•  
    LE FORT DE BELLEGARDE ET LA VALLEE DE LA ROME... par jullie68

    Si pour vous le Perthus n’est que synonyme de cigarettes et d’alcools, il est probable que cet article ne soit pas vraiment fait pour vous. En effet, quel intérêt pourrait-il y avoir à partir à pied depuis le village des Cluses pour monter jusqu’au Perthus en suivant la Vallée dit de la Rome puis revenir au point de départ par cette même vallée après avoir parcouru une boucle d’une quinzaine de kilomètres voire un peu plus ? Par contre, si une fois encore vous aimez autant l’Histoire avec un grand « H » que moi, alors là, vous avez de quoi remplir une belle journée de marche et quelques autres journées à chercher sur le Net ou dans les bibliothèques quelques explications à tous ces vestiges du temps passé. Pour tout vous dire, il y a tant de découvertes à faire sur ce circuit, que j’ai longuement hésité avant d’attribuer un seul titre à cette balade. Bon, le point culminant et le « clou » de la randonnée c'est-à-dire l’intérêt principal reste le Fort de Bellegarde, dont l’histoire est très ancienne même si la colossale fortification telle qu’on la découvre aujourd’hui encore n’a été édifiée qu’au 17eme siècle par le maréchal Vauban et l’ingénieur Saint-Hilaire. A ce sujet, vous en apprendrez beaucoup plus que je puisse en dire ici en lisant les quelques pages d’un remarquable petit livret écrit par l’ancien maire du Perthus Jean-Louis Nibet intitulé le « Fort de Bellegarde » paru aux éditions Imprimerie Littéraire Michel Fricker en 1988. Mais pour faire bref, le Fort de Bellegarde est planté sur un piton rocheux culminant à 424 mètres d’altitude surplombant à la fois les plaines de France et d'Espagne, en l’occurrence celles du Roussillon et de l’Emporda. Il fut d'abord un château médiéval dont la première mention remonte à 1324. Il fut ensuite aménagé au XVIIe siècle en garnison militaire servant de poste d'observation. La suite avec Saint-Hilaire et Vauban c’est grosso modo, la forteresse que l’on connaît aujourd’hui. Mais d’abord, partons sur les chemins et allons voir ce fort et tout le reste ! Comme indiqué, la balade démarre du village de Les Cluses et pour être plus précis des Cluses du milieu (del Mig) car, il y a aussi et vous le trouverez au singulier sur les cartes IGN, la Cluse Basse (Baixa) et la Cluse  Haute (Alta). Un village trois en un en quelque sorte peu évident à décrypter pour le voyageur. On gare la voiture sur un parking non loin de la mairie.  On laisse l’hôtel de ville à gauche et on poursuit sur quelques mètres la D.71b derrière le monument aux morts. Le premier panonceau indicatif de randonnée mentionnant le Perthus est là et il suffit d’en suivre la direction en tournant à gauche dans une étroite ruelle. Immédiatement, la ruelle se transforme en un vieux sentier dallé qui laisse sur la droite les vestiges de quelques vieilles ruines puis s’élève dans un bois de chênes lièges et verts. Si j’en crois un autre panonceau, ces dalles ne seraient ni plus ni moins que l’ancien revêtement de la Via Domitia, alors peut être, marche-t-on sans le savoir dans les pas du célèbre général romain Pompée le Grand dont on découvrira le célèbre Trophée un peu plus tard du côté du Summum Pyrenaeum c’est à dire au col de Panissars. Quelques minutes plus tard, l’itinéraire traverse la D.71b et l’on emprunte cette fois-ci le Chemin de la Dressera (raccourci), ancienne voie romaine puis médiévale par endroits encore creusée des anciens charrois qui montaient à la Cluse Haute. De l’autre côté de la route, le Puig Sant Cristau déjà gravi et expliqué dans mon blog domine le paysage. Au moment, où l’on retrouve à nouveau la D.71b, on longe un parapet surplombant la vallée et un peu plus loin on constate la présence d’un grand panneau un peu défraîchi présentant les différentes richesses patrimoniales de la Vallée de la Rome. Ces explications sont le travail d’une association de chercheurs passionnés oeuvrant sans relâche pour mettre en valeur tous ces vestiges.  Ceux qui nous intéressent en premier chef sont là sous nos yeux et il s’agit des ruines de l’ancien castell des Moros ou château des Maures que l’on aperçoit de chaque côté de l’étroit défilé que compose le ravin. Ce mot « défilé », on le retrouve écrit en latin sur un autre panneau c'est-à-dire « clausurae » dès lors que l’on part visiter les quelques vestiges qui se trouvent sur ce flanc gauche de la vallée. Pour les ruines plus imposantes du flanc droit, il nous faudra attendre un peu et marcher encore beaucoup pour avoir le bonheur de les découvrir. D’ailleurs, il suffit de regarder droit vers le sud et en amont de la vallée, pour constater que notre principal objectif, le Fort de Bellegarde est loin d’être atteint. Il trône dans le lointain, majestueux, au sommet de son dôme boisé et dans son rôle de surveillant général des territoires français et espagnol, on comprend très facilement qu’on ne pouvait guère faire mieux. Après cette première découverte de quelques ruines, le sentier débouche en surplomb de la Cluse Haute et de sa magnifique chapelle préromane datant du 10eme siècle. Elle est dédiée à Saint Nazaire et ce qui frappe au premier regard c’est son superbe clocher mur percé de 4 ouvertures mais disposant d’une seule petite cloche. A cause d’un grand mur que l’on franchit et qui se trouve sur sa gauche et plus globalement autour du hameau, on croit comprendre que l’église et les maisons étaient encastrées dans l’enceinte d’un ancien château. Une curieuse et jolie arcade se terminant en escalier encadre l’entrée de la chapelle. Malheureusement fermée, une pancarte nous indique que pour une visite de l’église, la clé est à retirer auprès de la mairie. Nous poursuivons notre balade car le joli petit hameau est vite traversé et nous passons devant un très beau bâtiment de conception typiquement catalane en pierres et briques rouges. Fermé lui aussi, nous supposons qu’il s’agit de l’Office de Tourisme ou d’un musée. Juste après, l’itinéraire passe entre les énormes piliers de l’immense pont autoroutier et là, on prend conscience de l’évolution du réseau routier dans ce secteur frontalier qu’on appelle le plus souvent et plus généralement le col du Perthus. Depuis le passage d’Hannibal et de ses éléphants en 218 ans avant J.C jusqu’à nos jours en passant par les « via » romaines, les chemins médiévaux, le macadam de nos arrières grands parents, le bitume de nos parents et le colossal autoroute contemporain, il faut reconnaître que nous effectuons en quelques pas un grand écart de quelques siècles. Le plus drôle dans tout ça, c’est de constater que notre balade pédestre s’effectue, elle, sur une « classique » piste forestière bien en terre et caillasses garanties pur jus et c’est très bien ainsi. Il va en être de la sorte jusqu’au Perthus en longeant le Correc dels Pocs puis au lieu-dit Camp de la Pava, la terre disparaîtra dès lors que l’on retrouve l’asphalte de la D.71. Auparavant, le Canigou, chapeauté d’un gros matelas de nuages aura vainement tenté de nous montrer le bout de son pic, le Fort de Bellegarde nous aura fait un gros clin d’œil, quand à la magnifique pyramide de Ricardo Bofill, elle nous aura montré uniquement la face nord de son temple vermillon dont il faut bien admettre qu’elle n’est pas la face la plus originale. Si l’on a atteint le bitume de la D.71, le Perthus, lui, n’est pas encore atteint. Il faut encore descendre dans le vallon en direction du stade mais surtout du pont médiéval Alphonse V d’Aragon qui est également une jolie curiosité datant de 1429 mais parfaitement restaurée. Quelques minutes plus tard, on rejoint le parking à l’entrée du Perthus. Le Perthus, on connaît alors on s’en fout et les « cigarettes, le whisky,  ….. et j’aurais presque pu dire les « p’tites pépées » comme le chantait Annie Cordy ou encore Eddie Constantine mais non, les « p’tites pépées »  c’est un peu plus loin, juste après, à la Jonquera,……mais ce n’est pas le but de notre passage aujourd’hui alors on poursuit désormais l’itinéraire sur l’illustre G.R.10. Grâce au « fameux » balisage blanc et rouge et à un  ample panneau, on n'a aucun mal à trouver la suite du circuit qui par la rue de l’Eglise nous entraîne clairement vers le Fort de Bellegarde. L’église, c’est celle dédiée à Saint Louis, construction plutôt banale avec ses cloches fixées à même la toiture. Quelques minutes après, on commence à sortir du village et comme le Fort de Bellegarde joue les « arlésiennes », on a tendance à regarder derrière où les vues embrassent essentiellement les toitures du village. Dans ce panorama sans réel intérêt, on découvre néanmoins les deux grandes colonnes blanches marquant la frontière et qu’on remarque assez peu et beaucoup moins quand on emprunte l’autoroute. Mais une autre construction ressemblant de loin à une église attire davantage le regard et ce bâtiment, c’est le phare de l’aéropostale dont j’ai longtemps ignoré la présence sur les hauteurs du village. Ce village, on le quitte enfin, en longeant quelques chênes-lièges dont l’écorce dépecée du bas de leur tronc leur donne l’aspect « d’arbres sans culotte ». Quelques mètres plus loin, on découvre le « Reposoir de Madame » ou « Baraque Castellane » qui n’est ni plus ni moins qu’un petit casot ou une espèce d’abribus style « siècle des Lumières ». La lumière en question, c’était Madame la marquise de Castellane, épouse du gouverneur de Bellegarde qui se reposait ici lors de ses visites au château. A la vue d’un balisage peint sur quelques pierres et troncs d’arbres, on délaisse le bitume de la route et l’on finit par couper court en grimpant tout droit vers la monumentale forteresse. Ouf, la voilà enfin vaincue et ça tombe d’autant mieux que l’heure du pique-nique est déjà très largement dépassée car comme assez souvent, on a démarré cette randonnée plutôt tardivement. Le fort étant fermé mais comme on a l’idée de voir de beaux paysages, on s’installe en étage c'est-à-dire sur la partie extérieure la plus haute des remparts mais pas de chance ou la « Scoumoune (*) » comme aurait dit Belmondo qui connaît bien le fort pour y avoir tourné ce film avec la jolie Claudia Cardinale, non pas de chance car à cause d’un temps médiocre, les panoramas sont presque aussi fermés et hermétiques que le fort lui-même. Alors, on mange en se faisant une raison, en prenant un peu de repos, on visite l’extérieur du fort et on repart vers le col de Panissars et vers d’autres découvertes qui ont pour noms : les fortins, les casernements, le cimetière militaire du 17eme siècle, la Redoute, les ruines de l’ancien prieuré Sainte Marie, celles du Trophée de Pompée, celles des via Augusta et Domitia, la borne frontière 567. Comme je vous l’ai dit en préambule, il y a tant de choses à voir pour qui veut s’intéresser à l’histoire de ce « verrou » si important tout au long des siècles. Il fut si important que même un roi de France, en l’occurrence Philippe III de France dit le Hardi, y a perdu la vie pour en conserver le privilège. Ces découvertes une fois détaillées, le G.R.10 nous entraîne encore quelques temps vers l’arrivée puis peu après le mas Bardes et une piste bétonnée, on quitte le célèbre chemin au profit d’une piste forestière balisée en jaune. La partie la plus fastidieuse et la plus lassante est là et elle se terminera dès lors qu’on délaissera la piste pour un petit sentier qui aboutit aux ruines du Château des Maures. Là aussi, on reste subjugué par la longueur et l’importance de cette forteresse construite sur une crête rocheuse escarpée. Certains historiens l'attribuent aux Sarrasins mais bâtie sur les bases de vestiges paraît-il romains. D'autres historiens affirment que ces exceptionnelles fortifications auraient été érigées au temps de l’empereur Constance II vers 351 : 105 mètres de long et par endroits 28 mètres de large. Après avoir cheminé une succession de ruines, le sentier assez abrupt descend vers la rivière Rome qu’il finit par atteindre. On longe la rive gauche sur une centaine de mètres environ puis à la première occasion et dès lors qu’on aperçoit un sentier sur la rive opposé, on traverse à gué et quelques minutes plus tard, on retrouve Les Cluses. Le parking non loin de la mairie est là, sur la gauche à quelques mètres seulement du Pont-Vieux et d’autres ruines que l’on aperçoit de chaque côté de la Rome. Ainsi se termine cette belle et longue randonnée de 15 à 16 kilomètres environ où bonnes chaussures à tiges hautes sont vivement conseillées. Il en sera de même pour l’eau en quantité suffisante si la balade est effectuée en été. Si avec 290 mètres environ, le dénivelé est plutôt modeste, les montées cumulées sont supérieures à 1.150 mètres. Le point culminant de cette balade est le Fort de Bellegarde à 424 mètres dont une visite s’impose si vous ne le connaissez pas. Il est bien inutile d’approfondir la toponymie de « Bellegarde » car le nom francisé provenant de la contraction « bella » et « guardia » dans le sens de « guet » toute le monde en devine aisément l’origine. Moins évidente, la toponymie du village Les Cluses dont l’origine n’a rien à voir avec une quelconque « écluse »  mais plus sûrement avec une « clusa » qui n’était ni plus ni moins qu’un « verrou », un verrou que tous les visiteurs se sont évertués à cadenasser au fil des siècles. Aujourd’hui, le verrou est grandement ouvert, les trafics anciennement interdits mais largement pratiqués sont autorisés et nombreux sont ceux qui en profitent pour rendre le Perthus synonyme d’achats de cigarettes et d’alcools. Heureusement l’Histoire et le passé demeure....et c'est là l'essentiel....de cette jolie balade....Carte IGN 2549 OT Banyuls- Col du Perthus – Côte Vermeille Top 25.

    Enregistrer


    votre commentaire

  • Ce mois-ci, j’aurais pu encore râler un bon coup et vous dire tout ce que je pense de mal de la politique. J’aurais pu vous parler de Jean-François Copé, de Nicolas Sarkosy, de Patrick Buisson, des écoutes téléphoniques et de toutes ces affaires qui n’en finissent plus de sortir dans les médias. Mais non, ce mois-ci, pour l’article de mon Journal Mensuel, j’ai voulu être léger car le soleil était radieux, le printemps était en avance, les oiseaux chantaient, les mimosas étaient magnifiquement fleuris et j’avais envie d’être désinvolte et heureux. Alors, j’ai décidé de vous parler de mon pseudo….

    Quand, il y a quelques années, le 24 juin 2008 exactement, j’ai décidé de basculer mon blog « Mes belles randonnées expliquées » d’Orange pour en créer un autre chez Kazéo ;  Orange n’acceptant plus les blogs gratuits ; il a fallu que je trouve ce que l’on appelle désormais très communément un pseudo. Au départ, un pseudo c’est bien sûr un pseudonyme c'est-à-dire un nom d’emprunt comme par exemple Johnny Hallyday alors que chacun sait que son vrai nom est Jean-Philippe Smet. Pourtant dans certains dictionnaires Internet, quand on analyse les définitions du mot « pseudo » on y constate des différences et même quelques surprises. Exemple, la très célèbre encyclopédie Wikipédia,  comme la plupart des « grands » dictionnaires (Larousse, Robert, etc…) le définissent quasiment de la même manière c'est-à-dire comme un pseudonyme : « c’est un nom d'emprunt que celui qui le porte utilise pour exercer une activité sous un autre nom que son identité officielle. Il se distingue du surnom en cela qu'il est choisi par la personne qui le porte au lieu de lui être attribué par un tiers. ... » .

     

    Pour l’Internaute, un autre site Internet bien connu, le mot « pseudo » est un "mot grec signifiant mensonge utilisé comme préfixe afin de caractériser la seconde partie d'un mot comme fausse" , exemple « pseudoscience », pour une connaissance qui n’est pas considérée comme une science. Bien entendu, les deux définitions sont exactes. Un pseudo, moi, j’ai immédiatement détesté car effectivement j’avais le sentiment de mentir, de mentir aux autres mais aussi de me mentir à moi-même, j’avais la vague impression de me cacher derrière quelque chose qui n’était pas moi et d’ailleurs si vous observez l’adresse de mon blog, vous y retrouvez très clairement mon nom et mon prénom : http://gilbertjullien.kazeo.com/. Idem, pour mon site perso chez Orange que j’ai créé de toutes pièces bien antérieurement en 2002 : http://gilbert.jullien.pagesperso-orange.fr/. Bien qu’aujourd’hui, on entende sur tous les médias que nous serions espionnés, géolocalisés et même dépecés dans ce que nous avons de plus intime, par la NSA, par Google, par Facebook et par je ne sais qui d’autres, comme je n’ai vraiment rien à cacher, je me fous de tout ça comme de ma première chemise. Malgré ça, quand il m’a fallu créer un pseudo pour mon blog chez Kazéo, là, et très paradoxalement, il ne m’a fallu que quelques secondes pour le trouver et je dirais presque l’adopter. Ce fut immédiatement «Gibirando ». Pour la fin, c'est-à-dire « rando » tout le monde comprendra facilement pourquoi. En que concerne « Gibi », pour les plus âgés de mes lecteurs, ce nom leur rappelleras sans doute la célèbre série télévisée les « Shadoks » ayant sévi à la fin des années 60 et au début des années 70. Les « Gibis » étaient les adversaires des Shadoks mais comme ces derniers n’étaient pas très intelligents, les « Gibis » avaient pitié d’eux. J’ai toujours aimé ce côté compassionnel, tolérant et attachant des « Gibis ». Dans la vie de tous les jours, on avait envie de leur ressembler. Ce joli petit surnom de « Gibi », c’est ma femme qui m’en avait gratifié comme diminutif de Gilbert quand nous nous sommes rencontrés en 1968. Il faut dire que la série télévisée venait juste de démarrer et que nous adorions tous les deux ces petits personnages beaucoup plus intelligents que les Shadoks et coiffés d’un superbe chapeau melon « so british ». En effet, peu de gens le savent mais « Gibi » est la prononciation phonétique anglaise des lettres « G.B », initiales de la Grande Bretagne. Contrairement à tous les autres surnoms que j’ai eu, « Gibi » m’a toujours parlé, il m’a toujours plu, il signifiait quelque chose pour moi et je me souviens qu’effectuant mon service militaire en Corse, je signais toutes les lettres d’amour que j’adressais à ma fiancé de ce surnom qu’elle m’avait donné rajoutant au passage un dessin d’un gentil petit « gibi » coiffé de son chapeau melon. Pourquoi, ce surnom est-il resté accroché à moi tout au long de ma vie, je ne saurais le dire ? Pourtant, je n’ai jamais souffert de tous les autres petits noms que mes copains nous avaient constamment affublés mon frère et moi au cours de notre enfance et de notre jeunesse. Il y a eu des « Ju », des « Jules », des « Jube », des « Jujube », des « Gibe », des « Gil », des « Gilou », j’en passe et j’en oublie sans doute presque autant. Non, le petit « Gibi » est toujours resté là dans un coin de ma tête….et de mon cœur.

    Et en plus, voilà que depuis quelques années, je l’ai harnaché d’un sac à dos et qu’il marche gentiment à mes côtés sans jamais se plaindre ! Alors quoi de plus normal que de lui rendre hommage.


    votre commentaire

  • Si les balades pédestres autour de Céret sont multiples et variées, celle qui consiste à partir, depuis le légendaire Pont du Diable vers la paradisiaque chapelle Saint-Ferréol est sans doute, et de très loin, la plus prisée. Plusieurs raisons à cela : la beauté de l’objectif et la sérénité que l’on peut y trouver, les panoramas que l’on peut y découvrir par temps clair et pur qui vont de la Méditerranée jusqu’au Massif du Canigou et enfin son approche et sa distance qui en font une balade quasiment ouverte à tous. D’ailleurs, qualifiée de « familiale », c’est bien ainsi que cette balade est cataloguée dans le petit topo-guide intitulé « Randonnées en Bas-Vallespir » édité par la Communauté des communes du Vallespir et le Conseil Général. Je précise au passage que ce topo-guide est très facilement téléchargeable sur Internet depuis la page de l’Office de Tourisme du site de la commune de Céret ou directement sur la page d’accueil de la Communauté des communes du Vallespir. Quand on aime la randonnée comme je peux l’aimer, je trouve cette initiative plutôt « géniale » et puis je me dis que tout le monde n’a pas 10 à 15 euros à mettre dans un topo-guide. Enfin, pour ceux qui ont les moyens, sachez que l’on retrouve cette « incontournable » dans d’autres guides de randonnées et notamment dans celui intitulé « Les Pyrénées-Orientales…à pied » édité par la fédération. Quand on arrive du Boulou, le départ s’effectue depuis le petit parking du Pont du Diable qui se trouve à l’entrée de la ville, à droite, juste avant le pont. Là, des panonceaux explicites nous indiquent clairement la marche à suivre et il va en être ainsi tout au long de ce circuit de 9 kilomètres environ, selon mon propre relevé. On emprunte la D.615 passant sous la voie ferrée et on tourne immédiatement à droite en suivant le chemin de Vivès qui traverse les jolies villas du quartier  « la Porte du Vallespir ». Pas à pas, l’itinéraire zigzague dans les rues et nous entraîne hors de la cité puis au milieu des cerisaies qui ont fait,  à juste titre, la réputation de Céret. A l’intersection du Cami de Sant Fariol et à moins d’être complètement aveugle ou idiot voire les deux en même temps, un « casot » amplement tagué et une multitude d’indications nous indiquent la direction de l’ermitage. On poursuit toujours sur l’asphalte en suivant le balisage jaune et les nombreux panonceaux directionnels bien présents à chaque intersection. C’est donc sans aucune difficulté que l’on quitte d’abord le bitume au profit d’une piste terreuse puis, peu de temps après, on délaisse cette même piste au bénéfice d’un étroit sentier qui entre dans un sous-bois de chênes en traversant au préalable le petit « correc » de Saint-Ferréol asséché. Après une bonne grimpette sur un sentier parfois transformé en une large et unique ornière, on accède à un large chemin près d’un calvaire surmonté d’une croix de fer. Ici, un premier palier est atteint et des vues superbes commencent à apparaître : sur l’ermitage bien sûr mais aussi sur les chaudes couleurs automnales de la végétation des serrats avoisinantes et enfin, beaucoup plus loin à l’horizon, sur les cimes magnifiquement enneigées de notre fabuleux « Canigò ». On délaisse le large chemin et l’on poursuit toujours tout droit l’itinéraire qui file dans des sous-bois où chênes verts et chênes lièges se disputent l’espace. Cette sente finit par rejoindre une nouvelle piste sous d’immenses platanes et près d’un grande fontaine mais il faut encore s’élever de quelques centaines de mètres pour conquérir l’ermitage. Seuls au monde et dans un silence de cathédrale,  nous allons y rester plus d’une heure goûtant à la fois à la douce découverte de ce lieu si serein et au bonheur d’un pique-nique champêtre animé pas un couple de rouges-queues noirs peu farouches. Peu farouches, avant qu’un groupe de randonneurs, bien trop bruyants à leur goût et au notre, nous oblige tous à déguerpir vers d’autres cieux plus paisibles. Il faut dire que l’ermitage est fermé et qu’il est encore bien trop tôt pour attendre la première heure d’ouverture qui est 14h30. Nous reviendrons c’est sûr mais en voiture sans doute. Or mis cette petite déception que nous comblerons certainement un peu plus tard, nous repartons avec le regret qu’un brouillard bien trop bas et bien trop épais ait obstrué toutes les vues proches ou lointaines sur les Aspres, les Albères et la plaine du Roussillon. Seul le Canigou et une petite partie du Vallespir restent visibles et c’est déjà pas mal pour la saison. Dans l’immédiat, il nous faut poursuivre l’itinéraire qui passe au pied des dépendances et descend en direction du parking de l’ermitage. Là, il suffit de poursuivre la petite route qui va rejoindre la D.615. Dès le virage, il faut noter une différence entre le balisage indiqué sur les différents topo-guides et la réalité sur le terrain, En effet, plutôt que de poursuivre le bitume de la D.615, le balisage nous indique une variante par un étroit sentier qui monte à droite dans un petit bois filant vers le lieu-dit « Bigne de la Gouardy ». En effet, en atteignant une petite crête bien dégagée, les panoramas sont assez exceptionnels et une fois encore, on regrette qu’un brouillard assez dense occulte les vues les plus lointaines. On retrouve le balisage qui, une nouvelle fois, nous emmène sur la D.615 puis sur le chemin dit « du Roc Blanc ». Toujours rectiligne et très agréable car le plus souvent en balcon sur le plus haut de la colline du Serrat de l’Albitre, ce chemin rejoint un peu plus bas le chemin de l’Oratori puis un étroit sentier offrant de jolies points de vue sur Céret et le Vallespir. Ce sentier se termine au sommet d’un escalier très abrupt que l’on descend pour rejoindre la cité et le parking du Pont du Diable. Ainsi se termine cette jolie boucle que l’on pourra compléter par une autre balade cérétane, celle de la cité elle-même qui possède de nombreux autres attraits historiques et paysagers. Si j’ai volontairement omis de vous parler de l’histoire de l’ermitage Saint Ferréol, c’est parce que les topo-guides indiqués plus haut en font un bref mais très intéressant résumé. En outre et comme toujours, je vous renvoie vers l’excellent site de l’Histoire du Roussillon sur lequel vous trouverez une description plus précise et plus complète de ce haut-lieu du pèlerinage et du recueillement. Carte IGN 2449 OT Céret – Amélie-les-Bains- Palalda- Vallée du Tech Top 25.

    Enregistrer


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires