• LE LAC ET LA JASSE D'EN CALVET par jullie68 

    Diaporama avec la musique "Anonimo veneziano" de Stelvio Cipriani jouée par l'Orchestre de Franck Pourcel

    Le Lac et la Jasse d'En Calvet depuis la Llagonne

    Le Lac et la Jasse d'En Calvet depuis la Llagonne


    Depuis que j’ai mis en route mon blog « Mes Belles Randonnées Expliquées », j’essaie d’être organisé dans les futures balades que je vais effectuer. C’est ainsi que dès le mois de janvier, je dresse une liste d’une vingtaine de randonnées que je me fixe de réaliser dans l’année. A cette liste, il faudra rajouter quelques balades pédestres effectuées au cours des vacances ici dans le département des Pyrénées-Orientales ou ailleurs. C’est donc une balade tous les 15 jours environ et en tous cas, jamais aucune que j’ai déjà expliquée sur mon blog, sauf à de très rares exceptions près, mais même dans ce cas, il y aura toujours une variante dans l’itinéraire. Dans cette liste, il y a des balades de tous niveaux et pour tous les goûts, mais j’essaie, autant qu’il est possible, qu’il y ait des découvertes à y faire. Il y en aura donc de très faciles et des plus compliquées, des courtes et des longues, des « incontournables » et des moins connues mais je fais toujours en sorte que Dany puisse en accomplir au moins la moitié si ces problèmes articulaires la laissent tranquille. Après quand le jour « J » se présente, nous soupesons le pour et le contre et nous voyons ensemble si elle est « partante ». Voilà en général et le plus souvent comment ça se passe. Là, dans le cas présent, quand depuis le village de La Llagonne (***), nous avons envisagé d’aller randonner jusqu’au petit lac de Calvet, lieu plus communément appelé la « Jasse d’en Calvet (*) », nous avons d’abord regardé ensemble les aspects de cette balade mais une fois cette étude accomplie, nous n’avons plus hésité un seul instant. La Jasse (**) de Calvet depuis La Llagonne est une petite randonnée, désormais bien connue, que l’on trouve dans de nombreux topo-guides régionaux. C’est d’ailleurs ainsi que je l’ai découverte moi-même et si Dany et moi n’avons pas hésité une seconde, c’est parce qu’elle présente toutes les caractéristiques de ce que nous aimons tous les deux : le Capcir, avec ses décors naturels merveilleux et reposants, c'est-à-dire ses paysages vallonnés de prairies et de montagnes, ses ténébreuses forêts de sapins, ses panoramas lointains vers la Cerdagne, le Haut-Conflent et l’Ariège, sa faune et sa flore et pour terminer ici, un joli petit lac aux eaux paisibles où une table de pique-nique nous attendait bien sagement. Aucun problème donc dans cette décision d’y aller voir et une fois encore, nous étions sur la même longueur d’onde et ce d’autant qu’une journée extraordinaire était prévue par Météo France. Quand nous démarrons de La Llagonne, force est de reconnaître, que pour une fois les météorologistes ne se sont pas trompés. Un soleil implacable et un ciel bleu immaculé se sont donnés rendez-vous sur l’esplanade de l’hôtel de ville. La journée s’annonce radieuse. Un panonceau accroché à la façade de la mairie indique les premiers détails de la balade : « P.R.19 - 10,2 km – 170 m de dénivelé – 3 h –difficulté moyenne – départ Av. Cambre d’Aze » suivi d’un fléchage nous indiquant de poursuivre la « Promenade du Pré de la Ville », boulevard où nous nous trouvons. Petit détail mais qui peut avoir son importance, vous ne trouverez pas d’ « avenue du Cambre d’Aze » comme indiqué sur le panonceau, mais une « promenade du Cambre d’Aze » puis une « rue du Cambre d’Aze ». Il vous faudra suivre les deux jusqu’à « Cami d’en Tartes » (Chemin des Pierriers), dernière voie urbaine entraînant le randonneur hors du village. Mais n’ayez aucune crainte, au préalable d’autres panonceaux vous auront aidé dans ce cheminement. Ce P.R.19 est souvent mentionné comme étant une portion du Tour du Capcir mais non, il n’est en réalité qu’une liaison y menant voire une variante. Le Tour du Capcir pour l’avoir accompli en 2013 passe plus au nord du côté de Matemale ou des Angles, mais c'est vrai que de nombreuses variantes restent possibles. Ici, l’itinéraire qui s’élève permet d’ores et déjà de magnifiques panoramas sur la Cerdagne et le Conflent. Dès la sortie du village, c’est aussitôt un vrai grand bonheur pour moi car dans les prés et à l’orée des bois, il y a déjà quelques papillons mais surtout des centaines de passereaux et c’est un régal que d’essayer de les photographier. Tariers, Rougequeues, Gobe-mouchesPouillots et Accenteurs notamment se régalent d’innombrables graines dont la fanaison est déjà bien avancée. Beaucoup plus haut dans le ciel, ce sont deux Circaètes Jean-le-Blanc qui effectuent des circonvolutions répétées. Ils planent, s’immobilisent brusquement, battent leurs ailes de mouvements rapides puis se bloquent et effectuent pendant quelques instants un incroyable surplace. Ils paraissent comme en équilibre, suspendus à un fil invisible, puis ils repartent et recommencent cet insolite manège un peu plus loin. Malheureusement et alors que je m’évertue à les photographier au mieux, un gros et bruyant hélicoptère traverse le ciel et les fait fuir. Dany, elle, a déjà pris de l’avance et s’est enfui dans les prés et les bois en direction du Col del Mel et de la Font de la Vernada. Quand je la rattrape, elle est occupée à observer d’énormes coulemelles que je la dissuade de ramasser pour l’instant car nous pourrons le faire lors du retour. Après la Font de la Vernada, les décors se transforment. Les près disparaissent et les petits pins à crochets laissent la place à des résineux bien plus imposants. Dans cette forêt plus compacte, quelques clairières s’entrouvrent et l’itinéraire reste encore bien agréable car la marche s’effectue entre ombrage et soleil. Or mis quelques Mésanges huppées très difficiles à photographier, les passereaux sont plutôt rares et mon appareil photo se penche désormais sur chacune des fleurs rencontrées : pensées sauvages, campanules, crocus, achillées et bien d’autres fleurs sont encore présentes malgré le tout proche avènement de l’automne. Mon herbier photographique va encore s'amplifier. A la clairière du Pla des Postes, je prête un peu plus d’attention à cette intersection de chemins car je sais qu’au retour, c’est ici que doit se refermer notre boucle. La piste continue d’être rectiligne mais très rapidement une autre part sur la droite. La végétation sous les arbres jusqu’à présent composée de graminées plutôt sèches laisse la place à des pelouses beaucoup plus vertes. Nous sommes au lieu-dit « Mollera cremada », textuellement les « Mouillères brûlées ». Sous les pins à crochets, on découvre des tourbières composées presque essentiellement de laîches et des sphaignes mais il y pousse aussi, paraît-il, la très rare et recherchée Potentille des marais encore appelée Comaret (Comarum palustre). Alors des clôtures ont été installées et sont là pour dissuader les promeneurs d’aller écraser cette végétation séculaire et fossile. Au sommet d’une modeste butte, le petit lac de Calvet apparaît en contrebas et entre les arbres. Quand nous l’atteignons, nous sommes agréablement surpris par le calme olympien qu’il y règne. Il n’y a pas âme qui vive. Le lac est complètement immobile et en approchant de la berge, seuls trois ou quatre gros poissons au ventre énorme s’enfuient bruyamment des roseaux où ils devaient dormir ou frayer. Pour nous diriger vers l’aire de pique-nique, nous prenons tout notre temps car de nombreux panneaux très ludiques sur le thème de la truite ont été disposés sur la partie ouest de la rive. Après quelques nouvelles photos de fleurs, de passereaux et de papillons, je m’installe à la table où Dany a trouvé place depuis un bon moment déjà. Nous en sommes à manger notre salade et à nous détendre dans un silence de cathédrale quand soudain une étrange cacophonie se fait entendre. Ce vacarme arrive des buissons se trouvant dans notre dos sous la forme d’un vingtaine de colverts se dirigeant droit sur nous. Les voilà maintenant autour de nous et même sous la table à caqueter, à nasiller ou à cancaner dans un concert étourdissant. Pas besoin ni d’un dessin ni d’un langage commun, ces volatiles ont faim et nous le font savoir. Alors que faire quand on n’a pour toute pitance qu’une salade de riz agrémentée de quelques quartiers de tomates, de grains de maïs et de miettes de thon ? A la volée, on leur jette quelques cuillerées bien pleines et le spectacle se met immédiatement en route. Un spectacle dont le volume du son monte immédiatement en décibels. Les canards se propulsent sur tout ce qui tombe puis quand il n’y a plus rien à becqueter, ils se tournent vers nous et nous regardent avec leurs yeux ténébreux et interrogateurs. Une fois encore, quand la salade est terminée, pas besoin d’un long discours, non, les colverts filent direct dans l’eau pour une baignade au milieu des roseaux. Occupés à planter leurs becs dans la vase, le silence revient peu à peu. Dany s’allonge sur le banc pour une sieste bienfaitrice et moi, appareil photo autour du cou, je pars pour un tour et une découverte du lac un peu plus approfondie. Quelques canards me suivent comme le ferait un petit chien et d’autres se lancent dans un ballet aérien digne de la Patrouille de France. Cette voltige se termine dans un explosif aquaplaning soulevant de magnifiques gerbes d’eau. Pendant que j’entame le tour du lac, un jeune homme est arrivé et s’est assis sur un banc avec une cargaison de pain dur. Aussitôt et comme un seul homme, tous les colverts filent direct vers lui. Ils semblent habitués à sa présence car certains canards montent sur le banc juste à côté de lui et viennent chiper les bouts de pains directement dans sa main. Le charivari se remet en route et prouve que les colverts ont encore faim malgré nos dons personnels. De mon côté, les photos du joli petit lac complètement immobile se succèdent tel un beau miroir bleuté. Une plaque commémorative est scellée sur un rocher et rend hommage à un forestier décédé. Attirées par mon appeau, quelques mésanges charbonnières ou bleues descendent des branches des pins et s’approchent de moi. Elles se laissent gentiment photographier. Plus loin, c’est une Grenouille rousse puis un Lézard des murailles qui se blottissent dans les hautes herbes pensant que je ne les vois pas. Le tour du lac tire à sa fin. Dany a déjà endossé son sac à dos et m’attend pour repartir vers La Llagonne. « Qui va à la chasse perd sa place » et même les canards ont fait leur ce dicton. En effet, de nombreux colverts sont venus se coucher sous la table et semblent eux aussi rechercher un peu d’ombre. Nous repartons, d’abord par un sentier qui au milieu d’un pré s’éloigne du lac puis nous empruntons aussitôt la piste en suivant un panonceau indiquant La Llagonne à 5,9 km. Quelques décamètres plus loin, nouvelle intersection et on ignore la piste qui sur la droite file vers la Jasse de Bernardi et le lac d’Aude. On poursuit tout droit en continuant de suivre les mentions « Pla des Postes » ignorant toutes les autres (Mas de la Borda, Pla de Barrès, etc…) Nouvelles mésanges, nouvelles fleurs, nouveaux papillons et jolis chevaux, tout est prétexte à ma flânerie et quand Dany prend trop d’avance, j’accélère le pas entre quelques clichés. On retrouve l’itinéraire pris ce matin : Pla des Postes, Col de Mel et Font de la Vernada. Dans le ciel, un rapace bien plus petit qu’un circaète tournoie dans le ciel et j’essaie non sans mal de le photographier. Dany, elle, s’est mise en tête de ramasser les coulemelles élevées aperçues ce matin dans un vaste pré mais il y en a tant et parfois de si grosses, qu’une bonne sélection s’avère très vite indispensable. Après cette récolte, La Llagonne est déjà là avec ses jolies villas, ses beaux chalets fleuris, son église et sa tour du Capil dominant le reste de la ville. Il ne nous reste plus qu’à rejoindre la voiture garée devant la mairie mais cette fois, tous les paysages sur la Cerdagne et du Conflent nous font face. Parmi tous ces panoramas, un seul retient vraiment notre attention, toujours le même quand nous venons par ici : le Col Mitja, sans doute le col le plus parfait que nous connaissions. Parfait à regarder en tous cas mais sans doute un peu moins quand il s’agit de le gravir comme nous l’avions fait en août 2001 avec un sac à dos de 20 kg lors de notre périple sur le G.R.10. Et comme l’a si justement écrit Marcel Proust « le souvenir d’une certaine image, n’est que le regret d’un certain instant » et il rajoute « tout est fugitif, hélas ! » Comme le sont les années ». Cette balade à la Jasse de Calvet est longue de 11 km environ, enfin telle qu’expliquée avec le tour du lac et le départ depuis la mairie. La déclivité ne dépasse pas une centaine de mètres pour des montées cumulées de 290 m. Carte IGN 2249 ET Font-Romeu - Capcir Top 25.


    (*) Calvet est un nom de famille assez répandu dans les Pyrénées-Orientales comme dans tout le sud de la France. Dans son dictionnaire des noms de familles, l’historien Jean Tosti avance comme origine le mot latin « calvus » signifiant chauve et précise qu’au Moyen-Âge, « calvetus » était même un nom de baptême c'est-à-dire un prénom. De nos jours, on retrouve ce prénom Calvet mais sa popularité est vraiment insignifiante. Enfin, le nom « Calvet » comporte de nombreuses variantes avec par exemple « Chauvet », patronyme très répandu ou bien encore le nom « Calbet », changement traditionnel du « B » en « V » dans de nombreuses langues méridionales que les linguistes appellent « bétacisme ». De ce fait, on trouve également des « Calvet » en Espagne et au Portugal. Dans son ouvrage «Toponymes pyrénéens », le pyrénéiste Robert Aymard nous rappelle que le nom « Calvet » est très souvent attribué à une « clairière », son aspect « chauve » c'est-à-dire dénudé n’étant pas étranger à cette appellation. Pour terminer, on notera que le « d’En » qui dans le cas présent précède le nom « Calvet » était une particule honorifique, le plus souvent occitane, qui au Moyen-Âge était donné à un terroir, à un lieu-dit voire plus simplement à un mas ou à une ferme. Au fil du temps ce « d’En » est très souvent venu se rajouter au nom d’un lieu pour constituer un surnom et désigner quelqu’un venant d’un endroit précis où il résidait. Ainsi, le « d’en Calvet » qui nous intéresse ici peut très bien avoir été le nom ou le surnom d’une personne. On notera qu’ici dans ce coin du Capcir, outre la « jasse » et le « lac », c’est tout une contrée bien plus vaste qui porte ce nom, puisqu’on trouve également un sentier, une forêt et un « puig » portant cette dénomination.

    (**) Le mot « jasse », en catalan « jaça » a pour origine le mot occitan « jassia » ou « jaç ». Une « jassia » était un endroit herbeux et clôturé où l’on parquait les moutons ou tout autre espèce de bétail, le plus souvent dans l’attente de la poursuite de la transhumance. En Provence, le mot « jas » était donné à une grande bergerie construite en pierres sèches. Elle accueillait et protégeait en toutes circonstances les moutons, les chiens et les bergers.

    (***) Enfin, tous les spécialistes sont d’accord pour dire que la Llagonne, en catalan La Llaguna, c’est bien évidemment « la lagune ». Elle a bien existé mais cette dernière aurait été asséchée il y a moins d’un siècle pour laisser place à l’actuelle Route Nationale 118. Voilà pour l’étymologie la plus complète possible de ce merveilleux coin du Capcir. Si vous y allez, vous marcherez un peu moins « idiot » !


    votre commentaire
  • Voyage au Centre du Monde.....


     Mon épouse vient de faire un petit voyage, un voyage immobile qui plus est, au Centre du Monde et il faut reconnaître que ce lieu si « illustre » n’est plus ce qu’il était ! Ce mois-ci, le billet de mon Journal Mensuel se veut avant tout préventif. Pourquoi ! Parce que ma femme vient de recevoir un P.V de 135 euros pour être restée quelques minutes stationnée devant la célèbre gare perpignanaise si chère à feu Salvador Dali. Elle était venue déposer sa soeur qui devait prendre un bus pour Canet-en-Roussillon. Elle n’est pas descendue de sa voiture, n’a vu aucun fonctionnaire de police, personne n’est venue lui dire que le stationnement était très gênant voire dangereux paraît-il mais comme je ne veux pas lui trouver d’excuses inutiles et au delà du raisonnable, je la soupçonne d’être restée quelques minutes de trop, soit dans l’attente que le bus pour Canet arrive, soit à papoter inutilement, soit les deux, sur un emplacement où il devait bien y avoir une signalisation soit d’interdiction de stationner ou au pire de s’arrêter. A ce tarif-là, il faut reconnaître que ça fait cher le papotage et à la limite, il est presque préférable d’être muet ! Curieux, je suis donc allé voir sur place et qu’ai-je constaté ? Il y a bien un parking aérien de dépose-minute (20 minutes gratuites) mais mal indiquée et donc peu visible et peu pratique pour les usagers un peu pressés ou étourdis. Il y a également un grand parking avec parcmètres, en face le gare routière et à l’angle que forme le boulevard de Saint-Assiscle avec la rue Augustin Fresnel, mais c’est payant. Alors pas d’excuses me direz-vous ? Si un peu quand même car j’ai tout de même constaté que du fait de ces petits inconvénients, des dizaines et des dizaines de voitures se garent à chaque instant de chaque côté du boulevard de Saint-Assiscle. C’est un va et vient quasi permanent. Certaines voitures repartent aussitôt après s’être délestées de leurs passagers mais d’autres restent quelques minutes et là, pan, dans le mille de votre plaque d'immatriculation. La caméra s'est mise en marche et avec votre véhicule, et sans le vouloir, vous devenez spontanément les acteurs « confirmés » d’un film qui n’a rien de comique. Le P.V de 135 euros est déjà en route pour votre domicile. Le film peut même être dramatique si comme Dany vous voyez votre petite retraite de 248 euros par mois immédiatement rognée de plus de 50%. Il paraît que dans Perpignan, il y a des caméras un peu partout qui filment automatiquement les plaques des voitures et le P.V arrive direct à la maison. Moi qui pensais que les caméras étaient là avant tout pour notre sécurité, je tombe sur le cul ou sur l'arrière-train si vous préférez. Normal dans une gare ! Que nenni ! L’état d’urgence c’est surtout qu’il y aurait urgence à faire du fric et à remplir les caisses de l’Etat. Les caméras sont, paraît-il, placées dans des endroits stratégiques. Stratégiques pour qui ? Je vous laisse deviner ! De nombreuses personnes se plaignent de ce racket organisé. Car comment peut-on l’appeler différemment ? A ce propos, vous pourrez lire les récents articles de l’Indépendant et de France Bleu Roussillon sur Internet dont les liens sont à la fin de cette chronique (*). Le Centre du Monde cher à Dali et d’autres lieux perpignanais sont devenus le centre d'un racket organisé par l'Etat et la ville. Perpignan n’est pas la seule ville de France loin s’en faut et comme le système est juteux, il y a de plus en plus d’émules dans toute la France. Ma femme était furieuse et ça peut se comprendre car 135 euros c'est dur à accepter. En 2015, c’était 35 euros et l’amende majorée coûte désormais 375 euros. Le pire c’est que l’avis de contravention ne fait aucunement état d’une possibilité d’une amende minorée pour paiement rapide mais seulement d’une amende forfaitaire (135 €) ou majorée (375 €). A ce niveau là, ce n'est plus une amende c'est du proxénétisme ! A notre époque où il y a un vrai chômage de masse, si les stationnements dans ces lieux tel que la gare de Perpignan sont véritablement dangereux comme nos élus et technocrates légistes le prétendent (**), ne serait-il pas plus simple et préférable de mettre un fonctionnaire ou deux pour prévenir les usagers que c'est dangereux et interdit de se garer à cet endroit ? Réponse : Non, les fonctionnaires coûteraient de l'argent alors que les P.V en rapportent. Conclusion : c'est bien ce que je disais : c'est du racket voulu et organisé. Les P.V de la seule ville de Perpignan ont rapporté 3,8 millions d'euros à l'Etat, soit un peu plus de 30 euros par habitants et par an, qui en a reversé 1,5 millions à la ville (*** voir l’article de l’Indépendant à ce sujet). Dali disait : "L'unique différence entre un fou et moi, c'est que moi je ne suis pas fou". A ce rythme-là, à Perpignan, on va vite être très nombreux à le devenir....Etonnons-nous après ça que ce fameux Centre del Mon ne fonctionne pas économiquement et que le principal propriétaire des commerces de la galerie marchande cherche un repreneur (****)....Si, si, il fonctionne mais pas pour les commerçants et toujours pour les mêmes.......les politiques......et les hauts fonctionnaires de Bercy qui ont eu cette idée lumineuse pour faire du fric…..

    Pour tout vous dire, je viens par lettre recommandée de contester cette amende pour diverses raisons qu’il serait trop long d’énumérer ici. J’aime le risque penserez-vous certainement ? Peut-être ! En tous cas, me voilà donc parti pour une descente dans les entrailles de l’administration policière et fiscale, une descente que n’aurait certainement pas reniée ni Jules Verne ni Salvador Dali……un autre voyage au Centre d’un Mon…….stre bien français lui aussi…..


    (*) http://www.lindependant.fr/2016/01/22/perpignan-pas-de-zele-pour-la-videoverbalisation-etendue-a-l-avenue-joffre,2145461.php

    (*) https://www.francebleu.fr/infos/societe/de-nombreux-riverains-excedes-par-le-pv-135-euros-1453312431

    (**) http://www.lindependant.fr/2015/09/04/mal-gare-ne-pardonne-plus-a-narbonne,2079783.php

    (***) http://www.lindep.clients.sdv.fr/2016/02/12/en-2015-la-ville-de-perpignan-a-encaisse-1-5-m-eur-pour-3-8-m-eur-de-pv-de-stationnement,2155960.php

    (****) https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/perpignan-le-centre-du-monde-peut-etre-trouve-preneur-1457003826

     

     

     


    2 commentaires

  • LE VAL DE SIAGNE....depuis LE TIGNET par jullie68 

    Diaporama avec la musique "Alfie" jouée par Kenny G et composée par Burt Bacharach

    Le Val de Siagne depuis le Tignet (Alpes-Maritimes)

    Le Val de Siagne depuis le Tignet (Alpes-Maritimes)


    Le 4 octobre 2015, en écoutant les infos, j’apprends que la veille, des trombes d’eau se sont abattues sur le Var tuant 17 personnes. 4 personnes sont encore portées disparues et plusieurs milliers de foyers sont toujours privés d’électricité. Parmi, ces infos, une d’entre-elles me déstabilise et me sensibilise tout particulièrement quand j’entends que 7 personnes au moins, parmi les 14, sont mortes noyées à Mandelieu-la-Napoule à cause des crues de la Siagne. Or, La Siagne est un petit fleuve alpin que deux mois auparavant nous étions partis découvrir en famille lors d’une randonnée pédestre. En écoutant cette actualité, je ne peux m’empêcher de me souvenir que je m’étais baigné dans une rivière plutôt paisible, j’y avais même gambadé dans son lit à cause de la faiblesse de son hydrométrie, photographiant la flore et la faune mais ignorant au passage les recommandations signalant certains dangers et notamment les éventuelles montées soudaines dues aux lâchers d’eaux pouvant intervenir en amont. C’est cette jolie petite balade au Val de Siagne et au départ du Tignet que je vous raconte ici. Jolie mais au goût un peu amer à cause de ses eaux que j’avais trouvées si raffraîchissantes mais dont je sais désormais qu’elles peuvent être aussi très meurtrières. En m’informant, j’apprends aussi que la Siagne, rivière au cours capricieux, n’en est pas à son coup d’essai et de nombreuses crues se sont succédées en 1994, 1996, 2000, 2009, 2011, pour les plus récentes et les plus majeures. Mais comment imaginer quand tout est si calme, et malgré les recommandations, que ces eaux pourraient être mortifères ? Nous sommes partis du Tignet, petit bourg des Alpes-Maritimes, non loin de Grasse et de la frontière varoise que matérialise la Siagne sur une bonne portion. L’Histoire nous raconte qu’à l’origine plusieurs crêtes du Tignet ont été successivement occupées par des camps Ligures puis par les Romains qui s’en étaient emparés. Sa toponymie (*) actuelle daterait de cette époque. De nombreux vestiges prouvant cette présence ligure puis romaine ont été retrouvés car les lieux bien irrigués étaient propices à l’agropastoralisme. Avec la chute de l’empire romain en 476, les invasions barbares se succèdent et mettent fin à cette période de prospérité. Puis c’est au tour des Wisigoths, des Burgondes et des Sarrazins d’occuper la région malgré l’emprise foncière de plus en plus grande de la communauté monastique de Lérins. C’est cette même communauté que j’avais brièvement évoquée dans ma randonnée précédente au Pic du Cap Roux depuis la Sainte-Baume de l’Esterel. Au fil des siècles, le rayonnement des moines s’étend dans tout le Val de Siagne grâce aux donations dont ils sont les bénéficiaires. En 1348, toute la Provence est victime d’une grave épidémie de peste et cette calamité ajoutée aux brigandages qui se multiplient finissent par avoir raison de la vie au Tignet. A partir de là, le hameau entre dans une longue période de dormance avec même des cycles où il est complètement inhabité. Longtemps rattaché à Cabris, Le Tignet devient une commune à part entière en 1711 puis complètement indépendante en 1790. Les guerres se succèdent (18701914 et 1939) et l’exode rural ajouté aux victimes des conflits, la démographie du Tignet connaît des chutes spectaculaires et ce, malgré une activité économique réussissant à se diversifier au fil du temps. Il faut attendre 1958 pour que la tendance s’inverse définitivement et de nos jours la commune est en passe d’atteindre les 3.000 habitants. En 1889, dans le cadre du projet de la construction d’une voie ferrée métrique Nice-Meyrargues, ligne intitulée plus tard « Central Var », on note l’édification d’un viaduc de 300 m de long et de 72 m de haut enjambant la Siagne. Ce viaduc est souvent attribué à tort à Gustave Eiffel alors qu’il n’est que le dessinateur. Le 24 août 1944, les Allemands acculés après le débarquement de Provence le détruisent lors de leur retraite. Nous allons avoir l’occasion de côtoyer une pile de ce viaduc lors de la balade. Au Tignet, il faut rejoindre le parking qui se trouve sur l’avenue de l’Hôtel de Ville, en face de la caserne des Pompiers. C’est le point de départ. Là, on se dirige vers la traverse des Planasteaux pour emprunter le chemin des Planasteaux puis un peu plus loin le chemin de la Grosse Colle. Ne vous inquiétez pas ce « Circuit du Val de Siagne » est parfaitement balisé grâce à un bon nombre de panonceaux qu’il suffit de suivre. Le chemin de la Grosse Colle descend dans une végétation plutôt diversifiée mais toujours verdoyante. La végétation la plus surprenante, ce sont tout de même ces arbres tropicaux croulant sous les grappes de fruits que l’on aperçoit d’emblée dans les premiers jardins. Ensuite, on aperçoit également des cormiers chargés également de fruits, plus communément appelés « sorbiers domestiques ». Peu après, les arbres deviennent plus communs : feuillus, pins et mimosas se partagent d’abord l’espace puis le décor prend plutôt des airs de garrigues à l’approche de la rivière : genets, bruyères, arbousiers, filaires, chênes verts et kermès sont en grand nombre même si les pins et certains feuillus restent encore bien présents. Sur la gauche, la pile du viaduc, évoqué plus haut, apparaît peu à peu aux regards. La berge de la Siagne est déjà là et ce qui me frappe d’emblée, c’est ce panonceau indiquant un danger à s’aventurer dans son lit, même par beau temps, à cause des éventuelles montées soudaines des eaux dues à des lâchers dans des usines hydro-électriques ou des barrages en amont. Au regard de cette belle rivière si peu profonde avec son eau si limpide, je suis forcément un peu déçu car en général, je résiste difficilement à la tentation d’un bain dans un cadre aussi rafraîchissant. Mais comme aussitôt nous repartons par un étroit sentier qui suit le lit de la rivière, j’oublie très vite ce panneau de recommandations. Ce sentier ombragé que nous cheminons, j’apprendrais plus tard qu’il s’agit de l’ancien chemin rural de Saint-Cassien. J’ai aperçu un petit oiseau furtif faisant des va-et-vient répétés le long de la rivière. Il s’est posé sur un gros rocher blanc. Pas de doute, c’est bien un Martin-pêcheur que j’ai dans mon objectif. Une seule photo et il s’est déjà envolé. Je ne le reverrais plus. Nous passons devant le pilier du viaduc où une date gravée sur une plaque murale nous en rappelle son édification : 1889. Nous poursuivons notre marche en quête d’un coin pour pique-niquer avec de préférence une jolie petite grève pour que les filles puissent tremper leurs pieds. Cette promenade, pas toujours très rectiligne, ni plate, mais bien ombragée s’effectue dans une véritable corne d’abondance végétale : ormes, noisetiers, chênes et charmes couvrent de leurs hautes et tentaculaires ramures une végétation plus basse mais ô combien dense : lianes, lierres, fragons, ronciers, redouls et lauriers-tins par exemple. Notre balade tient plutôt de la flânerie et parfois même de la franche « déconnade » que d’une vraie randonnée. Il est vrai que nous avons tout notre temps et aucun but précis autre que celui de trouver un coin où poser nos fesses. Quelques branches en surplomb des flots et voilà que la plupart d’entre nous se transforment en des Tarzans du dimanche. Une sauterelle sur le sentier, une grenouille dans la rivière, et voilà les filles qui se mettent à grimacer dans de ridicules et mauvaises imitations. Moi, je passe mon temps à capter tous ces grands moments de bonheur dans mon numérique et ça suffit au mien. Le coin à pique-nique est enfin trouver et semble satisfaire tout le monde. Moi, j’ai déjà bazardé aux oubliettes, le fameux panonceau « Danger » et avant même de déjeuner, je suis déjà à gambader dans le lit du cours d’eau. J’y découvre tout ce que j’aime en randonnée : la nature et le plaisir de me baigner dans une eau cristalline. La nature, c’est la flore et la faune que je peux photographier à ma guise et le plaisir de me baigner me parait tellement sans risque car j’ai de l’eau à hauteur du mollet. Jérôme m’a rejoint. Les quatre filles, elles, se contentent de mouiller leurs orteils. Crainte des galets, peur des bestioles, eau bien trop froide et peut-être aussi la prudence que nous, les deux garçons, avons très vite oubliée. Le pique-nique terminé, nous repartons. Moi, je suis déjà ravi de cette balade car j’ai déjà une belle moisson de souvenirs, de fleurs et de bestioles diverses et variées : grenouilles vertes et rieuses, papillons, insectes, oiseaux et même un minuscule coquillage ressemblant à un cône voire à un bigorneau tel que l’on peut en découvrir dans la mer. Seul petit regret, je n’ai pas aperçu la « Grenouille Agile » pourtant mentionnée sur une pancarte comme fréquentant régulièrement la Siagne. Moins de 5 minutes après avoir démarré, nouvel arrêt baignade mais cette fois dans un étonnant trou d’eau beaucoup plus profond mais aux eaux toujours aussi transparentes. Pour Jérôme et moi, une nouvelle invite presque incontrôlable tant nous sommes attirés par ce puits sirupeux où se mélangent les couleurs turquoise et émeraude. Nous assouvissons notre envie de baignade de quelques plongeons et de quelques brasses mais l’eau est si glaciale que nous n’y campons pas ! Nous sommes à quelques mètres d’une passerelle, celle de Lignière menant à la chapelle de Saint-Cassien des Bois toute proche. A coup sûr, je serais bien parti la découvrir mais au moment, où nous poursuivons toujours rive gauche pour franchir le vallon de l’Attelée sur une autre passerelle, j’ignore tout de cette chapelle et comme Jérôme est notre guide, j’en suis réduit à le suivre. Dommage, j’aime bien les vieilles chapelles qui ont une histoire derrière elles. Celle-ci date paraît-il du 12eme siècle et juste à côté il y a également une tour du 11eme. Je reviendrais peut-être ! Désormais, le sentier s’élève sans cesse à l’ombre d’une forêt de feuillus où les châtaigniers sont bien présents. Sur notre gauche, le vallon de l’Attelée est très boisé également. Quand les châtaigniers disparaissent, on retrouve cette végétation mi-maquis et mi-pinède déjà aperçue ce matin sur le chemin de la Grosse Colle. Je traîne à l’arrière comme jamais, non pas à cause de la déclivité plutôt tranquille ; moins de 200 m pour rejoindre Le Tignet ; mais toujours en quête d’une photo d’un oiseau ou d’un papillon dont j’aperçois quelques spécimens régulièrement sans jamais en voir un seul se poser. Les autres ne m’attendent pas et grimpent d’un bon pas. Je m’en moque et finalement ma persévérance finit par être récompensée sous la forme d’un Sylvain azuré, superbe papillon noir tacheté de blanc puis d’une Fauvette à la calotte noire. Le fond d’un vallon est traversé mais on le délaisse rapidement pour remonter sur l’autre versant de la colline. La végétation change encore et désormais, l’étroit sentier file sous de tristes mimosas sur un terrain sablo-argileux plus agréable que les caillasses précédemment cheminées. Ce sentier finit par déboucher sur une piste plus large et on comprend aussitôt que la balade tire à sa fin et ce d’autant que quelques belles villas blanches se révèlent déjà sur les collines alentours. Finalement, cette piste terreuse se transforme en bitume au quartier des Planasteaux. Nous sommes sur le chemin éponyme pris à l’aller. La montée et la « bonne » canicule ont finalement raison du souffle et des mollets des filles, je dépasse tout le monde. Le parking est là et son local à toilettes avec robinet et eau froide arrive à point nommé pour rafraîchir tout ce petit monde. La balade a duré 4h15, arrêts inclus et il faut donc compter moins de 3h pour la réaliser non-stop. Bien que je n’ai eu aucun moyen personnel de le vérifier, ni GPS ni carte IGN et ni podomètre, j’estime la distance de cette boucle à 7 à 8 km environ. Carte IGN 3543 ET Haute-Siagne Top 25.
    (*) Selon les historiens, le nom « Tignet » aurait pour origine le nom donné à leur camp par les Romains : « Castrum de Antinhaco ». Il était perché au sommet de la crête de l’actuel Tignet. Il deviendra successivement « de Antinoco » puis « de Antinieto » pour se transformer peu à peu en Le Tignet. Selon certains toponymistes, les mots « tigne » ou « tignet » pourraient avoir pour origine le mot latin « tinea » désignant une « mite » et qui finalement aurait donné le mot « teigne ».

     


    votre commentaire

  • LE VAL DE SIAGNE....depuis LE TIGNET par jullie68

    "Alfie", musique de Burt Bacharach jouée par le saxophoniste Kenny G

    Le Val de Siagne depuis le Tignet (Alpes-Maritimes)

    Le Val de Siagne depuis le Tignet (Alpes-Maritimes)


    Le 4 octobre 2015, en écoutant les infos, j’apprends que la veille, des trombes d’eau se sont abattues sur le Var tuant 17 personnes. 4 personnes sont encore portées disparues et plusieurs milliers de foyers sont toujours privés d’électricité. Parmi, ces infos, une d’entre-elles me déstabilise et me sensibilise tout particulièrement quand j’entends que 7 personnes au moins, parmi les 14, sont mortes noyées à Mandelieu-la-Napoule à cause des crues de la Siagne. Or, La Siagne est un petit fleuve alpin que deux mois auparavant nous étions partis découvrir en famille lors d’une randonnée pédestre. En écoutant cette actualité, je ne peux m’empêcher de me souvenir que je m’étais baigné dans une rivière plutôt paisible, j’y avais même gambadé dans son lit à cause de la faiblesse de son hydrométrie, photographiant la flore et la faune mais ignorant au passage les recommandations signalant certains dangers et notamment les éventuelles montées soudaines dues aux lâchers d’eaux pouvant intervenir en amont. C’est cette jolie petite balade au Val de Siagne et au départ du Tignet que je vous raconte ici. Jolie mais au goût un peu amer à cause de ses eaux que j’avais trouvées si raffraîchissantes mais dont je sais désormais qu’elles peuvent être aussi très meurtrières. En m’informant, j’apprends aussi que la Siagne, rivière au cours capricieux, n’en est pas à son coup d’essai et de nombreuses crues se sont succédées en 1994, 1996, 2000, 2009, 2011, pour les plus récentes et les plus majeures. Mais comment imaginer quand tout est si calme, et malgré les recommandations, que ces eaux pourraient être mortifères ? Nous sommes partis du Tignet, petit bourg des Alpes-Maritimes, non loin de Grasse et de la frontière varoise que matérialise la Siagne sur une bonne portion. L’Histoire nous raconte qu’à l’origine plusieurs crêtes du Tignet ont été successivement occupées par des camps Ligures puis par les Romains qui s’en étaient emparés. Sa toponymie (*) actuelle daterait de cette époque. De nombreux vestiges prouvant cette présence ligure puis romaine ont été retrouvés car les lieux bien irrigués étaient propices à l’agropastoralisme. Avec la chute de l’empire romain en 476, les invasions barbares se succèdent et mettent fin à cette période de prospérité. Puis c’est au tour des Wisigoths, des Burgondes et des Sarrazins d’occuper la région malgré l’emprise foncière de plus en plus grande de la communauté monastique de Lérins. C’est cette même communauté que j’avais brièvement évoquée dans ma randonnée précédente au Pic du Cap Roux depuis la Sainte-Baume de l’Esterel. Au fil des siècles, le rayonnement des moines s’étend dans tout le Val de Siagne grâce aux donations dont ils sont les bénéficiaires. En 1348, toute la Provence est victime d’une grave épidémie de peste et cette calamité ajoutée aux brigandages qui se multiplient finissent par avoir raison de la vie au Tignet. A partir de là, le hameau entre dans une longue période de dormance avec même des cycles où il est complètement inhabité. Longtemps rattaché à Cabris, Le Tignet devient une commune à part entière en 1711 puis complètement indépendante en 1790. Les guerres se succèdent (18701914 et 1939) et l’exode rural ajouté aux victimes des conflits, la démographie du Tignet connaît des chutes spectaculaires et ce, malgré une activité économique réussissant à se diversifier au fil du temps. Il faut attendre 1958 pour que la tendance s’inverse définitivement et de nos jours la commune est en passe d’atteindre les 3.000 habitants. En 1889, dans le cadre du projet de la construction d’une voie ferrée métrique Nice-Meyrargues, ligne intitulée plus tard « Central Var », on note l’édification d’un viaduc de 300 m de long et de 72 m de haut enjambant la Siagne. Ce viaduc est souvent attribué à tort à Gustave Eiffel alors qu’il n’est que le dessinateur. Le 24 août 1944, les Allemands acculés après le débarquement de Provence le détruisent lors de leur retraite. Nous allons avoir l’occasion de côtoyer une pile de ce viaduc lors de la balade. Au Tignet, il faut rejoindre le parking qui se trouve sur l’avenue de l’Hôtel de Ville, en face de la caserne des Pompiers. C’est le point de départ. Là, on se dirige vers la traverse des Planasteaux pour emprunter le chemin des Planasteaux puis un peu plus loin le chemin de la Grosse Colle. Ne vous inquiétez pas ce « Circuit du Val de Siagne » est parfaitement balisé grâce à un bon nombre de panonceaux qu’il suffit de suivre. Le chemin de la Grosse Colle descend dans une végétation plutôt diversifiée mais toujours verdoyante. La végétation la plus surprenante, ce sont tout de même ces arbres tropicaux croulant sous les grappes de fruits que l’on aperçoit d’emblée dans les premiers jardins. Ensuite, on aperçoit également des cormiers chargés également de fruits, plus communément appelés « sorbiers domestiques ». Peu après, les arbres deviennent plus communs : feuillus, pins et mimosas se partagent d’abord l’espace puis le décor prend plutôt des airs de garrigues à l’approche de la rivière : genets, bruyères, arbousiers, filaires, chênes verts et kermès sont en grand nombre même si les pins et certains feuillus restent encore bien présents. Sur la gauche, la pile du viaduc, évoqué plus haut, apparaît peu à peu aux regards. La berge de la Siagne est déjà là et ce qui me frappe d’emblée, c’est ce panonceau indiquant un danger à s’aventurer dans son lit, même par beau temps, à cause des éventuelles montées soudaines des eaux dues à des lâchers dans des usines hydro-électriques ou des barrages en amont. Au regard de cette belle rivière si peu profonde avec son eau si limpide, je suis forcément un peu déçu car en général, je résiste difficilement à la tentation d’un bain dans un cadre aussi rafraîchissant. Mais comme aussitôt nous repartons par un étroit sentier qui suit le lit de la rivière, j’oublie très vite ce panneau de recommandations. Ce sentier ombragé que nous cheminons, j’apprendrais plus tard qu’il s’agit de l’ancien chemin rural de Saint-Cassien. J’ai aperçu un petit oiseau furtif faisant des va-et-vient répétés le long de la rivière. Il s’est posé sur un gros rocher blanc. Pas de doute, c’est bien un Martin-pêcheur que j’ai dans mon objectif. Une seule photo et il s’est déjà envolé. Je ne le reverrais plus. Nous passons devant le pilier du viaduc où une date gravée sur une plaque murale nous en rappelle son édification : 1889. Nous poursuivons notre marche en quête d’un coin pour pique-niquer avec de préférence une jolie petite grève pour que les filles puissent tremper leurs pieds. Cette promenade, pas toujours très rectiligne, ni plate, mais bien ombragée s’effectue dans une véritable corne d’abondance végétale : ormes, noisetiers, chênes et charmes couvrent de leurs hautes et tentaculaires ramures une végétation plus basse mais ô combien dense : lianes, lierres, fragons, ronciers, redouls et lauriers-tins par exemple. Notre balade tient plutôt de la flânerie et parfois même de la franche « déconnade » que d’une vraie randonnée. Il est vrai que nous avons tout notre temps et aucun but précis autre que celui de trouver un coin où poser nos fesses. Quelques branches en surplomb des flots et voilà que la plupart d’entre nous se transforment en des Tarzans du dimanche. Une sauterelle sur le sentier, une grenouille dans la rivière, et voilà les filles qui se mettent à grimacer dans de ridicules et mauvaises imitations. Moi, je passe mon temps à capter tous ces grands moments de bonheur dans mon numérique et ça suffit au mien. Le coin à pique-nique est enfin trouver et semble satisfaire tout le monde. Moi, j’ai déjà bazardé aux oubliettes, le fameux panonceau « Danger » et avant même de déjeuner, je suis déjà à gambader dans le lit du cours d’eau. J’y découvre tout ce que j’aime en randonnée : la nature et le plaisir de me baigner dans une eau cristalline. La nature, c’est la flore et la faune que je peux photographier à ma guise et le plaisir de me baigner me parait tellement sans risque car j’ai de l’eau à hauteur du mollet. Jérôme m’a rejoint. Les quatre filles, elles, se contentent de mouiller leurs orteils. Crainte des galets, peur des bestioles, eau bien trop froide et peut-être aussi la prudence que nous, les deux garçons, avons très vite oubliée. Le pique-nique terminé, nous repartons. Moi, je suis déjà ravi de cette balade car j’ai déjà une belle moisson de souvenirs, de fleurs et de bestioles diverses et variées : grenouilles vertes et rieuses, papillons, insectes, oiseaux et même un minuscule coquillage ressemblant à un cône voire à un bigorneau tel que l’on peut en découvrir dans la mer. Seul petit regret, je n’ai pas aperçu la « Grenouille Agile » pourtant mentionnée sur une pancarte comme fréquentant régulièrement la Siagne. Moins de 5 minutes après avoir démarré, nouvel arrêt baignade mais cette fois dans un étonnant trou d’eau beaucoup plus profond mais aux eaux toujours aussi transparentes. Pour Jérôme et moi, une nouvelle invite presque incontrôlable tant nous sommes attirés par ce puits sirupeux où se mélangent les couleurs turquoise et émeraude. Nous assouvissons notre envie de baignade de quelques plongeons et de quelques brasses mais l’eau est si glaciale que nous n’y campons pas ! Nous sommes à quelques mètres d’une passerelle, celle de Lignière menant à la chapelle de Saint-Cassien des Bois toute proche. A coup sûr, je serais bien parti la découvrir mais au moment, où nous poursuivons toujours rive gauche pour franchir le vallon de l’Attelée sur une autre passerelle, j’ignore tout de cette chapelle et comme Jérôme est notre guide, j’en suis réduit à le suivre. Dommage, j’aime bien les vieilles chapelles qui ont une histoire derrière elles. Celle-ci date paraît-il du 12eme siècle et juste à côté il y a également une tour du 11eme. Je reviendrais peut-être ! Désormais, le sentier s’élève sans cesse à l’ombre d’une forêt de feuillus où les châtaigniers sont bien présents. Sur notre gauche, le vallon de l’Attelée est très boisé également. Quand les châtaigniers disparaissent, on retrouve cette végétation mi-maquis et mi-pinède déjà aperçue ce matin sur le chemin de la Grosse Colle. Je traîne à l’arrière comme jamais, non pas à cause de la déclivité plutôt tranquille ; moins de 200 m pour rejoindre Le Tignet ; mais toujours en quête d’une photo d’un oiseau ou d’un papillon dont j’aperçois quelques spécimens régulièrement sans jamais en voir un seul se poser. Les autres ne m’attendent pas et grimpent d’un bon pas. Je m’en moque et finalement ma persévérance finit par être récompensée sous la forme d’un Sylvain azuré, superbe papillon noir tacheté de blanc puis d’une Fauvette à la calotte noire. Le fond d’un vallon est traversé mais on le délaisse rapidement pour remonter sur l’autre versant de la colline. La végétation change encore et désormais, l’étroit sentier file sous de tristes mimosas sur un terrain sablo-argileux plus agréable que les caillasses précédemment cheminées. Ce sentier finit par déboucher sur une piste plus large et on comprend aussitôt que la balade tire à sa fin et ce d’autant que quelques belles villas blanches se révèlent déjà sur les collines alentours. Finalement, cette piste terreuse se transforme en bitume au quartier des Planasteaux. Nous sommes sur le chemin éponyme pris à l’aller. La montée et la « bonne » canicule ont finalement raison du souffle et des mollets des filles, je dépasse tout le monde. Le parking est là et son local à toilettes avec robinet et eau froide arrive à point nommé pour rafraîchir tout ce petit monde. La balade a duré 4h15, arrêts inclus et il faut donc compter moins de 3h pour la réaliser non-stop. Bien que je n’ai eu aucun moyen personnel de le vérifier, ni GPS ni carte IGN et ni podomètre, j’estime la distance de cette boucle à 7 à 8 km environ. Carte IGN 3543 ET Haute-Siagne Top 25.
    (*) Selon les historiens, le nom « Tignet » aurait pour origine le nom donné à leur camp par les Romains : « Castrum de Antinhaco ». Il était perché au sommet de la crête de l’actuel Tignet. Il deviendra successivement « de Antinoco » puis « de Antinieto » pour se transformer peu à peu en Le Tignet. Selon certains toponymistes, les mots « tigne » ou « tignet » pourraient avoir pour origine le mot latin « tinea » désignant une « mite » et qui finalement aurait donné le mot « teigne ».

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires