•  
    LE CHEMIN DE VIVES.........depuis Vivès par jullie68
    LE-SENTIER-DE-VIVES
    Voir taille réelle
    CHEMINVIVESIGN

    Cette petite randonnée au « Chemin de Vivès », c’est ainsi qu’elle est mentionnée sur les panonceaux indicatifs, je l’ai trouvée un peu par hasard sur le site du Conseil Général des Pyrénées-Orientales. Si je dis par hasard, c’est parce qu’en cherchant des images sur Google, je suis tombé sur une carte géographique de cette boucle pédestre puis dans la foulée sur le site où des « Rando-Fiches » de diverses balades étaient téléchargeables. Parmi ces fiches, celle de ce « Sentier de Vivès » dont la brève description m’avait donnée envie d’y aller voir. Cette description disait « Depuis Vivès, village des Aspres qui a su conserver son caractère typique, cette randonnée permet de découvrir des vues grandioses sur le massif des Albères et le Canigou, dans une flore typiquement méditerranéenne ».  Bien évidement, « village typique » «vues grandioses » « Canigou » et « flore méditerranéenne » étaient des mots qui ne me laissaient pas indifférent. Ces quelques mots me laissaient d’autant moins indifférent que je venais de finir une superbe randonnée sur le « Circuit des Minerais » à partir de Villefranche-de-Conflent et que cette description du Sentier de Vivès, j’aurais pu parfaitement la transposer à cette dernière balade. Or mis la vue sur les Albères, tout le reste s’était vérifié : Villefranche et Corneilla-de-Conflent comme villages au caractère typique, vues grandioses et permanentes sur le Canigou et un nombre incroyable de fleurs et de plantes différentes que j’avais eu l’immense plaisir de voir et de photographier. Sans compter la faune qui s’était également invitée ce jour-là. Quand, le 4 juin, Dany et moi sommes partis à Vivès, huit jours seulement s’étaient écoulés mais c’est à croire que les Aspres et le Conflent, régions en partie limitrophes ou éloignées de quelques dizaines de kilomètres seulement, sont aux antipodes l’une de l’autre sur le plan floristique. Pourquoi, dis-je cela ? Parce que la quantité de fleurs, la variété des espèces et la fraîcheur de la flore aperçue sur ce Sentier de Vivès n’ont aucune commune mesure avec la vision que j’avais eue de la végétation sur le Circuit des Minerais huit jours plutôt. Ici, dans cette garrigue des Aspres, la plupart des plantes fleuries sont déjà rentrées dans une phase terminale de fanaison alors que les fleurs rencontrées en Conflent étaient encore bien épanouies. Pourtant,  les deux contrées sont situées à ce que les spécialistes appellent  « l’étage de végétation méditerranéen » et d’ailleurs, on y rencontre sensiblement les mêmes variétés. Mais à bien y réfléchir, tout ça est semble-t-il très normal. Situé à 150 mètres d’altitude seulement, Vivès est bien moins haut qui Corneilla-de-Conflent, perché à 550 mètres. Il y fait donc bien plus chaud et la pluviométrie y est donc bien plus faible. De ce fait, et plus globalement, le réseau hydrographique, pourtant très important, y est bien moins généreux en eau à cette époque de l’année. Ce n’est donc pas pour rien que cette région s’appelle « Aspres » et que les terres rencontrées sont décrites par les spécialistes comme « âpres » c'est-à-dire plutôt sèches et même arides selon la saison. De l’autre côté, le poète audois Joseph Delteil qualifiait le Conflent de « Roussillon vert ». Alors bien sûr, avant de démarrer cette balade sur le Chemin de Vivès, je n’ai jamais imaginé qu’il pouvait y avoir autant de différences entre ces deux balades à quelques jours d’intervalle. Non, avec Dany, nous sommes partis vers Vivès, sans trop nous poser de questions, je pourrais presque dire « comme des fleurs », fraîches au départ, un peu moins à l’arrivée en raison des températures qui ont sévies ce jour-là. En raison du grand beau temps,  nous avons surtout pensé à emporter beaucoup d’eau et à notre accoutrement. Nous avons opté pour un simple short et un tee-shirt léger et moi, à cause de mon crâne dégarni, il était important que je n’oublie pas ma casquette. Il n’est pas encore 10 heures quand nous arrivons au centre de Vivès et le thermomètre de ma voiture annonce déjà une température extérieure de 28 degrés. Le départ s’effectue depuis le grand parking jouxtant la place Pierre Oms, la place principale du village. Nous sommes à peine début juin, il fait une journée estivale et déjà très très chaud. Un soleil généreux et un ciel bleu et pur sont de la partie. Tant mieux. Le balisage jaune est situé sur le grand mât métallique d’un réverbère. Il faut se diriger vers le haut et le fond du parking où à côté d’une petite habitation isolée démarre une rampe terreuse. Quelques mètres plus haut, la rampe débouche sur une vaste esplanade que l’on traverse pour atterrir sur une allée longeant l’arrière de quelques jolies villas. En continuant, on arrive très rapidement sur la départementale D.13 à l’endroit même où se trouve le panneau de sortie d’agglomération. Là, on traverse la route bitumée et l’on monte en face une nouvelle rampe terreuse nous amenant au sommet de la Serre de las Aires, point culminant de la boucle à 267 mètres d’altitude. Le balisage est bon et un panonceau « Chemin de Vivès » est bien visible. Ils le seront tout au long de la boucle et à 99 %, le petit 1% manquant étant situé juste avant le Mas Santa Teresa et se résolvant à l’aide du G.P.S où j’ai, comme à mon habitude, enregistré le tracé. Bien évidemment, dès que l’on démarre cette rampe, les vues plus ou moins lointaines s’entrouvrent peu à peu. D’abord, c’est le village, en contrebas, qui attire le regard puis on observe les montagnes du Bas-Vallespir ; Pilon de Belmaig, Roc de France et Pic des Salines principalement. Quelques foulées supplémentaires et c’est le Massif du Canigou encore un peu enneigé qui surgit. Il est épinglé de quelques petits nuages blancs épars. Au loin, derrière nous, les Albères dévoilent leurs crêtes ondulées. De ce côté-là, c'est-à-dire vers la mer, le ciel est d’un bleu plus gris, synonyme de marinade et d’un temps très lourd.  Si la marinade n’est pas encore là, le temps très lourd, lui, est déjà bien présent. Une chaleur quasi suffocante envahit le maquis. L’horizon est laiteux et n’a plus rien à voir avec la transparence et l’éclatante lumière que j’avais connues sur le Circuit des Minerais. Ici, le chemin se faufile dans une broussaille impénétrable faite de petits buissons pour la plupart arbustifs, épineux et ligneux. On y rencontre des ajoncs et des bruyères arborescentes en grande quantité mais aussi des cistes, des prunelliers, des buplèvres, des églantiers, des arbousiers, de la salsepareille, du romarin, des genévriers, des genêts, des lavandes, des asparagus, des filaires, des rosiers sauvages, des ronciers, des buis et bien évidemment des chênes verts, quelques chênes pubescents et des chênes-lièges, ce dernier étant l’arbre emblématique des Aspres. Ici je n’évoque que les arbrisseaux les plus hauts mais pour les plantes plus basses, la plupart sont déjà sèches ou en voie de fanaison. Plus exceptionnellement, quelques unes d’entre-elles portent encore quelques rares fleurs. Finalement, on s’aperçoit très vite que les graminées ont déjà pris la place des fleurs sur les bords du chemin : brachypode rameux, brize, brome, houlque, dactyle, lagure, mélique et autre folle avoine et j’en oublie encore dévoilent la belle diversité de leurs jolies caryopses ou de leurs épillets. Au sommet de la Serre de las Aires, l’itinéraire fait demi-tour et descend vers l’Institut Méditerranéen du Liège. Je le pensais « visitable » mais le bâtiment semble fermé et désert malgré une voiture garée devant la porte. Pour moi, ce n’est pas bien grave, car avant de venir ici, j’ai déjà amplement visité son site Internet, par ailleurs fort intéressant. Quand à Dany, qui a pris un peu d’avance sur moi, à cause de ma frénésie photographique, le « liège » doit sans doute rimer avec « piège » car elle passe devant le bâtiment sans même s’arrêter et tout juste prête-t-elle un coup d’œil furtif aux monceaux d’écorces amassés. Du coup, moi aussi, je poursuis sans pratiquement m’arrêter. L’itinéraire coupe une nouvelle fois la D.13. Le chemin s’élargit et se transforme en une piste D.F.C.I bien plus large.  La piste monte, laisse entrevoir des vues lointaines de tous côtés et notamment vers la Plaine du Roussillon et la côte maritime jusqu’ici occultées. Puis la piste redescend, s’aplanit, redescend encore puis remonte vers le Puig de les Gantes (223 m). Sur cette portion du chemin, quelques lopins de terre sont désormais occupés par des vignes et contrastent avec des champs en jachère et la garrigue environnante. A l’approche du « puig » et sur tous les coteaux ensoleillés, les vignobles se font de plus en plus nombreux. De ce fait, les décors ondoient et apparaissent plus ouverts. Mon numérique est bien occupé à photographier tout et n’importe quoi : les panoramas et la flore bien sûr, mais aussi un couple de lézards dans une position sans équivoque et quelques oiseaux et papillons. Dans une maison abandonnée, je constate que le « street art » s’invite désormais jusque dans la campagne aspréenne et j’en profite pour photographier quelques magnifiques graffitis aux couleurs lumineuses. Après le puig, il ne faut pas oublier de monter jusqu’à la table d’orientation qui se trouve à la côte 203 de la carte I.G.N. Elle permet de mettre des noms sur tous ces lieux et beaux panoramas que l’on embrasse du regard. L’itinéraire descend désormais vers le lieu-dit  « Creu Blanca » et à l’endroit même où la piste terreuse se transforme en voie carrossable bitumée, on décide de s’arrêter. Un peu de repos et un repas vont nous faire le plus grand bien. Il est midi, la chaleur est écrasante et il est temps de passer à table. Sous le soleil, boire c’est très bien mais boire et manger c’est encore bien mieux quand on veut éviter les coups de fringale. Mais la fringale est déjà là, sans doute à cause de la chaleur qui règne. Ici, la table est immense et herbeuse, la terrasse impayable et les convives virevoltants. Photographier des papillons, des sauterelles et des oiseaux tout en déjeunant, ça peut paraître « mission impossible » et pourtant je m’y essaie avec un certain succès. Un peu requinqués, nous repartons sur l’asphalte d’une route de campagne. Cette route descend tout en douceur jusqu’à Saint-Jean-Pla-de-Corts où elle rejoint la D.13. Cette dernière entre dans la cité et nous emmène jusqu’à la jolie chapelle Saint-Sébastien. La chapelle est parfaitement restaurée et très originale avec son petit cloître en guise de préau. Sa toiture, son clocher et les arbres qui les couronnent semblent faire le bonheur des moineaux, des étourneaux et des rouges-queues noirs, qui eux-mêmes font mon propre bonheur et celui de mon appareil-photo. Après la chapelle, l’itinéraire tourne à angle droit et se poursuit en laissant la voie ferrée et la D.115 filant vers Céret sur la gauche. On peut regretter qu’il n’aille pas faire une visite plus approfondie de la commune. Mais bon, après tout, nous sommes sur le Chemin de Vivès et pas sur celui de Saint-Jean-Pla-de-Corts, alors on continue. Après un bout de route bien rectiligne, le parcours devient commun avec une « voie verte » et enchaîne des petites portions terreuses ou goudronnées où virages et lignes droites se succèdent et ce, jusqu’au Mas Santa Teresa joli domaine campagnard bien paisible.  Au loin, sur la gauche, le magnifique château d’Aubiry, avec son architecture style « art nouveau » si particulière, apparaît dans son cadre de verdure. Après le mas, l’itinéraire enjambe un ruisseau, le longe puis s’en éloigne en s’élevant au dessus du domaine du Mas de Sant Miquel. Sur une piste terreuse devenant de plus en plus large, les vastes panoramas vers le Massif du Canigou et le Vallespir se dévoilent à nouveau. A l’intersection de plusieurs pistes, le balisage jaune nous précise de toutes les ignorer au profit d’un chemin plus étroit descendant dans une végétation plus dense et plus verdoyante. Ce chemin file en sous-bois directement vers Vivès où il atterrit dans le lit d’une rivière asséchée. Une rampe cimentée nous en sort et se poursuit par la rue Sébastien Coste, dont une plaque nous apprend qu’il fut un ancien maire du village. La ruelle nous amène vers le centre de Vivès. Agréables venelles, belles maisons de caractère et jolie église du 12eme siècle confirment le caractère typique de la description publicitaire lue sur le site Internet du Conseil Général. Le clocher-mur de l’église Saint-Michel avec ses deux baies en pierres de schistes, galets de rivières et « cayroux » est tout particulièrement remarquable et caractéristique de l’art roman en Roussillon. Nos pérénigrations dans le village nous amène jusqu’à l’Hostalet, le seul restaurant de Vivès.  Pour moi, les souvenirs ressurgissent. Je n’y ai mangé qu’une seule fois, il y a exactement 23 ans de ça, mais j’en garde un souvenir impérissable. A l’époque, je travaillais chez un transitaire du Boulou et avec plusieurs amis salariés, nous fêtions à notre manière, l’abolition définitive des frontières douanières de l'accord de Schengen qui allait intervenir au 1er janvier 1993. En réalité, nous fêtions le plan social, c'est-à-dire le licenciement de plusieurs d’entre eux. Le mien allait suivre l’année suivante. Ce soir-là, je n’ai jamais vu autant de viande sur une table et ça allait bien au-delà de ce qu’on appelle ici la « boutifarre » car là, il y avait une multitude de viandes et charcutailles différentes cuites au feu de bois. Quand nous avons terminé, nous avions le sentiment de n’avoir presque rien touché tant le patron de l’Hostalet en avait mis à notre disposition et pourtant nous étions onze à table, dont dix hommes et la plupart d’entre nous avaient un très bon coup de fourchette. Après la viande grillée, on nous a amené une omelette norvégienne « pantagruélique » et là, à nouveau, il en est resté pour encore dix ou quinze personnes.  Je me souviens que nous nous étions presque excusés d’avoir laissé tant de « choses » sur la table car nous pensions que c’était un horrible gaspillage mais d’un air très désinvolte, le patron nous avait rassuré en disant « n’ayez aucune inquiétude, chez moi tout est recyclé et ce que vous n’avez pas mangé, ça repart aux cochons ! »  Voilà, la seule image que j’avais jusqu’à présent de Vivès, l’image de l’Hostalet, un restaurant devenu haut-lieu de la gastronomie catalane et que Gargantua n’aurait sans doute pas renié. Bien évidemment, j’ignore si de nos jours, c’est encore comme ça ! Je me suis promis d’y retourner et si cette promesse se réalise, je vous dirais comment ça s’est passé. Maintenant, j’ai d’autres images de Vivès, celle de ce joli village des Aspres que je n’avais jamais eu l’occasion de visiter, mais aussi celle de cette petite boucle plutôt agréable qui tourne autour de lui et qui permet des vues grandioses sur le Massif du Canigou et sur celui des Albères. La publicité du Conseil Général n’est pas mensongère à un détail près : si vous souhaitez randonner au sein d’une flore typiquement méditerranéenne encore fleurie, allez-y un peu plutôt dans la saison, en avril ou mai par exemple, et en plus la température sera sans doute plus agréable pour marcher. Cette boucle est longue d’environ 11 km. Le dénivelé de 155 mètres est très modeste tout comme les montées cumulées de 385 mètres. Carte I.G.N 2449 OT CéretAmélie-les-BainsPalalda Vallée du Tech Top 25.

    Enregistrer


    votre commentaire
  •  
    LE CIRCUIT DES MINERAIS....depuis Villefranche... par jullie68

    Comme je le fais régulièrement, ce circuit pédestre au départ de Villefranche-de-Conflent, je l’ai d’abord imaginé sur la carte I.G.N et de ce fait, j’ignorais totalement qu’il existait et qu’il avait été appelé le « Circuit des Minerais ». Je ne l’ai su qu’à mon retour et je m’en explique à la fin de cet article. En tous cas, sur la carte I.G.N, ce tour pédestre n’avait pas de nom et même si je n’avais aucune prétention d’une quelconque paternité, en analysant le parcours, si j’avais dû lui en donner un, je l’aurais certainement appelé les « Balcons des Trois Vallées » En effet, et même si le nom de « Circuit des Minerais » n’est pas inapproprié, les mines étant nombreuses, je le trouve assez réducteur car il n’y a pas que ça à découvrir et le patrimoine historique est également très important. Cet intitulé de « Balcons des Trois Vallées » m’aurait paru judicieux car l’essentiel de l’itinéraire s’effectue sur des crêtes dominant respectivement les vallées de la Têt, du Cady et de la Rotja. Ces principales crêtes ont pour noms « Canalettes », « Badebany », « Serrat d’en Parot » et « Ambouilla » et toutes ont pour point commun de dominer une de ces trois vallées quand ce n’est pas les trois en même temps comme c’est le cas du Massif des Canalettes dès lors que l’on atteint son sommet. Il est vrai que ce dernier massif comme celui d’Ambouilla sont bien plus connus pour la magnificence de leurs grottes souterraines que pour leur pinacle. Personnellement, j’ai fixé le point de départ à Villefranche-de-Conflent, c'est-à-dire quasiment à la confluence des trois rivières, confluence dont on connaît l’importance puisque la plupart des historiens et des géographes sont d’accord pour dire qu’elle aurait engendrée le nom même de cette région c'est-à-dire le mot « Conflent ». Quand j’ai imaginé cette boucle, nous étions en hiver et je m’étais dit que ce serait bien de la garder pour le printemps et une belle journée anticyclonique. Une journée où j’aurais le bonheur de marcher sous un beau ciel bleu et un soleil éclatant. Le 26 mai, en regardant les prévisions météo, j’ai le sentiment que cette journée est peut être pour demain. Alors je prépare mon sac à dos et effectivement, le lendemain matin, la belle journée annoncée par Météo France est bien là. 8h15, je quitte Urbanya où je passe quelques jours entre restauration de ma petite maison, lecture, farniente et petites balades consacrées à de la photographie animalière ou floristique quand ce n’est pas à  la recherche de roches gravées néolithiques que l’on m’a signalées sommairement et que je cherche encore et en vain pour la plupart d’entre-elles. Dany, elle, est partie chez notre fille, en région parisienne et je n’ai donc aucun impératif ni aucune contrainte dans mon emploi du temps. Je suis donc libre comme l’air et j’adore la randonnée pédestre quand il en est ainsi. Avoir tout le temps devant moi, voilà ce que je préfère lorsque je marche ! Enfin, les mots « flâner » ou « vagabonder » conviennent bien mieux que « marcher » car je ne me fixe aucun délai pour arriver. 9h15, après quelques achats alimentaires dans un supermarché de Prades, en prévision de mon pique-nique, je gare ma voiture au Faubourg, quartier ouest et extra-muros de la cité fortifiée de Villefranche. Je traverse le Pont Saint André car je sais que le départ est là, de l’autre côté de la Nationale 116. Ici, le Massif des Canalettes dresse majestueusement sa paroi rocheuse et boisée et quand on est à ses pieds, on est toujours un peu impressionné par sa haute stature paraissant presque infranchissable. Enfin, c’est le cas pour moi car c’est la première fois que je viens y balader. Pourtant, si la sente monte régulièrement, le plus souvent c’est à l’ombre bien agréable des sous-bois d’immenses résineux et en de longues sinuosités rendant ainsi l’ascension bien plus endurable. Il y a même assez souvent des portions bien planes permettant de reprendre son souffle. Parfois, quelques fenêtres s’ouvrent sur le défilé de la Têt et sur son autre versant et c’est l’occasion de faire des pauses pour contempler les superbes vues plongeantes sur le vallon et Villefranche. Sur l’autre flanc du vallon, on n’oublie pas d’admirer la forêt domaniale du Coronat, l’étonnante chapelle Notre Dame de Vie et le monumental Fort Libéria. Au plus haut de la crête, on devine le clocher de la petite chapelle Saint-Etienne de Campilles, objectif d’une belle balade précédemment expliquée. On la découvre bien mieux une fois la grimpette complètement terminée. Pour moi, cette ascension est également synonyme de découvertes de la flore et de la faune de cette belle forêt et je vais mettre exactement 1h15 pour arriver au sommet. On notera que c’est le temps donné sur le petit panonceau du départ pour atteindre Corneilla-de-Conflent, c’est dire si ma flânerie est plus qu'excessive mais fleurs, oiseaux et papillons me ralentissent constamment. Maintenant, je comprends bien mieux pourquoi tous les grands naturalistes et botanistes des siècles précédents sont venus traîner leurs guêtres dans ces collines du Conflent. Au sommet, les panoramas s’entrouvrent merveilleusement et notamment vers l’ouest, vers les hauts sommets du Conflent et de Cerdagne et les hautes collines des Garrotxes. Vers le sud, le Massif du Canigou et celui des Tres Estelles saturent parfaitement l’horizon. Les panonceaux de randonnées sont nombreux et proposent quelques curiosités : Grande et Petite Tour de Badabanys, carrière de marbre et bien sûr, la direction que je dois suivre vers Corneilla-de-Conflent. Aucun panonceau n’indique le nom d’un quelconque « Circuit des Minerais ». J’ai le temps et je veux tout voir, alors je pars vers la gauche, visiter la Petite Tour de Badabanys. Une petite pancarte en raconte brièvement l’Histoire : « Soubassement et citerne, tour à signaux, mise hors service en 1346 par Pierre IV d’Aragon ». Toute une Histoire semble-t-il, mais bien trop brève à mon goût ! Après cette courte visite, je repars vers la Grande Tour qui n’est qu’à une centaine de mètres de la Petite. Là, il est mentionné : « Chemise annulaire, fossé et citerne, tour à signaux, détruite après 1659 par Vauban ». Pour des explications historiques plus approfondies, il me faudra voir si Internet est un peu plus bavard. Je pars avec l’idée d’aller vers la carrière de marbre mais ici à la Grande Tour, aucun balisage clair et précis n’y mène vraiment et seul un balisage jaune bien présent file vers Corneilla. D’un autre côté, je n’ai pas trop envie de rebrousser chemin une fois de plus. Alors après être descendu sur un large chemin, il faut que je me rende à l’évidence, je me suis sans doute un peu trop éloigné de la carrière de marbre. Alors je sors mon G.P.S dans lequel j’ai pris soin d’enregistrer les coordonnées. Bien m’en a pris car j’ai déjà dépassé la bifurcation qui mène à la carrière. Alors, je fais demi-tour, coupe parfois au milieu de la garrigue et finalement arrive devant un petit cirque rocheux entouré par endroits d’une clôture en grande partie arrachée.  Cette fois, dans ce terrain bien dégagé et en raison du grand beau temps, mon vieux G.P.S a fait preuve d’une précision « horlogère » et m’a amené sans problème jusqu’à la « fameuse » carrière de marbre dite de Villefranche. Car c’est bien ici que l’on a extrait et buriné la quasi-totalité de tous ces blocs qui ont fait la réputation du marbre rose de toute cette contrée. Une réputation bien au-delà des frontières du département même si ce dernier a bénéficié en premier de cette richesse. A titre d’exemples et pour ne citer que les lieux les plus connus, on retrouve de ce marbre rose dans presque tous les grands édifices religieux : à Serrabonne, à Marcevol, à Saint-Michel de Cuxa, à Elne, à Perpignan et bien évidemment à Villefranche. Il faut savoir qu’au 18eme siècle, il y avait 9 carrières de marbre rose en activité tout autour de Villefranche. Ici, au pied de la mine à ciel ouvert, il suffit de se baisser pour trouver encore quelques fragments de minerais rouges marbrés de blanc. D’autres découvertes m’attendent et je ne m’éternise pas sur le site, qui au demeurant est entouré de grillages et paraît donc soit dangereux soit interdit au public soit les deux. Je reprends le sentier, qui très rapidement se transforme en piste. Depuis cette piste, toujours en descente, le regard embrasse magnifiquement Corneilla-de-Conflent et la Vallée du Cady. Plus loin, on aperçoit Vernet-les-Bains, au pied du pic du Canigou encore un peu enneigé. Quel fabuleux spectacle ! J’en oublie les raccourcis de l’itinéraire et emprunte la piste dans sa totalité mais ce n’est pas bien grave car cette absence m’offre des vues supplémentaires et inespérées sur le Massif du Coronat, Fuilla, le vallon de la Rotja et au loin sur le pic des Tres Estelles et les autres hauts sommets de la crête frontière. Finalement, j’atteins le superbe dolmen dit de Cobartorat que les historiens ont daté du chalcolithique c'est-à-dire de 2000 ans avant J-.C. Je le fige sur quelques photos. Je cherche une pierre gravée de cupules mais en vain. Là, plutôt que de descendre directement vers Corneilla, je décide de poursuivre vers la vieille chapelle ruinée de Saint-Clèment de la Serra. Outre la chapelle, je veux également partir visiter les anciens fours à fer aujourd’hui abandonnés mais dont j’ai appris que quelques amoureux du site avaient ressuscité les anciens logis des ouvriers en de jolies maisons secondaires. En atteignant la chapelle du Xeme siècle, ou du moins ce qu’il en reste, il faut bien admettre qu’elle a un certain cachet. Plus de toiture et donc à ciel ouvert, ce qui n’empêche pas de nombreux fervents de la Vierge de continuer à lui rendre hommage en laissant quelques statuettes, croix, photos ou autres breloques en signe d’amour et de reconnaissance. Bien qu’incroyant, je trouve ça très touchant de savoir que des gens viennent jusqu’ici, sur cette crête, pour honorer leur croyance et leur foi. On notera au passage la belle arcade en marbre rose qui faisait office de portail. Après la chapelle et en arrivant devant un panonceau indiquant Vernet-les-Bains par le « Centre Equestre » et le « col de Sahorre », j’ignore ces deux itinéraires et emprunte une minuscule sente qui file et descend à main gauche. Quelques mètres plus bas, cette sente débouche sur un chemin herbeux plus large qui mène directement aux vieux fours à fer ayant appartenu à Albert Rougier, entrepreneur en chemins de fer miniers au début du 20eme siècle. Ici, au temps jadis, on grillait le minerai de fer dans six fours distincts. Là, avec tout le respect que l’on doit à la propriété privée, je visite ce lieu historique aujourd’hui appelé « Mas Forge » mais ô combien magnifiquement aménagé en un petit paradis dissimulé dans un cadre de verdure resplendissant. Si l’on a longtemps grillé du fer aujourd’hui, on grille surtout de la « boutifarre ». Après cette visite, je rebrousse chemin et descend vers le Mas Camo. L’heure du pique-nique a sonné depuis longtemps et les rives raffraîchissantes du torrent Cady arrivent à bon escient. Je vais y rester une heure près du radier, à manger un peu bien sûr, mais surtout à photographier oiseaux, papillons et autres lézards qui occupent amplement le lit du petit torrent de montagne. Je quitte à regrets ce monde faunique mais le parcours est encore long même si la prochaine étape n’est plus très loin. Cette étape, c’est Corneilla-de-Conflent, dont l’Histoire nous apprend qu’au temps de Guilfred le Velu, elle était devenue assez paradoxalement l’ancienne capitale des comtes de Cerdagne. Elle le resta un siècle mais gardera très longtemps une certaine aura au même titre que des cités bien plus importantes qu’elle par la taille. Il suffit d’arriver devant l’église Sainte Marie de Corneilla pour prendre conscience de ce prestigieux passé. Une superbe église avec un clocher du XIeme siècle de style lombard et un portail richement décoré de magnifiques sculptures et orné de colonnes. Pour le reste, l’église étant fermée, je vous laisse le soin de lire l’Histoire du village que vous trouverez dans le remarquable site Internet consacré à l’Histoire du Roussillon. Après de multiples photos, je quitte Corneilla, direction le Serrat d’En Parot où je me suis promis de découvrir un autre dolmen. Là, au moment de quitter Corneilla, un panonceau indicatif de trois randonnées attire l’objectif de mon numérique mais pas spécialement mon attention au niveau des inscriptions qui y sont mentionnées : « Circuit des minerais, circuit roman, circuit des Ambouillas ». Je ne retiens qu’une chose : les Ambouillas, car je sais que c’est la bonne direction à suivre. Une petite sente descend vers un ruisseau, le traverse par un passerelle de bois puis remonte et devient chemin creux car encadré de hauts murets en pierres sèches. Tout en montant, Corneilla apparaît magnifiquement comme niché dans un joli cadre de verdure. Le chemin creux se poursuit au milieu de grands champs en friches, entre dans un sous-bois jalonné de nombreux vestiges de l’agropastoralisme d’antan et finalement il aboutit dans un paysage de maquis où la végétation se résume à quelques pins chétifs et à quelques buissons de rosiers sauvages et de genêts. A 704 mètres d’altitude, le Roc Ample est atteint et un panonceau se présente on ne peu plus explicite : Villefranche-de-Conflent 4,3 km. Un chiffre qui je l’avoue me paraîtra un peu fantaisiste mais il est vrai qu’après le cortal en ruines de Los Baxès où je me suis arrêté pour finir mon casse-croûte, je suis parti vers le Serrat d’en Parot et le « fameux » dolmen dont j’avais appris l’existence en lisant un bouquin sur l’archéologie roussillonnaise. Par bonheur, j’ai réussi à me procurer ses coordonnées que j’ai trouvées sur Internet. Alors, je pars dans sa direction mais avec le souci constant de ne pas sortir des chemins, sentiers ou autres pistes battues car ici la garrigue est plutôt cuisante avec de nombreux buissons épineux. C’est ainsi que je me retrouve d’abord devant un grand enclos au lieu-dit la Collade puis sur une bonne piste traversant le « serrat ». Là, les vues sur la Plaine de la Têt et vers le Canigou sont superbes mais mon G.P.S me pousse à abandonner la piste et m’oriente dans une garrigue où paissent de nombreux bovins. Par bonheur, je trouve la dolmen non loin d’une citerne enfouie mais ici pas de bovins et uniquement cette vieille sépulture néolithique au milieu de quelques ronciers. Il est bien moins beau que celui de Cobartorat mais c’est tout de même un vrai dolmen avec il est vrai un petit air penché. Quelques photos et me voilà déjà en route sur l’itinéraire de Villefranche que je n’ai eu aucun mal à retrouver. Un panonceau m’en indique d’ailleurs le temps pour parvenir à la cité fortifiée : 1h35. Connaissant bien cette portion du chemin pour y être venu et l’avoir expliqué dans une autre balade intitulé la « Trancade d’Ambouilla », je suis d’accord avec ce délai restant pour atteindre la cité de Vauban, mais à une condition indispensable : que rien ne vienne contrarier la marche en avant. Or, ici, les découvertes sont légions et on peut très facilement mettre le double pour peu que l’on veuille tout voir et s’y attarder : carrière de talc et mines de manganèse, deux superbes points de vue panoramiques, une bergerie romane en pierres sèches exceptionnelle sans compter la Redoute des Ambouillas dont une visite reste toujours possible. Alors personnellement, j’ai déjà découvert tout ça et je vais me contenter d’un seul point de vue, le plus proche et de la carrière de talc car le sentier y passe tout près. Le point de vue n’est qu’à quelques mètres du sentier et permet d’incroyables vues sur  Villefranche, Fort Libéria, les massifs des Canalettes et du Coronat et la Vallée du Cady. Il ne faut pas s’en priver ! Je poursuis par la Trancade d’Ambouilla et effectivement au bout d’1h30, j’arrive à Villefranche devant un panonceau que cette fois, je vais trouver plutôt étrange car après Corneilla c’est la deuxième fois de la journée que je le rencontre : « Circuit des Minerais ». Ma balade se termine par la traversée de Villefranche car il me faut rejoindre ma voiture mais ce panonceau va néanmoins rester dans ma tête et en rentrant chez moi, je vais taper dans Google « Circuit des minerais » et là, qu’elle n’est pas ma surprise de retrouver très sensiblement le parcours que j’avais imaginé et que je viens d’accomplir. Un document PDF de l’Office de Tourisme de Vernet-les-bains en explique l’itinéraire pédestre dans le détail : « Randonnée N°2 –durée 4h45 -5h15 -10,6 km- balisage jaune ou blanc et jaune avec un départ de l’église de Corneilla ». La seule petite différence avec ma boucle à moi se situe au dolmen de Cobartorat où personnellement au lieu de descendre vers Corneilla, j’ai poursuivi vers la chapelle Saint Clément de la Serra et les fours à fer abandonnés. Enfin, et seulement parce que je tenais à le voir, je suis parti découvrir le dolmen du Serrat d’En Parot. Ma balade est donc un peu plus longue et quand j’en mesure la distance accomplie, je trouve 18,400 km pour des montées cumulées de 1.300 mètres. Le dénivelé de 365 m est peu significatif et le point culminant de cette balade est situé au sommet du Serrat d’En Parot à 794 mètres d’altitude, tout près du dolmen. Il faut noter toutefois que la Grande Tour de Badebany est située, elle,  à 793 mètres. Ce Circuit des Minerais « bonifié » peut être accompli en toutes saisons mais nécessite un bon équipement de randonnée. J’avoue qu’il y avait très longtemps que je n’avais pas réalisé un circuit pédestre avec tant de choses à découvrir qu’elles soient patrimoniales, faunistiques ou floristiques, alors un conseil : faites-le ! Carte I.G.N 2349 ET Massif du Canigou Top 25. 

    Enregistrer


    votre commentaire

  • Comme des millions de personnes, peut être même des milliards, j’ai été ému et même ébranlé par cette photo du petit Aylan Kurdi. Ce petit enfant inerte et la face enfouie dans le sable d’une plage m'a perturbé et me perturbe encore. C'était sans doute le but des médias mais pas du photographe lui-même. Moi, si cette photo m’a heurté et ému, c’est parce qu’elle me ramène à un tas de choses dont j’ai bien envie de parler depuis quelques temps déjà. Bien sûr, si l’image de cet enfant mort sur une plage est choquante c’est parce que ce petit gamin, on l’imaginerait plus facilement entrain de courir, de se baigner, de faire des pâtés et des châteaux de sable comme le font nos petits-enfants, comme l’ont fait nos propres enfants ou comme nous l’avons fait nous-mêmes étant enfants. La plage, nous occidentaux, nous avons pris l’habitude de penser que ce sont les vacances, le bonheur, la joie de vivre, d’être en famille...et jamais la misère, l’horreur, la peur et encore moins la mort d’un si petit innocent. Moi-même, qui ai vécu en direct la noyade de mon frère aîné, alors qu’il avait 11 ans et qui en avait réchappé in-extremis, sauvé par les marins-pompiers de Marseille, heureusement, je n’avais jamais gardé cette image négative d’une plage de sable fin. Ce petit Aylan, c'est notre enfant, notre fils ou notre petit-fils !

     

    Cette photo c’est donc un grand « E » comme émotion, ébranlement, effroi mais aussi comme émigration et malheureusement comme « effronterie» également. Effronterie de nos hommes politiques bien sûr, qui tout à coup, à la vue de cette photo insoutenable, semblent prendre conscience que l’émigration serait un problème nouveau alors que quelques jours plutôt, 71 migrants dont des enfants ont été retrouvés en décomposition dans un camion sur le parking d’une autoroute autrichienne. L’horreur absolue mais dont nous avons eu la vision fugitive d’un camion vide seulement. Voilà toute la différence. L’information choque mais comme on ne voit rien, on passe et on pense à autre chose. Pourtant des milliers de migrants sont déjà morts en Méditerranée mais jusqu’à alors, les médias nous avaient épargné de photos trop révoltantes. Je ne dis pas que nos hommes politiques sont insensibles à cette photo du petit Aylan mais ils sont hypocrites et laissent pourrir les situations. Ils ne semblent jamais disposer à traiter les problèmes à leurs sources. D’ailleurs, il faut bien reconnaître que bons nombres de pays, en Europe ou dans le monde,  ne sont jamais d’accord sur les solutions à adopter et proposées par un tel ou un tel. Les problèmes et leurs éventuelles solutions, ils préfèrent les ignorer.  C’est beaucoup plus simple, ça ne coûte rien et ça ne fait pas de vagues. Exemple : Plutôt que de trouver une solution à la guerre en Syrie, les hommes politiques les plus précautionneux parlent de quotas d’immigration mais quand ces derniers auront été atteints voire dépassés où cherchera-t-on la solution suivante ?

     

    Depuis combien de temps n’a-t-on plus entendu parler de la guerre en Syrie, pays du petit Aylan ? Et d’ailleurs sait-on vraiment qui est notre ennemi dans ce terrible conflit ? Bachar el Assad ? Daesh ? La Russie de Poutine ? Poutine lui-même ? Les chinois ? L’Arabie Saoudite ? Le Qatar ? Pourtant, on sait parfaitement qui financent Assad et Daesh et malgré ça, de nombreux pays, la France y compris,  font des ronds de jambe à ces pays-là. Pourtant tous les hommes politiques sont d’accord pour reconnaître que la véritable solution à ces problèmes migratoires ne viendra qu’après la résolution des conflits qui ne cessent de s’amplifier au Moyen-Orient et en Afrique. Que fait-on désormais en Irak et en Libye après les avoir soi-disant libérés d’un joug dictatorial ? On leur pompe leurs pétroles, leurs gaz et leurs minerais ? Et puis après ? On leur vend des Rafales, des porte-hélicoptères, des armes hyper puissantes qui, peut être, se retourneront un jour contre nous, au regard de l’instabilité totale qui règne dans ces régions-là ?

     

    En réalité, tout est devenu « géoéconomique », « géopolitique » et « géostratégique » et les solutions ne sont pas pour demain. Y a-t-il d’ailleurs des solutions ?  L’Europe de la C.E.E n’a engendré qu’une seule bonne chose : la Paix et c’est bien là l’essentiel, en tous cas pour nous, européens occidentaux.  Alors, si une majorité de ces européens sont contre l’arrivée massive de migrants, c’est parce qu’ils voient dans ce phénomène, une cause réelle et sérieuse d’instabilité chronique. L’argent vient sans doute en deuxième position car la crise économique est passée par là et elle est loin d’être terminée pour le citoyen lambda. Mais pour le reste, les pays ne s’entendent pas et c’est du « chacun pour soi ». De nombreux pays n’ont été acceptés dans l’Union Européenne que pour la paix essentiellement.  Avoir la paix le plus longtemps possible avec eux, voilà le véritable intérêt, mais pour les autres sujets, nous sommes à des années-lumière de leurs idées rétrogrades et bien évidemment cela pose d’énormes problèmes d’entente. On laisse pourrir la situation ukrainienne car on a peur de la réaction de Poutine d’autant qu’Obama est un pacifiste « frileux ». On n’arrive pas à régler les problèmes de la Grèce que l’on a mis sous perfusion financière depuis le temps où elle était gouvernée par des dictateurs corrompus. Dans la C.E.E, on a accepté l’entrée de nombreux pays de l’Est essentiellement pour que la Russie n’est pas de suprématie sur eux, mais l’hégémonie, l’influence et les relations « bonnes » ou «  mauvaises » ont néanmoins perdurées. On conduit des politiques pour que le « système économique et financier » fonctionne au mieux. Pour plaire aux plus riches de la planète qui sont en réalité les seuls et vrais gouvernants. Mais pour eux, gouverner, c’est toujours faire plus de « fric ». Plus de « fric », c’est plus d’influence sur les élus de tous niveaux et de tous bords, c’est plus d’influence sur les lobbys et si des millions de pauvres migrants quittent leur pays, ce n’est pas vraiment leur problème. Non, ces gens-là préfèrent spéculer en bourse, investir dans le foot et plus globalement dans toutes ces activités lucratives où l’argent est le seul maître-mot. Moi, « Maître du Monde » disait l’un de ces milliardaires et on a à même tiré un film.

     

    Aujourd’hui, tout va à vau-l’eau, les hommes politiques ont toujours besoin de plus en plus d’argent pour leurs campagnes électorales à répétition. Une élection se termine et ils pensent déjà à la suivante. Ils en sont le plus souvent à penser à leur propre avenir plutôt qu’à celui de leurs concitoyens. Ils savent qu’ils n’ont pas la clé des problèmes qui se posent et ne font que semblant de vouloir les résoudre. De ce fait, ils vivent le plus souvent endormis dans leurs dogmes et loin de la réalité des peuples qu’ils sont censés gouverner. Une problème surgit et il faut vite le résoudre avant qu’il n’enfle, s’amplifie et explose. Ils appréhendent par dessus tout l’explosion populaire et ne font que le juste nécessaire pour maintenir un semblant de paix sociale. Cela est vrai pour le chômage comme pour l’immigration et comme pour les difficultés que rencontrent les éleveurs par exemple. Ils demandent aux citoyens lambda de mettre la main au cœur ou à la poche car ils savent que c’est la seule issue « plausible » et en tous cas la moins contraignante. Pour eux, marcher jusqu’à la source des problèmes est un chemin bien trop long, bien trop ardu et solitaire et de ce fait, on préfère l’éviter et en prendre un plus court.

     

    Pour être honnête, il n’y a pas de quoi être fier d’être un homme politique de nos jours. Resté au sommet d’un soi-disant pouvoir et dans les médias, voilà le leitmotiv de la plupart d’entre eux. Ce n’est plus un sacerdoce mais un plan de carrière.

     

     E….comme E.N.A…..émotion non autorisée…..Ouf, je suis content, je ne sors pas de l’E.N.A.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires