•  attentat oslo

    Aurons-nous un  jour une juste explication à ce double attentat d’Oslo qui aurait été commis par un jeune norvégien de 32 ans dénommé Anders Behring Breivik. Les médias disent de lui qu’il serait un amoureux des armes, un fan des jeux vidéos violents, un nationaliste convaincu proche de milieu d’extrême droite, un anti-européen, un anti-ONU, un anti-raciste, un anti-communiste, parfois néo-nazi parfois anti-nazi, un franc-maçon comme semblerait le prouver une photo de lui en tenue de circonstance, un anti-islamiste anti-musulman, conservateur et chrétien anti-multicultures comme il se serait décrit lui-même sur son profil Facebook. Ou alors Anders Behring Breivik serait-il un chrétien fondamentaliste (eh oui il semblerait que ça existe !) comme l’écrit le Monde dans son édition du 23 juillet et faut-il chercher dans une de ces nombreuses explications-là les raisons pour lesquelles, il aurait tué et blessé des dizaines de ses concitoyens. Les médias, les spécialistes du terrorisme, les psychiatres dans leur ensemble cherchent et mettent des mots pour tenter de décrire ce suspect et trouver des motivations à son horrible comportement et à ses gestes insensés. Bon, je crois qu’il faut être réaliste, pour être capable d’accomplir une telle tuerie, il faut être un fou furieux, un illuminé dangereux, un déséquilibré mental, un désaxé meurtrier, un assassin en série, un psychopathe sanglant, un dément destructeur, etc.…voilà les vrais mots avec lesquels il est possible de décrire l’auteur d’une telle boucherie. Un malade hyper-dangereux pour être plus simple ! Un malade qu’il faudra enfermer pour longtemps et que les Norvégiens devront guérir coûte que coûte s’ils veulent un jour le relâcher dans la nature !

    Je suis d’ailleurs prêt à parier que parmi ses nombreux avocats qui vont être chargés de sa défense, certains tenteront de plaider la démence pour obtenir une peine minimale ou pour que sa peine soit plus douce dans un centre de soins que dans un pénitencier.

    Au-delà, de cet attentat qui restera sans doute inexpliqué autrement que par la folie meurtrière d’un individu, il faut avoir une affectueuse pensée pour tous ces enfants et ces quelques adultes innocents dont le seul tort a été de rencontrer la route de ce sérial-killer ou qui ont eu la malchance de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Il faut avoir une affectueuse pensée pour leurs parents, leurs familles qui resteront sans doute à jamais dans l’interrogation et l’incompréhension et qui ne seront bien évidemment jamais satisfaits de la peine de prison que l’on infligera à ce tueur sanguinaire, diabolique et inhumain.


    votre commentaire

  •  la-foret-des-fanges
    foretfangesign

    Si vous aimez les longues balades en forêt, la nature en général et la flore en particulier, cette douce randonnée dans l’extraordinaire forêt domaniale des Fanges s’adresse à vous, sinon passez votre chemin. Il faut dire que cette forêt de 1.182 hectares, qui est sans doute une des plus belles sapinières de France est peu connue des randonneurs qui lui préfèrent le tout proche Pech de Bugarach.  Cette forêt se situe à l'extrémité d'un plateau karstique délimité d'une part, par la D.109 au nord, la D.117 au sud, par le défilé de Pierre Lys où passe l’Aude à l’ouest et d'autre part à l’est par la route D.9 qui va de Caudiès-de-Fenouillèdes au Col de Saint Louis. Il faut avouer que cette très belle forêt est beaucoup plus fréquentée des cavaliers, des vététistes, des chasseurs, des ramasseurs de champignons et des cueilleurs de fruits rouges que des vrais trekkeurs qui la trouveront sans aucun doute un peu monotone et pas suffisamment sportive. Elle est donc surtout le paradis des botanistes des vrais et ceux en herbe comme moi mais surtout des spéléologues car on y dénombre plus de 100 avens, dolines et autres grottes ou cavités.Si vous avez décidé de vous attarder sur cette chronique de mon blog, c’est que vous êtes tout de même un peu intéressé et il faut quand même que je vous donne un conseil : si vous envisagez d’aller marcher dans cette extraordinaire forêt domaniale des Fanges, ne faites pas comme nous et ne partez pas dans la brume et sous un ciel plombé comme nous l’avons eu une grosse partie de la journée quand nous y sommes allés. Non, de préférence, choisissez un beau jour ensoleillé avec un ciel bien bleu car ça sera la meilleure façon d’apprécier cette dense forêt et son exceptionnel écosystème. Bon, à notre décharge, il faut dire qu’en ce début de juin plutôt pourri sur le plan météorologique, cette randonnée nous l’avions volontairement choisie car sur ce secteur de la Haute-Vallée de l’Aude les pluies n’étaient pas vraiment annoncées ce jour-là et d’ailleurs, hors mis un léger crachin de quelques minutes, nous avons marché au sec et sans souci pendant les six heures de cette belle découverte. De toute manière, nous avions envie de marcher et c’était donc, ou cette randonnée-là ou bien monter au sommet d’un pic plus élevé pour ne rien voir des panoramas tant le ciel était bouché de tous côtés sur l’ensemble de notre belle région. Dernière solutions, nous aurions pu  rester devant la télé à regarder le finale de Roland-Garros mais comme nous préférons la nature et la randonnée pédestre plutôt que de voir des millionnaires taper dans une baballe, nous avons quitté la maison en croisant les doigts que les cieux soient avec nous. Nous sommes donc partis en direction du col Saint-Louis, situé peu après Caudiès-de-Fenouillèdes, que j’avais déjà eu l’occasion d’évoquer dans ce blog lors d’une agréable balade au Château des Maures et au Viaduc de l’Escargot.  Peu avant le col, il faut suivre à gauche le panneau indiquant « Col Campérié-N.117 par la forêt des Fanges ». On peut laisser sa voiture à proximité de ce panneau ou bien poursuivre la piste forestière sur 500 mètres environ jusqu’au croisement suivant, point de départ de la boucle présentée ici. Au départ, il y a des traits de peinture jaune mais il ne faut pas compter sur ces quelques traces pour réaliser ce circuit car ce balisage est peu présent mais par ailleurs, comme la boucle présentée ici est d’une simplicité enfantine, ce n’est pas vraiment un problème. On peut donc indifféremment l’aborder dans un sens ou dans l’autre. Nous, nous avions choisi de prendre la piste forestière qui part à droite (marquée d’une croix jaune sur une barrière) car la brume semblait vouloir se dissiper et nous avions espoir que les quelques panoramas visibles depuis la piste soient beaucoup plus dégagés à cette heure-ci de la journée. Nous nous sommes trompés, le temps s’est éclairci dans l’après-midi seulement et c’est vrai que le contraire eut été préférable car si les vues, en contrebas vers Saint-Louis-et-Parahou, son large vallon, ses prairies et ses forêts touffues étaient perceptibles, nous ne voyions guère plus loin. De l’autre côte de la vallée, le Pech de Bugarach et les bois de la longue Serre du Bec, eux, avaient déjà sombrés au sein de gros nuages gris très menaçants. Quand aux paysages plus lointains, seules quelques minces et rarissimes trouées, nous permirent de supposer, qu’ils auraient pu être visibles par temps très clair. Nous fîmes la promesse de revenir lors d’une journée bien plus clémente et Dany et moi passâmes l’essentiel de notre balade à un recensement photographique de tous les fleurs différentes que nous apercevions sur le bord du chemin et à la lisière de cette merveilleuse forêt. A un moment, la quête de cet herbier floral fut agréablement interrompue quand peu après le Roc Courbatié (830 m), Dany distingua un joli chevreuil entrain de brouter en bordure de la piste. Malgré l’importante distance qui nous séparait de l’animal et qui m’empêchait de le figer dans mon petit numérique, nous tentâmes, mais en vain, une approche silencieuse. Au détour du virage où il aurait du se trouver, nous constatâmes que le chevreuil avait définitivement disparu dans l’épaisse forêt et nous n’eûmes pas le bonheur de voir d’autres animaux sauvages au cours de la journée. Pourtant, la faune y est exceptionnelle et les écureuils, cervidés et autres sangliers, sans parler des oiseaux, vivent paraît-il en très grand nombre au sein de cette ancienne et somptueuse forêt royale. Peu avant le Roc d’en Jolade, nous bifurquâmes vers l’est et grimpâmes en direction du Col del Fraiche et de ses prodigieux sapins géants de presque cinquante mètres de haut qu’au temps de Louis XIV, Colbert destinait aux mâtures des grands vaisseaux du Roi Soleil. Ces arbres remarquables aux troncs impressionnants et qui sont encore exploités de nos jours valent à eux seuls le détour. Devant ces sapins démesurés, on se sent tout petit mais si vous avez de la patience, quelques souches fraîchement coupées vous permettront de calculer l’âge de l’arbre à partir du nombre de cernes et vous verrez, la plupart sont d’honorables vieillards. En fonction de la circonférence et de l’âge obtenu, cela vous donnera une idée de l’âge des arbres encore debout et même si cet âge n’est qu’approximatif, c’est bien des arbres patriarches et quelques centenaires que l’on observe ici. Vers midi, nous pique-niquâmes tranquillement, profitant au passage d’un silence religieux pour faire une courte sieste sous un ciel revenu un peu plus transparent. Puis, laissant l’ancien Pré du Roi (Prat del Rei) sur la droite, nous continuâmes notre longue flânerie au sein d’une étonnante végétation aux multiples essences constatant qu’à chacun de nos pas, nous continuions à découvrir des fleurs toujours plus nombreuses et plus variées selon leur exposition et l’ensoleillement dont elles bénéficiaient. Grâce aux quelques rayons de soleil réapparus qui transperçaient la cime de tous ces arbres majestueux, les oiseaux jusqu’à présent silencieux se mirent soudain à voleter et à chanter et les papillons et bien d‘autres insectes à virevolter. C’est dans ce concert harmonieux et spatial que nous passâmes devant la petite cabane de La Forge, arrivâmes au col Marty et retrouvâmes notre voiture que nous avions laissée au carrefour tout à côté des ruines de l’ancienne maison forestière. Arrêt et pique-nique inclus, et ce, malgré un temps maussade, nous avions passé six agréables heures dans cette superbe forêt pour s’élever sur un dénivelé de 260 mètres environ (point culminant à 976 mètres non loin des sapins géants) et parcourir les 15 kilomètres de cette boucle. Cette forêt est praticable en toute saison et en raquettes quand il y a de la neige. Elle est spécialement fleurie au printemps et belle en automne quand les couleurs des feuillages des nombreuses et différentes essences sont bigarrées. En raison des nombreux chemins, pistes forestières et autres sentiers, d’autres circuits plus ou moins longs sont possibles et le mien n’est qu’un exemple parmi tant d’autres mais sans doute le plus aisé à réaliser sans risque d’égarement. Carte IGN 2347 OT Quillan-Alet-les-Bains et 2348 ET Prades-Saint-Paul-de-Fenouillet Top 25.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires