• LE PIC DU CAP ROUX par jullie68

    Diaporama avec la chanson "They long to be - Close to you", chanté par le groupe américain The Carpenters,

    chanson écrite par Hal David et musique de Burt Bacharach

    Le Pic du Cap Roux depuis la Sainte-Baume de l'Esterel

    Le Pic du Cap Roux depuis la Sainte-Baume de l'Esterel


    J’ai traîné mes godillots de marche un peu partout, mais si je devais classer les départements français dans un ordre de préférence où j’ai aimé randonner, le Var arriverait sans doute dans les 6 ou 7 premiers. En effet, un peu comme chez nous dans les Pyrénées-Orientales, le Var présente cet attrait inégalable de posséder des sentiers de randonnées de l’altitude zéro jusqu’aux étages collinéens puis montagnards. De quoi assouvir les désirs de marche les plus fous. Prenez par exemple le Pic du Cap Roux que mon fils m’a fait découvrir au mois d’août dernier. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un pic qui se dresse sur un cap mais pas n’importe quel cap, un cap situé au beau milieu des roches rouges de la corniche du Massif de l’Esterel (*). Pour qui connaît un peu l’Esterel, une fois ce décor rouge, vert et bleu planté, difficile de rester insensible à la proposition d’une randonnée pédestre dans ce cadre essentiellement tricolore. Choisissez un jour de grand beau temps et vous verrez, les contrastes, à eux seuls, méritent que l’on fasse quelques efforts : avec le rouge orangé des roches porphyriques, le vert intense de la forêt varoise et le bleu si pur de la Méditerranée et du ciel, le soleil paraîtra parfois un peu pâlot et pour peu qu’il y ait un brin de brume, il prendra même des airs d’un grand malade de la jaunisse. Alors, je vous le garantis avec toutes ces couleurs constamment devant les yeux, vous resterez scotché devant chaque vue, devant chaque panorama, devant chaque horizon plus ou moins lointain. Le départ s’effectue depuis le parking de la chapelle de la Sainte-Baume de l’Esterel. On accède à ce parking par une route forestière démarrant de la zone artisanale d’Agay, direction la Maison forestière du Gratadis puis le Vallon de Mourrefrey. Attention, à ne pas confondre cette Sainte-Baume là avec celle du Plan d’Aups située plus à l’ouest du Var. En réalité, les deux édifices religieux ont une histoire commune assez insolite puisqu’il se raconte que cette chapelle troglodyte de l’Esterel doit son nom aux habitants du coin, lesquels étaient jaloux de celui de l’ouest varois dédiée à Marie-Madeleine et de ce fait, ils lui donnèrent le même nom afin de semer le doute dans l’esprit des pèlerins et des visiteurs. Idem semble-t-il pour le Saint Pilon que l’on va côtoyer. Ici la grotte, transformée en un petit sanctuaire, fut très longtemps un ermitage dont le plus illustre des anachorètes fut Honorat d’Arles, plus connu sous la dénomination de Saint-Honorat et surnommé parfois Honorat de Lérins. Il s’était établi ici au 5eme siècle au retour d’un voyage en Orient et sa réputation de prêcheur s’amplifia très rapidement. La tradition raconte que les pèlerins avaient tellement pris l’habitude de venir lui rendre visite que l’ermite en avait eu très vite assez de cette vie si peu retirée et si peu solitaire. Du coup, il avait préféré quitter les lieux pour s’installer à Lérina, la plus petite des îles de Lérins. Là, après une courte période d’ascète, son éminente sainteté joua une nouvelle fois contre lui et il fut rejoint par plusieurs compagnons. Il fonda avec eux un monastère devenu aujourd’hui une abbaye monumentale si célèbre. Bien d’autres ermites habitèrent la grotte comme Saint Maxime, évêque de Vienne, Saint Hermentaire puis un plus tard Laurent Bonhomme (1640-1680), le frère Clapier des Arcs (vers 1775) et Calvy (vers 1780). Bien évidemment, on ne partira pas vers le Pic du Cap Roux non sans avoir au préalable fait un bref aller retour vers cette chapelle. Une visite s’impose et en plus, on a déjà un premier et bel aperçu du Massif de l’Esterel avec son pic de l’Ours mais également d’endroits plus ou moins lointains déjà cheminés : Rocher de Roquebrune, Mont Vinaigre, Siou-Blanc, les Maures, etc…. Au départ du parking, il suffit de lever la tête et les ruines des remparts protégeant la chapelle sont déjà visibles. L’histoire n’a rien laissé à propos de ces quelques fortifications sans doute moyenâgeuses mais on peut supposer que l’ermitage troglodyte était suffisamment isolé pour être la cible de nombreuses tentatives de brigandage. On pense notamment aux Maures ou Sarrasins qui occupèrent la Provence aux 9eme et 10me siècle et dont les « razzias » sont restées dans la mémoire de nos dictionnaristes. Les ermites avaient donc cru bon de se barricader en élevant de hautes murailles avec une seule porte d’entrée sans doute fermée à son origine par une lourde porte en fer forgée. Depuis l’esplanade de la source de la Sainte-Baume, un petit sentier rocailleux d’une centaine de mètres de déclivité grimpe vers le site. Dès le départ, on remarque un autre sentier partant sur la gauche et c’est celui qu’il faudra prendre pour se diriger ver le Pic du Cap Roux. Des marches ont été aménagées et à l’approche de la grotte, on a même maçonné des rampes avec des garde-fous. Il faut dire que l’accès est peu évident et on se demande même comment le tout premier ermite a pu découvrir ce lieu si scabreux. On peut supposer que la source toute proche a été l’élément déclencheur d’une installation dans la grotte, plus élevée et donc plus paisible, plus sûre et plus proche de Dieu. Tout là haut, devant la grotte et ses vestiges, je m’interroge sur les motivations qui ont amenées au fil des siècles tous ses hommes à vivre ici, dans ce cadre si solitaire et si sauvage ? Pourquoi de nos jours encore, d’autres hommes viennent-ils gravir ces collines si âpres pour entretenir cette grotte et déposer toutes ses reliques dans ce décor si hostile et si retiré de tout ? Lieu idéal pour la méditation certes et devoir de mémoire probablement mais la seule vraie réponse aux deux questions c’est sans doute cette foi de Dieu que je ne possède pas ! Alors, quelques photos et le plaisir de marcher suffisent à ma félicité. Nous repartons. Le sentier vers le Pic du cap Roux est aussi étroit que celui vers la grotte et circule dans une végétation typiquement méditerranéenne : quelques pins isolés, des chênes verts et lièges en grand nombre mais aussi des filaires, des lentisques, des arbousiers, des cistes, des romarins et des bruyères arborescentes composent l’essentiel de cette palette verdoyante. La faune est plutôt absente, mais en cette fin du mois d'août, la canicule en est sans doute la principale responsable. Quelques criquets et papillons, de rares passereaux qui ne tiennent pas en place et un rapace en vol géostationnaire, voilà les seuls aoûtiens visibles dans ces collines. Visibles mais pas toujours photographiables et rares seront ceux qui viendront s’enregistrer dans la mémoire de mon appareil photo. A diverses reprises, le sentier coupe d’immenses éboulis de pierres rouges. En traversant ces rugueuses caillasses, on a le vague sentiment que des milliers de forçats ont été chargés de fracasser toutes ces crêtes rougeâtres dominant l’itinéraire mais que devant l’immensité de la besogne à accomplir tout s’est soudain arrêté. Au sommet d’une corniche, la mer merveilleusement tranquille et bleue se révèle dans toute son immensité. Dans ce tableau panoramique passant si soudainement du bicolore au tricolore, seul le blanc, de loin la couleur pourtant la moins présente au milieu du vert, du rouge et du bleu, semble faire tache. Ce blanc, c’est celui de l’hyperurbanisation de toute la Côte d’Azur et c’est celui aussi, des innombrables et bruyants bateaux à moteur laissant leurs sillages d’écume. On a beau être seuls dans un cadre sauvage, magnifique et silencieux, la civilisation dans tout ce qu’elle a de détestable est bien là à nos pieds. Seules quelques voiles blanches à l’aspect si paisible dénotent dans cette peinture « marine » implacable. En longeant cette corniche, d’autres vues se dévoilent vers l’ouest désormais : Anthéor avec ses criques et ses constructions spiralées du plateau de Peysserin, le cap du Dramont et son sémaphore et plus loin Boulouris, Saint-Raphaël, Fréjus, le Golfe de Saint-Tropez et enfin son cap disparaissant dans une brume blanchâtre. Composé de plusieurs grosses proéminences indépendantes les unes des autres, un peu comme les chicots déchaussées d’un géant à la bouche ensanglantée, le Pilon apparaît lui aussi légèrement en contrebas avec son Saint-Pilon central. Il faut dire que nous sommes déjà arrivés au sommet du Pic du Cap Roux dont l’altitude lui est légèrement supérieure : 454 contre 442. Une jolie table d’orientation du Touring Club de France matérialise ce mirador naturel. Les vues à 360° y sont superbes alors on profite des paysages en prenant un petit en-cas. Puis, on poursuit le sentier toujours en descente d’abord jusqu’au col du Cap Roux puis vers le col du Saint-Pilon. Pour cela, au col du Cap Roux, nous avons choisi l’option de tourner à gauche plutôt que d’emprunter le sentier qui file derrière les mamelons rocheux. D’après mon fils, c’est un peu plus long mais les vues sur la Méditerranée y sont plus sublimes et effectivement difficile de le contredire après avoir cheminé ce sentier. Ici, on a le sentiment que la nature s’est complu à fracturer les roches pour en faire une multitude d’apparences disparates : dents pointues et ogives arrondis, éboulis de caillasses ou chaos de rochers, falaises abruptes et parois bombées, dentelles, aiguilles, éperons, grottes, balcons, crevasses, ravins et vallons esquissent ce décor rouge orangé sur fond de Grande Bleue. Un très beau spectacle ! Après le col du Saint-Pilon, le chemin se fait plus large et redescend sans problème au milieu des pins vers le parking de la Sainte-Baume où l’on retrouve avec bonheur l’eau de la rafraîchissante fontaine. On s’asperge avec l’espoir que cette eau soit aussi « miraculeuse » que certains le prétendent. La balade se termine et aura duré en tout 2h30, arrêts inclus. Alors 2h30 ça peut paraître beaucoup pour la distance d’environ 6 km composant cette boucle et le dénivelé plutôt modeste de 294 mètres mais moi si j’avais été seul, j’aurais sans doute mis une heure de plus ! Carte I.G.N 3544 ET Fréjus – Saint-Raphaël – Corniche de l’Esterel Top 25.
    (*) Toponymie : Plusieurs suppositions sont émises au nom « Esterel ». La racine pré-latine « ester » signifiant « rocher escarpé », le mot latin « sterilis » signifiant « stérile » en raison de la pauvreté des sols, l’occupation de l’endroit par une tribu celto-ligure, les « sueltiri » puis le mot provençal « estello » signifiant « étoile ». Enfin, les étymologistes un peu mystiques attribueront le mot à la fameuse et bienveillante fée « Esterelle » dont la légende raconte qu’elle a toujours habité le massif, soignant les femmes stériles pour les rendre fécondes.
     

     

     

    Enregistrer


    votre commentaire
  •  

    Dieu n'aime pas les fonctionnaires, moi non plus ?

    Ceux qui lisent régulièrement mon Journal Mensuel savent que de temps à autres, je peste contre les fonctionnaires, ou plutôt et pour être juste contre certaines administrations de la Fonction Publique. Pourtant plus je vieillis et plus je constate qu’avec elles je ne suis jamais au bout de mes surprises. Dieu sait si dans ma vie professionnelle, j’ai été très souvent confronté à ces collectivités, à ces établissements publics que sont les Impôts, l’Urssaf, les Assedic ou la Caisse Primaire d’Assurance Maladie et pas toujours avec bonheur, et bien malgré ça, avec eux, l’ahurissement, la consternation, l’ébahissement sont toujours à envisager. Eh oui, c’est ainsi, la Fonction Publique continue parfois de me stupéfier quand à son absence d’organisation, quand à son manque de liaisons entre ses services, quand à ses systèmes informatiques me paraissant si peu performants et même désuets et en tous cas sans gestion efficace des ressources et des fichiers. C’est à croire, que les ingénieurs chargés de l’informatique de ces administrations n’ont jamais entendu parler d’ « informatique intégrée ». Avec ces administrations, les lois des « séries noires » ou celle dite de Murphy sont toujours à redouter. Heureusement que nous n’avons pas à faire à eux tous les jours sinon on deviendrait fous et pourtant en ce mois de janvier 2016 j’ai vécu cette criante réalité :

     

    -1er exemple : Depuis un peu plus de 2 ans, je suis trésorier d’une association. Cette association a été crée en 1978, elle ne date donc pas d’hier. Comme toutes les associations qui se respectent, à l’origine elle a été enregistrée en préfecture et au Journal Officiel. Elle dispose comme toutes les entreprises d’un numéro de SIRET, d’un code NAF ou APE, ses statuts sont régulièrement déposés en préfecture quand nécessaire, en réalité presque chaque année. L’association emploie des salariés depuis de longues années et l’unique salariée actuelle travaille depuis 2009. Elle et nous cotisons bien évidemment à l’Urssaf pour la maladie et la vieillesse et pour bien d’autres rubriques : au chômage, à la caisse de retraite complémentaire, à la prévoyance, etc…. Au mois de novembre dernier, cette salariée tombe malade pour la toute première fois. Une maladie qui a duré plus d’un mois. Souhaitant respecter au mieux la convention collective du sport qui me fait obligation de maintenir le salaire moyennant la retenue des 3 jours de carence et les indemnités journalières de la Sécurité Sociale, je lui maintiens son salaire dans sa totalité et le 1er décembre, j’envoie comme il se doit une demande d’indemnités journalières avec subrogation à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie des P.O. J’adopte cette position en me disant que j’aurais toujours le temps de lui soustraire le trop perçu. Presque deux mois plus tard, aucune nouvelle de ma demande. J’envoie deux mails successifs à la CPAM sur le site Améli. Aucune réponse malgré qu’un automate indique qu’une réponse me sera fournie sous 48 heures. Quelques jours plus tard, j’apprends de notre salariée qu’elle a bien perçu ses indemnités journalières de son autre employeur pour cette même période de maladie. Je me décide à me déplacer à la Sécurité Sociale mais pas de chance, je tombe « pile » le jour même où les employés sont en grève. 2 jours plus tard, j’y retourne. Nous sommes le 28 janvier. Après avoir patienté une grosse demi-heure, je suis enfin reçu. J’explique mon problème à un conseiller, copies des documents fournis le 1er décembre à l’appui et là, après qu’il eut regardé son écran d’ordinateur, la réponse qu’il me fait me laisse sans voix : « nous n’avons pas pu traiter votre demande d’indemnités journalières car pour nous votre association n’existe pas ! » et aussitôt il précise en rajoutant « ou du moins vous n’existiez pas jusqu’à hier». Je ne sais pas si à voir ma tête, sans doute très anéantie, il a compris mon immense désarroi et il rajoute « ce n’est qu’une question de jours et le virement de vos indemnités journalières ne va pas tarder à arriver ». Assez bêtement peut être, la première question qui me vient à l’esprit est de lui demander « pourquoi existons-nous depuis hier seulement, que sait-il passé pour cela ? » Et là, il me regarde et me demande : « vous vous êtes inscrit sur le site NET.ENTREPRISES non ? Deuxième désarroi car effectivement, en désespoir de cause et ne recevant pas de réponse, la veille j’ai inscrit l’association à ce site là, espérant en trouver une, mais non, il n’y avait rien ! C'est-à-dire que si je ne m’étais pas inscrit, ou pire, si je ne possédais pas Internet, l’association serait toujours inconnue de la CPAM, à laquelle, je vous le rappelle nous cotisons par l’intermédiaire de l’Urssaf pour cette salariée depuis 2009 et bien antérieurement plus globalement. Au delà de cette absence de liaison informatique entre les fichiers de la CPAM et ceux de l’Urssaf qui est la branche recouvrement, je suis obligé de constater qu’un gros dossier contenant une demande d’indemnités journalières, les copies de 2 arrêts de travail, 12 bulletins de salaires et un Rib n’alerte personne à la CPAM. Non, personne là-bas ne réagit à une entreprise possédant une salariée malade et un numéro de SIRET ! On laisse pourrir les situations. On s’en lave les mains et l’envoi de 2 mails pour obtenir une réponse ne change rien à l’affaire. On a dégraissé des effectifs, les dossiers s’amoncellent, pourrissent si on n’y prête pas garde et personne n’est prêt à changer les choses. Les dernières paroles du conseiller qui m’a reçu sont significatives de cet état de fait: « votre association n’est pas prioritaire dans le traitement des dossiers car il y a des urgences plus importantes que la vôtre à s’occuper ! » Tout est dit et deux mois d’attente sont paraît-il un délai normal !!!!

     

    -2eme exemple : Ma mère est décédée en novembre 2014 laissant à ses trois héritiers dont moi, un petit pécule provenant de la vente de sa maison, vente indispensable d’abord à son maintien dans un service spécialisé Alzheimer d’une maison de retraite. Elle y est restée 6 ans et ce petit pécule restant était essentiellement composé d’un compte bancaire, de livrets d’épargne et d’un contrat d’assurance-vie. En ma qualité de tuteur et sur demande du juge des tutelles, j’ai chargé un notaire du partage de cette succession. A cet instant, j’ignorais que l’assurance-vie ne serait pas traitée par le notaire, j’ai donc à ce sujet, entrepris personnellement toutes les démarches et fait le nécessaire avec la Banque Postale et le service des Impôts compétent et les droits qui étaient dus, essentiellement par mon neveu, ont été réglés en temps et en heure. Dès le décès de ma mère, j’avais écrit à tous les collectivités, à tous les organismes et bien évidemment au centre des Impôts dont elle dépendait, leur communiquant au passage tous les renseignements qui m’avaient paru utiles et notamment la situation des comptes bancaires au jour du décès. Le Centre des Impôts en question a reçu en quelques mois pas moins de quatre lettres recommandées avec accusé de réception à propos de cette succession soit pour la partie traitée par le notaire soit pour l’assurance vie. Malgré ça, il y a quelques jours, soit 17 mois après le décès, je viens de recevoir sous la forme d’un questionnaire, un demande m’informant que je n’avais pas déposer, comme il se doit, une déclaration de succession. Oh surprise bien évidemment ! En effet, le nécessaire ayant été fait pour le contrat d’assurance-vie, j’étais bien évidemment persuadé que pour le reste du partage, ça faisait partie de la mission du notaire que d’établir une déclaration de succession. Que nenni m’a répondu le notaire : « l’actif successoral de votre mère étant inférieur à 50 000 €, les héritiers en ligne directe sont dispensés du dépôt de la déclaration. Il vous suffit de compléter le formulaire joint en y portant les sommes figurant sur les comptes de votre mère au jour de son décès et de le retourner aux impôts ». C'est-à-dire que j’ai payé un notaire fort cher pensant qu’il se chargerait de toutes les déclarations fiscales et que malgré ça, je dois encore « me taper » le remplissage d’un questionnaire en y mentionnant des chiffres que j’avais déjà communiqué au Centre des Impôts en question quatre jours après que ma mère soit décédée. Outre la colère qui prédomine en cette circonstance, j’ai eu le vague sentiment de vivre en plein délire et les seules questions qui me turlupinaient sans cesse concernaient le fonctionnement général de l’Administration française : «  mais comment la France peut-elle fonctionner correctement avec si peu d’organisation ? » « Voilà où passe notre argent, on occupe des personnes inutilement, on envoie des formulaires à remplir alors qu’il suffirait d’un brin de discipline pour s’apercevoir que les renseignements ont déjà été fournis et figurent déjà au dossier ! ». Bon, ça m’a coûté un recommandé supplémentaire et voilà au moins une administration, la Poste, qui dans cette affaire y a trouvé son compte !

    Aujourd’hui, je suis dans l’attente d’une réponse à ces deux dossiers et je ne peux pas m’empêcher de me dire à quand les prochains ahurissements ? À quand les prochaines consternations ? À quand les prochains ébahissements ? Si je croyais en Dieu, je pourrais dire « Dieu seul le sait » mais je n’ai même pas ça pour me consoler ! Non seuls, les fonctionnaires le savent et encore permettez moi d’en douter !

    Et cette dernière réflexion me rappelle le titre assez marrant d’une B.D qui s’intitule « Dieu n’aime pas les fonctionnaires » de Pierre-Marie Windal et je me dis que peut être je suis un peu comme dieu, moi non plus je ne les aime pas les fonctionnaires ? Non, ce n’est pas possible, mes deux enfants sont fonctionnaires et je les aime par dessus tout ! Alors je peste et il ne me reste que ça !

    Je suis donc un peu que comme ces 66% de français, lesquels, estimaient au travers d’un sondage TNT Sofres de 2011 que l’Etat ne mettait pas suffisamment de moyens à leur disposition. Mais alors, où va l’argent de nos impôts ?


    1 commentaire
  • DEPART. - TITRE DU RECIT - (POUR VISIONNER L'ARTICLE, CLIQUEZ SUR LA RANDONNEE CHOISIE)

    Ce menu déroulant est directement suivi de petits résumés et de liens permettant d'accéder à ces randonnées.

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    66/11        En vadrouille dans le fenouil ou le Tour des Fenouillèdes en 5 jours

    66             Le Pic des Tres Estelles (2.099 m) en 2 jours depuis le Pas de Grau (1.190 m)

    13             Cassis-Marseille en 2 jours-Un Balcon sur la Méditerranée.

    66             Sur les hauteurs d'une vallée âpre ou le Tour du Vallespir en 6 jours

    66             Des merveilles au pays d'Alysse ou le Tour du Coronat en 6j.

    15             Raquettes à Laveissière (Cantal)

    66             Un cauchemar pour trois étoiles ou le Tour des Tres Estelles

    48/30        Au pays des inextricables montagnes bleues ou 6j sur le GR.70

    43/48        Des paysages en couleurs ...pour quatre sous ou 6j sur le GR.70

    39             Dans les pas des moines défricheurs ou 6j. dans le Haut-Jura.

    63             Comme les cailloux du Petit Poucet ou 7 j. sur le GR.30

    63             Des puys pour deux fous ou 5 j sur les sentiers d'Auvergne

    09/66        GR10-Les Conquérants de l'agréable (Mérens-Mantet)


    votre commentaire
  • Les seules prétentions de ce blog sont :

    - de vous faire aimer la randonnée pédestre,

    - de prouver que la marche reste le meilleur moyen et en tous cas le plus paisible, pour découvrir la nature, paysages, faune et flore ainsi que notre beau patrimoine si diversifié,

    - de démontrer, mais est-ce nécessaire ?, que notre France est "merveilleuse"  un peu partout.

    Alors bien sûr, en randonnée pédestre, si le premier objectif demeure l'observation ou/et la contemplation pour la découverte, le deuxième est de respecter et de protéger cette nature très souvent si fragile. Le premier objectif ne restera réalisable que si le second est constamment poursuivi et satisfait.

    Mon blog se veut aussi un lieu d'échanges, aussi n'hésitez pas à me laisser des commentaires voire des remarques. Vous souhaitez poser des questions ? Autant que mon emploi du temps le permettra, j'essaierais d'y répondre au plus vite.

    Le blog se présente sous la forme d'un certain nombre de modules agencés en rubriques. Ces rubriques sont composées elles-mêmes d'articles. Au niveau des titres, les chiffres entre parenthèses représentent le nombre d'articles au sein d'une rubrique.

    - Pour les randonnées, ces rubriques sont ordonnées par départements ou régions et à l'intérieur de chacune d'entre elles, vous trouverez un menu déroulant reprenant toutes les "belles randonnées réalisées et expliquées", classées par titres et dans un ordre alphabétique. Il suffit de cliquer sur la randonnée choisie pour découvrir l'article en question toujours présenté sous la forme d'un récit personnel, agrémenté d'un diaporama Dailymotion et d'une photo représentative. Ces photos sont toutes reprises dans une rubrique intitulée "la galerie photos" quand aux diaporamas, vous pouvez tous les retrouver directement chez Dailymotion sur ma page d'accueil (voir module autres blogs). La plupart des randonnées sont réalisables sur une journée mais un rubrique spéciale est consacrée à celles nécessitant plusieurs jours. Certaines d'entre-elles, les plus anciennes, renvoient vers mon vieux site perso chez Orange "Le Monde en Marche de JULLIEN Gilbert". Enfin, chaque article peut être commenté et une zone réservée à cet effet se trouve à la fin de chacun d'entre-eux. Dans un texte, tous les liens sont de couleur rouge. Les photos et cartes des articles sont à agrandir en cliquant soit directement sur la photo soit sur la mention "taille réelle".

    -Outre les rubriques directement dédiées aux randonnées, il y en a quelques autres plus spécifiques que je vous laisserais le soin de découvrir :

    La News :  Sous la forme d'un bref aperçu, elle est systématiquement consacrée à la prochaine randonnée ou balade qui sera expliquée.

    Mon Journal Mensuel : Chaque mois, il reprend sous la forme d'un article, d'un billet ou d'une chronique, un sujet qui me tient particulièrement à coeur, sujet purement personnel ou pouvant être pioché dans l'actualité.

     

    Enfin, comme dans tout blog qui se respecte, le mien ne fait pas exception et vous trouverez les habituels modules qui font leur richesse et que l'on retrouve à peu près partout à savoir : inscription possible à la Newsletter, Livre d'Or, module de contact, de recherche, nuages de tags, archives, sondages, statistiques, forum, liens vers mes autres blogs ou sites Internet amis. Accès vers le réseau social Facebook.

    Nota : Parmi tous ces modules, tous ne sont pas encore opérationnels mais sachez que mon but est qu'ils le deviennent au fil du temps. Alors merci de votre compréhension et de votre patience.

    Merci pour vos visites et votre fidélité.

    A bientôt pour de nouvelles et "Belles Randonnées Expliquées".

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • PAYS - RANDONNEES EN ESPAGNE (pour visionner un article, cliquer sur la randonnée choisie)

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    ES     Le Vall de Núria depuis Ribes de Freser

    ES     Les Volcans d'Olot et le Parc Naturel de la Zone Volcanique de la Garrotxa


    votre commentaire
  • Chaque mois, "Mon Journal Mensuel" reprend sous la forme d'un article, d'un billet ou d'une chronique, un sujet qui me tient à coeur.

    Sujets d'actualités ou de société, récits d'un vécu personnel voire intimes, rien n'est jamais prévu à l'avance mais mon côté "réac" y est souvent présent. "Réac" mais dans le sens noble du terme c'est à dire en réaction contre toutes les tendances négatives mais si possible, toujours avec sensibilité, dérision et humour.

    Vous trouverez ci-dessous tous les articles rédigés depuis 2010 présentés avec un menu déroulant par date.


     

    Mois/An - Articles (pour visionner l'article, cliquez sur l'article choisi)

    P (article perso) S (société) A (actualité)

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    sept.-17       P      Abus, outrances et faillite de la Médecine du Travail

     aoû-17        A      Neymar plus fort que Macron !....ça ne peut plus durer !

    juil-17         A      Soldats et détenus....auxquels le meilleur sort ?

    juin-17        A      Trop c'est trop !.....Enough is enough ! 

    mai.-17         A      Après les troubles de l'élection......bonne chance Monsieur le Président....

    avr.-17         A      La stature ?

    mars.-17       A     Présidentielle, pestilentielle....

    févr.-17       A      Deniers publics détournés et citoyens derniers informés !

    janv.-17       S      Colissimo rimerait-il avec mafioso ?

    déc.-16        P      Valou et le voyage au Futuroscope....

    nov.-16        A      Il y a urgence....la médecine est malade !

    oct.-16        A      Mais où passe notre argent ?

    sept.-16      A       Itsi bitsi petit burkini

    aoû-16         P       Loupé ou l'injustice du foot !!!!

    juil-16         A       Rester vivant ! Oui, mais comment ?

    juin-16        S      Je veux rester souverain dans mon pays et vous ?

    mai.-16        A      Les affiches de la honte

    avr.-16        A      Des bzzzz......qui font le buzz.......

    mars.-16      P       Voyage au Centre du Monde......

    févr.-16      P       Dieu n'aime pas les fonctionnaires, moi non plus ?

    janv.-16      S      Où va la France ? Vers le déclin ?

    déc.-15       A      C'était prévisible !

    nov.-15       S      Les Contribuables Associés, vous connaissez ?

    oct.-15       S       Le modèle social français, c'est quoi au juste ?

    sept.-15      A      E comme E.N.A....émotion non autorisée....

    août-15       P      Souvenirs halieutiques....

    juil.-15       A      La Nouvelle Guerre de Cent Ans ?

    juin-15        A     Une vraie info sur Daesh ? Allez voir à dache !

    mai-15        P      Le blues de Sormiou....ou le blues de la calanque bleue....

    avr.-15        A      Vol 9525 de la Germanwings.....pourquoi ?

    mars-15      P      Fin d'une vie......hommage à ma mère

    févr.-15       S      Protection des personnes, sécurité, justice......valse-hésitation !

    janv.-15      A      Liberté 3 - Barbarie 17

    déc.-14       A      Hommage à Tugce Albayrak

    nov.-14       P      Elle, Adrienne, ma mère.....

    oct.-14       A      Daesh lave plus noir.....hommage à ses victimes...

    sept.-14     P       Jean-Claude et la cruelle injustice.

    août-14      P       Pensées et réflexions d'été....ou la France aux deux visages....

    juil.-14       S      La minute nécéssaire de Monsieur Sarkosy.

    juin-14       S      Mais elle est, ma préférence à moi.....

    mai-14       S      Contre la réforme pénale Taubira

    avr.-14       P      Du Tour des Rêves au Tour des Hypocrites....

    mars-14     P      Naissance et vie d'un pseudo.....

    févr.-14      P       Minette ou beaucoup de bonheurs perdus....

    janv.-14     P       Ma mère et les prélèvements sociaux, CSG, RDS, CASA et tutti quanti.....

    déc.-13      S      L'Affaire du Ponant. D'accord ou pas d'accord ?

    nov.-13      P      Un p'tit bouquet de roses

    oct.-13       S      Rions un peu !

    sept.-13     S      Quand l'Injustice......

    août-13      P      Orange, une horrible mécanique !

    juil.-13       S      Nos grands élus, une caste d'Intouchables ?

    juin-13       P      Bingo, j'ai ma retraite !

    mai-13       P      Nina de Llugols ou la photo de bonheurs retrouvés

    avr.-13       A      En politique, tout c'est Filoche !

    mars-13     P      Mes trous à la Sécu....

    févr.-13      P      Albert Falco, mes bleus souvenirs...

    janv.-13     S      Les pièges des cons.

    déc.-12      S      Sauvons l'Amazonie !

    nov.-12      A      Il s'appelait Pierre Lambert....

    oct.-12       P      Love me do .....merci m'man !!!

    sept.-12     S      Neil, Buzz, Pete et les autres...arpenteurs de Lune.

    août-12     A      La crise, une chance pour l'Europe ?

    juil.-12      P      Le petit chien de porcelaine

    juin-12      P       Madère, une perle dans l'Atlantique !

    mai-12      P       Mon grand-père Gabriel, ce héros...

    avr.-12      A      Comme les dix doigts de mains....mutilées.

    mars-12    A      « Eh ben, casse-toi pauv’con ! »

    févr.-12     S      Une Justice bien trop laxiste.

    janv.-12    S      L'Homme, futur ange ou futur démon ?

    déc.-11     S      Partons à la chasse au gaspi alimentaire !!!

    nov.-11     A      Je soutiens Joël Censier.

    oct.-11     P       Un Tour du Bonheur

    sept.-11    S      Le 11 septembre 2001, le rêvé américain brisé....

    août-11    A      Les petits doivent-ils toujours payer pour les gros ?

    juil.-11    A      Oslo, l'attentat inexpliqué ?

    juin-11    A      Les germes d'une révolution en Europe ?

    mai-11    A      DSK, l'ignoble curée médiatique américaine !

    avr.-11    A      Japon, 11 mars 2011....nous ne savions pas !....

    mars-11  P       Plus le temps passe et plus je vieillis.....Hommage à mon ami Gilou....

    févr.-11   P       Ma mère est un numéro ?

    janv.-11   S      Regards nouveaux sur l'Islam

    déc.-10    P      Mes beaux parents et le gant blanc de Marcel Cerdan

    nov.-10   A      Monsieur Sarkosy, libérez Ghesquière et Taponier !

    oct.-10    P      Elle s'appelait Milie....

    sept.-10   P      Oui, j'ai aimé la corrida !!!

    août-10   P       Hier un petit ange est né ! Dans le monde de Mad Max ?

    juil.-10    P       Monique, une fille super !!!

    juin-10    P      Un fantastique contact !!!

    mai-10     A     BP = British Pétroléum = Beaux pourris = Belle pollution

    avr.-10     S      L'église catholique et la pédophilie :

    mars-10   A      Football, une fracture d'espoir !

    févr.-10    P      Liberté, égalité, fraternité ?

    janv.-10   A      Haïti, un horrible malheur !


    votre commentaire
  • DEPART. - RANDONNEES DANS LES HAUTES-PYRENEES (pour visionner un article, cliquez sur la randonnée choisie)

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    65     La Cabane d'Ourtiga (1.620m) depuis Germ (1.339 m)

    65     Le Cap de Hont Nère (1.916m) et Mont depuis le Col de Peyresourde (1.569m)

    65     Le Lac de Génos-Loudenvielle (Hautes-Pyrénées)


    votre commentaire
  • DEPART. - RANDONNEES DANS LES VOSGES (pour visionner un article, cliquez sur la randonnée choisie)

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    88     Le Sentier de découverte du Ballon d'Alsace (1.247 m)

    88     Le Sentier panoramique du Grand Ballon ou Ballon de Guebwiller (1.424 m)


    votre commentaire
  • DEPART. - RANDONNEES EN GIRONDE (pour visionner l'article, cliquez sur la randonnée choisie)

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    33     Le Parc Ornithologique du Teich

    33     Les Prés Salés d'Arès et de Lège-Cap Ferret suivi de la Dune du Pilat.


    votre commentaire