• C'est la News (prochaine randonnée de la page d'accueil) : Le Circuit du Col du Miracle et des Lloses depuis Prats-de-Mollo

    Le prochain article : Le Circuit du Col du Miracle et des Lloses depuis Prats-de-Mollo

    C'est la News (prochaine randonnée de la page d'accueil) : Le Circuit des Coumes et « Sur les pas des bergers » depuis Calce

    C'est la News (prochaine randonnée de la page d'accueil) : Le Circuit des Coumes et « Sur les pas des bergers » depuis Calce

     Cliquez sur les photos pour les agrandir. 2 fois pour obtenir un plein écran


    Autant l’avouer, j’ai longtemps hésité avant de me lancer dans ce « Circuit du Col du Miracle et des Lloses depuis Prats-de-Mollo » car selon l’expression consacrée « chat échaudé craint l’eau froide ». Si j’ai hésité c’est d’abord la « faute à Klaus ». C’est le titre que j’avais donné au chapitre de mon récit consacré à la 3eme étape de Mon Tour du Vallespir réalisée en août 2009. Alors « Klaus » et mon Tour du Vallespir sont toujours là dans un coin de ma tête et avec eux, les séquelles et cicatrices de cette tempête hors normes de janvier 2009. Tragédies irrémédiables pour certains hommes, dont une trentaine avait trouvé la mort dans toute l’Europe, cicatrices pour la nature qui avait tant et tant souffert, et pour moi quelques séquelles aussi, moindres il est vrai, mais avec la lucidité d’avoir eu beaucoup de chance en ce 19 août 2009. Un « Miracle » même comme le col éponyme que je m’étais fixé  de rejoindre ! Depuis, le prénom « Klaus » est devenu synonyme de souvenirs à jamais ineffaçables. Parmi ces souvenirs, il y a bien évidement tous ces sapins couchés, arrachés, déracinés, décapités ou carrément fracassés que j’avais observé un peu partout dans le Vallespir, avec ce point d’orgue exceptionnel au dessus de Prats-de-Mollo. Lors de cette étape au départ de Saint-Guillem de Combret et par manque d’information adaptée à cette situation imprévisible, j’étais allé m’empêtrer dans un gigantesque enchevêtrement d’arbres morts alors que depuis le puig des Lloses j’essayais de rejoindre Prats-de-Mollo par le col du Miracle. Me diriger vers ce col, voilà quel était l’itinéraire du Tour du Vallespir. Itinéraire enregistré dans mon GPS et que je désirais à tout prix emprunter. Itinéraire pour lequel je m’étais obstiné, mais à bien y réfléchir, je n’en connaissais pas d’autre et puis rien ne présageait qu’un autre parcours ne soit pas aussi galère et aussi aventureux que celui-ci. En réalité, en arrivant au Puig des Lloses et en tombant sur tous ces arbres morts, j’avais atterri dans l’imprévu et l’inconnu. D’ailleurs  et après avoir pris connaissance de mes déboires, Monsieur Joseph Dunyach, Président du club de randonnée " Delit Tenim ", membre du Comité directeur départemental FFRP des PO et responsable des Sentiers s’était excusé de cette lacune car s’il n’avait pas manqué de fermer les sentiers au départ de Prats, il n’avait pas imaginé que quelqu’un puisse arriver par le haut. C’était mon cas et comme à l’impossible et à l’imprévisible nul n’est tenu, qui mieux que moi pouvais excuser tout le monde en cette circonstance si exceptionnelle. Lui n’avait pas imaginé mon arrivée par le haut et moi, je n’avais imaginé que 8 mois après la tempête les sentiers soient encore hors d’usage. Seuls ceux qui avaient vu de leurs propres yeux ce gigantesque désastre forestier étaient à même de comprendre et d’excuser. Alors c’est vrai que je m’étais épuisé à vouloir franchir tout ce fatras. Tantôt au dessus des troncs, tantôt dessous, faire quelques centaines de mètres avec mon gros sac à dos de 20 kg était devenu très vite le pire parcours du combattant. Chaque pas nécessitait la plus vive attention, car à ces sauts d’obstacles improvisés mais toujours soutenus, il fallait très souvent ajouter les hauts branchages qu’il fallait contourner, les branches sèches et dures comme des poignards qu’il valait mieux éviter. Le sentier était là, enfoui sous ce chamboulement et par la force des choses je m’en éloignais systématiquement.  Le but était de garder à l’esprit cet éloignement et de tenter de revenir vers l’itinéraire coûte que coûte, tout en continuant à avancer. Mais comme la forêt était couchée sous forme de layons, certaines portions plus praticables incitaient à une poursuite de plus en plus improbable. J’avançais et c’est là que résidait mon problème. Le contraire aurait été préférable. Alors, j’avais fini par perdre le fil du sentier, j’avais fini par ne plus savoir où j’étais et surtout en voulant monter sur un tronc plus haut que la plupart des autres, j’avais fini par choir dans de très hauts buissons d’orties et de ronciers. Pour couronner le tout, mon genou gauche avait heurté violemment une branche dans l’amortissement final. J’étais sorti de ces futaies urticantes et piquantes, à la fois sanguinolent mais surtout brûlé par les orties des épaules jusqu’aux chevilles. Seuls mon crâne et mon visage, je ne sais par quel miracle, étaient sortis indemnes de cette culbute, que par chance j’avais réussi à maîtriser quelque peu. De nombreuses piqûres d’araignées, que mes pérégrinations imprévues dans leur domaine avaient farouchement énervées, étaient venues compléter ce tableau déjà peu folichon. Finalement, j’avais galéré comme jamais, ne voyant jamais la terminaison de ce désordre incommensurable et devant les forces aussi vives de cette Nature morte, j’avais jeté l’éponge et pris la décision de faire demi-tour. C’était la décision la plus sage de la journée. J’étais sorti debout de ce chaos végétal, un peu rougeaud et bouffi il est vrai. A l’instant même où je pensais être sorti d’affaires, j’avais constaté la perte de mon appareil-photo dont la housse s’était probablement détachée de ma ceinture. Avec cette perte, le désespoir moral était venu s’ajouter aux douleurs corporelles. Alors sans trop réfléchir, j’avais jeté mon sac à dos derrière de hauts genêts et j’étais reparti dans cet effroyable parcours du combattant, avec comme seule compagne, une gourde d’eau déjà bien entamée. A ce challenge, un défi supplémentaire venait s’ajouter : le temps m’était désormais compté. Soudain, je venais de prendre conscience que les heures avaient tournées et qu’il me fallait faire au plus vite si je ne voulais pas passer la nuit dans cette forêt devenue « noire » pour moi. Retourner dans ce redoutable dédale, retrouver mon appareil-photo et faire tout ça très vite pour arriver à une heure raisonnable à l’hôtel Ausseil de Prats-de-Mollo, voilà les défis qui étaient devant moi. Sur le coup, j’avais oublié ma fatigue et était parti à fond de train à la recherche de mon appareil-photo.  Finalement et pour mon plus grand bonheur, l’épouvantable infortune que je venais de vivre dans cette forêt du Miracle s’était soudain transformée en un lot de chances presque inespérées. Chance de m’être souvenu des passages empruntés dans cet écheveau d’arbres morts, chance d’avoir perdu mon appareil photo bien avant ma chute ultime et sur l’itinéraire, chance d’avoir retrouver mon appareil-photo dans un laps de temps très correct, comparant toujours ce hasard à celui d’avoir « retrouvé une aiguille dans une meule de foin », chance que l’autre itinéraire par la Segnora et le Fort Lagarde soit correctement balisé et parfaitement praticable, chance d’être arrivé sans encombre et à l’heure à Prats-de-Mollo et enfin et c’était là le plus important, chance de pouvoir poursuivre ce Tour du Vallespir dont 3 étapes restées à accomplir. Oui, je ne sais pas par quel « miracle », j’étais sorti sur mes deux jambes de cet incroyable fourvoiement ? Ce fourvoiement avait duré plus de 4 heures et ces heures-là étaient enfouies à jamais dans ma mémoire, mes jambes et mon corps. En ce 22 novembre 2017, voilà quelles sont mes pensées quand je me lance vers ce col du Miracle, col que par la force des choses, je n’ai jamais connu. …..La suite très bientôt..... A bientôt ami(e)s blogueuses et blogueurs.


     

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    « Le Château de Peyrepertuse depuis Duilhac-sous-PeyrepertuseSyrie, conflit pourri ! Appel à la paix ! »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    7
    Dimanche 19 Novembre 2017 à 07:16

     Bonjour Gilbert 

    Ce doit être un agréable circuit , je ne connais pas encore Urbanya mais certainement nous irons de ce côté quand les journées seront longues . Nous avons fait une courte portion de ce circuit au départ de Nohèdes qui passait par les pics de Moscatosa et Lloset , les paysages sont très beaux et j'ai bien aimé . Pour le circuit de St Laurent de cerdans sur mon blog on trouve l'explicatif sur le site de la ville / circuit n°2 la Brousserre  http://www.saintlaurentdecerdans.fr/Randonnées/RANDO-2-La-Brousserre.pdf 

    Bonne journée , amicalement Patricia

    6
    lison
    Samedi 23 Septembre 2017 à 15:40

    Et bien tu vas me rendre bien service et tu m'appâtes déjà car j'ai fort envie de connaître cet arbre exceptionnel ainsi je saurai comment le trouver...affaire à suivre

    5
    lison
    Vendredi 17 Février 2017 à 17:47

    Je me demandais ce qui pouvait bien y dormir ou si le pic dormait tout seul  ...J'ai fait un bout de chemin là bas mais je ne suis pas allée jusqu'au pic  parce que mon chat, dans le camion, était à sa 1ere sortie, je ne voulais pas le laisser longtemps. Il paraît que c'est sympa en raquettes. je pense que c'était plutôt en aout 2016 (sourires amusés car je suis toujours déphasée dans le temps.) J'ai hâte de lire la suite

    4
    Samedi 13 Août 2016 à 05:42

     

    Bonjour,
    Voici encore une belle rando parmi cette série de récits bien expliqués, du bon boulot dans un contexte pas forcément très facile en ce moment, merci et bonne continuation pour de nouvelles aventures…

    3
    DD
    Vendredi 23 Octobre 2015 à 17:35
    Bonjour J'ai bien reçu votre demande, je m'excuse pour le retard à vous répondre, j'étais absente et mon blog est toujours en pause ... Comme vous, je connaissais le lac de Oô par les mots fléchés bien avant de le connaitre en vrai, je le dis d'ailleurs dans mon billet, nous avons eu la même idée ! Oui bien sûr vous pouvez prendre les photos de mon article qui vous font besoin pour le votre, c'est avec plaisir et merci de me l'avoir demandé au préalable je suppose que c'est dans ce billet que se trouve la photo qui vous intéresse ? http://lesmouettes17.eklablog.fr/le-village-d-oo-a49873046#header si vous avez besoin vous pouvez en prendre d'autres, j'ai désactivé le clic droit de la souris depuis mon administration de blog, vous devriez donc pouvoir faire un "enregistrer sous" sinon dites moi je vous envoie par mail je reviendrai sur vos pages quand ma pause sera terminée, je m'abonne à votre N-L Bonne soirée et à bientôt
    2
    mimitjs
    Lundi 23 Avril 2012 à 11:54
    bonjour, nous serons un couple en week-end prolongé à argeles sur mer du pont du 1er mai et aimerions trouver quelques randos sympas ( niveau moyen à difficile)  dans le secteur ( je précise que nous avons déjà fait une rando l'an passé dans la massane et les albères ( je pense que se sont les deux classiques du coin) je pensais que vous auriez pu m'en indiquer une ou deux sympas que vous me conseilleriez ,vu votre grande connaissance des lieux ... avec mes remerciements. sportivement myriam ( et yves)
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    1
    decouverte66
    Vendredi 28 Octobre 2011 à 16:56
    moi aussi, je rêve d'accomplir ce circuit, l'occasion viendra peut-être. Pour l'instant, le temps me manque.En tous les cas j'imagine votre plaisir à effectuer ce parcours long peut-être mais certainement superbe... Amicalement Robert PAGES
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :