on leur confirme savoir tout ça et être logés à la même enseigne de ce défrichage annuel inéluctable ! On laisse les jeunes défricheurs à leur dur labeur mais dès lors, les bois de divers feuillus et les broussailles laissent la place à une très belle et sombre forêt. Des arbres immenses et sans doute séculaires dressent leur tronc vigoureux et leurs amples ramures très haut dans le ciel. Des hêtres presque essentiellement. De nombreux vestiges d’habitats sont encore là. Parfois une clairière s’entrouvre laissant apparaître à l’horizon la pyramide tronquée et trapézoïdale du Mont-Valier ou bien encore bien plus près la longue crête du Massif des Trois Seigneurs. Légèrement saupoudrées de plaques de neige éparses, nous avions initialement prévus de monter à son pic situé à 2.199m d’altitude, à partir du Port de Lers. Ça, c’était au début de nos vacances, mais avec l’arrivée d’une couche de neige inattendue dès le premier jour, la météo a contrarié nos plans. Nous n’étions pas vraiment équipés pour marcher dans la neige et sur des névés,  alors on a changé notre fusil d’épaule essayant de chercher d’autres randonnées beaucoup plus dans nos cordes que celles de gravir de hauts sommets très nombreux ici en Ariège.  Mais qu’à cela ne tienne car ce département est un tel réservoir de belles randonnées qu’il faut vraiment le vouloir pour ne pas en trouver quelques-unes à son goût ! Cette randonnée aux « Cabanes de Goutets » est venue remplacer celle prévue au pic des Trois Seigneurs. On ne saura jamais si on a gagné ou perdu au change ? Après le franchissement d’un petit ruisseau, le sentier sort de la forêt et aboutit sur une piste forestière. Pour quelques minutes et une centaine de mètres seulement, car juste après le balisage jaune indique qu’il faut reprendre un autre sentier forestier montant de nouveau à gauche. Ici aussi pour quelques minutes seulement, car peu après, la forêt se termine laissant la place à un ample amphithéâtre presque essentiellement herbeux. C’est le début du cirque. Les premières cabanes en pierres sèches sont là, certaines en ruines et d’autres à encorbellements encore bien debout. Cette architecture-là serait-elle plus solide que l'élévation traditionnelle ? On peut raisonnablement se poser la question. Le sentier toujours bien balisé en jaune circule au sein de ces ruines et orris. Dany qui a la fringale décide d’arrêter là au milieu des cabanes pour déjeuner et se reposer un peu. Je mets à profit cet arrêt avec une double occupation : déjeuner tout en tentant de photographier la Nature : oiseaux, fleurs et papillons essentiellement. Ici, nous sommes au lieu-dit Les Pradals et le regard porte à la fois vers le cirque des Trois Seigneurs et le vallon que nous venons de longer en balcon. Tout le reste n’est que « verdure » sous toutes ces formes ou bien alors « minéralité » à partir d’une certaine altitude.  Dany qui a l’œil bien plus perçant que moi a aperçu un chevreuil. Elle m’appelle et me le montre du doigt. Il est assez loin dans la prairie se trouvant en contrebas, mais suffisamment visible pour un rapproché photographique. Nous allons l’observer de très longues minutes avant qu’il ne disparaisse derrière un dôme herbeux. Nous repartons en essayant de ne pas perdre de vue le balisage jaune.  Pourtant, c’est très vite peine perdue dès lors que les premières mouillères se présentent.  Ici, prêter attention à ne pas mettre les pieds dans l’eau ou la gadoue, tenter de les poser correctement sur des mottes de laîches sans se tordre les chevilles et regarder en même temps si le balisage jaune est présent sont des besognes quasiment incompatibles dès lors que les trois sont à faire en même temps. Parfois, le sentier ressemble à un ru mais quoi qu’il advienne le balisage jaune est définitivement perdu. Ici, de nombreuses grives sautillent sur l’herbe fraîche de la prairie. Je réussis à les photographier avant qu’elles ne s’envolent en éventail. Pendant que Dany traverse les tourbières un peu plus bas, je grimpe jusqu’à l’orée d’un bois où finalement je retrouve un semblant de sentier et le balisage jaune à l’instant d’enjamber un tout petit torrent. Il s’agit du ruisseau de Pistoulet, affluent de la rivière l’Arac, principale grande rivière du secteur.  Dany me rejoint et désormais un bon sentier herbeux file vers les Cabanes de Goutets, enfin vers celles qui sont quasiment toutes en bon état et regroupées en un petit lotissement. On imagine aisément qu’il s’agit des cabanes restaurées dont il est fait mention dans le dépliant que nous avons trouvé à notre location. Les cabanes sont là avec des styles architecturaux bien différents mais toutes en pierres sèches et avec d’énormes ardoises de lauzes dès lors que les toits sont pointus. Certaines cabanes, style maison ou grange, ont seul un toit pointu, d’autres en ont deux, d’autres ont la couverture volontairement herbeuse et moussue grâce à une bonne épaisseur de terre engazonnée. Elles sont recouvertes de « gispet » ; cette herbe que l’on trouve très souvent dans les pelouses d’altitude est là pour assurer l’étanchéité. Ces dernières ont le  plus souvent leurs toitures arrondies et ressemblent aux orris traditionnels tels qu’on les rencontre sur l’ensemble du massif pyrénéen. Certains orris sont petits et carrés, d’autres plus grands et rectangulaires, certains ont des enclos et d’autres pas. Ici, on trouve un peu de tout, techniques de constructions à encorbellements ou plus traditionnelles « à joints vifs », quoi qu’il en soit la pierre sèche reste le principal élément de construction même si désormais les portes en bois sont sans doute plus nombreuses qu’au temps jadis. De ce fait et à chaque instant, on s’attend à voir apparaître un « hobbit » ou un « schtroumpf ». Après une photo-souvenir devant une cabane, je propose à Dany de partir tous les visiter. En définitive, il n’y en a pas tant que ça ouvertes et la visite est plutôt rapide. Si les façades servent de repaires à une quantité incroyable de lézards, qu’elle n’est pas ma surprise de trouver quelques brebis à l’intérieur d’une cabane dont la porte est fermée. La première brebis a envie de sortir mais par crainte que cette envie ne se transforme en « mouton de Panurge » et que les autres ne suivent, je fais en sorte de la repousser vers l’intérieur. A regrets, mais par respect à l’égard du berger, je referme la porte derrière moi. Ici, dans ce bel amphithéâtre naturel qu’est le cirque des Trois Seigneurs, tous les animaux, ovins, caprins et bovins,  vivant en cheptel sont les bienvenus. Ils trouvent à rassasier leur insatiable appétit. Il ne manque que des chevaux mais nous en verrons un peu plus bas au lieu-dit La Plagne !  A l’aide du balisage jaune, toujours bien présent, le parcours se poursuit en direction de l’habitation du berger. Cette dernière et quelques enclos sont posés là, sur un mamelon à la fois rocheux et herbeux dominant le vallon. Très vite, une piste forestière prend le relais du sentier et descend à gauche de l’habitation du berger. Si ce n’est un bref égarement un peu plus bas,  et à cause d’un curieux panonceau « numéro 16 » mal placé, cette large piste se termine très facilement à la Foulie. Pour l’instant, la belle et ample vallée descendant jusqu’au hameau est à nos pieds et elle s’entrouvre magnifiquement. Cet amplement panorama nous laisse entrevoir le chemin déjà réalisé et celui restant à faire. Alors que nous sommes en contemplation depuis de longues minutes, deux vautours fauves viennent tournoyer au-dessus de nous. Je les regarde planer autour de nous, parfois dessus, parfois devant nous, à gauche ou droite, tout en me demandant ce que nous représentons pour eux ? Sommes-nous une simple curiosité ou ont-ils un regard purement alimentaire qui les fait s’approcher de nous de plus en plus près ? Je me dis que si c’est ce dernier cas qui prédomine, c’est plutôt vexant d’être considéré comme de la viande alors qu’il y a ici de jeunes veaux, des cabris et des agneaux une grande partie de l’année ! Finalement et à bien y réfléchir, ce ne sont que des oiseaux, avec des cervelles d’oiseaux……oiseaux qui ont probablement faim et cherchent pitance ! Ils repartent et vont rejoindre leurs congénères qui eux s’éclatent beaucoup plus haut près des cimes d’altitude. Si la piste forestière est plus astreignante que n’importe quel sentier, elle est plus roulante et en même temps elle est pour moi, plus adaptée aux photos de la  Nature que j’ai constamment envie de prendre. Oiseaux, papillons et fleurs sont plus pratiques à photographier dès lors qu’il n’est pas nécessaire de regarder en permanence où l’on met les pieds ! Ici, les oiseaux sont compliqués à prendre en photo car la végétation est presque constamment exubérante des deux côtés de la piste. Il faut donc de la patience et surtout de la chance. Le meilleur moyen de les repérer reste leurs chants. Enfin, quand ils daignent chanter ! Les fleurs sont nombreuses et bien évidemment par les mêmes que celles d’altitude. Quand aux papillons, une petite brise les empêche de tenir en place mais néanmoins quelques jolis spécimens s’enregistrent dans mon numérique. Quand la Foulie se présente, Dany et moi sommes surpris que cette balade se termine déjà. Oui, on a bien aimé cette randonnée qui est allé crescendo.  Sauf à être un peu balourd dans mes propos, je pourrais presque dire qu’on l’a bien aimé au début, puis ensuite beaucoup, puis passionnément en arrivant aux Cabanes de Goutets et enfin à La Foulie ! J’ai rencontré pas mal de problèmes avec mon appareil-photo dont le paramétrage par défaut s’est déréglé en permanence, mais malgré  ça et dans l’ensemble, quand je visionne mes photos, je suis plutôt satisfait du résultat. Quand à mon GPS, il n’a pas fonctionné correctement non plus, à cause des piles très vite vides, et de ce fait,  je n’ai pas pu enregistrer le parcours effectué. Sur les différents dépliants que j’ai pu lire seuls le temps et le dénivelé cumulé positif sont donnés pour respectivement 3h30 aller et retour et 560 mètres. Ici, à la Foulie, la distance est donnée pour 9 km. J’ai donc virtuellement tracé le parcours effectué sur mon logiciel CartoExplorer et je trouve une distance réalisée d’environ 10,5 km pour des montées cumulées de 811 m et un dénivelé de 516m. Le point le plus bas est La Foulie à 947 m d’altitude et le plus haut à 1.463 m au premier hameau de Goutets. Malgré quelques différences dans les chiffres, vous disposez de tous les éléments pour y aller. Alors n’oubliez pas, ce sont les Cabanes du Goutets, Goutets avec « ts » à la fin ! Carte IGN 2047 ET Massat – Pic des Trois Seigneurs – PNR des Pyrénées Ariégeoises Top 25.

    (*) Les Cabanes de Goutets : Avant même de lire le livre de Jean-Louis LOUBET (**) et après avoir tenté de lire tout ce qu’il était possible de lire à propos du lieu-dit de Goutets et de ses cabanes, il m’a semblé bon d’en faire une récapitulation la plus complète possible. La voici ci-après. Attention, je tiens à préciser que la plupart du temps je n’affirme rien et que je ne fais que reprendre des informations que j’ai trouvées (en italique) soit sur des guides ou dépliants touristiques soit sur Internet. Concernant l’origine de « Goutet » tout d’abord, il semble que la plupart des toponymistes soient d’accord pour dire que ce nom a incontestablement un rapport avec l’eau, ce qui n’est pas illogique quand on connaît le lieu et surtout quand on sait qu’il y a un ruisseau éponyme. C’est ainsi que le latin « gutta », mot signifiant « goutte » se retrouve en « gota » dans de très nombreuses langues et dialectes romans comme l’espagnol, le portugais, le catalan et l’occitan bien sûr. Ce « Goutet » ariégeois (on en trouve ailleurs aussi !) aurait donc pour origine le latin « gutta » puis l’occitan « gota ». Soyons néanmoins conscients qu’ici nous sommes désormais très loin de la « goutte originelle » et qu’il s’agit plutôt « d’une source ou d’une rigole d’écoulement des eaux dans un champ » (Source extraite du site ariégeois de M. Philippe Cabau de Fauronne). L’historien Jean Tosti, dans son site consacré aux noms de famille, confirme le diminutif de « goutte » et le toponyme désignant une source dans le Massif Central. Dans le Vercors, un rocher où jaillit une source est également appelé « Goutet » et on pourrait ainsi multiplier plusieurs autres exemples un peu partout en France. Le « Goutet » serait donc la source et son ruisseau, et si ici le nom a été mis au pluriel avec un « S » à la fin, on peut sans crainte imaginer qu’il y avait plusieurs sources et plusieurs ruisseaux ou mieux peut-être se référer au nombre de hameaux distincts qui étaient de 4. Ici, on les appelle des « bourdaous » (**). A ces explications qui paraissant les plus plausibles, on peut y ajouter celles extraites du livre « Souvenirs wisigothiques dans la toponymie méridionale » de Pierre-Henri Billy, livre intégralement consultable sur Internet.

    Pour le reste, et tiré d’un dépliant intitulé « le Hameau d’estives de Goutets en pays de Massat »,  on apprend que « le site protégé (depuis 1998) est inclus dans une Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager (ZPPAUP) (1994) et qu’il est caractérisé par une architecture originale, associant granges et cabanes en pierres sèches, découlant du système des « bourdaous » (des groupes de granges relevaient d’un mode d’exploitation particulier qui associait prés de fauche individuels et pâturages communautaires). Un programme de restauration du Bâti a été confié à l’A.A.P.R.E (Association Ariégeoise pour Personnes en Recherche d’Emploi) sous la conduite d’un architecte. Ici, le Massif des Trois Seigneurs offre des paysages d’estives portant l’empreinte caractéristique des glaciers : abrupt d’un verrou, fond de cirque sont autant de lieux naturels de pacage pour les troupeaux. Le secteur de Goulurs-Goutets est marqué par une tradition agropastorale très ancienne, qui forge l’identité des montagnes du pays de Massat. Après une déprise importante, les estives ont fait l’objet dès 1974, d’aménagements pastoraux sous l’égide d’une Association Foncière Pastorale. Cette démarche se poursuit aujourd’hui avec succès grâce au soutien de la Fédération Pastorale de l’Ariège : un vacher et un berger gardent désormais près de deux cent bovins et trois cent ovins, renouant ainsi avec une activité qui est la vocation première du site. Labellisé par la F.M.P.S (Fédération Méridionale de la Pierre Sèche), le sentier de découverte et d’interprétation de l’Estive de Goutets, étape du Tour du Massif des Trois Seigneurs, est le fruit de la collaboration entre Syndicat des Montagnes de Massat – Le Port, Association Montagne et Patrimoine, Communauté des Communes du Massatois, O.N.F, Association de Développement du Couserans, Fédération Pastorale et Conseil Général de l’Ariège, DIREN Midi-Pyrénées, Association I.S.C.RA. Vous trouverez en vente à l’Office de Tourisme du Couserans, à l’Office de Tourisme de Massat et dans les mairies du Port et de Massat, un carnet qui vous aidera dans votre démarche d’interprétation. Les bornes disposées (?) tout au long de l’itinéraire, depuis le hameau du Carol, renvoient à un chapitre donné (architecture, paysage, pastoralisme). Au cœur d’une zone protégée, le sentier traverse un espace pastoral dont il importe de respecter la quiétude et la sécurité ! Vous devez donc, au cours de la visite, refermer les portes, tenir vos chiens en laisse (à cause des troupeaux et des chiens de protection) et penser à ramener vos déchets ». Voici ce que l’on peut lire sur ce dépliant que j’ai pu me procurer. De quand date-t-il et est-il toujours d’actualités pour l’ensemble des informations qui y sont données ? Je ne saurais pas vous le dire, mais je n’ai pas vu les « fameuses » bornes dont il est fait référence !

    Dans d’autres textes, on apprend que le site de Goutets est là depuis la fin du 18 siècle ou le début du 19eme, certains pensent même à une petite présence dès le 14eme siècle. A l’origine, le motif de cet intérêt soudain aurait été la forte croissance démographique du 18eme siècle. Peu de personnes le savent mais jusqu’à 1795, la France ; avec 28,5 millions d’habitants cette année-là ; est le 3eme pays derrière la Chine et l’Inde pour sa population totale. Il y a nécessité à nourrir toutes ces bouches et les ressources alimentaires jamais suffisantes entraînent les populations des vallées vers des zones plus hautes non encore exploitées et plus particulièrement dans des lieux où l’eau est abondante une grande partie de l’année. Ici aux Goutets, il y avait quatre villages distincts avec une vie communautaire, lesquels de juin à septembre accueillaient les bergers et leurs bêtes. Le plus haut des quatre était à l’altitude de 1.463m non loin de l’endroit où le ruisseau éponyme prend sa source. Les sources et plus généralement les eaux de ruissellements y sont nombreuses. On dénombrerait sur l’ensemble du site plus de 200 constructions en pierres sèches. Outre le travail pastoral consistant à garder les troupeaux, à traire les vaches et les brebis,  à fabriquait du beurre et des fromages, on défrichait et on déforestait pour agrandir les surfaces de fauches et les pâtures, pour y planter des cultures vivrières, on y élevait des lapins, des poules et des cochons pour nourrir les familles présentes. La vie s’organisait autour des « bourdaous », système de « remues » saisonnières impliquant la nécessité de changer de place et d’habitat selon les ressources disponibles pour les gens et les bêtes et selon les saisons.

    Comme dans tous les milieux ruraux, le site de Goutets a connu des phénomènes de déprises agricoles et donc de déclins, déclin amplifié par la révolution industrielle et l’exode rural ou plus simplement car l’agriculture et l’élevage de montagne étaient des plus contraignants.  Il faut savoir que pendant très longtemps, ici en Ariège, mais ailleurs aussi, ceux qui exploitaient les terres le faisaient sous l’autorité d’un seigneur, d’un richissime bourgeois ou d’ecclésiastiques qui en étaient les seuls vrais propriétaires. Si le servage avait été aboli, le fermage avait pris sa place, mais en réalité peu de choses avaient changé pour ceux qui travaillaient à la campagne ou à la montagne. Pour tous ces gens-là, la vie ne s’était guère améliorée. Aussi, quand la révolution industrielle engendra ses premiers effets et emplois, les paysans, surtout les hommes, s’empressèrent, pour améliorer l’ordinaire, d’aller chercher un travail ailleurs. Forgeron, charbonnier, colporteur, mineur, porteur de glaces, montreur d’ours, etc., les métiers étaient très nombreux et d’une extrême variété. Au début, il s’agissait de le faire aux périodes agricoles creuses, puis de plus en plus ils laissèrent leurs femmes s’occuper de tout le reste. La vie de cette paysanne déjà très rude se transforma souvent et très vite en de véritables enfers, car elle était doublée de celle de mère au foyer, la plupart du temps, au sein d’une famille très nombreuse où les multiples enfants qu’il fallait nourrir et éduquer venaient s’ajouter aux grands-parents qu’elle devait soutenir jusqu’à leur dernier souffle. Le temps eut vite raison de ces difficultés insoutenables et il est fort probable que le site de Goutets n’échappa pas à cette règle.

    Enfin, si toutes les cabanes sont en pierres sèches, il est important de signaler qu’elles sont parfois bien différentes et pour cause, puisqu’elles avaient des destinations qui l’étaient aussi. Ainsi, si au début, les premières constructions furent de simples abris ou murs sous roches, très vite, l’Homme acquit les techniques permettant des élévations plus abouties. C’est pourquoi, on trouve des « orris », dont le mot correspondait plutôt au site d’exploitation, c'est-à-dire à « la jasse », surface bâtie d’une ou plusieurs cabanes et clôturée parfois de murets également en pierres sèches que le berger occupait quotidiennement. Si pour l’œil non averti, ces cabanes pouvaient être ressemblantes, le connaisseur y décelait des « mazucs », minuscules cabanes semi-enterrés où l’on entreposait le beurre et les fromages pour les affiner et les amener jusqu’à maturation.  Le « courtal » était une cabane plus ample et un peu plus confortable, à laquelle un enclos était adjoint qu’on appelait « parec », parec dans lequel le bétail passait les nuits à l’abri des éventuels prédateurs. Le « parec » était parfois relié à l’habitation par une « marga », couloir pratique permettant d’amener les brebis plus facilement pour la traite. Le « cabanat » était un orri de quarantaine destiné essentiellement aux animaux malades ou bien prêts à mettre bas. Le « besau » ou « canaleta » était un petit canal d’arrosage permettant d’amener de l’eau, depuis une source ou un ruisseau, jusqu’à l’orri désiré. Certaines cabanes servaient de granges ou de fenils, d’autres de greniers, d’étables ou de bergeries. Il y en avait bien sûr qui servaient d’habitations, plus ou moins grandes et diverses dans leur conception et leur nombre de pièces. Le plus souvent, elles étaient agrémentées d’une porte en bois,  et à l’intérieur, on pouvait y trouvait une grande dalle servant de table, d’autres plus petites servant de sièges, quelques niches permettant de menus rangements et quelquefois un rudimentaire foyer ou un simple orifice servant de cheminée. A l’extérieur, on y trouvait souvent des bancs et une table, voire des escaliers le tout en pierres sèches ou fait de rondins. Le « parsou », « penh » ou « porcatiéra »  servaient de porcherie. D’autres petites cabanes faisaient office de poulailler ou de niche pour les chiens. Toutes ces architectures, formées d’un bâti sans aucun mortier et dressées avec essentiellement des pierres extraites à proximité, étaient le fruit d’un savoir-faire ancestral mais également d’une main d’œuvre souvent importante. Ces techniques se transmettaient de génération en génération. Certaines cabanes étaient des constructions dites « en tas de charge » ou « à encorbellements » constituées d’une voûte élevée de manière successive et concentrique, avec des pierres sèches et une ou plusieurs dalles finales. Certaines cabanes étaient construites de façon plus traditionnelle,  Les minerais utilisés étaient du cru et pour l’essentiel soit du schiste soit du granit. Ainsi, si on avait la certitude qu’il y avait des spécialistes, maçons, bâtisseurs professionnels et parfois même, maîtres émérites de la pierre sèche, il arrivait souvent que d’autres métiers soient capables par contrainte d’élever des cabanes quasi similaires sinon quelquefois aussi parfaites. C’était le cas de certains bergers, paysans, agriculteurs, éleveurs, vignerons, essartiers et défricheurs, chasseurs, braconniers, cantonniers, carriers, puisatiers dont la nécessité de leurs travaux était de savoir travailler et élever la pierre sèche.  Ici, aux Cabanes de Goutets, il est fort probable que de nombreux métiers aient participé à ces élévations ou à leur restauration au fil des décennies.

    (**) Le livre de Jean-Louis LOUBET : Jean-Louis Loubet, dont le métier était professeur de géographie, est un ancien maire de la commune ariégeoise de Le Port (1978-2005). Après des études et des recherches sur le site de Goutets, il a participé activement à sa rénovation puis à sa conservation. En 2010,  il a écrit un livre paru aux Editions Lacour qui est une véritable référence quant à ce site montagnard agropastoral. Ce livre qu’il faut lire pour tout connaître de Goutets a pour titre : « Un site remarquable dans le Haut-Couserans, Goutets - Contribution à une connaissance du milieu montagnard et de son organisation pastorale ».

     Les Cabanes de Goutets (1.463 m) depuis La Foulie (947 m) (Commune de Le Port-Ariège)Les Cabanes de Goutets (1.463 m) depuis La Foulie (947 m) (Commune de Le Port-Ariège)


    2 commentaires
  •  Ce diaporama est agrémenté de plusieurs musiques d'Ennio Morricone extraites de la bande originale du film "Le Casse" d'Henri Verneuil avec Jean-Paul Belmondo, Omar Sharif, Robert Hossein et Nicole Calfan. Elles ont pour titre "Thème d'amour", "Pour Zacharia", "A Melachrino", "Ciao Mantovani" et "Le Casse (générique)". 

    La Boucle du Cau de la Guilla (col de la Guille) depuis Notre-Dame du Coral

    La Boucle du Cau de la Guilla (col de la Guille) depuis Notre-Dame du Coral

    Cliquez sur les photos pour les agrandir. 2 fois pour un plein écran.


     

    Cette balade, et si cela avait été un peu plus parlant,  j’aurais pu l’appeler « Une famille formidable ! » parodiant ainsi la célèbre série télévisée. Mais quand on tient un blog « randos », il faut, je pense, être le précis possible. Alors, en intitulant cette petite randonnée « La Boucle du Cau de la Guilla (*) depuis Notre-Dame du Coral (**) », j’ai voulu rendre à César ce qui était à César. En effet, c’est en lisant un article sur Internet que j’ai appris que le col de la Guille, lieu situé sur la route D.115 entre Prats-de-Mollo et le col d’Arès,  n’était peut-être pas une appellation correcte mais une erreur toponymique des ingénieurs de l’Institut National Géographique (I.G.N). En effet, selon l’auteur de ce texte, le renommé Jean Becat ; pour ceux qui s’intéresse à l’onomastique et à la géographie ; des erreurs de ce type, il y en aurait beaucoup sur toutes les cartes I.G.N. Ainsi dans la commune de Baho, cette erreur « col de la Guille » a été signalée et les habitants de la commune ont demandé à ce que la bonne toponymie soit corrigée en « Cau de la Guilla ». Il est donc fort probable qu'il en soit de même ici sur la D.115 mais que la correction n’est jamais eue lieu. Enfin, ça c’est ce que je pense ! Alors voilà comment ce catalan « Cau de la Guilla » ; en français le « terrier du renard » ; serait devenu par erreur et sans doute « le col de la Guille ». Au-delà de cette petite précision que je souhaitais apporter, voilà  ci-après comment m’est venue l’idée de cette petite balade depuis Notre-Dame du Coral. Sur mon Journal Mensuel de juin dernier, j’ai longuement évoqué pourquoi j’avais voulu souffler mes 70 bougies dans ce lieu si insolite mais si beau qu’est l’ermitage de Notre-Dame de Coral. J’avais intitulé cet article « Quand un rêve et un vœu deviennent réalité ». Tout un programme ! Néanmoins, dans ce programme « anniversaire » du samedi 8 et du dimanche 9 juin, que j’avais imaginé de A à Z, et auquel j’avais convié toute ma famille la plus proche ; épouse, petits-enfants, enfants, conjoints et amis et enfants de ces derniers ; une crainte subsistait dans ma tête : que tout ce jeune et joli monde s’ennuie, ici, au milieu de nulle part ! Bien sûr, j’aurais pu organiser un concours de pétanque, voire de badminton, prévoir de jouer aux cartes, au scrabble ou à d’autres jeux de société, j’aurais pu imaginer que tous ces jeunes gens seraient pendus, comme ils le sont très souvent, à leur smartphone ou à leur tablette, mais le but était d’abord d’être réunis et le plus souvent ensemble. Vision sans doute un peu égoïste ; mais quoi de plus normal dans ce lourd  investissement qu’avait été ce long projet d’anniversaire ; et puis surtout toutes ces activités-là étaient parfaitement réalisables ailleurs que dans un cadre aussi inaccoutumé que Notre-Dame de Coral. De surcroît, une balade permettait une « belle » visite du secteur avec ses forêts, ses ruisseaux, ses habitats et ses paysages. Voilà quelles étaient mes pensées à l’instant d’affiner mon projet dont cette petite balade allait faire partie. En effet, parmi les 11 personnes que nous étions, seule Dany mon épouse connaissait Notre-Dame du Coral et je savais qu’elle l’appréciait. Tous les autres n’avaient jamais mis les pieds ici. Mais apprécier ne veut pas dire se divertir ! Moi-même, en 2009, lors du Tour du Vallespir, et après la très éprouvante étape de la veille, j’avais beaucoup apprécié l’ermitage mais j’avais réussi à éviter l’oisiveté en me reposant avec une sieste opportune et bienvenue, en bouquinant, en discutant longuement avec une gentille randonneuse et avec les jeunes aubergistes, puis le soir venu en écrivant quelques poésies. Cette crainte était bien sûr alimentée par le fait que Notre-Dame avait été longuement un ermitage, c’est-à-dire un lieu plutôt austère où des personnes venaient y chercher la quiétude, la méditation, la solitude mais la claustration et l’enfermement aussi. Enfermement intérieur certes mais enfermement physique aussi. Oui, Notre-Dame du Coral pouvait être à la fois une prison intérieure mais extérieure aussi. Pour aucun motif,  je ne voulais qu’elle le devienne pour le moindre membre de ma famille. Belle prison végétale certes, mais prison tout de même ! Voilà ce que je pensais que pouvait être ce lieu, raison de mon appréhension et de mon idée à trouver une solution la moins contraignante pour le plus grand nombre d’entre nous. Alors bien sûr, c’est tout naturellement que l’idée d’une petite randonnée à la portée de tous est venue à moi pour combler une belle partie de cette après-midi du 8 juin. Après mûres réflexions, c’est cette randonnée au « col de la Guille », que je vais vous raconter ci-après, que j’ai imaginée.  Si j’en connaissais déjà tout le détail, c’était un détail scindé en trois parties. La première démarrait bien sûr de Notre-Dame du Coral et allait jusqu’au lieu-dit « la Coste de Dalt ». Cette ferme est bien connue des visiteurs et des randonneurs venant dans ce secteur du Haut-Vallespir car certes il s’agit d’abord d’une ferme, mais faisant partie des réseaux « Bienvenue à la ferme » et des « Gîtes de France ». Avec Dany, nous avions déjà réalisé ce tronçon lors d’une boucle à partir du col d’Arès, balade que j’avais tout naturellement intitulée « Notre-Dame du Coral en boucle depuis le col d’Arès ». Le deuxième tronçon jusqu’au col de la Guille serait la route départementale D.115. Je ne le connaissais qu’en voiture et si je ne l’avais jamais accompli à pieds, j’en imaginais aisément les nécessaires obligations et les grandes lignes à éviter, c’est-à-dire être extrêmement prudent surtout quand on a des enfants avec soi, surtout dans les virages et ne pas être ni dans l’amusement permanent ni dans l’étourderie. Cette route du col d’Arès est peu fréquentée mais un accident est si vite arrivé ! La dernière partie, du col de la Guille avec retour à l’ermitage, allait être pour moi la plus délicieuse car je savais par avance qu’elle allait me faire réaliser un bond en arrière de presque 10 ans. En effet, elle avait constitué une belle fraction de la 4eme étape de Mon Tour du Vallespir au départ de Prats-de-Mollo. C’était le 20 août 2009.

    Il n’est pas encore 13h quand nous arrivons à l’ermitage. Le temps de faire les présentations avec le sympathique Franck, de visiter un peu les lieux et la jolie chapelle, de nous installer dans les chambres et les dortoirs et tout le monde dit être partant pour la petite balade programmée. J’en suis comblé. Au préalable, et  avant d’arriver jusqu’ici, j’ai tenté de montrer à toute ma famille ce qu’était un peu le Vallespir. Un peu bien sûr, car comment aurais-je pu en 2 jours leur faire découvrir cette région si vaste, que moi-même, je n’ai jamais réussi à arpenter dans sa globalité et ce, malgré un tour pédestre de 6 jours, de très nombreuses balades et mon envie constante d’y parvenir ? Si depuis Perpignan, la route leur a donné une ample idée de ce qu’était la Vallée du Tech, merveilleusement boisée et donc très verdoyante, j’ai tenu à ce que l’on s’arrête à hauteur de ce lieu chargé d’Histoire qui s’appelle l’Avellanosa. Au bord de la route, quelques panneaux expliquent le drame qui s’est joué ici en octobre 1940.  Après des pluies diluviennes pendant plusieurs jours, un pan de la montagne, encore bien visible, est tombé dans le fleuve Tech créant un barrage naturel dont la rupture a ensuite tout emporté dans  la furie des hautes eaux ainsi créées. Cet épisode pluvieux, et par bonheur jamais reproduit depuis, est bien connu des catalans sous le nom « d’aiguat ». C’est ici dans la Vallée du Tech que ses effets ont été les plus meurtriers, et notamment à Amélie-les-Bains et à Arles-sur-Tech où de nombreuses victimes ont été à déplorer. Quelques minutes après ce bref retour sur l’Histoire, nous traversons Prats-de-Mollo, sans nous arrêter. Le temps nous manque et nous empruntons cette magnifique route D.115 qui file jusqu’au col d’Ares, frontière avec l’Espagne. Il n’est pas encore midi et je sais que des tables de pique-nique nous y attendent. Cette superbe route, c’est d’un côté le massif du Canigou qui étire sa magnifique et longue croupe et de l’autre, le Vallespir qui descend sans cesse dans une succession de vallons et de montagnes russes et ce, depuis le pic de Costabonne, impressionnante pyramide, jusqu’au premier contrefort des Albères. Oui, quand le temps est clair, l’on peut voir tout ça ! Il l’est aujourd’hui et j’espère que tout le monde peut profiter de cette magnificence ! Puis le col d’Ares arrive, lieu chargé d’Histoire également mais autant l’avouer, aujourd’hui, nous ne sommes pas là pour ça ! Même si j’ai acquis la conviction que les jeunes ne s’intéressent pas suffisamment à cette matière qu’est l’Histoire, souvent trop scolaire pour eux, je n’impose rien à personne et chacun pourra y prendre ce qu’il veut.  Quelques panneaux, des stèles et des statues allégoriques racontent la Retirada, chemin de l’exil pour des centaines de milliers de républicains espagnols fuyant le franquisme. Alors, nous pique-niquons, toujours dans la bonne humeur, mais sans trop s’attarder, ni sur l’Histoire, ni sur les grandioses panoramas s’offrant à nous, côté espagnol et côté français. Notre-Dame du Coral nous attend, alors nous redescendons côté français pour emprunter la longue piste qui y file.

    Nous y sommes. Il est 13h30 quand nous démarrons cette boucle qui doit nous mener au col de la Guille et retour. Il n’y a aucune défection, tout le monde est bien là comme promis. J’en suis ravi même si j’avais mis les choses au point en précisant que cette balade n’avait aucun caractère obligatoire. Je remercie tout spécialement Emma et ma petite-fille Valentine car je sais que la randonnée pédestre, ce n’est pas leur tassé de thé ! Nous empruntons le P.R.12, sentier qui démarre devant l’ermitage (va jusqu’à Prats-de-Mollo) et file dans l’immédiat vers la Font del Coral. Cette fontaine a probablement été captée et aménagée en 1948 comme l’indique un linteau dédiée à la Vierge Marie mais source sans doute bien connue des pèlerins depuis des siècles. Si le chemin est bien visible, il file dans une forêt d’épicéas et de pins dont les branches les plus basses sont sèches et nécessitent un peu d’attention. Très souvent, certaines branches cassées encombrent le sentier. Ce dernier est assez inégal quand à son revêtement, avec des portions planes, parfois caillouteuses ou carrément rocheuses auxquels il faut très souvent ajouter les ramilles glissantes et les pommes de pin « casse-pipes », car roulantes sous les pieds. Son cheminement ne s’en trouve pas facilité. J’ouvre la marche et écarte tout ce qui pourrait l’entraver. Le chemin descend et parvient en surplomb d’un ravin où s’écoule un ruisseau. C’est le Correc du Vall d’Aquers (Quers) dont la confluence immédiate avec le Correc du col d’Ares devient un peu plus en aval et toujours dans ce même ravin, le Torrent du Coral. Cette rivière, nous la retrouverons au retour. Pour finir cette descente vers le Correc du Vall d’Aquers, le sentier devient difficile et nécessite qu’on se tienne à une grosse corde qui a était scellée aux rochers. Avec plus ou moins de dextérité, tout le monde réussit à passer sans encombre cette petite difficulté. J’en suis ravi. A l’aide de quelques grosses pierres bien placées au sein du lit du ruisseau, nous l’enjambons sans problème mais avec toujours cette petit crainte que quelqu’un glisse et tombe dans l’eau tout habillé. Nous poursuivons le petit sentier qui débouche devant une clôture et une piste qui se trouve de l’autre côté. Il faut donc franchir la clôture. Avec quelques sinuosités, cette piste s’élève désormais vers La Coste de Dalt et se termine encadrés de petites falaises dès lors qu’on y parvient. Un ru boueux coule au milieu du chemin. C’est le Correc del Xabric, lui-même petit affluent de la rivière del Coral. La zone de pacages est là et la ferme et ses dépendances juste au dessus. On les aperçoit en arrivant et le chemin se poursuit vers la gauche puis remonte à droite vers des enclos et des hangars. Bien évidemment, inutile de préciser qu’il faut respecter le lieu (qui est privé), les personnes qui l’habitent et les animaux qui sont là dans leur espace naturel et habituel. Il va sans dire qu’il ne faut pas toucher les clôtures souvent électrifiées, qu’il faut refermer les barrières derrière soi, s’écarter du troupeau si il est formé, des vaches dont les veaux ne sont pas encore sevrés et des taureaux. Voilà quelques règles de bon sens et de prudence que vous aurez sans doute à appliquer si vous passez et/ou venez à la Coste de Dalt ! En tous cas, deux fois nous y sommes venus, et deux fois, nous y avons été confrontés. La suite, et comme indiqué plus avant, c’est la route bitumée D.115, direction le Pla de l’Espinasse comme indiqué sur un panonceau. Si l’asphalte n’est jamais trop plaisant pour les randonneurs en général, ici l’avantage premier est que nous allons cheminer la partie la plus haute de cette courte boucle. Alors bien sûr qui dit hauteur, dit panoramas et vues lointaines. Ici, ce n’est pas très haut alors bien sûr, il n’y a rien d’exceptionnel et seulement quelques vues sur des prés verdoyants et des forêts qui ne le sont pas moins. On aperçoit néanmoins Notre-Dame du Coral, mais un peu trop engloutie sous son écrin de verdure pour en avoir une vision parfaite. Finalement, le col de la Guille est là et se matérialise sous les traits d’un portail blanc sur lequel est forgée la mention « Can Moulins ». Pas de « Cau de la Guilla » c'est-à-dire de « terrier de renard » en vue mais sans doute a-t-il existé ? Depuis mon Tour du Vallespir, je connais bien le lieu et je sais qu’il suffit de pousser le portail et de poursuivre le chemin herbeux qui continue derrière. Si depuis 2009, l’itinéraire a quelque peu changé, car entre autres raisons, il s’est mué en GRT 83 (**)  balisé blanc et rouge, les décors, eux, merveilleusement verdoyants, sont quasiment restés les mêmes. Manque juste à l’appel la baignoire servant d’abreuvoir où j’avais, avec félicité, trempé mon bob et mouillé mes multiples rougeurs et blessures d’une journée précédente restée dans les annales de ma mémoire. Ici, l’itinéraire descend en permanence au sein d’une très belle forêt de feuillus, et sur de larges chemins herbeux en direction de Can Moulins. A l’instant où l’on évite la ferme, un petit sentier prend le relais, toujours en forêt, et ce, jusqu’à la rivière del Coral et le lieu-dit « Costa de Baix ». Si en août 2009, j’avais trouvé la rivière quasiment asséchée, aujourd’hui c’est un bon petit débit torrentiel qui coule sous la petite passerelle de bois. Alors que notre petit groupe avait fini par s’étirer en une courte file indienne, ici le lieu semble propice à un « regroupement familial ». Attirance pour l’eau ? « Faire un pont pour de bon » comme le chanter Dick Rivers ? Besoin de se ressourcer ou de reprendre son souffle avant la remontée finale vers Notre-Dame ? En tous cas, la bonne humeur n’a jamais été autant de mise. Photos-souvenirs de groupe, selfies personnelles, et concours de grimaces, tout le monde joue le jeu ! S’ils savaient combien tout ça me rend heureux ! En observant toute ma petite famille aussi joyeuse et même si la partie la plus escarpée reste à accomplir, je me dis que cette petite excursion est déjà une belle réussite. Assurément, je me dis que ce Col de la « Guille » a rendu tout le monde « guillerets » et j’en suis à me demander si il y a un rapport entre les deux mots ? « Il faudra que je vérifie la toponymie (*) » me dis-je. Nous repartons, dans des décors qui changent assez peu mais avec peut-être un plus de conifères car nous sommes sur le versant ubac du ravin. La montée vers l’ermitage est gravie au rythme ou au physique de chacun. Les plus forts physiquement devant et les autres soit à la remorque voire à la traîne. Finalement, la Nostra Senyora del Corral, comme indiqué régulièrement sur des panonceaux, est là et si l’arrivée s’effectue dans un joli désordre, le rassemblement que j’avais tant espéré se reforme presque naturellement devant une nouvelle et dernière photo de groupe. Moi qui ne suis pas croyant mais qui ait vécu ici des instants si forts, une nouvelle fois je m’interroge. J’en suis à me demander « et si c’était vrai que la Vierge Marie avait ce pouvoir de réunir les gens et plus particulièrement ceux qui s’aiment ? » Désormais, c’est quartier libre pour tous ! Robin et son père ont prévu de jouer un peu avec leur drone muni d’une caméra, histoire d’avoir un regard tout autre de l’ermitage. Ensuite, tout le monde mettra à profit ce délai pour se laver, se pomponner pour les femmes et « s’endimancher » pour fêter dignement mon anniversaire. A partir de 20h, et à la Colometa ; c’est ainsi que s’appelle l’auberge ; il y a en perspective un très gros apéro puis le repas avec entrée, zarzuela et très gros framboisier arrivera. Le tout accompagné d’excellents vins et champagnes que j’ai pris soin d’amener moi-même. Cette balade est finie. Il est 18h. Oui, j’en suis désormais convaincu, cet anniversaire va être une réussite et je suis certain qu’il restera à jamais gravé dans ma mémoire ! Oui, je dois reconnaître que j’ai la chance d’avoir « une famille formidable » ! Alors un immense merci à tous : Dany, Jérôme, Isabelle, Carole, Valentine, Robin, Eulalie, Emma et Stéphane et J.C (Jean-Christophe et pas Jésus-Christ, ce dernier n’a pas pu venir mais certains croyants pensent qu’il était là avec nous auprès de sa mère Marie !). Il est vrai que le lieu se prête à ses présences divines ! Cette balade a été longue de 7,7 km pour des montées cumulées de 694 m et un dénivelé de 313 m entre le point le plus haut situé à 1.257 m sur la D.115 au dessus du lieu-dit « le Cortal de Can Moulins » et le plus bas à 944 m sur la passerelle enjambant le « torrent du Coral ». Pour éviter au maximum le bitume de la D.115, certaines variantes peuvent être imaginées et notamment celle consistant à monter jusqu’au sommet du Puig Ferréol (1.314 m). Carte I.G.N 2349 ET Massif du Canigou Top 25.

    (*) Le col de la Guille ou le Cau de la Guilla ? : Extrait des pages 10 et 11 de « La correction toponymique du cadastre et des cartes au 1:25.000 de l'Institut Géographique National dans l'aire catalane (Pyrénées-Orientales). Bilan 1983-2006 - Jean Bécat - Nouvelle revue d'onomastique - Année 2007 »  

     « Pour la petite histoire, c'est justice de souligner que tout a commencé par une demande des services du cadastre. En effet, la première correction ne fut pas le résultat d'une action ou une revendication de militants ni d'associations culturelles, mais une demande d'avis technique adressée par l'ingénieur du cadastre aux Études Catalanes de l'université de Perpignan. Il s'agissait d'obtenir une graphie correcte pour le nouveau cadastre de Baho, révisé en décembre 1983.

    Tout a commencé par le Cau de la Guilla («terrier du renard »). Le nouveau plan cadastral, plus précis et détaillé, comportait davantage de feuilles : plutôt que de répéter les mêmes noms sur plusieurs feuilles, l'ingénieur, M. BORDIGNON, demanda au maire, M. Guy CASADEVALL, et à sa commission s'il avait d'autres noms à proposer. Comme partout, il n'en manquait pas, mais l'ingénieur s'entendit dire : «Décidez vous-même, vous êtes le cadastre ». Il expliqua alors que les noms appartenaient aux habitants et aux usagers, qu'ils représentaient en tant qu'élus, et qu'ils devaient les proposer, eux. Ce qui fut fait, et entrèrent dans le nouveau plan cadastral : la Salzerada, Sani Vicenç , la Font del Porquer , les Horts dels Pardals, la Vernosa, la Font de Santa Llúcia, la Rescloseta et le Camp dels Closals. Au premier nom, l'ingénieur demanda : «Comment ça s'écrit en catalan ?». Et la commission découvrit que l'on pouvait corriger les noms de lieux. On signala des erreurs et surtout une, qui choquait les gens : le « Col de la Guille » n'existait pas, c'était un faux col, car il s'agissait du Cau de la Guilla. La liste fut établie et M. BORDIGNON se chargea de demander l'expertise de l'université. Depuis cette date, nous sommes toujours invités par les services des impôts (ce qui me vaut à chaque fois une émotion quand je reçois une enveloppe officielle de la Direction des Impôts) et par les maires, deux à trois fois par an, à chaque chantier cadastral.

    J'insiste sur le fait, constatable sur la liste en annexe, qu'il y a eu une grande adhésion, sans arrière-pensées partisanes ou politiques. Quelle que soit leur appartenance philosophique ou leur couleur politique, tous les maires ont accepté et voulu la correction des toponymes catalans. Tous y ont vu un élément essentiel d'un patrimoine à conserver et à améliorer. C'est le signe aussi du consensus qui existe dans la population autour de ce thème qui touche les gens de près, car c'est leur environnement immédiat et leur espace vécu ».

    (**) Notre-Dame du Coral : Il existe plusieurs sites Internet évoquant Notre-Dame de Coral et vous n’aurez aucun mal à les trouver sur Google recherche par exemple. Plus rares sont les livres évoquant le lieu et le vieil ermitage. Je les avais déjà tous cités à la fin de mon récit lors de la randonnée intitulée « Notre-Dame du Coral en boucle depuis le col d’Ares ». Le 8 juin, lors de mon anniversaire, j’ai eu la chance de pouvoir acheter le livre (plutôt rare) de l’abbé Joseph Gibrat et bien évidemment je le conseille à tous ceux qui souhaitent en savoir beaucoup plus sur cet endroit si magnifique. Je sais que la reproduction est interdite et je ne suis pas croyant mais je ne peux pas résister à vous offrir ce poème que l’abbé a joliment écrit à propos de Marie, reine du Coral.

    • A Marie, Reine du Coral
    • Je vous offre, ô Marie, aimable souveraine,
    • Avec ce petit livre et mon âme et mon cœur,
    • Vous êtes du Coral la sainte châtelaine,
    • Vous êtes de ces monts l’étoile du bonheur,
    • Des merveilles sans nombre ornent votre domaine
    • Que chantent les oiseaux, que la neige blanchit,
    • N’êtes-vous pas, Marie, une immortelle reine
    • Que tout mortel invoque et que l’ange bénit ?
    • Sur ce pic élevé vous êtes une Mère
    • Que, parmi les blancheurs, tout fidèle vénère,
    • Là-haut, votre sourire est plus divin, plus doux !
    • Pour notre Vallespir, pour notre France aimée,
    • Pour tous les cœurs meurtris, pour toute âme éplorée,
    • Ô Reine du Coral, je vous prie à genoux.

     

    (***) Le G.R.T 83 : Encore trop peu connu, le G.R.T.83 est un chemin de Grande Randonnée Transfrontalière 83 allant de Prades (Pyrénées-Orientales) à Mataró (province de Barcelone-Espagne). Comme tous les G.R, il est balisé de couleurs blanches et rouges. Sa distance est de 212 km et il est réalisable en 10 ou 15 étapes. Dans ce secteur de Notre-Dame du Coral, il passe successivement à Prats-de-Mollo puis à Lamanère, dernière commune française traversée car la plus au sud de l’hexagone. Dans l’immédiat, je n’ai pas connaissance qu’il y ait un topo-guide de ce chemin.


    1 commentaire
  • La crème à bronzer n'a plus aucun avenir.


     

    L’été se termine et force est de reconnaître que je n’ai guère bronzé. Il faut dire qu’ayant passé l’été à la montagne, je n’ai jamais pris le temps de me mettre au soleil. D’abord le lieu ne s’y prête pas vraiment, et ce d’autant que l’eau est rare et fraîche voire trop souvent à l’ombre et trop loin. Quant à la crème à bronzer, je n’ai jamais senti le besoin d’en user et ce n’est pas aujourd’hui que je vais commencer. Et puis, quelle importance d’être bronzé ou pas ?

    La couleur de la peau, parlons-en d’ailleurs ! Que le crâne soit blanc, noir, marron, jaune ou rouge, n’est-ce pas ce qu’il y a à l’intérieur qui prime ? Aujourd’hui, et avec la mondialisation, on voit bien que la couleur de la peau est devenue un élément qui n’a plus aucune importance. Sauf pour les annonceurs publicitaires et les chaînes de télévision. Depuis belle lurette, ces gens-là ont compris que l’Europe n’avait plus la primauté de la blancheur de la peau. Il suffit d’allumer la télé pour constater très facilement que la plupart des publicités ont leur métis, leur noir, leur asiatique ou leur arabe de « service » et parfois même trois ou quatre de ces « teintés » en même temps. Idem pour les séries, les feuilletons et autres chroniques diverses et variées. Sur les écrans, il est de bon ton que toutes les couleurs et ethnies soient représentées. Si le terme de « service »  ne peut pas être considéré comme « respectable »,  ni « respectueux », c’est bien avec ce cliché-là que l’on traite le plus souvent ces acteurs de couleur ou ses intervenants télévisuels qui ne sont pas blancs. Il ne faut pas s’y tromper, si l’audimat est bien l’échelle permettant de mesurer les personnes qui sont devant leurs écrans, les couleurs de la peau et les groupes ethniques sont désormais des critères visuels prépondérants. C’est bien le signe d’une évolution dont la célérité n’a d’égal que l’abondance et la diversité des provenances. En France, aucun chiffre de l’immigration n’est fiable mais on sait par exemple qu’en 2018, c’est environ 400 à 500.000 personnes qui sont arrivées et sont restées sur notre territoire, soit l’équivalent de villes comme Rouen ou Strasbourg. Autre signe ? Regardons comment les équipes de foot européennes sont désormais composées, et notamment nationales, et force est de constater que les pays occidentaux ne sont plus ces horizons pleins de blancheur, de candeur et de pureté que l’église catholique a pendant des siècles érigé en dogme. Quand en 2018, les français sont devenus champions du monde de foot, l’ex-président Obama ne s’était-il pas réjoui en disant que les joueurs étaient tous français sans pour autant ressembler à des gaulois ! Autre signe : selon  Jérôme Fourquet, journaliste à l’institut de sondage IFOP, les prénoms arabo-musulmans sont passés de 1% dans les années 1960 à 18% de nos jours. Dans cette même étude, on apprend que le prénom Marie est tombé de 20% au début du 20eme siècle à 0,3 % en 2016. Dans une autre étude, on apprend qu’en France, il y a autant de musulmans que de catholiques chez les 18-29  ans. Oui, qu’on le veuille ou pas, que ça plaise ou pas, l’époque actuelle n’a jamais été aussi prédisposée aux mélanges des couleurs et des ethnies. Si on ne peut pas encore dire que l’Immaculée Conception deviendra un jour une histoire ancienne,  on peut d’ores et déjà la ranger au placard des reliques désuètes car elle est entrain d’être remplacée par une Vierge sinon noire au moins brune et parfois sans doute un peu trop obéissante et soumise. Oui, la conception immaculée finira très vite par être l’exception et de ce fait,  la crème à bronzer n’aura plus aucune utilité. Métis, mulâtre, eurasien, quarteron, sang-mêlé, le blanc n’aura plus la côte et voilà l’avenir tel qui se profile en Europe et bien évidemment en France, puisque notre pays détient tous les records européens en matière d’immigration. Ce n’est pas moi qui le dit mais la plupart des scientifiques qui sont amené à se pencher sur le sujet. Macron lui aussi a dit que le sujet était important mais le temps d’un après-midi, dans un hémicycle quasiment vide, les députés ont survolé le thème car ils savent déjà que la cause est perdue d’avance, même si certains au Rassemblement National veulent encore nous faire croire le contraire.

     

    Alors l’Europe, continent coloré et juste retour des choses ? Oui, si on en croit les scientifiques et les généticiens notamment. On sait désormais que certains gènes et notamment celui intitulé SLC24A5 a une forte influence sur la couleur de l’épiderme, puisqu’il influe sur la mélanine, pigment biologique contenu dans les cellules de la peau. C’est donc cette quantité de mélanine et la grosseur des mélanosomes qui la compose qui détermine la couleur de la peau. Grosso modo, moins de mélanine donne une peau claire et plus il y en a, plus la peau sera foncée, avec bien sûr des exceptions car rien n’est simple dans la génétique humaine. C’est ainsi, que l’on apprend que l’européen Cro-Magnon avait probablement la peau foncée. Normal me direz-vous, puisque si l’on en croit les paléontologues, tous ses ancêtres arrivaient directement d’Afrique. Peu à peu, et sans doute fortement influencées par le climat (rayons ultraviolets), l’environnement et l’alimentation (vitamine D/calcium), les peaux se sont peu à peu éclaircies jusqu’à devenir blanches et amplement majoritaires en Europe à la fin du Néolithique (2000 ans avant J.-C). C’est ce que l’on appelle plus communément « la sélection naturelle ». Sous l’influence des invasions successives, et notamment celles venant d’Asie et d’Orient (Huns, Mongols) et d’Afrique (Maures, Sarrazins, Omeyyades), la situation a quelque peu évolué depuis. C’est ainsi que certaines études effectuées dans la péninsule ibérique ont permis d’établir qu’une moyenne d’environ 11% d’espagnols auraient des ancêtres nord-africains avec de très fortes disparités, 2% seulement en Catalogne et  22% en Castille. Alors et de nos jours, Blanche de Castille aurait-elle le teint hâlé ?

     

    Comme on le voit, la couleur de la peau tient à peu de choses, mais en la circonstance, doit-on craindre quelque chose de cette évolution exponentielle en Europe et en France ? D’abord, je pense que la principale crainte est de savoir qu’elle n’aura plus rien de naturelle comme cela a été le cas pendant très longtemps sur tous les continents : Noirs et bruns en Afrique, blancs en Europe, jaunes en Asie et « rouges » aux Amériques. La Nature avait fait en sorte que chacun puisse trouver son bonheur là où il était. Puis, les blancs sont passés par là, avec d’abord leur esprit de découvertes, qui s’est très vite transformé en colonisations à outrance, en esclavages et en bourrage de crâne de la théologie chrétienne par des missionnaires. Envahir les peuples, changer leurs mœurs, leurs modes de vie, faire en sorte de modifier leurs pensées, les déplacer contre leur gré, ne sera jamais neutre. Pourquoi serait-ce neutre pour les hommes alors que ça ne l’est pas pour les animaux et les plantes qu’on déplace contre leur gré et que l’on traite très souvent, et à juste titre, d’invasifs, d’envahissants ou de perturbateurs ? Perturbateurs de la biodiversité ? N’en faisons-nous pas partie de cette biodiversité ? N’en sommes-nous le principal maillon et celui qui la perturbe au plus haut point ? Aujourd’hui, le boomerang de la colonisation européenne qu’on avait lancé voilà bientôt deux siècles nous revient dans la gueule. Si l’Europe a connu deux « guerres mondiales » successives, dont elle a été l’épicentre, voilà maintenant plus de 70 ans que la paix est revenue, et bien évidemment et par la logique des choses, elle est devenue l’Eldorado à atteindre coûte que coûte pour bon nombre de populations de tout horizon et plus particulièrement pour celles que l’on avait colonisées. Or, on voit bien pourquoi les peuples sont amenés à bouger d’un continent à un autre : explosion démographique planétaire, guerres, famines, maladies, pauvreté, recherche d’emplois et surtout le désir d’aller vivre sous de meilleurs auspices ou plus simplement dans un monde meilleur. Or, si la mondialisation à marche forcée est une réalité, on sait tous que l’Eldorado n’est qu’un mythe et rares seront ceux qui trouveront l’or tant espéré ! Les richesses ne se partagent pas, elles prospèrent chez les riches ! Dans les pays où le métissage commence à dater ;  comme au Brésil par exemple ; où l’on pourrait penser que le pays est homogène grâce à son immense diversité de couleurs et de mélanges de peuples venus de différents horizons, le mythe d’une nation métissée harmonieuse fait « flop » dès lors que l’on analyse certaines statistiques. C’est ainsi que 5% seulement des métis et des noirs occupent des postes de responsabilités, 70% des 10% les plus riches sont blancs tandis que 74% des 10% les plus pauvres sont noirs. Outre, ces aspects-là, les plus graves sans doute, on voit bien les difficultés que présentent certaines communautés pour s’intégrer à cause d’une religion ou de coutumes bien différentes, pour ne pas dire de civilisations plus archaïques, comme l’affirment certains. Chacun veut garder sa peau considérant qu’elle est un avantage ou un privilège mais malgré tout les croisements s’effectuent. Quand à ceux qui sont là depuis très longtemps, il voit arriver à contrecoeur et comme des envahisseurs tous ces peuples venus dont ne sait d’où ? Ils les voient arriver d’autant plus d’un mauvais œil que ces nouveaux venus arrivent avec leurs différences et leurs problèmes, la plupart du temps en engendrent de supplémentaires, sans pour autant que leurs pays d’origines retrouvent la quiétude, la paix ou la prospérité permettant un éventuel retour au bercail. Nos politiques, toujours très laxistes, ne font rien et de ce fait rien ne bouge et tous les nouveaux venus restent la plupart du temps sur place ! Or, il est évident que si rien ne change, si les richesses ne sont pas mieux partagées, on ne peut pas accueillir toute la misère du monde ou alors nous irons à la catastrophe. Or, depuis l’Antiquité et après le Moyen-Âge, l’Europe, continent de l’itinérance, n’a connu que des migrations intra-européennes (celtes, germains, scandinaves, slaves, etc….) puis les deux guerres mondiales ont créé leurs lots de migrants et de réfugiés (polonais, russes, arméniens, italiens, espagnols) plus faciles à assimiler et à intégrer car de convictions chrétiennes pour la plupart, avec une peau blanche et des modes de vie similaires. Or, c’est bien connu, ne pas être pareil fait peur. Les différences font peur. L’Homme est ainsi fait et les mentalités ne changeront pas facilement et ce d’autant si les problèmes s’amplifient comme il est à craindre. Au-delà de cette crainte, il est certain que nous perdrons quantité de nos valeurs, de nos repères, de nos coutumes et en un mot de notre Histoire, car comment expliquer à des gens venus d’autres continents et en trop grand nombre, qu’au début, dans ce qui allait devenir la France, il y avait des Gaulois récalcitrants qui se battaient déjà contre des envahisseurs romains pour défendre leur territoire ? Comment leur dire que Pépin le Bref, Charles Martel et Charlemagne repoussaient leurs ancêtres à cause de leur frénésie à envahir notre pays et surtout de le faire avec de violentes razzias ?

     

    Voilà la réalité telle qu'il faut la regarder en face. La regarder ne suffira pas à changer les choses. Aujourd’hui, on vit dans un monde en constantes mutations, mutations de plus en plus accélérées de surcroît ou l’humain n’est qu’un pion sur l’échiquier planétaire. Il suffit d’écouter les politiques et les économistes quand ils nous parlent à la TV pour comprendre que tout se calcule et se mesure en termes macro-économiques et financiers. Argent, croissance, développement, production, productivité, intérêts, bénéfices, dividendes, ratios, quotas, géostratégie… voilà les mots que l’on entend quelque soit le sujet évoqué. L’humain est le plus souvent oublié des débats.

     

    Si les publicitaires pouvaient vendre de la crème à bronzer à des noirs, ils le feraient sans aucune hésitation et aucun scrupule car ce qui compte pour eux ce n’est pas la couleur à obtenir mais l’argent à gagner !

     

    Alors si la peau et sa couleur ont si peu d’importance, il faut garder en mémoire, que la plupart des gens tentent d’être bien dans la leur voire de la sauver dans le pire des cas !


    votre commentaire
  • Ce diaporama est agrémenté par plusieurs musiques du compositeur mexicain Ernesto Cortázar II (piano)

    Le Circuit de la Matte (Mata) (1.205 m) depuis Urbanya (856 m)

    Le Circuit de la Matte (Mata) (1.205 m) depuis Urbanya (856 m)

    Pour agrandir les photos, cliquez dessus. 2 fois pour un plein écran


    En ce vendredi 31 mai 2019, je suis à Urbanya et j’ai plusieurs raisons pour accomplir cette balade, que finalement je vais intituler « le Circuit de la Matte (Mata *) ». La première de ces raisons est que quelques jours auparavant, j’ai appris la réhabilitation d’un sentier que je n’ai jamais réussi à emprunter, sentier faisant la jonction entre « la Devesa » et le col de Marsac, lieux-dits mentionnés sur la carte I.G.N. La deuxième raison est que cette toute fraîche réouverture m’offre l’occasion d’inventer de nouvelles balades ; dont celle-ci ; laquelle nouvelle balade va me permettre de cheminer une belle partie du Tour du Coronat, très chargé d’heureux souvenirs et accompli voilà déjà 12 ans. Enfin, et c’est la dernière raison ; sans doute la plus séduisante ; l’envie de marcher est là, celle d’aller à rencontre de la Nature aussi et enfin la distance et le dénivelé relativement modestes correspondent bien au temps que je veux y consacrer, c'est-à-dire un après-midi, entier si nécessaire. Rien ne me retient, et comme Dany ; scotchée devant un très bon roman ; n’a pas le désir de marcher et donc de m’accompagner, il ne me reste plus qu’à préparer un petit sac à dos. Un peu d’eau et quelques victuailles, histoire d’éviter d’éventuels coups de mou, un bâton de marche, sans oublier surtout mon appareil-photo et me voilà fin prêt. Les cloches de l’église sonnent et il est déjà midi tapant quand je quitte ma petite maison. La direction à prendre est justement l’église Saint-Etienne et la piste qui démarre juste devant. C’est la piste DFCI CO60. Dans l’immédiat, je descends ma ruelle puis longe la rivière Urbanya. Si droit devant moi, c’est d’abord un pic du Canigou encore un peu enneigé qui attire mon regard et l’objectif de mon appareil-photo, la deuxième photo est, elle, beaucoup plus compliquée. Il s’agit d’un Cincle plongeur jouant dans la rivière. Comme son nom l’indique, cet oiseau adore l’eau mais ce que son nom ne dit pas, c’est qu’il aime tant l’eau qu’il est capable de disparaître sous sa surface. Le temps d’une photo, et encore d’assez loin, et le volatile a déjà disparu, sans trop que je sache où ? Je poursuis. Un Serin posé sur un fil électrique, lui, est plus docile devant mon appareil-photo. Voilà le panonceau annonçant la piste DFCI CO60. De cette piste, je n’ai pas encore accompli 100 mètres que trois éléments marquent mon esprit. Le premier d’entre eux est la beauté flamboyante du chemin grâce aux genêts fleuris qui l’encadrent très souvent. Plus je vais m’élever et plus il y en aura. Le deuxième, moins surprenant, c’est l’incroyable quantité et variétés de papillons, pas toujours facile à photographier d'ailleurs. Enfin, le dernier est l’étonnante et inespérée présence des oiseaux. Moi, qui suis toujours le premier a dénoncé la raréfaction des oiseaux de nos contrées, là je l’avoue je suis très agréablement surpris. Je ne m’y attendais pas. En moins de 100 mètres, et outre le Cincle et le Serin déjà enregistrés, je réussis à photographier quatre oiseaux de quatre espèces bien différentes. Et quels oiseaux ! C’est d’abord un Pouillot (j’apprendrais plus tard en analysant la photo qu’il s'agit d'un Pouillot de Bonelli), puis un pic épeiche, une buse variable et enfin un coucou, tous des oiseaux plus ou moins migrateurs, avec des habitudes de migration très disparates, mais habituellement très difficiles à observer, et donc à photographier. Toutes les photos ne sont pas parfaites mais elles sont là enregistrées dans mon numérique. Je me dis que de voir tous ces oiseaux et bien d’autres que je ne parviens pas à photographier est déjà hyper satisfaisant ! Et surtout, je me dis qu’aujourd’hui la chance est avec moi Je ne crois pas si bien dire ! Finalement, j’atteins l’épingle à cheveux de le Devesa, virage où il me faut quitter la piste forestière pour ce fameux sentier réhabilité. Ne trouvant pas immédiatement le balisage jaune que l’on m’a indiqué (il monte à droite au milieu des genêts et des roches de schistes), je fais le choix de descendre vers le Correc de la Coma. Je connais bien les lieux et ce petit sentier qui descend dans ce vallon creusé par le minuscule ruisseau, affluent de la rivière Urbanya. J’y viens parfois m’y promener, prétexte à surprendre la faune et à tenter de la photographier ou bien à cueillir quelques pommes sauvages, si délicieuses une fois cuites en compote. Sans aucun problème, je remonte le ru jusqu’à atteindre un très vieux chemin creux encadré de grosses pierres sèches. Le chemin est en partie défoncé mais le balisage jaune est bien là et à vrai dire, je m’en doutais un peu. Voilà donc le chemin réhabilité ! Il se poursuit puis tourne en s’élevant dans une sombre forêt d’épicéas. Ce sont bien ces épicéas-là qui jusqu’à présent avaient été un obstacle pour atteindre le col de Marsac. Depuis leur plantation dans les années 70, ces arbres ont énormément grandi, au point que leurs branches les plus basses ; toujours sèches par absence de photosynthèse, et donc acérées comme des poignards ; constituaient une véritable barrière au sentier qui avait été ouvert antérieurement. Depuis sa réhabilitation, ces branches-là ont été coupées, le balisage jaune repeint et de très nombreux cairns en jalonnent le tracé. C’est surtout à ces derniers qu’il faut prêter attention car le sentier s’élève peu à peu au fil des terrasses supportant la plantation artificielle. Un peu plus haut, au milieu d’une sévère montée cailloutée, on délaisse le bois d’épicéas au profit d’un autre sentier filant à l’oblique et en balcon au-dessus d’un bois de feuillus. Les oiseaux sont bien présents ici aussi et j’y photographie une mésange charbonnière. Peu de temps après, c’est un autre bois qui se présente, avec encore des épicéas mais avec bien d’autres résineux mais aussi des feuillus. Le col de Marsac est là, et mon arrivée est ponctuée par l’envol d’une compagnie de perdrix rouges impossibles à photographier tant ils me surprennent. Très belle clairière et royaume des genêts, les papillons y sont encore plus nombreux que nulle part ailleurs et les chemins que j’emprunte sont de véritables sanctuaires à lépidoptères. Seul problème ? Peu parmi eux se posent à cause d’un bon petit vent du nord qui semble les perturber. Avant de poursuivre, je m’éloigne du col, direction le petit mamelon qui le domine et que le cadastre appelle le Sarrat de Marsac.  Ici, c’est l’endroit le plus propice pour profiter des vues s’entrouvrant à presque 360 degrés : Vallon d’Urbanya, Serrat de la Font de la Barbera, Serra Gran, Serra de Miralles, Serrat d’Estarder, Pla de Vallenso, Roc de Jornac, vallons de Conat et de Nohèdes, massifs du Canigou et du Coronat, puig d’Escoutou, pics de la Pelade,  pics de la Serra, du Lloset, de la Moscatosa, de Portepas et del Torn, autant de panoramas sublimes, lieux de tant de balades déjà accomplies et donc de souvenirs agréables. Au-delà de ces visions, je pourrais presque imaginer d’être le seul survivant d’un monde certes beau mais complètement chamboulé, tant seule la nature est visible où que je me tourne. Et quelle nature ! Ici, les structures élevées par la main de l’homme ont quasiment disparu et peu importe où mon regard se pose, je suis toujours face à d’extraordinaires façonnages géologiques, espèces d’alchimies prodigieuses car jamais pareilles, modelées par on ne sait quel monstre titanesque venu des entrailles de la Terre.  Oui, où que mon regard se porte, c’est constamment sur les résultats étonnants d’accidents tectoniques et fantastiques d’un autre temps. Vallons, ravins et ravines, tertres, buttes et mamelons, montagnes acérées et collines arrondies, plaines, plateaux, prairies et cols, falaises, dents, rochers, le tout le plus souvent approprié, voire au pire couronné, par une végétation verdoyante mais pourtant toujours très inégale. De cette végétation exubérante, de rares affleurements rocheux mais de toutes formes, blancs, ocres, bruns ou roux parviennent à s’extraire. Mais on ne sait par quel miracle ? Quelques photos-souvenirs, d’autres à la pelle mais pas toujours réussies ; à cause de papillons et passereaux volages et capricieux ; et il est temps de repartir. Dans ce florilège de belles choses, seule la météo me contrarie. En effet, de gros nuages gris arrivent en nombre du Capcir et s’amoncèlent sur le Massif du Madres. Comme pris dans un entonnoir, certains petit cumulus blancs arrivent finalement à passer la montagne et filent vers l’est, poussés par une brise fraîche venant du nord. Cette brise, c’est probablement ce que les Cerdans et les Capcirois appellent le « carcanet ». Vers l’est, c’est vers moi et je vois arriver peu à peu tous ces nuages avec l’appréhension de ne pas pouvoir finir agréablement cette balade, mais surtout d’être enveloppé dans ce frisquet carcan où le nom de ce vent trouve ses origines. Après quelques minutes de réflexions, je prends la décision de continuer. Je quitte mon beau perchoir. Immédiatement et de plus en plus nombreux, les genêts flamboient de toutes parts en escortant le chemin. Désormais, je file vers la Mata, cette ample zone très boisée que coupe en deux l’ancien itinéraire du Tour du Coronat. De ce tour et de ce chemin, qui m’avaient vu passer en 2007, je ne garde que de très bons souvenirs et ce malgré une météo qui à l’époque avait été encore plus désagréable qu’aujourd’hui.  Toujours aussi herbeux qu’il y a 12 ans, et donc plaisant à cheminer, je retrouve avec bonheur ce même itinéraire montant le plus souvent au sein d’une merveilleuse forêt. Merveilleuse car si diversifiée en terme d’essences, et surtout, avec de hautes frondaisons formant d’immenses voûtes ombragées. J’ai parfois l’impression que c’était hier tellement ces douze années sont passées si vite. De me retrouver dans cette même gigantesque cathédrale végétale ne me laisse pas indifférent. A mes souvenirs, et à cette beauté environnante, mais toujours pour le plaisir des yeux, s’ajoutent les majestueux sapins, refuges des petites mésanges nonnettes, noires et huppées et des roitelets. Ici, les grands sapins côtoient bien d’autres habitats mixtes comme les landes de genêts ou de bruyères, les fougères, les broussailles et bien d’autres feuillus tels que les frênes et les merisiers où se reproduisent bien d’autres oiseaux. J’extrais de ma poche quelques graines pour oiseaux que j’ai cru bon d’emporter et les jette au milieu du chemin. Je m’éloigne un peu en me dissimulant, m’assieds et attends tout en grignotant quelques biscuits. Rien ne se passe alors j’observe de gros cumulus filant vers l’est. Comme je le fais souvent sur ma terrasse, couché sur un transat, j’essaie de trouver des formes qui me parlent puis je tente de les photographier. Là, à cet instant, c’est quasiment une merveille qui se produit sous mes yeux. Un mystère ou un miracle ? Les deux peut-être ? Alors que j’observe un nuage plutôt arrondi mais tout de même informe, j’ai le vague sentiment qu’il va se passer quelque chose. Appareil-photo prêt à être enclenché, c’est avec un étonnement incroyable, mais constamment croissant et de plus en plus énorme que j’assiste à une véritable métamorphose de ce nuage. Difforme au préalable, puis faciès de singe ensuite, je constate qu’un visage commence à se former. Oui, une tête humaine de profil prend formes très rapidement, avec des contours de plus en plus éclatants, avec des cheveux bouclés, un front, une bouche, un nez pointu devenant de plus en plus précis, une narine, une oreille.  Je zoome en enchaînant les clichés de crainte de perdre une seule miette de cette « évolution d’une espèce » que Darwin aurait sans doute appréciée à sa juste valeur. Sauf qu’ici, cette évolution est très éphémère et s’étiole aussi vite qu’elle est arrivée. Le visage disparaît et avec lui ce beau profil enfantin. J’en suis presque triste comme si j’avais assisté en direct à une disparition. J’ai été si troublé par cette vision que j’en avais presque oublié mes graines. Pourtant, ça tombe d’autant mieux qu’une mésange nonnette vient d’arriver à la tablée que j’ai tout spécialement organisée. Puis, au bout de quelques minutes, c’est une deuxième et une troisième et finalement elles paraissent tomber du ciel. Dans la variété de graines, seules les graines de tournesol semblent les intéresser. Elles en prennent une dans leur bec et vont la casser plus haut ou plus loin sur une branche. Puis le spectacle se poursuit. Pas d’autres oiseaux en vue que des nonnettes, alors je repars avec quelques photos mais tout heureux de ces deux superbes spectacles successifs que je viens de vivre. Si j’ai perdu plus d’une heure, à bien y réfléchir je l’ai amplement gagnée avec ces scènes de la Nature que si peu de personnes ont la chance d’observer ! Quand sur ma droite, la forêt disparaît, c’est pour mieux m’offrir des panoramas éblouissants sur la vallée d’Urbanya. Si en 2007, je me souviens avoir aperçu deux sangliers, cette fois-ci, c’est une expérience encore plus étonnante et surtout unique que je vis. Celle d’un daim que je surprends dans son sommeil. Si je dis « daim », c’est à cause de sa robe roussâtre amplement tachetée de blanc. Enfin « daim » ou peut-être plutôt « daine » car l’animal n’a pas de bois ? Le cervidé est en contrebas de la piste, couché au pied d’un arbre à une dizaine de mètres de moi seulement. Seules ses oreilles remuent, sans doute importunées par quelques mouches qui agacent l’animal. Mes photos sont loin d’être abouties car l’animal est à l’ombre et qui plus est, j’ai un arbuste devant moi qui empêche une mise au point parfaitement opérante. Dès que je l’ai aperçu, je me suis assis au bord du talus, mais désormais j’ai la crainte de bouger au risque de voir l’animal s’enfuir. Au bout de quelques minutes, et même sans avoir bougé, le daim a sans doute compris qu’il y avait une présence non loin de lui. Toujours couché, il relève simplement la tête, les yeux encore étrangement clos sur le rapproché photo que je suis entrain de faire de lui. Tel un périscope, il tourne sa tête dans tous les sens et presque continuellement, sans pour autant m’apercevoir car l’arbuste qui me gêne pour le photographier, le gêne lui aussi dans sa perception. Je m’y cache derrière, immobile, dès lors qu’il regarde vers moi. Tranquillisé, il se recouche. Ce manège se poursuit puis carrément s’éternise, mais finalement il a bien compris qu’il était observé. Moi, je ne peux plus guère le photographier sans prendre le risque de l’effrayer. Quand il s’ouvre, l’objectif de mon appareil-photo émet un petit sifflement et idem à chacune de mes photos. Au bout de longues minutes de cette magnifique observation, je prends le risque d’une nouvelle photo. Je n’aurais pas dû ! L’animal se redresse, m’aperçoit cette fois et d’un bond extraordinaire détale comme si elle avait vu le diable en personne.  Je tente bien de photographier cette course folle mais la vitesse de l’animal plus les arbres où il slalome sont des désavantages impossibles à maîtriser. Alors que je la vois disparaître dans la forêt et à l’opposé de la piste où je me trouve, quelle n’est pas ma surprise de le voir revenir vers moi mais à une trentaine de mètres sur ma droite. Il s’arrête une dernière fois avant de décamper, temps néanmoins suffisant pour deux dernières photos, malheureusement pas trop géniale car au milieu des arbres et sans prendre le temps d’une mise au point qui aurait été forcément nécessaire. Amplement ravi néanmoins de cette observation, je repars en me souvenant qu’ici à Urbanya, il m’est arrivé de réveiller des cervidés des dizaines et des dizaines de fois ; dormant dans des genêts, des ronciers ou des fougères ; mais jamais encore je n’avais eu l’occasion d’une vision aussi précise et aussi longue. Habituellement, ce sont eux qui me surprennent mais aujourd’hui la surprise a changé de camp. Oui, aujourd’hui, la chance me sourit. Elle me sourit encore avec la vision d’un petit rhinolophe au lieu-dit Les Cortals, vieilles ruines dans un sombre sous-bois. Il n’y en a qu’un alors je prends deux photos et le laisse en paix. A l’instant où je parviens à l’intersection d’un chemin filant vers le col de la Serra, les souvenirs ressurgissent avec la vision d’un très vieux balisage jaune et rouge très effacé, qui ne peut être relatif qu’à l’ancien GRP Tour du Coronat dont le tracé avait été créé en 1982. En 2007, et alors que ce tour n’existait déjà plus, j’avais très souvent recherché en vain ce balisage bicolore. Là aussi, quel bol de retrouver un balisage vieux de 37 ans ! Peu de temps après, c’est un couple de loriots se poursuivant dans des grands frênes qui j’aperçois furtivement. Avec l’arrivée au lieu-dit la Travessa, ici se terminent le tronçon du Tour du Coronat et l’agréable chemin herbeux déjà cheminé en 2007. Si je n’ai pas eu trop le temps de me remémorer les vieux souvenirs de cette étape qui m’avait mené de Nohèdes au Refuge de Callau, je le dois en grande partie à cette Nature, constamment présente, qu’avec beaucoup de chance j’ai pu observer aujourd’hui. Outre les cathédrales végétales et le balisage effacé, seules quelques vaches têtues accompagnées de leurs jeunes veaux candides, et donc peureux, obstruant le chemin m’ont rappelé ce temps jadis. Il me faut rejoindre Urbanya et la plus simple possibilité étant la piste terreuse qui y descend, j’ignore tous les raccourcis que je connais. Pourtant au dessus de ma tête, le ciel est désormais carrément coupé en deux. Gris ou très gris vers le nord et encore très bleu partout ailleurs. Au dessus de ma tête, c’est gris clair. Je me dis que s’il vient à pleuvoir, la piste sera certainement plus praticable que des raccourcis dont je ne sais jamais s’ils sont régulièrement débroussaillés. Si je presse un peu le pas, c’est seulement à cause de cette météo qui se gâte, mais ce n’est pas pour autant que j’en oublie de photographier la faune et la flore. Toutes deux continuent d’être omniprésentes avec beaucoup de fleurs nouvelles et toujours des papillons et des oiseaux en très belle quantité. La chance est encore là, avec une nouvelle fois les photos surprenantes d’un Torcol fourmilier pendant son chant nuptial. Je dis une nouvelle fois, car j’ai photographié ce même oiseau « rare » il y a seulement quelques semaines lors du « Circuit des Sources de l’Agly et de la Sals ». Pinsons, serins et merles en grand nombre, des fauvettes refusant tout cliché, quelques mésanges, geais et bruants, des rapaces dans les cieux, des rouges-queues noirs, des moineaux et des hirondelles près des habitations, l’ornithologue amateur que je suis est enjoué de cette renaissance de l’avifaune, même si je ne parviens pas à toute la photographier. Pourvu qu’elle dure et dans le temps ! Comme je l’ai déjà fait à diverses reprises, je note que certains passereaux s’approprient certains étages altitudinaux ou végétatifs et jamais d’autres. C’est ainsi que je finis par apprendre que j’aurais beaucoup plus de chance de photographier tel oiseau à tel endroit ou dans tel type d’habitat. Il est 17h15 quand je retrouve ma petite maison. Comme très souvent, le gros des nuages est resté bloqué sur le Madres et côté Capcir, et par bonheur pour cette fois, il n’a pas plu sur le vallon d’Urbanya. L’été, quand le potager doit être arrosé et que j’assiste à ce même phénomène météo, je prie pour que tombe la pluie mais le plus souvent, il ne pleut pas non plus. C’est la frontière entre Capcir et Conflent, frontière géographique que la pluie refuse de passer tel un voyageur qui n’aurait pas son visa.  Quand j’arrive, Dany a toujours le nez plongé dans sa liseuse mais elle prend néanmoins le temps d’écouter tout ce que j’ai à lui dire à propos des oiseaux, des papillons, de la chauves-souris et surtout du daim. Photos à l’appui, je lui raconte dans le détail ma longue observation mais quand je termine de parler, elle ne trouve rien d’autre à dire que : « quand je marche avec toi, je ne vois jamais rien ! ». Je lui réponds : « justement, c’est parce que tu es avec moi qu’on ne voit rien ! ». « Il faudra que tu me la fasses faire cette balade ! » ajoute-t-elle. Je lui promets de l’emmener, dès cet été quand nous serons en vacances ici, mais sans garantie que nous observerons autant la Nature. La Nature n’est-elle pas aussi capricieuse qu’une femme ? Ainsi se termine ce court mais merveilleux « Circuit de la Matte ». Telle qu’accomplie et expliquée ici, cette balade est longue de 8,8 km pour des montées cumulées de 666 mètres. Le dénivelé est de 349 mètres entre le point le plus bas à 856 m à Urbanya et le plus haut à 1.205 m à proximité du lieu-dit La Travessa. Bien sûr, je vous dispense du temps que j’ai mis pour l’accomplir car vous l’avez sans doute compris, la course en montagne ne faisait pas partie de mes objectifs. Le plus important était de « mater » ! La Nature, il va sans  dire ! Je profite de l'occasion qui m'est donnée ici pour remercier Josette d'Urbanya, car c'est elle qui m'a informé de la réhabilitation du sentier menant de la Devesa au col de Marsac et un grand merci bien sûr à toutes les personnes qui ont oeuvré à cette réouverture. Cartes I.G.N 2348 ET - Prades – Saint-Paul-de Fenouillet  Top 25.

    (*) Toponymie du mot « mata », « matte une fois françisé » :

    Concernant la toponymie du mot « mata », le mieux est de se référer à la toponymie du nom de la commune de Matemale que l’on trouve sur le site Wikipédia. C’est ainsi que l’on peut lire que «  le terme « mata » est issu du pré-latin « matta », désignant des fourrés de buissons et d'arbustes (Lluis Basseda), avant peut-être de désigner la forêt qui entoure le village, jadis objet d'intérêt des rois d'Aragon puis des rois de France« Malus » signifie « mauvaise ». Le tout qualifie donc un endroit rempli d'une végétation hostile, peut-être remplie de buissons épineux et, éventuellement, de bêtes sauvages. Il existait sans doute deux lieux-dits » : « Mata Mala » et « Mata ». Le nom « Mata » est repris pour la forêt de la Matte, forêt plantée par l'homme à l'époque moderne ». Il s’agit donc clairement d’une toponymie très ancienne, puisque l’on peut lire aussi : «  Le nom « Matamala » apparaît dès 965  et demeure par la suite sous cette forme, bien que l'on trouve aussi Mathamala en 1358. En catalan, le nom de la commune est « Matamala ». Je note que dans l’ouvrage « Toponymie Générale de la France - 1990 » d’Ernest Nègre, ce dernier se démarque un peu en mentionnant que le nom « Matemale » équivaudrait pour « mata » à « un tronc d’arbre sur lequel poussent des rejetons près de terre » et « mala » « mauvaise ». Il tient cette information du « Diccionari general de la llengua catalana-1931  » de Pompeu Fabra, célèbre linguiste espagnol. Une « mata » ou « matte » en français ; bien que cette signification n’ait jamais été retenue par aucun des principaux dictionnaires nationaux (*) ; serait donc un lieu planté de broussailles, si l’on veut faire simple. Cette notion est d’ailleurs retenue par la plupart des toponymistes et confirmée par exemple par André Pégorier dans son ouvrage « Les noms de lieux en France – Glossaire des termes dialectaux » où l’on peut lire qu’une « mate », « mate », « matte », ou encore « mathe », variante en occitan, nom féminin correspond à « hallier »,« cépée », « fourré » et que « matas », nom masculin en ancien français est un « buisson », « hallier », « haie », « broussailles ». Il faut toutefois noter, dans ce même ouvrage, les nombreuses et autres significations données au mot « matte » et selon les régions. Ainsi, dans les Vosges, c’est une « clairière gazonnée au milieu d’un bois », à Marseille, « des hauts fonds vaseux et sableux couverts d’herbes », dans le Poitou et le Saintonge, « le nom donné à des bosses de marais les plus larges consacrées à la culture ». Comme on le voit, rien n’est simple et on comprend mieux pourquoi aucune de ces significations n’aient été retenues en français ! Maurice Prat dans son article consacré à ses « Recherches de toponymie pyrénéenne - 1944 » indique que la « mata » serait un « bosquet » ou un « taillis ». Le site Généanet est lui plus catégorique quand il s’agit de fournir une origine et une étymologie au nom de famille « Mata », car selon eux, il désigne un « bosquet » et surtout pas un « buisson ». En poussant mes recherches un peu plus loin, j’ai également trouvé d’autres significations selon les régions et leurs langues ; occitan, provençal, gascon ; comme « bois », « petit bois, « touffe » (Charente-Maritime), « hallier épais », « gros buisson » dans l’ensemble des Pyrénées. Idem avec « matet » signifiant « un terrain couvert de buissons » en Gascogne. Idem avec « mato » signifiant « touffe serrée » et « buisson » en provençal et « touffe d’herbe » et « cépée de jeunes arbres » en languedocien mais seulement « buisson » dans le Gers. Notons que dans des zones marécageuses et inondables de la vallée de la Garonne, une « mata » désigne également une levée de terre artificielle faisant office de digue. Dans d’autres régions occitanes, elle est une « butte » ou un « tertre ».

    En résumé, il est nécessaire de revenir dans les Pyrénées-Orientales, ou en tous cas dans les Pyrénées, pour affirmer que le mot originel « mata » désignait un bosquet très broussailleux sans doute bas et inaccessible d’accès. Toutefois, dans le cas qui nous intéresse, c’est-à-dire ici à d’Urbanya, il semble que la signification ait évoluée au fil du temps et désigne désormais la forêt, forêt se trouvant versant ubac de la vallée et qui a été plantée au siècle précédent. Ce constat est confirmé par l’analyse que j’ai pu faire des différentes cartes que l’on trouve sur le site Géoportail. En effet, j’ai pu constater par moi-même que le lieu-dit mentionné « Mata » que l’on trouve sur les cartes IGN modernes n’existe pas sur les cartes plus anciennes (Cassini, Etat-major, 1950). Il en va de même pour d’autres lieux des P.O. où les mots « mata, mate ou matte » sont présents. Comme déjà indiqué, c’est aussi le cas à Matemale avec la forêt de la Matte, mais également au pied du Canigou, tout près du refuge de Mariailles avec « Les Mattes rouges et le matte vert » pour ne citer que ces quelques exemples que je connais le mieux. Voilà ce que l’on peut dire de cette toponymie. (*) Dans le dictionnaire Larousse.fr, une « matte » est une « substance métallique sulfureuse résultant de la première fusion d’un minerai traité et non suffisamment épuré ». La plupart des autres dictionnaires et encyclopédies en donnent une signification quasi similaire même si d’autres notions sont fournies dans sa lexicographie (lait caillé, banc de poissons semblables, fond vaseux, terme technique en judo, etc…). En tous cas, voilà un mot difficile à « mater » !

     

    .


    1 commentaire
  • Phobie or not phobie ?


     

    Phobie or not phobie ? Mais que font nos académiciens ?

    Cet été, le mot « phobie » a été plusieurs fois à la Une de l’actualité médiatique. Il y a eu en août et ce mois-ci encore, et dans les stades de foot, plusieurs manifestations « homophobes » orchestrées par quelques « Q.I d’huîtres »  dont je l’avoue, je comprends mal deux choses de la part des responsables du football français : 1 - Qu’elles aient pu engendrer une polémique stérile entre le Président de la Ligue de football et la ministre des Sports qui en étaient à se chamailler pour savoir si les matches devaient ou pas être arrêtés. 2 : Si je dis « stérile », c’est parce qu’il suffirait d’aller voir un peu ce que les anglais ont fait très efficacement pour combattre le hooliganisme et ainsi le problème de ces quelques abrutis vociférant des insanités ou brandissant des banderoles « homophobes » (ou racistes parfois) serait quasiment voire complètement circonscrit une fois pour toutes.

    Le deuxième cas m’a beaucoup plus interpellé. C’est celui du philosophe Henri Peña-Ruiz qui lors de l’université d’été de la France Insoumise a dit qu’on avait le droit d’être « islamophobe », suscitant ainsi une vive polémique dans les rangs du parti mais un peu partout aussi. Cette polémique m’a interpellé au point que j’ai dû lire au moins une bonne douzaine d’articles de grands journaux et magazines sur Internet pour tenter de comprendre pourquoi ? Peut-être suis-je idiot, mais je l’avoue, après avoir lu tous ces articles,  je n’avais toujours pas compris pourquoi cette simple phrase avait fait couler autant d’encre et suscité autant de réactions que je trouvais très souvent exagérées ? Bien que connaissant l’aspect très tabou de ce  sujet, j’en étais malgré tout à me dire « après tout dans un pays qui se prétend aussi laïque que le nôtre, pourquoi un droit aussi « basique » que celui-ci serait-il interdit ? » Et surtout, je me disais « depuis le 11 septembre 2001 et tout ce que nous avons vécu depuis au nom de l’islam, pourquoi n’aurait-on pas le droit d’avoir une crainte vis-à-vis de cette religion ? »  Alors, j’ai voulu creuser le sujet car bien évidemment je ne suis ni philosophe, ni journaliste ; sans doute pas aussi érudit ? ; mais peut-être plus « pragmatique » en ma qualité de citoyen lambda.

    En fait, tout réside dans la définition que l’on donne au mot « islamophobie ».

    Je ne sais pas quel est le niveau d’instructions nécessaire mais je suppose que beaucoup de personnes donnent au mot « phobie », du grec « phobos », la même signification que la mienne, c’est-à-dire  « la peur », « la crainte » ou « l’appréhension ». Les psychiatres, qui ont sans douté été à l’origine de l’utilisation de ce mot, y rajoutent les adjectifs « irraisonnée », « irrationnelle » « paranoïaque », mais ces mots font partie intégrante de leur métier et je ne partage pas toujours le fait qu’on les y accole presque systématiquement dans la définition. Ainsi, si on ne sait pas nager, on peut très bien, et avec raison, avoir peur  de l’eau, c’est-à-dire être « aquaphobe » sans pour autant que celle-ci soit paranoïaque ou irrationnelle. Il est vrai que si le nombre de mots avec le suffixe « phobie » est aussi important qu’il peut y avoir de peurs, force est d’avouer que ceux que je connais personnellement, je peux presque les compter sur les doigts d’une seule de mes mains. Je suis quasiment certain qu’il en est de même pour la plupart d’entre vous ? Parmi eux par exemple, je sais que la « claustrophobie » est la peur d’être enfermé dans un espace clos ou confiné, l’« arachnophobie » est la peur des araignées, la « cancérophobie » » est la peur d’être malade d’un cancer et je pourrais ainsi en citer que trois ou quatre autres de plus seulement dont j’ai la quasi-certitude d’une bonne définition. Pour moi, comme pour beaucoup de personnes, enfin je pense, il allait de soi que « l’islamophobie » était la peur ou la crainte de l’islam. Que nenni puisque selon la plupart des dictionnaires, dont le Larousse, l’islamophobie est « une hostilité envers l’islam » et « les musulmans » plus généralement. Or, on voit bien dans cette définition que si le mot « peur » a disparu, en réalité celle-ci est toujours sous-jacente mais elle a carrément changé de camp. Ce n’est plus vous qui avez peur de l’araignée mais l’araignée qui a peur de vous ! Vous n’avez plus peur de l’eau mais vous y êtes carrément « hostile ». Au point de ne jamais vous laver ou boire de ce liquide ? Je ne sais pas car je ne suis pas psychiatre ! Idem pour bien d’autres « phobies ». Avec cette définition, ce sont désormais les musulmans qui ont peur, et comme il n'y a pas de mot pour définir celui qui a peur de l'islam, on pourrait presque imaginer qu'il n'y a aucune raison à cela ! Ainsi, en panne totale de mot pour décrire cette peur, celui qui a vraiment peur n’a plus que l’hostilité ou la haine « à se mettre sous la dent ».

    Il allait de soi que j’avais tout faux !  En l’absence de mot, et donc étant complètement démuni, je ne partageais absolument pas, ni cette définition, ni cette façon de voir les choses. Pour moi l’athée, pour moi le baptisé incroyant, quelles raisons aurais-je d’être plus hostile ou plus haineux envers un musulman qu’envers un catholique pratiquant, un protestant, un bouddhiste, un juif ou un orthodoxe ? Aucune, car si je ne sais pas ce qu’est avoir la foi, je pense être suffisamment tolérant pour accepter que des personnes pensent différemment de moi, et surtout qu’ils aient la conviction que notre destin est guidé par une force supérieure qu’elles nomment « Dieu ». Pour moi, peu importe ce dieu, puisque ce dieu n’existe pas !  Comment pourrais-je être hostile envers une croyance et à des êtres fervents de celle-ci dont je pense qu’elle n’a pas de raison d’être ? Et ce d’autant s’ils vivent cette croyance dans la paix, la sérénité et dans un espace privé tranquille qui leur est propre ?

    Ce constat, une fois établi dans ma tête, et toujours avec pragmatisme, restait à savoir si j’avais des raisons valables d’avoir peur de l’islam ou des musulmans, c’est-à-dire le « droit d’être islamophobe », mais avec ma propre définition ? Celle d’une peur raisonnée ?

    Toutes ces questions tombaient d’autant mieux que j’avais encore quelques expériences toutes fraîches dans ma tête :

    La plus marquante s’était produite le dimanche 26 mai exactement, jour des élections européennes.

    Ce matin-là, Dany et moi avons prévu d’aller voter en fin de matinée. J’ai donc un peu de temps devant moi et pars faire mon loto foot dominical au tabac-presse. Avant de partir, Dany me dit « profites-en pour acheter des bananes ! ». Après mon loto, je file donc au supermarché tout proche, Leader Price pour leur faire un peu de pub, pour acheter les « fameuses » bananes réclamées par mon épouse. Alors que je suis occupé à comparer les prix et la qualité de bananes bio à celles qui ne le sont pas, j’entends parler arabe une première fois, puis une seconde fois et enfin une troisième fois, mais avec des voix et des tonalités bien différentes m’indiquant que les personnes qui parlent le sont aussi. Je lève la tête, et là, autour du rayon fruits et légumes, il y a 3 couples, d’âges bien différents, parlant l’arabe. Outre ce parler, les 3 couples ont en commun le fait que les trois femmes sont voilées et ont une longue robe (en tissu très épais pour les deux plus âgées) qui les couvrent du ras du cou jusqu’aux chaussures. Les hommes, eux, n’ont rien de particulier sur le plan vestimentaire mais les deux plus jeunes portent une copieuse barbe noire alors que le plus vieux a simplement une moustache grisonnante. Enfin, rien de très particulier les concernant et ce d’autant que la barbe est à la mode.  Il y a un couple d’une trentaine d’années, un autre ayant bien dépassé la cinquantaine et les derniers sont probablement des septuagénaires. Ils ne semblent pas se connaître et en tous cas, ni ils ne s’adressent la parole,  ni ne se regardent. Bien que très indécis, car si les bananes non bio sont très vertes mais moins chères, celles bio sont toutes petites et bien trop mûres et trop molles à mon goût. Je finis par prendre les premières en me disant qu’elles mûriront et file à la caisse. Il y a peu de monde dans le magasin, et pour être franc, il n’y a en réalité que les trois couples en question et moi, enfin selon la vision que j’ai de l’intérieur du magasin depuis la caisse. Je règle l’addition et à l’instant où je m’éloigne de la caisse, l’homme et la femme d’âge moyen arrivent à leur tour et je constate qu’ils parlent tous les deux parfaitement le français avec la caissière. Je sors du magasin avec dans ma tête bon nombre d’interrogations du style « je trouve qu’il y a de plus en plus de musulmans et de femmes voilées ? », « pourquoi parlent-ils l’arabe alors qu’ils ont fait le choix de vivre en France ? », « pourquoi les femmes s’obstinent-elles à se revêtir de la tête aux pieds, alors qu’il fait déjà très beau et très chaud et qu’une tenue plus légère leur serait obligatoirement plus confortable ? » « Cette façon d’être et d’agir n’est-elle pas la preuve d’une difficulté ou du refus de s’intégrer dans la société française ? »  Finalement, en enfourchant mon vélo pour rentrer chez moi, je me dis « arrêtes de penser à tout ça car tu es entrain de devenir « islamophobe », sachant qu’à l’instant où je me dis ça, le mot « phobe » n’a qu’une seule résonance, « la peur d’une islamisation trop importante de la France avec tout ce que cela engendre car force est de reconnaître que nos idées sont très souvent bien différentes et notamment le regard que nous avons de la femme». D’un autre côté, je sais aussi que la peur est très souvent la compagne de l’ignorance ou de l’incompréhension, voire des deux. Ici, c’est le cas car c’est une religion que je connais mal mais je crois savoir aussi qu’elle est très complexe. Preuves en sont les conflits permanents entre les sunnites et les chiites par exemple. Alors qu’ils sont censés défendre le même mot « islam », je n'ai jamais vraiment compris quelles étaient les bonnes raisons qui les séparaient.  Quand j’arrive chez moi avec mes bananes et sans doute parce que nous devons aller voter un peu plus tard, j’ai déjà oublié tout ça !

    Il faut dire qu’outre cette troublante coïncidence avec la vision de ces trois couples parlant l’arabe en un seul endroit très réduit, j’ai, en seulement quelques jours ou quelques semaines, été « confronté » à plusieurs femmes voilées et plus globalement à l’islam.

    Ainsi, la veille même des élections européennes, c’est-à-dire le samedi, j’ai appris en lisant un article qu’un parti ayant pour nom « Union des démocrates musulmans français » avait été retenu par le ministère de l’Intérieur pour se présenter au scrutin, constituant ainsi la 34eme liste. Au-delà de cet agrément étatique que je n’approuve pas ; et par le fait même que j’estime que la laïcité est un rempart pour notre démocratie, considérant que la religion et la politique ne doivent en aucun cas interférer ; de la même manière, je n’accepterais pas un parti chrétien, protestant, bouddhiste, orthodoxe ou juif se présentant à des élections françaises. Au-delà de cette réserve, ce qui m’a le plus troublé, ce sont les affirmations d’une femme musulmane appartenant à ce parti qui indiquait au journaliste qui l’interrogeait qu’elle ne trouvait pas de réponses à ses problèmes dans aucun des 33 autres partis. Alors bien sûr, et le journaliste ne lui ayant pas posé la question, je me demandais « mais quelles réponses attendait-elle au juste ? » « Que toutes les femmes françaises portent le voile comme elle le portait elle-même ? » « Que plus aucun français ne mange du porc ? »  « Que tous les français adoptent l’islam comme religion ? ». Non, franchement je ne comprenais pas ce qu’elle attendait alors qu’un choix immense d’autres partis avec des motivations et des programmes bien différents lui était offert ! « Cette réponse, n’était-ce pas plutôt un refus catégorique de nos principes sociétaux et républicains ? ». J’en étais quasiment convaincu.

    Quelques semaines auparavant et suite à un examen que je devais passer à l’hôpital, je me suis retrouvé avec deux très jeunes femmes voilées dans un ascenseur. Elles avaient une vingtaine d'années. A vrai dire, quand je suis entré dans l’ascenseur, j’étais tout seul et la porte était déjà entrain de se refermer quand elles sont arrivées. A cet instant, par élégance ou courtoisie, appelons cela comme on veut, je me suis précipité entre les deux portes pour qu’elles puissent entrer avant la fermeture totale et pour qu’elles n’aient pas à attendre un autre ascenseur. Là, ayant été cogné violemment par une des deux portes, et alors que je reculais déjà vers le fond de l’ascenseur en me tenant l’épaule pour les laisser entrer, les deux jeunes femmes se sont mises à parler l’arabe puis aussitôt à éclater de rire en me regardant. D’emblée, j’ai mis ça sur le compte de leur jeunesse mais comme elles continuaient de parler en arabe et à m’observer sans jamais baisser les yeux sauf pour se jeter des regards d’acquiescements partagés, j’ai très vite changé d’avis.  Pour parler franc, pendant toute la durée de ce petit voyage qui nous amenait du rez-de-chaussée vers le 4eme étage,  j’avais le vague sentiment qu’elles se foutaient de ma gueule, qu’elles étaient arrogantes et surtout j’étais plutôt choqué de ne pas avoir entendu le moindre merci. Non, je n’entendais que des éclats de rire et des paroles dont je ne comprenais rien. De ce fait, je me sentais un peu humilié et je l’avoue j’étais passablement énervé. Par bonheur, le 4eme étage arriva très vite et nous prîmes des chemins opposés.  J’aurais pu en rester là mais après m’être enregistré à l’accueil du service en question, je suis entré dans la salle d’attente. Là, il y avait une autre femme voilée qui avait sans doute la cinquantaine. Or mis son voile, elle était habillée normalement, c’est-à-dire comme une « européenne », si je peux me permettre cette formule. Elle parlait arabe dans son téléphone mobile sans aucune discrétion. La plupart des autres personnes ; trois ou quatre seulement, je ne me rappelle plus exactement ; avaient également le nez plongé dans leur smartphone et ne semblaient pas y prêter cas, trop absorbées qu’elles semblaient être. Toutefois, une autre femme voilée, toute vêtue de noir de la tête aux pieds entra, et là, les regards se firent plus suspicieux et ce d’autant plus que les deux femmes entamèrent un dialogue encore en arabe sans plus de pondération. On m’appela pour l’examen et pour moi, la scène se termina ainsi.

    Quelques jours plus tard, et alors que nous avions amené notre petite-fille jouer dans un parc pour enfants, là encore nous fûmes en quelques minutes entourés de femmes pour la plupart toutes voilées. La plupart parlaient l’arabe entre-elles mais quelques-unes, mais pas toutes, utilisaient le français pour s’adresser aux enfants. Si je ne trouvais rien de trop étonnant à cela car le quartier en bordure de la rivière est bien connu pour héberger cette communauté, il y avait parmi tous les enfants, deux ou trois très jeunes fillettes qui étaient entièrement voilées elles aussi. Cet aspect-là des choses me choquait et il me choquait d’autant plus que ce n’était pas toutes les petites filles qui étaient habillées ainsi. Je me disais que fatalement cette différence, pour ne pas dire discrimination, aurait sans doute des effets néfastes dès lors qu’elles seraient plus grandes. Enfin, ça c’était mon avis purement personnel.

    Comme on le voit et en peu de temps avant cette polémique sur le droit ou pas d’être « islamophobe », voilà les quelques expériences, plus quelques autres encore plus banales que j’avais vécues.  Rien de bien méchant bien sûr, mais simplement cette petite crainte d’assister à un fort développement, pour ne pas dire banalisation, de cette religion sans pour autant y trouver cet effort d’intégration nécessaire faisant de toutes ces personnes que j’avais croisées de « futurs et véritables français » comme nous l’avions connu jadis avec les Espagnols, les Polonais, les Italiens, les Russes, les Arméniens et que sais-je encore. Oui, je l’avoue et même s’il ne faut sans doute pas mettre tous les « musulmans dans le même panier », je préférerais que tous ces gens acceptent plus clairement notre façon d’être, nos traditions, nos lois et nos coutumes. Oui voilà ce que j’aimerais. Voilà quel est en général mon état d’esprit à propos de l’islam et des musulmans. Peut-on appeler ça de l’hostilité ?  Le mot me paraît trop violent. Deux éléments médiatiques récents m’avaient néanmoins heurtés à propos de l’islam et des musulmans de France. Le premier concernait le président américain Bill Clinton, lequel l’an dernier avait affirmé à nos médias que « 10% de votre population sont des musulmans nés dans d’autres pays » ajoutant, « vous allez devoir faire face à ce genre de problèmes  pour un bon moment »  (il évoquait le terrorisme dont la France était victime).  La plupart des médias, toujours enclin à une pensée unique avaient rejeté en bloc ses dires. Pourtant, n’avait-il pas été suffisamment bien placé pour affirmer ce qu’il disait ou était-il un bonimenteur ? Si on répondait oui à cette dernière question, quel était son intérêt à de telles affirmations ? Personnellement, j’avais tendance à le croire. Le deuxième élément était un article que j’avais lu sur Médiapart à propos d’une enquête américaine effectuée en Europe et donc en France sur ce sujet si « tabou ». Outre le fait que la  France était déjà le pays à compter le plus grand nombre de musulmans, je trouvais les projections prévisionnelles de cet institut absolument effarantes puisqu’il indiquait que la population musulmane française (et européenne) aurait sans doute plus que doublée voire plus d'ici 2050 et ce, selon différents scénarios plutôt très optimistes. Je me disais que ne connaissant pas les chiffres actuels car les statistiques françaises n’existant pas, ces prévisions allaient dans le sens de ce que certains appellent « le grand remplacement ».  En tous cas, entre ce que j’avais entendu, lu et vu, nombreux étaient les signes allant dans ce sens.

     

    Voilà où j’en étais, et plutôt qu’être parfois bêtement islamophobe, un matin je me suis dit « va plus loin » « tentes de comprendre, approfondis le sujet ». Je me suis d’abord plongé dans tous les dictionnaires que j’avais dans ma bibliothèque. Dans un dictionnaire Larousse de l’année 2005, le mot « islamophobie » n’y était pas ! J’avais bien un Littré et un très vieux Larousse de 1980 que j’avais récupéré chez ma mère bien avant son décès mais j’hésitais à les compulser. Finalement et par acquit de conscience, j’ai vérifié et les mots « islamophobie » ou « islamophobe » n’y étaient pas non plus. Il ne me restait plus qu’à allumer mon ordinateur. J’ai lu quelques articles à propos de la polémique en question mais je les trouvais peu clairs et surtout pas suffisamment « terre à terre ». Alors sur Google recherche, ayant tapé le mot « islamophobie », j’avoue que je suis allé de surprise en surprise. Ainsi en compulsant le dictionnaire Larousse en ligne la définition du mot était claire et nette : « Hostilité envers l’islam et les musulmans ». Il n’était plus question d’une peur de l’islam comme j’avais pu l’imaginer mais plutôt de l’inverse, c’est-à-dire d’une peur des musulmans envers ceux qui n’aiment pas ou n’apprécient pas cette religion.  Là pour moi, l’incroyant que je suis, et comme déjà indiqué auparavant,  je ne pouvais pas être d’accord. Avec le goût de la curiosité qui m’anime en permanence, et ce d’autant quand il est question d’étymologie, j’ai essayé de creuser le sujet au maximum. Il y avait bien le site « La Toupie » qui reprenait l’ensemble des définitions, rappelait ce qu’était une phobie et qui surtout indiquait ce que devrait être la seule et vraie définition à savoir « construit à partir de islam, religion des musulmans, et phobie, venant du grec ancien phobos, peur, effroi », je n’arrivais pas à me satisfaire de ce que je trouvais. Ainsi pour la plupart des autres dictionnaires en ligne le mot « islamophobie » n’existait pas. Idem pour le CNRTL, c’est-à-dire le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales. Idem dans les encyclopédies y compris la plus célèbre « Universalis ». Plus grave, le mot n’existait pas non plus dans le dictionnaire de l’Académie française, 9eme et dernière édition. Pourquoi ce silence autour de ce mot désormais si souvent employé dont Wikipédia m’apprenait pourtant qu’il avait été utilisé pour la première fois en France en 1910 ? Que font nos vieux « immortels » avant de mourir vraiment ? Ne pourraient-ils pas inventer un nouveau mot donnant une vraie raison d’être à tous ceux qui sont vraiment hostiles à l’islam et aux musulmans, laissant à tous les autres et au suffixe « phobie » son unique, réelle et originelle signification latine de « peur » ou de « crainte » ?

    Si j’avais trouvé quelques articles plutôt intéressants sur l’Histoire du mot « islamophobie » et son origine (Wikipédia, FranceInfoTV, AgoraVox), force était de constater que cette absence totale de clarté dans les dictionnaires ouvrait bien des portes à de nombreuses supputations voire délires. Pour moi, cette polémique autour du « droit d’être islamophobe » d’Henri Peña-Ruiz faisait partie de ces délires. Mais ça n’était pas le seul. Ainsi, il y avait un site Internet qui affirmait que la société du dictionnaire Larousse ; appartenant au Groupe Lagardère, groupe dont les actionnaires majoritaires sont des Qataris ; aurait été fortement influencée par ces derniers pour modifier la définition transformant le mot « peur » en « hostilité ».

    Si cette supputation pouvait paraître plausible, elle ne tenait guère à une analyse plus poussée. En effet, il faut observer que le mot « islamophobie » n’est pas le seul à bénéficier du mot « hostilité » dans sa définition. Dans le Larousse, il en est de même pour « homophobie », « xénophobie », « francophobie » et « germanophobie » par exemple. Etrangement, le mot « anglophobie » n’est qu’une simple « aversion vis-à-vis des anglais ou de ce qui est anglais ». Sur Internet, on peut trouver jusqu’à 360 mots se terminant par « phobie », de très nombreux n’étant pas dans les dictionnaires les plus connus. Globalement, on peut néanmoins noter sur le Larousse.fr que quand l’Homme est concerné, la phobie est une hostilité ou une aversion alors qu’elle est seulement une peur ou une crainte irraisonnée quand il est question d’autres choses, animaux, plantes, objets ou situations.

    Alors dans la mesure où je considérais que mon « islamophobie » personnelle n’était ni une hostilité, ni une aversion, était-elle pour autant une peur,  et si oui, le terme « irraisonnée » se justifiait-il comme la définition du mot « phobie » l’affirmait en permanence ? A bien y réfléchir et m’intéressant à l’actualité et à la politique, il me paraissait assez simple d’énumérer de nombreuses raisons pouvant intervenir dans cette peur de l’islam de la part de nombreux français dont j’étais :

     

    Oui, voilà quelques-unes des raisons, lesquelles à juste titre peuvent nous faire craindre l’islam. Mais j’aurais pu en citer bien d’autres comme le nombre de détenus musulmans en prisons, les problèmes que l’on connaît dans certaines zones de non-droit de plus en plus nombreuses et donc de plus en plus difficilement maîtrisables en terme de sécurité. Des événements gravissimes tels que ceux qui se sont produits récemment en France quand l’équipe d’Algérie de football a gagné la Coupe d’Afrique des Nations. Et puis bien sûr, tout ce que l’on voit comme les femmes voilées de plus en plus nombreuses, les mosquées de plus en plus nombreuses que l’on construit ou bien parfois et comme je l’avais lu, des églises catholiques qui sont transformées en mosquées. Oui, les raisons ne manquent pas et bien sûr, il y aura toujours des gens pour dire que ce n’est pas vrai, que je stigmatise, que j’amalgame.

    Mais les premiers à amalgamer, n’est-ce pas les musulmans eux-mêmes dans leurs conflits permanents entre pays, entre sunnites et chiites, entre pratiquants bien différents dans leur radicalité ? Tout ça est difficilement compréhensible pour la plupart des français dont je suis. Porter des signes religieux très visibles n’est-ce pas une manière de stigmatiser ceux qui n’en portent pas ?

    Oui, comme on le voit et le montre la réalité, il y a bien des raisons d’avoir une peur raisonnée voire seulement une simple crainte ou un agacement de l’islam, et bien sûr tous ceux qui ne veulent pas voir cette réalité en face parleront de stigmatisation et d’amalgames. On peut effectivement le dire et parfois avoir raison de le dire, sauf que là aussi, il est peut être bon de rappeler la vraie définition de ces mots. Stigmatiser, c’est dénoncer, critiquer publiquement quelqu'un ou un acte que l'on juge moralement condamnable ou répréhensible.  Amalgame, c’est un mélange d'éléments hétérogènes.  Ce petit inventaire à la Prévert des raisons que j'ai citées ci-dessus est-ce vraiment tout cela ? Je ne le pense pas même si je suis prêt à reconnaître que comme tout le monde, j’ai une forte tendance à amalgamer les musulmans, les arabes, les maghrébins et que sais-je encore. Alors, et si à juste titre, je ne mettrais jamais tous les musulmans ni aucun homme de couleur dans un « seul et unique panier », car je considère que ce n’est pas la couleur de la peau qui compte mais ce qu’il y a derrière et/ou dedans, le mot « islamophobie », c’est-à-dire une certaine appréhension de l’islam peut s’expliquer. Cette appréhension est un minimum mais la peur ou l'aversion peut la remplacer dans le cas d’un vécu plus perturbateur comme chez des personnes qui ont vécu et réchappé à un attentat par exemple. Cette religion, je n’ai pas la prétention de bien la connaître mais j’estime avoir le droit d’en avoir sinon la peur au moins une crainte au regard de tous ces éléments et ce,  qu’ils soient indépendant les uns des autres ou alors mis bout à bout.  Je reste persuadé que mon « islamophobie », un grand nombre d’autres citoyens la partage et ce, que leur ascendance française soit plus ou moins ancienne, de souche comme certains diront, soit à tort, soit avec raison. Oui, je ne pense pas être le seul dans ce cas ? Si le mot « phobie » peut indifféremment s’exercer des 2 côtés du miroir, pour moi, pour d’autres comme pour certains musulmans ; au regard par exemple de l’horrible attentat perpétré en Nouvelle-Zélande contre deux mosquées le 31 mars dernier, mais il y en a eu bien d’autres ! ; Il serait sans doute bon de donner une fois pour toute une seule et bonne définition à certains mots. Je considère qu’islamophobie en fait partie.

    • Dans mon Littré de 1874 mais aux Editions Famot de 1977, le mot « phobie » n’existe pas encore.
    • Dans Le Larousse de ma mère de 1980, le mot « phobie » est « une aversion ou une peur instinctive. Crainte déraisonnable à l’égard d’objets, de situations ou de personnes bien définis, dont le sujet reconnaît le caractère injustifié, mais dont il ne peut se débarrasser. (Ce mot entre comme composant dans les noms de diverses sortes de craintes injustifiées : agoraphobie, claustrophobie, éreutophobie, etc…) ».
    • Dans un petit Larousse de 1993, la « phobie » est une « peur, aversion instinctive et souvent angoissante.
    • Dans le Petit Larousse illustré de 2005 -100eme édition la « phobie » du grec « phobos », effroi est 1- « aversion très vive, peur instinctive ». 2 Psychiatr. Crainte déraisonnable déclenchée par un objet, une personne, une situation, et dont le sujet reconnaît généralement le caractère inadapté. »
    • De nos jours et toujours dans le Larousse mais .fr et donc en ligne la « phobie » est 1- Crainte angoissante et injustifiée d'une situation, d'un objet ou de l'accomplissement d'une action. 2- Aversion très vive pour quelqu'un ou peur instinctive de quelque chose : Avoir la phobie de la foule.

     

    On notera qu’à aucun moment le terme « hostilité » n’est employé même si le terme « aversion » peut être considéré comme tout proche mais moins violent. Notons enfin que des mots similaires que l’on pourrait supposer existants n’existent pas. Il en va par exemple de la cathophobie (ou catophobie), hostilité envers les catholiques, de l’indophobie que l’on trouve dans Wiktionnaire comme une aversion pour l’Inde mais dans aucun autre dico.

     

    Il serait peut-être temps que nos gouvernants s’intéressent au sujet de l’islamophobie et tirent de vraies statistiques à la fois sur les religions mais aussi sur l’immigration car les pays qui l’on fait ont gagné en clarté et dans l’acceptation de l’autre et de celui qui est différent. Si l’immigration est une richesse comme certains le prétendent, à juste raison parfois, elle ne l’est pas toujours malheureusement et là aussi, ils seraient intéressants d’avoir des chiffres, reflets de la réalité de ces destinées. Ils seraient temps aussi de redonner aux mots leurs justes définitions à partir du latin, d’en inventer de nouveaux si besoin et qui mieux que nos académiciens pour faire ce travail ? Allez, il est temps de se réveiller Messieurs les Immortels, la coupole ce n’est pas un dortoir !

     

    Phobie or not phobie ? Telle est la question !


    votre commentaire
  • Ce diaporama est agrémenté de quelques musiques extraites d'une compilation "You Tube" intitulée "Night City Jazz"

    Le Circuit des Sources de l'Agly et de la Sals depuis Camps-sur-l'Agly

    Le Circuit des Sources de l'Agly et de la Sals depuis Camps-sur-l'Agly

    Pour agrandir les photos, cliquez dessus. 2 fois pour un plein écran.


     

    C’est grâce à un ami, qui m’a aimablement fourni un tracé G.P.S enregistrable, que j’ai pu réaliser cette boucle audoise que j’ai personnellement intitulée «  le Circuit des Sources de l’Agly et de la Sals ». Le départ s’effectue du joli village de Camps-sur-l'Agly. Si je connais déjà la source de la Sals pour y être allé randonné en juin 2007, la source de l’Agly, elle, fait partie des sites que j’ai envie de découvrir depuis fort longtemps. Il est vrai que ce fleuve a tant de fois jalonné mes très nombreuses sorties, dans des lieux si beaux et si variés, pour ne pas dire disparates, que ne pas en connaître sa résurgence me parait complètement anormal voire absurde. Absurde, car je sais depuis très longtemps déjà qu’un sentier pédestre en permet la découverte. A la seule évocation de ce nom « Agly », il me revient à l’esprit des randonnées pédestres réalisées aux Gorges de Galamus, à Ansignan et à son aqueduc romain, au lac de barrage de Caramany ou encore en VTT sur la voie verte entre Rivesaltes et Le Barcarés. L’an dernier encore, j’ai longuement erré dans son lit asséché lors d’une balade au « Cimetière des Maures » tout près d’Estagel et du château de Jau. A bien y réfléchir, j’ai descendu son lit à de si multiples reprises; et parfois même remonté ; que seule sa source manque au palmarés du roi de la flânerie que je suis devenu au fil du temps. Ça coule de source, il faut que j’y aille ! Après tout, pour le doux rêveur contemplatif invétéré que je suis, suivre un lit, fusse-t-il d’une rivière, n’est-ce pas le lieu le plus propice pour réaliser ses rêves ? En ce 22 mai 2019, sous les meilleurs auspices, me voilà prêt à remonter jusqu’au bout de ce lit et par la même occasion réaliser mon rêve : découvrir enfin la Source de l’Agly.  Il est 7h30, quand sous un ciel merveilleusement bleu et lumineux, je gare ma voiture sur le petit parking situé à l’entrée de Camps-sur-Agly. Si le village est désert, il n’est pas silencieux. Moi, le photographe ornithologique amateur, je suis accueilli par un merle noir qui s’égosille comme si la fin du monde allait survenir. Serait-il lui aussi influencé par la mysticité du tout proche Pech de Bugarach ? Il est vrai que le célèbre pech n’est pas très loin  et je vais en avoir la preuve très vite. Je remonte la rue principale sous le signe des oiseaux. Outre les merles, il y a bien sûr les sempiternels moineaux, les non moins rares rouges-queues noirs mais j’aperçois également une fauvette mélanocéphale et un grimpereau, passereaux beaucoup plus inhabituels car plus discrets et surtout plus remuants. Voilà déjà 15 minutes que je suis occupé à photographier des oiseaux et bien d’autres sujets et je me dis qu’il serait peut-être temps de me mettre vraiment en route ? Je presse le pas, laisse le petit cimetière sur la gauche, passe devant la Ferme de Camps dont un panonceau indique à bon escient bien d’autres activités que le seul élevage que laissent imaginer un enclos, des étables et quelques meules de foin. Gîtes d’étapes avec tables et chambres d’hôtes, voilà ce que cette ferme blottie dans un décor champêtre et calme est à même d’offrir aux visiteurs et aux randonneurs de passage. « C’est toujours bon à savoir ! » me dis-je ! A la sortie du village, d’autres panonceaux mentionnent les directions de Col du Linas, de La Bastide et de Bugarach. C’est dans l’immédiat la bonne direction et le Pech de Bugarach est très vite là, presque droit devant, comme un monumental et incontournable point de mire. Un coup d’œil à l’intérieur d’une source captée et un large chemin descend au milieu des prés amplement fleuris. Faire un inventaire de toutes les fleurs printanières nécessiterait sans doute un grosse journée, alors je ne photographie que les plus visibles, probablement les plus communes et donc les plus nombreuses : marguerites, orchis, coquelicots, renoncules et sainfoins.  Une passerelle de béton se présente enjambant ici un très modeste ruisseau. Je jette un coup d’œil sur mon bout de carte I.G.N. C’est bien l’Agly comme l’indique les lettres « Fl. » signifiant « fleuve », mot auquel, par erreur, on a trop souvent tendance à attribuer une notion de grandeur et d’abondance. Mais avant d’être grand, ne faut-il pas comme toutes choses de ce monde avoir été petit ?  Le mot fleuve, ce « fluvius » romain signifiant « flot » est pourtant si juste ici et comme ce petit flot limpide finit par grossir pour se jeter à la mer, l’Agly mérite cette dénomination de « fleuve ». Une photo-souvenir puis j’y trempe ma casquette et repars ainsi le crâne bien frais.  Quelques minutes plus tard, j’atteins la route bitumée filant vers La Bastide. J’allume mon G.P.S, car pour me diriger vers la source de l’Agly, je sais déjà qu’il me faut quitter cette route avant le lieu-dit. Bien vu si j’ose dire, car le panonceau indiquant la source est si minuscule, et qui plus est enfoui sous du lierre, que sans tracé G.P.S, je l’aurais probablement loupé. Pour les randonneurs qui viendront derrière moi, j’éclaircis le lierre autour du panonceau. Un sentier entre en forêt et coupe le tout petit ruisseau des Pastressis qui est sans doute le tout premier affluent de l’Agly. De nouvelles fleurs, celles-ci des bois, m’arrêtent. Quelques mètres plus loin, un écureuil roux ; enfin celui-ci est plutôt brun ; détale devant moi et s’élève à la cime d’un arbre. Je réussis malgré tout à le figer sur quelques photos prises en rafales. Peu de temps après, c’est un chevreuil qui détale en aboyant sans que je puisse l’apercevoir. Le bois se termine et laisse la place à un plateau, espèce de maquis de cistes et de bruyères où poussent bien d’autres fleurs plus belles les unes que les autres. Quelques papillons volettent y trouvant un biotope à leur convenance. Le chemin herbeux du maquis débouche puis se poursuit dans une immense prairie entourée de clôtures. Une clôture barre le chemin. La « châtaigne » que je reçois dans le bras gauche à l’instant où je veux la franchir ne laisse planer aucun doute : elle est « terriblement » électrifiée. Grâce à mon tracé G.P.S, je délaisse la clôture, m’en éloigne et trouve un sentier qui descend sur la droite dans un nouveau et sombre sous-bois, d’abord de feuillus puis d’immenses résineux. Le murmure de l’Agly se fait entendre. Finalement le ruisseau est là, en contrebas, sur ma droite. Je le longe à bonne distance me fiant à cette chanson de l’eau pour tenter de trouver sa source. Au bout de quelques minutes, l’étourdi que je suis constate que la musique de l’eau s’est arrêtée. Alors, je descends vers le ruisseau. Quelle n’est pas ma surprise de constater qu’il est complètement asséché ! Je le poursuis, tant bien que mal, en raison des gros blocs rocheux qui en composent son lit et des branchages qui le jonchent. J’ y découvre même un énorme pneu, objet plutôt bizarre ici mais qui n’est pas là par hasard me dis-je. La source n’est certainement pas très loin me dis-je aussi. Les blocs se font à la fois plus volumineux et plus moussus et de ce fait les difficultés augmentent. Il y a bien quelques flaques deci delà mais aucune eau ne s’écoule. Suis-je devant ce phénomène qu’on appelle « perte karstique », terme hydrologique pour désigner l’infiltration soudaine d’un ruisseau dans la roche ou est-ce carrément un assec ? Je me souviens avoir été confronté à ce type d’infiltration à la source du Tech lors d’une randonnée au pic du Costabonne. L’eau de la résurgence du Tech commençait à s’écouler puis disparaissait sous les galets pour réapparaître des dizaines de mètres plus en aval. Je m’interroge quand à poursuivre ce lit asséché ? Un coup d’œil sur mon bout de carte I.G.N me laisse perplexe. J’ai le sentiment que je suis allé trop loin et trop haut et que la source serait un peu plus bas car comment aurais-je pu l’entendre chanter auparavant ? Aurais-je loupé quelque chose ? Je redescends le cours du ruisseau et finalement une première résurgence est là, tout près d’une confluence où le débit d’un autre ruisseau sur ma gauche est beaucoup plus fougueux. Je remonte ce débit et très rapidement j’arrive devant un grand mur rocheux au pied duquel l’eau jaillit vivement d’une petite cavité. Voilà la source de l’Agly ! Enfin celle que j’ai le plus souvent constatée sur des photos vues sur Internet. J’essaie d’entrer dans la petite cavité mais la hauteur de l’eau et sa fraîcheur m’en dissuadent. Il me faudrait une combinaison en néoprène ! L’Agly serait donc composée de deux sources bien distinctes ? A voir ? (*) Quelques photos souvenirs devant la source et je me remets en route en m’élevant sur un sentier très raide mais très court débouchant sur la route D.14, presque à hauteur d’une cabane en pierres sèches. Un coup d’œil sur la configuration des lieux ne me laisse aucun doute : le ruisseau asséché, que j’ai remonté avant de découvrir la petite grotte et sa source, a violemment creusé le calcaire de quelques falaises que j’aperçois au milieu des feuillus. Il y a bien une autre rivière parallèle à la route et quand je regarde mon bout de carte, celle-ci aurait sa source au col du Linas, au pied du pech de Bugarach. Mais où exactement ? Il aurait fallu que je remonte le lit asséché dans sa totalité pour le savoir mais c’est trop tard et puis cela est-il possible ?  Ces différents constats m’ont presque fait oublier qu’il y avait un itinéraire à poursuivre et quand je m’y attelle c’est pour me retrouver bien embarrassé. Ici, pas de balisage et pas de sentier bien évident, malgré un tracé G.P.S qui m’indique de poursuivre en m’élevant droit devant dans la forêt de Mascarou. Problème, il n’ y a pas de passage et seulement des petites murailles de calcaires impossibles à escalader. Mon G.P.S ne serait-il pas suffisamment précis ? C’est fort possible compte tenu de son âge ! Je cherche ici sans trouver de vrai passage jusqu’à me décider à descendre la D.14 sur la droite et de quelques mètres où les accès à la forêt me paraissent plus plausibles. Finalement, et mon G.P.S me confirmant ce « point de repère » (waypoint),  j’opte pour un espèce de petit fossé qui s’élève rudement dans la forêt. Bingo ! C’est la bonne option ! Ce fossé atterrit sur un bon chemin, lequel un peu plus haut débouche sur une large piste forestière. C’est la piste forestière du Ciela de la Pause comme écrit sur la carte. Je l’emprunte à gauche comme me l’indique mon G.P.S. Dès la première intersection, un autre coup d’œil sur mon bout de carte me rassure pleinement quand à la suite du circuit. Je suis sur le bon tracé ! Les pistes, chemins et sentiers étant nombreux dans ce secteur, seules les intersections nécessiteront un peu d’attention et une éventuelle analyse de la carte I.G.N. Tout devient plus simple à partir d’ici et je peux sans trop d’inquiétude me consacrer à la photographie. Fleurs des bois, papillons, oiseaux, je marche vers le col de la Lucio d’un bon pas ne m’arrêtant que lorsqu’un sujet intéressant se présente. Parmi ces sujets, il y a une étrange roche moussu avec des yeux et une bouche ressemblant à s’y méprendre à un gnome ou à un lutin, tel qu’on en voit dans des films ou des dessins animés. Il y a aussi les visions furtives, mais assez réelles et suffisantes pour une photographie, celle d’un chevreuil tout d’abord puis un peu plus loin, ce sera un jeune sanglier. Ces visions-là sont les plus réjouissantes. C’est pour de telles approches de la Nature que je marche aussi ! Ajoutons-y l’image du plutôt rare Torcol fourmilier que je surprends dans son chant nuptial saccadé et rauque et me voilà pleinement ravi d’être là dans ces forêts qui se succèdent au rythme de quelques panneaux O.N.F.  Forêt communale de Camps-sur-Agly, forêt domaniale de l’Eau Salée, route forestière de la Paille ou de la Verrerie, les noms s’affichent, les essences sont souvent les mêmes mais par bonheur les décors varient. Forêts de très beaux feuillus et d’immenses conifères, clairières verdoyantes, fenêtres sur le Massif du Canigou enneigé ou les Pyrénées audoises et ariégeoises, murailles de calcaires où se réchauffent des lézards et où poussent des jolis bouquets fleuris, herbages où les passereaux viennent se rassasier de graminées, voilà les décors dont je ne me lasse pas. Au lieu-dit le Trou de la Relhe (ou Reille), la clairière s’élargit beaucoup plus. Je suis accueilli près d’une métairie au chant entêtant d’un pinson que je parviens à photographier. Il paraît plus enclin à chanter qu’à avoir peur de moi et de ce fait, il ne fait que sauter de branches en branches mais toujours sur le même arbre et toujours en chantant. Cet arbre, c’est son Olympia, son Zénith mais je suis son seul spectateur ! Après l’oiseau, je me mets en quête de chercher ce Trou de la Relhe, lequel si j’en crois mes lectures, serait la plus grande doline du département de l’Aude. La métairie en ruines ne m’apporte aucune aide quand au trou recherché mais un vieux linteau en partie effacé me confirme la proximité du lieu-dit. Avec difficulté, j’y lis : «…. le Trou de la Reille appartenait à Denarnaud le 12 juillet Alexis ». Enfin, c’est ce que je pense y lire ! Ici, la suite de mon itinéraire entrant en forêt, je rebrousse chemin, descend à gauche dans le premier pré ; non loin de l’arbre où le pinson chantait ; et le Trou de la Relhe est là, avec son ouverture barrée par un ruban. Un sentier argileux et donc glissant mais fait d’escaliers en rondins permet d’accéder jusqu’au fond du trou. Rien d’exceptionnel à première vue, or mis une végétation très luxuriante. Mais en prêtant attention, on peut observer que les parois de la doline continuent de s’effondrer et de gros rochers fraîchement tombés tout près du sentier semblent en être les preuves évidentes. On peut remarquer aussi que son importante hygrométrie a permis l’implantation de plantes bien particulières et notamment la Jacinthe des Pyrénées que l’on appelle aussi  la Scille lis-jacinthe. Leurs petites fleurs bleues sont plutôt rares ici mais leurs feuilles tapissent la totalité du fond. On y trouve aussi plusieurs variétés de fougères et bien d’autres plantes aimant l’humidité comme les jolis lamiers jaunes. Les arbres, eux, cherchent le soleil et élèvent tout droit leur canopée dans le petit puits de lumière que l’effondrement a créé. Certains, complètement recouverts de barbes de Jupiter ont soufferts de cet excès d’eau et de lumière et sont voués à mourir par manque de feuilles et de photosynthèse. Je quitte le trou en me demandant qu’elle est la toponymie du nom « Relhe » (**). La suite de l’itinéraire vers la Source de la Sals, très bien balisée et mentionnée, ne pose aucune difficulté. Après la traversée d’un petit bois où je réveille un jeune sanglier, le chemin atteint le haut d’un ample vallon herbeux. Je reconnais le lieu pour y être passé en 2007. Je descends un peu puis m’arrête en surplomb de la source pour pique-niquer. L’arrêt-déjeuner est toujours pour moi l’occasion de vaquer à photographier la nature aux alentours. Oiseaux, papillons et fleurs. Ici, comme c’était le cas ce matin à la sortie de Camps-sur-Agly, les prés sont amplement parsemés de fleurs sauvages, la plupart déjà vues mais quelques autres bien nouvelles. Les papillons sont déjà nombreux pour la saison mais les espèces sont relativement limitées. Les oiseaux paraissent absents mais en jouant de mes appeaux quelques uns viennent avec hésitation jusqu’à moi. Je reste presque une heure à courir la prairie, sandwich dans une main et appareil-photo dans l’autre. Il est temps de filer à la Fontaine Salée puisque c’est ainsi que l’on nomme la source de la Sals. Elle est là, toute proche, avec ses appentis illustratifs et son aire de pique-nique. Il n’y avait rien de tout ça en 2007 et notamment les nombreux panneaux explicatifs permettant désormais d’apprécier la source, l’origine de sa salinité 2 fois plus salée que la mer ; l’exploitation du sel, illicite ou pas, c’est à dire l’Histoire commune du lieu et du sel. Après cette découverte et la rencontre bien sympathique avec deux couples de randonneurs de mon âge assis à une table de pique-nique, je file vers les « Fours Verriers », direction le Pas del Capelan. Après quelques panneaux au fil du parcours mentionnant la flore, la faune, la géologie et le climat de l’endroit, là aussi, le balisage est bien présent et très bon, permettant de se diriger sans problème vers les endroits convoités. Si l’accès aux antiques « Fours Verriers » est fermé en cette saison et entouré d’un haut grillage, en empêchant ainsi toute visite et découverte gracieuse, à l’extérieur, de très nombreux panneaux explicatifs permettent d’en connaître toute l’Histoire. Histoires liées aux sites verriers forestiers et Histoire du verre, je passe une demi-heure à lire la quasi totalité des panneaux. A l’instant où je repars, je me retrouve nez à nez avec les deux couples aperçus à la source de la Sals. Nous discutons encore un peu et je leur fais part de mon désappointement à avoir trouver les « Fours Verriers » fermés.  Je rebrousse chemin, direction le Pas del Capelan où j’atterris sur une large piste forestière. Ici, un panonceau « col du Linas -30 mn » m’indique la direction à suivre. Guère plus loin, au lieu-dit « Las Clausos », sur la carte I.G.N, je quitte la piste au profit d’un raccourci qui descend presque rectiligne vers le Linas, évitant ainsi les sinuosités de la piste. Après quelques mètres seulement, j’en suis à me demander si j’ai bien fait de prendre cet étroit sentier entouré de hauts buis totalement desséchés. Si depuis mon départ de Camps, j’ai très souvent observé avec étonnement et consternation tous ces buis morts sur pieds, je ne m’étais pas vraiment interrogé quand aux raisons et explications d’un tel phénomène. Sans doute parce que la présence de nombreuses autres essences m’ont empêché d’apercevoir l’ampleur du désastre. Ici, au milieu du chemin, et à cause de petites chenilles vertes et jaunes qui « pendouillent » par milliers, voire par millions, au bout de leurs désagréables filaments, je peux enfin mettre un nom sur cette hécatombe écologique : « la Pyrale du buis » ! Ce papillon si meurtrier venu d’ailleurs est déjà ici et les dégâts sont considérables ! Si j’ai un peu entendu parler de la Pyrale du buis, j’ignorais qu’elle sévissait aussi catastrophiquement dans ces lieux si beaux où j’ai pourtant cheminé si souvent. Fini les grandes haies de buis aux petites feuilles si luisantes qui avaient encadré tant de mes belles sorties dans ce secteur de l’Aude. Je peux mettre un nom sur chacune d’entre-elles où le buis y était forcément l’arbre le plus emblématique (***). Les 9/10eme de cette descente vers le hameau du Linas et son col éponyme se résument à slalomer et à battre l’air devant moi avec mon bâton de marche pour esquiver les chenilles et tous leurs filaments. Malgré ça, je ne parviens pas à toutes les éviter loin s’en faut ! A deux ou trois reprises, j’ai le sentiment que le buis rebourgeonne depuis son pied asséché, mais non, en y regardant de plus près, je constate qu’il s’agit de fragon aux feuilles tout aussi luisantes. Quand je prends et serre une tige de buis asséché avec une main pour l’effeuiller complètement, je me retrouve avec une demi-douzaine de chenilles au creux de ma paume. C’est incroyable la quantité de chenilles qu’il peut y avoir sur une seule branche mais pas toujours visibles au premier coup d’oeil ! Le désagrément de cette « calamité végétale » s’arrête dès lors que j’atteins la piste à une centaine de mètres du Linas. Il faut dire que le hameau, au pied du pech de Bugarach, est essentiellement entouré de prés eux-mêmes encadrés de  quelques haies formées par de flamboyants genêts et de blanches aubépines. Si la vue de ces plantes chatoyeusement colorées est agréable, les quelques buis de ces haies sont morts également et ça se voit bien sûr. Juste avant le village, j’attire vers moi deux beaux chevaux qui paissent au loin dans des fougères naissantes. Il y en a un blanc et un bai. Avec la langue et le palais, quelques « tlo, tlo, tlo, » bien puissants suffisent pour les faire venir vers moi. Le blanc d’abord semble moins farouche puis le bai ensuite. S’ils sont là à un mètre de moi, il m’est impossible de les caresser. Je finis par comprendre que la clôture est électrifiée et qu’à juste raison ils s’en méfient comme de la peste. Comme je les comprends depuis la violente « châtaigne »  prise ce matin juste avant la source de l’Agly ! C’est donc à bonne distance que je leur distribue quelques bouts de pain puis de grandes gerbes de graminées qu’ils mangent goulûment. A cet instant, les deux couples de randonneurs laissés aux « Fours Verriers » arrivent derrière moi. Bien évidemment, outre les deux beaux chevaux, la conversation porte sur cette « sordide et inévitable » Pyrale du buis. Alors que nous discutons, une des deux dames s’exclame soudain «  mais vous êtes recouvert de chenilles ! » et la voilà aussitôt qui s’attelle à me « dépyraliser » à l’aide d’un mouchoir en papier. J’en ai apparemment plein le dos, la casquette et j’en ai même une sur une oreille et une autre sur les lunettes. Après cet « échenillement » en bonne et due forme, le Linas est là. Seules deux bergeronnettes m’arrêtent dans la traversée du hameau. Il est vrai qu’il est assez peu commun d’observer une bergeronnette grise et une bergeronnette printanière presque côte à côte. Avec les deux couples, nous continuons un bout de chemin ensemble mais nos itinéraires se séparent juste avant le col du Linas. Eux ont leur voiture au col et moi, j’ai encore un grand bout de chemin à faire jusqu’à Camps. Tout en descendant vers les Pastressis et la Bastide, j’en suis à me demander où peut-être cette « possible » deuxième source de l’Agly ? La carte I.G.N ne m’apporte pas de réelles réponses. Il y a bien sur la carte une mention « réservoir » non loin du col du Linas, et donc au pied du Bugarach, mais est-ce la source ambitionnée ? Rien ne le dit ! D’ailleurs en regardant bien la carte, plusieurs ruisseaux s’écoulent de toutes parts pour se rejoindre dans ce relief karstique fait de petites falaises longeant la D.14 où je me trouvais ce matin ! J’en suis trop loin désormais et j’abandonne très vite toute idée de la trouver, préférant me consacrer à la photographie florale et ornithologique. Les oiseaux sont plutôt nombreux surtout à l’approche des habitations du lieu-dit les Pastressis. Juste avant la Bastide, c’est un renard que je surprends alors que je l’aperçois sous le ventre d’une vache. Il détale mais je réussis à avoir une photo à peu près correcte. Que faisait-il sous la vache ? La tétait-il ? J’en suis à me le demander mais la jeune vachère que je rencontre peu de temps après semble en douter, tout comme le vacher que je rencontre dans le hameau. Ici les gens sont bien sympathiques et j’ai le sentiment que la vie s’écoule si paisiblement mais si isolément que chaque voyageur, aussi éphémère soit-il, est toujours le bienvenu. Enfin, les gens sont très accueillants ! Si je n’y prends pas garde, les conversations ont tendance à s’éterniser.  Pourtant, si je garde à l’esprit qu’il me faut terminer un parcours, je fais en sorte de ne jamais décevoir mes interlocuteurs. Je quitte le hameau de la Bastide et ses agréables habitants en accélérant le pas car mon intention est de visiter Camps-sur-Agly. Le bitume si souvent décrié m’offre cette opportune accélération. C’est chose faite une heure plus tard. Très belle église, longue lecture de l’Histoire de Camps grâce à de ludiques panonceaux, approche dissuasive et donc impossible des ruines du château médiéval, errance dans les charmantes ruelles, vieux lavoir, école communale, mairie, je finis cette longue randonnée les jambes un peu lourdes mais le coeur empli de joies. Seule la Pyrale du buis aura terni cette fin de journée mais j’ose espérer que la science saura apporter des solutions à ce effarant fléau écologique. Cette randonnée a été longue de 18,3 km pour des montées cumulées de 774 m. Le point le plus bas est à 480 m et se trouve sur l’Agly près de la jonction entre la petite route de La Bastide et le P.R descendant de Camp quant au plus haut, il est à 830 m et proche du Trou de la Relhe. N’ayant procédé à aucun enregistrement pendant ma balade, j’ai extrait tous ces chiffres du tracé que m’a aimablement fourni mon ami. Cartes I.G.N 2447 OT Tuchan – Massif des Corbières et 2547 OT Durban-Corbières – Leucate – Plages du Roussillon Top 25.

    (*) La Source de l'Agly : Si j'en crois les spécialistes en hydrologie, la vraie source de l'Agly serait située au pied du Pech du Bugarach près du col du Linas. Son tout premier lit serait donc celui asséché que j'ai remonté en premier avant de revenir à la petite cavité située sous la départementale 14. Cette information est précisée par le Syndicat Mixte du Bassin versant de l'Agly (SMBVA), information confirmée sur l'encyclopédie Wikipédia où vous pourrez retrouver les principales caractéristiques du fleuve (longueur, principaux affluents, etc....). L'eau sortant de la cavité située sous la D.14 proviendrait alors d'un ruisseau sous-terrain descendant du lieu-dit Mascarou. Il faut savoir que descendant de ce secteur, l'Agly a déjà un affluent connu qui s'appelle le Ruisseau de la Pause.

    (**) Toponymie du nom "Relhe" ou "Reille": "relhe", tel qu'écrit ici serait un vieux mot de la langue béarnaise signifiant le soc d'une charrue. Il est utile de préciser que dans cette même langue béarnaise le mot "arelhe" est soit la charrue elle-même soit le sillon que cette dernière a creusé. Faut-il donc voir dans ce nom "Relhe" que l'on écrit ici parfois "Reille", tout type de dépression ou d'affaissement à la surface de la terre et que l'on peut retrouver dans les mots "rail", "rayer", "rayon", etc.....? Notons que le mot "reille" aurait pour étymologie le latin "regula" signifiant "règle". 

    (***) Mes autres balades dans ce secteur marqué les buis : Comme indiqué dans mon article, la Pyrale du buis a complètement dévasté tous les buis, arbuste pourtant emblématique qui avait jalonné tant de mes balades dans ce secteur du Pech du Bugarach. J'ai été très triste de constater ce désastre écologique me souvenant de toutes ces merveilleuses balades : 

    La Montagne des Cornes et le lac de Barrenc depuis Rennes-les-Bains

    La Sals, source d'eau salée

    Le Circuit des Templiers (832 m) depuis Bugarach (465 m)

    Le Fauteuil du Diable depuis Rennes-les-Bains

    Le Pech Cardou ( 795 m) depuis Serres ( 271 m)

    Le Pech d'Auroux (940 m) et les Gorges de Galamus

    Le Pech de Bugarach (1.230 m) depuis La Bastide (588 m)

    Le Roc Paradet (900 m) depuis Camps-de-l'Agly

    Le Sentier des Terres Rouges depuis Serres

    Le Chemin du Facteur depuis Caudiès-de-Fenouillèdes.

    Le Château des Maures et le viaduc de l'Escargot depuis Caudiès-de-Fenouillèdes

    La Forêt domaniale des Fanges depuis le col Saint-Louis (Caudiès-de-Fenouillèdes)

     


    1 commentaire