• Ce diaporama est agrémenté de le jolie musique "Emmanuel" de Michel Colombier jouée ici et successivement par 3 virtuoses de leur discipline respective à savoir Toots Thielemans (Harmonica), Antonio Onorato (guitare) et Kristina Cooper (violoncelle) accompagnée ici de Laura Frautschi (vilon) et John Novacek (piano)

    La Chapelle Saint-Michel de Sournia depuis Sournia

    Pour agrandir les photos cliquez dessus, pour un plein écran, cliquez 2 fois 


     

    En ce samedi 24 novembre 2018, et pour décompresser un peu, Dany et moi avions décidé de joindre l’agréable à l’agréable. Le premier « agréable » était de se trouver un bon petit resto sympa le midi et le deuxième était de faire suivre ce déjeuner d’une petite balade pédestre la plus agréable possible. Après l’analyse de diverses solutions, nous avions jeté notre dévolu sur Sournia et son auberge. Quand à la balade, nous nous étions fixés de partir à la découverte de la « chapelle Saint-Michel » de Sournia (*) que nous ne connaissions pas. Enfin, nous ne la connaissions que de haut et de loin et simplement pour l’avoir aperçue lors d’une randonnée intitulée « le Pic Garrabet et Terre Majou ». En réalité, moi, je l’avais déjà aperçu de loin également lors d’un mémorable Tour des Fenouillèdes effectué en septembre 2011 et lors de la 2eme étape entre Eus et Sournia. Alors pourquoi vouloir décompresser de cette façon-là me direz-vous ? Parce que depuis de longues semaines, Dany et moi étions sur le pont de l’association de yoga que nous gérons dans notre commune de Saint-Estève, elle comme présidente et moi comme trésorier. Être sur le pont, cela avait commencé en septembre avec une participation à un forum puis depuis tout s’était enchaîné très rapidement et sans presque aucun répit. Nouvel exercice et nouvelles inscriptions pour Dany, bilan précédent à clôturer, nouvelle comptabilité à ouvrir et nouvelle gestion des adhérents pour moi, une ribambelle de chèques d’adhérents à remettre en banque, les nouvelles cartes d’adhésions à imprimer puis l’assemblée générale prévue le 23 novembre s’était rapidement profilée, avec les achats à prévoir pour un apéritif où nous devions accueillir 70 à 80 personnes, la convocation à rédiger puis à poster à une centaine d’adhérents, les discours, les différents rapports, les futurs P.V à rédiger plus tard mais d’ores et déjà à envisager, les bulletins de vote, les messages sur le site Internet de l’association, le 40eme anniversaire à cogiter car à fêter, les médailles commémoratives de cet anniversaire à imaginer et à faire fabriquer pour nos plus anciens adhérents, les élus à accueillir comme il se doit car la remise d’une médaille de la ville était prévue pour le fondateur de l’association, etc…etc.. Dans cet inventaire à la Prévert, j’oublie sans doute pas de mal de choses. Tout cela pour dire qu’en ce lendemain d’A.G, A.G qui s’était formidablement bien passée, la pression était certes un peu retombée, mais un relâchement définitif et dans la Nature loin de tout ça n’était pas un luxe. Le 24 novembre, et après une modeste mais bénéfique grasse matinée, il est 12h30 quand nous garons notre voiture sur la place centrale de Sournia. L’Auberge de Sournia, nous la connaissons bien désormais car nous y sommes allés une bonne demi-douzaine de fois. Elle a d’agréables menus aux rapports qualité/prix très intéressants.  Les aubergistes ; un couple très gentil ; sont des gens très réservés mais sympathiques et même plutôt chaleureux intérieurement dès lors que les conversations s’engagent et qu’on les connaît un peu. Quand à la balade, dès le déjeuner terminé, nous sommes partis de l’auberge même, en empruntant la D.2, route principale, direction Rabouillet. La chapelle étant plutôt bien mentionnée sur quelques panneaux signalétiques, cette très courte balade reste réalisable même sans tracé GPS et sans carte IGN, encore qu’un minimum requis n’est jamais superflu. Après avoir visité assez rapidement l’hôtel de ville, l’église et d’autres éléments intéressants du patrimoine, nous sommes sortis de Sournia toujours par la D.2. En réalité, nous sommes sortis du centre de la commune car cette dernière étant bien étendue, les habitations restent longtemps présentes. A la sortie de la ville et à une intersection, nous avons pris la direction du quartier du Puigt, ancien fief des Templiers nous apprend l’Histoire de Sournia, puis nous avons poursuivi le chemin dominant le centre équestre qui est mitoyen avec le joli centre de vacances Le Moulin, joli car dans un cadre boisé et verdoyant au bord même de la rivière Désix. A partir de là, l’itinéraire longe la rivière. Voilà les principaux jalons puis le chemin dit de Saint-Michel, tout en longeant la Désix, continue vers Courbous et Arsa ou vers Fargasse et Aichoux. Toutefois, nous ne sommes pas allés aussi loin, car un petit panonceau mentionnant le vieil édifice religieux s’est présenté et nous a arrêté. Au même endroit, un autre panonceau mentionne le « Gouffre Saint-Michel ». En fait de gouffre, il s’agit, à cet endroit-là, d’un « pertuis », c'est-à-dire d’un rétrécissement rocheux de la rivière Désix formant une toute petite gorge se terminant par une modeste cascade. Il est fort probable, que tombant de cette petite chute rocheuse, d’une dizaine de mètres de large et d’une hauteur d’un  mètre cinquante tout au plus, l’eau a fini par creuser au pied de celle-ci, une espèce de petite fosse d’une profondeur un peu plus importante que nulle part ailleurs dans la rivière, d’où son nom de « gouffre ». Après la chute, la rivière s’élargit de nouveau, l’eau se calme avant de retrouver son lit quelque peu torrentiel. Après la découverte de ce joli lieu de baignade, l’ancestrale chapelle Saint-Michel est juste à côté, perchée sur un petit promontoire herbeux. Lorsqu’on l’aperçoit depuis le sentier qui y mène, elle présente de prime abord, c'est-à-dire vers sa face sud, un aspect plutôt satisfaisant pour une chapelle préromane que l’on sait du Xeme siècle. En réalité, il faut en faire le tour et y entrer pour se rendre compte qu’elle est encore bien ruinée sous certains aspects même si plusieurs façades et sa  toiture  ont été amplement restaurées et rénovées dans les années 80 par les services des Monuments Historiques. Son autel rudimentaire, enfin ce qu’il en reste, copieusement décoré de nombreux objets pieux démontre, si nécessaire, qu’une foi et même une ferveur religieuse sont encore bien ancrées dans cette région du pays Fenouillèdes. On note des ouvertures en arc outrepassé plutôt rares dans nos régions et rappelant des architectures bien antérieures au Xeme siècle : fin de l’empire romain, hispano-arabe et wisigothique. Après la visite de l’ancestrale chapelle, dont le cadre champêtre apporte une certaine poésie à ce lieu,  il faut, si l’on veut effectuer une boucle, emprunter le large chemin qui file derrière elle, direction nord-ouest. Cette piste forestière monte dans une pineraie puis retrouve plus haut la route départementale D.2. Après un ou deux virages et les blanches carrières de marbre que l’on aperçoit à main gauche, on délaisse cette D.2 au profit d’une voie rectiligne qui file derrière le cimetière et nous ramène le plus directement possible vers Sournia. La boucle se referme mais si vous ne connaissez pas Sournia, une ample visite est vivement recommandée. Vous ne verrez probablement pas tout en novembre, et même en hiver plus globalement, mais la cité est belle et son patrimoine très intéressant et fourni. Citons l’imposante église paroissiale de la Nativité de Notre-Dame possédant un joli mobilier, de remarquables retables, des tableaux, des statuts et des croix (visible sur le site www.tourisme-canigou.com), le tout plutôt ancien, la jolie fontaine de la Pou et ses canaux qui en découlent arrosant les jardins de la commune, quelques oratoires, les restes du château féodal, quelques portes en arches très anciennes et le musée de la Vie Quotidienne. Si l’on s’éloigne de la ville, les autres chapelles sont légions mais le plus souvent ruinées. Il y a les chapelles Sainte-Félicité et del Mené sur la route filant vers Pézilla-de-Conflent, les vieilles église de Saint-Just de Courbous et de Saint-Laurent d’Arsa, sans  oublier les fameux « ponts dit romains », vieux ponts moyenâgeux sans doute, que j’ai déjà eu l’occasion d’évoquer et de vous faire découvrir lors de deux récentes balades : « Le Circuit autour du Vallon de la Désix » et « le Circuit des Ponts Romains ». Notre promenade d’aujourd’hui a été longue de 5,6 (visites incluses) pour un modeste dénivelé de 90 m environ. Dénivelé modeste certes mais amplement suffisant pour Dany, laquelle après son opération du genou droit avec la mise en place d’une prothèse totale au mois d’avril dernier, n’avait plus randonné depuis le « Sentier du Berger à Leucate », c'est-à-dire depuis le 17 mars 2018, soit plus de 8 mois sans marcher. Une belle et gentille reprise, qui je l’espère, servira de reprise à beaucoup d’autres dans le futur. Dany ayant accepté que je flâne afin de photographier les nombreux oiseaux qui étaient présents ce jour-là (geais, merles, rouges-queues noirs, serins, bruants mais surtout énormément de pinsons partout), nous avons pris tout deux un grand plaisir à effectuer cette courte et facile randonnée.  Cartes IGN 2348 ET Prades – Saint-Paul-de Fenouillet Top 25.

     

    (*) La Chapelle Saint-Michel de Sournia : Pour en savoir plus sur cette chapelle, je vous propose d'aller sur un des deux liens suivants :

    https://www.les-pyrenees-orientales.com/Patrimoine/ChapelleStMichelDeSournia.php

    http://www.baladesromanes66.net/index-edifices-en-acc%C3%A8s-direct/fenouill%C3%A8des/st-michel-%C3%A0-sournia/

     

     


    2 commentaires
  • Ce diaporama est agrémenté de la sublime musique "Moon River" du compositeur Henri Mancini, paroles de la chanson de Johnny Mercer. Musique et paroles destinées au film de Blake Edwards "Diamants sur canapé", en anglais "Breakfast at Tiffany's" (1961) dont les acteurs principaux étaient Audrey Hepburn et George Peppard. Ici la musique et la chanson sont respectivement jouées ou chantées par Audrey Hepburn (chant), Henry Mancini and son orchestre (version cha cha cha), Alfredo Sadel (musique et chant), Fred Schultheiss (harmonica), The Hollywood Strings (orchestre), Danny Williams (chant).

    Le Petit Balcon d'Urbanya depuis Urbanya

    Le Petit Balcon d'Urbanya depuis Urbanya

    Pour agrandir les photos, cliquez dessus. Cliquez 2 fois pour un plein écran.

     


     

    Avec ce « Petit Balcon d’Urbanya », voilà une nouvelle balade de ma composition à partir de mon village devenu désormais fétiche. Une balade à la fois originale dans son parcours, et inédite sur mon blog, mais qui emprunte des chemins qui eux ne sont pas , ni inédits, ni originaux : chemin de Saint-Jacques, Serrat du Calvaire et de Miralles, col de Les Bigues et chemin de l’Ourriet. Voilà quelques noms, si vous suivez régulièrement mon blog, qui sonneront à vos oreilles car ils sont loin de vous être inconnus. Si cette randonnée, je l’ai intitulée le « Petit Balcon d’Urbanya », c’est en référence à une autre que j’avais intitulée « Le Balcon d’Urbanya ». Cette randonnée-ci est bien moins longue, moins haute en élévations et démarre d’Urbanya et non pas de Nohèdes comme la précédente. Mais attention, moins longue et moins haute ne signifie pas facile et sans dénivelé. Non, ce « Petit Balcon d’Urbanya » est une vraie balade pédestre avec ses sentiers, ses pistes forestières, sa déclivité, ses difficultés et une distance qui est tout de même de 10,5 km pour un dénivelé de 500 m environ. Comme souvent à Urbanya, en ce jeudi 2 août, le Chemin de Saint-Jacques fait office de ligne de départ. Ensuite le sentier s’élève au sein de la garrigue vers les lieux-dits Serrat de Calvaire, Serrat de l'Homme, Clot del Baro, Cubera et Serrat de Miralles. Comme toutes mes balades, l’objectif, outre celui physique de marcher et de prendre un grand bol d’air, est d’aller à la rencontre de la Nature avec un grand « N ». La Nature m’offrira ce qu’elle veut et dans tous les cas et quoi qu’il arrive, je suis preneur. Aujourd’hui encore, les papillons sont de sortie en très grand nombre et je me demande si cette hyper présence n’est pas directement proportionnelle à la rareté des oiseaux ? Moins d’oiseaux, plus de chenilles et résultat plus de papillons ! C’est en tous cas, le constat permanent que je fais cette année et ce, depuis que je séjourne à Urbanya soit 2010. Dans le Haut-Conflent, je ne suis pas le seul à délivrer cette analyse. En France non plus et des organismes comme la Ligue pour la Protection des Oiseaux et le Muséum d’Histoire Naturelle s’en inquiètent bougrement. Au lieu-dit, les pommiers du Clot Baro, et au pied même d’un pommier largement chargé de fruits, je découvre un marcassin mort. Ce n’est pas un nouveau-né loin de là ! De quoi est-il mort ? A priori rien ne permet de le dire car son décès paraît récent et il est presque intact. Il semble avoir une petite plaie au cou que la vermine a déjà légèrement entamée. Rien d’autre apparemment. Acte de braconnage car la chasse est fermée ? Maladie ? S’est-il accidentellement saigné à une clôture de barbelés ? Je reste avec mes questions et laisse le jeune animal à son destin que la nature va se charger de faire disparaître si vite. Les insectes vont continuer à s’occuper de lui, puis les charognards le termineront. Ici, ce n’est pas ce qu’il manque : vautours et autres rapaces comme le milan et le gypaète par exemples, ou bien encore des corbeaux ou des corneilles. Chez les mammifères, il y a des opportunistes comme le renard, la fouine voire le blaireau ou plus rarement le chat sauvage. Après cette triste découverte, je poursuis la montée vers Miralles. Panoramas grandioses, jolie flore et faunes hétérogènes mais presque essentiellement entomologiques sont comme toujours au rendez-vous de cette fin de montée. Quand je finis par atteindre la piste au pied du Serrat de Miralles, c’est un beau troupeau de vaches gasconnes qui m’y accueille. Toujours prudent dès lors que les mères ont leurs veaux près d’elles, je marche lentement et m’écarte au maximum pour éviter de les effrayer. Tout se passe bien. Une fois encore, cette piste qui file vers le col de Les Bigues se transforme pour moi en un inventaire des lépidoptères du Haut-Conflent. Seuls un beau lézard vert, un renardeau malingre, quelques oiseaux et de jolies fleurs viennent changer cet agréable mais sempiternel recensement La faune est désormais si présente que j’en oublie de photographier les paysages pourtant si amples. Sur ma droite, le flanc du Serrat Gran déroule sa merveilleuse forêt aux essences si variées et donc si différemment colorée. Si quelques fleurs subsistent encore, les cistes à feuilles de laurier sont en fin de floraison et leurs fleurs blanches aux corolles si fines et si légères tombent comme des flocons de neige dès lors que je les touche à peine. Comme souvent aussi, et comme je l’avais fait lors de ma précédente balade à la « Font de la Serra de la Barbera », le col de Les Bigues fait office de table de pique-nique sinon improvisée, tout du moins souhaitée. Mon estomac crie famine. Je m’installe à l’ombre de pins à crochets et sur un tapis de ramilles que je prends soin de recouvrir d’un épais papier-bulles. Si ce n’était la présence d’opulentes fourmis des bois qu’on appelle « formica rufa », c'est-à-dire « fourmi rousse », je me ferais bien une petite sieste. Un trop copieux déjeuner comme celui que je viens d’engloutir n’est jamais trop bon pour marcher et le silence et le calme ambiant sont des provocations à se laisser tomber dans les bras de Morphée. Mais non ! Ce lit en « formica » est bien trop inconfortable et surtout agressif. Je repars, cette fois tout en descente par la piste DFCI C057. Elle m’entraîne sur ce large chemin qui se termine dès lors que l’on aboutit dans le Correc du col del Torn et à la côte 1234 sur la carte I.G.N. Dans l’immédiat, il me faut descendre sur ce large chemin que j’avais pris l’habitude de découvrir si bien débroussaillé mais sur lequel aujourd’hui me voilà contraint de zigzaguer au milieu des hauts genêts, des fougères et des cistes quand ce n’est pas des ronciers qui s’entortillent dans mes chevilles. Cette végétation expansive, je ne l’avais jamais découverte ainsi et notamment lors de ma balade que j’avais intitulée « le Chemin de l’Ourriet ». Par bonheur, quelques mésanges sédentaires et des serins de passage me font oublier ces difficultés végétales. Un peu plus loin, dans le Correc de la Sardana, c’est une autre musique que se fait jour. Elle prend la forme non pas d’une danse mais d’une laie accompagnée de quatre ou cinq de ses rejetons. Caché que je suis dans les fougères du bord du chemin, ils ne peuvent pas me voir mais comme ils déambulent dans le bois se trouvant en contrebas, les photographier au travers des arbres devient hypothétique. Comme le ferait un Indien, je me laisse glisser doucement le long du talus et dans un silence de cathédrale, je descends dans le bois moi aussi. Ils sont à une quinzaine de mètres seulement mais dans ce sous-bois bien sombre peu propice à une parfaite exposition photographique, faire une bonne mise au point est assez galère. C’est d’autant plus galère que les marcassins assez vifs courent dans tous les sens et le plus souvent dans les hautes fougères qui encadrent le ruisseau. La mère, elle, paraît plus paisible. Elle erre en fouinant le sol de son groin sans jamais s’alerter de ma présence si proche. Le manque de luminosité et les arbres sont les seules entraves aux photos que j’ai bien envie de faire et de réussir. Ce joli spectacle va durer 10 bonnes minutes mais peu à peu la petite harde descend en longeant le correc jusqu’à disparaître dans une végétation bien trop dense en contrebas. Je m’empresse de vérifier si quelques-unes de mes photos sont correctes puis plutôt satisfait je remonte le sous-bois puis le talus. Hyper joyeux de ce divertissement faunique que je viens de vivre, il ne me reste plus qu’à poursuivre ma balade. La présence d’une ruine sur ma gauche m’indique que le Correc du col del Torn n’est plus très loin. Ici, près de ce correc, je sais les difficultés qui m’attendent car le minuscule sentier qui descend vers l’Orriet n’est jamais facile à cheminer. Il est plus ou moins parallèle au ruisseau. Si ce sentier a bien existé ; la présence de murets en pierres sèches qui l’encadrent parfois en étant les preuves formelles ; il n’a jamais été réellement ni défriché ni retracé. Du coup, il faut surtout ne pas speeder et être vigilant à rester sur le sentier le plus emprunté. Ce sont les seules conditions pour atteindre sans trop d’encombres la clairière qui se trouve à la confluence des correcs de Gimelles et du col del Torn. Pas si simple, même quand comme moi on y est passé à diverses reprises. Le perdre, c’est se créer un challenge supplémentaire mais comme il faut continuer à descendre en gardant à l’esprit le correc del Torn, on finit toujours pas y parvenir. Par la suite, le sentier devient nettement plus visible même si le débroussaillement n’est pas toujours au top. Un chevreuil détale, s’arrête entre les arbres puis détale à nouveau. Son bref arrêt ne m’a laissé que quelques secondes pour faire une photo, mais par chance, sa tête apparaît bien droite entre deux troncs. Après cette vision si furtive, je laisse sur la droite l’imposante ruine de l’Orriet puis je continue de descendre sur cette étroite sente qui file en balcon au dessus de la rivière d’Urbanya. Ici, le « tyran d’eau » que je suis ne peut jamais s’empêcher d’aller piquer une tête dans une petite « marmite du diable ». C’est ce que je fais aujourd’hui tant la chaleur est de mise et ce malgré une météo orageuse qui a pris le dessus. Ici les cascades et les petites cuvettes d’eau claire, mais toujours un peu fraîches, sont légions. On a l’embarras du choix, même si la descente vers la rivière puis sa remontée nécessitent toujours une grande prudence. Pour moi, en été, c’est toujours un grand plaisir d’aller me baigner en amont du village et ce d’autant que j’y photographie toujours une faune et une flore qui ne sont très souvent qu’aquatiques : libellules qu’on appelle « demoiselles », grenouilles et certains papillons des bois humides. Après la baignade, j’adore aller visiter ce que j’appelle désormais la « maison des Draculas », un orri  oublié des hommes mais très souvent occupé par une colonie de Rhinolophes. Ces chauves-souris, sont des animaux extrêmement vulnérables et bien évidemment protégés, et de ce fait, j’essaie de les déranger le moins possible. Deux à trois fois dans l’année au maximum car j’ai le sentiment qu’il y a les grands rhinolophes au printemps et les plus petits en été. Dès lors que j’ai quelques photos correctes, cela suffit à mon bonheur. Je m’assieds à l’entrée de l’orri et je tente de les photographier sans utiliser le flash. Ce n’est pas évident mais c’est la seule condition pour qu’ils ne se sauvent pas en plein jour de leur habitat où ils s’accouplent. Une fois encore, grâce à cette faune bien diversifiée, où sangliers, chevreuil, renard, papillons, lézards ont été de la partie, ce « Petit Balcon d’Urbanya » a tenu toutes ses promesses. En définitive, quand j’observe mes photos, les oiseaux avec une belle variété ont été bien plus présents que je ne l’avais craint au départ. Quand aux papillons toujours les plus nombreux sur les photos, j’en ai recensé 46 différents si je ne tiens pas compte du sexe de certains dont la femelle et le mâle sont parfois bien différents. Cela signifie, qu’en ce 2 août et si je tiens compte des papillons que je n’ai pas pu photographier, c’est au moins 60 voire 70 papillons d’espèces bien différentes qui étaient présents autour et dans ce vallon d’Urbanya. Un chiffre record sans doute ! La déclivité modérée de 503 mètres et les amples panoramas que l’on aperçoit constamment tout au long du circuit justifie pleinement son nom de « Petit Balcon ». Il faut enfin noter que cette balade n’emprunte que la partie ensoleillée du vallon, c'est-à-dire la « solona » ou « soulane ou adret » en français. Ce qui veut donc dire que si vous partez avec une prévision météo donnée comme « ensoleillée » pour toute la journée, au printemps et en été, les rayons du soleil vous accompagneront tout au long de la balade. Alors prévoyez de l’eau suffisamment, des lunettes de soleil et la crème dermique protectrice appropriée. Cette randonnée telle qu’expliquée ici a été longue de 10,5 km. Selon mon G.P.S, les montées cumulées ont été de 1.010 m. Le dénivelé est de 503 mètres entre le point le plus bas à 856 m à Urbanya et le plus haut à 1.359 m au col de Les Bigues. Cartes IGN 2348 ET Prades – Saint-Paul-de Fenouillet Top 25.

     

     


    1 commentaire
  • Retraités vaches à lait, gouvernants brigands incompétents !

    Avec le mouvement des gilets jaunes qui n’en finit plus de perturber nos gouvernants et plus globalement tous nos politiques mais également la France économique et la France tout court, de très nombreuses personnes râlent, manifestent dans les rues et force est de reconnaître qu’elles le font avec une grande légitimité. Parmi elles, les retraités notamment, dont je fais partie. Des nantis comme l’avait dit avec mépris Eric Alauzet, député de la République En Marche. Des privilégiés comme semblait le considérer Emmanuel Macron dans ses propos lors d’un déplacement à Colombey-les-Deux-Eglises où il disait face à des retraités qui l’avaient interpellé : « Le pays se tiendrait autrement si on était comme ça  !» en évoquant le Général de Gaulle qui avait dit qu’on habitait un pays dans lequel nous n’avions aucune raison de nous plaindre. Et Macron de rajouter : « On ne se rend pas compte de la chance immense qu'on a », sous-entendu de vivre en France. Puis encore, « Ecoutez, on vit de plus en plus vieux dans notre pays, en bonne santé. Vous avez travaillé et vous avez payé la retraite de ceux qui étaient avant vous et qui vivaient moins longtemps. Non ,votre retraite ne diminue pas, ce n'est pas vrai, elle ne diminue pas ! ».

     

    Alors a-t-elle baissé ou pas ? C’est bête mais je me suis posé la question de savoir sur la base de quels éléments concrets, nous pourrions, nous les retraités, prouver que nos revendications sont amplement justifiées. La baisse de nos retraites ? Celle de notre pouvoir d’achat ? La hausse des impôts et taxes ? Celui du coût de la vie ? Un peu tout ça ? Beaucoup tout ça ? Je voulais savoir.

     

    Je  suis prêt à parier qu’assez peu de personnes savent dans quelles proportions nous sommes pris depuis des années pour des vaches à lait et des imbéciles, moi le premier !

     

    Alors je viens de m’amuser à faire quelques analyses sur la base de ma seule retraite complémentaire ARRCO. Je suppose que j’aurais pu faire de même sur ma retraite CARSAT Vieillesse ou sur la caisse complémentaire AGIRC et je suis presque persuadé que les résultats auraient été sensiblement identiques sinon carrément pareils.

     

    Ayant pris ma retraite le 30 avril 2008 soit il y a un peu plus de 10 ans, voilà les résultats que j’ai obtenus et analysés à partir des documents joints à cet article. Il y a mon tout premier décompte de paiement ARRCO datant de mai 2008 et le dernier, celui de janvier 2019, c'est à dire ce mois-ci. Les principaux chiffres mentionnés dans le tableau ci-dessous apparaissent dans les documents et sont donc très facilement vérifiables :

     Cliquez sur les photos ci-dessous pour les agrandir. 2 fois pour un plein écran si vous ne les visionnez pas bien.
    Retraités vaches à lait, gouvernants brigands incompétents !

     

                Retraités vaches à lait, gouvernants brigands incompétents !

    Eléments de retraite ARRCO mai-08 janv-19 Ecart Ecart 
          en valeur en %
    Montant brut trimestriel 1647,68      
    Montant brut mensuel  549,23 593,55 44,32 8,06%
             
    C.R.D.S  0,50% 0,50%    
    Cotisation assurance maladie 1,00% 1,00%    
    C.S.G déductible  4,20% 5,90% 1,70% 40,48%
    C.S.G non déductible 2,40% 2,40%    
             
    Contribution de Solidarité pour l’autonomie   0,30% 0,30% 100,00%
             
    Total des  prélèvements obligatoires en taux  8,10% 10,10% 2,00% 24,69%
             
    Total des  prélèvements obligatoires en euro   44,49 59,96 15,47 34,77%
             
    Montant net trimestriel 1514,22      
    Montant net mensuel de ma retraite ARRCO    504,74 533,59 28,85 5,71%

     

     

     (J’ai volontairement omis de tenir compte du montant de l’impôt retenu à la source à partir de janvier 2019, soit 8,29€/mois)

     

    C'est-à-dire qu’en 10 ans et 8 mois soit 128 mois, ma retraite ARRCO a augmenté de 28,85 euros et de 5,71 en pourcentage. Ramenée au mois, cette augmentation, c’est 0,22€/mois soit 0,0446%/mois et à l’année c’est 0,53%, autant dire « peanuts » ! Alors, Macron a raison de dire que nos retraites n’ont pas diminué mais alors quel cynisme pour un ancien ministre de l’Economie de dire cela !

     

    Pourquoi « peanuts » ? Pourquoi cynisme ? Parce que dans le même temps l’inflation est estimée à 11,90% (site France-Inflation.com) sur cette même période et qu’au bas mot ma retraite ARRCO mensuelle aurait du être de 614,59 euros net en janvier 2019 au lieu des 533,59 euros soit une baisse du pouvoir d’achat de 81 euros/mois et de 675 euros/an. Ajoutons à cette retraite ARRCO, la même tendance sur mes retraites CARSAT (1.148,90 €/mois) et AGIRC (647,97 €/mois) et c’est toujours au bas mot environ 174,40 €/mois que j’ai perdu à la CARSAT et 98,36 €/mois que j’ai perdu auprès de l’AGIRC.

     

    Alors 81 euros d’ARRCO, 174,40 euros à la CARSAT et 98,36 € à l’AGIRC, c’est un total de 353,76 euros/mois que j’ai perdu en 10 ans et 8 mois sur mon pouvoir d’achat et donc 4.245,12 euros/l’an…..Enorme non ? Un joli voyage lointain ? Une belle croisière ? Une jolie petite somme pour aider enfants et petits-enfants ? N’est ce pas Monsieur Macron ? N'est-ce pas vous qui dites que les vieux doivent aider les jeunes ? Encore faut-il pouvoir le faire non ?

     

    Alors c’est vrai avec une retraite de 2.320 euros/mois, j’ai une « relative » bonne retraite et je ne suis pas le plus à plaindre mais au regard du travail que j’ai fourni pendant 40 ans, je n’ai jamais eu le sentiment qu’elle ait été usurpée. Je suppose que nous tous, retraité(e)s que nous sommes, nous avons proportionnellement à nos pensions en tous cas, une baisse de notre pouvoir d’achat sensiblement équivalente. Ajoutons à ce constat, toutes les hausses que nous subissons tous les ans et qui sont bien évidemment très loin des chiffres « officiels » de l’inflation et des indices fournis par l’Insee, tel que l’indice des prix à la consommation, et la coupe est bien évidemment très pleine. Tous ces chiffres que l’on nous annonce à grand renfort de médias ne sont là que pour les économistes, les statisticiens, mais en tous cas pas pour nous, citoyens lambda où alors il faut avoir des rondelles de saucissons sur les yeux !  Qui n’a jamais eu une augmentation de ses contrats d’assurance, de sa mutuelle, de ses frais bancaires,  des frais postaux, de ses impôts et taxes, de toutes ses énergies, de son alimentation, j’en passe et des meilleures bien au-delà des 0,53% d’augmentation annuelle de sa retraite personnelle que je constate ici. Personne non ? Bien évidemment !

     

    Alors oui, le constat est terrible. Nos gouvernants, tous sans exception, nous ont pris pour des imbéciles et des vaches à lait. Si cet effort énorme que nous avons consenti de force avait porté ses fruits ? Mais non !  La France n’a fait que décliner, la dette se creuser, les services publics disparaître et la médecine de proximité notamment, les injustices sociales se creuser, les lobbies de se développer, l’insécurité et les incivilités de croître, le chômage de progresser, les riches de s’enrichir, etc…etc…. Malgré ces constats, des efforts,  Macron continue de nous demander d’en faire : « beaucoup trop de français oublient le sens de l’effort » et de rajouter  « à côté des droits, il y a des devoirs ! » a t-il dit il y a quelques jours (Galette des rois de l’Elysée le 11 janvier 2019).  Quelle leçon, Monsieur le professeur Macron ! Quelle leçon, Monsieur le Président alors que plein de pauvres gens pacifistes vont se geler les "arpions" sur des rond-points et vont affronter les forces de l'ordre que vous leur envoyez pour qu'ils dégagent !

     

    Et face à cette déchéance continuelle pour une majorité de personnes, si vous vous posiez les bonnes questions ?

     

    Et face à cet endettement record qui a continué de se creuser sous toutes les gouvernances, si vous vous posiez les bonnes questions ? Est-ce du à l’Europe qui nous impose beaucoup trop de choses ? Est-ce du à l’immigration galopante que l’on constate mais dont jamais aucun chiffre juste, pas plus statistique qu’ethnique nous sont donnés ?

     

    Où est passé cet argent que nous n’avons pas eu ?

     

    Chez les riches qui n’ont jamais été aussi riches ? Probablement non ? Et selon le principe très élémentaire des vases communicants non ? Ceux qui détiennent de plus en plus de richesse la détiennent forcément au détriment de ceux qui en ont de moins en moins ?

     

    On voit en tous cas et parfaitement dans ce comparatif que l'argent de notre retraite que nous n'avons pas eu est parti remplir les caisses de l’Etat. Qu’est-il devenu ensuite puisque les caisses sont constamment vides ?  Il est parti dans les cadeaux royaux fait aux plus riches ? Dans les milliards d'un CICE dont le but essentiel était de créer des emplois pérennes qui n'ont jamais été créés ? Pour quels résultats satisfaisants ?Aucun ou presque car pourquoi les gilets jaunes seraient-ils dans les rues aujourd'hui ?

     

    Alors, j'aime autant le dire, ce n'est pas pour moi que je ronchonne mais pour mes enfants et surtout pour mes petits-enfants. Ayant commencé à travailler à l'âge de 19 ans, par chance, et après 40 années de bons et loyaux services, je suis parti à la retraite à 59 ans. Depuis l'âge de la retraite a été reporté à 62 ans. Certains parlent aujourd'hui de 65 ans, d'autres de 67 ans et même parfois de 69 ans voire plus. Je veux bien accepter l'idée que l'on vive plus longtemps mais faudra-t-il pour autant que les générations qui nous suivent crèvent au travail ? Et plus seront-ils vraiment au travail alors que tout se mécanise à outrance ? Que le chômage a du mal à reculer malgré des milliards que nos gouvernants ne cessent d'offrir aux entrepreneurs ? Que la santé de proximité disparaît ? Que l'immigration s'amplifie au même rythme que les injustices fiscales et sociales, car les aides et prestations sociales toutes confondues sont de plus en plus difficiles à financer pour tout le monde ? Si on ne peut plus les financer, ça sera le chaos, l'anarchie, la loi du plus fort qui régnera. N'en voit-on pas déjà les prémices dans les violences hors de contrôle qui s'enchaînent dans les manifestions de certains gilets jaunes déjà bien radicalisés car excédés ? L'Arc de Triomphe, symbole de la liberté et de la démocratie gagnées de haute lutte, dévasté par une horde de casseurs venus des banlieues, n'est-ce pas le signe d'un chaos latent qui sommeille le reste du temps ?

    Dans leur façon de gouverner, nos dirigeants ont toujours rechercher une certaine paix sociale, mais quand la paix devient une obsession à résoudre coûte que coûte et à n'importe quel prix, n'est-ce pas la guerre qu'ils sont entrain d'engendrer ?

     

    Oui retraités vaches à lait !

    Gouvernants incompétents.

    Gilets jaunes ils bouillonnent

    Gouvernants des brigands !

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  • "Si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde." Le Petit Prince - Antoine de Saint-Exupéry.

    A toutes et à tous; Bonne et Heureuse Année 2019


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires