•  

    Il y a deux ans quand j’ai été contraint de vendre la maison de ma mère pour assurer son maintien dans un service spécialisé Alzheimer d’une maison de retraite, j’ai, au cours du déménagement, retrouvé d’innombrables photos et un grand nombre de papiers familiaux. Parmi toutes ces photos et ces documents, j’ai notamment découvert de très vieux papiers appartenant à mes grands-parents paternels et même parfois à mes arrières grands-parents. Parmi tous ces papiers, de nombreux concernaient les actes militaires de mon grand-père. Mon grand-père paternel se prénommait Benoît Gabriel mais tout le monde l’appelait Gabriel. Il était né en 1886 à Marseille. Si je ne sais rien de son enfance, grâce à son livret militaire, j’ai appris qu’en 1906, il avait été appelé sous les drapeaux dans le 7eme Régiment de Génie  d’Avignon. En 1907, il part faire son instruction militaire de sapeur-mineur à Bizerte avec le 2eme régiment du Génie de la Division d’occupation de Tunisie. Cette période bien qu’absente de son livret militaire est attestée par quelques photos ainsi que par un certificat de bonne conduite daté du 17 septembre 1909.  Là, il s’écoule une longue période où je peux supposer que mon grand-père s’en était retourné à la vie civile où il avait repris sans doute son dur métier de maçon. En septembre 1913, il se maria avec celle qui allait devenir ma grand-mère. Ensuite, la guerre de 14/18 arrivant, comme des millions de jeunes hommes de sa génération, mon grand-père a été mobilisé pour partir la faire. Quand exactement, je l’ignore mais selon des informations retrouvées sur Internet, sa compagnie 15/6 serait partie aux armées après une période de formation, c'est-à-dire sur le front, le 19 octobre 1914 exactement. Quelques lettres d’amour échangées avec ma grand-mère et diverses cartes postales attestent de cette période sur le front de la guerre du côté de la Somme.  Comme je l’ai dit plus haut, mon grand-père Gabriel fut sapeur-mineur pendant cette période de la guerre. Evidemment, pour nombre d’entre-nous, ce terme ne signifie  pas grand-chose, alors plutôt que de longues explications, je vous renvoie vers un site intitulé « la guerre des mines » où ce rôle,  les risques et les missions qu’elles engendrent sont expliquées avec force détails. A travers ces éclaircissements, on comprend parfaitement le rôle essentiel que ces sapeurs-mineurs ont joué dans l’issue de la guerre et les  dangers permanents que ces hommes ont pris pour arracher la victoire des Forces Alliées face à l’ennemi allemand.  Un autre document sur Internet raconte l’histoire du 7eme Régiment de Génie d’Avignon lors de cette période et dit des sapeurs la chose suivante : « A côté de ceux des combattants grisés par les péripéties de la lutte, il y a une série de héros, moins en vedette, qui pourtant contribuent pour une large part à la réussite des opérations. Leur courage solide est fait de sang-froid, de maîtrise de soi-même, de dévouement, d'abnégation. Sous les obus, les balles, les grenades, dans les nappes de gaz asphyxiants, ils travaillent toujours, ils combattent souvent aussi. Les sapeurs du Génie doivent être placés au premier rang des ces phalanges techniques. Ils ont droit à une bonne part de cette victoire arrachée après cinq ans d'une lutte acharnée et sans merci. Maintes fois, leurs unités furent à l'honneur. Courage et dévouement leur ont valu de glorieuses citations, dignes de celles obtenues par nos plus vaillantes unités d'attaque. Il est utile de rappeler l'héroïsme dont firent preuve ces compagnies, en énumérant les citations qu'elles ont obtenues au cours de la campagne. »

    Parmi ces citations, il y en une à l’ordre de l’Armée concernant la compagnie 15/6 qui a été remise à mon grand-père en 1918 par le capitaine Augé et qui s’intitule « Extrait de l’Ordre Général N°552 » et dont voici le texte : « Unité de premier ordre qui s'est illustrée depuis le début de la campagne dans la guerre de mines et la destruction des réseaux ennemis. Vient à nouveau d'accomplir des exploits superbes sous les ordres du Capitaine AUGE en accompagnant l'infanterie pendant les combats incessants du 10 août au 14 septembre 1918, chargeant avec les vagues d'assaut et créant rapidement malgré un feu meurtrier des passerelles qui ont permis une avance toujours rapide et victorieuse. » Et le document se termine en spécifiant que le sapeur-mineur JULLIEN Gabriel a contribué par son courage et son dévouement à l’obtention de cette citation- Signé Capitaine Auge. Il est à noter qu’en 1920, au terme de cet horrible conflit, l’historique du 7eme Régiment de Génie  d’Avignon établit les statistiques suivantes : 60 compagnies ont participé à la guerre, soit 230 officiers et 12.000 hommes de troupe. Sur ces 12.230 hommes, 6.773 ont été blessés, 1.505 sont morts dont 1.464 sapeurs.

    J’avais 13 ans quand mon grand-père est décédé en 1962. Il avait 76 ans et même s’il a eu le privilège de mourir dans son lit après une vie beaucoup plus longue qu’un grand nombre de ses congénères, je m’aperçois aujourd’hui qu’il a été un vrai héros. Oui, c’est vrai, contrairement aux 9, 7 millions de militaires morts dans ce conflit dont 1,4 millions de français environ, mon grand-père a eu le bonheur et la chance de survivre à cette guerre. Mais cette vie sauve, il l’a doit essentiellement à une grave blessure occasionnée par l’ennemi qui l’a handicapé partiellement pour le reste de sa vie. Oui, par les risques importants qu’il encourait dans ses missions quotidiennes, mon grand-père a fatalement fini par être blessé.  Le 1er septembre 1916 à 10h30, il a été blessé à la joue droite dans la région temporo-maxillaire et à la cuisse par deux éclats d’obus alors qu’il se trouvait dans son cantonnement de Framerville près d’Amiens. Il fut maintenu dans l’Armée au titre de son invalidité. En 1917, il eut droit à l’insigne des blessés de guerre et en 1918 à la Croix de guerre avec citation. Il fut incorporé en 1920 dans l’armée territoriale. En 1925, il a eu droit à la carte du combattant au titre de ses mutilations mais en 1926, il fut encore incorporé dans la réserve de cette même armée territoriale comme mentionné dans son livret militaire. Entre ces deux périodes d’incorporation, et malgré son handicap, il repris son difficile labeur de maçon comme l’attestent quelques photos de 1922. En 1930, il fut classé « réformé définitif » puis il fut enfin libéré définitivement le 1er octobre 1932.  Voilà la vie d’homme que mon grand-père Gabriel avait eu. Il était rentré dans l’armée à l’âge de 20 ans pour faire son service militaire et il en était ressorti meurtri et handicapé 26 ans plus tard à l’âge de 46 ans. Sa principale joie pendant cette longue période avait été la naissance de mon père Louis en 1916. Outre, cette très longue et difficile période en partie dévoué à la France, je pense qu’il a été fait prisonnier pendant quelques temps lors du conflit 39/45 mais c’est une information que je dois encore vérifier auprès des plus anciens de ma famille.

    Pourtant malgré ce difficile vécu, mon grand-père était du genre plutôt silencieux, presque taciturne et pendant la période où je l’ai connu, je ne l’ai jamais entendu ni se plaindre, ni parler de l’Armée et encore moins de la guerre. Ses médailles, ses insignes et ses rubans trônaient dans un sous-verre sur sa commode mais c’était tout. Pourtant, quand j’ai été en âge de le côtoyer, je l’ai toujours connu vieux, très amaigri et sans doute bien malade depuis plusieurs années. Ah oui,  autant que je me remémore ces vieux souvenirs, il semblait aimer les armes et la chasse à la plume c'est-à-dire aux petits oiseaux (perdreaux, grives, étourneaux, etc…) et c’est en tous cas dans cette activité que je me souviens le mieux de lui. Avec mon frère Daniel, nous partions tous les trois, le matin de bonne heure dans « sa » campagne avec des petites cages et des « appelants » à l’intérieur. Puis, il disposait les cages au pied d’un arbre aux branches dénudées où parfois même, il rajoutait quelques bâtons enduits de glue. Tout ça, il le faisait en silence et sans jamais prononcer aucune parole.  Puis, toujours dans le silence le plus absolu, nous attendions et lui, il était le seul de nous trois à avoir une patience d’ange. Il paraissait toujours ailleurs même si c’est vrai qu’à l’époque, je n’y prêtais guère attention et je mettais ça sur le compte d’une grande indulgence vis-à-vis de mon frère et moi. Moi, il m’était impossible de rester ainsi sans rien dire, sans rien faire, alors je préférais partir jouer dans la campagne mais je gardais toujours un œil sur lui et quand je le voyais s’accroupir derrière son poste de chasse fait de planches et de branchages, je m’immobilisais et j’attendais qu’il tire.  Au tir à la volée, mon grand-père ne ratait jamais sa cible et je l’avoue, j’étais bougrement admiratif ! En écrivant cet article, j’ai encore dans la bouche le goût des petits oiseaux que ma grand-mère Adèle (*) nous préparait au four et que nous mangions sur des tranches de pain grillées. J’en salive encore et même si désormais tirer sur un oiseau m’est devenu absolument insupportable, je ne peux en aucune manière blâmer mes grands-parents car pour eux, c’était souvent quelques repas de plus d’économiser. Il était comme ça mon grand-père, il adorait les petits oiseaux rôtis sur canapé mais je l’ai vu verser une larme parce qu’un chardonneret, qu’il avait longuement apprivoisé et choyé, était mort.

    Voilà comment il était mon grand-père Gabriel ! Silencieux à l’extrême, très endurci intérieurement mais sans doute très sentimental au fond de son coeur… comme tous les vrais héros. 

    Mais savez-vous pourquoi tous les héros sont ainsi ?

    Parce que les héros son fatigués, c’est bien connu !

    Et mon grand-père, lui, la guerre l’avait définitivement fatigué !

    Voilà, je voulais lui rendre hommage car même si j’étais bien trop jeune pour l’avoir vraiment connu, aujourd’hui à travers ces quelques documents et photos, j’ai essayé de comprendre un peu qui il était….

    Je pense y être un peu parvenu…

    C’était un ange Gabriel……un ange qui avait vu des horreurs, qui avait souffert et qui était devenu héros malgré lui….

    (*) Lors d’un prochain article, j’évoquerais ma grand-mère Adèle dont je garde d’excellents souvenirs de ma jeunesse et notamment des souvenirs culinaires.


    votre commentaire

  • ILE-SAINTE-LUCIE
    SAINTELUCIEIGN

    Au mois de février dernier, Dany a cassé sa tirelire et m’a offert pour notre anniversaire de mariage, (40 ans, ça se marque !) un superbe appareil photo numérique avec un zoom qui grossit 16 fois. Quand depuis ma terrasse à Urbanya, je zoome le Massif du Canigou, ce dernier devient quasiment ma balustrade et le pic, un morceau de mon balcon ! Pour ceux que la technique intéresse, il s’agit d’un Sony Cyber-shot Digital Still Camera Modèle DSC-HX9V permettant de faire de superbes photos mais également des vidéos d’une incroyable qualité. Alors bien sûr, finit l’utilisation de mon petit Canon Powershot A590 acheté 79 euros chez Darty et dont le zoom était 4 fois moins performant et le capteur deux fois inférieur en pixels à celui du Sony. Bon, je ne vais pas massacrer ce petit Canon qui m’a offert pendant quelques années de bien belles photos et comme il ne méritait pas de finir sa vie au fond d’un tiroir, je l’ai finalement offert à ma petite-fille qui n’en demandait pas tant.  En randonnée, désormais, le Sony ne me quitte plus ! A vrai dire, Dany m’a acheté ce numérique car elle connaît ma passion pour la photo et mon envie toujours plus grande de photographier la nature sous tous ses aspects et la faune tout particulièrement.  Alors, bien sûr, ce petit numérique n’ayant pas de viseur, il n’est pas vraiment adapté à ce type de photos mais je me suis dit « tant pis, je ferais avec et on verra bien ! ». Mais une fois ce « super » numérique en mains, le moment est venu où je me suis posé la question suivante : « Dans quel endroit pourrais-je aller randonner avec un maximum de chances d’y rencontrer une belle quantité d’animaux et de fleurs avant même l’arrivée des premiers beaux jours ? ». Et je ne sais pas pourquoi, mais la réponse est venu à mon esprit presque comme une lapalissade et, cette évidence, c’était l’Île de Sainte-Lucie(*) près de Port-la-Nouvelle où ça faisait des années que je n’étais plus allé marcher. La dernière fois que j’y étais venu, c’était pour « faire » un aller-retour jusqu’à Narbonne en VTT par le superbe Canal de la Robine que j’ai d’ailleurs raconté dans ce blog. En balade pédestre, j’ai finalement oublié le nombre d’années sans y venir mais je me souviens d’un temps où nous partions faire le tour de l’île avec les enfants pour aller voir des oiseaux et ramasser aux pieds des falaises de beaux fossiles de coquillages.  Depuis septembre 2009, le site a été classé en Réserve Naturelle Régionale et même si désormais, sortir des chemins balisés n’est plus autorisé, je peux vous garantir que ça reste une bien belle balade. D’ailleurs, depuis ce temps-là, finalement peu de choses ont changé hors mis peut-être la belle forêt de pins d’Alep qui a terriblement souffert de la tempête Klaus de janvier 2009. Certains arbres étaient centenaires et c’est triste de voir que sur le terrain, il n’en reste que quelques copeaux racornis. Malgré ce désastre imprévisible, la carte mémoire de mon Sony s’est remplie, ce jour-là, d’une jolie petite iconographie animalière bien au delà de mes espérances quant à la flore, je me suis contenté d’alimenter mon herbier photographique des quelques plantes fleuries dont il faut bien reconnaître qu’elles n’étaient pas très nombreuses en cette fin du mois de mars. Pour se rendre au point de départ, il faut prendre la N.139, direction le port de Port-la-Nouvelle puis suivre le Canal de la Robine jusqu’à l’écluse de Sainte-Lucie où on peut laisser sa voiture selon l’affluence. Enfin je suppose car moi, j’en étais resté à des temps plus anciens où j’étais contraint de garer ma voiture 400 ou 500 mètres avant l’écluse en bordure des salins.  Si vous faites comme moi, après cette petite mise en jambes, l’itinéraire de la randonnée est d’une simplicité absolue et il suffit de suivre au départ la direction du Roc Saint-Antoine indiquée sur un panonceau jaune en enjambant le petit pont métallique de l’écluse. Il faut dire que les poteaux, pancartes, panneaux et panonceaux en tous genres ce n’est pas ce qu’il manque ici : certains sont là pour indiquer la « marche à suivre » des sentiers, d’autres vantent les vertus de la Réserve Naturelle, quelques-uns informent les visiteurs sur les recommandations à respecter et les consignes d’usages, plusieurs exposent la biodiversité de ce site naturel protégé, etc… Tout ça est absolument parfait et personnellement j’adore. Je trouve qu’il n’y a jamais trop d’informations et notamment dans des lieux comme ici où l’empreinte de l’Homme est partout présente ! J’ai toujours envie d’en savoir plus sur l’Histoire et les histoires des hommes qui ont vécu ou travaillé là. Ce matin-là, il est tout juste 9h et en enjambant le canal, ce lien ténu mais plus tout à fait unique car il y a bras de terre qui fait de Sainte-Lucie, non plus une île mais une presqu’île, j’avais l’impression d’être une espèce de Robinson Crusoé des temps modernes. Personne ! Le silence le plus absolu ! Même les mouettes qui s’amusaient à glisser l’aile dans une brise légère, le faisaient en silence ! Seul un chat est venu se faire cajoler et il devait tellement languir le premier venu qu’il n’a rien trouvé de mieux que de me sauter sur l’épaule au moment même, où agenouillé, je m’apprêtais à le photographier. Sans le vouloir, j’ai fait, « les yeux dans les yeux », la photo la plus « étonnante » de la journée ! J’avoue que pour photographier la nature, cette solitude et ce silence, ça m’arrangeait bougrement ! J’ai pris la direction de la Cantine et j’ai dessiné un « 8 » avec il est vrai quelques petites verrues et notamment un aller-retour vers le Domaine de Sainte-Lucie car j’en gardais de très bons souvenirs. D’emblée, en quittant le canal, on entre dans un biotope fait d’écosystèmes bien différents : une petite zone humide avec des laîches à profusion laisse rapidement la place à des arbres et arbustes où les pins d’Alep et les chênes verts règnent en maîtres. Mais à y regarder de plus près, il y a une quantité d’autres plantes et essences souvent typiques d’une végétation méditerranéenne : cyprès, pistachiers lentisques, chênes kermès, cistes cotonneux ou de Montpellier, etc… D’ailleurs, la garrigue parfumée ne tarde pas à apparaître et ici, elle a largement envahi quelques vestiges de béton : de nombreux piliers soutenant des portails et des murs invisibles, l’ancienne Cantine bien sûr, dont l’Histoire raconte qu’elle servait de réfectoire pour les ouvriers travaillant aux salins. En tous cas, au regard de la paille présente et des petits enclos de ciment, elle devait sans aucun doute servir d’étable, il y a encore peu de temps. Mais le jour de ma venue, point d’animaux de basse-cour mais une extraordinaire nuée de moineaux qui, dans un vacarme assourdissant de piaillements, s’est envolée des combles dès que j’ai mis un pied à l’intérieur. Après cette première découverte, j’ai poursuivi l’itinéraire et en m’approchant d’un pilier, espèce de petit obélisque perdu au milieu du maquis mais visible depuis le chemin, quelle ne fut pas ma surprise d’entendre des caquètements lointains et en m’approchant encore un peu, j’eus le bonheur d’apercevoir dans un petit étang, des flamands roses et une multitude d’autres oiseaux limicoles. Mon numérique s’était déjà rempli de quelques belles fleurs (iris nains, euphorbes, narcisses douteux, romarins, orchis, etc…) mais surtout de plusieurs jolis oiseaux quand, en arrivant à un carrefour, coup sur coup deux lézards vinrent jouer les trouble-fêtes. Le premier se faisant dorer au soleil sur un muret de pierres sèches avait une queue immense, il était plutôt brun et orné de deux lignes jaunâtres sur ses flancs. A mon retour, j’appris sur Internet qu’il s’agissait d’un Psammodrome algire. Quand au second, il était vert et largement moucheté d’ocelles jaunes et de quelques unes bleues. Sa présence près d’une vieille souche de pin aurait pu me faire penser à un Lézard des souches mais non ce dernier étant parait-il absent de Midi de la France, avec ces ocelles bleues, il s’agissait sans aucun doute du plutôt rare et protégé Lézard ocellé. C’es deux magnifiques reptiles enregistrés dans mon numérique, c’est ravi que j’ai quitté ce carrefour pour les Voies Ornières dont à vrai dire, il ne reste plus rien et en tous cas, les fameuses ornières fréquentées par les chariots chargés de calcaires marins ou de sel ont définitivement disparues. Avant ce nouveau carrefour, un petit sentier partant à droite me permit d’avoir de jolies vues sur un petit marais et le canal de la Robine, et là, mon numérique s’enrichit de quelques oiseaux inédits, colverts et foulques macroules notamment. Après tous ces arrêts agréables mais excessifs, il était temps de me remettre en route mais là encore, je fus attiré par l’anse de Cauquenne qu’un poteau indiqué droit devant et ça tombait d’autant mieux qu’un étroit sentier semblait y mener directement. Là, hors mis quelques papillons, je fis « chou blanc » ou plutôt « céleri sauvage », plusieurs plants rencontrés y ressemblant terriblement. En réalité, après enquête sur le Net, il s’agissait du Maceron, plante semble-t-il très commune dans certaines garrigues du pourtour méditerranéen. En bordure de cette anse du nom de Siffleur sur les cartes IGN et en l’absence de toute faune photographiable, je fis rapidement demi-tour. Sur le Net, j’avais lu que ce nom de « Cauquenne » était l’ancien nom de l’île et signifiait « port » en Ibère et c’est paraît-il ici au fond de cette anse que les Romains avaient choisi, en guise de port de commerce, d’ériger un débarcadère bien abrité des vents. C’était au temps où l’île n’était pas encore une presqu’île. Cette promenade prenant des allures de flânerie exagérée, je choisis de partir vers la Vigie et le Roc Saint-Antoine, en accélérant un peu le pas. Cette fois, seul un petit écureuil bien trop craintif et une Mésange charbonnière bien docile acceptèrent les photos et freinèrent quelques minutes cette ardeur soudaine. Mais je dois le reconnaître la chance fut vraiment avec moi car étrangeté de cette vision, ils étaient sur le même pin et c’est le chant de la mésange qui me permit d’apercevoir l’écureuil dont malheureusement je ne pus prendre que deux photos seulement avant qu’il ne disparaisse. Ici, depuis le chemin, de belles vues plus lointaines s’entrouvraient enfin : sur l’étonnante voie ferrée comme posée sur les eaux entre les étangs du Siffleur et celui de Bages-Sigean balayé ce jour-là par une «bonne » tramontane, sur Port-la-Nouvelle, sur les Corbières et bien plus loin encore vers le Massif du Canigou. En arrivant près de la Vigie, ancienne cabane de douaniers surveillant la récolte du sel à l’époque napoléonienne, les panoramas se firent encore plus beaux mais c’est sans contexte depuis le Roc Saint-Antoine à 39 mètres d’altitude que le spectacle sur cet extraordinaire territoire devint réellement somptueux. Ici, le regard embrasse des paysages divers très colorés : au loin sur les blanches Pyrénées enneigées, sur les lagunes et ces langues de terre et d’eau que sont la voie ferrée et le Canal de la Robine, sur les roselières au pied de la falaise mais aussi sur l’immensité de la Méditerranée et les étangs bleutés jusqu’à Narbonne et Gruissan si le temps est très clair. Depuis ce joli belvédère, le zoom grossissant de mon numérique fut grandement mis à contribution tant il y avait d’oiseaux dans les roseaux et les nombreux bras des marais mais je l’avoue, le résultat ne fut pas à la hauteur de mes convoitises. Tout en gardant un œil observateur vers l’étang de l’Ayrolle, je pris la direction des bâtiments des anciennes Caves (transformées en porcheries après la deuxième guerre mondiale) puis vers la Bergerie. Après ces découvertes, les vues sur le Domaine de Sainte-Lucie, sa Maison des Etangs et le canal de la Robine ainsi que le petit sentier des Moines qui y descendait entre falaises de lumachelles furent bien trop attirants. Je me souvenais de ce temps où dans ce domaine, on y réparait de belles barques catalanes et au hasard de mes pérégrinations, j’avais découvert tous ces fossiles de coquillages en tous genres incrustés dans les falaises. L’envie de les photographier avec mon nouvel appareil fut comme un appel irrésistible. Je pris le petit sentier encore balisé par endroits et je n’eus pas à le regretter tant les plaisirs furent nombreux. Outre, les lumachelles d’huîtres, de moules et de coquilles Saint-Jacques toujours présentes dans les sédiments et les roches de la falaise, j’eus l’agréable surprise de tomber nez à nez avec deux gros ragondins qui se laissaient glisser dans les eaux calmes du canal. Peu de temps après, ce fut un couple de colverts qui se laissa photographier sans crainte. Quelques sternes s’envolèrent emportées par la tramontane. Au Domaine, la construction et la réparation navale étaient toujours de mises. Deux pêcheurs accostèrent leur embarcation et nous engagèrent une courte conversation faite de banales amabilités. Je poursuivis quelque peu le route carrossable qui file vers l’Ardillon en passant sous le Roc Saint-Antoine sans trop savoir si c’était autorisé. Deux voitures me croisèrent sans s’arrêter. En arrivant près de la voie ferrée et estimant avoir redécouverts tous mes vieux souvenirs, je pris conscience qu’il était temps de faire demi-tour. Au retour, quelques aigrettes et une touchante femelle colvert accompagnée de ses rejetons vinrent compléter mon bestiaire photographique. L’heure de fermer cette merveilleuse boucle était venue et ce fut chose faite en longeant les murets de pierres sèches de la Vigne Longue puis les anciennes Carrières de molasse marine. Une superbe Pie bavarde et quelques passereaux pas toujours évidents à photographier s’ajoutèrent à mon album. Il était presque 15 heures quand je franchis la passerelle de l’écluse en retrouvant le gentil chat de ce matin. Il acceptât de nouveaux câlins. Pour une boucle à faire en 2 heures et demi, j’étais resté presque 6 heures sur les chemins et les sentiers de Sainte-Lucie, c’est dire, si tout au long de cette magnifique journée, j’avais flâné, erré et photographié cette nature que j’étais venu somme toute chercher ! Je vous indique ici l’itinéraire emprunté y compris les petits écarts non recommandés mais que ma curiosité naturelle et ma solitude ont irrémédiablement entraînés. Ne faites pas comme moi et respectez les consignes qui prévoient de rester sur les parcours balisés ou mieux renseignez-vous auprès de la Maison éclusière qui désormais accueille le public pour le compte de la Réserve Naturelle. Carte IGN 2546 OT Narbonne Top 25.

    (*) A toutes les personnes qui ont aimé l'île de Sainte-Lucie et qui veulent en savoir plus sur son histoire, je conseille vivement la lecture d'un petit ouvrage qui s'intitule "Souvenirs de l'île de Sainte-Lucie" édité par la Réserve Naturelle de l'île avec la collaboration du Parc Naturel Régional de la Narbonnaise en Méditérranée, la commune de Port-la-Nouvelle, le Conseil Général de l'Aude, la région Languedoc-Roussillon et le Conservatoire du Littoral. Cet ouvrage collectif reprend de magnifiques textes écrits par Marthe Bonnafoux, Michel Duret et Jean-Pirre Piniès avec des superbes aquarelles d'Isabelle Mallet du Lac. Vous le trouverez dans toutes les bonnes librairies audoises au tarif modique de 3 euros.

     


    votre commentaire

  • LE-PIC-DEL-ROSSELLO
    PICROSSELLOIGN

    Le Pic del Rosselló que certains écrivent Pic del Roussillou en se référant à la phonétique catalane, c’est bien évidemment en français le Pic du Roussillon. Je ne vais pas développer ici, l’histoire de l’origine du mot « Rosselló », c'est-à-dire son étymologie, ce n’est pas le but de ce blog et d’autres l’on fait depuis bien longtemps et bien mieux que je ne pourrais le faire moi-même. Toutefois il est intéressant de noter qu’avant de devenir Rosselló, puis Roussillon, ce mot est apparu pour la première fois sous la forme « Ruskino » puis « Ruscino » en latin, patronyme désormais très connu depuis les fouilles et la découverte d’un site archéologique qui a révélé une cité antique au village de Château-Roussillon, tout près de Perpignan. Tout le monde est à peu près d’accord pour dire que l’origine du préfixe « rus » signifie « tête » « front » voire même « capitale » quand au mot « kino » , les avis sont plus partagés entre « golfe » ou parfois même « colline ».  Alors, une chose est quasiment certaine c’est que ce nom-là a été alloué pour la première fois pour désigner la tête ou le front d’une colline c'est-à-dire une butte ou un promontoire, ce qui correspond parfaitement au lieu même où se trouve les vestiges romains de Ruscino. Ce promontoire domine la plaine, plaine qui elle-même a fini par prendre le même nom de Roussillon. La colline Roussillon domine la Plaine du Roussillon et il en est de même pour le Pic del Rosselló, promontoire qui domine lui aussi la Plaine du Roussillon. Alors, ce nom de Rosselló a-t-il-été donné au pic parce qu’il s’agissait d’un promontoire ou bien parce qu’il embrassait la Plaine du Roussillon ? La question mérite d’être posée, mais il me paraissait important d’apporter ces quelques précisions. En tous cas, notre objectif du jour est bien lui aussi une élévation mais il faut avouer qu’en randonnée, c’est très souvent le cas. En général, allez savoir pourquoi, les randonneurs n’aiment pas trop les terrains plats ? Au regard du nom donné à ce sommet, ceux qui ne le connaissent pas pourraient en déduire qu'il s'agit d'un pic parmi les plus importants du département. Non, ce n'est pas vraiment le cas car avec ses 1.314 mètres d’altitude, il est un sommet du Haut-Conflent plutôt modeste. Il n'en demeure pas moins intéressant à gravir car il s'agit d'un superbe belvédère à 360° sur une immense partie du Conflent, de la Plaine du Roussillon et parfois bien plus loin encore jusqu'à la Méditerranée si par bonheur, le temps est très clair. Pour couronner le tout, cette jolie balade démarre de Mosset, classé parmi les plus beaux villages de France. Outre ces aspects-là, il y a tout de même quelques découvertes très intéressantes et insolites à faire au cours de cette randonnée comme par exemple ces ancestraux « cortals » en ruines  qui jalonnent le parcours à un point tel que le versant sud du Pic del Rosselló a été dénommée « Els Cortalets ». Toutefois, dans cette montagne, il y en a tellement un peu partout de ces cortals oubliés, qu’il faudrait presque organiser une balade spéciale de plusieurs jours pour partir à leur découverte et espérer les voir à peu près tous. Il y a aussi ces étonnants chaos granitiques aux formes parfois bizarres que j’avais déjà évoqué lors d’une autre balade qui depuis Mosset nous avait amené au Roc des Quarante Croix et enfin, il y a quelques vestiges d’un passé plus ou moins ancien : dolmens, « clauses », « feixes », orris et roche gravée. Le départ s’effectue de la même manière que pour le Roc des Quarante Croix, on laisse sa voiture sur un des parkings proche de la Tour des Parfums et on démarre devant celle-ci. De l’autre côté de la rue, on aperçoit à une vingtaine de mètres sur la gauche, un panonceau jaune donnant la direction de notre objectif du jour : « N°9-Pic del Rosselló-5h ». On démarre par quelques escaliers qui nous entraînent vers le haut du village en direction d’un grand pylône que l’on aperçoit aisément en levant la tête. On passe devant un vieux lavoir, on poursuit tout droit par une rampe que longe un caniveau où s’écoule un fougueux ruisseau qui, plus haut et sur la droite, surgit violemment d’un ouvrage ressemblant à une source captée. Le bitume abandonne la place à une large piste terreuse que l’on délaisse très rapidement au profit d’un petit sentier qui part à droite et monte en zigzaguant vers le pylône. Les premières vues sur le Canigou, Mosset, la splendide Vallée de la Castellane, les forêts et les montagnes environnantes se dévoilent magnifiquement. Peu après le pylône, on retrouve la large piste de terre. On peut soit l’emprunter vers la droite soit raccourcir l’itinéraire grâce à un sentier plus étroit qui s’enfonce tout droit dans une chênaie. On découvre ici, notre premier cortal ou plutôt une vraie demeure sur deux étages dont les murs sont encore bien debout. Plus haut, on retrouve une nouvelle fois la piste. On la continue et on arrive devant une grande étable moderne où quelques vaches nous regardent passer anxieusement. En bordure de la piste, de nouveaux vestiges se révèlent : vieilles ruines abandonnées à jamais et un petit dolmen notamment. La déclivité continue à s’élever mais comme c’est en douceur, elle ne nécessite pas d’efforts particuliers. Avec une imagination fertile, les premiers gros chaos granitiques attisent nos regards car on est toujours en quête d’y trouver des formes singulières voire extraordinaires. D’autres blocs rocheux ont des formes plus évidentes comme ce gros « zizi » déjà découvert précédemment ou bien cette « tête de loup » qui regarde le ciel. Tout en montant vers le Cortal Gravàs, on se retourne et on prend le temps d’observer tous ces blocs et ces amas rocheux et on tente encore d’y deviner un bestiaire insoupçonné : ours, dinosaure, éléphant, tortue ou escargot géant, enfin tout ce qui a une grosse échine arrondie peut être concevable. Le Massif du Madres encore enneigé sert de toile de fond à ces somptueux décors minéraux plantés là, comme immuables, dans le maquis et les pelouses rases. On est sur le point de passer devant le Cortal Gravàs mais comme plusieurs chiens viennent vers nous en aboyant de manière très dissuasive, on préfère emprunter le sentier qui passe derrière les habitations. Ici, loin de tout, et sans doute grâce à quelques passionnés de la nature sauvage, la vie pastorale semble avoir résisté. Un chalet de bois côtoie quelques caravanes, plus loin un grand hangar jouxte un vieux cortal en ruines et tout autour quelques puissants chevaux gambadent en liberté sur les pelouses et dans les buissons d’épineux. Le Pic du Rosselló essentiellement écrasé jusqu’à présent fait tout à coup le dos rond dans un paysage de terres brûlées. Le sentier se faufile au milieu de petits genêts et dans des landes de fougères roussies et fanées par l’hiver. Sur la droite, on entend se rapprocher le murmure d’un petit torrent, il s’agit du Correc d’en Fabra et quand on passe sous l’ombrage de quelques pins, un ruisseau aux reflets bleus et aux eaux limpides est là, juste devant nos pieds. Nos pieds échauffés qui ne demandent qu’une chose : un peu de fraîcheur. Nous allons être servis et nos orteils vont dire instantanément « stop » à cette eau polaire car au lieu de la fraîcheur espérée c’est une eau glaçante qui s’écoule directement de quelques grosses plaques de neige qui fondent sur le Pla de Closa que nous venons d’atteindre. Ici, en enjambant le ruisseau, on a le sentiment d’être passés dans un autre monde. Le contraste est étonnant car après l’aridité de la « solana », La Closa ou Clause, signifiant « enclos », est un véritable petit paradis avec ses mouillères et ses pinèdes, ses collines boisées de résineux et de quelques bouleaux blancs et surtout avec ses prairies verdoyantes où au milieu coule ce rafraîchissant ruisseau. Même si notre itinéraire s’en éloigne, on a automatiquement envie d’y aller et d’y faire un halte et ça tombe bien car l’heure du pique-nique est arrivée et ça tombe d’autant mieux que l’on peut y découvrir, au beau milieu du pré, une étrange pierre granitique à semi-enfouie dans la terre. Elle est gravée d’une croix et de signes malheureusement incompréhensibles pour les novices en archéologie que nous sommes. Comme souvent, et à l’aide d’Internet, j’avais, avant le départ, pris la peine de m’interroger sur les éventuelles trouvailles de ce parcours et c’est ainsi que j’avais découvert cette mégalithe dont on disait qu’il s’agissait peut-être d’une pierre tombale en raison de sa forme tabulaire triangulaire et de la grosse croix profondément gravée en son centre. Ils restaient à déchiffrer les autres signes gravés sur un côté dont certains ressemblent à des lettres. Personnellement, j’ai cru y lire, après grossissement et filtrage Photoshop d’une de mes photos, ce qui ressemble au mot « ASTOR » et qui en catalan est un épervier, oiseau très commun dans les parages et dont en français, on a tiré le mot « autour ». Néanmoins, j’ai un doute à ce propos et je pencherais plutôt pour le nom « PASTOR » très répandu depuis des lustres dans la généalogie de Mosset et qui est aussi «le  pâtre ou le berger catalan ». Il est vrai aussi que je n’ai pu deviner qu’un court fragment des écritures. Dans le prolongement de cette « table mystérieuse », d’autres roches en partie enfouies sont alignées sur quelques dizaines de mètres et coupent le pré en deux. Je n’y ai pas remarqué de gravures. Alors est-ce aussi des pierres tombales et donc d’un véritable cimetière qu’il s’agit ou bien plus simplement de vieilles clôtures que le ruisseau et la terre meuble du terrain ont fini par ensevelir au fond de cette cuvette ?  En tous cas, le mystère reste entier et comme il fallait bien se remettre en route vers notre vrai objectif du jour, je me dis que je n’ai peut-être pas pris toutes les photos indispensables à une recherche approfondie plus sérieuse de ce site mystérieux. Voilà en tout cas, une bonne raison de revenir dans ce petit Eden ! On quitte la fraîcheur des herbages de la Closa pour les pentes ensoleillées du Pic del Rosselló où on retrouve très rapidement la chaleur accablante du chemin. Nous ne sommes que fin mars et pourtant cette chaleur, on la sent monter inexorablement le long de nos jambes et le dénivelé même modeste se fait sentir. On finit par quitter la piste pour se diriger directement vers le sommet vers ce que je crois être une croix de bois. A son approche, je m’aperçois qu’il s’agit en réalité d’un petit pin rabougri dont les branches ont été écartelées et « déplumées » par les vents violents qui sévissent ici. Mais le sommet est tout de même là, avec sa borne et son antenne solaire et en raison des panoramas à 360° que l’on peut y observer, on y fait une nouvelle halte agréablement délassante. D’ici, c’est une véritable ronde de paysages qui défilent et comme souvent, on essaie de retrouver les lieux de nos dernières randonnées effectuées, alors je sors les jumelles : Pays de Sault, Corbières, Fenouillèdes ( ah oui voilà le Sarrat Naout !), Roussillon, Canigou (oui, c’est là-bas, Saint-Martin-du-Canigou !), Conflent, Madres (elle est par là-bas la carrière de Caillau !), Capcir, etc… Je reconnais avec ravissement certains chemins empruntés et une immense partie des paysages traversés lors du Tour des Fenouillèdes réalisé avec mon fils en septembre dernier. L’objectif a été vaincu et cette fois-ci, il est temps de redescendre vers Mosset car une nouvelle fois, nous avons flâné plus qu’il ne faut. En raison, de la profusion de pistes, je sors mon GPS dans lequel j’ai enregistré le tracé du jour. Il nous entraîne tout bonnement plein est vers une piste principale puis à un croisement où se trouvent un bel orri et une source captée près d’un cortal en ruines. Je regarde ma carte IGN, tous ces édifices sont bien là, il s’agit du Cortal Queraut non loin du Roc des Iules, petits mille-pattes noirs appréciant les lieux humides, ce qui est le cas ici ! Là, devant l’ancienne bergerie en ruines, on retrouve le balisage jaune qui file puis descend vers Mosset dans des décors sans cesse renouvelés. Ici, les vues sur le Canigou enneigé sont extraordinaires. Là, entre landes, chaos granitiques, cortals oubliés, bois et parfois pelouses, il faut suivre avec attention les marques peintes en jaune pas toujours évidentes à discerner. Après un nouveau cortal et la descente d’un sentier très raviné, on aboutit sur un « pla » herbeux où paissent quelques vaches. De toute évidence, on est ici à la croisée de plusieurs chemins car quelques cairns partent aussi bien à droite qu’à gauche. Par erreur, nous prenons à gauche le chemin qui descend vers Molitg-les-Bains avant de nous raviser et de partir à droite, grâce, il faut bien le dire, à notre GPS. Dans la descente, le sentier désormais évident entre dans un bois de petits chênes pubescents aux feuilles encore roussies. Ce sentier nous amène sans problème jusqu’à Mosset dont on a de magnifiques vues aériennes bien avant d’y arriver. Quelques derniers lacets lassants, lassitude que je comble aisément en cherchant quelques fleurs pour mon herbier photographique. Le village est enfin là, perché qu’il est sur sa petite éminence, alors un dernier dénivelé s’impose pour retrouver notre voiture près de la Tour des Parfums. Ouf ! La boucle se referme après un peu plus de 17 kilomètres parcourus pour un dénivelé total de 645 mètres environ. Un conseil : cette randonnée est à faire avant ou après les canicules de l’été. Cartes IGN 2348 ET Prades-St-Paul-de-Fenouillet Top 25.

    Enregistrer


    votre commentaire

  • STMARTINCANIGOUIGN

    Ayant fêté très succinctement l’anniversaire de ma 100eme randonnée dans les Pyrénées-Orientales par un petit hommage au grand pyrénéiste Georges Véron dont les nombreux ouvrages ont réussi à me transmettre le virus de la randonnée pédestre, je voulais vraiment marquer le coup pour ma 101eme. Je voulais fêter ce cap des 100 randonnées inscrites dans mon blog pour notre beau département et en trouver une, à la fois un peu exceptionnelle sur le plan de la découverte mais à la fois sportive de telle manière qu’elle remplisse une belle journée de marche. Alors, il m’a fallu un peu de réflexion pour arriver à la trouver car si c’est vrai qu’il en reste quand même quelques-unes à découvrir, elles ne sont pas vraiment légions surtout à la fin de l’hiver quand la neige est encore bien présente sur les plus hauts sommets. A une autre saison, j’aurai pu gravir le Canigou et réparer ainsi ce vide de ne pas encore avoir rédigé d’article sur notre Olympe catalan mais l’hiver est encore bien là et « faire » ainsi, dans la poudreuse, notre mythique sommet n’aurait pas vraiment été raisonnable surtout à mon âge. Alors comme le dit si bien le proverbe « faute de grive on mange du merle » et en l’occurrence mon merle à moi, il s’est prénommé Martin et heureux présage il s’agissait d’un Saint…Saint-Martin du Canigou bien sûr. J’avais donc décidé pour cette 101eme randonnée dans les Pyrénées-Orientales de me rendre à la célèbre abbaye. Rien de plus facile me direz-vous ! C’est vrai et pour ceux qui connaissent déjà le lieu, j’aurais pu emprunter la piste qui y monte à partir de Casteil et le tour était joué et l’affaire pliée en une paire d’heures. Non, comme je l’ai dit plus haut, ce n’était pas le but que je recherchais alors j’ai choisi sans doute la manière la plus difficile et la boucle la plus sportive pour me rendre à la belle abbaye et en revenir. Alors jugez-en, ce fut presque un pèlerinage ou plutôt un chemin de croix : départ à partir de Vernet-les-Bains, altitude 670 mètres, puis direction le col de Llavent (958 m) par l’itinéraire des cascades (Saint-Vincent et des Anglais mais on n’y va pas !) puis celui du Bac. Là après le col de Llavent, on grimpe dans la forêt du Bois de la Ville en enchaînant plusieurs ravins qui descendent à flanc nord du Canigou et que l’on enjambe presque toujours dans leur partie la plus haute. Chaque ravin franchi nous amène toujours plus haut. C’est d’abord celui de la Guille puis celui des Cirers et enfin celui de l’Asmoursadous. Là, à la Font del Bac dels Monjos à 1.347 mètres d’altitude, on atteint le point culminant de la balade et on amorce enfin la descente en lacets vers l’abbaye (1.055 m). Je n’ai quitté l’abbaye qu’après une remarquable et intéressante visite qui dure une heure environ. Là, pour le retour, j’ai à nouveau choisi la difficulté  en effectuant la descente au sud de l’abbaye par le ravin du Ridoulté qui tout en bas rejoint celui du Cady. Là, direction Casteil (800 m) puis l’entrée du camping du Domaine Saint-Martin. Là, j’ai repris la direction du col de Llavent pour finir et rejoindre Vernet-les-Bains par le Pic de l’Alzina (1.017 m) et le Belvédère « Comte Henri de Burnay ». Voilà, la boucle en forme de « grand huit » biscornu que j’ai réalisé en huit heures. Départ le matin à 10h15 et arrivée le soir vers 18h30 en y incluant bien sûr, la flânerie habituelle, les nombreux arrêts photos et autres, la découverte du site, l’attente de l’horaire puis la visite de l’abbaye et deux ou trois petites pauses pique-niques. En raison même de la configuration dans laquelle l’itinéraire se faufile et des nombreux lacets, il est difficile de mesurer cette boucle sur une carte IGN. Personnellement, je l’estime à une quinzaine de kilomètres voire seize ou dix-sept pour un dénivelé de 680 mètres environ mais ça reste néanmoins une randonnée relativement difficile avec quelques passages laborieux notamment du côté de la Font del Bac dels Monjos où quelques câbles bien pratiques ont été scellés en guise de mains courantes. Sinon que dire de plus pour vous faciliter cette balade . Personnellement, j’ai laissé ma voiture au parking Boulevard Lambert Violet puis en sortant du parking, j’ai remonté ce boulevard à gauche sur quelques mètres pour prendre à droite des escaliers rejoignant un terre-plein herbeux où une curieuse grotte apparaît sur la gauche. En prêtant attention, on remarque déjà un balisage jaune qui monte vers le petit lotissement du « Village Catalan ». Les beaux panoramas sur Vernet se dévoilent déjà. On poursuit en passant devant le lotissement et tout au bout, on retrouve le balisage jaune qui monte encore quelques escaliers et là, on entre immédiatement de pleins pieds dans la forêt où quelques panonceaux directionnels sont présents un peu plus haut. On ignore les autres directions y compris celle du « Belvédère » car on reviendra par là et on prend le sentier qui indique « Vernet-St Vincent 0H10 ». A cette époque de l’année,  c’est aux sifflets mélodieux des merles et aux sons du tambourinage infernal des piverts que ce sentier m’amène très naturellement vers le chemin dit de Saint-Vincent. Il suffit de poursuive cette large piste qui file vers les cascades de Saint-Vincent et des Anglais et il ne faudra la quitter qu’à une croisée de chemins où un panonceau indique « Col de Llavent et Pic de l’Alzina. Ce pic, c’est cette « serrat » très boisée qui se situe sur la droite du chemin. Le Canigou, lui, très enneigé mais visible qu’en de rares occasions et selon les lacets du sentier, est soit devant soit sur la gauche A partir de cette intersection, la suite de mon itinéraire est quasiment unique ou bien parfaitement balisée et elle ne présente donc aucune difficulté quand au tracé que je décris.  Au col de Llavent, on emprunte bien sûr la direction de « l’abbaye de Saint-Martin-2h ». A partir de là, la randonnée devient le pendant de celle que j’avais décrite dans ce blog à la Tour de Goa. D’ailleurs, la tour, on la voit déjà et elle apparaît très souvent dans le décor tout au long de la journée. Mais, aujourd’hui, au regard de tous les merveilleux panoramas qui se dévoilent de l’est jusqu’au nord mais surtout vers l’ouest, la belle Tour de Goa n’est qu’un détail presque insignifiant perdu au sein de ces merveilleux paysages . Non, aujourd’hui, on regarde bien plus loin et c’est une immense partie du Conflent qui se distingue jusqu’aux confins du Capcir et de la Cerdagne d’un côté et du Roussillon de l’autre. Par contre, comme nous avions eu l’occasion de le voir depuis les crêtes qui mènent à la Tour de Goa, de la même manière, Casteil et Vernet-les-Bains apparaissent superbement tout au fond du Vallon du Cady mais aujourd’hui nous en avons une vision quasi symétrique depuis l’autre versant. Plus on s’élève et plus le sentier au dessus d’impressionnants ravins très abrupts devient compliqué avec quelques passages de gros pierriers et quelques franchissements rocheux où les mains seront aussi utiles que les pieds. Ici, c’est le terrain de jeux favoris des isards et peut-être aurez-vous la chance d’en apercevoir, ils sont souvent présents dans les éboulis et donc visibles pour peu qu’on soit suffisamment attentifs et silencieux. Même s’il est préférable d’avoir le pied presque aussi sûr qu’eux et d’être aguerris à ce type de sentier, ne vous laissez pas impressionnés par tous ces ravins et ces à-pics vertigineux, le sentier reste somme toute praticable pour peu que l’on fasse un minimum attention. D’ailleurs, nos ancêtres l’ont amplement arpenté ce sentier et vous y découvrirez sans doute avec étonnement de nombreux vestiges d’un pastoralisme aujourd’hui disparu : cabanes de pierres sèches, orris et cortals souvent en ruines sont bien présents. Vous y découvrirez aussi de très nombreux noisetiers et parfois quelques cerisiers et même si insérés dans la végétation exubérante actuelle, ces plantations peuvent vous paraître aujourd’hui anarchiques, il s’agit bien d’anciennes cultures fruitières. Comme dit plus avant, à la Font del Bac dels Monjos, quelques mains courantes aident à franchir les passages les plus ardus. Peu après, quelques filets ont été tendus entre les sapins aux endroits les plus périlleux. La descente vers l’abbaye commence quelques mètres plus loin à condition de négliger le sentier qui file vers l’abri de Moura et d’emprunter celui qui part à droite. Ce carrefour nécessite d’être vigilants. En moins de 15 minutes, on est à Saint-Martin-du-Canigou mais inévitablement, on s’arrête de nombreuses minutes au belvédère qui le surplombe. Perchée sur un éperon rocheux, c’est sans doute de cette plate-forme que l’abbaye construite en 1009 par Guifred II, Comte de Cerdagne se révèle le mieux dans son intégralité. Blottie dans un petit écrin de verdure, l’ancien monastère roman apparaît vraiment dans toute sa splendeur avec son église (ou plutôt ses deux églises superposées une sur l’autre mais peu discernable de là, il est vrai !), son clocher lombard, son jardin et son cloître aux magnifiques arcades composées de superbes chapiteaux et de colonnes de marbre. L’édifice était complètement en ruines au début du 20eme siècle quand Jules Carsalade du Pont, évêque de Perpignan le racheta en 1902 et entreprit de le restaurer. Des milliers de volontaires participèrent à cette  magnifique entreprise de rénovation mais il faut le reconnaître, c’est sans doute grâce à cette initiative de Monseigneur Carsalade du Pont que le Massif du Canigou devint cette montagne sacrée. A cette entreprise hors norme de 1902, il faut aussi se souvenir que quelques années auparavant, le grand poète Jacint Verdaguer était venu chercher à Saint-Martin-du-Canigou son inspiration pour son poème « Canigo » et on comprend mieux pourquoi le fabuleux sommet est devenu un symbole adoré de tous les catalans.  Grâce au père Bernard de Chabannes qui termina les travaux et permit ainsi une renaissance à la spiritualité, l’abbaye retrouva définitivement son lustre d’antan. Depuis 1988, l’abbaye est occupée par une Communauté des Béatitudes qui présente l’originalité d’être composé de fidèles de tous horizons (frères et sœurs consacrées mais aussi laïcs mariés ou non). Je ne vais pas ici vous raconter toute l’histoire de Saint-Martin-du-Canigou car ce serait bien trop long mais sachez qu’il existe de nombreux sites Internet qui lui sont consacrés dont celui de l’abbaye. J’espère que grâce à ma randonnée, vous aurez envie d’aller la découvrir en profitant d’une visite guidée. L’abbaye millénaire mérite vraiment qu’on y prête intérêt et qu’on y consacre quelques euros et éventuellement quelques agréables efforts sportifs. Je vais donc terminer cet article en vous racontant comment on peut refermer cette longue mais très jolie boucle. Personnellement, j’ai quitté l’abbaye et rejoint Casteil par le Ravin du Ridoulté car je ne connaissais pas ce sentier. Mais, vous pourrez opter pour l’autre itinéraire plus praticable qui suit la piste carrossable jusqu’à Casteil et au passage vous en profiterez pour découvrir la chapelle de Saint-Martin-le-Vieux. A Casteil, pour rejoindre Vernet, vous aurez le choix entre mon tracé ou bien plus simplement, suivre l’itinéraire qui longe puis emprunte la D.116. Si vous faites le choix d’effectuer le même parcours que moi, prenez la direction du cimetière (ne la prenez pas si vous êtes mort….. de fatigue bien sûr !) puis du Domaine Saint-Martin. Le tracé a été quelque peu modifié par rapport à la dernière carte IGN. Des panonceaux directionnels sont présents à droite de l’entrée du camping et désormais, il faut emprunter la direction de la Cascade de Dietrich puis contourner le camping par la droite pour rejoindre le col de Llavent. Le balisage jaune est toujours présent. Au col de Llavent, il suffira de suivre la direction de Pic de l’Alzina pour rejoindre Vernet en terminant par la découverte du Belvédère de Burnay qui domine et laisse entrevoir des vues magnifiques sur la cité. Ce retour par le Serrat de l’Alzina présente l’avantage de vues assez époustouflantes sur le sommet du Canigou encore très enneigé en cette saison mais également sur son flanc nord alternant splendides forêts et hautes falaises déchiquetées. Vraiment beaucoup de belles choses à découvrir sur ce parcours sportif qui s'adresse aux bons marcheurs ! Carte IGN 2349 ET Massif du Canigou Top 25.

    Enregistrer


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires