• 3- Mon Journal Mensuel (130 articles)

    Chaque mois, "Mon Journal Mensuel" reprend sous la forme d'un article, d'un billet ou d'une chronique, un sujet qui me tient à coeur.

    Sujets d'actualités ou de société, récits d'un vécu personnel voire intimes, rien n'est jamais prévu à l'avance mais mon côté "réac" y est souvent présent. "Réac" mais dans le sens noble du terme, c'est à dire en réaction contre toutes les tendances négatives mais si possible, toujours avec sensibilité, dérision, voire humour et/ou esprit de justice.

    Vous trouverez ci-dessous tous les articles rédigés depuis 2010 présentés du plus récent au plus ancien.


  • Tout va très mal Madame la Banquise.....

    Tout le monde le sait, car nous en avons désormais les preuves formelles, la banquise fond plus vite que prévu, et ce n’est pas le limogeage par Emmanuel Macron de Ségolène Royal de son poste d’ambassadrice des pôles qui a changé quoi que ce soit à l’affaire. On s’en doutait. Faut-il tout mettre sur le dos de l’activité humaine ? Je ne sais pas car je ne suis pas climatologue ! Toujours est-il que le changement climatique s’accélère, les catastrophes s’intensifient et nos gouvernants actuels comme leurs prédécesseurs regardent ailleurs.  Normal, tout va très mal Madame la Banquise et au lieu d’être dans l’action, ils sont toujours à compter leurs voix électorales et à faire en sorte de ne pas en perdre lors des prochains scrutins ! Ne pas faire de vagues, auprès de personne, auprès d’aucune communauté, groupes, lobbys, corporations de préférence, voilà leur leitmotiv et de ce fait, les seules vagues notables sont celles qui emportent tout sur le passage comme ces jours-ci dans la Vallée de la Vésubie et celle de La Roya. Un petit discours d’apitoiements et puis s’en vont. Normal, tout va très mal Madame la Banquise et il y a bien d’autres phoques ou ours blancs à fouetter !

    Parmi ces ours et ces phoques, et si je fais volontairement abstraction de la Covid-19, sujet ô combien majeur de cette année 2020, les autres principales préoccupations des français restent toujours les mêmes, et ce même si d’une année à l’autre quelques pourcentages évoluent selon les événements de l’actualité. Au titre d’exemples donnés par l’Insee voilà comment elles étaient jugées par les français en 2019 : 

    • Terrorismes – Attentats : femmes 21,5% - hommes 17,9% - ensemble 19,8%
    • Pauvreté : femmes 19,3% - hommes 18,6% - ensemble 19%
    • Chômage – précarité de l’emploi : femmes 14,1% - hommes 18,1% - ensemble 16%
    • Santé : femmes 13,4% - hommes 12% - ensemble 12,8%.
    • Environnement : femmes 12,8 % - hommes 14,6% - ensemble 13,6%
    • Délinquance : femmes 9,5% - hommes 10,6% - ensemble 10%
    • Racisme – discrimination : femmes 7,2% - hommes 6,2% - ensemble 6,7%.
    • Sécurité routière : femmes 2,1% - hommes 1,9% - ensemble 2%.

    Dans cette liste, je pense qu’il manque « l’éducation des enfants », mais au regard des perturbations que la Covid cause dans ce domaine, il est certain qu’elle est désormais une préoccupation majeure des français.

    Sans vouloir jouer les Zemmour, et surtout sans mettre « tous les gens venus d’ailleurs dans le même panier », il faut reconnaître que bon nombre de problèmes en France se sont intensifiés voire ont apparu à cause de ce tsunami migratoire que nous subissons depuis les années 50/60 et années suivantes que les démographes appellent 3eme vague.

    Terrorisme : Depuis les années 2000 qui sont les terroristes ?  Pour la plupart, ce ne sont que des enfants de la 3eme ou 4eme génération issus de l’immigration et qui ont trouvé dans le Djihad un exutoire à leur infortune et oisiveté banlieusardes. Au titre d’exemples, il suffit de voir les noms de ceux qui seront jugés avec Salah Abdeslam, principal suspect des attentats parisiens du 13 novembre 2015, tous ont des noms arabo-musulmans, même si tous n’ont pas la nationalité française. Il y a des exceptions avec des français de souche terroristes mais elles sont aussi rares qu’inacceptables. Parmi ces exceptions, on peut évoquer le cas de cet agent radicalisé de la préfecture de Paris. Il est d'autant plus inquiétant que l'on sait que bon nombre de services publics sont gangrenés par ce phénomène. Il s’appelle Mickaël Harpon, est né en Martinique, a 45 ans, travaillait comme informaticien au service des renseignements généraux, il est marié à une marocaine (est-ce la raison ?), a 2 enfants et n’a pas le profil du terroriste habituel, même si nombreux étaient ses collègues à savoir qu’il s’était converti à l’islam depuis quelques temps déjà et avait montré des signes évidents de radicalisation. Il y aura toujours des exceptions, mais pour se radicaliser il faut qu’il y ait un terreau pour ce faire. Le terreau est trop fertile et il faut trouver des solutions pour l'appauvrir. En cinquante ans, l’islam et ses pratiques ont changé. De plus, il faut reconnaître que nos dirigeants ne sont pas toujours logique dans leur façon de voir les choses. Ils s’en vont combattre les terroristes dans d’autres pays ; le Mali ou le Niger par exemples, mais dans le même temps, ils  acceptent d’en avoir 10.000 de potentiels (peut-être beaucoup plus !)qu’il faut surveiller comme le lait sur le feu sur notre territoire. Oui, où est la logique ? Pauvreté : Exceptés la Réunion, Mayotte et la Guyane, où se situent les personnes les plus pauvres si ce n’est dans le département de la Seine-Saint-Denis, épicentre de l’immigration où le taux de pauvreté est de 26% dont 34% si l’on tient compte uniquement des jeunes mineurs ? En 50 ans, sa population a plus que doublé et les jeunes d’origine étrangère de moins de 18 ans qui représentaient 19% en 1968 sont passés à 57% en 2005, ce pourcentage étant de 77% pour la seule commune de Clichy-sous-Bois. Le reste de la France n’est pas en reste et la courbe ascendante est la même mais avec des chiffres un peu moindres. Chômage – Emploi : Bien évidemment, il ne faut pas se leurrer, ces jeunes nous les retrouvons sur le marché de l’emploi où les immigrés tous confondus représentent un taux de chômage de 13,6% contre 7,8% pour les non immigrés. Nos gouvernants n’ont de cesse de vouloir nous faire croire que l’immigration est bonne pour l’emploi, qu’elle peut être choisie et que bon nombre de migrants seraient hautement qualifiés. Ce ne sont bien évidemment que des mensonges et des désirs peu résolus, et ce d’autant que l’on sait pertinemment qu’il y aura toujours un délit de faciès et une discrimination à l’embauche selon qu’on s’appelle Jean ou Mohamed. Il faut le regretter mais c'est ainsi et il faudra du temps pour que ça change. Qui dit chômage, dit coût social incommensurable pour la société. La Covid ne va rien arranger ! Santé : Il est évident que cette immigration de masse dont ; entre légaux, illégaux et étrangers ; on ne connaît jamais les vrais chiffres (pourquoi ? Mais poser la question, c'est peut-être y répondre !), a une forte influence sur les besoins sanitaires. En 2017, Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur faisait état de 300.000 sans-papiers. En 1995, sous Jospin, l’administration évoquait déjà de 200.000 à 400.000 illégaux sur le territoire. Certains évoquent en une année des villes comme Rouen ou Strasbourg soit 600.000 à 700.000 toutes personnes confondues de plus sur le territoire national. Serons-nous en mesure de faire face à cette évolution exponentielle si on ne fait jamais rien pour l’arrêter voire au moins la ralentir ? Dans tous les cas et quel que soient les chiffres, la France détient le record du flux migratoire en Europe alors que tous les autres pays voient plutôt leurs chiffres baisser. Cela est du au fait que la France est devenue avec ses prestations sociales en tous genres un aspirateur à migrants. On a tous entendu parler de l’A.M.E, Aide médicale d’Etat, dispositif permettant aux étrangers en situation irrégulière de bénéficier d’un accès gratuit aux soins. Elle aurait coûté 943 millions d’euros en 2019, mais c’est surtout son augmentation de 47% entre 2009 et 2019 qui interpelle, et elle interpelle d’autant plus que l’on sait que des filières étrangères se sont créées opportunément profitant de cette généreuse et grotesque manne de manière totalement illicite. Environnement : On sait que bon nombre de migrants fuient leur pays à cause d'un changement climatique : trop ou pas assez de pluies, aridité des sols, montées des eaux, catastrophes naturelles, etc... Alors peut-on accueillir toutes ces personnes alors que nous mêmes avons nos lots de calamités ? Comment cet afflux de nouvelles personnes, et dans un petit pays comme le nôtre en terme de superficie, ne pourrait-il pas avoir une mauvaise influence sur la qualité de notre environnement ?  Plus de logements, plus de véhicules, plus de personnes et de biens à transporter, inévitablement plus de pollutions, plus de déchets et en 2 mots « moins d’écologie ! ». Plus d’argent à mettre dans le social et donc moins à mettre pour un meilleur environnement même s'il faut reconnaître qu'un effort est fait dans ce sens. Est-il suffisant ? Pour le citoyen lambda, quels ont été les effets visibles de la COP 21 depuis 2015 ? Je me souviens d’une émission TV où l’on voyait un journaliste interviewé un modeste paysan que sa commune venait d’exproprier de son terrain dans le but de construire des logements sociaux. Malgré l’argent qu’il allait percevoir, on sentait bien le désappointement de ce brave homme qui avait vécu toute sa vie sur sa terre de son petit troupeau de bovins. Il indiqua qu’il était triste de savoir que sa jolie terre campagnarde faite d’herbages verdoyants et de haies naturelles allait disparaître à jamais enfouie sous le béton d'une cité HLM et que ses vaches et veaux seraient « malheureusement » remplacés par des « gens venus d’ailleurs ». Tout était dit ! Délinquance : Au mot « délinquance », j’aurais préféré les mots « insécurité » et « justice » ou plutôt « injustice », car malheureusement on fait de nos jours la part trop belle aux voyous plutôt qu’aux victimes. Beaucoup trop de sanctions pénales ne sont jamais exécutées. Beaucoup trop de délinquants multirécidivistes profitent de cette impunité. Si on ne connaît aucun chiffre ethnique ou religieux des personnes incarcérées, quelques textes et chiffres sont néanmoins très parlants : Ainsi le journal Le Monde du 20 octobre 2016 indique que « les enfants de l’immigration sont surreprésentés en prison »  ajoutant « que le discours djihadiste trouve un écho dans le milieu carcéral car le nombre de détenus musulmans, issus de l’immigration maghrébine ou subsaharienne est important ». Au delà de cette absence de chiffres, on sait que 96 % sont des hommes et la moitié a moins de 32 ans et est sans emploi. Ces détenus sont issus le plus souvent de milieux dits défavorisés. Un détenu sur 4 est sans aucune ressource. 80% ont un niveau inférieur au baccalauréat, 10% sont carrément illettrés. 38 % ont des addictions à la drogue et 30% à l’alcool. 8 hommes et 7 femmes sur 10 présentent au moins un trouble psychiatrique. Un détenu sur 4 est né à l’étranger et en février 2017, 22 % des détenus étaient carrément étrangers. Là aussi, on imagine aisément le coût que ces consentements étatiques absurdes engendrent ! Racisme – discrimination : Il me paraît presque naturel qu’avec tous ces problèmes qu’engendrent l’immigration et les immigrés, il y ait du racisme et de la discrimination. Personnellement, le mot « détestation » me paraîtrait plus approprié car je crois que l’on a toujours tendance à mettre les mots « racisme et discrimination » à toutes les sauces. C’est plus souvent un problème dans la façon d’être, de vivre et de se comporter différemment qu’un problème de couleur de peaux ou de communauté. Mais je ne vais pas m’étendre sur ce thème car je pense que de l’aversion, il y en a des deux côtés, surtout quand l’aspect religieux qui a disparu d’un côté et qui est omniprésent de l’autre entre en ligne de compte. Dans ce cas précis, trop souvent la compréhension et la tolérance disparaissent, car comment expliquer à un athée que la religion peut être le fil rouge d'une vie et vice-versa ? Macron, après plus de 3 ans de pouvoir, vient de faire le constat qu’il y aurait un islam radical dans notre pays et l’intitule « séparatisme ». S’il suffisait de changer les mots pour régler les problèmes ça se saurait car des gouvernants bavards dieu sait si nous en avons eus, lui inclus ! Sécurité routière : Je ne vais pas m’étendre sur ce thème-là car si l’on ne peut pas affirmer que l’immigration a eu un effet sur les accidents de la route, on peut néanmoins dire sans se tromper qu’un voyou de la vie courante sera probablement un voyou au volant. La jeune gendarmette Mélanie Lemée qui est morte récemment, heurtée par le véhicule d’un délinquant multirécidiviste issu de l'immigration est là pour prouver que j’ai raison. Cela nous renvoie au paragraphe sur la délinquance.

    Alors bien sûr et je le vois d’ici, on va me traiter d'inhumain, de discriminant, de xénophobe, d’islamophobe, de raciste sans doute et je ne sais quoi encore ? Que je fais des amalgames. Non, je ne fais pas d’amalgames et si je ne mettrais jamais toutes les personnes venues d'ailleurs dans le même panier, (il y en a beaucoup de très bien) les constats sont néanmoins là et il serait temps que nos gouvernants s'emploient à trouver des solutions pour que ça change. Pourtant, je ne fais que reprendre des éléments que n’importe qui peut lire sur le Net, dans la presse, les médias ou dans des organismes d’état comme l’INSEE et bien d’autres et pas obligatoirement d’extrême-droite. Il suffit de s’y intéresser et d’en faire le constat comme je le fais. J'ai mis pas mal de liens pour faciliter ces lectures.  Il suffit d’éviter de tomber dans cette « pensée unique » dont l’objectif est de nous faire regarder ailleurs voire au pire de vouloir nous faire fermer les yeux. Pourtant, je reste conscient qu’une immigration est nécessaire mais il faut qu’elle soit réfléchie et choisie pour que la France reste ce qu’elle était, c'est-à-dire un pays des Lumières où il fera bon vivre. Où nous conserverons nos traditions et nos valeurs. Les guerres antérieures nous ont envoyé leur lot de migrants européens mais jamais leurs venues ont engendré les problèmes que l'on connaît de nos jours. Il existe des solutions comme le Canada le démontre en barricadant ses frontières et en faisant le choix d’une seule immigration nécessaire à la bonne marche du pays. Pour cela, il faut beaucoup de contrôles et être disciplinés : fixer des règles, s'y tenir, contrôler nos frontières, nos aéroports, nos ports, arrêter le regroupement familial, ne pas donner la nationalité française à tort et à travers et notamment à des personnes qui finissent toujours par à en avoir deux. La donner seulement après une longue période probatoire. Arrêter de verser des aides sociales immédiates à des personnes qui ne viennent que pour ça ! D’autres diront que je suis négatif, faisant uniquement la liste des problèmes et oubliant les aspects positifs de notre société française. Lesquels ? La Sécurité Sociale ? Dont on dit que la fraude s’élèverait à plusieurs dizaines de milliards ? De ses services publics ? J’y ai été suffisamment confronté dans ma vie professionnelle pour savoir qu’ils ne peuvent pas être d’excellence et ce dans de multiples domaines ? La seule évolution favorable que j’ai vue ces dernières années, c’est l’accès si facile au chômage partiel suite à la Covid. Si facile, que là aussi les fraudes ont été colossales en seulement quelques mois ! Comme souvent, les contrôles ont été inexistants au préalable. On verse des aides et on constate après coup avoir été floué ! Là, on tente de se récupérer mais ce n'est toujours que partiellement ! De ses services de santé ? On a vu leurs faiblesses avec le coronavirus et surtout qu'on n'était pas les meilleurs dans ce  domaine (je n'ai eu de cesse de le dire dans Mon Journal Mensuel), mais on a vu aussi que les personnes qui tenaient le système à bout de bras étaient trop souvent au bas ou au milieu de l’échelle en terme de reconnaissance et de rémunérations. De son éducation ? Dont on voit bien qu’on la tire constamment vers les bas. Est-il raisonnable de « donner » le baccalauréat à 95% de nos enfants et ainsi de leur faire croire que l’avenir qui se profile sera uniquement rose pour eux ?

    Madame la  Banquise, si quelque chose va bien dites-le moi et j’arrêterais de fondre en larmes comme vous le faites vous-même. Sortez vos mouchoirs et mettez vos maillots de bain, les eaux vont continuer à monter !

     

     

     

    ..

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique