•  

     

    Diaporama avec la musique "Beautiful Love" de Wayne King, Victor Young, Egbert Van Alstyne et Haven Gillespie

    jouée successivement ici par Didier Lockwood et The Tribute to Stephane Grappelli puis par Nels Cline

    Le Circuit des Clôtures (1.798 m) depuis Urbanya (856 m)

    Le Circuit des Clôtures (1.798 m) depuis Urbanya (856 m)


     

    A partir d’Urbanya, cette boucle que j’ai intitulé le « Circuit des Clôtures » est une version un peu plus longue et un peu plus difficile que celle qui avait pour nom le « Balcon d’Urbanya ». A l’époque, en 2009, nous n’avions pas de maison à Urbanya et nous avions démarré de Nohèdes empruntant presque exclusivement des pistes forestières. Cette fois, le circuit s’effectue un peu plus haut en altitude et vous l’aurez compris, les sentiers sont en réalité des layons, lesquels pour la plupart longent des clôtures. Certains de ces layons sont balisés de bleu ou de jaune et sont donc de véritables sentiers, d’autres sont parfaitement matérialisés par les clôtures mais sont sans balisage, d’autres sont un peu moins évidents mais dans l’ensemble, ils sont tous praticables. En tous cas, ils l’étaient quand nous avons effectué cette longue balade au printemps dernier. Alors bien sûr, un tracé G.P.S n’est pas superflu pour les personnes ne connaissant pas ces montagnes. Assez souvent ces clôtures délimitent les communes, ici Conat, Mosset, Nohèdes et bien évidemment Urbanya, mais autant l’avouer ce circuit n’a jamais eu l’ambition formelle de suivre très exactement ces frontières communales. Non, mes objectifs premiers étaient d’aller prendre un grand bol d’air, de monter le plus haut possible pour observer les panoramas, d’aller découvrir et photographier la flore et la faune toujours très présentes et belles au mois de mai  et pour ce faire de profiter que les journées sont très longues à cette époque de l’année. Je ne souhaitais ni compter mon temps ni les kilomètres. J’avais d’ailleurs averti Dany qu’aujourd’hui la flânerie serait le seul leitmotiv si son souhait était de m’accompagner. La balade étant très longue mais la journée aussi, les périodes de pause le seraient également. En ce 21 mai, nous voilà donc partis tous les deux par le chemin de Saint-Jacques, direction une liste de cols et de sommets déjà vus à plusieurs reprises mais dont nous ne nous lassons pas quand nous résidons à Urbanya : Serrat de Miralles, Serrat Gran, Col de les Bigues, Serrat de la Font de la Barbera, Pic et Col del Torn, Pic de Portepas, Roc de Peirafita, Pic de la Moscatesa, Pic Lloset, Col et Pic de la Serra et enfin retour vers Urbanya. Depuis 6 ans que nous résidons dans le village, c’est la toute première fois que Dany et moi relevons un tel défi ensemble. La météo est excellente mais fluctuante avec un ciel bleu hésitant à se parer d’un voile blanc et une douce tramontane à amener quelques nuages et un peu de fraîcheur. Nous avons tout prévu y compris des sweets un peu plus chauds que les tee-shirts mis au départ. Dany a même prévu une polaire et deux foulards plus ou moins chauds. Pas de poncho car aucune pluie n’est annoncée par Météo France. Comme je m’y attendais flore et faune sont omniprésentes dès le départ et mes arrêts photographiques se succèdent à une cadence infernale ne convenant pas vraiment à Dany qui, elle, n’a pas d’appareil photo. Je lui rappelle simplement que le circuit prévu est très long, plutôt difficile et qu’il est bon de paresser car au fil de la journée nous aurons sans doute d’autres bons motifs pour ronchonner.  De toute manière, elle monte à son rythme, moi au mien mais on finit toujours pas se retrouver aux vraies pauses qui se succèdent car à quoi bon marcher si on ne prend pas le temps de la contemplation et de l’observation ? Un Canigou encore un peu enneigé décore magnifiquement l’horizon et cette seule vision nous fait oublier les difficultés et les menues discordes. En un peu plus d’une heure, nous avons atteint les vraies premières clôtures, celles qui montent rudement vers le Serrat de Miralles puis se poursuivent vers le Serrat Gran et le col de Les Bigues. Moi, je n'aime pas trop les clôtures, surtout quand elles sont électrifiées. Elles perturbent les animaux sauvages et les empêchent de circuler sur leurs lieux de passage traditionnels. Je pense que leur présence, outre de délimiter les communes, est d'empêcher les querelles entre chasseurs ou éleveurs. Les seuls avantages que je trouve à leur présence sont les layons et le débroussaillage que ces derniers nécessitent me permettant d'assouvir ma passion de la marche. C'est le cas ici, dans cette rude montée. Les genêts ont été ratiboisés et d’amples vues se dévoilent sur la vallée du Têt et à l’horizon vers la Méditerranée. La pente étant plutôt raide, c’est de manière plutôt cool que nous égrenons ces clôtures.  Les premières séparent les communes de Conat et d’Urbanya quand aux secondes, elles servent de frontière avec le domaine privé de Cobazet. Ici, depuis la fameuse rébellion puis mobilisation de septembre 2012 à propos de l’accès au Madres avec le propriétaire Groupama, on sait que privé ne signifie plus interdit. Depuis 1068, la fameuse Loi Stratae qui régit les Usatges de Barcelone n’a rien perdu de sa verdeur et de sa vigueur en Catalogne nord. Toutefois, l’autorisation de randonner dans le domaine n’empêche nullement le respect des consignes données, à savoir interdiction de ramasser les champignons, de couper du bois ou de prélever quoi que ce soit, le but louable de tous étant apparemment de préserver la nature. Enfin c’est ce qui avait été dit et comme la préservation de la nature nous convient parfaitement, nous la respectons au mieux même s’ils nous arrivent parfois de couper un peu de gui ou de houx pour la Noël ou de déguster quelques fruits sauvages en automne. Pour le reste, je ne pense pas que photographier la nature soit un délit punissable d’interdiction de circuler ?  Une nature qui aujourd’hui ne nous fait pas défaut car bien présente et visible. Si les papillons sont déjà très nombreux depuis le départ, les oiseaux ne sont pas en reste quand aux mammifères, leur rareté rend encore plus agréable leurs fugaces apparitions. Ces dernières se sont déjà présentées sous les traits d’une biche et d’un petit attroupement de sangliers que j’ai tenté de photographier tant bien que mal, mais sans la certitude quand à la qualité des clichés qui se sont enregistrés.  Alors, bien sûr l’arrivée au col de Les Bigues nécessite que l’on est déjà enjambé la clôture, puis une fois à l’intérieur du domaine de Cobazet, on poursuit la piste sur quelques mètres avant de rejoindre une autre clôture qui file vers un large chemin montant directement jusqu’au Serrat de la Font de la Barbera. Ce chemin est également récupérable par la piste menant au col de Tour ou del Torn se trouvant sur la droite et hors du domaine. Ici, ce sont les bûcherons et les chasseurs qui créent les itinéraires, et si clôtures il y a, rien n’interdit qu’on s’en écarte pour faire le choix de chemins plus empruntés. Il va en être ainsi jusqu’au col de Tour ou del Torn, où divers sentiers et chemins nous obligent à de multiples hésitations. Mon G.P.S pallie à nos errements et incertitudes. Finalement, nous faisons le choix de monter toujours plus haut, restant dans nos objectifs premiers que sont l’observation, la découverte et l’envie de faire un peu de sport.  C’est ainsi qu’on fait le choix de monter au pic de Tour (1.632 m) plutôt que d’emprunter un autre chemin filant directement vers le col éponyme. Je connais un peu ce parcours pour être déjà venu en juillet 2013. La chance nous sourit encore quand un chevreuil détale d’un bosquet de genêts où il devait dormir paisiblement. C’est assez étrange car en 2013, j’avais déjà surpris plusieurs chevreuils et même des faons ressemblant étrangement à des daims compte tenu de leur taille déjà bien développée. Au col de Tour, je connais bien la suite de l’itinéraire qu’il faut prendre pour me diriger vers le pic de Portepas. Il n’est pas évident pour celui qu’il ne le connaît pas d’où l’intérêt d’un grand sens de l’orientation ou mieux d’un tracé G.P.S. Après avoir emprunté la piste DFCI C060 qui redescend directement vers Urbanya, il faut rapidement prendre à droite celle numérotée C056. Zone d’estives avec un enclos dès le départ,  j’ai eu bon nombre de fois l’occasion de prendre ce chemin mais cette fois, il faut le quitter 200 mètres après, partir en montant vers la droite pour rejoindre une clôture. Cette clôture permet de rejoindre le pic de Portepas sans trop de difficultés, si l’on a les qualités d’orientation citées plus haut ou l’appareillage GPS adéquat. Au col de Portepas, il faut redescendre plein sud en direction du canal d’Urbanya. En général, une caminole plus profonde que les autres dans la prairie permet de se diriger dans la bonne direction par l’itinéraire le plus court mais quoi qu’il arrive, en filant vers le sud, on ne peut que rencontrer le canal. Là, il faut le suivre par la gauche jusqu’à la forêt du Bac de la Pinosa. Inévitablement en suivant le canal, lequel ici devient Correc de la Pinosa, on tombe sur un étroit sentier lequel part à droite en direction du Roc de Peirafita. Le mieux est de rester au plus haut de la crête en suivant une clôture, car on profite pleinement des vues s’entrouvrant sur le vallon de Nohèdes et les massifs du Coronat et du Madres.  Le layon s’élargit en descendant et s’entrouvre offrant de jolies vues sur le pic de la Moscatosa qui est notre objectif suivant. Au pied de ce pic, il faut délaisser la large piste partant à gauche et poursuivre en continuant à longer la clôture. Le pic de la Moscatosa est un dôme débonnaire se trouvant très légèrement sur la droite. Une fois encore, et malgré ce relief de type « montagnes russes », le blanc et merveilleux Canigou est le centre d’intérêt de tous les regards. Au sommet du Moscatosa, on bénéficie d’époustouflants panoramas à 180 degrés sur la très longue vallée de Nohèdes. Cette vallée est très souvent mentionnée comme celle dite de l’Arche Perdue, car selon la légende Noé y aurait amarré son arche au sommet du Roc des Salimans. Un roc bien visible depuis cette crête mais pour l’arche nous arrivons trop tard. Elle est repartie mais personne ne sait où ? Peut-être au Mont Ararat ? Dommage car elle aurait pu emporter de nombreux animaux sauvages. Des animaux bien trop souvent en péril, non pas en raison du déluge mais à cause de la chasse, laquelle, à mon goût, s’étend sur une période bien trop longue, ici dans les Pyrénées comme partout en France. La suite est assez simple puisqu’en continuant la clôture, on va descendre vers le pic Lloset, autre sommet qu’il faut atteindre avant une nouvelle descente qui se termine au col de la Serra puis au pic éponyme. Entre les deux, vous aurez constatez que le sentier est désormais balisé en jaune. Ce balisage est la terminaison de la randonnée que j’avais intitulé « le Balcon de Nohèdes », balade qui emprunte longuement l’ancien canal de ce village. Entre le col et le pic de la Serra, un joli orri rappelle que ce secteur a toujours été une zone pastorale prisée des bergers du coin. Elle l’est encore, alors gare aux patous qui sont parfois très agressifs et n’hésitez à faire une entorse au parcours si vous apercevez un troupeau et des chiens. Il y a deux ans, je me souviens avoir rencontré un couple avec deux jeunes enfants, lesquels étaient tétanisés par l’expérience qu’ils venaient de vivre face à plusieurs patous qui les empêchaient de redescendre sur Nohèdes à partir du col de la Serra. J’avais été contraint de leur demander de me suivre jusqu’au col de Marsac afin de les remettre dans le droit chemin. Voilà déjà deux fois qu’à cet endroit je suis confronté à ce devoir car les troupeaux et les patous semblent très souvent livrés à eux-mêmes, de ce fait, les chiens deviennent les maîtres de la montagne. Aujourd’hui encore, le col de Marsac est bien la bonne direction, sauf qu’avant d’y arriver et à hauteur d’une clôture se trouvant sur la gauche, il faut arrêter de descendre pour se diriger vers cette dernière. Il faut se débrouiller pour la franchir puis on poursuit par la piste qui file à droite, celle de gauche correspondant à l’ancien tracé du Tour du Coronat qui monte au col de Tour. Cette piste de gauche permet de rejoindre une intersection mais dans le deux cas, à droite ou à gauche, on rejoint Urbanya. Nous, non loin de cette intersection, nous avons pris un raccourci, lequel à travers bois, mais sur un terrain accidenté, rejoint plus directement notre petite maison. Alors bien sûr, je ne vous conseille pas ce tronçon même si une dernière clôture qu’il faut longer finit de légitimer le nom de cette balade. Elle a été longue de 21 à 22 km pour des montées cumulées de 1.700 à 1.800 mètres environ. Si je ne fournis pas de chiffres précis et simplement des fourchettes, c’est parce que je n’ai pas enregistré de tracé en cours de route sur mon G.P.S, me fiant à un tracé préenregistré qui n’a pas été exactement celui accompli. Le pic de Portepas avec ses 1.798 m d’altitude est le point culminant de cette randonnée, cela j’en suis sûr. Urbanya étant le point le plus bas à 856 m, le dénivelé est de 942 m entre le village et le pic. Arrêts nombreux inclus et longues pauses comprises, nous avons accompli cette boucle en 9 heures, démarrant à 9 h du matin et finissant vers 18 h. Bien évidement, il est probablement réalisable en beaucoup moins de temps pour des randonneurs plus jeunes et en bien meilleure forme. L’ensemble de ce parcours, que certains trouveront sans doute trop long, peut être, bien évidemment, accompli en 2 jours soit avec tente et bardas soit en réservant un logis dans un gîte d’Urbanya. Il y en a plusieurs qui se feront un grand plaisir de vous y accueillir. Cartes IGN 2348 ET Prades – Saint-Paul-de Fenouillet, 2248 ET Axat – Quérigut – Gorges de l’Aude, 2249 ET Font-Romeu - Capcir Top 25.


    votre commentaire
  • Le diaporama est agrémenté de la chanson "My Way", en français "Comme d'habitude" de Gilles Thibaut et Claude François, musique de Jacques RevauxElle est  interprétée ici par The Mantovani Orchestra, l'Acoustic Sound Orchestra, Elvis Presley, Frank Sinatra et Sergey Brazhnik

    Le Circuit de Saint-Martin-Lys et le Prat del Rei

    Le Circuit de Saint-Martin-Lys et le Prat del Rei


     

    Saint-Martin-Lys (1) 9h30. Voilà bien 20 ou 25 ans que je n’étais plus revenu randonner à partir de ce joli hameau audois. Si je suis là aujourd’hui, c’est à cause d’un bouquin dont je viens de terminer la lecture : « Félix Armand et son temps – Un siècle d’histoire dans le Pyrénées Audoises 1740-1840 ». Un livre d’histoire de Louis Cardaillac édité par l’auteur, historien, professeur et chercheur de son état.  Ce bouquin m’a remémoré une randonnée que nous avions faite dans la forêt des Fanges (2) avec Dany au cours de laquelle nous avions été scotchés par une faune omniprésente. De cette balade, je n’ai gardé que cela comme souvenirs et celle d’un hameau agréable et paisible.  De ce côté-là, rien n’a vraiment changé or mis peut-être le nombre de voitures stationnées devant la mairie. C’est simple, le parking est plein. Il n’y a plus de place pour ma voiture et pourtant je ne vois pas la moindre âme qui vive. Le hameau semble désert. Tout est calme. A l’époque, je m’étais garé sans problème mais aujourd’hui, je suis contraint de suivre un fléchage m’indiquant d’aller me garer derrière l’hôtel de ville. La ruelle est très étroite et ma voiture y passe d’extrême justesse. Avec cette étroitesse, je comprends mieux que ce parc de stationnement en bordure du fleuve Aude soit vide.  Ici, il n’y a ni voiture ni aucune activité humaine. En réalité, la seule animation est celle engendrée par une variété incroyable de passereaux. Je suis aux anges et avant même d’harnacher mon sac à dos, mon appareil photo est déjà entré en action. Geais, merles, sitelles, rouges-queues, moineaux, bergeronnettes, mésanges et quelques autres pas toujours reconnaissables s’égayent tout autour de cet espace vert, mi-parking, mi-aire de pique-nique auquel s’ajoutent un pré verdoyant et un petit bout de forêt juste à côté. La rivière Aude, plutôt débonnaire ici, pénètre cet ensemble d’une agréable fraîcheur.  Ça volette dans tous les sens et cette activité intense ne facilite pas les prises de vues. Au bout d’une heure à guetter et à courir les oiseaux, je rends les armes avec néanmoins quelques clichés que j’espère réussis. Je charge mon sac à dos, prends mon bâton de marche et retourne devant la mairie où j’ai aperçu une panneau informatif. Je suis plutôt surpris car il décrit succinctement la randonnée que nous avions réalisée au temps jadis et que je compte bien refaire aujourd’hui, à une variante près qui a pour nom le Prat del Rei (2). Le lieu-dit Planèzes et la forêt des Fanges (2) en sont les deux pôles principaux mais pour être franc, j’avoue que je garde peu des souvenirs de cette randonnée or mis la faune sauvage. C’est donc surtout à cause de ça que je suis là en solitaire aujourd’hui : pouvoir approcher et photographier les animaux. La flore ne sera pas oubliée non plus car depuis j’ai appris que cette forêt avait été très prisée par les grands botanistes des siècles précédents. Le temps de lire le panneau et je me mets en route sans plus attendre estimant que j’ai déjà perdu beaucoup de temps. Je monte vers le haut du hameau et découvre très vite un panonceau indicatif « Planeses », rehaussé d’un balisage jaune. Voilà, le bon chemin. Il se faufile à travers les ruelles puis redescend vers la rivière. Je file d’un pas si alerte que je suis déjà hors du hameau.  Tout à coup, je réalise  que j’ai oublié d’aller rendre visite à Félix Armand (3). Je me ravise, fais demi-tour et rebrousse chemin en direction de l’église et du cimetière. Les deux sont mitoyens. L’église et le presbytère sont fermés mais la tombe de Félix Armand est là, toute simple, et en tous cas aussi simple que les autres. Seule une stèle explique trop brièvement quel homme il a été.  Cette sépulture est bien à l’image du personnage que j’ai gardé à l’esprit avec la lecture du bouquin. J’estime que venir randonner ici sans venir lui rendre hommage aurait été irrespectueux et ce d’autant, que je n’ai plus l’excuse de ne pas connaître son histoire. Félix Armand, curé de Saint-Martin-Lys  pendant 49 ans, ballotté très jeune dans la tourmente révolutionnaire, n’eut de cesse de sortir ses ouailles de la misère. Pour ce faire, il n’eut qu’une seule conviction en tête : désenclaver le hameau en creusant un passage dans le défilé et les gorges que seule la rivière Aude avait réussi à percer au cours des millénaires. Un travail de toute une vie, besogne titanesque qu’il réalisa avec l’aide de ses fidèles ouailles.  Je les remercie tous, car sans eux je ne serais probablement pas là aujourd’hui. Le temps de plusieurs arrêts sur quelques tombes et je repars. Pas pour très longtemps, car la boutique d’un ferronnier d’art  m’arrête déjà. Le temps d’une courte visite et me voilà de nouveau hors du hameau. Hors du hameau mais encore tout près de la civilisation car ma curiosité freine mes ardeurs. Cette dernière est attirée par un sentier qui file à droite en direction d’un pont se terminant par un tunnel. Une voie ferrée oubliée apparemment.  Le pont me paraissant abandonné ça m’intrigue et là, ô surprise en me retournant, je découvre un autre tunnel où sommeille un train étrange. Etrange car force est de reconnaître qu’il n’est pas là depuis hier ! En réalité, il a été abandonné dans ce tunnel depuis des années et bien évidemment quelques imbéciles se sont acharnés sur lui, brisant ses vitres, dégradant son matériel  et le tagguant de tous côtés. Je me dis que même ici, dans un coin aussi reculé et perdu au fin fond d’un défilé montagneux du Pays de Sault, la sauvagerie et la médiocrité humaine ont eu cours.  Quelle tristesse ! Quelques photos souvenirs et je redémarre en me faisant la promesse de tenter d’en savoir un peu plus sur ce train oublié de tous (4), sauf des vandales apparemment. Le sentier s’élève doucement offrant dès le début quelques vues sur la gare de Saint-Martin-Lys. Déserte, elle a un petit air de ressemblance avec la gare que l’on aperçoit dans le western de Sergio Leone « Il était une fois dans l’ouest ». Même désoeuvrement, même silence, les seules différences sont l’absence d’un train qui arrive,  des tueurs et du joueur d’harmonica.  J’imagine que le train aperçu dans le tunnel, et probablement mis au rebut, est le résultat de cette inactivité ferroviaire, qui elle aussi ne date pas d’hier. De ce vallon, je distingue la voie ferrée et la route. Au milieu, l'Aude se devine, enfouie qu'elle est sous la verdure. Au bout, le double cassure de la colline me laisse imaginer la confluence d'une autre rivière. Mon bout de carte I.G.N m'apprend qu'il s'agit du Rebenty. Je flâne plus que je ne marche, passant mon temps à photographier quelques fleurs des bois et à tenter de faire de même avec quelques remuantes mésanges, de très loin les plus nombreuses dans cette partie basse de la forêt. Sur la carte I.G.N, elle a pour nom le « Sarrat » mais en réalité je suis déjà au sein de la forêt domaniale des Fanges, ancienne forêt royale exploitée sous Louis XIV pour la fabrication des mâtures de la flotte royale. On y trouve des sapins multi centenaires que j’avais découvert lors d’une précédente balade intitulée « la Foret des Fanges  au départ du col Saint-Louis ». A cette altitude encore modeste se mélangent le gazouillis des mésanges, la musique rugueuse de l’Aude roulant ses galets et le bruit des voitures passant tout en bas sur la route. Tout en marchant, je me dis que cette dernière sonorité,  je la dois à Félix Armand et que même si elle peut paraître désagréable au milieu des chants d’oiseaux, il faut que je garde à l’esprit tous les avantages que la création de cette route a engendré. Creuser les gorges de la Pierre-Lys en ouvrant ainsi une incroyable voie de communication vers Quillan, Limoux, Carcassonne et vers le reste de l’Aude et de la France a changé la vie d’un nombre incalculable de gens.  Il faut donc être reconnaissant à l’abbé et à ses ouailles du bruit des voitures. Sans ce bruit, sans doute n’y aurait-il pas eu de randonnée ? Une marche pour mon plaisir, je ne l’oublie pas non plus !  De toute manière, ce bruit s’estompe au fil de  l’élévation. Les chants des mésanges laissent rapidement la place aux innombrables roucoulements des ramiers. Les pigeons semblent avoir élu domicile dans cette partie du « Serrat » et plus spécialement au sommet des résineux les plus hauts. Les photographier semble impossible car à mon approche, ils s’envolent systématiquement. Une fois encore, la chance est avec moi, car j’arrive à en surprendre un. Il semble dormir du sommeil de juste ou bien est–il sourd car trop âgé voire malade ? Toujours est-il qu’il paraît bien indifférent à ma présence et j’ai tout loisir de le photographier. Je reprends ma marche en avant, photographiant des fleurs ou rêvassant le plus souvent. De temps à autres, quelques jolis fenêtres s’entrouvrent sur Saint-Martin-Lys. Sur une d’entre-elle, j’arrive même à distinguer la tombe de l’illustre curé. En contrebas, côté ruisseau de la Borde, le bruit des sabots d’une cavalcade me sort de ma léthargie. Sans doute s’agit-il d’un troupeau de cervidés en débandade, mais la forêt est bien trop épaisse pour que je puisse les voir ? J’aurais plus de chance un peu plus tard et encore dans la journée. L’itinéraire zigzague et se met à emprunter un chemin pierreux dont on voit bien qu’il a été construit de toutes pièces par l’homme. Surélevé comme une terrasse et parfaitement aligné,  ce chemin sort un instant de la forêt et offre les premiers vrais panoramas. J’y photographie quelques fleurs, deux papillons et un lézard des murailles, des espèces bien différentes mais dont le dénominateur commun est d’apprécier la lumière et le soleil. Je profite des deux moi aussi pour faire une pause et observer les paysages qui se sont entrouverts.   Peu après, un sentier étroit prend le relais et se faufile dans un véritable tunnel végétal. Quelle n’est pas ma surprise d’apercevoir un chevreuil planté au milieu de cette corne d’abondance arbustive à une vingtaine de mètres de moi. Il a l’air de se régaler des jeunes feuilles d’un petit arbuste. Surpris, il me regarde fixement, sans bouger, le regard dans le vide apparemment ? Toujours est-il qu’il est là immobile au beau milieu du sentier et que j’ai largement le temps de le photographier. Prenant sans doute conscience que je peux être un prédateur, il détale d’un bond sec et prodigieux avec des aboiements longs, rauques et successifs. Je suis ravi car c’est bien pour ces visions-là que je suis venu. Peu de temps après, à une intersection de sentiers, se présente un panonceau « Point de vue ». Je n’en suis pas surpris car cette petite entorse vers Planèzes est inscrite au programme et ce tracé du chemin est parfaitement enregistré dans mon G.P.S. Le sentier file sous d’immenses arbres où feuillus et conifères se partagent l’espace, puis ces derniers finissent par supplanter toute autre végétation. Sur le sol, leurs aiguilles forment un tapis brun où rien ne pousse hors mis de longues lianes et un peu de mousse deci delà. Au sommet de grands sapins, quelques rouges-gorges lancent des appels de détresse. Détresse parce que je les dérange ou bien parce que la saison des amours a commencé ? Je ne sais pas. En tous cas, leurs chants stridents et métalliques sont les seuls audibles. Alors que je m’apprête à sortir de la forêt, une fois encore la chance me sourit quand j’aperçois un nouveau cervidé. Il broute tranquillement dans un pré se trouvant droit devant moi. Un peu loin, ce qui me permet de me cacher, mais suffisamment près pour que je puisse le photographier en zoomant. Une biche ? Un chevreuil ? Difficile à dire dans la position délicate où je me trouve mais il a un pelage très roux. Je m’allonge pour mieux l’observer mais le voilà déjà qu’il regarde dans ma direction, tête dressée et oreilles en éventail. Il ne me voit pas mais a compris que quelque chose ne tournait pas rond. Il quitte les lieux mais plutôt tranquillement, disparaissant dans un petit bosquet de feuillus. Je traverse le pré et suis étonné par quelques rassemblements de pierres ressemblant à des sépultures sommaires. Certaines sont recouvertes d’ardoises. J’essaie de comprendre ce que ça peut être car mes lectures ne m’ont fourni aucune explication à ce propos. Trop petites et trop rudimentaires pour être des tombes humaines, quelques chasseurs ou bergers auraient-ils choisi ce lieu pour y enterrer leurs fidèles chiens ? Au regard de la taille des édifices, je n’imagine que ça. Je sais seulement que le lieu-dit Planèzes a longtemps servi de pâturages pour les ovins et caprins mais également de champs de patates au temps de Félix Armand. En effet, dans le livre de Louis Cardaillac, j’ai lu que le curé avait réussi à se procurer des semences de pommes de terre et qu’il avait choisi ce terrain lui appartenant pour les planter. A l’époque, la patate était une denrée rare quand aux semences, elles étaient encore plus difficiles à se procurer. Félix Armand, avait réussi à en avoir auprès de l’évêque de Saint-Pol de Léon. Les deux religieux avaient été parmi les premiers à comprendre que la pomme de terre serait une plante facile à cultiver et viendrait aisément réduire la misère et les périodes de famines de leurs paroissiens.  Là, comme dans le creusement du défilé, l’abbé de Saint-Martin-Lys fut donc un pionnier et un précurseur. Toutefois et ayant mis plus d’une heure pour arriver là, je me dis quel courage ils avaient tous ces hommes pour venir planter puis récolter des patates si loin de leur village. Le pré de Planèzes se termine au bord d’un précipice calcaire vertigineux offrant d’incroyables vues plongeantes sur le lieu-dit Pont d’Aliès et sur une petite partie d’Axat dont j’aperçois quelques toitures. Au dessus, les panoramas se résument à une mer végétale très houleuse, immensité forestière amplement excavée et plissée où se dressent le pic d’Estable et quelques autres sommets aussi boisés les uns que les autres. Dans ce dédale arbustif et rocheux, il n’y a qu’un seul grand sillon, celui où l’Aude et la route ont réussi à se frayer un chemin. Tout au loin,  émerge le pic Dourmidou, seul sommet de ce panorama olivâtre à conserver quelques traînées neigeuses. Au bord du précipice, quelques « originaux » ont élevé un trépied muni d’un balancier, lequel ensemble poussait par la brise ou le vent se met en branle en faisant tourner des jantes de vélos, le tout faisant à la fois office de girouette et de boites à musique agrémenté qu’il est par des carillons fabriqués dans des  bambous et des boites de conserves. C’est au pied de ce trépied et devant ce fabuleux décor que je grignote une barre de céréale avec comme spectacle supplémentaire, les envolées virevoltantes d’un rapace jouant dans la falaise de la Soula d’Aliès. Quelques bouquets de fleurs, oeillets roses et laitues bleues décorent cette table à manger improvisée. Je quitte Planèzes en rebroussant chemin. Le rapace lance des cris et m'accompagne juste le temps de traverser les prés. Dans le bois de résineux, les rouges-gorges continuent de chanter à tue-tête.  Je retrouve l’itinéraire principal. Il s’éleve sèchement sur un sentier caillouteux, lequel par bonheur est plutôt court et se termine sur une vaste esplanade herbeuse où démarre une large piste. A partir d’ici, et à l’exception d’un court raccourci et de la fin du circuit descendant vers Saint-Martin, les larges pistes sont les fils conducteurs de cette balade. Fils conducteurs mais pas fil d’Ariane car les pistes sont nombreuses et de ce fait, on a vite fait de s égarer. Un tracé G.P.S est donc vivement recommandé, à moins d‘avoir un grand sens de l’orientation et une carte I.G.N récente. Le tracé G.P.S plus mon bout de carte I.G.N me permettent de continuer à flâner sans aucune inquiétude, profitant de cette sérénité pour photographier une flore nouvelle et les quelques papillons qui l’occupent. Quand les papillons disparaissent, je m’empresse d’accélérer le pas afin d’essayer de gagner le temps que j’ai perdu à flemmarder mais finalement je m’arrête encore car cette fois, c’est mon ventre qui crie famine. Un ventre qui sans le savoir va m’apporter le clou du spectacle de la journée. Alors que je me suis installé pour déjeuner à proximité d’arbres abattus, j’ai le bonheur de m’être arrêté non loin d’un peuplier noir, lequel est largement en fruits. Ces fruits en grappes ont la particularité de libérer et de laisser échapper une espèce de bourre cotonneuse ressemblant à une barbe à papa. Par instant, on dirait qu’il neige. J’ignore si cette dernière est sucrée mais deux écureuils et de magnifiques bouvreuils pivoine s’en gavent littéralement. C’est donc avec un immense plaisir que j’observe et photographie le déjeuner incroyable de cette gente animale. Un des deux écureuils va finir par partir mais le second complètement repu s’endort sur une branche, le ventre bien arrondi. Quand aux bouvreuils, ce n’est qu’un va et vient incessant entre leur nid qui ne doit pas être bien loin et cette « barbe à papa » dont ils se remplissent le bec. C’est donc à regret que je quitte ce spectacle ayant passé en ce lieu beaucoup plus de temps à son observation et à le mitrailler de mon numérique qu’à vraiment déjeuner. Je continue. La maison forestière du Prat del Rey ou Pré du Roi  dont j’ai fait mon principal objectif n’est plus très loin mais mon étourderie est telle que je la dépasse sans m’en apercevoir. Je fais demi-tour en pestant tout seul, m’en prenant qu’à moi-même et me disant « quelle utilité d’avoir un tracé G.P.S ! L’ancienne maison forestière de 1863 est là, magnifiquement plantée au milieu d’une superbe clairière verdoyante avec tout autour des sapins très impressionnants. La bâtisse est fermée bien évidemment, mais comme aujourd’hui, la chance à décider de me sourire, j’y débusque, dans sa partie arrière, un petit sanglier, lequel détale à l’instant même où je le photographie. Il disparaît à jamais dans les hautes herbes et la photo ne me délivrera que son seul postérieur. C’est le dernier mammifère que je vais voir de la journée même si dans la descente vers Saint-Martin, je vais encore entendre le bruit reconnaissable d’un piétinement de plusieurs sabots. Là, sur un puits faisant office de table, je finis mon casse-croûte, tranquille, me souvenant encore du bouquin où j’avais lu que Félix Armand et ses paroissiens avait également sauvé cette forêt d’un terrible incendie. C’était lors de l’année 1800 et une fois encore, le curé avait fait la preuve de ses grandes qualités d’homme : détermination, charisme, courage, opiniâtreté, sang-froid, maîtrise, management du travail et des hommes. Malgré un vent violent, l’incendie avait été éteint en deux jours et deux nuits, ce qui lui avait valu de nombreuses félicitations des autorités publiques, de sa hiérarchie et même l’empereur Napoléon le remercia plus tard pour l’ensemble de son œuvre. Je quitte le Prat del Rey pour un retour vers l’endroit même où j’ai aperçu les écureuils et les bouvreuils pivoine. L’écureuil dort toujours sur sa branche et les bouvreuils continuent leur manège mais cette fois, je préfère les laisser à leurs occupations.  Peu après, à une intersection, je pars à droite en direction du col de Saint-Martin. Rien  de notable sur cette portion or mis quelques oiseaux, papillons et fleurs nouvelles à photographier. A hauteur d’un bois de noisetiers, dont on voit bien qu’il n’a rien de naturel, je pars à la découverte de vieilles ruines oubliées, sans doute celles de quelques cabanes qui furent habitées au temps jadis par des paysans et des forestiers. Ils avaient élu domicile ici,  dans cette forêt de la Comtesse, vivant probablement du bois et de leurs noisettes.  Ils n’étaient pas très loin du principal chemin de communication qui permettait de rejoindre Belvianes, Quillan ou encore Caudiès par le col Saint-Louis. Une fois au col de Saint-Martin, j’hésite un peu entre la piste principale et un petit chemin,  lequel par la gauche entre dans une hêtraie. A l’instant même où je m’apprête à faire un point cartographique et G.P.S, un couple de randonneurs arrive et me montre des panonceaux que je n’avais pas vus, leur tournant le dos. Le premier mentionne Saint-Martin-Lys, le second Planèzes.  C’est bien le sentier partant à gauche que je dois prendre. Il est balisé de marques jaunes. L’homme est tout sanguinolent et m’explique qu’ils ont passé la journée à chercher de vieilles bornes royales gravées de la fleur de lys (3), suite au topo d’une randonnée qu’ils avaient trouvé et découpé dans un journal local. Il peste car selon ses dires, les informations et notamment les coordonnées des bornes à la fleur de lys ne sont pas d’une grande exactitude et ils ont pas mal galéré ne trouvant qu’une seule borne plus une roche gravée. L'homme saigne abondamment car les bornes en question sont désormais enfouies sous une végétation difficile à pénétrer. La conversation s’installe et chacun y va du parcours accompli. Finalement, je lui conseille plutôt de se soigner que de continuer à bavarder. Je les laisse à leurs égratignures et à leurs pansements et emprunte le sentier, lequel tout en descente, file vers la ligne d’arrivée. C’est le Chemin des Fanges. D’abord dans la hêtraie où il est plutôt bon, il se transforme très vite en un « casse-pipes » caillouteux à souhait. Je redouble de vigilance, me souvenant que je suis allé me recueillir au conjurador de Serralongue pour ne plus tomber. Jusqu’ici ça a marché et je n’ai pas envie que ça cesse aujourd’hui, d’autant que tomber ici serait probablement très douloureux. Le planté de bâton fonctionne à tout berzingue. Il faut dire que le chemin file sous les collines calcaires qu’on appelle le Lauset et les Soulasses. Elles sont constitués de hautes falaises mais également d’innombrables et imposants pierriers dont certains ont franchi le petit ruisseau de la Forêt qui se trouve sur ma droite, modeste Rubicon où l’eau ne s’écoule que par temps de fortes pluies. C’est dans ce petit ravin que j’entends des bruits de sabots mais une fois encore sans aucun discernement. La fin de ce Chemin des Fanges et l’approche de Saint-Martin-Lys sont pour moi un vrai soulagement. Je mets à profit cet instant de relâche pour mes toutes dernières photos animalières. Et quelles photos ? Celle d’un superbe lézard ocellé puis celle encore plus surprenante d’une « Carte géographique », papillon encore jamais vu ni photographié. Et pour cause ? Il est absent des Pyrénées-Orientales et très rare dans l’Aude ! Il me faut y courir derrière pour l’avoir mais quelle belle satisfaction de voir enfin un cliché parfaitement enregistré. Je finis guilleret cette balade, enchanté de ma journée et ravi de mes visions et photos animalières. Décidément, je ne remercierais jamais assez l’abbé Félix Armand et ses fidèles ouailles, sans lui, moi l’incroyant, je n’aurais jamais vécu tout ces petits bonheurs que ce circuit m’a offert. Un circuit dont ses paroissiens ne seraient pas étrangers à sa création semble-t-il, car la forêt des Fanges faisait partie depuis très longtemps de leur quotidien et de leur gagne-pain avant même le creusement du défilé. Ils allaient y chercher leurs fagots de bois pour leur propre usage mais également pour les vendre dans tous les villages alentours. Un peu plus tard, ils sont montés y débiter des arbres, lesquels ensuite étaient descendus jusqu’à l’Aude, constitués en radeaux qu’on appelait « carras » puis acheminés jusqu’aux scieries les plus proches voire parfois jusqu’à la mer. Les sentiers muletiers et les chemins étaient donc vitaux mais souvent difficiles d’accès. Les hommes qui les empruntaient franchissaient de hautes montagnes mettant parfois leur existence en péril, une existence dure et miséreuse. Il faut en avoir conscience, nous qui aujourd’hui  les empruntons uniquement pour notre seul plaisir. Cette balade telle qu’expliquée ici a été longue de 16 km environ. Les montées cumulées sont de 1.500 mètres quand au dénivelé il est de 600 m entre le point le plus bas à 365 m au village et le plus haut à 965 m au col de Saint-Martin. Carte I.G.N 2248 ET Axat – Quérigut – Gorges de l’Aude et 2347 OT Quillan – Alet-les-Bains Top 25.

    1) Saint-Martin-Lys :

    Située dans le pays de Sault et dans la haute vallée de l’Aude, au bord même de cette rivière qu’il faut franchir par un pont pour y accéder, la commune ne compte de nos jours qu’une vingtaine d’habitants pour une superficie de 9,99 km2. 29 habitants en 2014 selon Wikipédia. On les appelle les Martinlysois(e)s. Le hameau est tout proche des gorges que l’on appelle le « défilé de Pierre-Lys », défilé dans lequel une route fut creusée par les habitants du village sous l’égide du curé Félix Armand.  49 ans furent nécessaires, entre 1774 et 1823, pour venir à bout de cette entreprise mais elle  permit le désenclavement du petit hameau et de bien d'autres. La toponymie est intéressante puisqu’à l’origine le nom provient d’une abbaye fondée à la fin du 8eme et au début du 9eme siècle ayant pour nom Saint-Martin de Lénis. Ce monastère disparaît définitivement en 1573, suite aux guerres de religions. Il semble que cette période coïncide avec la création du village, lorsque les travailleurs sont contraints de quitter les dépendances de l’abbaye pour construire leurs propres habitations. Ensuite et on ne sait par quel mystère, on retrouve dans les textes, le hameau sous diverses dénominations. Ainsi derrière l’évocation  de Saint-Martin, nous trouvons parfois :  de Les en occitan, de Lez ou de Leez, des Lys, Pierre-Lys, de la Pierre-Lis, de la Peyrelis et même de la Pierre Lisse. Les philologues sont d’accord pour penser qu’à partir de « lénis » signifiant doux ou suave ; les moines fondateurs de l’abbaye ayant été probablement sensibles à la douceur du vallon ; ce mot latin aurait évolué selon les époques en lez, leez puis en lis ou en lys tous ces mots étant des hydronymes dérivé de « leize » signifiant « torrent ». Notons que le village s’est également appelé Saint-Martin en 1793, puis Saint-Martin-de-Teissac en 1801, le lys lié à la royauté ayant carrément disparu avec la révolution.

     

    2) La forêt des Fanges et le Prat del Rei ou del Rey ou Pré du Roi :

    Située sur un plateau calcaire à l’est de Saint-Martin-Lys, la forêt domaniale des Fanges s’étend sur une surface de 1.320 hectares à des altitudes comprises entre 800 et 1.100 mètres. Ancienne forêt royale, elle a connu son apogée quand Louis de Froidour de Sérizy commence à organiser un vaste inventaire forestier à partir de 1662. A cette époque, les forêts françaises sont livrées à elles-mêmes,  c'est à dire à tous ceux qui en tirent un intérêt aussi minime soit-il.  De ce fait, elles sont dans un état alarmant et il devient urgent de s’en occuper. En 1670, des mesures très sévères sont prises pour protéger les forêts royales. Le bois devient un patrimoine national qu’il faut savoir gérer et sauvegarder. Nous sommes au temps de Louis XIV et de Colbert et les rectilignes et colossaux sapins multiséculaires de la forêt des Fanges sont transformés en matures pour les vaisseaux de guerre du Roi Soleil. Les forêts royales sont délimitées par des bornes gravées d’une couronne ou d’une fleur de lys. Toute personne commettant un acte délictueux ou prise à voler du bois dans ce périmètre peut être punie d'une forte amende, aux galères an cas de récidive voire de mort dans les cas les plus graves. Des gardes forestiers sont chargés de leur surveillance et cette protection va crescendo au fil des différents régimes. Malgré ça les délits continuent à être très nombreux, est outre de sévères amendes, il y a désormais la confiscation de tout élément ayant servi au délit. C'est ainsi que le garde forestier a le droit de confisquer aussi bien une hache, une scie mais également la charrette et les boeufs ayant servi au transport du bois. Dans le Pays de Sault, on note que la forêt des Fanges est celle où les délits sont les plus nombreux. En 1739, afin d'assurer la repousse des jeunes arbres du Pays de Sault, décision est prise d'interdire les forêts comme lieux de pâtures aux caprins.  En 1754, les bovins sont autorisés à pâturer dans les forêts dites "défensables" c'est à dire qu'on délimite les lieux de pâture en fonction de l'âge des arbres : 6 ans pour les hêtraies et 15 ans pour les sapinières. On tente d'organiser au mieux et dans des périmètres précis, le passage des animaux sauvages. La révolution de 1789 bouleverse tout et les vastes propriétés forestières ayant appartenu à la noblesse ou au clergé sont rachetées par des particuliers. De très nombreuses bornes royales sont burinées par les révolutionnaires. La forêt n'est plus aussi bien gérée qu'auparavant et l'avènement des forges par exemple fera quasiment disparaître le hêtre en Pays de Sault. Cette matière première naturelle qu’est le bois, abondante et proche de certaines communes, n’aura de cesse de développer une économie forestière créant de très nombreux métiers et emplois au fil des siècles. Au 19eme siècle, avec le développement des forges nécessitant de plus en plus de bois, l’activité forestière est telle, qu’elle suscite des convoitises et oblige à la création de maisons forestières où logent à plein temps des gardes habilités. C’est ainsi que la maison forestière du Prat del Rey voit le jour en 1863, date encore mentionnée sur son fronton. Le brigadier garde la forêt mais reçoit également les nombreux visiteurs. La maison du Prat del Rey dispose d'un poulailler, de son propre jardin potager et est entourée de vergers. Les 18 et 19eme siècle étant en plein essor dans toutes les sciences de la nature, la forêt est amplement fréquentée par un grand nombre de scientifiques (botanistes, géologues, zoologistes, naturalistes, entomologistes, etc…). L’épouse du brigadier concocte les bons petits plats pendant que son époux est occupé à de très nombreuses tâches. qui vont bien au delà de la simple surveillance forestière. Sur Internet, de nombreuses cartes postales prises dans la forêt des Fanges à la fin du 19eme et au début du 20eme siècle permettent de se faire une idée de l’activité forestière et de la maison des gardes. Avec sa centaine d’avens, ses très nombreux sentiers, chemins et pistes, la forêt des Fanges est un paradis pour les spéléos, les randonneurs et les amoureux de la nature en général. On peut seulement regretter que la chasse s’y pratique encore malgré qu’elle soit gérée par l’Office National des Forêts et classée comme forêt de protection. En réalité, ce statut n’interdit pas la chasse et n’est là que pour garantir la conservation du territoire forestier et pas les animaux qui l’habitent. Rappelons enfin qu'une fange est un lieu boueux très liquide, cette toponymie pouvant s'expliquer par le fait qu'il y a un  grand nombre de dolines dans ce secteur.

     

    3) Félix Armand :

    Pour mieux connaître le curé de Saint-Martin-Lys sous forme de résumés, je vous renvoie sur les pages Internet qui lui sont consacrées sur les sites de la commune de Quillan en cliquant ici et sur celle de Limoux en cliquant là. L'essentiel y est mentionné. Moi, je garde de cet homme la phrase qu’il a écrite au ministre de l’Intérieur Jacques-Joseph Corbière à l’instant où celui-ci lui annonce qu’il allait être honoré de la Légion d’Honneur : « Voilà une faveur que je n’ai provoquée ni ambitionnée ; qui me la procure ? Je l’ignore complètement ; si j’avais l’honneur de connaître la personne, je me ferais un devoir de lui en témoigner ma reconnaissance. Toute mon ambition dans le travail que j’ai fait faire pour le chemin, mes peines, mes dangers n’avaient pour motif que le bien public et celui des mes paroissiens. Ni récompenses, ni faveurs, ni honneurs ne sont jamais entrés dans mon esprit. La gloire de Dieu et le bien du prochain, voilà mon ambition. ». Pour mieux le connaître encore, il faut lire les différents ouvrages qui lui ont été consacrés : « Vie de Félix Armand » de J.P de la Croix de 1837 et « Félix Armand, sa vie son œuvre » de Louis Amiel de 1859, les deux sont très anciens mais sont lisibles sur Google et enfin celui que j’ai lu dernièrement « Félix Armand et son temps – Un siècle d’histoire dans le Pyrénées Audoises 1740-1840 » de Louis Cardaillac. Rappelons que depuis le percement de cette fameuse route dans le défilé de Pierre-Lys, un tunnel porte le nom de « Trou du curé ». Voilà au moins un homme qui aura réussi à faire son trou dans l'Histoire, au sens propre et au sens figuré.....ils ne doivent pas être si nombreux dans son cas ?

     

    4) Le train oublié de Saint-Martin-Lys :

    Il s’agit de l’autorail X.4709 de type Caravelle ou EAD mis en service le 6 janvier 1976 et radié le 2 juillet 2010. Il fut exploité par la SNCF sur la ligne TER Rhône-Alpes à partir de la gare de Lyon - Vaise. En raison de l'âge de ces autorails de la série X.4630, la plupart avait été comme bien d'autres caravelles modernisées dans les années 2004 et suivantes. Le site Internet Lyonrail nous apprend que l'autorail X.4709 est modernisé et mis en réserves avec 2 autres trains. L'article est daté de 2013. Pourquoi est-il là ? Le site Wikipédia nous apprend qu’il fait partie des trains préservés au bénéfice de l’association « Train du Pays Cathare et du Fenouillèdes - TPCF ». Que signifie "préservés ? Attente d'une réfection ? Je n’ai rien trouvé de concret à ce sujet malgré la ribambelle de sites Internet consacrés aux trains. Le tunnel dans lequel il se trouve s’appelle le « tunnel des Oliviers ». En venant de Quillan, il est précédé du tunnel et du pont de Rebuzo, là même où j’ai pris des photos. Ces ouvrages sont situés sur la ligne Carcassonne/Rivesaltes. En raison des difficultés du terrain, cette ligne a été mise en service par tronçon : Carcassonne/Limoux en 1876, Limoux/Quillan en 1878, Rivesaltes/Saint-Paul de Fenouillet en 1901 et enfin Saint-Paul-de-Fenouillet/Saint-Martin-Lys/Quillan en 1904. La ligne voyayeurs de Quillan à Rivesaltes a été fermée dès 1939. Une ligne de bus l’a remplacée. En 1951, la route Quillan/Axat étant fermée suite à un éboulement, la voie ferrée retrouve de manière éphémère un peu d’activité. En 1955, cette voie est définitivement neutralisée pour cause de faible rentabilité et un coût bien trop élevé pour l’entretien de la ligne et de ses nombreux ouvrages d’art qui la jalonnent. Le tronçon n’est plus utilisé que pour le fret. Le tronçon Quillan/Saint-Martin Lys pour le fret a été déclassé le 26 décembre 1991. La gare de Saint-Martin-Lys, côté Axat et Rivesaltes, elle, est restée active jusqu’en juin 2015 mais au fil des ans, les fermetures successives de très nombreuses usines de pondéreux présentes dans le secteur ont définitivement eu raison de l’activité industrielle de cette gare. En 2016, la gare est déserte comme j’ai pu le constater.  Notons toutefois que depuis 2002, le trajet complet de Rivesaltes à l'ancienne gare de Saint-Martin-Lys est emprunté par les jolis trains touristiques rouges du « Train du Pays Cathare et du Fenouillèdes ».  L’autorail X.4709 attend-il d’être réparé pour entrer en fonction ou est-il définitivement mis au rebut ? Je n’ai pas la réponse à cette question.  Toutefois, des projets sont à l’étude pour que les trains touristiques de TPCF continuent leur voyage au-delà de Saint-Martin-Lys. Des associations de la Haute-Vallée de l’Aude se battent pour cette réouverture. La voie déferrée serait donc rouverte et amènerait les touristes français et espagnols jusqu’à Carcassonne par ce Pays de Sault si magnifique. Une deuxième vie de cette ligne en quelque sorte, ce qui permettrait de sortir cet autorail de ce sombre tunnel où il est entrain de périr. Le plus triste c’est qu’il périt à la fois du désintérêt que plus personne ne semble lui porter mais également des dépravations que lui font subir des saccageurs. Il serait temps de s'en occuper.

     


    votre commentaire
  • Ce mois-ci, pas de coup de gueule, et à la place, une espèce d’appel « léger » voire « futile » diront certains. Ils n’auront pas tort. Appel à l’entraide, à la généalogie et à l’Histoire. Histoires des Pyrénées-Orientales certes mais également Histoire tout court à propos de 2 vieilles bouteilles de limonade que j’ai trouvées au cours de mes pérégrinations pédestres. Appels car j’ai espoir que cet article réveillera des souvenirs auprès des internautes. Sauf miracles,  il n’y aura probablement pas de réactions immédiates,  mais comme 2 bouteilles jetées à la mer, lesquelles, un jour ou l’autre, s’échoueront sur des rives favorables et enchantées, je garde bon espoir d’obtenir quelques informations les concernant..... Espoir que des personnes propices et curieuses les ramasseront un jour et seront à même de faire avancer le voyage de ces deux bouteilles.

    Deux bouteilles de limonade perdues dans la mer du Web…..

    C’est donc bien une invitation au voyage que je vous propose avec cet article.

     

    J’ai déjà le début de ce voyage car je sais qui les a faites fabriquées, qui les a remplies de limonade, je sais où elles ont été bues puis oubliées. Les principales questions restent quand et pourquoi ne retrouve-t-on rien à leur sujet ? La première bouteille, je l’ai trouvée le 16 août 2010 au hameau ruiné de Fontanills au dessus d’Arles-sur-Tech, au cours d’une balade que j’avais tout bonnement intitulée « Le hameau oublié de Fontanills par Can Rigall à partir d’Arles sur Tech ». Quant à la deuxième bouteille, retrouvée dans les vestiges d’un vieux cortal au lieu-dit Escausseils au dessus d’Urbanya, c’est  par bonheur je l’ai découverte à moitié enterrée mais intacte le 29 août 2011 lors d’une randonnée qui avait pour titre le « Serrat de Calvaire ». Vous pouvez retrouver ces deux balades sur mon blog.

     

    C’est donc à un an d’intervalle que j’ai découvert ces deux bouteilles bien différentes d’aspect, une en verre vert, l’autre en verre blanc, mais avec néanmoins de grandes similitudes quand aux éléments gravés permettant de se lancer dans des recherches historiques. Depuis, elles dormaient sagement sur une étagère de mon bureau d’où j’ai décidé de les sortir pour tenter de leur donner une seconde vie. Une vie que j’espère aussi pétillante que la limonade qu’elles ont contenu mais ce n’est pas gagné !

     

    La première bouteille, probablement la plus ancienne, car avec un verre vert, soufflé soit à la bouche ou au moins artisanalement, offre les mentions suivantes : « Limonade J.DELCLOS ARLES SUR TECH ». Mentions gravées en relief sur la bouteille. Les nombreuses imperfections, pliures de la pâte encore liquide au bas de la bouteille notamment, causé par le souffle, ajoute un charme supplémentaire à ce flacon de 25 cm de hauteur pour un poids de 555 grammes et un cul de 55 mm de diamètre. Le bouchon mécanique est en céramique blanc mais sans aucune mention. La partie métallique servant à articuler l’ouverture et la fermeture du bouchon est en très bon état si l’on imagine les conditions difficiles au grand air que la bouteille a eu à subir au fil des décennies. Le bouchon dispose de son joint en caoutchouc d’origine. Je précise d’origine car j’ai trouvé la bouteille fermée et le caoutchouc étant collé au verre, je n’ai jamais pris le risque d’essayer de l’ouvrir et ainsi, de  décoller l’ensemble au risque de tout abîmer. Le cul-de-bouteille semble avoir subi quelques chocs, petite cassure et brèche sur l’arête et fêlure évidente, mais prouve si besoin que ce verre était d’une extraordinaire résistance. En 2010, j’ai procédé à quelques recherches sur Internet. Elles m’ont amené sur le site Ebay car j’avais trouvé une annonce de vente faisant état d’une autre bouteille de limonade Delclos. Suite à cette similitude, j’ai pris contact par messagerie avec la personne qui la vendait et j’ai pu apprendre que ma bouteille aurait peut –être plus de 100 ans. Quelques années de plus aujourd’hui.  Il s’agissait d’une jeune dame. S’agissait-il d’une arrière petite-fille de ce fameux J.DELCLOS ? Je ne sais pas. En tous cas, elle a prétendu être une descendante du limonadier d’Arles-sur-Tech. L’annonce a disparu depuis et de ce fait, j’ai perdu tout contact avec cette personne pour obtenir de plus amples précisions. Bien évidemment, je ne peux garantir cette datation mais j’aurais tendance à la cautionner au regard de l’Histoire (*) que j’ai pu lire au sujet des limonades et des limonadiers en général. Mes recherches m’ont au moins permis d’en apprendre beaucoup à ce sujet et je prends plaisir à en faire un long condensé.

     

    La deuxième bouteille est en verre blanc. Le fait de l’avoir retrouvé ouverte a quelque peu terni son aspect, aussi bien intérieur qu’extérieur, à moins que qu’il ne s’agisse d’un résultat inéluctable consécutif à son ancienneté. La partie terne disparaît dès qu’on mouille le verre mais revient très vite au séchage. Egalement gravées en relief sur le flanc de la bouteille, on peut lire les mentions suivantes : « AUBERT AMEDEE  PRADES  PYREES ORIENTALES ». Le bouchon en céramique blanc présente les mêmes informations écrites en rouge. Le joint en caoutchouc d’origine est encore présent mais très collé à la céramique et la partie mobile métallique est bien plus rouillée que celle de la première bouteille. Il est vrai que j’ai trouvé la bouteille en partie enterrée et elle a donc souffert de cet ensevelissement. Elle est haute de 22,5 cm et le cul à un diamètre de 6 cm. Au cours de mes recherches sur le Net, je n’ai pas trouvé suffisamment d’informations me permettant d’élaborer le début d’une histoire et seule une conviction personnelle me laisse penser que cette bouteille serait un peu plus récente que la précédente. Est-elle en verre soufflée ? N’étant pas un spécialiste, je ne saurais l’affirmer. Une chose est sûre, le verre est très épais et la bouteille est lourde, plus lourde que la première car elle pèse 600 grammes. En France, les communes portant la dénomination de PRADES sont pléthores, j’en ai dénombré au moins 7 sur la carte I.G.N, plus celles ayant un nom composé, mais la bouteille ayant été trouvée au dessus d’Urbanya, on peut raisonnablement penser qu’il s’agit de PRADES dans le Conflent et dans les Pyrénées-Orientales. En réalité, toutes les autres communes sont situées dans d’autres  départements et sont donc éloignées de plusieurs centaines de kilomètres du lieu de la découverte, la plus proche étant Prades en Ariège distante de 100 km d’Urbanya.

     

    Voilà ce que je peux dire de ces deux bouteilles trouvées lors de mes balades.

     

    Les quelques recherches généalogiques sur Internet que j’ai commencé d’entreprendre m’ont permis de prendre quelques contacts. J’ai déjà obtenu une réponse négative et les autres tardent à venir. Dans l’immédiat, les recherches concernant DELCLOS sont difficiles car le seul « J » du prénom ne les facilite pas. Concernant, AUBERT Amédée à Prades, j’ai retrouvé sur le site Filae un acte de mariage réalisé dans cette commune en 1878. On y apprend qu’un AUBERT Amédée s’est marié avec une prénommée Marguerite HUGUET, or ce jeune homme s’est déclaré comme « ouvrier brasseur » ! De la bière à la limonade, il n’y a qu’un pas que certains ont franchi puisque très souvent les brasseurs fabriquaient également de la limonade ou que les limonadiers brassaient de la bière. Faut-il le franchir encore ? Faut-il, si j’ose dire, faire ou pas un panaché rafraîchissant de cette information ? Je ne sais pas. Peut-être faut-il attendre un peu les résultats de cet appel. Le brasseur AUBERT est-il devenu limonadier un peu plus tard ? Ces questions restent dans l’immédiat sans réponse. Il faut dire que les noms AUBERT et DELCLOS sont des noms relativement répandus, ce qui ne facilite pas les recherches. Néanmoins, je ne désespère pas.

     

    Dans le remarquable site de l’historien Jean Tosti consacré aux communes des Pyrénées-Orientales, je note que les noms AUBERT et DELCLOS figurent parmi les noms les plus portés au 19eme siècle dans les communes mentionnées sur les bouteilles, c’est donc un point réconfortant et je peux espérer que de nombreux descendants se retrouvent dans cet appel.

     

    Donc, si les noms des limonadiers J.DELCLOS à Arles-sur-Tech et AUBERT Amédée à Prades dans le 66 vous parlent encore, vous pouvez de me contacter par mail ou par la rubrique contact de mon blog. Je suis preneur de toutes les informations au sujet de ces 2 bouteilles. Merci d’avance.

     

    Enfin, je tiens à préciser que mes recherches n’ont pas le moindre intérêt spéculatif ni financier. Sur le site Ebay, les vieilles bouteilles de limonade sont légions à des tarifs de 5, 8 ou 10 euros mais jamais guère plus. Non au contraire, mon envie d’avancer dans mes recherches relève plus de la curiosité historique et ma démarche est même philanthropique car je suis disposé à offrir ces bouteilles aux héritiers qui me prouveront par n’importe quel moyen qu’ils sont bien les descendants de ces limonadiers qu’étaient J.DELCLOS ET Amédée AUBERT. A bon entendeur, salut !

     

    (*) Histoire de la limonade : La limonade est une boisson froide constituée de jus de citron, d'eau plate et de sucre. Au départ, elle était non gazeuse. Elle tient son nom du limonier, citronnier originaire du nord de l’Inde mais dont la culture de son fruit, le limon, a été développée d’abord en Louisiane puis s’est étendue au reste de la planète. D’autres variétés de citronniers sont ensuite entrées dans la composition. Désormais, la boisson peut être gazeuse ou non suivant le pays où elle est consommée. En France, sa fabrication manufacturière pour être commercée date du 17eme siècle et est lancée initialement par des distillateurs d’alcools mais l’Histoire retient que la boisson a été inventée bien avant. C’est ainsi que dans le livre de Jules Forni consacré aux « Origines et histoire de la corporation des restaurateurs et limonadiers de Paris : discours prononcé au banquet du 20 avril 1886 », on apprend que sa recette remonte à l’ancienne Rome, puis aurait débarquée à Paris quand la princesse Catherine de Médicis se marie avec le roi de France Henri II, fils de François 1er. Ce sont des gens de sa cour qui la ramènent avec elle d’Italie. En 1673, Louis XIV  pour remplir sa cassette particulière profite du succès de la limonade pour créer une maîtrise particulière à la profession moyennant finance. Personne ne se présentant pour l’acheter, le roi l’impose d’office par décret au tarif de 150 livres, soit la moitié du prix d’acquisition du brevet de fabrication. Trois ans plus tard, la Compagnie des maîtres limonadiers et marchands d’eau de vie de Paris voit le jour. Elle regroupe les commerçants fabriquant et vendant la limonade mais bien d’autres boissons également. On en compte presque 600 dans Paris. Ils ont le monopole du commerce de rue. Le terme « limonadier » remplace celui de « tavernier » dans l’esprit des consommateurs. Dans les années 1704, 1705 et 1706, la corporation connaît quelques soubresauts suite à des changements de statuts. Les limonadiers perdent des privilèges.  En 1713,  grâce à un nouvel édit, la profession retrouve ses privilèges antérieurs. En 1746, les maîtres limonadiers sont séparés en deux catégories : les limonadiers distillateurs et les limonadiers confiseurs. Plus tard, en 1773, cette corporation est rattachée à celle des vinaigriers car si le sucre a servi traditionnellement à la fermentation, à cette époque on commence à ajouter du vinaigre blanc pour lui donner cet aspect pétillant, le vinaigre présentant l’avantage de modérer l’explosivité liée à la fermentation. En 1776, avec l’abolition des jurandes par Turgot, la corporation des limonadiers disparaît. Peu à peu, mais nous sommes déjà au 19eme siècle, les eaux gazeuses remplacent l’eau plate. De ce fait, elle devient une boisson encore plus appréciée car plus rafraîchissante. La profession se développe au point que la France compte 3 à 4000 limonadiers vers la fin du 19eme siècle. Finalement, le terme de « limonadier » est étendu à l’ensemble des cafetiers et des débiteurs de boissons. La profession de fabricant de limonades se raréfie au fil du 20eme siècle pour atteindre son paroxysme à la fin des années 80 et 90. Il subsiste néanmoins de très vieilles maisons :

     

    - Brissaud, la plus ancienne limonaderie date de 1824.

    - Elixia a vu le jour en 1856, créée par Faustin Girardet.

    - Fontestorbes, sise à Bélesta en Ariège, fabrique la plus ancienne limonade artisanale depuis 1885.

    - Geyer Frères avec sa marque fétiche Lorina a été créée en 1895.

     

    Voilà pour les plus anciennes même si parmi les très nombreuses qui ont été créées au cours du 20eme siècle, il en subsiste encore quelques unes qu’il serait trop long de citer ici. Aujourd’hui dans les limonades industrielles, l’aspect gazéifiant et pétillant est obtenu grâce à un dosage précis d’acide citrique et par injection de gaz. Désormais, les limonadiers diversifient leurs produits et cherchent en permanence de nouvelles saveurs en y incorporant d’autres essences. Les nouvelles limonades se déclinent à la fraise, à la cerise, à la pomme et on en trouve même au basilic !

     

    La limonade n’a pas fini de nous faire pétiller les papilles……

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires