• Le château d'Aguilar (296 m) depuis Tuchan

    Ce diaporama est agrémenté de diverses musiques extraites d'une compilation de l'artiste Ebunny intitulée "Celtic Irish Epic Music". Les morceaux interprétés sont : 1.Fantasy 2.Leprechauns Dance 3.Celtic Knight 4.Pirates Action 5.Old Castle 6.White Knight 7.Dragon Hunters 8.Celtic Morning  9.Winner  

    Le château d'Aguilar (296 m) depuis Tuchan

    Le château d'Aguilar (296 m) depuis Tuchan


     

    Voilà déjà quelque temps que je voulais aller découvrir "le château d’Aguilar" que je ne connaissais pas, et bien évidemment, mon idée première était de m’y rendre au cours d’une balade pédestre. A l’instant même où j’ai pris la décision d’y aller, je me suis mis à chercher si un tracé téléchargeable était disponible sur Internet et j’en ai trouvé un très rapidement sur l’excellent site « VISUGPX ». Sans doute, me suis-je trop précipité en choisissant celui-ci ? A l’instant où j’écris cet article, c'est-à-dire à posteriori, je m’interroge. En effet, dès le démarrage de Tuchan, et en marchant sur la D.611, dite « Route de Narbonne », puis sur une route secondaire m’indiquant l’édifice,  je comprends très vite que mon itinéraire est le même que celui que les touristes empruntent en voiture pour se rendre au château, c’est-à-dire presque essentiellement des voies bitumées. Plusieurs voitures me dépassent sans trop ralentir d’ailleurs et pourtant la route n’est pas si large que ça. Je me vois contraint de faire un ou deux pas dans la garrigue par précaution. Alors je cherche à éviter ce bitume au maximum, et notamment quand cela est possible, en traversant des vignes et parfois même des portions de garrigue. Mais le plus souvent, il faut que je me rende à l’évidence : « c’est un peu trop galère ! ». Herbes folles et buissons bien trop piquants, j’ai beau zigzaguer et tenter d’oublier les nombreuses difficultés en photographiant des fleurs, des oiseaux et de rares papillons ou criquets, le résultat est toujours le même : « le bon et unique itinéraire est toujours bitumé ! »  Alors le tracé que j’ai choisi n’est-il pas un vrai chemin de randonnée ? Ou peut-être n’ai-je pas fait le bon choix ? Un coup d’œil sur mon bout de carte I.G.N, que j’ai dès le départ enfoui au fond de ma poche sans jamais l’avoir trop analysé, me prouve le contraire mais le château est presque déjà là, juste au dessus de ma tête. S’il ne me reste plus qu’à y monter, le balisage, lui,  me rappelle constamment à l’ordre pour me remettre dans le droit chemin. Une trace blanche et rouge peinte sur une vieille borne puis une flèche avec la mention « château » peinte sur l’asphalte sont là pour me rappeler quel est le bon chemin.  Je suis bien sur le GR.367 plus communément appelé « Sentier cathare ». « Sentier cathare ou sentier bâtard ? »   Je me pose la question, tant marcher constamment sur du goudron m’agace au plus haut point. Vouloir en sortir ne regarde que moi et quelques fines égratignures sanguinolentes sur mes avants-bras tendent à me dire que j’ai déjà eu tort. Je persévère. Si cet aspect « asphalte » du chemin m’agace, heureusement, d’autres pôles d’intérêts sont constamment là pour me distraire et essayer de me le faire oublier. Sous un ciel bien tourmenté de bleu, de gris et de blanc, mais toujours merveilleusement beau, ces pôles d’intérêts ont pour nom « château d’Aguilar », « Massif du Canigou », « amandiers fleuris » et à un degré moindre « Montagne de Tauch ». Ces pôles d’intérêts attirent l’œil du randonneur solitaire que je suis et l’objectif de mon appareil-photo comme une aimantation qui se voudrait spontanée. Quand deux de ces sujets sur trois se présentent sur un seul et même plan photographique, c’est la quasi assurance d’une belle photo. Jamais, je n’aurais imaginé un « Canigou » aussi parfaitement visible depuis Tuchan, et surtout aussi beau ! Après tout, les altitudes de 140 à 160 m dans la vallée et de 296 m au château sont relativement modestes. Outre, ces superbes paysages, mon appareil-photo et moi continuons à être aux aguets des oiseaux. Il y a beaucoup de pinsons, quelques chardonnerets et des bruants un peu partout. Les vignes, elles, sont occupées par des bergeronnettes grises, des alouettes et de rares traquets-oreillards reconnaissables à leur plumage noir et blanc. Comme toujours, les buissons les plus touffus sont le repaire des fauvettes. Avant les derniers lacets de la route, une brève portion non asphaltée sur un étroit sentier me remets du baume au cœur. Mais non, ce n’est qu’un bref raccourci et l’itinéraire se poursuit et termine sa course sur le bitume à l’entrée du parking du château.  Toujours est-il qu’en arrivant devant la baraque du château, à l’intérieur de laquelle se trouve une charmante hôtesse d’accueil, je suis passablement énervé. « Il n’y a pas d’autres chemins que la route bitumée pour venir à pied depuis Tuchan jusqu’au château ? » lui demande-je. Elle me répond que « non » et rajoute « la municipalité réfléchit à en créer un ! » puis dans la foulée s’exclame « mais je ne pense pas que ce soit prévu pour cette année ! ». Je lui rétorque très brièvement « un vrai sentier de randonnée digne de ce nom depuis Tuchan serait pourtant pas mal ! » Etant parti sans eau, j’ai trop soif pour continuer à discuter. Elle a une bouteille d’eau à me vendre, fraîche de surcroît, et pour l’heure c’est là l’essentiel. Après m’être acquitté de l’eau, d’un billet de 4 euros pour une visite, je me mets à grimper vers le château avec deux dépliants explicatifs dans une main et la bouteille d’eau dans l’autre. La bouteille a très vite mes faveurs car pour être franc je suis parti faire cette randonnée la fleur au fusil. Oublier d’analyser le tracé I.G.N enregistré dans mon GPS est une chose, oublier d’emporter de l’eau est une faute impardonnable. Ce n’est pas dans mes habitudes. Par contre, l’Histoire du château, elle, a déjà bien retenue toute mon attention. Avant de venir ici, et comme je l’avais fait pour le château de Peyrepertuse, j’ai fait quasiment le tour des sites évoquant Aguilar et son Histoire n’a plus guère de secrets pour moi, or mis peut-être les nombreuses dates que je n’ai pas toutes retenues par cœur. Une fois ma soif étanchée, les dépliants s’avèrent pourtant très intéressants. Ils s’attardent sur l’architecture des différents bâtiments et leurs élévations parfois si distinctes dans le temps. Cela enrichit la visite et c’est évidemment un plus pour comprendre le reste de l’Histoire. Dépliants en mains et appareil-photo autour du cou, je passe presque une heure à cette visite très détaillée. Je prends des photos du château et de ses différents vestiges sous toutes les coutures mais aussi des panoramas qui s’entrouvrent encore bien plus magnifiquement qu’en bas. Chapelle Sainte-Anne, fortifications successives, tours, archères, voûtes, citerne, logis, chaque élément de l’édifice nous rappellent qu’une humanité a été présente ici. Besoin de croire, de se protéger, de se défendre, de s’organiser, de vivre et à des pouvoirs successifs d’asseoir une certaine autorité sur les autres, voilà la vie que l’on peut facilement imaginer. Comme tous les pouvoirs, ceux d’Aguilar ont fini par disparaître et il ne reste que les vestiges de ce château que leurs édificateurs avaient sans doute pensé indestructible. Faut-il pour autant que ceux qui nous gouvernent aujourd’hui tirent des enseignements du passé ? Vaste sujet philosophique ! Une fois arrivé à sa partie la plus haute, je m’arrête pour marquer une longue pause « fruits et biscuits ». Si j’ai oublié l’eau, par bonheur, je n’ai pas oublié tout le reste et l’herbe verte et fraîche qui pousse ici dans la dernière enceinte est une invitation à un arrêt bienvenu tant en ce début mars la chaleur est déjà de mise. Cette pause est d’autant plus bénéfique, que dès avoir quitté le château, c’est une sévère piste ravinée et caillouteuse qui m’attends. Elle s’élève vers la Bergerie de Fajol, que la carte I.G.N me décrit comme des ruines, mais qui, en réalité, s’avère être une superbe propriété privée. Je m’en approche au plus près mais à la seule perception de la magnifique bâtisse, j’enclenche aussitôt une marche arrière. Je me dis que si des gens ont trouvé le courage de venir vivre ici, dans ce coin si beau mais si solitaire et si austère, réparant sans doute à la sueur de leur front ce qui devait être les ruines d’une ancienne bergerie, il faut les laisser tranquilles et respecter leur isolement. La piste qui redescend est la copie conforme de celle que je viens de gravir, c'est-à-dire très caillouteuse. Elle nécessite attention et même prudence dans la mesure où sous les chaussures, les petits cailloux ronds se transforment en autant de billes prêtes à vous faire patiner et rouler à terre. Le lieu ne se prêtant pas à un patinage fût-il artistique, le bâton de marche que je n’ai pas cru bon d’emporter me manque au plus haut point. Le seul mais non négligeable attrait de cette descente « infernale » est d’être un chemin de ronde très éloigné du château mais qui en permet des vues nouvelles mais à chaque instant admirables. Il est donc fortement conseillé de s’arrêter pour contempler le château. Finalement, c’est sans encombres, que j’atteins le bas de cette piste au lieu-dit la Bergerie Neuve, qualificatif que le vieille « borde » en ruines ne mérite plus depuis des lustres et sans doute depuis sa construction. Ici, l’asphalte que j’avais fini par oublier reprend ses droits et ce, jusqu’à la départementale D.39. Si j’ai comblé cette nouvelle marche forcée sur le bitume grâce à la présence de nombreux oiseaux, l’arrivée ici sur la D.39 me laisse quelque peu perplexe. Alors que Tuchan ne se trouve pas très loin sur ma droite, le tracé G.P.S m’indique de traverser la route pour carrément partir à l’opposé, tournant ainsi le dos à la ligne d’arrivée la plus directe et la plus proche. Alors que je suis occupé à analyser ma carte et hésitant à prendre cet itinéraire, itinéraire pourtant confirmé sur mon bout de carte I.G.N, très vite, je crois en comprendre la raison. Sans aucun bas-côtés pour marcher, cette D.39 est très fréquentée par les véhicules. En quelques minutes d’arrêt, j’en vois passer une bonne douzaine. Cela suffit pour la considérer comme trop dangereuse. Je renonce à la suivre, traverse la route et continue le tracé enregistré dans mon G.P.S. Alors que depuis un bon moment, le chemin zigzague au milieu des vignobles et des champs en jachère, m’interrogeant sur la suite, c’est l’instant que choisit mon G.P.S pour ne plus capter aucun satellite. C’est d’autant plus ennuyeux qu’au lieu-dit le Mas, suite à des travaux, un homme m’interdit ce que je considère comme étant le bon passage, passage à gué en l’occurrence sur la rivière de Domneuve, affluent du Petit Verdouble. Il me dit « continuez la piste par là et vous pourrez vous y retrouver plus loin ! ». Alors je n’insiste pas et emprunte la piste en me disant « M’y retrouver ? Me retrouver où ? Il est marrant lui ! ». Par bonheur, de l’autre côté du Mas ; sans doute une ancienne ferme composée de deux très grandes bâtisses ; deux jeunes couples m’indiquent que je pourrais probablement traverser le rivière un peu plus loin. Ils sont là, tranquilles, attablés à une aire de pique-nique et apparemment occupés à boire à ce qui ressemble à un apéro. Un apéro soit très précoce ou peut-être très tardif ; car il n’est que 16 heures. Ayant démarré à 13 heures, voilà déjà 3 heures que je marche et une fois encore la flânerie a guidé mes pas. Le lieu est agréable mais plutôt insolite, avec devant le mas, un immense champ complètement dénudé, planté d’un seul et splendide pin. Je continue la piste. Elle longe la rivière mais à bonne distance. De ce fait, je n’ai pour l’instant aucune possibilité de m’en approcher. Au bout du champ, la piste amorce un virage à droite et la rivière est là toute proche désormais. Le plus souvent barrée par des hautes cannes de Provence et des joncs plus petits mais très denses, chaque trouée dans cette haie touffue est l’occasion d’observer si un passage devient possible. Après trois tentatives négatives car la rivière demeure encore large et profonde, la quatrième est enfin la bonne. Ici, c’est un lit asséché de galets que je traverse sans aucun problème. Peut-être deux lits d’ailleurs, tant l’endroit ressemble à la confluence de deux ruisseaux asséchés. Un coup d’œil sur ma carte I.G.N me conforte dans l’idée que je suis bien à la confluence du Petit Verdouble et de la rivière de Domneuve. Mes tribulations au bord de ces deux ruisseaux, mi-en eaux et mi-asséchés font s’enfuir une quantité incroyable de volatiles, passereaux pour la plupart, mais aussi d’autres un peu plus imposants. C’est le cas d’un rapace et d’une aigrette dont les envols massifs, bruyants et inattendus me font sursauter. Finalement, je comprends mieux l’intérêt qu’il y avait à passer par là même si le chemin est plus long pour rejoindre Tuchan.  Il ne me reste plus qu’à retrouver le tracé de mon G.P.S. Si suivre la petite rivière de Domneuve n’est pas très pratique voire le plus souvent impossible, il faut néanmoins que je la garde comme fil d’Ariane. Mon bout de carte me confirme cette direction et la présence d’un large chemin côtoyant ce ruisseau. Voilà le nouveau petit challenge qui s’offre à moi. Plusieurs zigzags au sein de quelques vignes et finalement je retrouve mon tracé G.P.S assez vite. Dans l’immédiat, il s’agit d’un chemin herbeux longeant la rivière mais la piste observée sur ma carte finit par arriver très rapidement. Tuchan est là, parfois à droite, parfois à gauche, parfois droit devant selon les brèves sinuosités de l’itinéraire. Ma balade tire à sa fin. Un couple que je croise profite de la douceur ambiante de ce beau milieu d’après-midi pour se promener au sein du vignoble. Nous discutons un peu, de tout et de rien. Des banalités certes mais sommes toutes très sympathiques. Perchés au sommet de grands arbres, de petits rassemblements d’étourneaux criards apportent des touches sonores mais pas vraiment musicales. Perturbant le silence, je m’aperçois que ce dernier était souvent si parfait. L’intersection de la D.39 et de la D.611 est là. Ma voiture aussi. J’ai prévu d’aller visiter Tuchan mais la batterie de mon appareil-photo a décidé qu’elle a assez bossé pour aujourd’hui. Elle est vide. Je n’en ai pas de rechange. Décidement partir randonner la fleur au fusil ne me vaut rien. Voilà une leçon à retenir en plus des dates qui ont jalonnées l’Histoire du château d’Aguilar. Cette randonnée, telle qu’expliquée ici, a été longue de 10,7 km, égarements et errements inclus. Les montées cumulées de 326 m et le dénivelé de 180 m sont très modestes. Le point culminant est proche de la Bergerie de Fajol à 316 m et le point le plus bas à 136 m au niveau de la confluence des rivières Petit Verdouble et de Domneuve. Cartes I.G.N 2447 OT Tuchan – Massif des Corbières et 2547 OT Durban-Corbières – Leucate – Plages du Roussillon Top 25.

    « Valentine a eu 18 ans. Les anniversaires se suivent et se ressemblent....Vers une déshumanisation sournoise et silencieuse ? »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    3
    Capucine66
    Jeudi 8 Août à 20:29
    Bonjour et merci pour ce bel article...randonneuse je me régale en vous lisant merci Amities
    2
    Jeudi 25 Juillet à 10:17

    Bonjour Gilbert

    C'est en effet dommage qu'il n'y a pas de sentier pour arriver au château , le bitume c'est pas top pour les randonneurs

    Le château d'Aguilar a l'air agréable à visiter et les panoramas très beaux . Actuellement tu dois profiter de la montagne et la fraicheur en étant certainement à Urbanya pour l'été . Nous avons eu la chance d'être en vacances dans le Capcir pendant les fortes chaleurs de début juillet et nous avons apprécié les belles randonnées du secteur

    Amitiés et bonnes vacances à vous deux

     

    1
    Lundi 22 Juillet à 19:47

    Salut Randonneur,
    Je connais  ce coin pour y être allé il y quelques années, je logeais à Tuchan et de là, nous avons fait quelques châteaux  Cathares, j'avais bien aimé !
    Bel été à toi et à très bientôt
    Blogmontagne

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :