• Le Sentier Thématique Tour de l'étang de Gruissan depuis Gruissan-Village.

    Le Sentier Thématique Tour de l'étang de Gruissan depuis Gruissan-Village.


     

    Randonner sans soleil et sans grand ciel bleu, la plupart d’entre vous le savent n’est pas ma tasse de thé. Le moindre nuage et j’ai toujours envie de remettre à plus tard, une randonnée prévue pourtant de longue date. Mais, car il peut y avoir un « mais », il peut y avoir une exception à cette règle. Cette exception, c’est l’envie de marcher combinée à celle d’avoir la certitude de pouvoir photographier de très nombreux oiseaux. Des oiseaux qui ne craignent pas l’eau bien sûr au cas où la pluie entrerait dans la partie.  N’importe quels oiseaux mais en général il s’agit plutôt d’oiseaux marins, de limicoles, des échassiers et que sais-je encore ?  En général, quand il pleut, ils ne bougent pas trop  et cela peut s’avérer un avantage sauf que pour les photos,  la luminosité n’est pas géniale. Enfin de là à marcher sous la pluie, il n’y a qu’un pas que j’ai franchi allègrement en ce 30 septembre 2017 quand j’ai réalisé ce « Sentier thématique Tour de l’étang de Gruissan ». Je suis revenu bien trempé jusqu’au os mais néanmoins ravi des découvertes opérées. Il faut dire que je suis parti « la fleur au fusil » et l’appareil en bandoulière, mais sans jamais regarder la météo. Présents ce jour-là à Gruissan où nous étions là pour garder les petits-enfants, Dany avait décidé de rester au chalet. Il est vrai que le temps changeant et devenant de plus en plus maussade au fil du jour n’était guère incitatif à aller se promener. Les enfants n’avaient pas trop envie de bouger non plus, alors j’avais pris la décision de partir seul pour remplir une partie de cette journée qui s’annonçait insipide devant la télé et les dessins animés pour enfants. Mes objectifs ? Visiter la vieille cité, la tour Barberousse puis faire le tour de l’étang où le matin même en arrivant en voiture, j’avais constaté la présence de très nombreux oiseaux. J’avais prévu d’y ajouter le secteur de la Capoulade mais la pluie plutôt soutenue qui m’est tombée sur la tête à l’instant même où j’atteignais cette intersection de chemins m’a obligé à changer mon plan initial. Ensuite, les pluies ont été plutôt intermittentes mais j’étais déjà bien mouillé. D’ailleurs, vous noterez que cette balade sortait tant de mes critères habituels que je l’avais complètement zappée de la liste de celles à mettre sur mon blog. Il faut dire que faire le tour de l’étang, c’est la balade la plus commune qui soit pour de très nombreux Gruissanais. Certains la font tranquillement à pied, d’autres en courant et d’autres carrément à vélo. Moi, j’avais prévu de flâner comme à mon habitude. Il est vrai que la course à pied et la photographie ornithologique ne font pas bon ménage. Ici, à Gruissan tout est plat et la distance de 6,1 km est à la portée de n’importe qui ou presque. Cette accessibilité que les Gruissanais ont transformée en une banalité, il faut donc la combler avec d’autres centres d’intérêts et force de reconnaître que c’est assez facile. En tous cas, ça l’a été pour moi. Comme l’indique l’Office de Tourisme de Gruissan, « ce sentier pédestre thématique permet de découvrir toute la diversité de l'écosystème vivant en symbiose avec cet espace lagunaire. 10 panneaux d'information ainsi que des points de vue remarquables jalonnent le parcours. » Enfin, pour ceux qui ne connaissent pas le bourg et ses alentours, ils présentent de très nombreux autres attraits qu’ils seraient trop longs de lister ici. Richesses patrimoniales, paysages, faune et flore ont donc été au rendez-vous pour mon plus grand bonheur. La publicité de l’Office du Tourisme que j’avais lu sur Internet avant de démarrer n’était donc pas mensongère. Oui, « les étangs de Gruissan représentent un patrimoine naturel exceptionnel qu’il faut protéger et préserver. A découvrir ! » J’ai pu laisser ma voiture sur un parking près du centre-ville puis par de jolies ruelles, j’ai pris la direction de l’église Notre-Dame-de-l'Assomption et enfin j’ai terminé par la Tour Barberousse qui se trouve juste à côté. Avec le tour de l’étang, je ne m’étais pas fixé d’autres objectifs que ces deux-là. Par chance, l’église était ouverte et une chorale y était en répétition. J’en ai donc largement profité pour écouter quelques chants mais surtout pour photographier ses nombreuses décorations toutes plus superbes les unes que les autres. Il y a un maître-autel superbe coiffé d’un très beau retable à baldaquin avec 6 colonnes en marbre rose de Caunes-Minervois. Il y a également une petite chapelle joliment décorée de la statue de la Vierge et l’enfant entourée de celles de Saint-Joseph et de Saint-Dominique. Il y a également une très belle alcôve où l’on aperçoit un bénitier et Saint-Jean-Baptiste baptisant Jésus. On remarque aussi un ex-voto en mémoire aux naufragés que Gruissan a connu. Enfin, on ne quitte pas l’église sans avoir levé la tête en direction de l’étonnante toiture dont l’armature n’est pas sans rappeler la coque renversée d’un navire. Voilà pour les principales richesses mais à y regarder de plus près, on aperçoit aussi de très belles peintures, des fonds baptismaux plutôt originaux, de jolis vitraux dont certains enjolivent des meurtrières, ce qui prouve bien qu’à son origine, l’église était un ouvrage fortifié. D’ailleurs, son aspect extérieur très haut et présentant que peu d’ouvertures ne laisse planer aucun doute à ce propos. Avant de me lancer tout autour de l’étang, il ne me restait plus qu’à me diriger vers la Tour Barberousse. Là, et alors que de nombreux touristes sont bien évidemment intéressés par les ruines de la tour, mois je suis surtout captivé par les roches fossilisées qui la soutiennent. Elles n’ont certes rien de bien impressionnant mais si on prête attention, on y distingue une quantité incroyable de dessins multiformes ressemblant à du plancton pétrifié voire à des micro-organismes aquatiques de type protozoaires. Je ne suis pas un spécialiste mais je suis presque sûr qu’il s’agit là de sédiments fossilisés antédiluviens et puis de toute façon, remonter le temps et l’Histoire m’intéresse toujours. Après cette découverte, il me reste encore à remonter les marches en direction de la tour Barberousse. Elle est bien ruinée et c’est surtout la plate-forme sommitale qui offre le plus d’intérêt. Plus que la vieille tour, les panoramas à 360 degrés captent le regard de tous les visiteurs.  Je prends de  nombreuses photos même si je pose un regard plus prolongé sur l’étang et le parcours que je dois accomplir. Il est temps de quitter les lieux car le ciel devient de plus en plus gris. Direction le port nautique Barberousse et le pont routier qui enjambe le canal du Grazel permettant d’y accéder. Là, je délaisse le bitume et après avoir franchi une passerelle, je file directement vers la digue de remblais qui est parallèle à la petite départementale qui file vers l’écluse de Mandirac. La digue est rectiligne et sépare le canal du Grazel de l’étang. Est-ce un ancien chemin de halage ? On peut le supposer. En tous cas, tout devient très simple et je peux désormais me consacrer à ma passion de la photo ornithologique et à la lecture des panneaux « botaniques » qui jalonnent le parcours. Les oiseaux sont déjà bien présents, mais un peu loin parfois pour les photographier correctement. Quant aux plantes décrites sur les panneaux, je les connais un peu aussi car ce sont les mêmes que celles que j’avais découvertes lors de mes 3 jours sur le Sentier du Golfe Antique réalisé en 2014. Très rapidement, de nombreux oiseaux s’enregistrent dans mon numérique. Je suis seul sur cette longue digue et il va me falloir marcher presque une demi-heure pour croiser un couple de randonneurs. Il est vrai aussi que le ciel s’assombrit au fil de ma flânerie. D’ailleurs, à l’approche de l’écluse de Sainte-Marie, un fin mais dense crachin entre dans la partie. Les oiseaux marins, échassiers et limicoles, semblent indifférents à cette bruine. En tous cas, ils restent impassibles à mon approche. Les passereaux, presque essentiellement des tariers-pâtres, des rousseroles effarvattes, des bruants et des cisticoles des joncs, eux, sont dans une bougeotte quasi permanente et sont donc très difficiles à photographier. Ils sautent de branches en branches dans les roselières et les salicornes et quand ils ne sautent pas, ils slaloment entre-eux.  Sans la pluie, la difficulté me gênerait moins, mais là, je l’avoue, photographier les oiseaux et protéger en même temps mon appareil-photo pour ne pas qu’il se mouille décuplent les complications. Dans les épais buissons de soude, la pluie a fait sortir une multitude de limaçons, ces petits escargots blancs qui ont pour habitude de s’endormir en grappes agglutinés les uns aux autres. Là, ils partent en tous sens, comme si l’eau était le signal d’un exode asocial irréfléchi. Je suppose que dès que les rayons du soleil réapparaîtront, ils sauront se rassembler.  A l’écluse de Sainte-Marie, un couple de pêcheurs parait placide à ce crachin qui fait autant briller leurs K-Way que leurs visages écarlates de touristes aoûtiens. Il faut dire que la pêche est « bonne » car ils sortent des mulets de 8 à 10 cm les uns derrière les autres. Rien ne semble les arrêter dans cette quête à vider le canal de ce menu fretin.  Je les observe quelques instants dans leur collecte « mécanique » mais quand je regarde l’intérieur de leurs seaux respectifs, ces derniers sont quasiment vides. Alors, j’interroge l’homme en lui demandant : « Vous en faite quoi ? Vous les rejetez à l’eau ? ». « Mais non pas du tout ! » me réponds-il dans une exclamation à la fois contrariée mais si affirmative.  « Mais vous attrapez des poissons sans arrêt alors que vos seaux sont presque vides ? » lui dis-je. « Ah non, ils sont vides parce que nous venons d’offrir notre pêche à des gens de passage. Ils nous ont dit qu’ils mangeraient les poissons en friture et comme nous, nous ne les mangeons pas, nous avons fait notre B.A ! ». Un peu dégoûté de tant d’insuffisance, je laisse les deux « généreux » donateurs  à leur génocide halieutique. Tu parles d’une B.A ! La meilleure des B.A aurait été de laisser grossir ces minuscules alevins afin qu’ils deviennent adultes et puissent atteindre leur taille normale mais respectable de 50 à 80 cm de long selon les espèces. La pluie s’amplifie, s’arrête aussi soudainement puis recommence. Un minuscule coin de ciel bleu apparaît parfois. Un rayon de soleil s’y glisse et la Nature semble revivre. Il en sera ainsi jusqu’à l’arrivée finale.  Je me laisse dépasser par un groupe de randonneurs, tous encapuchonnés dans leurs ponchos bigarrés. Ils me jettent un regard bizarre et par en dessous, comme si je débarquais d’une autre planète avec mon tee-shirt détrempé et collé comme un justaucorps. Alors, je ne suis pas le seul fou à marcher ? Sauf que eux sont des fous prévoyants. Des panonceaux « Capoulade » se présentent mais j’estime qu’il ne serait pas raisonnable de me lancer dans les 6 km supplémentaires annoncés. Je garde cette balade pour un autre jour. Un jour plus généreux sur le plan météo. Les pinèdes et les vignes toutes proches de l’étang sont autant de nouveaux biotopes ornithologiques. Je profite d’une brève amélioration météo pour partir m’y fourvoyer et y découvrir des fauvettes, des mésanges et des alouettes, passereaux tous aussi difficiles à photographier que ne l’étaient ceux des étangs. Seules quelques mésanges à tête noire sont plus dociles. A l’instant ou je retrouve la piste cyclable, quelques fous du vélo y roulent à tout berzingue. Arrivant dans mon dos, je m’écarte in-extremis au « ding-dong » de leurs sonnettes. La balade tire à sa fin dès lors qu’un carrefour routier se présente.  J’entre dans Gruissan mais en longeant toujours l’étang au plus près de son rivage. Les oiseaux sont bien présents aussi. Le vieux village est rapidement là mais retrouver ma voiture parmi toutes ces ruelles en colimaçon représente un dernier challenge. Mais je fais mienne cette citation de Nahman de Bratslav : « Ne demande jamais ton chemin à celui qui le connaît. Tu risquerais de ne pas t'égarer ». Je ne demande rien à personne, ce qui me permet de m’égarer mais de faire aussi quelques dernières et jolies découvertes : fontaine, lavoir ancestral et son histoire contée, prud’hommes des pêcheurs et sa fresque murale. Oui, outre ses étangs, Gruissan mérite sans doute une visite guidée ! Il y a probablement d‘autres secrets bien cachés qui ne demandent qu’à être découverts ? Telle qu’expliquée ici, cette balade a été longue de 8 km environ. Carte IGN 2546 OT Narbonne Top 25.

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Aveugle ou roi ?


     

    « Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois » dit un célèbre proverbe. Alors comme ma vue baisse, que mes lunettes ne sont plus adaptées à ma vue et qu’il va me falloir attendre 10 mois pour voir mon ophtalmo, j’ai toutes les chances soit de devenir aveugle soit de devenir roi. Je me demande si je ne préférerais pas la première solution au regard de cette France que je regarde se déglinguer de tous côtés !

    Il y a un verset de la bible qui dit que « les yeux de l’homme ne sont jamais rassasiés » et pourtant les miens sont parfois fatigués, au sens figuré certes, mais au propre aussi,  de voir que nos hommes politiques ne voient pas, voire jamais, les problèmes des français lambda que nous sommes.

    « Circulez, y a rien à voir ! » aurait dit Coluche avec son humour si décapant à l’encontre de nos gouvernants.

    Moi par exemple, s’il y a un motif qui me mets en rogne c’est bien celui d’être obligé d’attendre 3, 4, 5, 6, 8 mois voire plus pour obtenir un rendez-vous chez un toubib spécialiste alors que j’en aurais besoin quasi immédiatement sinon très vite.

    Début 2014 par exemple, j’ai été opéré d’une cataracte avec pose d’un implant (lentille multifocale) à l’œil droit et bien sûr je porte des lunettes. Chaque année, je suis allé voir mon ophtalmo pour un contrôle de la vision. La dernière fois, en décembre 2016, il me dit qu’un début de cataracte est entrain de se reformer sur l’œil droit et la lentille et que l’œil gauche est également atteint mais il rajoute que la situation n’est pas grave et ne nécessite dans l’immédiat aucune autre intervention chirurgicale ni changement de lunettes. Il m’indique de le revoir dans 2 ans sauf si je juge qu’il y a un changement trop important de ma vision.

    Depuis quelques temps, je sens que c’est le cas et constate que mes lunettes ne sont plus adaptées car je vois trouble. Je me dis « il faut que je prenne un rendez-vous » car je sais que le délai pour l’obtenir est habituellement de 6 mois. Je me dis que ça tombe d’autant mieux que nous sommes en juin et que dans 6 mois, ça fera pile 2 ans.  Alors j’appelle à son cabinet et une standardiste me répond. Voilà la conversation :

    -          Bonjour Madame, je voudrais un rendez-vous avec le docteur……..

    -          Il faut que vous rappeliez début juillet car notre nouveau planning n’est pas ouvert.

    -          Ouvrez-le !

    -         Non, je ne peux pas. Nous l’ouvrirons seulement début juillet car le précédent est plein jusqu’en mars 2019.

    -          Mais j’ai besoin d’un rendez-vous rapide car le docteur….m’a opéré de la cataracte en 2014 et je sens que mes lunettes ne sont plus adaptées à ma vision.

    -          Quel est votre nom ?

    (Je lui donne mon nom et prénom et s’ensuit une quinzaine de secondes de silence).

    -          Non, je ne peux rien faire. Rappelez début juillet.

    -          Ça veut dire qu’au mieux je n’aurais pas un rendez-vous avant mars 2019 ?

    -          Oui c’est bien ça ! Peut-être avril ou mai même.

    -          Oui mais le docteur….m’avait dit de le revoir si je rencontrais un problème.

    -          Rappelez début juillet, je ne peux rien faire aujourd’hui !

     

    J’abandonne.

     

    Voilà ce qui me met en rogne car soit j’attends pendant 10 mois et me coltine mes lunettes « surannées », soit je cherche un autre opthtalmo. Soit j’en trouve un plus rapidement soit ma vue va continué à baisser et sans doute plus rapidement qu’auparavant parce qu’il n’y a pas d’autre solution. J’avoue que ça m’ennuie d’en voir un autre car c’est lui qui m’a opéré.

    Alors bien sûr, de prime abord et peut-être injustement, je me mets en rogne contre lui et contre sa secrétaire qui ne veut rien entendre. A bien y réfléchir quand il me reçoit, la consultation ne dure jamais plus de 5 à 10 minutes et je comprends d’autant moins ce délai exorbitant. De plus, j’ai toujours eu ce sentiment qu’en me recevant, il se languissait déjà d’en terminer et de me voir dehors de son cabinet ! Un vrai boulot à la chaîne sans trop d’humanité. Un cabinet médical certes, avec l’indispensable matériel, mais en réalité la parodie d’une usine où les citoyens qui ont la vue qui baisse (ils sont très nombreux) se retrouvent selon le bon vouloir d’un patron pas très sympa et pas trop charitable.  Le patron, c’est le toubib. Les ouvriers c’est nous, mais c’est lui qui encaisse, y compris les dépassements d’honoraires non remboursés par la Sécu. Nous on trinque quand ça va mal. Ça va mal quand ça lui va bien. Oui, allez voir un toubib c’est désormais bien pire que d’aller au boulot, même pour le retraité que je suis. Rien de nouveau en réalité ! Combien de patients voit-il dans une journée ? 50 ? 100 ? Plus ? Il doit très bien gagner sa vie non ?

     

    Voilà ce que la colère me fait imaginer, penser. Et puis, je me tuyaute, je lis des choses sur le Net, j’essaie de réfléchir à cette situation ubuesque. Là, j’apprends qu’elle est ubuesque mais qu’il y a pire dans d’autres régions, en région parisienne notamment où il n’est pas rare qu’il faille un an voire plus pour obtenir un rendez-vous. On apprend aussi que la médecine va mal dans de très nombreux secteurs et pas seulement en ophtalmologie mais ça je le savais déjà et j’ai eu l’occasion de l’évoquer à quelques reprises (médecine d’urgence, du travail, etc…) ici même sur mon blog. On apprend que le syndicat des ophtalmos promet des délais plus courts. A la veille des élections présidentielles 2017, une campagne avait été lancée intitulée « Zéro délai en 2022 ». Tout un programme et des promesses dignes d’une vraie campagne électorale. Des pétitions ont été lancées aussi par des associations de patients pour tenter de réduire ces délais intolérables et dangereux. Ainsi on apprend qu’en France et par an,  150 ophtalmologistes seulement sont formés alors que le besoin serait « x » fois plus important et que 250 à 300 d'entre-eux partent à la retraite.

    Zéro délai en 2022 ? Je n’y crois pas une seule seconde sauf à aller chercher très rapidement des contingents de toubibs à l’étranger ! Mais recevoir trop d’étrangers ça démultiplie les problèmes de la France non ? Y a-t-on intérêt ?

    Des contingents étrangers ? On les rencontre déjà dans bien d’autres sphères médicales. Mon kiné est espagnol, mon radiologue est indien (pas d’Amérique !) et ça ne me gêne nullement car ils bossent beaucoup, cotisent en France, sont très compétents et bien sous tous rapports ! Ces étrangers-là sont les bienvenus car ils bossent, rendent d'immenses services, s’intègrent pleinement, font l’effort d’apprendre le français et de le parler. Ceux qui nous coûtent que des aides sociales ne soulèvent que des problèmes insurmontables. Les seconds sont plus nombreux. Voilà le constat que l'on connaît et là aussi nos gouvernants sont faillibles.

    Alors à ce stade de ma réflexion, j’en veux une fois encore à nos hommes politiques et à nos gouvernants passés et présents.

    Pourquoi n’ont-ils pas vu les problèmes arriver, problèmes qui allaient se poser crûment aux français ? Pourquoi ne les ont-ils pas anticipé ? Pourquoi n'ont-ils pas tenté de les résoudre ? 

    Pourquoi les nouveaux gouvernants ne réforment-ils pas dans ce domaine de l’ophtalmologie comme dans d'autres domaines si important pour de très nombreux français et notamment les plus anciens, les plus faibles et les plus démunis ?

    J’ai du mal à comprendre qu’un pays comme la France, qui a presque 6 millions de personnes inscrites à Pôle Emploi, soit presque 10% de sa population, qui connaît de grosses difficultés à orienter une multitude de ses étudiants, qui consacrent 50 milliards à l’Education Nationale, 32 milliards à sa formation professionnelle, 1,2 milliards à sa médecine du travail, qui a un budget santé en berne depuis l’arrivée de Macron, ne soit pas à même de trouver des solutions pour que ça aille mieux dans le secteur de « l’ophtalmologie » et de la médecine en général. Pourquoi sommes-nous très souvent à la traîne des autres pays ?.

    Ce mois-ci, j’aurais pu vous parler de la coupe du Monde de foot. Là on trouve toujours les milliards suffisants pour que tout ce passe au mieux.

    Oui, j’aimerais bien que « mes yeux ne soient pas rassasiés » de voir de bonnes réformes voir le jour, mais ce n’est pas le cas.

    Ce n’est pas gagné !  Ni en ophtalmologie ni dans bien d’autres domaines !

    La Bible est bien romancée et il ne faut sans doute pas croire tout ce qui est écrit dedans !

    Oui, je crois que pendant très longtemps encore « il ne va me rester que les yeux pour pleurer » et mon blog pour pousser des coups de gueule !

     


    votre commentaire
  • Le prochain article : Le Sentier du Pêcheur depuis Leucate-village.

    C'est la News (prochaine randonnée de la page d'accueil) : Le Sentier du Pêcheur depuis Leucate-Village

    C'est la News (prochaine randonnée de la page d'accueil) : Le Sentier du Pêcheur depuis Leucate-Village

     Cliquez sur les photos pour les agrandir. 2 fois pour obtenir un plein écran


    Ne quittons pas les étangs. Après celui de Gruissan, voilà celui de Salses. De Leucate plus exactement car les deux dénominations Salses et Leucate sont justes. En effet, cette balade commence à Leucate-village et s'intitule le "Sentier du Pêcheur". Cette fois, par question bien évidemment d'en faire le tour complet comme à Gruissan, même si les objectifs sont strictement les mêmes. D'ailleurs quels sont-ils exactement ? Le patrimoine historique d'abord puis prendre du plaisir à marcher tout en découvrant la Nature. Les oiseaux bien sûr et tout le reste quand il se présente. Montrer ce qu'il y a au bord du chemin, c'est aussi un plaisir que j'ai toujours envie de partager. Comme pour le Sentier du Guetteur effectué récemment, le démarrage s'effectue depuis la place Pierre Gonzales. Un vaste parking vous y attend et un point d'information touristique aussi. Enfin quand il est ouvert ? Ce qui n'a jamais été le cas et pourtant j'y suis allé 4 fois en l'espace de 3 mois. Enfin peu importe, ce n'est pas l'essentiel et ce d'autant plus que des panonceaux directionnels sont bien présents. Celui du Sentier du Pêcheur ne fait pas exception. Il indique.....  La suite très bientôt..... A bientôt ami(e)s blogueuses et blogueurs.


     

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires