• Ce diaporama est agrémenté de la musique de John Barry tirée du film "Proposition Indécente" réalisé par Adrian Lyne,

     musique jouée ici par The City Of Prague Philharmonic Orchestra

    Le Sentier d'Arletes et autres hameaux perdus depuis Conat

    Le Sentier d'Arletes et autres hameaux perdus depuis Conat 

    Pour agrandir les photos, cliquez dessus. Deux fois pour un plein écran


     

    Quand j’ai envisagé ce « Sentier d’Arletes » au départ de Conat, j’avais imaginé un tracé bien plus court que celui que vous trouverez ici. Initialement, j’avais prévu de monter vers l’ancien hameau d’Arletes (*) en passant par Le Ribéral, la Carrerada, La Falguerosa, Arletes, puis mon idée était de poursuivre par Catllorenç, le Roc de les Creus puis redescente vers Conat par le Roc de l’Home Mort, la chapelle ruinée de Sainte Marguerite de Nabilles et Millares, l’objectif d’une telle balade étant que je ne connaissais pas la première partie, c'est-à-dire cette montée qui s’effectue jusqu’à Roc de les Creus par ce chemin que le cadastre intitule du Ribéral. Puis, après maintes réflexions et connaissant très bien l’autre partie, c'est-à-dire la descente, d’autres envies sont venues à moi comme des évidences. Parmi ces évidences, il y avait cet énorme désir de retourner à Llugols, d’essayer de voir Mr et Mme Naulin, hôteliers hors pairs qui m’avaient accueilli dans leur gîte si merveilleusement lors de Mon Tour du Coronat de 2007. Il y avait cette envie de rencontrer celle que j’ai toujours appelée Nina de Llugols (*) pour lui laisser cette « fameuse » photo qui avait scellée notre amitié, amitié certes essentiellement virtuelle jusqu’à présent mais donc je gardais espoir qu’elle se concrétise enfin par un contact cordial bien réel. Voilà déjà des années que cette photo que j’avais dédicacée à son attention sommeillait sur une étagère de mon bureau à Urbanya et elle n’attendait qu’une chose : que je retourne à Llugols ! Il était peut être temps qu’elle rejoigne sa destinataire ? Voilà quels sont mes objectifs quand en ce 9 juillet, je me lance dans cette longue balade pleine d’espoirs et d’incertitudes. Incertitudes car voilà presque 3 mois que je ne randonne plus à cause de trois pincements aux vertèbres, probables séquelles lointaines mais bien ressuscitées d’une terrible chute sur « les Chemins d’Adrienne » en octobre 2016. Nombreuses séances de kiné et anti-inflammatoires ont finalement tordu le cou à ces misères qui m’empêchaient de marcher et me voilà plutôt en forme. A tous ces desseins, un autre objectif est venu se greffer, celui involontaire mais contraint d’examiner si l’immense raréfaction des oiseaux que je constate à Urbanya se vérifie ici à Conat et dans ses amples alentours où je pars marcher. J’estime à 90% cette diminution des passereaux les plus communs par rapport aux années précédentes, années précédentes au cours desquelles j’avais déjà constaté une réduction évidente des effectifs et des espèces coutumières. Cette année, à titre expérimental, une boule de graisse qui était mangée en moins de 2 jours est encore presque entière au bout de 15. Le matin, nous étions réveillés aux chants des oiseaux mais cette année c’est un silence angoissant qui prédomine quand je prends mon café sur la terrasse. Voilà mon constat. A l’instant même où je démarre, ce bilan semble faux pour Conat, car d’emblée j’aperçois dans le village des rouges-queues noirs, une sittelle torchepot, quelques moineaux et deux hirondelles posées sur une fenêtre. Plus haut dans les ruelles, un merle chante à tue-tête en jouant les équilibristes au sommet d’un poteau mais il s’envole avant que je ne puisse le photographier. Si les chants de ces oiseaux m’enchantent, une fois sur le sentier, je déchante bien vite car les oiseaux disparaissent carrément. Seul un accenteur mouchet, voltigeur à souhait mais peu craintif, me fait courir en direction des ponts à dos d’âne.  A partir d'ici, la seule vraie musique que j’entends est celle d’un étonnant duo formé par la rivière d’Orbanya (Urbanya) et d’innombrables cigales. Ce duo inattendu va m’accompagner un bon bout de temps car la rivière reste longtemps parallèle au sentier qui désormais s’élève peu à peu en balcon. Le sentier du Ribéral, c'est-à-dire de la rivière, porte bien son nom. Après cet égarement volontaire vers les ponts romans, je reviens sur mes pas pour prendre le bon chemin. Il s’élève au dessus de jardins potagers en direction d’un casot ruiné. Les cigales, elles, sont moins nombreuses au fil de l’élévation, mais elles restent néanmoins présentes une grande partie de la journée et ce, jusqu’à ce que le ciel se couvre de gros nuages gris. Par les paysages et les panoramas qu’elle propose, toujours plus aériens, cette montée en balcon est une vraie merveille et de surcroît, elle m’offre une bien inattendue rencontre du 3eme type dans les falaises du bien nommé lieu-dit « Malbaus ». En occitan « Malbaus » signifie les « mauvais rochers escarpés » et là, j’avoue que je crois comprendre pourquoi ! Une photo en rapproché d’une roche plus blanche que les autres me fait tomber sur le cul. Oui, sur une roche escarpée, j’ai bien vu un « gremlins » tel que j’en ai vu dans le film du même nom ou quelque chose de très ressemblant en tous cas ! Vérification faite, c’est bien un « gremlins » que j’ai au bout de mon objectif ! « Gremlins » très laid mais par bonheur exclusivement minéral et donc inoffensif ! Après cette petite frayeur que je finis très vite par relativiser, la montée s’effectue sans problème jusqu’à atteindre la crête sommitale car le sentier est remarquablement débroussaillé. Cette crête continue de m’offrir des panoramas magnifiques sur les deux profondes ravines ; Orbanya d’un côté et El Riberot de l’autre ; sur Conat, sur le Pla de Balençou (ou Vallenso), sur les Massifs du Canigou et du Coronat et droit devant moi sur le Roc de Jornac. Les oiseaux, complètement absents lors de la montée, montrent enfin le bout de leurs becs dès lors que j’aborde le plateau de La Falguerosa. Ils se résument à quelques rares fauvettes et tariers pâtres essentiellement. Par bonheur, cette rareté des oiseaux est largement compensée par une multitude de papillons mais surtout par la présence d’un chevreuil et de deux sangliers que j’aperçois plus tard dans le pré d’Arletes.   Dès lors que les ruines de La Falguerosa sont en vue, l’itinéraire devient vraiment galère, et par moment le sentier disparaît carrément sous la dense végétation, végétation de surcroît très cuisante. Je suis tout heureux d’avoir enregistré un tracé dans mon G.P.S. Mon seul regret avoir un bâton de marche à la place d’un coupe-coupe ou d’une faucille car les ronciers touffus succèdent aux prunelliers qui eux-mêmes font la pige à d’autres buissons aussi agressifs les uns que les autres. Il va en être ainsi jusqu’à Catllorenç (Catllaurens) où là tout redeviendra praticable à l’instant même où je rejoindrais une bonne piste. Dans l’immédiat et dans ce guêpier végétal, mon seul bonheur est d’y trouver une incroyable variété de papillons que je peux photographier à loisirs. Les pluies très soutenues de ces derniers temps ont sans doute contribué à amplifier cette végétation de maquis où les fleurs sont légions. Envahie par les ronciers, la ruine du cortal de la Falguerosa est difficilement accessible. Je n’insiste pas pour la découvrir. D’ailleurs, et malgré un balisage jaune, le sentier est parfois très difficile à trouver dans cette confusion végétale où les graminées et les broussailles se livrent une lutte sans merci pour gagner leur place au soleil. Par chance, quelques cairns élevés par des visiteurs précédents restent encore visibles et quand ce n’est pas le cas mon G.P.S suppléait cette absence. Finalement, j’arrive à deviner puis à trouver ce « Sentier d’Arletes », dont la ruine apparaît bien loin de l’autre côté du ravin d’El Riberot. C’est de cet endroit bien trop éloigné que je distingue le chevreuil et les deux sangliers. Je tente bien de les photographier mais l’éloignement est bien trop important pour obtenir des photos correctes. Je poursuis le sentier qui file en balcon puis le hameau perdu d’Arletes est finalement atteint. Enfin dans l’immédiat, je stoppe au bord d'un ruisseau. Je dépose mon sac à dos sur l’herbe puis face au Canigou je déjeune là sous le regard intrigué de quelques mésanges qui occupent les feuillus. Les mésanges disparaissent et me voilà captivé par une Nature qui n’est pas moins intéressante. Tout en mangeant, mon attention est attirée par un manège dès plus curieux, celui d’innombrables papillons et diptères, c'est-à-dire des mouches, des syrphes et autres espèces d’insectes volants ressemblant plus à des abeilles ou à des guêpes, venant butiner les fleurs d’une menthe sauvage qui pousse les pieds dans l’eau. De cette observation, je note une quantité incroyable d’espèces différentes qui cohabitent sans jamais montrer la moindre agressivité les unes envers les autres. A tour de rôle, elles viennent butiner les mêmes fleurs, laissant la place au nouvel arrivant. Je me dis « quel bel exemple de partages et du vivre ensemble ! ». Ravi de cette Nature si merveilleuse et captivante, je ne peux m’empêcher d’en immortaliser quelques belles photos macros. Je quitte le bord du ruisseau et pars manger mon dessert sous le grand cèdre qui domine les ruines. Là, assis sous cet arbre, je ne peux m’empêcher d’imaginer ce qu’a été la vie de cet hameau oublié où les vérités, les légendes et les histoires au coin du feu viennent se mélanger pour expliquer son déclin puis sa disparition définitive. La trop grande sécheresse pour certains, la peste pour d’autres (*), l’exode rural, voilà toutes les raisons que l’on invoque pour éclairer cet amas de pierres que je visite aujourd’hui. Pourtant, dans ce lieu si isolé et si sauvage de nos jours, il est assez facile de concevoir un habitat bien occupé,  avec tout autour des bois mais également de grands espaces bien défrichés. Deux ou trois bâtisses hautes et bien imposantes, avec autour quelques cabanes en pierres sèches, avec des terrasses où poussent des vergers, des céréales et des vignes. Des enclos rudimentaires où l’on aperçoit des chèvres, quelques moutons et des vaches bien utiles à une existence si autarcique. Un grand potager situait au plus près du ruisseau. Une petite basse-cour où s’égayent quelques poules, des canards et l’indispensable nourrain que l’on sacrifiait pour le « jour du cochon », moment si convivial et si festif qui en engendrait bien d’autres dès lors que les préparations confectionnées étaient mises sur les tables. On peut aisément imaginer des clapiers et une étable au rez-de-chaussée et ce lieu à vivre qui se situait toujours à l’étage car par ce biais, on bénéficiait gratuitement d’un chauffage au sol avant même l’invention de l’électricité. Une grande cheminée et un four à pain venaient compléter ce système de chauffage si archaïque. Oui, je peux très facilement imaginer tout cela ! Un cairn dominant le hameau m’incite à y monter mais or mis les panoramas encore plus beaux vers le Canigou et sur le hameau, je n’y décèle rien de concret. A l’instant même où je m’apprête à redescendre, un autre randonneur, venant de Catllorenç, traverse le hameau sans s’arrêter. Marchant d’un très bon pas, je le vois disparaître dans cette végétation si compacte que je viens moi-même de franchir. C’est un peu idiot, mais dans un coin aussi reculé, je me satisfais toujours de voir que je ne suis pas seul, même si la marche solitaire ne me pèse pas. Après quelques photos souvenirs, l’instant est venu de me remettre en route. Toujours aussi galère, le summum des difficultés arrive juste avant Catllorenç, avec à la place du sentier, un étroit corridor encadré de très hauts genêts. Malgré mes difficultés à avancer, je me dis que l’homme que je viens d’apercevoir est nécessairement passé par là. Je mets mon sac à dos et mon bâton devant ma poitrine et fonce tête baissée dans ce « tas » végétal, essayant de passer ma tête et mes épaules avant tout le reste dans la petite ouverture qui s’offre à moi. J’en ressors 50 mètres plus loin sous une haie de cerisiers mais avec la vision libératrice d’une barrière qui s’ouvre sur une large et bonne piste. Sur ma droite, et toujours enfouie dans la cerisaie, j’y découvre un mas en partie bien restauré mais fermé, avec sur sa porte et ses fenêtres, des mentions « pièges à feu » qui n’incitent pas à la curiosité. La mienne se résumant à tenter de photographier quelques oiseaux attirés par les cerises, je n’y campe pas. La piste, désormais boisée de quelques pins à crochets, m’amène assez facilement jusqu’au Roc de les Creus où je retrouve avec plaisir cette roche si exceptionnellement gravée en forme d’éventail ou de cadran solaire. Ici se termine la déclivité et voilà désormais la partie que je connais si bien, et pour cause, car cette piste était le fil conducteur d’une étape lors de la 5eme étape de Mon Tour du Coronat. Depuis le refuge de Caillau, elle m’avait amené à Llugols et au gîte de Mr et Mme Naulin. C’était en 2007. Si je suis revenu ici à de multiples reprises, c'est-à-dire sur ces chemins, ce retour à Llugols est plutôt inédit car voilà déjà 8 ans que je n’y suis plus retourné. C’était lors d’une balade que j’avais intitulé « les Chapelles du Pla de Balençou ». C’est dire si je connais bien cette piste qui descend vers Llugols et les raccourcis qui permettent d’en éviter les quelques sinuosités. Or mis quelques papillons nouveaux, rien ne m’arrête dans cette descente peu fréquentée par les oiseaux. Pourtant dieu sait si j’y ai toujours découvert une avifaune très exubérante, avec parfois même de grands rassemblements, mais aujourd’hui c’est un vide presque sidéral qui semble prédominer. Ignorant les pistes DFCI, j’emprunte des raccourcis longeant le plus souvent des clôtures. Ces clôtures m’entraînent non loin du Roc de l’Home Mort puis de la Font de l’Aram. Ici, dans ce secteur, je retrouve le début d’une nouvelle piste près de cette étonnante cabane que j’avais déjà découverte lors de ma balade aux « Pierres gravées et dressées de Conat ». Elle ressemble à un blockhaus rudimentaire, espèce de tertre aménagé de planches, de tôles et d’argile amalgamée. Cabane de berger ?  Poste de chasse ? Abri anti-atomique édifié par un fou ? Je ne sais pas ! Aujourd’hui il n’y a personne et seulement un beau lézard vert qui profite des derniers rayons du soleil. Le temps se gâte, de gros nuages gris arrivent de toutes parts. Canigou, Coronat et Madres sont déjà bien ennuagés. Si la météo était magnifique ce matin, désormais le plafond est déjà bien bas et bien gris, et une humidité ambiante se fait sentir. La piste encadrée de hauts résineux et descendant vers le Pla de Vallenso arrive à point nommé. Alors que j’accélère le pas, ayant dans ma tête déjà fait une croix sur d’éventuels oiseaux, quelle n’est pas ma surprise d’y observer un petit rassemblement de pipits. Ils s’envolent dans les résineux mais parmi eux, il y en a un qui se laisse gentiment photographier. Les pipits, quelques merles, un rouge-queue noir, une buse dans un ciel devenu bien gris et de nombreux papillons, la descente vers Llugols me réconcilie quelque peu avec cette Nature pour laquelle j’aime marcher. Llugols est là et si deux itinéraires se présentent, je n’ai aucune hésitation à prendre très machinalement celui qui descend direct au gîte Naulin. Une table et des chaises de bistrot de couleur rouge face au Pic du Canigou, pas de doute me voilà arrivé. Comme en 2007, je m’assieds pour une photo souvenir identique à celle de 2007 puis je tape à la porte. Aussitôt Mr. Naulin m’ouvre. « Vous me reconnaissez ? » lui dis-je. « Bien sûr ! » me répond-il  puis il rajoute aussitôt « je ne me souviens pas de votre nom mais sauf erreur de ma part, il s’agissait d’un prénom ? » puis d’un air interrogateur, il rajoute encore « vous avez deux prénoms, c’est bien ça ? ». « Gilbert Jullien ! » lui dis-je et sous forme d’exclamation, je rajoute « Quelle belle mémoire, vous avez Mr. Naulin ! ». Il me propose une bière en m’indiquant gentiment que c’est offert par la maison car il rajoute ne plus faire gîte depuis quelques années, me précisant qu’il ne reçoit plus que des amis de passage ; cavaliers en transhumance la plupart du temps ou bien des randonneurs égarés. « Je ne suis pas égaré ! ». « Je suis venu exprès pour vous voir ! ».  « En souvenir des instants merveilleux que j’ai passé ici ! » lui dis-je. Sans aucun chichi, on s’installe dans le salon comme deux amis qui se retrouvent bien des années plus tard. L’intérieur n’a pas changé et c’est toujours cet adorable capharnaüm que j’avais tant aimé voilà 11 ans. J’y avais décelé le goût des voyages, des périples, des aspirations d’ailleurs très lointains mais parfois très proches aussi, des choses simples avec un penchant certain pour les couleurs chatoyantes et plus globalement pour tout ce qui peut être considéré comme de l’Art. Oui, j’avais beaucoup aimé et j’aime encore ! Nous restons plus d’une heure à discuter d’innombrables sujets : du passé et de Mon Tour du Coronat si mémorable, de son épouse que je ne vois pas et qui bosse pour mon infortune, de son chien Bonnie si facétieux qui m’avait accompagné jusqu’à la montagne de Belloc mais dont j’apprends avec une grande tristesse qu’il est mort depuis,  de ma rando d’aujourd’hui et de ma motivation à revenir ici où j’avais passé de si belles heures en leur compagnie, de ma petite maison secondaire à Urbanya depuis 2010, de nos potagers respectifs, des pluies actuelles si soutenues et du beau temps, beaucoup moins beau cette année,  de la raréfaction des oiseaux qu’il trouve effroyable lui aussi, rajoutant qu’il ne voit plus de petits passereaux et seulement des oiseaux de taille supérieure comme des merles, geais et autres pigeons ramiers. Lui non plus ne comprend pas cette disparition très inquiétante car si soudaine. Notre conservation se termine par la photo de Nina que j’ai amenée et que je lui montre en lui racontant son histoire. Nina ? Il me dit la voir quelquefois mais il a la certitude qu’elle n’est pas là en ce moment. Il accepte que je lui donne la photo et m’assure qu’il la lui remettra à la première occasion. J’en suis ravi car j’ai toute confiance en lui. A l’instant même où je m’apprête à partir, Dany m’appelle en m’indiquant qu’il tombe des trombes d’eau à Urbanya. Je la rassure en lui disant que je suis à Llugols et qu’ici il ne pleut pas. Enfin pour l’instant ! Je salue Mr. Naulin, le remercie pour son accueil si bienveillant et si gentil, sa bière et cet échange amical si spontané. Je quitte le hameau, direction Conat. La direction de Conat étant la même que celle de la chapelle Saint-Christophe, comment ne pas m’y rendre alors que j’y ai tant de bons souvenirs ? Chapelle, rocher qui la domine avec sa croix néolithique,  la pluie se met à tomber à l’instant même où j’effectue un retour vers ce passé si merveilleux. N’est-ce pas ainsi que j’avais intitulé Mon Tour du Coronat en 6 jours, « Des merveilles au Pays d’Alysse » ? Par bonheur, un petit casot est là à point nommé pour m’accueillir et m’abriter. Je m’y réfugie quelques minutes car la pluie cesse presque aussitôt. Un petit tour par la Font del Castanyer et je pars finir mon casse-croûte sur le parvis de la chapelle. La pluie tombe de nouveau et je m'abrite sous le porche. Elle s'arrête. Sous un ciel de plus en plus menaçant, je file au pas de course sur ce sentier de Conat tout en descente. Nouvelle pluie et nouvelle planque dans un orri très opportun. Alors que je suis entrain de me dire que je n’arriverais jamais à Conat, la pluie cesse au bout de 10 minutes. Je repars toujours au pas de course, pas de course pas vraiment effréné car les difficultés du terrain ne le permettent pas, mais je ne flâne plus. Seule la végétation bien embroussaillée au fond du Correc de Sainte Marguerite me freine quelque peu. La pluie ne revient plus et Conat est là bien plus vite que jamais auparavant. Je retrouve la rivière et l’enjambe sur un petit pont. Ici ce n’est plus la rivière d’Orbanya mais celle de Callau car la confluence des deux rivières est toute proche à l’intérieur du village. Mais qu’importe le nom car quel bonheur d’y trouver un couple de bergeronnettes qui en occupent son lit. A Urbanya, je n'en ai pas vu au bord de la rivière depuis l'an dernier ! Ma balade se termine avec cette jolie vision. J’ai réalisé la plupart de mes objectifs : les hameaux d’Arletes, de la Falguerosa et de Catllorenç (Catllaurens) que je ne connaissais pas, mes souvenirs du Tour du Coronat, Llugols, Monsieur Naulin, la photo de Nina dont je sais qu’elle arrivera un jour à sa destinataire (**). Si je suis très satisfait de mes quelques photos d’oiseaux, les quantités et les variétés habituellement observées manquent à l’appel. Je me suis rattrapé avec une variété incroyable de papillons et encore, j’en ai loupé pas mal. Une fois encore, je n’ai pas eu la chance de revoir Nina, j’ai perdu avec tristesse ce chien si attachant qui s’appelait Bonnie mais alors chose très surprenante, j’ai revu ce jeune chat gris qui en 2007 venait systématiquement se frotter dans ma jambes dès lors que je me reposais sur la terrasse du gîte Naulin. Il a onze de plus et a pris un petit coup de vieux, tout comme moi d’ailleurs, mais cette fois il n’a pas accepté mes caresses. Oui, j’ai beaucoup aimé ce « Sentier d’Arletes » même si un bon débroussaillage mériterait d’être accompli sur la partie la plus élevée du parcours. Cette randonnée telle qu’expliquée ici a été longue de 13,3 km. Selon mon G.P.S, les montées cumulées ont été de 1.278 m. Le dénivelé entre le point le plus bas (513 m rivière Orbanya à Conat) et le plus haut (1.096 m  au Roc de les Creus) est de 583 m. Carte I.G.N 2348 ET Prades - Saint-Paul de FenouilletTop 25.

    (*) Le hameau d’Arletes (en français Arlettes) : Que sait-on exactement du hameau d’Arletes ? Concernant sa toponymie, on peut supposer qu’elle est identique à celle d’Arles, c'est-à-dire qu’elle aurait pour origine le mot gaulois « Arelate » dont le radical  « are » signifie « près de » et du terme « late » ; du mot celtique « latis » ; désignant un lieu humide (marais, marécage, fleuve, ruisseau). En tous cas, le lieu avec son petit ruisseau correspond bien à cette description et la terminaison « ete » ou « ette » à cet aspect « petit » si évident. Concernant son Histoire, assez peu de choses sont arrivées jusqu’à nous. Toutefois, la version catalane de Wikipédia nous informe que la première mention documentée d’Arletes date de 1312. Ce document nous apprend qu’à cette époque, le hameau dépendait de la commune de Bettlans (Vallans), elle-même sous la dépendance du royaume de Majorque gouverné par Sanche 1er dit le Pacifique, comte du Roussillon et de Cerdagne. Pour le compte du roi, un certain chevalier Guillaume d’En est chargé de récupérer les dîmes, les cens d’Arletes et des autres fermes d’Urbanya. La dîme étant un impôt sur les récoltes et le cens un droit seigneurial foncier, on peut imaginer à juste titre qu’Arletes était déjà habité par des paysans qui vivaient là du fruit de leurs travaux agricoles et de l’élevage de leurs troupeaux. Au 14eme siècle, le hameau appartient à la juridiction royale apprend-on également. Sachant que la guerre fait rage entre le royaume de Majorque et celui d’Aragon, on est en droit de se demander laquelle ? Il faut donc s’intéresser plus largement à l’Histoire de Conat (La Baronnie De La Vall De Conat (Les Seigneurs) d'Eugene Schmidt -Revue Le Conflent), à celle du Conflent et des deux royaumes pour trouver quelques réponses à cette question. On note qu’en 1424, il y a 4 feux à Arletes, c'est-à-dire quatre familles et peut-être entre une quinzaine et une trentaine d’habitants. Un feu représentait une moyenne de 4 à 5 personnes. A cette époque, le hameau est subordonné à la baronnie de Conat. Ensuite, dans l’Histoire du prieuré de Marcevol, on apprend par des chartes de 1265 et 1267 qu’Arletes, au même titre que 21 paroisses du Conflent, est la propriété des chanoines du prieuré de Marcevol. Dans un cartulaire des fiefs des rois Jacques 1er et Jacques II de Majorque (1263-1294), on peut lire qu’un certain Bertran Gil commissaire des fiefs confirme la possession féodale de 4 feux (comprendre foyers au sens de logements, ici des fermes) par un certain Pere Lauret. On peut donc supposer que ce Pere Lauret est un chanoine appartenant à la congrégation de Marcevol. Le hameau disparaît des « radars » historiques pour réapparaître dans le cadastre napoléonien en 1811. Ensuite, c’est le flou le plus complet car les légendes et les histoires semblent vouloir prendre le pas sur la réalité historique absente. On peut toutefois imaginer assez aisément que les pandémies de peste qui se sont succédé en Europe, mais plus particulièrement dans la Catalogne et le Roussillon (1347, 1381, 1397, 1410, 1429, 1631, 1649, 1720 et notamment celle qui a décimé tous les habitants de Llugols en 1652 ont eu une influence sur la vie du hameau d’Arletes. Ajoutons à cela les guerres, les terribles périodes de sécheresse qui n’ont pas manqué, les difficultés dans les moyens de communication et de transports, tous les autres fléaux et calamités qui ont sévi au fil des siècles et enfin l’inévitable exode rural du 19eme siècle pour comprendre pourquoi Arletes a finalement disparu et est devenu un hameau oublié de tous. Il suffit d’aller là-bas, dans ce décor sauvage de profondes ravines, pour comprendre que la vie n’a jamais été facile, même au temps où la vie autarcique et le travail des champs étaient « choses courantes ». Dans ce secteur du Pla de Vallenso, on trouve néanmoins une grande quantité de chapelles très isolées, ce qui prouve bien qu’une vie communautaire fédérée par la religion catholique a longtemps existé. Notons enfin, qu’en 1911, l’écrivain Juli Cornovol a évoqué le hameau d’Arletes dans un conte légendaire intitulé « El refilayre de Carençà  », récit dans lequel il attribue la disparition du hameau à l’épidémie de peste noire du 14eme siècle.  Légende ou réalité historique ? Ce chapitre de Wikipédia se termine en expliquant que ce lieu devenu maléfique est peuplé uniquement de bêtes sauvages et ce, jusqu’au jour où une ferme y a été construite. Alors, je le confirme, oui, j’ai bien vu des animaux et une ferme en ruines à Arletes. Les animaux, je ne sais pas s’ils étaient sauvages car ils broutaient paisiblement mais c’est un fait, Arletes est désormais la propriété d’une faune que des hommes s’évertuent à vouloir chasser car j’y ai vu aussi et malheureusement un poste de chasse. Et si un jour et après des siècles d'occupations humaines, la Nature reprenait pleinement ses droits à Arletes ?

    (**) Nina de Llugols ou l’histoire d’une photo : Lors de l’été 2007, j’effectue en 6 jours le Tour du Coronat. Le Coronat est un massif montagneux des Pyrénées-Orientales situé dans le Conflent, dont le point culminant s’élève à 2.172 mètres d’altitude. Le 17 août, et alors que je viens de terminer la 5eme étape entre le refuge de Callau et Llugols, je photographie 3 enfants dans ce dernier hameau. Juchés sur de petites motos, ils descendent à tout berzingue, et dans de grands éclats de rires, la piste terreuse menant au village. Ces 3 enfants, une fille et deux garçons, je ne les connais pas mais ils me rappellent étrangement mon enfance et un temps désormais si lointain où avec mon « pauvre » frère ; « pauvre » car trop tôt disparu ; et des amis nous descendions sur des planches montées sur des roulements à billes les rues de notre quartier à Marseille. A cet instant, je suis très nostalgique. Nostalgique d’un temps révolu et qui est passé bien trop vite, nostalgique de mon frère et nostalgique car dès le lendemain mon Tour du Coronat se termine. A Llugols, je loge dans le gîte de Monsieur et Madame Naulin. Mon tour du Coronat terminé, quelques semaines plus tard, cette photo, je l’insère dans le récit de ce périple sur mon site Internet. Le temps passe. En 2013, soit 6 ans plus tard, je reçois le message suivant :

    « Bonjour Jullien, j’ai trouvée votre adresse sur votre site de vos histoires de randonnée. J'habite en ce moment en Russie. Et par un moment de nostalgie je vais sur Google, et tape "Llugols", regarde des photos et au bout d'un moment tombe sur votre site. Je lis l'histoire de votre randonnée du 17 août 2007, regarde les photos.... et BAM je tombe sur une photo de moi et de mes frères, ou nous sommes sur des petites motos. Je n’ai pas pu agrandir la photo, si jamais vous avez des photos de ce jour-là, peut-être pourriez vous me les envoyer ? En espérant une réponse, Nina Neveroff. »

    Ma première réflexion est de me dire que ce message très surprenant car si inattendu est incroyable aussi car bourré de grands écarts. Ecart dans les années et écart dans la distance séparant LLugols de la Russie ! Je suis bien sûr agréablement étonné de ce message provenant de Russie et bien évidemment je réponds à Nina immédiatement. Je n’ai pas d’autres photos mais je lui fais parvenir en pièce jointe la photo en question la plus grande possible. Nous échangeons par courriels, nous devenons amis sur Facebook et nous nous faisons la promesse d’essayer de nous rencontrer pour concrétiser cette amitié naissante et échanger à propos de cette photo, dont je sens bien qu’elle est autant chargée de nostalgie et d’émotions pour elle que pour moi. Une fois encore, le temps passe mais je ne désespère pas d’une éventuelle rencontre. Depuis pas mal de temps déjà, de cette photo numérique, j’en ai tiré une photo papier. Je l’ai dédicacée, j’ai rajouté un message sympa à l’attention de Nina et l’ai mise dans un cadre. Le cadre dort sur une étagère de ma maison d’Urbanya. Cette photo, je la regarde souvent, trop souvent à mon goût car elle me rappelle ce périple si merveilleux et je me dis qu’il serait bien qu’elle rejoigne un jour sa vraie destinataire. Ce jour-là arrive avec ce « Sentier d’Arletes » à partir de Conat. « Pourquoi ne pas pousser jusqu’à Llugols » me dis-je à l’instant où je planifie cette randonnée. Je me dis aussi que Llugols c’est tout petit et qu’une fois là-bas, j’improviserais une éventuelle rencontre, soit avec Nina, si elle est là, soit avec les Naulin, mes sympathiques hôteliers de 2007. 11 ans se sont écoulés, vais-je les retrouver les uns ou les autres ? Le 9 juillet, la randonnée s’effectue comme prévue. J’arrive à Llugols et au gîte Naulin vers 16h. Monsieur Naulin m’ouvre son gîte, me reconnaît et m’invite à boire une bière. Nous discutons de tout et bien sûr de Mon tour du Coronat de 2007. Bien évidemment, je lui parle de Nina et lui raconte l’histoire incroyable de cette photo. Il me dit que Nina est venue à Llugols très récemment mais qu’elle n’est pas là en ce moment. Je lui remets le cadre contenant la photo et il me promet de le lui remettre à la première occasion. Le 30 juillet 2018, Nina m’envoie un message sur Facebook me remerciant pour la photo et cette attention à son égard. Je sens un peu de retenue dans son message. Normal, Nina a grandi et s’est mariée. Ce n’est plus l’enfant que j’avais pris en photo avec ses frères en 2007…….Je crois que c’est surtout moi qui suis resté enfant !

     

     

     

     


    2 commentaires
  • 1969 - 1986 Mon onde informatique.

    L'ordinateur Gamma 10 de chez Bull et son imprimante tel qu'on pouvait les voir dans n'importe quel atelier d'informatique dans les année 1960/70. A lui tout seul, il nécessitait au moins 20m2 auquel il fallait ajouté la place pour les trieuses, les interclasseuses et les grands bacs servant à entreposer et à classer les cartes perforées, en réalité les fichiers, les données et les programmes (logiciels). Les ateliers que j'ai connus occupaient un espace de 200 à 400 m2. A lui tout seul son poids total, imprimante incluse était de 1.350 kg. L'ensemble était assourdissant mais à l'époque il n'existait pas de réglementations en la matière. Pas plus d'ailleurs pour le poids que nous soulevions à longueur de journée. Un carton contenant 3000 cartes vierges pesait 6,7 kg et un bac métallique plus du doubleJ'y ai bossé dessus pendant 10 ans du 23 avril 1971 jusqu'en mai 1981. 

    1969 - 1986 Mon onde informatique :

    Il y a quelques jours, j’ai rêvé d’un temps où je bossais sur un ordinateur Gamma 10. Sans doute, ce nom ne vous dira-t-il rien et pour cause ? Vous ne serez pas seul(e) dans ce cas, car le Gamma 10 était un ordinateur à cartes perforées de chez Bull qui avait vu le jour en 1963 et sur lequel j’ai commencé à bosser au retour de mon service militaire en avril 1971. Ensuite, une fois éveillé, et de fil en aiguille, ce rêve se transforma en une pensée qui fit son chemin dans ma tête et ce, pendant quelques jours. Ce cheminement, loin d’être simple, fut une longue quête personnelle au cours de laquelle j’essayais de me souvenir de tout ce qui avait pu se passer depuis, dans ce monde incroyable que l’on définit désormais sous le vocable générique d’ « informatique ». En 1971, autant l’avouer ce mot « informatique » n’avait pas du tout la même résonance que de nos jours. Je l’employais certes mais seulement du bout des lèvres car avant tout je considérais qu’il était l’affaire d’ingénieurs spécialisés dans le traitement automatisé de l’information. Je débutais et je n’avais donc pas cette prétention.

    1969 - 1986 Mon onde informatique.1969 - 1986 Mon onde informatique.

    Portes ouvertes, le dos du Gamma 10 à droite et à gauche sa partie faciale avec le lecteur de cartes. Le logiciel ou programme était enregistré dans la mémoire de l'ordinateur au moyen d'un jeu de cartes, auquel venait parfois s'ajoutait des plots que l'on enfichait ou pas dans un tableau de connexion qu'on appelait le sélecteur d'indices. 

    Alors bien sûr, avec cette envie d’écrire qui prend de plus en plus d’ampleur au fil de mon vieillissement, ce désir de laisser quelques petits pans de ma vie, je me suis dit « il faut que tu couches tout ça sur papier ! ». Enfin quand je dis « papier », il faut entendre « ordinateur », « blog » et plus spécialement « Mon Journal Mensuel », ici présent. En effet, je ne garde aucun mauvais souvenir de cette période, qui commence en 1969 et se termine en 1986, même, et vous le verrez, si j’ai connu des périodes très difficiles au cours de mon parcours professionnel. Ces souvenirs, les voici tels qu’ils se sont enchaînés dans ma mémoire il y a quelques jours :

     

    Abstraction faite de tout aspect affectif, si je devais retenir deux ou trois mots du dictionnaire ayant marqué ma vie professionnelle, je choisirais incontestablement les mots « informatique, ordinateur et gestion ». Oui l’informatique dite de gestion et les ordinateurs ont accompagné ma vie et je pourrais presque dire bercée. Ma vie professionnelle bien évidemment, mais par voie de conséquence ma vie personnelle également. Si je devais imager cette pensée, je dirais que l’informatique a été une onde sur laquelle j’ai surfé et continue de le faire encore aujourd’hui. Attention, quand je dis « onde », n’y voyait pas une violente vague déferlante qui finalement m’aurait jeté sur les récifs du désenchantement. Non, cette onde serait plutôt un petit mascaret sur lequel je me suis laissé porté, en bossant beaucoup certes, mais selon les opportunités qui se sont présentées au cours de ma vie professionnelle, vie professionnelle quelque peu mouvementée dans la mesure où j’ai changé 16 fois d’employeurs. Ici, dans ce récit, vous ne trouverez que les 5 ou 6 premiers.

     1969 - 1986 Mon onde informatique.

    Quand ces mots « informatique et ordinateur » sont-ils  venus à mes oreilles pour la première fois ? Je ne m’en souviens plus exactement mais c’était probablement dans les années 1966 à 1968. Où les aurais-je entendu ? Au lycée, où je commençais à apprendre les techniques quantitatives de gestion, préparatoires au « fameux » bac G2 que je devais passer et échouer piteusement en 1969, après mai 68, année fatale pour de nombreux candidats bacheliers ? Auprès de mon frère qui bossait déjà  sur des tabulatrices ; ancêtres des premiers ordinateurs ; dans un bureau marseillais de mécanographie ?  Auprès de mon père, comptable dans une entreprise d’électricité commençant à s’équiper en matériel informatique et où j’avais fait quelques stages d’été ? Je ne sais plus ! La seule chose dont je me souvienne est de m’être inscrit dans une école spécialisée en informatique juste après mon échec au bac. Elle s’appelait B.I.M pour Bureau d’Information pour la Mécanographie. Comme on le voit, le mot « informatique » était là aussi absent même si B.I.M voulait imiter l’immense Big Blue, c'est-à-dire I.B.M au moins dans son sigle. Là, j’ai commencé à m’initier à l’informatique et à un langage de programmation qui s’appelait COBOL (Common Business Oriented Language), langage applicable sur les premiers ordinateurs de la série IBM 360. Cette courte formation attestée par un diplôme de fin d’études allait être le tout premier étrier de ma future vie professionnelle. Il y en a eu bien d’autres ensuite. Nous sommes en novembre 1969. Encouragé par cette première réussite, dans cette discipline d’avenir, je n’avais qu’une seule  idée en tête, m’y engouffrer et m’y accrocher de toutes mes forces. Après des études plutôt ratées, je devais bien ça à mes parents ! Dans l’attente de mon appel sous les drapeaux, je bosse de nuit dans une usine, non pas en informatique, mais directement devant une presse qui fabrique des jouets. C’est l’entreprise Van Ruymbeke. En avril 1970, service militaire oblige, et alors que je devais être pistonner pour partir bosser dans un centre de mécanographie de l’armée de l’air à Aix-Les Milles, première déception car je me retrouve à Solenzara et dans un bureau à remplir des autorisations de permissions pour tous les bidasses. Dans cette base aérienne corse, ni la mécanographie, ni l’informatique ne sont arrivées jusqu’ici et j’en suis réduit à utiliser un stylo Bic le matin et à « glandouiller » le reste du temps. Heureusement, qui dit Solenzara dit soleil, qui dit soleil dit vacances, qui dit vacances dit permissions. La boucle est bouclée car pour moi m’accorder un maximum de permissions est devenu un jeu. Ce jeu dont j’ai pipé les dés se terminera par un blâme directement octroyé par le colonel de la base, colonel qui ne comprendra jamais comment sur 12 mois de service, j’ai pu cumuler plus de 4 mois de permissions ! Heureusement la quille est là et je rejoins mes pénates marseillais. Au final, cette année de service aura été une année perdue même s’il faut bien admettre que j’ai pris du bon temps et que le vie en société, même avec une discipline militaire, reste une expérience bien utile, ne serait-ce qu’au regard de ce qui va m’attendre après. Bien décidé à rattraper ce temps perdu, le 31 mars 1971, je quitte Solenzara avec néanmoins un certificat de bonne conduite qui satisfait mes parents. Pour eux, ce certificat, ajouté à mes fiançailles avec Dany sont les preuves que j’ai mis du plomb dans ma tête. Ils n’ont pas vraiment tort.  

    Ci-dessus, photo du diplôme BIM obtenu en novembre 1969. C'est mon premier vrai contact avec le monde de l'informatique et donc l'instant où tout a commencé pour moi.

    1969 - 1986 Mon onde informatique.

     

    Moins d’un mois plus tard,  le 23 avril exactement, jour de mon anniversaire, (alors je m’en souviens !), me voilà déjà devant mon premier ordinateur entrain de bosser. Le fameux Gamma 10 dont je viens de rêver 47 ans plus tard ! C’est une société d’import-export marseillaise, la société Jean-Pierre Abitbol qui le possède et qui vient de m’embaucher au salaire « mirifique » de 950 francs par mois. Je suis opérateur, ravi de cette position mais bien décidé à tout apprendre de cet ordinateur en un minimum de temps. Je suis d’autant plus ravi qu’or mis le chef d’atelier, je suis le seul homme au milieu de dizaines de jeunes femmes qui font des trous dans des cartes. Opératrices de saisie, c’est leur nom. Je m’entends super bien avec elles. Entre midi et deux nous allons nous baigner sur la jetée près du Fort Saint-Jean ou bien nous nous retrouvons dans un snack tout proche. La vie est belle et j’ai toujours adoré travaillé avec et au milieu de femmes. Côté boulot, ces fameuses cartes perforées vont rythmer mes premières années d’informatique et quand je dis rythmer ce n’est pas un vain mot. En effet, une carte perforée c’est quoi au juste sinon qu’un bout de papier troué qui se déchire au premier tracas venu. Or les risques de tracas, ce n’est pas ce qu’il manque quand à longueur de journée, on utilise de grosses machines dont la principale caractéristique est d’être très mécanique. Perforatrices de cartes ou de saisie, trieuses, interclasseuses puis ordinateur, le parcours d’une carte perforée est semée d’embûches et quand l’embûche arrive c’est bibi qui doit les refaire intégralement à l’aide d’une petite machine manuelle qui s’appelle la P80, "P" pour poinçonneuse et 80 car la carte perforée dispose de 80 colonnes. Quand un gros bourrage se produit, on passe un temps infini à refaire des cartes et ce temps perdu rallonge d’autant les journées de boulot déjà bien trop longues. Ces cartes perforées, le commun des mortels les retrouve plus régulièrement dans les péages autoroutiers jusqu’en 1982.

    Ci-dessus, des cartes perforées 80 colonnes telles qu'on les manipulait à l'époque.

    Ci-dessous, la fameuse P80 de chez Bull, permettant de refaire les cartes déchirées suite aux nombreux bourrages qui ne manquaient pas de survenir dans le parcours semé d'embûches d'une carte perforée. Cette machine peut se vanter d'avoir été ma complice de nombreuses heures de travail et la souffre-douleur de petites crises d'emportements.

     

    1969 - 1986 Mon onde informatique.

    Au bout de quelques mois chez Abitbol, et ayant apparemment donné entière satisfaction à tous ceux qui me connaissent, et notamment aux techniciens de chez Bull, devenu Honeywell-Bull depuis peu, ces responsables de la maintenance du Gamma 10 m'informent qu'une société aixoise recherche un pupitreur ayant mon profil pour le mois de juillet. Je leur dis que je suis disposé à bosser sous condition de travailler au noir car je n'ai pas envie d'avoir des soucis avec Jean-Pierre Abitbol. Ils contactent la société en question qui me propose de bosser un mois à ces conditions-là. Il s'agit d'une société de services en informatique qui s’appelle Delta Informatique. Elle est affiliée à un groupe plus important qui s'appelle CASECS, sis à Bordeaux si je me souviens bien. Nous sommes en juillet 1971, j'accepte le job et l'accomplis à la satisfaction de mon employeur car je m'aperçois que l'enveloppe perçue est une peu plus conséquente que celle prévue initialement. Il m'a été octroyé une prime. Pendant plus d'un an, je reste sans nouvelle de Delta Informatique. Chez Abitbol, le job en lui-même n'évolue guère mais la charge de travail s'est nettement amplifiée depuis mon embauche. Après avoir constaté que le chef d'atelier Martinez se repose de plus en plus sur moi, je finis pas râler et obtiens l'embauche d'un autre opérateur pour m'aider. Poggioli, c'est son nom et malheureusement après quelques semaines, il n'est pas confirmé à son poste. Je me retrouve de nouveau seul, bosse énormément sans qu'il n'y ait de véritable carotte au bout. Jean-Pierre Abitbol tient l'ensemble du personnel avec des primes qu'il distribue selon son bon vouloir et ses affinités et selon que l'on a été sympa avec lui ou pas. Sympa avec lui, je n'ai jamais trouvé une seule raison de l'être plus que mon naturel m'y conviait. S'il m'arrivait d'avoir des modestes primes, je les devais uniquement à mon travail mais par contre, celles de certaines filles du service de saisie me laissaient pantois, un peu découragé et beaucoup en colère. Ces primes-là n'étaient pas en rapport avec le travail qu'elles accomplissaient. Depuis mon embauche chez lui, j'avais bouquiné tout ce qu’il était possible à propos du Gamma 10 et si je n'avais pas la prétention de tout connaître, j'avais un double sentiment : celui d'être le dindon de la farce du service informatique, c'est à dire celui qui se tape tout mais n'en tire pas les marrons du feu et celui de végéter. Par bonheur, je suis toujours dans les bons petits papiers des responsables de chez Bull, et mon expérience aussi rapide soit-elle, et mon implication dans le boulot me portent chance. Bingo si j’ose dire ! Apparemment contents de moi, pour le travail fourni en juillet 71, Thibault le chef d’atelier puis Philippe le patron de Delta Informatique me rappellent pour me proposer un job à plein temps comme opérateur - pupitreur. Ils me proposent d’augmenter mon salaire de 50% par rapport à celui que j’ai chez Abitbol et rajoutent les frais de déplacement Marseille - Vauvenargues. A cet agréable salaire vient s’ajouter un job beaucoup plus intéressant sur le plan de la gestion, un cadre de travail agréable car blotti dans une pinède et une équipe bien plus réduite que chez Abitbol me permettant une plus grande autonomie dans mon travail quotidien et dans les décisions à prendre. J’accepte et pars bosser définitivement chez Delta Informatique toujours sur Gamma 10. Je bosse beaucoup, parfois jusqu’à 16 heures par jour mais j’apprends beaucoup aussi, tant en informatique où je me perfectionne au langage de programmation Autocode du Gamma 10, espèce d'Assembleur, qu’en comptabilité et en gestion. J'en profite pour m'initier plus profondément au langage Assembleur de chez IBM. Ici, je m’épanouis dans mon job et pour rien au monde, je n’échangerais ma place. En juin 1973, une querelle pour cause d’incompatibilité d’humeur entre le patron Philippe et le chef d’atelier Thibault entraîne le départ de ce dernier et me voilà propulser au rôle de chef d’exploitation auquel je n’aurais jamais pensé, en tous cas, jamais aussi vite. Mon salaire est revu à la hausse et à 24 ans, voilà déjà que je cotise aux cadres. La clientèle s’étoffe et avec elle mon équipe. Nouveau pupitreur que je forme moi-même, nouvelles opératrices de saisie, nouveau commercial, nouvelle secrétaire, tout ce petit monde fonctionne très bien et je ne trouve que du bonheur dans ce travail informatique de gestion pour lequel je semble fait. En septembre 74, je déménage avec femme et enfant du centre-ville de Marseille à Aix. Nous n'y perdons pas au change entre un appartement pourri au dernier étage dans un vieil immeuble du centre-ville de Marseille pour un appartement coquet et de grand standing dans un beau quartier tranquille d'Aix-en-Provence. L’activité de Delta Informatique ? Réaliser sur ordinateur des comptabilités, des paies et des statistiques en tout genre à partir des informations que nous fournissent des clients c'est-à-dire des cabinets d’expertise comptable, des entreprises et des collectivités. Les nombreux contacts avec les clients me forgent une nouvelle expérience qui me sera très utile bien plus vite que je ne l’aurais pensé au départ.

    1969 - 1986 Mon onde informatique. 

    Une opératrice de saisie sur une perforatrice de cartes perforées telle que j'en ai vu des dizaines et des dizaines dans tous les ateliers d'informatique où j'ai bossé. 

    Début 1975, patatras ! Tout s’effondre d’un coup quand Philippe venant de perdre son père perçoit un gros héritage. C’est ce qu’il nous annonce. Il décide de vivre de ses rentes, de tout balancer et veut rapidement liquider l’entreprise. Etant le plus ancien des salariés, je discutaille ferme avec lui mes conditions de départ. De ces discussions, émerge le deal suivant : il me promet de chercher un repreneur pour sa clientèle et si repreneur il y a, il s’engage à obtenir mon embauche dans le cadre du contrat de cette cession. Je l’aide dans ses recherches, trouve un repreneur mais comme il est très fort commercialement je le laisse négocier. La plupart des clients sont contents, moi aussi et Philippe s’enlève une grosse épine du pied vis-à-vis du syndic chargé de la liquidation de son entreprise. C’est ainsi que de juillet à septembre 1975, je me retrouve dans une nouvelle société de services en informatique qui s’appelle SETECS. Je ne connaîtrais jamais rien de cette société nîmoise, ni les dirigeants, ni les locaux pas plus que la définition de son sigle. Le deal prend néanmoins effet car je bosse dans une autre société qui s’appelle la « Nationale de Traitements Informatiques ou N.T.I, filiale d’un groupe plus important du nom de Natel ». Grosse coïncidence, et alors que mon domicile est désormais à Aix-en-Provence, je me retrouve à travailler à quelques dizaines de mètres de chez Abitbol, c'est-à-dire Quai du Lazaret à Marseille où se trouvent les deux entreprises. J’y retrouve parfois quelques anciennes copines dans le snack de mes débuts. Je bosse là quelques mois mais ma destinée se trouve déjà ailleurs. En effet, dans le deal que m’a proposé N.T.I, il y a une mutation obligée et là j’ai le choix entre Paris, Lille ou Perpignan. Sans hésiter et pour ne pas me retrouver dans la grisaille nordique, je fais le choix de Perpignan et ce, malgré un salaire qui va être moindre. Je m’en fous car je sais déjà que je vais travailler au sein d’une petite équipe sympa ; équipe à laquelle je suis déjà parti rendre visite ; et pas au sein d’un pôle informatique très important comme cela aurait été le cas à Paris ou à Lille.

    1969 - 1986 Mon onde informatique. 

    La trieuse de chez Bull. Très bruyante, elle permettait de trier les cartes perforées selon un ordre souhaité. Plusieurs passages des mêmes cartes étaient nécessaires avant d'obtenir le classement voulu. On aperçoit à droite le petit tableau permettant de programmer les ordres à donner à la machine. Le tri était binaire puisqu'il s'effectuait selon la présence ou pas du trou dans la carte, les trous étant disposés à des endroits précis sur des lignes et des colonnes de la carte.

    Dès juillet 1975, ma petite famille s’installe dans un appartement à Perpignan et moi je n’y débarque qu’au mois d’octobre. C’est le laps de temps qu’il me faut pour basculer la clientèle de Delta Informatique sur d’autres gestionnaires de chez N.T.I Marseille. Ici, à Perpignan, je continue de bosser sur Gamma 10 mais comme analyste - programmeur et beaucoup moins comme opérateur - pupitreur. Le boulot est encore plus gratifiant que chez Delta Informatique car il m’appartient désormais de trouver des solutions informatiques pour de nombreux clients et leur gestion. Et quels clients ! De très gros parfois comme les Poupées Bella, les chaussettes Punto Blanco, la compagnie aérienne Europe Aéro Service, les anchois Papa Falcone, le Groupement Interproducteurs du Cru de Banyuls et bien d’autres caves coopératives vinicoles pour les apports des coopérateurs, des banques, des mairies pour lesquelles nous établissons les listes électorales, des syndics immobiliers pour leurs décomptes de copropriété, j’en passe et j’en oublie. Ces entreprises aux activités si diversifiées sont pour moi le début d’une nouvelle évolution, évolution toujours dans la gestion mais avec des ouvertures évidentes vers de nouveaux horizons qui m’étaient jusque là inconnus. Désormais, je me complais dans un travail d’analyse et de programmation logicielle qui m’était jusque là inconnu lui aussi.

    1969 - 1986 Mon onde informatique.

    L'interclasseuse de chez Bull. Aussi bruyante, sinon plus que la trieuse, elle permet d'interclasser des jeux de cartes pour parfaire le classement définitif et en faire des paquets lisibles et donc compréhensibles par le programme et l'unité centrale de l'ordinateur. 

    Les années passent mais la clientèle et notamment les grosses entreprises commencent à s’équiper avec leur propre matériel informatique. L’agence de Perpignan végète puis régresse en perdant du chiffre d’affaires au fil des ans. Notre vieux commercial Michel-Ange, pas suffisamment formé, est dépassé par les nouvelles techniques et technologies informatiques. N.T.I a disparu depuis longtemps et le Groupe Natel, filiale de la Banque Nationale de Paris, est devenu seul maître à bord de la petite agence perpignanaise. En 1979, on apprend que le Générale de Service Informatique (G.S.I) a fait main basse sur Natel mais les deux entités subsistent pendant quelques années avant leur fusion puis la disparition de Natel dans le milieu des années 80. Dans l'immédiat, les audits et le ingénieurs marseillais se succèdent pour analyser ce qui ne fonctionne pas ici à Perpignan mais le constat est toujours le même : c’est la partie commerciale qui pose problème et non pas la partie technique. Nous sommes au début des années 80 et l’informatique vit ces premières années de grandes accélérations technologiques. Peu à peu, le Gamma 10, grand concurrent de l’IBM 1401 au départ, puis de l’IBM 360 ensuite, devient obsolète. Travailler directement sur du matériel IBM, il me faudra attendre presque 10 ans de plus et ce, malgré deux ou trois stages chez Big Blue à la Défense. 

    1969 - 1986 Mon onde informatique. 

    En 1981, après la disparition du Gamma 10, me voilà obligé de m'adapter à un ordinateur de nouvelle génération. Le Northern Télecom NT 585. Contrairement au Gamma 10, j'avoue ne pas en garder des souvenirs impérissables, d'abord parce qu'un rôle de chef d'agence et de commercial m'est dévolu, ensuite parce que le travail sur écran et clavier n'a plus rien à voir avec la manipulation des cartes perforées et enfin et surtout parce que l'évolution de l'informatique est telle que l'on passe d'un ordinateur à un autre sans trop de contraintes car piloter un ordinateur c'est comme piloter une voiture.  Finalité : Quand on en a conduit une, on les a toutes conduites y compris quand il s'agit d'une Formule 1 ! 

    En 1981, l’agence de Perpignan est d’abord rattachée à celle de Nîmes et non plus à celle de Marseille puis quelques mois plus tard, l’agence de Nîmes est elle-même cédée par le Groupe Natel à son principal client nîmois la Compagnie d'Aménagement du Bas-Rhône et du Languedoc. En juin 1981, Nîmes et Perpignan deviennent le Groupement Informatique du Languedoc (G.I.L SA). Notre équipe est complètement dissoute et mon bien aimé Gamma 10, mes trieuses, mes interclasseuses et autres perforatrices finissent leur vie complètement démantelées seulement bonnes pour un ferrailleur. Au fond de mon jardin, je garde le souvenir de ce démantèlement grâce au socle d'une des trieuses, gros bloc d'acier très épais, qui m'a servi de support à la confection d'un barbecue. En 1981, fini les cartes perforées et adieu à mes ami(e)s Michèle, Christiane(s), Jeannot, Michel-Ange et consorts, tout le monde est licencié sauf mon alter ego René, opérateur – pupitreur, et moi, qui par la même occasion, endosse deux poids supplémentaires, ceux de chef d’agence puis de commercial un an plus tard.  Nouveau job, déménagement dans un nouveau local plus petit, nouvelle gentille secrétaire Christiane, qui malheureusement décédera quelques mois plus tard d’un cancer foudroyant, nouvel ordinateur plus puissant et d’une autre technologie, celle d’un Northern Telecom 585 mais sur lequel il nous faut nous former le plus rapidement possible. Les stages de formation vont se succéder et ça ne va jamais plus s’arrêter tant l’informatique évolue à la vitesse grand « V ». Les journées sont plutôt de 12 à 14 heures que de 8.

    1969 - 1986 Mon onde informatique.

    Voilà le premier ordinateur personnel qui est entré dans ma maison en 1983. Le Victor 9000 commercialisé parfois sous le nom de Sirius 1. Il m'aide dans mon travail quotidien, dans mes tâches plus personnelles et me sera d'une grande utilité en 1986 dès lors que que je me retrouve sans emploi et contraint de travailler au noir pour quelques clients qui me sont restés fidèles pas nécessité. D'autres P.C suivront après, mais mes enfants se sont initiés au clavier et à l'écran grâce à ce Victor-là !

    En 4 ou 5 ans, tout s’emballe dans l’informatique et par voie de conséquence pour moi et mes collègues. Les nouveaux ordinateurs possèdent des écrans et des claviers et fonctionnent avec des performances qui n'ont plus rien à voir avec celles du bon vieux Gamma 10. Unités centrales avec de nouveaux processeurs, mémoires, systèmes d'exploitation, lecteurs de supports magnétiques, tout va toujours plus vite et avec des puissances et des capacités de mémorisation démultipliées. Peu de temps après suivent les ordinateurs personnels avec écran aussi qu’on appele P.C pour Personal Computer puis suivront les micro-ordinateurs. De nombreux langages de programmation ont vu le jour depuis l’Assembleur et le COBOL que j’ai appris à mes débuts, les premières liaisons Transpac que l’on appelle « commutation ou liaison Caducée » permettent les échanges de données par paquets et ce, malgré les kilomètres d’éloignement entre deux ordinateurs, les premiers grands réseaux internes entre ordinateurs se constituent, les premiers ordinateurs spécialisés dans les traitements de texte et les tableurs arrivent aussi et sont très rapidement à la mode, mode que ma hiérarchie n’a pas vu arriver, tout comme les ordinateurs personnels d’ailleurs. Malgré ce gros retard pris au démarrage, la nouvelle mission qui m’est confié par ma hiérarchie nîmoise est d’arriver à vendre un maximum de ces ordinateurs personnels car le travail à façon décline au fil des mois. Les clients s’équipent et la concurrence est très rude. Le retard pris ne se rattrapera jamais. Vendre, je n’aime pas ça ! D’abord on ne s’improvise pas commercial et puis en informatique ça n’a jamais été mon job ! Mes patrons essaient de se donner bonne conscience en m’envoyant faire un petit stage de ventes au Florian Mantione Institut. Je m'en souviens très bien car à l'époque c'était le sympathique Florian Mantione lui même qui assurait la formation. Malgré cela, force est d’avouer que je ne retrouve plus les tâches techniques et les activités que j’ai tant aimées dans ce milieu « informatique ». Le premier ordinateur personnel, un Victor,  entre dans ma maison en 1983 et au fil des ans quelques modèles vont se succéder. Femme et enfants adorent car les premiers jeux ; ping-pong, mur de briques, Vur et j’en passe ; les initient à l’informatique, à l’écran, au clavier et quelques temps plus tard aux premières imprimantes. Je me charge de les initier à tout le reste. Quand je repense à mon boulot de cette période, quelques noms reviennent dans ma tête agréablement. Mon ami René Ciano bien sûr, le plus fidèle de mes acolytes, parti l’an dernier et bien trop jeune à l’âge de 71 ans. Ma gentille secrétaire Françoise avec laquelle je m’entendais si bien. Et puis des noms de marques d’ordinateurs ou de géants de l’informatique comme IBM, Bull bien sûr, mais également Data 100, Sirius, Northern Télécom, Tandy, Texas Instruments, Victor, Hewlett-Packard, Olivetti, Wang, Nixdorf. Des noms de systèmes d’exploitation ou de langages comme MS/DOSBasic, UnixFortran ou Multilog, ce dernier ayant l'avantage énorme de s'écrire en français, des noms de produits ou de logiciels que j’ai vendu ou utilisé comme Sciram, Codim, Sycomore, Sylve, Magie, P1 pour les paies et C1 pour les comptabilités et parmi tous ces noms, j’en oublie certes encore beaucoup. En 1986, tout s’effondre une nouvelle fois. L’agence de Perpignan ferme sans que René et moi soyons licenciés. Nous apprenons qu’un contrat de rattachement a été conclu entre nos deux derniers employeurs et qu’ils se renvoient la balle dans cette obligation qu’ils auraient de nous licencier immédiatement pour raison économique. Là, débute un imbroglio judiciaire de plus de 2 ans entre Natel, G.I.L et nous et la période la plus noire de ma vie professionnelle. Elle se commence d’abord aux prud’hommes (on gagne !), se poursuit devant la cour d’appel (on perd un peu de ce que nous avions gagné !) et se termine à quelques mois de la cour de Cassation quand Natel baisse les bras devant nos demandes d’indemnités, sommes toutes raisonnables. C’était bien Natel notre employeur ! Gros problèmes pour René et moi pendant ces années-là, car sans le prononcé d’un licenciement, nous n’aurons jamais droit de nous inscrire au chômage et donc pas d'indemnités ! Pire, retrouver un autre employeur équivaudrait à une démission selon la législation française ! Les Assedic m’accorde néanmoins 3.000 francs que je dois impérativement utiliser au titre d’une formation. Je fais le choix de cours d’anglais et de comptabilité par correspondance auprès du C.N.E.D. Je vis mal cette période si difficile de mon existence mais ayant une femme qui ne travaille que partiellement et deux enfants à élever et à nourrir, il n’est pas question pour moi de m’apitoyer sur mon sort. Quoi qu’il advienne et quelque que soit les difficultés de la situation, je dois retrousser les manches ! Au début, je vis difficilement de mes quelques économies mais ensuite de beaucoup de « black » en dépannant des clients qui me sont restés fidèles par nécessité. Là, après cette période noire, se termine ma vie professionnelle dans des sociétés de services en informatique mais je vais néanmoins resté accroché comme une patelle à mes premières amours, c’est à dire à l’informatique de gestion et à la gestion de l’informatique. Là, commence une autre histoire, une autre vie professionnelle que je vous conterais peut être un jour. Elle est beaucoup plus tournée vers la comptabilité, la finance, le social, le fiscal, en un mot vers la « gestion » des entreprises, c'est-à-dire vers tout ce j’ai appris au fil de ces 17 années qui se sont si vite écoulées de 1969 à 1986. Malgré ce changement, l’informatique y demeure omniprésente et c’est ça qui me plaît. Je vais continuer à surfer sur mon onde. Le petit mascaret est devenu une vague gigantesque qui a tout emporté sur son passage mais je reste debout sur ma planche. Peu de personnes arrivent à se soustraire à cette vague, et pour cause ! Elle est entrée dans les usages, dans les habitudes, dans les mœurs de tous… Mais avant de vous raconter un jour cette nouvelle histoire, laissez-moi d’abord la rêver !

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires