• 3- Mon Journal Mensuel (94 articles)

    Chaque mois, "Mon Journal Mensuel" reprend sous la forme d'un article, d'un billet ou d'une chronique, un sujet qui me tient à coeur.

    Sujets d'actualités ou de société, récits d'un vécu personnel voire intimes, rien n'est jamais prévu à l'avance mais mon côté "réac" y est souvent présent. "Réac" mais dans le sens noble du terme c'est à dire en réaction contre toutes les tendances négatives mais si possible, toujours avec sensibilité, dérision et humour.

    Vous trouverez ci-dessous tous les articles rédigés depuis 2010 présentés du plus récent au plus ancien.

  •  Swisslife et April, deux mutuelles à éviter !!!

    Sans doute avez-vous une mutuelle pour les remboursements complémentaires de vos frais médicaux ? C’est mon cas aussi. Ce mois-ci, si je veux vous parler des mutuelles, vous aurez deviné que ce n’est pas pour en dire du bien. Si vous lisez régulièrement mes coups de gueule, vous commencez à me connaître. Bon, je vais me limiter à vous dire du mal des deux que j’ai connues depuis que j’ai arrêté par la force des choses celle dont je disposais dans mon travail. La mutuelle de mon travail consistait en un contrat groupe avantageux en garanties et en tarif puisque mon employeur en prenait une partie à sa charge. Il s’agissait d’Axa et j’avoue que pendant de très longues années, je n’ai jamais eu en m’en plaindre. Maintenant, quand j’ai pris ma retraite, en 2008, elle était bien trop chère pour que je puisse la poursuivre tout seul, alors à l’époque, j’avais opté pour Swisslife. Une mutuelle qui m’avait été conseillée par un ami mais qu’il faut impérativement éviter car dès la première année, les gestionnaires de cette assurance ont cru bon de donner un coup de canif dans le contrat en ne voulant pas me rembourser une garantie pourtant inscrite au contrat et qui était un forfait cure dont devait bénéficier Dany, mon épouse. Une cure thérapeutique indispensable pour elle qui souffre de problèmes articulaires et rhumatismaux (polyarthrite et fibromyalgie)  depuis très longtemps et cure, bien évidemment, prescrite par son médecin traitant et acceptée par la Sécurité Sociale. Tous les éléments étaient donc réunis pour que le remboursement intervienne mais Swisslife a refusé, trouvant toujours plus de prétextes puérils au refus d’honorer une garantie pourtant très simplement mentionnée dans les conditions particulières et générales. Je n’ai pas insisté et suis parti voir ailleurs au bout de cette première année. J’ai fait le choix d’April Prévoyance Santé car eux aussi disposaient d’un forfait cure annuel de 300 euros. Quelles étaient les conditions contractuelles pour l’obtention ? Que la cure soit thérapeutique, d’au moins 3 semaines et donc prescrite par un médecin et qu’elle soit acceptée par la Sécurité Sociale. Dany a toujours rempli toutes ses conditions, bénéficiant même d’une ALD (affection de longue durée) à 100% pour cette maladie chronique.

     

    Mais il était dit que l’histoire se répéterait car comme l’a si bien dit et écrit Karl Marx, (il n’a pas dit et écrit que des conneries, loin s’en faut !)  « L’histoire se répète tout d’abord comme une tragédie, après comme une farce », mon histoire de mutuelle et de forfait cure s’est répétée comme une tartufferie.

     

    Pendant 7 longues années, April a remboursé à mon épouse le forfait cure de 300 euros annuels figurant au contrat et en 2017, patatras….plus de forfait cure à partir de 2018. Pourtant rien n’a changé, ni du côté de mon épouse, ni à la CPAM, ni ailleurs et seule la mutuelle April estime que le remboursement de ce forfait n’est plus justifié. Pourtant ils affirment que le contrat n’a pas été modifié. Voilà la fameuse farce qu’évoquait Karl Marx. En réalité, mes interlocuteurs inventent de multiples raisons. Un coup, ils avancent avoir remboursé ce forfait cure à titre commercial pendant 7 ans, une autre fois, ils disent avoir remboursé par erreur, les fois suivantes ce sont d’autres prétexte (erreur constatée suite un audit chez eux ou refus de l'assureur la Mutuelle Mieux Être, etc….). Vous parlez d'un "mieux être", plus on paye et moins on est remboursé ! Un coup, ils deviennent fermes et disent que c’est ainsi et le lendemain, ils affirment étudier mon dossier. Mais cette fois-ci, je ne baisserais pas facilement les bras et s’il faut aller au clash et jusqu’au médiateur voire plus, j’irais ! Voilà, en conclusion, les récents problèmes que j’ai connu avec mes mutuelles et que je connais encore à ce jour, à l’instant où j’écris ce billet. Il faut donc éviter Swisslife mais éviter April aussi, les deux sont à mettre dans le même panier ! Toutes ces grandes mutuelles sont une voyoucratie organisée dont le seul but est de faire du fric sur notre dos. Ils n’ont de mutuelle que le nom et d’ailleurs, vous noterez que ces deux-là emploient rarement ce mot. Ils préfèrent « prévoyance santé ».  En 7 ans, les cotisations de ma mutuelle April ont augmenté de 58% mais les garanties, elles, n’ont jamais évolué, bien au contraire, et maintenant ils veulent m’en sucrer ! Alors passez votre chemin et allez voir ailleurs, c’est le conseil que je vous donne ce mois-ci et rappelez vous la définition du mot « prévoyance » du Larousse : « qualité de quelqu’un qui sait prévoir et qui prend des dispositions en conséquence ». Quand à la définition de la société mutualiste la voici : « organisme de droit privé sans but lucratif, géré par ses adhérents et qui a pour objet d'assurer la protection de ceux-ci contre diverses éventualités (assurance, risques sociaux) ». Sans but lucratif et d’assurer la protection des adhérents ? C’est une farce, dont je ne sais si elle est "marxiste" mais effectivement très marrante et je vous renvoie à un article du Parisien de septembre 2011 intitulé « le pactole caché des mutuelles de santé ».  Tout y est dit ou presque ! D’un autre côté, ne vous inquiétez pas trop car même sans ces deux mutuelles-là, vous aurez encore le choix parmi les 400 ou 450 mutuelles disponibles en France. Un chiffre en constante diminution, non par à cause de faillites, mais à cause des nombreuses fusions entre-elles car le secteur est excessivement juteux. Les économistes appellent cela une consolidation de secteur, moi j'appelle ça  "des attrapes-couillons", car nous ne leurrons cette concentration c'est le tout début d'un monopole ! 5 millions de français n'ont pas les moyens de s'en payer une selon un article d'Ouest-France de 2016. La devise des mutuelles de santé est « l’union fait la force », une force qu’elles utilisent pour faire de plus en plus d’argent, contre leurs adhérents avec des contrats de plus en plus contraignants, des garanties moindres et des tarifs de plus en plus chers, surtout si vous êtes vieux, à la retraite et avec des maladies chroniques. Alors, faut-il se passer de mutuelle et à la place mettre 100 euros de côté tous les mois par individu. Moi, je crains le gros pépin, style hospitalisation de longue durée, mais certains, de plus en plus nombreux d’ailleurs, ont franchi le pas et ont entamé cette démarche. Alors si vous avez une expérience positive en ce domaine, je suis preneur !

     

    Ne va pas chez Swisslife,

    Car il ne couvre pas ta wife,

    Ne va pas chez April,

    Tu t’y feras de la bile !

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique